Deuil lors de l'adoption

par Cosette Eisenhauer adopté de la Chine aux États-Unis, co-fondateur de Naviguer dans l'adoption

Le deuil est un concept étrange. Je m'attends à pleurer les gens que je connais, la famille et les amis qui sont décédés. Ces moments-là, il est logique de pleurer la perte d'un être cher. Je les connais et je les ai aimés. Je suis capable de faire le deuil d'une personne que j'ai rencontrée, une personne qui a marqué ma vie pour une raison ou une autre. Les gens pleurent aussi quand il y a des événements tragiques, souvent en connaissant leurs noms et leurs visages.

Faire le deuil de mes parents biologiques et de la vie que j'aurais pu avoir en Chine est un type de deuil étrange. Faire le deuil de personnes que je n'ai jamais rencontrées et d'une vie que je n'ai jamais eue est un type de deuil déroutant. Il n'y a personne à regarder, il n'y a pas de nom qui accompagne le chagrin. Ensuite, il y a le chagrin et l'engourdissement quand il s'agit de faire le deuil des informations que je ne connais pas. Dans l'ensemble, le deuil d'un adopté international est un concept étrange, c'est un mot étrange.

Il y a toujours eu un vide dans mon cœur pour ma famille biologique. Un de mes rêves était d'avoir ma famille biologique à mon mariage et à mesure que la journée se rapproche, je comprends mieux que ce rêve ne se réalisera probablement pas. Le chagrin a été si réel qu'il a dépassé. Parfois, le chagrin que j'ai vient et je ne réalise même pas que c'est du chagrin jusqu'à ce que je me débatte à ce moment-là. C'est le même concept de deuil de quelqu'un que je connais personnellement, il n'y a pas de nom, pas de visage pour cette personne. Je n'ai jamais connu leur voix ni leur style de vie. C'est faire le deuil de quelqu'un que je n'ai jamais rencontré.

J'ai appris qu'il n'y a rien de mal à pleurer, je suis un être humain. Chaque personne a perdu quelqu'un qu'elle connaissait et elle a traversé le processus de deuil. Les gens pleurent de différentes manières. Je ne compare pas ma façon de pleurer avec la façon dont quelqu'un d'autre pleure. Il n'y a pas de délai pour arrêter le deuil. Je pourrais penser que j'ai fini, puis ça recommence.

You can follow Cosette at:
Instagram: https://www.instagram.com/_c.eisenhauer_/ Linkedin: https://www.linkedin.com/in/cosette-e-76a352185/ Navigating Adoption Website: https://www.navigatingadoption.org/home

Réflexions d'une personne adoptée sur la déclaration commune des Nations Unies sur les adoptions internationales illégales

Resilience by CLAIR

On 29 September 2022, the Nations Unies (ONU) published a press release titled: Illegal intercountry adoptions must be prevented and eliminated: UN experts which provides a Joint Statement from the UN Committees. While the majority around the world could not have pre-empted this statement, it was not news to me because our coalition Voix contre l'adoption illégale (VAIA) had been talking with the UN to ensure our input was included. I know other experts in illegal intercountry adoption around the world gave input too.

The UN Joint Statement created for me a day of mixed feelings. For many of us, myself included, who are the victims of the past and current practices that constitute illegal and illicit practices in intercountry adoption, we have been speaking up, shouting from the rooftops, demanding attention, help, and support. But usually to no avail. Most Governments around the world have continued to turn a blind eye to the reality that some of our adoptions have been questionable and some, outright illegal with prosecutions of perpetrators. As one adoptive mother and fierce advocate, Desiree Smolin essentially said on her Facebook post, why has it taken the UN so long given the decades of trafficking and illicit practices? Why have so many families and adoptees been left to suffer the same impacts when it has been known to happen for so many decades?

So on 29 September, I felt our voices have been finally heard and validated – that someone in power was listening to us. Thank you to those at the UN who worked tirelessly to make this happen. It felt a little vindicating but at the same time, the reality of this world crushes hope because I know the statement from the UN is not going to put any true pressure on governments around the world to act in our best interest, let alone help us in any practical sense.

I felt personally so empowered by the UN Joint Statement that I wrote another letter to our leader here in Australia, the Prime Minister. In my letter, I ask the Australian government once again, to please do something to help those who are impacted instead of the deathly silence we’ve experienced in the 25 years I’ve spent advocating for our rights and needs.

Have a read of my lengthy letter which highlights the many times I’ve attempted to raise this issue to our Australian government, asking for supports for the victims. I’m as yet to have any response from the Australian Prime Minister. I imagine that the post-COVID economic recovery of the country, the current floods that have hit Australia all year long, and the other more higher priority issues like domestic family violence will receive his attention first compared to my long letter about a topic that impacts only some of the 20,000 of us intercountry adoptees. We just don’t rank up there in importance and unless it was their son or daughter being impacted, there’s just no reason why our Australian government would care enough to act.

I’ve been asked by a few about what I thought the impact would be of this UN Joint Statement. I truly think the best outcome might be that States (governments) will realise the risks they bear in continuing to conduct and facilitate intercountry adoption with all its pitfalls in safeguarding the human rights of intercountry adoptees. When we consider the legal cases being fought around the world by various intercountry adoptees and the revolution in awakening that we can fight for our rights, I would caution any government against participating in intercountry adoption. Legal pathways are slowly but surely being found by adoptees around the world. Governments must realise that if they continue on as they have in the past, there will be a time of reckoning where the abuses to our human rights will finally be recognised and the injustices need to be compensated.

In the Netherlands, the fight for adoptee rights is led by Brazilian adoptee Patrick Noordoven who won his right to compensation due to his illegal adoption to the Netherlands. Dilani Butink also won her court hearing for her case of an unlawful adoption from Sri Lanka. Bibi Hasenaar is also mentioned as having liability claims in this joint report. Sadly, both Noordoven and Butink’s cases are still being appealed by the Dutch State who have unlimited funds and time which highlights the power imbalance and ongoing victimisation that adoptees face. Sam van den Haak has also sent a letter to the Dutch State about her own and 20 other Sri Lankan adoptees whose adoption files have errors that caused emotional damage.

In Sweden, Carlos Andrés Queupán Huenchumil filed an appeal to change his name back to his original, having been illegally adopted from Chile. In France, a group of Malian adoptees are taking legal action against the adoption agency for its role in their illegal adoptions. In New Zealand, Maori adoptee Bev Reweti has mounted a class action against the State for being displaced and adopted out of their Maori whānau. In South Korea, Korean-Denmark intercountry adoptee and lawyer Peter Regal Möller and his organisation Groupe danois des droits coréens have submitted just under 300 cases to the Korean Truth and Reconciliation Commission seeking to know the truth about their identities that were falsified in order to be intercountry adopted. Peter openly talks about the legal cases against agencies Holt and KSS that are coming in the future. I also know of other intercountry adoptees who haven’t had published media articles yet but who are progressing in the early stages of their legal cases against States and agencies for their illegal adoptions.

The momentum is growing around the world as adoptees become more aware of the human rights abuses they’ve lived that have been facilitated via intercountry adoption.

It’s not just adoptees who are taking legal action. Some incredibly courageous parents are, and have, also taken action. Recently in France, adoptive parents Véronique and Jean-Noël Piaser who adopted a baby from Sri Lanka have filed a complaint in 2021 for the fraud that involved the stealing of their baby from her mother in Sri Lanka. In the USA, adoptive parents Adam and Jessica Davis have been successful in assisting the US government to press charges against the adoption agency European Adoption Consultants (EAC) for its role in fraud and corruption of theirs and many other adoptions.

In a landmark first, both adoptive parents and biological parents of Guatemalan-Belgium adoptee Mariela SR Coline Fanon are taking civil action in Belgium as victims of human trafficking. The case is currently under judicial investigation. This is not the first time biological parents fight for their rights in intercountry adoption. In 2020, biological father from Guatemala, Gustavo Tobar Farjardo won at the Inter-American Court of Human Rights for his sons to be returned to him who had been adopted to separate families in America.

So ultimately, I believe the UN Joint Statement acts two-fold: firstly, it goes some way towards validating the traumas some live in our adoptions and encourages intercountry adoptees and families around the world to stand up and demand action and legal vindication of our truths; and secondly, it makes it clear to States the risks they undertake if they continue on in their current practices of intercountry adoption.

I would personally be glad and celebrate if adopting countries assess the risk of participating in intercountry adoption as too high to continue it into the future. We are long past the time of being blind to the colonial practices and harms of intercountry adoption. We must do more to help all countries become more aware of the responsibility they hold to their own born-to-children. Remember that some of our biggest sending countries in intercountry adoption are our richest – China, South Korea and the USA. It is time we moved past the easy solution intercountry adoption provides to countries who don’t wish to take care of their own and challenge countries to understand there is an inherent cost if they ignore their children by casting them aside, when it suits. Intercountry adoptees do grow up, we become well educated, we are empowered by Western mentality to demand our rights be respected and injustices no longer be ignored.

The UN Statement is long overdue given the decades of generations of us who are impacted by illegal and illicit adoptions. I celebrate that we have been heard at the highest level internationally, but I’m fairly certain that States will not step up to deal with this issue in any practical way. I know they will remain silent for as long as possible, hoping it blows over and meanwhile, as in the Netherlands, they will continue on in their trade of children but in a slightly different way, despite conducting a full investigation; because that’s what countries do. I’m a pragmatist and I will continue to raise awareness and push for much needed change, because I know despite the UN Joint Statement, we are still at the beginning. It will take a huge en-masse movement from impacted people to get governments to act in support of us because for too long, they’ve been able to get away with doing little to nothing. At some point, the cost for governments and participating entities of doing little, will outweigh the cost to stopping the practice.

I believe in its current form and as practiced under the 1993 Hague Convention, governments are unable to prevent and stop the illegal and illicit practices aka trafficking that include human rights abuses in intercountry adoption. Therefore it needs to be stopped. The UN Joint Statement is simply a reflection of where we are at today. Victims no longer need to plead to be heard, we HAVE been heard at the highest level internationally. What we are waiting on now, is for appropriate responses from governments and facilitating organisations — which might be a long time coming.

Ressources

Governments finally recognising illicit and illegal adoption practices

Lived experience suggestions for responses to illicit adoptions

Lived experience of illegal and illicit adoption (webinar)

Stop intercountry adoption completely because abuses can never be ruled out

Unbearable how the minister deals with adoption victims

The case for moratoria on intercountry adoption

Child Laundering: How the intercountry adoption system legitimises and incentivises the practice of buying, kidnapping, and stealing children

False Narratives: illicit practices in Colombian transnational adoption

Irregularities in transnational adoptions and child appropriations: challenges for reparation practices

From Orphan Trains to Babylifts: colonial trafficking, empire building and social engineering

Principe de double subsidiarité et droit à l'identité

Intercountry adoption and the Right to Identity

Exploitation of in intercountry adoption: Toward common understanding and action

Une question pour les agences d'adoption

par Cameron Lee, adopté de Corée du Sud aux USA, thérapeute et fondateur de Thérapie utilisée

Qu'est-ce qui permet à une agence d'adoption de continuer à fonctionner ? Le nombre d'enfants placés par mois ? Le plus petit nombre de discontinuités d'adoption chaque année ? Les références du réalisateur ? Leur apparition dans une production médiatique exclusive ?

S'ils ont du mal à intégrer une gamme variée de témoignages d'adoptés dans la manière dont ils fournissent efficacement les services de protection de l'enfance, y compris des initiatives pour garder les familles intactes, que font-ils dans et pour nos communautés ?

Une question que les parents adoptifs peuvent poser est la suivante : « Comment les témoignages d'adoptés adultes ont-ils changé vos procédures opérationnelles standard au cours des cinq dernières années ? Pouvez-vous montrer au moins trois exemples de la façon dont votre programme a changé ou évolué sur la base de la recherche et de la littérature menées par des adoptés ? »

À moins qu'ils ne soient disposés à vous montrer leur contribution aux pools de services de guérison qu'ils prétendent fournir, il est normal de se demander combien de personnes et de familles ont été empêchées d'accéder à leurs installations d'eau vive.

En d'autres termes, montrez-nous le cœur de votre agence. S'il y a une abondance de non-adoptés qui parlent et enseignent, il doit y avoir quelque chose d'autre qui nous montre que vous travaillez dans le meilleur intérêt de l'adopté, pas seulement à l'âge où ils sont « adoptables », mais tout au long de notre vie.

Nous voulons être partenaire avec vous ! Mais s'il vous plaît, minimisez l'idée que notre activisme est mauvais pour les affaires. La voix de l'adopté ne devrait pas être une menace pour ceux désireux d'apprendre à mieux servir les adoptés. Nous sommes nombreux à vouloir vous aider à concrétiser vos promesses. Merci de nous entendre ainsi – et d'en faire une « meilleure pratique » en matière de solidarité.

Lisez l'autre blog de Cameron à l'ICAV, Le pape incite les gens à adopter des enfants

Suicide parmi les adoptés

par Hilbrand Westra, né en Corée du Sud et adopté aux Pays-Bas, fondateur de Adoptee & Foster Care (AFC) Pays-Bas

ATTENTION AU SUICIDE CHEZ LES ADOPTÉS

Cinq fois supérieur à la moyenne

Presque personne ne veut vraiment savoir, et les gens n'en parlent pas facilement, sans parler de l'attention des adoptés quand cela arrive. Habituellement, l'attention va aux parents adoptifs # et les adoptés sont souvent seuls sous la pluie.

La semaine dernière a eu lieu le lancement du livre de la mère adoptive Rini van Dam #donderdagen à Sneek. Les présentations des orateurs se concentraient à juste titre sur l'auteur, bien sûr, mais l'un des sujets sur lesquels le livre a été créé était la mort de Sannison. Une autre adoptée coréenne qui a mis fin à ses jours avant l'âge de 17 ans et dont les funérailles ont eu lieu le 5 novembre, mon anniversaire. Elle venait de rompre avec un autre adopté peu de temps auparavant. C'était en 1991, l'année où l'association pour les Coréens adoptés, Arierang, a tenu sa première grande réunion nationale. L'année où les amours ont à la fois fleuri et éclaté. L'année où j'ai pris conscience de ce que la douleur et le chagrin se cachaient sous nous tous.

Deux ans plus tard, Julia, une Coréenne adoptée de Belgique qui a quitté la vie juste avant d'avoir 21 ans, est décédée et ses funérailles ont eu lieu le 5 novembre, mon anniversaire. Ses parents adoptifs, cependant, ne voulaient pas d'adoptés au service funéraire.

Quelques années plus tard, j'allais perdre ma propre sœur, Joo Min, alors qu'elle était en poste comme soldat de l'ONU en Bosnie. Nous ne savons pas vraiment pourquoi elle a choisi de sauver deux garçons dans leur chute dans les Alpes italiennes françaises alors qu'elle devait savoir que cela lui serait fatal elle-même.

Hier, on m'a rappelé ce qui précède. Une confrontation douloureuse mais peut-être la plus nécessaire avec mon histoire personnelle pour apprendre à travers ce dur chemin que je ne pouvais plus détourner le regard de mon développement intérieur. Depuis lors, je travaille dur pour la souffrance des adoptés à travers le monde. Mais au lieu d'éloges et de soutien, j'ai reçu des menaces et des parents adoptifs en colère sur mon chemin. Certains ont même menacé de vouloir me tuer. Mais des adoptés en colère et des scientifiques de #, en particulier des Pays-Bas, ont également essayé de faire disparaître mon message. Jusqu'à la recherche suédoise d'Anders Hjern, Frank Lindblad, Bo Vinnerljung est sorti en 2002 et a étayé mes expériences et mes soupçons.

Le traumatisme existentiel au suicide montre une relation avec le processus de déchirure créé par l'abandon et l'adoption #. Depuis lors, de tels résultats ont fait surface partout dans le monde, sauf aux Pays-Bas. Les Pays-Bas aiment toujours se livrer à l'histoire de Walt Disney et tout bruit contraire à propos de ce phénomène est commodément rejeté par la recherche statistique, qui, bien qu'accréditée par Evidence Based, parvient à écarter commodément ce problème.

La science préfère laisser la souffrance de nombreux adoptés à eux-mêmes car ce qui n'apparaît pas dans les statistiques n'existe pas selon le gouvernement et les agences d'adoption.

Original en néerlandais

AANDACHT VOOR #ZELFDODING SOUS #GEADOPTEERDEN

Vijf keer hoger dan gemiddeld

Bijna niemand wil het echt weten, en men spreekt er niet makkelijk over, laat staan dat de geadopteerden de aandacht krijgen als het gebeurt. Meestal gaat de aandacht naar de #adoptieouders en staan de geadopteerden vaak alleen in de regen.

Gisteren était de boekuitreiking van het boek #donderdagen van adoptiemoeder Rini van Dam à Sneek. De inleidingen van sprekers waren natuurlijk terecht gericht op de schrijfster, maar een van de onderwerpen waarom het boek is ontstaan is de dood van Sannison. Een mede Koreananse geadopteerde die voor haar 17e een eind maakte aan haar leven en haar rouwdienst was op vijf november, mijn verjaardag. Ze had kort daarvoor net de prille verkering met een medegeadopteerde uitgemaakt. Het was 1991, het jaar dat vereniging voor geadopteerde Koreanen, Arierang, haar eerste grote landelijke bijeenkomst achter de rug had. Het jaar waar zowel liefdes opbloeiden, maar ook uit elkaar spatten. Het jaar dat ik mij gewaar werd welk en pijn en verdriet onder ons allen schuil ging.

Twee jaar plus tard, overleed Julia, een Koreanan geadopteerde uit België die net voor haar 21e het leven verliet en haar rouwdienst was op vijf november, mijn verjaardag. Haar adoptieouders echter wilden geen geadopteerden bij de rouwdienst.

Enkele jaren plus tard zou ik mijn eigen zus, Joo Min, verliezen terwijl ik gestationeerd était également VN soldaat en Bosnie. We weten niet echt waarom ze verkoos om twee jongens in hun val in de Frans Italiaanse Alpen te redden terwijl ze geweten moet hebben dat het haar zelf noodlottig zou worden.

Gisteren werd ik aan het bovenstaande herinnerd. Een pijnlijke, maar wellicht de meest noodzakelijke confrontatie met mijn persoonlijke historie om via deze harde weg te leren dat ik niet langer weg kon kijken van mijn innerlijke ontwikkeling. Sindsdien heb ik mij hard gemaakt voor het leed van geadopteerden over de hele wereld. Maar inplaats van lof en ondersteuning ontving ik bedreigingen en boze adoptieouders op mijn pad. Sommigen dreigden mij zelfs om te willen brengen. Maar ook boze geadopteerden en #wetenschappers, vooral uit Nederland, probeerden mijn boodschap uit de lucht te halen. Totdat het Zweedse onderzoek van Anders Hjern, Frank Lindblad, Bo Vinnerljung in 2002 uitkwam en mijn ervaringen en vermoedens staafde.

Het existentiële trauma tot zelfdoding laat een relatie zien met het verscheurende proces dat ontstaat door afstand en #adoptie. Sindsdien zijn over de hele wereld dergelijke uitkomsten opgedoken behalve in Nederland. Nederland laaft zich nog graag aan het Walt Disney verhaal en elk tegengesteld geluid over dit fenomeen wordt handig weggewerkt door statistisch onderzoek, dat weliswaar Evidence Based geaccrediteerd is, maar dit onderwerp handig weet weg te werken.

De wetenschap laat het lijden van veel geadopteerden liever aan henzelf over want wat niet in de statistieken opduikt bestaat niet volgens de overheid en de hulpverlening.

Ressources

ICAV Page commémorative avec des liens de sensibilisation au suicide et d'autres ressources sur ce sujet

Artistes adoptés

Chez ICAV, nous nous efforçons d'élever les artistes adoptés car leurs œuvres peuvent souvent dépeindre ce que les mots ont du mal à transmettre. Conformément à cela, lors de la récente réunion du 9 septembre Soirée de reprise de K-Box Adoptee, Ra Chapman et moi-même voulions que la soirée soit une célébration des artistes australiens adoptés à l'étranger. Nous avons pu présenter une partie de leur travail dans une impression sous forme de ZINE que vous pouvez consulter ici :

Autres artistes adoptés

Nous avons eu d'autres incroyables artistes adoptés internationaux qui ont présenté leurs œuvres à l'ICAV au fil des ans. Voici une compilation de ce qui a été partagé. Cliquez sur l'image et cela vous mènera à leur blog avec des œuvres d'art.

Meg à la soirée de prise de contrôle des adoptés K-Box

Meg est une adoptée internationale coréenne, élevée en Australie et dessinatrice de bandes dessinées. Elle réalise des œuvres en grande partie autobiographiques et non romanesques qui sont apparues dans The Nib, The Lily, Liminal Magazine, The Comics Journal et des anthologies, notamment Comic Sans, Régime régulier, fils qui nous relient et lauréat du prix Eisner Dessiner le pouvoir : Histoires de femmes de violence sexuelle, de harcèlement et de survie. Elle a exposé des œuvres de bandes dessinées, d'animation et de films à l'échelle internationale, enseigné la création de bandes dessinées à des étudiants universitaires, développé et dispensé des programmes de bandes dessinées à des élèves du secondaire issus de l'immigration et des réfugiés avec STARTTS, et des programmes d'art à des élèves du primaire en Corée. Meg travaille actuellement sur un travail de longue durée basé sur ses expériences en tant qu'enfant asiatique de parents blancs en Australie, une période récente de vie en Corée et une recherche infructueuse de sa mère coréenne.

Elle a créé l'œuvre d'art pour notre Soirée de reprise de K-Box Adoptee matériel promotionnel et ZINE :

Meg s'est également présentée comme l'une de nos artistes adoptées et vous pouvez regarder la vidéo de sa présentation ici :

Vous pouvez également le consulter dans le format de la version Web pour ceux qui préfèrent lire et voir.

Ressources

En savoir plus sur Meg
site Internet: http://www.megoshea.com
IG : @even.little.meg

Découvrez notre Album photo, chez Ryan et Ébène présentations de la soirée

Prochainement est notre artiste adopté ZINE et d'autres artistes adoptés

Ebony à K-Box Adoptee Takeover Night

Ebony est une adoptée internationale née en Haïti et élevée en Australie. C'est une artiste talentueuse dont l'ensemble de l'œuvre parle des problèmes complexes que nous vivons en tant qu'adoptés internationaux et explore notre identité. 

En tant qu'artiste contemporain australien qui s'intéresse à l'interrogation des concepts d'individualité, d'adoption, de sexualité, de queerness et d'identité noire. Ebony puise dans son expérience de vie pour éclairer la création de ses dessins et de ses formes sculpturales expressives, en utilisant un assortiment diversifié de matériaux pour composer son travail. La performance est également un élément important de sa pratique créative. En 2000, Ebony a créé la personnalité drag Messe de Koko. Koko aime interpréter des chansons avec âme et est un peu dur à cuire qui parle toujours et est honnête sur les problèmes auxquels ils sont confrontés dans la société. Koko défie les perceptions tout en s'amusant avec son public. La pratique d'Ebony est audacieuse et politiquement engagée, répondant aux problèmes qui affectent ses communautés avec un langage visuel fort qu'elle continue d'explorer. Ebony a terminé sa maîtrise en art contemporain au Victorian College of the Arts de Melbourne en 2020. 

Ebony a contribué cette œuvre d'art pour notre ZINE qui était un magazine imprimé célébrant les artistes adoptés inter-pays et transraciaux d'Australie, pour que les gens puissent les ramener à la maison.

Si vous vivez à Melbourne, vous pouvez voir plus de ses œuvres à Chin Chin & Go Go au 125 Flinders Lane. La barre est décorée de ses oeuvres et sa vidéo montrée ci-dessous, est projetée sur l'allée. 

Elle participe également avec un groupe d'adoptés des Premières Nations australiennes le 7 octobre à Université de Melbourne dans une exposition intitulée – Adopté.

Déclaration d'artiste d'Ebony à propos de cette vidéo :

Maquillage divin, 2019

Le maquillage divin est un exemple de mes dessins qui prennent vie, me mettant dans le cadre, montrant comment je dessine puis associant cela à ma performance de création parlée. Le dessin est une partie importante de ma pratique; Je respecte la forme simple du papier et des textes.

J'aime l'immédiateté du dessin ; Je sens que mes dessins peuvent être spontanés et j'aime dessiner librement. Quand je dessine, je ne prévois pas le résultat, je commence et vois où ça me mène, je laisse les repères guider ma direction. Mon travail, en tant qu'Ebony, est personnel et honnête. Mes dessins sont un mélange de sentiments, d'expériences et de moments spécifiques de ma vie. Cette vidéo montre les idées que j'ai explorées récemment, se réunissant pour remplir l'espace avec mon moi noir.

Regarder Ebony Hickey Maquillage divin:

Ressources

Autres œuvres d'art d'Ebony à l'ICAV :
Je suis moi
Né dans les deux sens

Vous pouvez en savoir plus sur Ebony sur :
IG : @ébène.hickey.7

Prochainement est la présentation de Meg de la soirée.

Examen de l'adopté du jeu K-Box de Ra Chapman

par Kayla Curtis, adopté coréen élevé en Australie, assistante sociale et conseillère spécialisée en adoption.

Je veux partager quelques réflexions après avoir accompagné le Boîte K Soirée de prise de contrôle des adoptés à la malterie et voir le K-Box de Ra Chapman jouer à Melbourne, en Australie, le 9 septembre.

Personnellement, je ressens une excitation de voir Boîte K parce qu'il a capturé une grande partie de mon expérience personnelle d'adoption avec une clarté émotionnelle et de confrontation. Mes commentaires à Ra par la suite ont été : « Ils auraient pu être mes parents sur cette scène, le plateau était ma maison familiale et le scénario était très proche des conversations que j'ai eues avec ma famille au fil des ans. Merci d'avoir mis en lumière certains des problèmes auxquels nous devons faire face et d'avoir inclus certains des problèmes inconfortables et confrontants qui sont si cachés et invisibles pour les autres, en particulier nos familles ».  

Boîte K est écrit et réalisé par Ra Chapman, un adopté sud-australien coréen, actuellement basé à Melbourne. Cette pièce est unique en son genre et est la première à mettre en lumière les complexités et les nuances de l'expérience des adoptés internationaux en Australie et à avoir un adopté international comme protagoniste principal. Ra a écrit la pièce basée sur la sienne et d'autres adoptés ont vécu des expériences d'adoption. Les commentaires des adoptés qui ont vu la pièce vendredi soir étaient que la représentation de l'expérience de l'adopté était non seulement relatable, mais une représentation provocante et véridique de leurs propres expériences d'adoption.

La pièce parlait d'une adoptée coréenne de plus de 30 ans naviguant dans les relations avec sa mère et son père adoptifs et parlait également de son parcours pour comprendre l'impact que l'adoption a eu sur sa vie : comment elle a influencé son identité, son modèle de travail interne et sentiment d'identité et de connexion avec ses parents adoptifs. Il a abordé de nombreux thèmes centraux de l'adoption, notamment l'identité, l'appartenance, la perte et le chagrin, la race, les impacts de l'adoption tout au long de la vie, le racisme, les stéréotypes, l'attachement, l'appartenance, le privilège blanc/blanchiment, les « dangers des histoires uniques », famille ainsi que la façon dont nous parlons des questions d'adoption et naviguons dans ces discussions difficiles avec nos familles. Ce que la pièce a bien fait, c'est d'explorer les impacts sur l'adopté et les relations familiales lorsque ces problèmes fondamentaux ne sont pas compris, validés, explorés ou soutenus. Comme c'est normal pour de nombreux adoptés qui commencent à explorer et à prêter attention à ces problèmes, il peut y avoir un effet déstabilisateur sur les relations familiales lorsque le récit de l'adoption «conte de fées» ou «adoption heureuse» commence à se désagréger. 

De gauche à droite : Jeffrey Liu, Ra Chapman, Susanna Qian

Pour tous les professionnels travaillant dans le domaine de l'adoption, cette pièce est une excellente ressource, fournissant un aperçu approfondi et précieux de la dynamique, des relations, des expériences interraciales et des défis auxquels les adoptés internationaux doivent naviguer dans leur expérience d'adoption et leurs familles adoptives. Bien sûr, cela a été livré extrêmement intelligemment avec la pièce utilisant la comédie / satire ainsi que des monologues et un symbolisme émotionnellement intenses et beaux complétés par un jeu exceptionnel d'un casting intime de quatre interprètes. 

Il a été puissamment livré et reçu, laissant de nombreux adoptés qui y ont participé se sentir émotifs et instables, mais aussi connectés, vus et soutenus. De même, cela peut également laisser les parents adoptifs incertains, confrontés et curieux de leur rôle dans l'adoption de leur enfant. En fin de compte, je pense que cela rassemble tout le monde : les adoptés et les parents, ouvrant des possibilités sur la façon dont nous pouvons nous associer autour de l'expérience d'adoption et faire mieux pour le parcours de l'adopté.

Après la pièce, j'ai apprécié les discours émotifs et autres performances des adoptés partageant leur travail créatif et leurs projets. En outre, la soirée a mentionné d'autres projets passionnants dirigés par des adoptés et des travaux créatifs en développement que je suivrai de près avec impatience.  

Le principal point à retenir pour moi de la soirée a été la façon incroyable dont les adoptés ont pu se rassembler grâce à cet événement, qui, je pense, met en évidence le pouvoir de guérison collectif des adoptés lorsqu'ils sont entourés par la communauté, élevant la voix des adoptés de manière sûre et soutenue et se sentant un fort sentiment d'appartenance en étant vu et entendu. C'est formidable de savoir que la communauté des adoptés australiens se renforce !

J'espère que nous pourrons continuer à avoir des discussions ouvertes et bienvenues ensemble en tant que communauté afin que nous puissions tous bénéficier de l'apprentissage de ceux qui ont vécu des expériences, en particulier des adoptés.

Cher Ra, veuillez connaître l'impact puissant que vous avez eu et comment votre travail créatif contribue à façonner tout notre apprentissage et à mieux renforcer la communauté d'adoption en Australie.

J'encourage tout le monde à voir La K-Box de Ra Chapman montrant seulement jusqu'au 18 septembre; les parents adoptifs, les adoptés, les professionnels de l'adoption et la communauté au sens large.

Découvrez notre Album photo dès le soir.

Le 9 septembre Soirée de prise de contrôle des adoptés K-Box à la malterie événement nous a été fièrement présenté par Théâtre de la malterie, supporté par Petites subventions des services d'adoption internationale et de soutien à la famille (ICAFSS) d'Australie, InterCountry Adoptee Voices (ICAV), Services sociaux internationaux (ISS) Australie, et hébergé par nos merveilleuses organisations dirigées par des adoptés et nos groupes communautaires - ICAV dirigé par Lynelle Long et Ra Chapman de Réseau des adoptés coréens en Australie (KAIAN).

Prochainement sur le blog ICAVs est quelques-unes des performances d'artistes adoptés de notre Prise en main de la Nuit de la Malterie et des œuvres d'art de la ZINE magazine qui a été distribué lors de l'événement.

Ra Chapman et quelques-uns des adoptés coréens qui ont assisté à la soirée
Photos de Lynelle Long

Ressources

Profond regret ou grand amour ? Le jeu des adoptés montre le désir de connexion

K-Box : Interroger la classe moyenne australienne avec un flair comique éclair

Adoption illégale et réunion forcée

La plupart des gens supposent que nos adoptions sont toutes légales et légitimes. La plupart des gens supposent que les adoptés veulent rencontrer leur première mère. L'histoire d'Aimee met en évidence la dure réalité que toutes les adoptions ne sont pas légales et que l'implication des médias n'est pas toujours utile ou gentille avec l'adopté qui peut même ne pas vouloir, ni être prêt, à se réunir.

Le pire de l'histoire d'Aimee qui n'est pas partagée dans cette vidéo, c'est que même si le gouvernement taïwanais a poursuivi les trafiquants responsables de son adoption illégale, à ce jour, rien n'a été offert par les gouvernements taïwanais et australien pour aider Aimee dans tous les cas. manière spécifique de gérer les impacts continus de l'adoption illégale. Il y a toute une cohorte d'adoptés taïwanais en Australie avec Aimee qui étaient le résultat du réseau de trafic de Julie Chu à Taïwan qui a été poursuivi. Personne n'a suivi ces adoptés pour les vérifier, pour leur faire savoir comment s'est passé leur adoption, ni pour leur faire connaître des soutiens particuliers.

En quoi est-il éthique que l'Australie et Taïwan soient toujours autorisés à continuer de faciliter les adoptions internationales aujourd'hui ?, sans aucune reconnaissance des torts passés ni une tentative de remédier aux impacts sur ces victimes ? CECI est une adoption internationale avec une absence totale de devoir de diligence envers la personne la plus touchée, dans le pire des cas.

Cliquez sur la photo d'Aimee pour écouter son partage.

Aimée

Ressources

Webinaire sur l'expérience vécue de l'adoption illégale et illicite qui comprend un autre des adoptés taïwanais victimes de la traite, Kimbra Butterworth-Smith

La justice et la responsabilité se produisent-elles dans les adoptions illégales ?

L'expérience vécue de l'adoption internationale illégale

Des voix contre les adoptions illégales s'expriment aux Nations Unies

Document de perspective de l'ICAV : Suggestions d'expériences vécues pour répondre aux adoptions illégales et illicites en français & anglais

Les gouvernements reconnaissent enfin les pratiques d'adoption illicites et illégales

Le sentiment de n'appartenir nulle part

Michelle est l'une de nos adoptées les plus éloquentes au série de vidéos. Elle est si ouverte et honnête sur les défis et j'aime son courage de parler des sujets les plus cachés dans l'adoption - les troubles de l'alimentation et les tentatives de suicide et ce qui les sous-tend ; et la lutte pour trouver un lieu d'appartenance et le besoin de connaître la vérité sur nos origines.

Cliquez sur l'image de Michelle pour écouter sa vidéo.

Michèle

Ressources

Lisez les autres blogs de Michelle : Mère et Lettre au président Moon.

Familles adoptées et rétablissement des troubles de l'alimentation

Risque de troubles de l'alimentation chez les adoptés internationaux : une étude de cohorte utilisant les registres de population nationaux suédois

Troubles alimentaires chez les enfants adoptés

Ai-je un trouble de l'alimentation?

Symptômes comportementaux des troubles de l'alimentation chez les adolescents et les jeunes adultes adoptés aux États-Unis : résultats de l'enquête Add Health

Le lien entre les traumatismes de l'enfance et les troubles de l'alimentation

Adoption et troubles alimentaires : un groupe à haut risque ?

Problèmes d'attachement pouvant contribuer aux troubles de l'alimentation

Français
%%footer%%