Acheté et vendu, c'est l'adoption !

par Lina Vanegas adopted from Colombia to the USA. You can follow Lina on Instagram @linaleadswithlove or on Twitter @LinaLeadsWLove

When we talk about adoption it’s important that we are honest and transparent and avoid sugar coating things or inserting toxic positivity or adoption propaganda.

The reality is that many people do not truly understand adoption, what it it entails, what it is and the impacts, trauma, grief and loss.

To break it down, I was bought and sold in 1976. I lost everything and my identity was erased. This is heartbreaking and devastating to me. It’s hard to wrap my head around it. I can’t honestly fathom how this could have happened. The tragic thing is that I am one of millions. Yes M I L L I O N S. There are an estimated 7 million adopted and displaced people and the number is growing. 2 million of us are intercountry adopted.

I just saw a comment on Facebook last night that was commending a white adoptive parent for sharing a positive adoptive story and they also stated we need more positive adoption stories. If positive is what you want then adoption is not the topic to equate with it. There is always trauma, grief and loss with adoption no matter the circumstances. This is a given and guarantee. When we talk about adoption, we must be honest about what it entails. It’s not beautiful, a fairytale, rainbows, sprinkles and unicorns.

I was bought my and sold in 1976. This is my lived experience.

You can read Lina’s other articles shared here at ICAV:
Demystifying the stigmatization of Adoptee Suicide

Ma vision de l'adoption a changé avec le temps

par Maria Fredriksson adopté et artiste de la Corée du Sud à la Suède.

Je ne saurai jamais exactement comment, quand ou même si j'ai été retrouvé. Mes illustrations sur cette page montrent comment j'ai décidé de créer ma propre scène et j'ai mélangé la petite fille d'Asie de l'Est avec des paysages nordiques typiques.

Cette année, j'aurai cinquante ans. Pendant sept ans et quatre mois de ces cinquante ans, j'ai regardé l'adoption d'un autre point de vue que pendant mes quarante-deux premières années et voici quelque chose auquel j'ai passé les premières heures de 2022 à réfléchir.

Lorsque vous critiquez l'adoption, vous entendez souvent des personnes vous contredire en faisant référence à d'autres adoptés qui ne partagent pas votre point de vue critique. "J'ai une amie qui a été adoptée et elle est juste parfaitement heureuse et reconnaissante". Bien donc?

Une autre chose qui me frappe souvent, c'est qu'en matière d'adoption, être plus âgé et plus expérimenté ne vous rend pas plus respecté. Je ne sais pas combien de fois j'ai vu des adoptés adultes se faire repousser par des parents adoptifs affirmant que leur enfant adopté de dix ans n'avait jamais connu de racisme ni ne s'était senti déraciné, etc.

Pendant des années, j'ai été pro-adoption et j'ai même participé aux réunions d'information (de propagande) d'une agence d'adoption pour les futurs parents adoptifs et les travailleurs sociaux. Je n'ai jamais été interrogé et on ne m'a jamais demandé de montrer des statistiques d'autres sources scientifiques pour étayer mes affirmations. J'ai été adopté à l'époque et je le suis tout autant aujourd'hui. Cependant, mes paroles d'alors n'ont jamais fait l'objet de doutes alors que ce que je dis aujourd'hui est toujours l'objet d'un examen minutieux et assez souvent rejeté comme un BS sentimental. Contrairement à ce qui était vraiment sentimental BS…

À l'époque, je n'avais lu aucun rapport ni vu aucun documentaire sur l'adoption. J'avais à peine parlé à d'autres adoptés autres que mon frère et les autres adoptés sur les panneaux lors des réunions de l'agence d'adoption. Bien sûr, aujourd'hui on pourrait m'accuser d'être un peu catégorique, mais pourquoi ne m'en ai-je pas accusé auparavant ? Et pourquoi les mots de mon moi de bientôt cinquante ans sont-ils moins fiables que ceux de mon moi de trente ans, ou de mon moi de quinze ans d'ailleurs…

Il ne s'agit pas seulement d'un traumatisme. Pour moi, il s'agit de déclarations politiques/idéologiques, il s'agit d'idées sur les privilèges et les structures coloniales/patriarcales, dont j'en sais beaucoup plus aujourd'hui qu'il y a dix ans, et encore moins quand j'étais enfant.

Je pense que cela a à voir avec la façon dont l'adoption est encadrée et coulée. Nous, les adoptés, sommes éternellement des enfants et, en tant que tels, égaux les uns aux autres mais pas égaux aux parents adoptifs, pas même lorsque vous avez des décennies de plus que le parent adoptif dont vous discutez. Par conséquent, dans le contexte du débat sur l'adoption, je déteste être étiqueté « enfant adoptif » et je n'aime pas avoir à me référer aux personnes qui adoptent en tant que parents adoptifs. Dans ce contexte, je préférerais que nous soyons adoptés et adoptants, mais comme je sais quelles batailles choisir, je respecte les règles de groupe dans les forums d'adoption. Cependant, je crois que la langue est importante. Les mots peignent des images et ces images affectent la façon dont une conversation se déroule.

Le pape incite les gens à adopter des enfants

par Cameron Lee, adopté de Corée du Sud aux USA, thérapeute et fondateur de Thérapie utilisée.

Sommes nous se faire honte pour adopter des enfants? Considérons l'impact de ce genre de message.

Tout d'abord, veuillez visiter @patrickintheworld pour un dialogue organisé sur l'humanité - et comment Les mots de François échouent à reconnaître notre expérience intrinsèque de celui-ci. Vous n'avez pas besoin d'adopter un enfant pour réaliser votre humanité. Et tous ceux qui adoptent un enfant ne sont pas altruistes.

Deuxièmement, pouvez-vous imaginer adopter un enfant parce que vous vous sentez coupable ou égoïste de ne pas en adopter un ? S'il vous plaît voir mon précédent Office Hour With Your Therapist épisode, "Votre mariage est-il prêt pour l'adoption?"

Troisièmement, un animal de compagnie est très différent d'un enfant. Je vous conseille vivement de les comparer comme s'ils pouvaient être remplacés comme des pièces de voiture. Découvrez le hashtag #notathing et examiner les fruits d'un tel récit de marchandisation. Les adoptés, de la petite enfance à tout âge, ont besoin d'une sorte de soins réfléchis et informés qui existent au-delà de la façon dont nous décrivons les chats et les chiens.

Quatrièmement, comme ce message provient d'une autorité spirituelle qui lutte pour répondre de manière significative à l'importance des services post-adoption, je nous exhorte à continuer à soutenir les familles de l'église qui ont déjà adopté.

Malgré les différences de vision du monde, les adoptés (et leurs familles) doivent savoir qu'ils ne sont pas seuls et ils ont besoin d'aide pour naviguer dans toutes les complexités qui accompagnent l'abandon, le transfert de garde et au-delà.

Je ne dis en aucun cas que nous devrions négliger les familles en dehors de l'église. Mais je crains qu'il y ait des adoptants dans les communautés spirituelles qui se sont lancés dans ce voyage à cause de motifs mal informés (pas de jugement de ma part, je sais que vous n'en avez pas besoin de plus !), et qui se sont retrouvés dans un besoin désespéré de ressources et espoir.

Enfin, il va sans dire, continuons à nous interroger sur les conditions qui minimisent ou symbolisent les efforts de préservation de la famille. J'aimerais voir plus d'initiatives alimentées par le Christ pour garder les enfants avec leurs parents et leurs proches.

Oui, la conversation dépasse le cadre de ce message unique. N'hésitez pas à parcourir mon compte pour plus de réflexions liées à la foi sur #adoption - ainsi que la myriade de voix #adoptee sur et hors des réseaux sociaux qui se sont exprimées sur ces questions de réforme et de restauration.

25 ans aux Pays-Bas

par Jowan Kooijman, adopté de la Corée du Sud aux Pays-Bas. Jowan's site Internet fournit d'autres poèmes et écrits sur l'adoption.

Jowan

Une journée avec un double sentiment de perte et de solitude

25 ans aux Pays-Bas

Corée vs Pays-Bas
Il y a vingt-cinq ans, je suis venu au monde avec neuf semaines d'avance.
J'ai mis beaucoup de temps à grandir.
Je devais survivre pour pouvoir vivre et respirer.
C'était le cocon qui était sympa, mais il s'est cassé tôt.
C'est ma base qui a été perturbée au début et ce qui ne pouvait pas l'être.
Il y a vingt-cinq ans, j'ai eu une nouvelle maison, mais je ne me suis jamais sentie chez moi.
C'était mon identité que je ne connaissais plus.
Soudain, j'étais hollandais et je ne m'appelais plus Joon-Hwan, mais Jowan.
C'est l'éducation qui a remplacé la nature et tout ce que je ne savais pas, je devais l'apprendre.

Le changement (ajustement)
La délocalisation qui s'est produite dans le passé a systématiquement beaucoup changé.
Même maintenant, des années plus tard, c'est encore tangible mais surtout visible.
C'est mon jeune moi qui a eu du mal à s'assimiler car j'ai dû quitter ma place tôt et lutter pour prendre ma place.
Parce que si vous vous adaptez, vous perdez des choses.
Perdre quelque chose en dit long sur la distance et l'adaptation, que ce n'est pas toujours sûr. La perte consiste à abandonner ce que vous aimez et qui vous aimez.

Vingt cinq
Il y a vingt-cinq ans, juste avant Noël, je suis venu aux Pays-Bas.
Embrassé avec amour et reçu comme un cadeau précieux.
Aujourd'hui, vingt-cinq ans plus tard, je peux m'octroyer la vie car je connais aussi l'autre côté et cela n'a pas toujours été facile.
Le travail acharné et la discipline étaient les principes fondamentaux pour aller de l'avant.
J'ai aussi appris à valoriser les petites choses, car les petites choses peuvent faire une grande différence.

La douleur de la perte et la joie de la voir réunie avec sa famille

par Jessica Davis, mère adoptive américaine d'une fille ougandaise, est retournée avec succès dans sa famille ougandaise ; co-fondateur de Kugatta qui rassemble les familles impactées par l'adoption internationale ougandaise.

Namata avec ses frères et sœurs

Chaque année, je pense que je ne pleurerai pas et que cela ne fera pas aussi mal qu'autrefois. Mais chaque fois que je vois tout ce qui a été presque définitivement pris à Namata, la douleur revient tout aussi profonde (sinon plus profonde) que la première fois où j'ai réalisé à quoi j'avais participé - et ce qui devait être fait. J'ai encore des membres de ma famille élargie qui refusent d'admettre que la réunir avec sa famille ougandaise était la chose JUSTE et JUSTE à faire.

Il y a beaucoup de gens qui croient qu'il est normal de prendre des enfants de familles AIMANTES si ces familles sont pauvres, vivent dans le « mauvais » pays, pratiquent la « mauvaise » religion, ou pour un certain nombre d'autres raisons irrationnelles. C'est incroyable combien d'argent, de temps et de ressources contribuent à la séparation de familles qui ne devraient jamais être séparées en premier lieu.

Je ne cesserai jamais de dénoncer les torts qui se perpétuent au sein du système d'adoption internationale. Je n'arrêterai pas de me battre pour ceux qui ont été exploités par ce système et je n'oublierai certainement jamais l'incroyable petite fille qui est entrée dans ma vie et m'a appris à faire mieux. Autant elle me manque, autant mon chagrin d'amour est pâle par rapport à la joie que je ressens de la voir chez elle avec sa famille et s'épanouir.

Nous avons tout fait "correctement". Nous avons utilisé une agence d'adoption hautement cotée, suivi tous les protocoles et procédures appropriés et signalé tout ce qui n'allait pas au fur et à mesure que nous l'avons découvert. En fait, même s'il a été prouvé que notre agence d'adoption était corrompue, les papiers de Namata ont été fabriqués, le juge ougandais a été soudoyé, l'entretien avec l'ambassade a montré que la mère de Namata ne comprenait pas ce qu'était l'adoption et on ne nous l'a pas dit à l'époque, notre adoption de Namata d'Ouganda était et est toujours considéré comme LÉGAL. Qu'est-ce que cela vous dit sur l'adoption internationale ?

Namata n'a pas pu rentrer chez elle parce que c'était la chose juste à faire. Les droits de Serena violés et les meilleurs intérêts de Namata ignorés n'étaient pas pertinents pour ceux qui auraient dû s'en soucier. La raison pour laquelle Namata est rentrée chez elle et a retrouvé sa famille était parce qu'Adam et moi avons refusé d'accepter que tout allait bien ou « pour le mieux ».

D'innombrables familles ont été inutilement déchirées par adoption internationale, tout comme celle de Namata.

J'entends rarement quelqu'un exprimer sa préoccupation pour ces injustices ou ce qui a été perdu, les gens utilisent plutôt de bonnes intentions qui ont mal tourné pour ignorer ces réalités et continuer comme si de rien de mal ne s'était produit. Si les gens n'écoutent pas ou ne peuvent pas comprendre le problème, peut-être le verront-ils lorsqu'ils regarderont cette famille et réaliseront que tout ce qui était presque perdu et qu'il n'y avait littéralement AUCUNE raison pour cela.

Namata et sa famille

Lisez le dernier message de Jessica : La justice ou la responsabilité se produisent-elles dans les adoptions illicites ?

Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté

Je regarde autour de moi aujourd'hui et je n'ai aucune famille en vue. J'ai été déchiré aux racines quand je suis né aux Philippines dans la misère en 1985, devenu orphelin à la naissance et adopté en 1987.

Doublement, mon processus d'adoption internationale avait systématiquement effacé tout mon héritage et la connaissance de mes ancêtres. Tout en me liant de manière permanente à des personnes qui n'avaient aucun intérêt à préserver ou à garder intactes ma nationalité et ma culture de naissance.

Je ne sais pas pourquoi cela a dû arriver dans le processus d'adoption.

Pourquoi le passé avait besoin d'être effacé si efficacement comme s'il n'avait jamais existé.

Pourquoi fallait-il effacer tout cela ?

Les récits de mes grands-parents, les récits de mes arrière-grands-parents, les voix de toute la chair, le sang et les os qui ont fait mon ADN aujourd'hui.

Pourquoi leurs histoires ont-elles dû me quitter ?

Était-ce parce que j'étais brune ?

Est-ce parce que je suis né aux Philippines, qui dans l'histoire a toujours été un pays en développement, marginalisé avec un passé colonisé ?

Était-ce parce que j'étais un enfant vulnérable qui n'avait pas son mot à dire ni aucun droit sur ma propre vie à ce moment-là ? Était-ce parce que mes souvenirs et mon identité n'avaient pas d'importance ?

Ai-je dû être séparé de mon pays de naissance et de la langue maternelle de mon pays de naissance pour être sauvé par une famille plus privilégiée ?    

Et pourquoi les informations biographiques restantes étaient-elles si incroyablement inutiles et hors de propos ? Et pourquoi ai-je dû attendre jusqu'à l'âge de 18 ans pour recevoir même cette information, dont certaines parties, j'ai appris plus tard lors d'une réunion avec ma mère biologique, n'étaient même pas vraies.

Est-ce que je me plains parce que je suis orphelin ?

Ou est-ce que je me plains parce qu'il y avait des parties de ce processus d'adoption qui étaient systématiquement inhumaines, y compris m'adopter à un couple caucasien du Midwest qui n'avait montré aucun intérêt à préserver mon héritage culturel ou à rester connecté à la langue de mon propre pays de naissance. Comme il le montre, même dans cette documentation d'adoption, ils n'avaient aucun intérêt pour mon héritage.

Je ne savais pas que si j'avais gardé ce lien quand j'étais un enfant brun vulnérable et essentiellement acheté par une famille blanche privilégiée, j'aurais pu retourner aux Philippines à l'âge adulte, mon pays de naissance, et j'aurais pu parler couramment, ce qui m'aurait permis de récupérer beaucoup plus facilement ma citoyenneté.

Même mon nom de naissance, pourquoi mes parents adoptifs qui ne m'ont jamais rencontré, ont-ils soudainement le droit de changer mon nom de naissance lorsqu'ils m'ont adopté/acheté ?

Pourquoi des droits leur avaient-ils été accordés ?

Quels droits m'ont été retirés dans ce double processus ?

Où est passée ma citoyenneté dans mon pays de naissance lorsque j'ai été adopté ?

Pourquoi tout cela a-t-il dû me quitter, quand j'ai été adopté ?

Vous pouvez lire l'article de Stéphanie : Sur le chemin du rétablissement, suivez-la sur Weebly ou Instagram @starwoodletters.

Une veillée pour Christian Hall, 1 an après

Le 30 décembre 2021, de 19h à 21h CST, nous nous sommes réunis dans une application de médias sociaux, Club-house participer à une veillée en ligne, créée et dirigée par l'adopté vietnamien Adam Chau. L'événement a été organisé en collaboration avec la famille de Christian Hall qui a créé les vigiles physiques en personne dans diverses villes des États-Unis. Le but des veillées était d'honorer la vie de Christian, de sensibiliser et de rassembler les communautés touchées en solidarité pour rechercher Justice pour Christian Hall. Vous pouvez lire leurs derniers articles ici et ici.

Un certain nombre d'invités adoptés ont été invités à partager nos réflexions pour la veillée en ligne : Kev Minh Allen (adopté vietnamien américain), Lynelle Longue (adopté australien vietnamien), Kayla Zheng (adopté sino-américain), Lee Herrick (adopté coréen américain).

Je partage avec vous ce dont j'ai parlé en l'honneur de Christian Hall.

Je m'appelle Lynelle Long, je suis la fondatrice d'Intercountry Adoptee Voices (ICAV). Je tiens à vous remercier Adam Chau pour avoir organisé cet événement en ligne aujourd'hui en l'honneur de Christian. Merci Nicole, la cousine de Christian qui est sur notre appel, de nous avoir permis de nous joindre à cette veillée. Je suis tellement désolé pour la perte de votre famille! C'est un privilège de pouvoir parler. Je suis une personne avec une expérience vécue de l'adoption internationale et comme Christian Hall, je suis d'origine chinoise… sauf que je suis né au Vietnam et adopté en Australie, alors qu'il est né en Chine et adopté aux USA.

Le fil conducteur qui m'unit à Christian Hall est que nous avons tous les deux vécu l'abandon dans notre enfance. Quel que soit notre âge, pour un adopté, la perte de notre première famille en tant qu'abandon/abandon est une expérience crue et douloureusement traumatisante. Il nous accompagne tout au long de la vie sous forme de sensations corporelles et se déclenche facilement. Lorsque cela se produit, ces sensations inondent notre corps sous forme de peur, de panique, d'anxiété.

Pire encore, lorsque notre abandon se produit en tant que nourrisson, nous n'avons pas développé de langage comme moyen de comprendre notre expérience. Nous nous retrouvons simplement avec des sentiments pré-verbaux (sensations corporelles). Il m'a fallu plus de 20 ans avant de lire le premier livre, The Primal Wound de Nancy Verrier, qui a changé ma vie pour comprendre comment l'abandon et l'adoption m'avaient affecté. Ce livre a été le premier à aider à mettre des mots sur l'expérience que je ressentais jusque-là, comme une expérience entièrement somatique, comme des sensations inconfortables dans mon corps, que je n'avais pas comprises, que j'avais passé ma vie à fuir à chaque fois ils ont réapparu.

L'autre fil conducteur qui m'unit à Christian Hall est que nous avons tous les deux connu des idées et des tentatives suicidaires. Pour lui, cela signifiait tragiquement la fin de sa vie par des policiers qui ne comprenaient pas ses traumatismes. Pour moi, après de nombreuses tentatives infructueuses et me retrouver aux urgences, cela a signifié un long processus d'éveil au traumatisme que j'avais vécu. Plus de 20 ans plus tard, j'ai passé la majeure partie de ce temps à aider à éveiller notre société à ce qu'est vraiment l'adoption pour nous, la personne adoptée.

Être adopté ne nous quitte jamais. Nous pourrions essayer de nous échapper et prétendre que cela n'a pas d'impact, mais au plus profond de notre cœur, notre abandon relie presque tous les aspects de notre être - surtout, la façon dont nous nous connectons ou non aux autres autour de nous et à nous-mêmes. Fondamentalement, les adoptés internationaux subissent une perte d'identité, de race et de culture. À moins que nous ayons des soutiens autour de nous qui comprennent et nous aident à surmonter le traumatisme de l'abandon dès le début, nous trébuchons dans le noir, complètement inconscients de l'impact de notre abandon sur nous. De nombreux adoptés appellent cela « être dans le brouillard » jusqu'à ce que nous nous réveillions. Aujourd'hui, des décennies après que Nancy Verrier a écrit pour la première fois son livre incroyable, nous en avons maintenant beaucoup, de nombreux livres écrits par des adoptés qui sont LES experts de notre propre vécu. Ces livres sont un témoignage écrit de la complexité de l'adoption et de son impact sur nous.

Au cours des 2 derniers mois, j'ai travaillé avec d'autres pour parler des impacts de l'abandon et du traumatisme de l'adoption et de la lien direct avec le risque de suicide. Je reconnais que la famille de Christian ne relie pas sa mort tragique au suicide, mais je soupçonne que ses sentiments d'abandon ont été déclenchés lorsque des événements clés l'ont amené à se trouver sur le pont ce jour-là. J'espère que davantage de familles adoptives se renseigneront sur les complexités que nous vivons en tant que personnes déconnectées de nos origines via l'adoption internationale. Nous sommes près de 2 millions dans le monde et nous parlons en masse pour aider le monde à comprendre que ce n'est pas une expérience d'arcs-en-ciel et de licornes. Nous avons besoin du soutien à vie de professionnels formés en traumatologie et en adoption. Rien qu'aux États-Unis, il y a des centaines de milliers d'adoptés internationaux – l'Amérique reste le plus grand pays d'accueil au monde. Trop de personnes sont aux prises avec des difficultés émotionnelles chaque jour, mais aux États-Unis, il n'existe toujours pas de service national de conseil gratuit pour les adoptés internationaux et leurs familles. Il n'y a également AUCUN centre national de soutien post-adoption aux États-Unis financé pour aider les adoptés à l'étranger à atteindre l'âge adulte et au-delà. N'est-ce pas une énorme lacune que le plus grand importateur d'enfants au monde n'ait pas de soutien à vie entièrement financé, équitable, librement accessible - comment l'Amérique peut-elle s'attendre à des résultats positifs pour les enfants qui sont parmi les plus vulnérables si nous ne finançons pas ce que nous savent dont ils ont besoin?

Je n'ai jamais connu Christian personnellement. Je ne l'ai découvert qu'à sa mort. J'aurais aimé le connaître. D'après les nombreux adoptés internationaux avec lesquels je me connecte, je sais que nous gagnons tellement émotionnellement à être connectés à d'autres comme nous. Être connecté à nos pairs aide à réduire ces sentiments d'isolement, nous aide à comprendre que nous ne sommes pas les seuls à vivre la vie de cette façon, nous aide à nous connecter à des sources de soutien et de validation dont nous savons qu'elles ont fonctionné. J'aurais aimé que Christian rencontre notre communauté. Je ne saurai jamais si cela aurait fait la différence pour qu'il ne soit pas là ce jour-là sur ce pont. En tant qu'adopté, je soupçonne que Christian voulait probablement de l'aide ce jour-là, de l'aide pour soulager son âme blessée, pas la mort. 

Prenons également un moment pour nous souvenir de sa famille biologique en Chine. S'ils ont vraiment eu le choix dans son abandon, nous ne le saurons probablement jamais, mais d'après mes connaissances dans ce domaine, ce n'est probablement pas le cas. L'adoption de Christian était probablement le résultat de la L'ère de la politique de l'enfant en Chine où des milliers de familles ont été contraintes d'abandonner leurs enfants, beaucoup d'entre elles ont été adoptées à l'étranger comme chrétiennes. Veuillez prendre un moment pour considérer que grâce à l'adoption, sa famille biologique n'a même pas le droit de savoir qu'il est décédé. 

La parodie de l'adoption est que le traumatisme est vécu par tous dans la triade (l'adopté, la famille adoptive, la famille biologique) mais les traumatismes continuent à être largement méconnus et non pris en charge dans nos pays d'adoption et de naissance. Nous devons faire mieux pour empêcher la séparation inutile des familles et, lorsque l'adoption est nécessaire, veiller à ce que les familles entreprennent une éducation à l'adoption, apprennent pleinement ses complexités et aient un accès gratuit et équitable à vie aux soutiens professionnels nécessaires.

Mes immenses remerciements à sa famille élargie et immédiate pour avoir été courageux et s'être ouverts à travers tout ce traumatisme et permettre ces veillées où sa vie et sa mort peuvent être honorées pour le plus grand bien. J'honore la douleur et la perte qu'ils ont vécues et les remercie énormément d'avoir permis à notre communauté d'adoptés internationaux de se joindre à eux pour les soutenir.

Merci.

Si vous souhaitez soutenir la famille de Christian et leur effort pour la justice, veuillez signer la pétition ici.

Si vous souhaitez mieux comprendre les complexités de l'adoption internationale vécues par les adoptés, notre Ressource vidéo est un excellent point de départ. Ne serait-il pas étonnant de créer une ressource comme celle-ci pour aider à éduquer les premiers intervenants afin de mieux comprendre les crises de santé mentale que vivent les adoptés.

Adoptés et suicide à Noël et au Nouvel An

Noël et le Nouvel An sont des moments où nous nous réunissons généralement en famille, pour célébrer et nous reconnecter. Pour certains adoptés, c'est une période de l'année particulièrement difficile car nous ne sommes pas tous étroitement liés à notre famille (natale ou adoptive). C'est souvent cette période de l'année qui peut être la plus difficile car elle suscite des sentiments douloureux de n'être étroitement lié à personne. Cela peut nous rappeler à quel point nous ne nous «intégrons pas», à quel point nous sommes pour toujours entre les espaces, ou à quel point nous sommes peu compris par les personnes mêmes qui nous ont élevés ou nous ont fait naître.

Deuil de l'enfant du passé par Dan R Moen (adopté philippin)

L'adoption est fortement basée sur la perte – la perte de nos origines, la perte de savoir d'où nous venons et pourquoi, la perte de notre culture et des traditions dans lesquelles nous sommes nés, la perte de nos familles élargies. Et l'adoption ne remplace pas toujours tout ce que nous avons perdu. L'adoption est également fortement basée sur le traumatisme - c'est le traumatisme que nos générations ont traversé qui entraîne souvent notre abandon pour une raison quelconque. Ou ce peut être le traumatisme que notre pays a subi, à la suite d'une guerre, d'une famine, de catastrophes naturelles, etc. Nous, les adoptés, portons ces pertes et ces traumatismes en nous, souvent nous ignorons que nous les portons, jusqu'à ce que nous plongeons profondément dans nos origines. et reconnecter à certains de nos sentiments les plus primaires d'abandon et de chagrin.

En cette période de Noël et du Nouvel An, j'espère que nous pourrons être attentifs à nos compagnons adoptés pour qui cette période de l'année peut être particulièrement déclenchante. L'année dernière en Europe, l'équipe d'adoptés qui sont thérapeutes à AFC savait au moins 6 adoptés de leurs cercles immédiats qui se sont suicidés entre Noël et le Nouvel An. Cette année, à l'échelle mondiale, qui sait quels seront nos chiffres - car nous avons également vécu une autre année difficile avec COVID-19 et cela a encore accru le sentiment d'isolement pour beaucoup, adoptés ou non.

Je viens de terminer de participer à deux événements majeurs cette année pour sensibiliser au lien entre être adopté et ressentir des sentiments ou des actions suicidaires. Le premier était un webinaire avec une expérience vécue où nous avons partagé ouvertement. Vous pouvez voir ça ici:

Le second, qui faisait suite au premier, était un événement Twitter au cours duquel nous étions plus nombreux à partager notre expérience vécue et nos réflexions que vous pouvez lire ici en résumé sillage.

Un grand merci à l'association sponsor Survivants unis et la mère adoptive internationale Maureen McCauley à Histoires à la lumière du jour, qui a organisé ces 2 événements incroyablement puissants et indispensables.

Je voulais partager mes réponses à la question 4 qui nous demandait, pour les compagnons adoptés en difficulté, que dirais-je ? Ma réponse est :

Tu n'es pas seul! Beaucoup d'entre nous ont été dans cet espace, je sais à quel point il est difficile de trouver un chemin, mais c'est possible. Veuillez contacter vos espaces de soutien par les pairs – il y en a tellement. Si vous avez besoin d'aide pour les trouver, l'ICAV a une liste de organisations dirigées par des adoptés internationaux autour du monde.

N'hésitez pas non plus à essayer de trouver un professionnel de la santé mentale. Être soutenu par une personne formée pour comprendre notre expérience vécue peut faire toute la différence. Si vous avez besoin d'aide pour les trouver, l'ICAV a une liste globale de soutiens post-adoption comme un excellent point de départ.

L'adoption commence par des traumatismes et la majeure partie de notre vie, nous passons à déballer cela et à donner un sens à notre vie, qui nous sommes, comment nous sommes arrivés ici. Mais une fois que nous nous sommes entourés de soutien et que nous nous engageons à surmonter ces moments douloureux, notre vie peut changer et nous POUVONS trouver la guérison et la connexion.

Cela commence avec nous-mêmes, en retrouvant une connexion avec nous-mêmes – pour qui nous sommes nés, pas nécessairement pour qui nous avons été adoptés.

Notre vie d'adopté ne doit pas être contrôlée pour toujours par nos débuts, mais il est si important de ne pas nier et ignorer la douleur, mais d'offrir à votre enfant blessé intérieurement un espace où sa douleur peut être entendue et où la guérison peut commencer.

Mon message pour les familles adoptives et les professionnels qui ont du mal à comprendre comment/pourquoi les adoptés peuvent se sentir suicidaires, je vous recommande fortement de regarder notre série de vidéos qui couvre les thèmes universels que j'ai observés, reflétés à travers les histoires que de nombreux adoptés ont partagées avec moi au cours des 20 dernières années. Il est TELLEMENT important que les adoptés se sentent entendus, validés et qu'on leur donne l'espace de partager de notre cœur, sans jugement ni attente.

Une partie de la vision que j'ai créée et que j'ai toujours pour l'ICAV reste très vraie à cette période de l'année :

Un monde où les adoptés internationaux existants ne sont pas isolés ou ignorés, mais soutenus par la communauté, le gouvernement, les organisations et la famille tout au long de leur parcours d'adoption.

Adoption : pas un paramètre par défaut

par Marie Cardaras, adopté de la Grèce aux USA.

Le droit légal à l'avortement aux États-Unis bascule à nouveau précairement au bord du précipice vers le grand gouffre noir. Et encore une fois, parce que ces débats se croisent et sont souvent jumelés, l'adoption est de retour à un point d'ébullition dans les cercles des médias sociaux, dans les journaux et à la télévision. En effet, la juge de la Cour suprême des États-Unis, Amy Coney Barrett, mère de sept enfants, dont deux adoptés en Haïti, s'est frayé un chemin dans la question de l'adoption en entendant une affaire du Mississippi sur l'avortement. Elle a demandé si « l'adoption plutôt que l'avortement 'allègerait le fardeau de la parentalité'. » Dans cette question, elle semble avoir pleinement révélé sa main. Elle a également réussi à susciter de grandes passions parmi la communauté des adoptés, partout dans le monde, à propos de l'adoption elle-même et de notre respect pour elle.

L'avortement est une option légale pour les femmes et doit le rester. Mais l'adoption n'est pas un paramètre par défaut de l'avortement. Il ne doit pas non plus être considéré comme une alternative automatique, sûre et sans faille à toute question sur la façon d'assumer la responsabilité d'un enfant. Nous devons ajuster en permanence ce qui afflige la pratique et le récit de l'adoption, ce qui s'avère être beaucoup.

La réalité est que l'adoption a en fait nui à des millions d'enfants au cours des décennies parce que les enfants ont été traités comme des marchandises et des expériences. Nous avons infantilisé les parents biologiques. Nous les avons vilains dans certains cas. Et nous avons décidé que l'establishment blanc, qui travaille et gère la vie des enfants dans des organisations et des cadres institutionnels du monde entier, affectant de nombreuses communautés ethniques, raciales et indigènes, sait mieux. Ils ne le font pas.

Nous savons; nous, la grande, vaste diaspora d'adoptés, moi inclus, savons que la vie des enfants et leur avenir sont toujours compromis et mal gérés sans une pensée pour l'enfant et la mère biologique. La mère est souvent rendue « incapable ». Les enfants manquent d'agence. Et quant à ceux qui croient que l'adoption est toujours un geste désintéressé, une solution amoureuse à un problème, ils ne comprennent pas bien les répercussions et les conséquences de la décision d'abandonner un bébé. Merci à l'écrivain Gabrielle Glaser et à son livre révolutionnaire, bébé américain, pour avoir fait passer le côté néfaste de l'adoption, à travers une histoire déchirante, des ténèbres et de la honte à la lumière du jour. Ce livre et cet auteur ont changé la conversation et nous devons continuer à parler. 

"Aujourd'hui n'est qu'un jour parmi tous les jours qui existeront. Mais ce qui se passera dans tous les autres jours qui viendront peut dépendre de ce que vous faites aujourd'hui. Cette citation emblématique d'Ernest Hemingway de Pour qui sonne la cloche me coupe au vif alors que je considère ma propre mère biologique adolescente au moment même, à cette seconde même où elle a pris la décision qui allait changer à jamais sa jeune vie et la mienne. Avec la main à la plume et du papier, elle m'a signé, que ce soit par encouragement ou par force ou par capitulation émotionnelle et par pur épuisement, elle n'a jamais eu la chance ni aucune conversation honnête et ouverte sur son choix et sur les conséquences imprévues de sa décision.

Les adoptés ont, à maintes reprises, entendu à la fois l'argument « vous avez eu une belle vie » et le sentiment joyeux « vous avez eu tellement de chance ». Les deux peuvent être vrais pour beaucoup d'entre nous, mais ils n'ont absolument rien à voir avec une mère qui prend la décision profonde et douloureuse de remettre sa chair et son sang à des étrangers. Et ils n'ont rien à voir avec un enfant adopté qui devient un adulte adopté et se sent à des degrés divers, pour des raisons différentes et à des moments différents, coupé de son passé, aussi bref soit-il, et dont ils méritent de parler. savoir pleinement. De qui nous venons et pourquoi est d'une importance vitale et nécessaire pour notre croissance, notre développement et notre bien-être psychologique à long terme.

J'étais l'un des 4 000 adoptés nés en Grèce qui ont été exportés de notre pays d'origine entre 1948 et 1970. Certains d'entre nous étaient des adoptions motivées par des considérations politiques. Certaines étaient des adoptions légales. Beaucoup ont été faits par procuration. Certains d'entre nous étaient des bébés volés. Certains d'entre nous ont été vendus et transformés en marchandises par des médecins, des avocats et des prêtres qui ont servi d'intermédiaires. Certains ont été séparés de leurs frères et sœurs. Certains d'entre nous ont été arrachés à des jumeaux et des jumeaux identiques. Nous avons tous été enlevés à nos mères. Certains d'entre nous ont été enlevés aux deux parents.

Personne n'a jamais pensé à nous, jusqu'à maintenant ; sur ce qui nous est arrivé, pourquoi cela nous est arrivé, et ce que nous ressentons et pensons à ce sujet. Merci à Gonda Van Steen et son livre Adoption, mémoire et guerre froide Grèce : Kid pro Quo ? pour nous faire sortir de l'ombre. Ce livre crée des ondulations qui se transformeront en vagues de changement en Grèce et peut-être pour toutes les adoptions internationales. 

Par rapport aux communautés d'adoptés de Chine, de Corée du Sud, du Viet Nam, du Guatemala et d'autres pays du monde, nous étions parmi les premières (probablement même les toutes premières) et les plus anciennes communautés ethniques qui fournissaient en masse des enfants à des couples sans enfants ; aux Juifs après la guerre, qui ne pouvaient pas trouver d'enfants juifs après l'Holocauste, aux Grecs qui voulaient des bébés grecs et aux non-Grecs, qui savaient qu'il y avait une surabondance d'enfants en Grèce, après deux guerres, à prendre.

Nous sommes un petit groupe, mais maintenant un groupe puissant qui vieillit et devient plus vocal et mobilisé sur ce qui nous est arrivé. Dans la plupart de nos cas, nos parents adoptifs sont décédés. Et maintenant, le temps nous est compté ; pour les réunions, pour rencontrer les parents biologiques et la famille qui se sont souvenus de nous, qui nous ont aimés, qui nous ont manqués, qui se sont souvenus de ce qui s'est passé et peuvent raconter nos histoires. Nous recherchons une justice réparatrice dans toutes les questions d'identité, ce qui signifie un accès facile et ouvert à nos actes de naissance, tous nos dossiers, nos histoires personnelles, et nous voulons que notre citoyenneté, dans notre cas, la Grèce, soit restaurée parce qu'elle nous a été retirée.

Nous avons été dépouillés aussi de nos mères, de leur étreinte après être sortis du puits même de leur être, sous leur cœur, complètement dépendant d'elles pour la vie même. Et dans un acte de cruauté, nous avons été littéralement dépouillés de leurs seins, souvent immédiatement après la naissance, qui étaient remplis du lait chaud et sucré qui était individuellement destiné et créé pour chacun de nous. Nous avons été sevrés trop tôt. Aurions-nous dû être sevrés ? Et si oui, comment ?

Après des semaines à parler publiquement de l'adoption, à la télévision et dans des interviews imprimées, à écrire également à ce sujet en Grèce, je me suis mis à penser à CJ, mon magnifique golden retriever aimant et troublé. Je la "comprends". Je la comprends au plus profond de moi. Elle est l'une de mes meilleures amies et une compagne constante. Elle était et est émotive, elle était difficile à comprendre, et ce fut une lutte pour élever mon chiot en le chien adulte plus calme et plus paisible qu'elle est aujourd'hui.

Je l'ai choisie parmi une portée de neuf. Quand je l'ai rencontrée, elle était minuscule, adorable et grassouillette, comme les bébés dorés ont tendance à être. Une boule de poils, âgée à peine de quelques semaines, elle a basculé sur de petites pattes trapues, se battant comme ses frères et sœurs pour atteindre les mamelons de maman. Ils avaient besoin de leur mère. Ils avaient besoin d'elle pour se nourrir. Ils avaient besoin d'elle pour leur apprendre le bien du mal alors qu'elle les portait par la peau du cou, un grondement grave lorsqu'ils sortaient de la ligne, un claquement sur eux pour les siffler quand il y avait trop de gémissements et de jappements et pleurs. Elle était là pour eux jusqu'à ce qu'elle ne soit plus, retirée de ses chiots après seulement cinq semaines.

CJ a été sevrée trop tôt et il a fallu des mois pour qu'elle se rétablisse. Elle était incorrigible. Difficile. Obstiné. Demandez à quiconque a essayé de travailler avec elle. Quand ce chiot a-t-il été sevré, m'a demandé l'un des meilleurs dresseurs du nord de la Californie ? A cinq semaines, j'ai répondu. Bien, bien trop tôt, dit-il en secouant la tête. Ce n'était pas étonnant qu'elle se débatte. Notre précédente golden, Sedona, a été sevrée au bout de trois mois. Quelle différence de disposition et de confiance !

De plus, il me vient à l'esprit comment nous traitons les chiots. Pour ceux qui adoptent des chiens de race pure, nous obtenons leurs papiers. Nous savons qui sont leur mère et leur père. Nous connaissons leurs dispositions et s'ils étaient des « champions ». Nous connaissons le chenil d'où ils viennent et l'état du chenil. Nous connaissons l'éleveur. En fait, il y a une longue interview et une discussion avec eux. Ils vous interrogent sur la maison et ensuite il y a un questionnaire pour savoir si vous convenez. Pour un chien. Il en est de même pour les animaux qui viennent des refuges. Le processus est long et parfois le chien vient « tester » la maison et les autres animaux avec lesquels il cohabite. Si cela ne fonctionne pas, il n'y a pas de placement. Le fait est qu'il y a énormément de considération pour l'animal.

Ne voyez-vous pas que nous gérons mieux la séparation des animaux de leurs mères que nous ne le faisons avec les bébés humains et leurs mères humaines ? Les nourrissons ont tendance à être immédiatement débusqués de la personne qui les a créés, de la personne qui les a portés, nourris avant même de les voir, de les tenir ? Comme il est cruel de prendre un petit être humain à la mère qui pourrait nourrir et câliner tendrement sa progéniture jusqu'à et à moins qu'il n'y ait une solution éclairée et non contrainte, qui vienne de la mère elle-même, qui peut se rendre compte qu'elle doit faire autre chose. Et ensuite de s'y préparer, de préparer le bébé à cela et de conseiller cet enfant au fur et à mesure qu'il grandit sur d'où il vient, comment il est né et pourquoi il a été placé chez de nouveaux parents. Et ne serait-il pas formidable que les parents biologiques soient pleinement impliqués dans ce processus afin de donner à l'enfant les meilleures chances de vivre et de grandir pour comprendre pourquoi leur vie a été modifiée ? Cela ne doit pas prêter à confusion et nous devons prendre plus de temps que nous n'en prenons pour résoudre le problème, la stigmatisation et souvent le chagrin causé par l'adoption.

J'ai expliqué, maintes et maintes fois, que ma famille adoptive (qui était merveilleuse d'ailleurs) et ma famille biologique ne s'excluent pas mutuellement. Ils sont séparés, mais le continuum de l'un à l'autre a constitué mon identité, qui n'est pas encore complètement formée, et je suis dans la soixantaine. Le saurai-je jamais ? De plus, je viens d'apprendre que ma mère biologique est décédée l'année dernière après que je l'ai cherchée toute ma vie, voulant une réunion quelconque, surtout juste pour parler, obtenir des réponses, voir pour la première fois d'où je venais et pour connais enfin quelqu'un qui me ressemble. Ma tristesse à ce sujet est réelle et ne peut être surestimée.

Elle, ma mère biologique mérite mon attention et mes soins, même si elle ne peut ni me voir ni m'entendre. Ne le sera jamais. Pourquoi? Parce qu'en son nom, je dois défendre les autres mères qui viendront après elle. L'avortement ne pouvait pas être une option pour elle. L'adoption était sa seule alternative et comme c'était le cas, elle avait besoin de soins. Elle avait besoin d'amour. Elle avait besoin de soutien et d'un endroit pour qu'elle et son bébé le découvrent. En fin de compte, elle a peut-être pris la même décision, mais sa décision aurait pu impliquer les étrangers auxquels son bébé allait. Elle ne méritait pas d'être chassée de sa progéniture à un moment critique où sa progéniture avait le plus besoin d'elle et de toutes les manières.

Dans le cas de ma mère, elle a eu honte au point de changer de nom et d'identité. Et quand je suis née, personne ne pouvait supporter de s'occuper d'une mère adolescente et de son enfant qui était "exogame”, né hors mariage. Elle ne serait pas capable de le gérer, lui ont-ils dit, et l'État aussi, sauf que ce n'est pas le cas.

La réponse pour tant d'adoptions, comme la mienne, était de marginaliser la mère biologique à vie et d'expulser les enfants ; dépouillés de leur culture, de leur langue, de leur religion, de leur identité et, dans des milliers de cas, de leur race. Cela est arrivé à des millions d'entre nous. Et les mères biologiques et leurs enfants ne sont pas nécessairement mieux lotis pour cela.

Lorsqu'il s'agit d'adoption, les travailleurs sociaux, les avocats, les médecins et ceux qui dirigent des agences qui s'occupent des mères et des enfants doivent suivre les directives de ceux qui ont vécu l'expérience et en ont géré les conséquences. Il n'est pas juste que les déclarations sur l'adoption viennent d'en haut et d'en bas jusqu'à nous, les grands non lavés. Nous en avons assez de ces personnes « bien intentionnées » qui veulent prendre des décisions à notre place parce que cela les rassure de « résoudre un problème », dont elles ne savent absolument rien. L'adoption porte toujours un stigmate. Nous devons à la fois ajuster le récit autour de l'adoption et parler des personnes qui le sont différemment.  

Pourquoi?

Parce que ce jour ne sera qu'un jour parmi tous les jours qui existeront. Mais ce qui se passera dans tous les autres jours qui viendront dépend de ce que nous ferons ce jour-là. La vie de tant de mères et de leurs enfants mérite la sagesse de ce sentiment et le respect d'une chance de prendre des décisions qui ne font pas de mal.

Mary Cardaras est productrice de films documentaires, écrivaine et Professeur agrégé en communication à la California State University, Baie Est. C'est une fière Grecque, une adoptée et une défenseure des adoptés qui se bat pour une justice universelle restauratrice d'identité pour tous les adoptés du monde entier et pour les enfants nés grâce à un don de sperme anonyme. Elle est l'auteur de Déchiré à la racine. Son prochain livre, Voix des enfants perdus de Grèce : histoires orales d'adoption internationale, 1948-1964 sera publié par Anthem Press en 2022.   

Toxicité et deuil

par Dan R Moen, adopté des Philippines aux USA.

La troisième partie de cette série se concentre sur la toxicité et son impact sur le deuil. Les formes noires en forme de vigne représentent la toxicité et la façon dont elle se manifeste en nous et autour de nous tous. Il est décrit comme une bête incontrôlable et a complètement englouti un individu. Il grandit et s'épanouit lorsque le chagrin n'est pas abordé, que les ressources pour la guérison ne sont pas en place ou utilisées, et lorsque l'on a envie d'abandonner. La créature ressemblant à une vigne s'enroule autour de l'autre monsieur et essaie de le tirer vers le bas avec l'autre personne. Il essaie désespérément de saisir le fruit suspendu, représentant l'espoir. Librement inspiré de la mythologie de Tantale, il est juste hors de portée du fruit, mais la toxicité l'éloigne. Divers facteurs de stress sont entrelacés dans les vignes qui donnent à la créature semblable à la vigne son pouvoir. Des phrases comme Covid-19, Trump, la violence armée, Biden, le divorce et d'autres phrases alimentent cette créature – et lorsqu'elles ne sont pas traitées, lui permettent de devenir plus fort.

A gauche, le bras représente le suicide ; illustrant comment tous ces facteurs de stress peuvent se manifester par la toxicité de la créature ressemblant à la vigne et comment elle a maintenant poussé des barbes. S'enroulant autour du bras du gentleman, il coupe profondément et crée une douleur surnaturelle. Le sang coule et alimente les facteurs de stress sur le sol, enflammant à nouveau le cycle et le pouvoir de la créature ressemblant à la vigne.

Découvrez les deux autres peintures de Dan dans cette série Faire le deuil de l'enfant du passé et Ma perspective est-elle importante ?

Pour en savoir plus sur Dan et son travail, consultez son site Internet.

Affectation....
Français
%%footer%%