Priorités déformées

Ne pas obtenir la citoyenneté en tant qu'adopté, c'est comme avoir un Faux positif.

Il a été porté à mon attention que les membres du Sénat et du Congrès des États-Unis ont récemment envoyé des lettres pour faire avancer leur programme en matière d'adoption internationale. Le premier que j'attache ici au secrétaire adjoint Carl Risch pour lui demander d'être attentif réengager à l'un des objectifs de la Loi sur l'adoption internationale, « pour améliorer la capacité du gouvernement fédéral à aider » les familles qui cherchent à adopter des enfants d'autres pays.

La seconde que j'attache ici au secrétaire d'État Michael Pompeo demandant des ressources et une concentration pour répondre aux familles en attente qui souhaitent ramener à la maison leurs enfants avec des restrictions COVID.

Bien que j'apprécie les sentiments des membres du Sénat et du Congrès à s'impliquer et à souligner l'importance de ces questions, cela me frustre que d'une part ces lettres soient écrites, en utilisant tout le pouvoir entre eux en tant que collectif, pourtant je n'ai pas vu une telle une lettre pour pousser le Loi sur la citoyenneté des adoptés 2019 (ACA). Au cours des 5 dernières années, je connais nos leaders dévoués des adoptés internationaux - Joy Alessi de Campagne pour les droits des adoptés et Kristopher Larsen à Adoptés pour la justice et leurs équipes ont travaillé sans relâche, essayant d'amener les sénateurs et les membres du Congrès à soutenir les plus nécessaires et en retard Loi sur la citoyenneté des adoptés 2019 (ACA). Nous avons besoin de suffisamment de sénateurs et de membres du Congrès pour soutenir la loi de 2019 sur la citoyenneté adoptée, car il reste des lacunes par rapport à la Loi sur la citoyenneté des enfants de 2000 qui a eu pour résultat que les adoptés internationaux avant 1983 se sont retrouvés sans citoyenneté automatique.

Je dois poser la question évidente ici : pourquoi les politiciens américains ne soutiennent-ils pas la Adoptee Citizenship Act (ACA) alors qu'ils utiliseront leur force politique pour faire pression pour plus d'adoptions ? C'est bien la même Loi de 2000 sur l'adoption internationale qui est cité par eux pour obtenir le soutien du gouvernement fédéral pour aider les familles adoptives nouvellement désireuses à fonder leur famille, mais pourtant – pour les familles historiques qui cherchaient autrefois à adopter des enfants, qui se retrouvent des décennies plus tard, sans citoyenneté pour leurs enfants (maintenant adultes ) – il n'y a ni permanence ni leadership politique pour résoudre le problème. N'est-il pas plutôt faussé que les pouvoirs en place se concentrent davantage sur l'accueil de nouveaux enfants sans s'être assuré que ceux qui sont déjà là aient la stabilité, la permanence et la citoyenneté ? Qu'est-ce que l'adoption si ce n'est pour assurer la pérennité, qui est fondamentalement une question de citoyenneté dans l'adoption internationale ? N'oublions pas non plus que chaque bénéficiaire de la loi sur la citoyenneté adoptée (ACA) a déjà été contrôlé à l'entrée et a promis la citoyenneté. La loi sur la citoyenneté des adoptés (ACA) vise à couvrir les adoptés qui sont entrés avec un visa d'adoption (IR4), autrement connu sous le nom de résidents permanents légaux.

Je pense à mes collègues adoptés qui travaillent sans relâche, poussant ce qui semble être une bataille difficile pour obtenir le soutien nécessaire pour résoudre ce problème attendu depuis longtemps. Pourquoi des lettres comme celle-ci ne sont-elles pas écrites à LA GLACE ou USCIS et à tous les hauts fonctionnaires du gouvernement, y compris le président, qui ont les relations nécessaires pour influencer ces décisions importantes ?

Je n'ai pas les réponses à mes questions, je les pose simplement parce que j'espère que d'autres le sont aussi. Nous avons besoin que les sénateurs et les membres du Congrès prennent le leadership sur la question de la citoyenneté automatique pour les milliers d'adoptés internationaux, devenus adultes, qui vivent en animation suspendue. Ces adoptés ont demandé aux dirigeants américains de représenter leur cause et de les aider à surmonter ce qui semble être une barrière insurmontable : être considérés comme des citoyens légitimes de leur pays d'adoption. Ce droit semble pouvoir être obtenu dans tous les autres pays d'adoption – à l'exception des États-Unis d'Amérique !

Une réponse à "Distorted Priorities"

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%