Anniversaires des adoptés

par Maars, emmené des Philippines au Canada. Vous pouvez suivre Maars @BlackSheepMaars

Les anniversaires sont difficiles pour un adopté.

C'est un rappel du jour où j'ai reçu la vie. C'est un rappel de ce qu'une mère et un père ne pouvaient qu'imaginer pour moi.

Cependant en adoption, ces rêves sont de courte durée et quelqu'un d'autre en rêve un nouveau pour moi, mais ce n'est jamais garanti. Tous les rêves ne portent pas la même intention et le même amour et c'est vrai à bien des égards pour moi ayant perdu mes parents biologiques.

Mais maintenant je rêve pour moi-même, et c'est moi qui me réapproprie.

Alors que je réfléchis à aujourd'hui, ce que 34 ans ont été, je pleure encore ce bébé avec ce sourire, combien elle ne savait pas qu'elle serait devant elle. Combien de perte et de chagrin elle aurait dû surmonter au fil des années et la perte de tout ce avec quoi elle était née.

J'aurais aimé pouvoir la sauver. J'aurais aimé pouvoir la sauver de tous les moments douloureux auxquels elle serait confrontée, et j'aurais pu la tenir à chaque fois qu'elle pleurait pour ses parents biologiques. J'aimerais pouvoir lui garantir qu'un jour, elle retrouverait toutes ses pièces et que cela viendrait avec un autre type de deuil. J'aimerais savoir comment être là pour elle.

Aujourd'hui, je souhaite pour elle et moi-même que bébé Maars et moi-même puissions continuer à panser les blessures auxquelles elle n'a plus besoin de s'accrocher. Je souhaite qu'elle puisse trouver la paix et le bonheur dans le présent.

Certaines choses dont je ne me remets jamais, certaines choses feront toujours surface. Certaines choses guériront avec le temps.

Joyeux anniversaire bébé Maars, on va bien !

Découvrez un blog récent de Maars : Tant de pertes dans l'adoption

Si la Lune pouvait être ma mère de naissance maintenant

par Roxas-Chua, adopté des Philippines aux États-Unis ; auteur, artiste.

J'ai pensé partager cette image qui se trouve sur ma table de bureau dans mon studio. Je l'ai créé une de ces nuits où je n'étais pas en mesure de puiser dans le changement et le mouvement dans ma lutte pour l'adoption. Je trouve qu'un équilibre entre le partage d'histoires, le travail d'autoparentalité, l'écriture contemplative et le dessin m'a aidé à naviguer et à traduire le monde qui m'entoure. Dans ce dessin, j'étais accompagné de la lune, ce qui m'a en quelque sorte réconforté comme le fait la nature. J'espère que ça vous plait. C'est un instantané de tendresse que l'on recherche chez soi et chez les autres. Si la lune peut être ma mère biologique maintenant, ça me va. Je prendrai n'importe quel chemin qui éclaire la nuit.

Pour en savoir plus sur Roxas-Chua, consultez leur podcast Cher quelqu'un quelque part et livre Dire son nom trois fois sous l'eau.

Amérique - Vous avez rendu difficile d'être fier d'être américain d'origine asiatique

by Mary Choi Robinson, adopted from South Korea to the USA

As I sit down to my laptop it is May 2, the second day of Asian American and Pacific Islander (AAPI) Heritage Awareness Month and I reflect on Alice Wu’s The Half of It I watched last night to commemorate the first day of AAPI month. Watching the movie with my daughter, I thought how I wished it or something like it had been available when I was a teenager or even in my early twenties. To see an entire film focused on the life of a young Asian woman on the cusp of self-discovery and adulthood would have made me feel seen and a part of the fabric of American identity. So while this month is meant to showcase AAPI heritage I am not in fact proud to be Asian-American…yet.

I am sure my previous statement will elicit reactions from disbelief, to shock, to anger, and everything in between from varying groups of identities. So let me explain why I am not proud yet, how America made it nearly impossible for me to be proud, and how I’m gaining pride in my Asianness. As a Korean adoptee, raised by white parents in predominately-white areas, I have always navigated two racial worlds that often oppose each other and forever contradict my identity. The whiteness of my parents did not insulate or protect me from racism and in fact would even appear at home. When I first arrived to the US, my sister, my parent’s biological child, took me in as her show and tell for school with our parents’ blessing. Her all white classmates and teacher were fascinated with me and some even touched my “beautiful silky shiny jet black” hair, something that would continue into my early thirties until I realized I did ne pas have to allow people to touch my hair. Although I start with this story, this is not a piece about being a transracial, transnational adoptee—that is for another day, maybe in November for National Adoption Awareness Month—but to illustrate how my Asian identity exists in America.

As I grew up, I rarely saw other Asians let alone interacted with them. Instead, I lived in a white world full of Barbie, blonde hair and blue eyes in movies, television shows, magazines, and classrooms. The rare times I did see Asians in person were once a year at the Chinese restaurant to celebrate my adoption day or exaggerated or exocticized caricatures in movies and tv shows. Think Mickey Rooney in Breakfast at Tiffany’s, Long Duck Dong in Sixteen Candles, or Ling Ling the “exotic gem of the East” in Bewitched. Imagine instead an America where Wu’s film or To All the Boys I’ve Loved Before ou Crazy Rich Asian ou Fresh Off the Boat ou Kim’s Convenience would have opened up for generations of Asian Americans. Rarely would I spot another Asian in the school halls. However, I could never form friendships with them, heavens no, they were real full Asians and society had taught me they were weird, ate strange smelly things, talked funny, and my inner adolescent warned me association with “them” would only make me more of an outsider, more Asian. In classrooms from K-12 and even in college, all eyes, often including the teacher, turned to me when anything about an Asian subject, regardless of whether it was about China, Vietnam, Korea, etc., as the expert to either verify or deny the material. I always dreaded when the material even had the mention of an Asian country or food or whatever and would immediately turn red-faced and hot while I rubbed my sweaty palms on my pant legs until the teacher moved on, hoping the entire time I would not be called on as an expert like so many times before.

My white family and white friends would lull me into a false sense of belonging and whiteness by association. That false sense of security would shatter when they so easily and spontaneously weaponized my Asianness against me with racial slurs during arguments. Of course, I was used to racist verbal attacks from complete strangers, I had grown up on a diet of it, but it especially pained me from friends and family. The intimacy of those relationships turned the racism into acts of betrayal. That was the blatant racism; the subtle subversive racism caused just as much damage to my sense of pride. As a young professional in my early twenties, a white colleague told me how beautiful I was “for an Asian girl.” A Latina student in one of my courses loudly and clearly stated, “The first day of class, I was so worried I wouldn’t be able to understand you and I’m so glad your English is so good!” And of course I regularly receive the always popular, “Where are you from? No, where are you really from?” Because Asian Americans, whether born here or not, are always seen as foreigners.

AAPI Awareness Month did not even become official until 1992. But anti-Asian sentiment in the US has a long history and was sealed in 1882 with the first national stance on anti-immigration that would be the catalyst for future immigration policies, better known as the Chinese Exclusion Act, coincidentally signed into law also in the month of May. In February 1942, the US rounded up and interned Japanese-Americans and Asian-Americans of non-Japanese decent after the bombing of Pearl Harbor. Now in 2020 amidst the global lockdown of Covid-19, anti-Asian attacks, both verbal and physical, have increased to startling numbers. As recently as April 28, NBC News reported Over 30 percent of Americans have witnessed COVID-19 bias against Asians. Think about that—this is Americans reporting this not Asian Americans. The attacks have been worldwide but this report shows what Asian Americans are dealing with alongside the stress of the pandemic situation in the US. Keep in mind the attacks on Asian Americans are not just from white folks, indeed we’re fair game for everyone as evidenced by Jose Gomez’s attempt to murder an Asian American family including a two-year old child in Midland, Texas in March. Let that sink in—a two-year old child simply because they are Asian! Asians are being spat on, sprayed, et worse by every racial group.

To help combat this current wave of American anti-Asian sentiment, highly visible leader and former presidential candidate, Andrew Yang advised Asian Americans in a Washington Post op-ed to:

“…embrace and show our American-ness in ways we never have before. We need to step up, help our neighbors, donate gear, vote, wear red white and blue, volunteer, fund aid organizations, and do everything in our power to accelerate the end of this crisis. We should show without a shadow of a doubt that we are Americans who will do our part for our country in this time of need.”

My reaction to Mr. Yang’s response bordered on anger at the implication for Asian Americans to continue the perpetuation of the model minority myth. The danger of which, besides reinforcing divides between racial and minority groups, extols the virtue of suffer in silence. Do not make waves, keep your head down, be a “good” American. Sorry Mr. Yang, I am finally gaining pride in my Asianess and I cannot and will not stay silent any longer.

It has taken me my whole life to gain nuggets of pride in my Asian identity. Now I appreciate the color of my tan skin and dark almond-shaped eyes and no longer compare my physical beauty to white women and the standards society has forced on us all. For the first time I actually see myself, and all Asian women and men, as beautiful because of and not in spite of being Asian. I no longer avoid other Asians and cherish friendships with those who look like me. I love to explore the diversity of Asian cuisines, cultures, and traditions and continue to learn about them since, remember, “Asian” is diverse and not a monolith of just one culture. Now I speak up without fear of rejection or lack of acceptance when I witness anti-Asian or any racist behavior and use those moments as teaching opportunities whenever I can. I no longer resent not being able to pass as white. I am becoming proud to be Asian.

Read Mary’s earlier blog My Adoption Day Is An Anniversary of Loss

Le racisme dans l'adoption internationale

Je n'arrive pas à croire qu'au cours des 24 années passées à diriger l'ICAV, je n'ai pas écrit UN article qui rassemble notre expérience vécue du racisme en tant qu'adoptés internationaux et transraciaux ! Eh bien, j'ai finalement abordé ce sujet ! Cela se faisait attendre depuis longtemps et j'ai eu l'impulsion pour le faire grâce au travail en Australie de notre Commission des droits de l'homme pour créer un concept Cadre national de lutte contre le racisme papier. J'ai été choqué d'agir lorsque j'ai lu le journal et réalisé que notre groupe minoritaire n'était même pas mentionné comme l'un des groupes ciblés pour consultation. Je voulais faire quelque chose à ce sujet, apporter de la visibilité à notre communauté qui partage depuis longtemps le racisme et ses impacts dans notre forum privé réservé aux adoptés. D'après les nombreuses conversations que j'ai eues avec d'autres adoptés du monde entier, le racisme est l'un des principaux problèmes que nous endurons, mais il est à peine mentionné dans la plupart des publications, recherches, politiques, pratiques ou éducations sur l'adoption. À l'ICAV, nous visons à sensibiliser au racisme et à l'intersection avec l'adoption internationale et transraciale.

Voici la soumission nous avons préparé pour la Commission australienne des droits de l'homme et voici un document supplémentaire, notre dernier document de perspective ICAV - Expérience vécue du racisme dans l'adoption internationale. Notre article fournit une collation d'expériences vécues pour aider à éduquer sur notre expérience du racisme. Nous incluons également dans nos réponses ce que nous suggérons de faire pour mieux soutenir les adoptés internationaux et transraciaux.

Pour fournir un soutien et une éducation supplémentaires aux professionnels et aux familles adoptives, le mois prochain, le mardi 17 mai à 14h AEST, l'ICAV organisera un webinaire Le racisme vécu par les adoptés internationaux pour vous apporter les voix et les expériences en personne. Si vous souhaitez y assister, vous pouvez contact ICAV afin que nous puissions vous tenir informés.

Avec notre document Perspective et le prochain webinaire, j'espère que ces ressources aideront à lancer/poursuivre les conversations sur le racisme dans l'adoption internationale.

Gabbie Beckley sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. Nous pensons que les adoptés internationaux / transraciaux sont sous-représentés dans les discussions sur la race dans presque tous les pays adoptifs et nous voulions nous assurer que nous avions notre mot à dire. Les prochains blogs seront une sélection des contributions des adoptés qui ont participé pour donner un aperçu plus nuancé de notre expérience vécue du racisme et de nos réflexions sur ce qui doit être fait pour mieux nous soutenir.

par Gabbie Beckley, adopté du Sri Lanka en Australie, travailleur social clinicien.

Dénoncer le racisme est l'affaire de tous

J'ai connu des formes nombreuses et variées de racisme au cours de mes 40 années de vie, de marche et de respiration dans ce monde. Cela m'a touché à bien des égards, comment puis-je les écrire tous? J'ai grandi en naviguant dans ce monde blanchi à la chaux en tant que femme de couleur fière, mais être fière de qui je suis et de ce que je suis devenue dans ma vie ne s'excluent pas mutuellement. Il a fallu beaucoup de travail acharné, d'introspection et de réflexion consciente à plusieurs reprises pour devenir la personne la plus évoluée que je sois à ce jour, et je suis constamment en train de travailler.

J'ai de nombreuses histoires familiales de racisme, celles qui peuvent maintenant être vues pour ce qu'elles étaient, dans le temps, le lieu et le contexte générationnel de l'orateur, et non le reflet de ma famille dans son ensemble.

L'un des premiers souvenirs que j'ai, c'est qu'on m'a dit qu'un membre de ma famille avait dit : "Aucun enfant noir ne portera mon nom !" Mais une fois que j'ai été mis dans les bras d'un membre de ma famille, toutes les conneries racistes sont tombées et j'ai été traité comme tout le monde. En grandissant, j'avais à mon tour beaucoup d'amour et de respect pour cette personne, j'ai pardonné son ignorance et je me suis concentré sur notre amour commun du cricket et du foot !

J'ai eu des expériences durant mes années d'école primaire dont je me souviens encore comme si c'était hier. Recevoir des coups de pied dans les tibias pour m'être défendu, pour avoir eu des altercations physiques avec des intimidateurs racistes. Pour avoir des professeurs qui me disent : « J'ai honte de venir du même pays que toi ».

J'ai été appelé le mot N plus de fois que je ne peux compter. J'ai été victime de racisme manifeste, caché, intentionnel et non intentionnel tout au long de ma vie. J'ai été victime de profilage racial par la police, j'ai été suivi dans les centres commerciaux par des agents de sécurité.

J'ai travaillé dans des milieux de travail où les gens me disaient « d'où venez-vous » et qu'en est-il de vos « vrais parents ». J'ai eu des gens qui m'ont dit: «Votre anglais est si bon pour quelqu'un qui n'est pas né ici». J'ai eu un patron qui ne m'a pas parlé pendant des mois à cause de quelque chose qu'il a perçu que j'avais mal fait. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste un connard raciste et j'étais tellement contente de quitter ce lieu de travail et d'entrer dans le lieu de travail de mes rêves !

 Je n'ai pas eu l'occasion de faire avancer ma carrière à cause des attitudes, des ressentiments et de la petite jalousie des gens, ce qui revient en fait à dire que nous ne voulons pas travailler pour une personne de couleur.

J'ai été sous-estimé, licencié, sous-évalué et pas vu toute ma vie, c'est pourquoi je suis probablement attiré par le travail social et la lutte pour les opprimés et pour essayer de démanteler les inégalités structurelles qui restent si ancrées dans notre société.

Je suis un combattant, je suis un guerrier de la justice sociale, je crois fermement au pouvoir de faire une différence et d'avoir un impact positif sur les actions des gens, je crois en la gentillesse et en l'équité.

Comment cela m'a-t-il affecté ? Eh bien, je me considère comme une personne qui pense et réfléchit profondément à mes actions et décisions. J'ai eu la conversation "que faire si vous êtes arrêté par la police" avec mes enfants, à la suite des meurtres bien publiés de George Floyd, Tamar Rice, Brianna Taylor, et sans oublier l'histoire tragique de nos premières nations les peuples avec le taux d'incarcération le plus élevé pour les jeunes et tous les décès noirs en détention dont personne n'est ou n'a été responsable. Je suis triste, je suis en colère, je suis consterné que ce soit la situation actuelle dans laquelle mes enfants et moi vivons. Pourtant, j'ai de l'espoir - j'espère que nous pourrons construire une communauté qui apporte le changement, pour travailler avec des gens comme- des personnes motivées qui partagent ma passion et ma volonté de changement positif.

Mes expériences de racisme ont façonné la personne que je suis, le parent que je suis et le travailleur social que je suis. Cela a un impact sur mes pensées, mes actions et mes actes. Je suis attentif à la façon dont les gens me voient, je suis respectueux face aux porcs racistes et je refuse d'être rabaissé à leur niveau. Je pense que cela a eu un impact sur ma santé mentale quand j'étais plus jeune, cela a causé beaucoup de doutes sur moi-même et de recherche de ma place dans ce monde.

Je pense que l'une de mes grâces salvatrices a été la reconnexion avec ma famille natale et ma culture. Apprendre à les connaître, c'est apprendre à se connaître ! J'ai passé les 22 dernières années à connaître, à grandir et à aimer ma famille et je suis reconnaissante chaque jour d'être assise dans une position unique où je fais partie de deux mondes et où je peux m'asseoir confortablement dans les deux. 

Que suggérerais-je de faire pour mieux lutter contre le racisme vécu par les adoptés internationaux/transraciaux ?

Je crois que l'adoption ne doit pas être le premier recours. Je crois que le fait de garder la famille ensemble dans leur pays d'origine avec un soutien via le parrainage/l'éducation/les activités génératrices de revenus serait bénéfique pour les adoptés en général, mais plus particulièrement en termes de santé mentale et de lien avec leurs racines et leurs cultures. Si des adoptions doivent avoir lieu, il est impératif de maintenir une relation avec la famille ! Cela comprend les parents biologiques, les tantes, les oncles, les cousins, les grands-parents et les frères et sœurs.

Il faut mettre davantage l'accent sur les pensées et les sentiments de l'adoptant par rapport à l'adoption d'un enfant de couleur. Plongez dans leur histoire et leurs expériences, faites-leur suivre des cours annuels sur l'impact du racisme et comment être un allié/défenseur contre le racisme. Demandez-leur de regarder leurs cercles d'amitié, est-ce diversifié ? Représente-t-il un large éventail de personnes culturellement appropriées, socio-économiques et de genres divers ?

Je pense que nous devrions essayer collectivement de partager nos histoires et nos expériences, dans l'espoir qu'avec une grande connaissance vient une grande responsabilité – et c'est l'affaire de tous !

Pour en savoir plus sur Gabbie, lisez son article partagé il y a des années et inclus dans notre Recherche page: Droits de l'homme et justice sociale dans l'adoption internationale

Défense des adoptés internationaux grecs

Logo de l'organisation, le projet Eftychia pour les adoptés internationaux grecs

En tant que l'une des premières cohortes d'adoptés internationaux, la communauté grecque des adoptés internationaux est représentée par le travail incroyable qui Linda Carrol Forrest Trotteur fait sous son organisation Le projet Eftychia. J'ai été en contact avec Linda au cours des 5 dernières années et j'aime ce qu'elle a fait en matière de plaidoyer pour attirer l'attention du gouvernement grec sur sa communauté. C'est merveilleux quand les adoptés se défendent !

C'était l'une des réunions que Linda a eues avec le gouvernement grec à la fin de l'année dernière. Toutes mes excuses pour avoir publié si tard, mais il est utile pour les autres groupes et dirigeants d'adoptés de voir ce que certains dirigeants d'adoptés font dans le monde pour défendre leur communauté.

Voici celui de Linda lettre officielle qu'elle a fourni au gouvernement grec lors de sa réunion. Merci pour le partage Linda!

Excellent travail et espérons que le gouvernement grec interviendra et fournira des soutiens, des services et des droits indispensables à la communauté des adoptés grecs qui sont demandés dans la lettre de Linda. Ces droits et ces demandes doivent être reconnus comme des éléments de base à fournir à partir de tous pays d'où nous avons été adoptés.

Pour en savoir plus Plaidoyer des adoptés, consultez la longue liste de blogs de l'ICAV sur certains des travaux que nous avons réalisés dans le monde entier.

Participer à La couleur de la différence : résultats à long terme

Cet article a été écrit pour la newsletter de la Benevolent Society: Post Adoption Resource Center. Leur centre fournit un soutien post-adoption aux adoptés de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), en Australie.

À la fin des années 1990, j'étais dans la mi-vingtaine et je cherchais du soutien en tant qu'adopté né à l'étranger, en dehors de l'Australie. À ce moment-là, je n'avais même pas la langue pour comprendre comment l'adoption m'avait affectée, je savais seulement que j'avais lutté et cherchais à trouver du soutien quelque part. je suis tombé sur le Centre de ressources post-adoption (PARC) dans ma recherche, mais j'avais d'abord essayé les programmes de type AA, pensant qu'il devait y avoir un "Adoptés Anonymes" quelque part auquel se joindre. Il n'y en avait pas, alors quand j'ai trouvé le PARC dirigé par Sarah Armstrong, je suis allé participer à l'une de leurs journées d'adoption où vous vous rencontrez face à face et discutez. PARC nous a guidés à travers des sessions guidées. Je l'ai trouvé vraiment utile, mais la chose la plus importante que j'ai remarquée, c'est qu'il n'y avait rien sur le fait d'avoir l'air différent de sa famille/communauté, rien sur la recherche et le retour dans un pays étranger, et certainement rien sur le racisme ou les problèmes que j'ai vécus en tant que personne de couleur adoptée dans une société blanche. J'ai donc parlé à l'équipe PARC par la suite et demandé s'il y avait quelque chose de plus spécifique à mon expérience. Je ne connaissais même pas le terme « adoption internationale » à l'époque. Tout ce que je savais, c'est que j'aimais rencontrer les adoptés, mais ils étaient tous nés en Australie, sauf moi. Donc je me sentais toujours différent et assez seul. J'ai demandé s'il y avait d'autres adoptés comme moi qui contactaient le PARC. Ils m'ont dit oui, de temps en temps. J'ai dit: "Eh bien, si jamais vous dirigez quelque chose pour nous, j'aimerais le savoir et si vous avez des adoptés qui souhaitent se connecter à quelqu'un comme eux, partagez-leur mon nom et mes contacts."

Et donc quelque temps plus tard, PARC a fait un suivi et m'a contacté. Ils m'ont demandé si je voulais être impliqué dans leur nouveau projet de livre où nous, en tant qu'adoptés transraciaux, pourrions partager nos histoires pour aider les gens à mieux comprendre notre expérience vécue. J'ai dit bien sûr et j'ai sauté sur l'occasion. Je me souviens avoir essayé de comprendre ce que j'allais écrire, mais une fois que j'ai commencé, tout a coulé.

Ce fut un processus assez long pour que notre projet de livre soit publié, terminé et lancé. Je pense que c'était environ 3 ans du début à la fin? Mais au cours de ce processus, j'ai fini par être honoré de rencontrer les autres adoptés qui ont également partagé notre livre, La couleur de la différence. Participer au livre a changé ma vie et PARC avait partagé mon nom/mes contacts avec des adoptés comme moi, donc au fil du temps, une fois le projet terminé, j'ai décidé de faire du bénévolat et de continuer à partir des liens que nous avions établis, former un réseau pour se soutenir mutuellement.

Ainsi, à partir des presque 30 adoptés du projet et de ces premiers jours, j'ai construit ce qui était alors connu sous le nom de Réseau de soutien aux adoptés interpays (ICASN). Nous nous sommes concentrés sur le partage de nos histoires, la connexion les uns aux autres et les rencontres face à face dans les capitales. Nous avions des représentants de l'État pour faciliter les contacts sociaux et des représentants du pays d'origine pour aider les adoptés avec les ressources et les besoins spécifiques à leur pays d'origine. Dès ces premiers jours, nous avons établi des liens étroits avec les diverses organisations post-adoption en Australie et participé à des événements éducatifs, en utilisant notre expérience vécue pour aider à informer les futures adoptions.

Le livre avait également fait partie du financement de la Département des services communautaires de Nouvelle-Galles du Sud (DoCS) dirigé par March Griffin à l'époque. J'ai contacté Mary Griffin et son équipe de travailleurs sociaux et on m'a demandé de parler et de partager mon histoire avec leur équipe pour la formation. C'était le jour le plus vulnérable de ma vie, mais la charmante assistante sociale du PARC, Petrina Slaytor, est venue avec moi pour me soutenir et j'ai raconté mon histoire pour la première fois à des personnes qui n'étaient pas des adoptés, mais des professionnels. Wow, ce fut une expérience tellement stimulante de recevoir leur validation et leur encouragement à continuer à faire ce que je faisais - partager mon histoire, me connecter avec d'autres adoptés, fournir un espace de soutien par les pairs. J'ai toujours la charmante Petrina et Mary dans ma vie aujourd'hui et elles ont été parmi mes soutiens les plus incroyables tout au long de ma vie.

En 2014, après avoir eu quelques années de pause en raison de ma propre jeune famille, j'ai décidé de continuer de l'ICASN et de me recentrer et de le renommer InterCountry Adoptee Voices (ICAV). Il s'agissait de refléter la nouvelle orientation non seulement du soutien par les pairs, mais aussi de commencer à plaider activement au niveau gouvernemental pour nos besoins et nos droits et de demander que nos voix soient incluses dans toutes les discussions politiques et législatives. Je ne pouvais plus ignorer les problèmes mondiaux très visibles dont j'entendais parler quotidiennement, après que des centaines d'adoptés internationaux adultes se sont joints à l'ICASN du monde entier. J'ai réalisé que je n'étais certainement pas seule dans mon parcours, mais que nos expériences étaient reproduites partout dans le monde pour les adoptés internationaux.

En 2016, lors de consultation gouvernementale au niveau fédéral, mon idée d'avoir un livre à suivre a été reprise par notre gouvernement australien. Ils ont financé une suite à notre livre La couleur de la différence, passant par Services sociaux internationaux (ISS) Australie qui avaient été financés pour fournir notre service de recherche et de réunion dont nous avions tant besoin. En 2017, nous avons lancé le livre de suivi, La couleur du temps pour montrer comment nos histoires ont changé au cours des 15 années écoulées depuis la publication La couleur de la différence.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui en 2022, l'ICAV représente désormais au nom des adoptés internationaux du monde entier au niveau international - La Haye et le Nations Unies (ONU). Nous défendons nos droits et nos besoins et nous veillons à ce que nos voix soient incluses dans les discussions politiques et législatives qui déterminent l'avenir des autres adoptés internationaux. Récemment, je m'adresse aux comités de l'ONU sur le thème des adoptions illégales et illicites à partir d'expériences vécues. C'est un tel honneur de travailler en collaboration avec tant d'adoptés internationaux du monde entier.

Ainsi, à partir d'un projet de livre lancé par PARC il y a 24 ans, l'ICAV est devenu l'un des principaux réseaux internationaux de défense des adoptés dans le monde.

Qui aurait pensé que se connecter au PARC, partager mon histoire dans le livre La couleur de la différence, aurait eu un tel impact sur moi, puis se répercuterait sur tous les adoptés qui ont rejoint l'ICAV aujourd'hui. Quel effet d'entraînement ! 

Un grand merci à PARC pour avoir rendu tout cela possible ! Et je suis tellement excitée de voir notre livre réimprimé et rendu disponible en version papier ! C'est incroyable d'entendre des parents adoptifs des nouvelles générations qui partagent avec moi à quel point cela a fait une différence pour eux et leur adopté de lire nos livres, La couleur de la différence, La couleur du temps, ce qui aide à normaliser notre parcours et à éduquer ceux qui veulent mieux comprendre notre expérience vécue.

Pour obtenir une copie papier de ces livres, vous pouvez contacter :
PARC pour La couleur de la différence;
ou ICAV pour La couleur de la différence et/ou La couleur du temps.


Peindre mon bébé

par JS Lee, adopté de la Corée du Sud aux États-Unis, auteur et artiste.

Quand j'étais en Corée en 2006, je me suis rendu à Daegu pour voir les terrains de l'hôpital où j'ai soi-disant été retrouvé abandonné. Errant sans but, j'espérais que quelque chose me semble familier, malgré le passage des décennies. Cette peinture a été inspirée par la photo que j'ai prise lors de mon voyage.

Bien que peindre mon bébé là-bas semble assez triste, c'était incroyable - presque comme si j'avais voyagé dans le temps pour lui dire qu'elle était maintenant entre mes mains sûres.

Vous pouvez suivre plus d'œuvres de JS Lee chez elle site Internet.

Des voix contre les adoptions illégales s'expriment aux Nations Unies

Le 10 mars 2022, j'ai eu l'honneur de présenter en anglais une courte présentation de 10 minutes représentant notre coalition Voix contre l'adoption illégale (VAIA) à la Les Nations Unies.

La réunion a été suivie par :
Le Comité des disparitions forcées (CED)
le Comité des droits de l'enfant (CRC)
le Comité des droits de l'homme (CCPR)
le Rapporteur spécial sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition
le Rapporteur spécial sur la vente et l'exploitation sexuelle d'enfants, y compris la prostitution des enfants, la pornographie mettant en scène des enfants et d'autres matériels pédopornographiques
le Rapporteur spécial sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants,
et le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires.

Grâce aux travaux de Racines Perdues Raíces Perdidas et Retour aux sources, notre coalition VAIA a été au courant du travail conjoint effectué par ces membres du Comité des Nations Unies qui travaillent sur un Déclaration commune sur les adoptions internationales illégales.

Voici ce que j'ai partagé dans ma déclaration :

Bonne journée, bonne soirée à vous tous !

Je m'appelle Lynelle Long et je suis une adoptée internationale résidant en Australie, mandataire adoptée via un avocat privé, sortie de la guerre du Vietnam au début des années 70.

Je tiens à vous remercier tous pour l'honneur d'être ici et d'avoir inclus nos voix pour cette occasion des plus importantes. J'ai été ravi de lire le projet de texte auquel vous avez tous contribué. Il reflète bon nombre des points que nous avons abordés dans notre article de perspective sur l'expérience vécue que j'ai présenté au groupe de travail de La Haye 2019 sur la prévention et la lutte contre les pratiques illicites en matière d'adoption internationale. Cela me réchauffe le cœur de savoir que vous êtes si nombreux à être nos alliés, pour aider et encourager les États à répondre de manière juste et éthique à nos adoptions illégales et illicites. Merci!

Le message que véhicule le projet de texte est tout à fait conforme à ce que nous recherchons également. Votre action depuis cette réunion et si ce texte est publié, nous donne une lueur d'espoir dans ce qui a souvent été ressenti comme une mer sans fin de consternation et de perte alors que nous avons passé des années à nous battre et à nous défendre. C'est merveilleux de ne plus se sentir seul mais de savoir que nous avons des alliés solides qui défendent également nos intérêts. Nous sommes les enfants pour qui l'adoption internationale est tout. Nous ne restons pas des « enfants » pour toujours. Nous grandissons pour avoir notre propre voix et nous voulons nous exprimer et veiller à ce que les leçons du passé soient tirées et que les pratiques et la législation soient modifiées pour empêcher que les mêmes torts ne se reproduisent à d'autres, et pour traiter et rectifier les torts qui nous sont faits .

Aujourd'hui, je me présente à vous en tant que représentant de la Coalition des voix contre les adoptions illégales (VAIA)

Notre coalition a été créée par des associations qui militent pour la reconnaissance des adoptions illégales, notre droit aux origines, ont grand besoin de changements juridiques pour nous soutenir en tant que victimes, et demandent une aide institutionnelle, étatique, diplomatique et consulaire pour réparer les torts qui nous sont faits.

Nous nous présentons officiellement aujourd'hui aux Nations Unies comme une coalition d'organisations formant une campagne de la société civile, c'est une initiative menée par des adoptés ayant une expertise en expérience vécue.

Nous sommes des organisations non gouvernementales et non financées, des associations, des fondations et des collectifs composés de personnes adoptées, de familles biologiques et de familles adoptives.

Ensemble, nous avons lancé une campagne de la société civile pour défendre nos droits et c'est ainsi que nous nous présentons à vous, les Nations Unies.

Nos objectifs sont :

– d'exiger la reconnaissance des adoptions illégales et leur reconnaissance en tant que crime contre l'humanité lorsqu'elles font suite à l'enlèvement, à la vente ou à la traite d'enfants et qu'il existe des preuves suffisantes pour démontrer qu'elles ont eu lieu dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique contre la population civile .

– de présenter les actions politiques et juridiques menées par chaque organisation à travers le monde.

– d'appeler les États à engager avec nous un dialogue sur la reconnaissance de la responsabilité de ce qui s'est passé et à obtenir réparation.

Aujourd'hui, nous voudrions informer les différents groupes de travail, les Hauts Commissariats, les rapporteurs spéciaux, les missions diplomatiques et les experts des différents comités, notamment le Comité des droits de l'enfant, le Comité des disparitions forcées ainsi que le Comité des droits de l'homme, de la situation internationale des adoptions illégales liées à la traite des êtres humains.

Nous pensons qu'il est essentiel qu'il y ait une uniformité dans les réponses suite à la survenance d'adoptions illégales.

Nous pensons qu'il est également anormal qu'en fonction du pays dans lequel réside l'adopté, que nous ne soyons pas reconnus comme victimes.

Nous voulons également attirer l'attention sur le fait que les procédures judiciaires pour adoptions illégales sont confrontées la plupart du temps à des problèmes qui nous empêchent de demander justice et réparation. Par exemple, le délai de prescription, ainsi que la difficulté d'établir les faits de ce qui s'est passé dans nos affaires lorsque des dossiers nous sont cachés ou ont été détruits.

Nous aimerions que nos contributions et expériences soient prises en compte par les Nations Unies.

Nous attendons avec impatience de voir votre déclaration finale et ferons de notre mieux pour nous rendre disponibles pour travailler avec toutes les parties prenantes pour voir sa mise en œuvre.

Merci beaucoup pour votre temps, pour nous avoir écoutés et pour nous avoir permis de participer.

Ensemble avec Racines Perdues Raíces Perdidas nous vous tiendrons informés de l'avancement de nos travaux à l'ONU.

Voici la liste des organisations qui composent Voix contre l'adoption illégale (VAIA):

Fondation Racines Perdues
Adoptés chiliens dans le monde (CAW)
Collectif Adoptie Schakel
InterCountry Adoptee Voices (ICAV)
Association Reconnaissance Adoptions Illégales à l'International en France (RAÏF)
Empreintes Vivantes
Plan Ange
Collectif des adoptés français du Mali
Collectif des parents adoptifs du Sri Lanka
Rwanda en Zoveel plus
Association ADN Inde
Retour aux sources
Collectif des adoptés du Sri-Lanka
Protection de l'identité des enfants

Ressource:

Document de perspective de l'ICAV : Expériences vécues Suggestions de réponses aux adoptions illicites (en français ou en anglais)

Trouver de la force dans l'heure la plus sombre

Mon frère, adopté 2 ans avant mon arrivée dans notre maison d'adoption, est décédé sans abri et souffrant de troubles mentaux aux Philippines la semaine dernière. C'était un adopté international philippin américain, tout comme moi.

Nous ne savons pas ce qui s'est passé. Il était en mauvaise compagnie. J'ai le sentiment que la mort a été assistée. La négligence était en cause. C'était à Mindanao, dans une zone rurale, où il est dangereux pour les Américains de voyager, j'ai entendu dire. De vrais enlèvements se produisent là-bas s'ils découvrent que vous êtes américain. Je ne pouvais pas aller voir si c'était réel. La seule personne à informer était une dame qui était une mauvaise nouvelle depuis le début. Elle lui demandait toujours de l'argent. Traquer mon frère pour mettre la main sur ma mère adoptive. Et elle a fait partie de cette mort, prenant des photos de mon frère quelques jours avant qu'il ne meure sans abri d'une suspicion d'empoisonnement à l'alcool.

La nouvelle m'a frappé et le processus de deuil a été réel et déchirant. J'ai eu du mal à donner des nouvelles à mes collègues. Le premier jour de retour au travail, j'ai pleuré dans la dernière heure.

Ce que je veux écrire, c'est ce que j'ai appris de ma vie et de mon monde en tant qu'adopté américain d'origine philippine. Cette vie n'a jamais été facile. Ça n'a pas été amusant. Je n'ai jamais été à l'aise avec ma famille adoptive blanche. Et j'avais un frère malade mental qui était de mon pays natal, brun comme moi, et seulement deux ans plus âgé que moi, et je l'aimais de tout mon cœur.

Cependant, il n'a jamais été en bonne santé. Il a été abusif envers moi en grandissant. Il était mentalement malade et ses abus se sont intensifiés jusqu'à ce qu'il se les inflige à lui-même. Et il a essayé de m'impliquer là-dedans aussi, donc j'ai dû avoir des limites. J'ai attendu qu'il aille mieux. Je pensais qu'il le ferait, mais il n'a fait qu'empirer. Et cela m'a fait me sentir encore plus mal au fil des années, portant cette douleur. Ne sachant pas où le mettre, qui blâmer, pourquoi il était là.

Après tout, je tiens à dire qu'il arrive un moment où il suffit de choisir. Où au lieu de réagir comme vous l'aviez fait auparavant, vous levez les yeux et reprenez votre souffle parce que tout devient trop. Vous remarquez de nouveaux détails dans les nuages et réalisez que vous êtes toujours en train de donner des coups de pied et que vous ne pouvez pas continuer à avoir les mêmes pensées ou les mêmes habitudes. Vous sentez un changement. Vous voyez la nécessité de faire face à l'adversité et vous voulez sourire à la place. Vous voyez le besoin de vous donner l'espace pour être le vrai vous. Parce qu'il n'y a pas de retour en arrière.

J'ai passé tant d'années à me cacher dans le chagrin et les traumatismes de mon passé et je suppose que j'écris ceci parce que ces temps sont révolus.

Tout ce que je sais, c'est qu'à partir d'ici, je vais être fort.

J'honore mon expérience en tant qu'adopté philippin américain avec révérence. Je n'aurai jamais honte de ce que j'ai vécu. Je ne serai pas gêné de ma souffrance, que je me suis surpris à ressentir aujourd'hui, autour de mes collègues. Je ne porterai plus non plus le fardeau de la douleur de mon frère, que j'avais. Je vais m'aimer. je me pardonnerai. Je serai doux avec moi-même. Je ne serai plus aussi dur avec moi-même qu'avant.

Pendant tout ce temps, j'ai porté les fardeaux d'une vie que je n'ai jamais eue. Je me suis accroché à la douleur d'un amour que je n'ai jamais pu tenir.

D'une famille que je n'ai jamais connue.

Mais mon frère est mort, la seule personne au monde que j'ai probablement jamais aimée. La seule personne en qui j'ai jamais vu être une vraie famille. Et quelque chose a changé en moi.

Je respire en écrivant ceci. Je suis vivant, j'écris ceci.

Je suis ici dans le présent. J'ai survécu à toutes ces conneries. Être orphelin de bébé aux Philippines. Devoir traverser la vie américaine qu'on m'a donnée, parce que c'est comme ça que le cookie s'effrite. On nous donne ce qu'on nous fait et vous devez vous en occuper. Vous devez vous ajuster. Et parfois, à l'âge adulte, vous apprenez l'importance d'être gentil avec vous-même et les autres dans le processus, car le bien-être fait partie de la survie.

Après tout cela, je ressens un sentiment de résolution palpable dans les os de mon être. C'est être fort. C'est aimer ce que j'ai dans ce monde aujourd'hui. Et c'est pour ne rien lâcher.

Ma résolution est de continuer à travailler. Pour vivre une vie saine. Être authentique. Vivre vrai. Je suis toujours là dans ce monde. Et je suis seul, mais je m'en suis sorti avec mes facultés intactes.

Je ne me suis pas fait beaucoup d'amis sur ce chemin, mais j'étais déterminé à travailler dur, à me tourner vers le monde de l'art, des bibliothèques et des écoles pour trouver un exutoire.

Je mène une vie de force réservée. J'ai développé ma propre expression de médias créatifs, sauvage dans mon propre intellect et mes propres entreprises.

Et je ne fais que commencer dans ce monde, même à 36 ans.

Je ne sais pas si quelqu'un s'identifiera à ce blog, mais si quelqu'un le fait, sachez simplement que je n'abandonnerai jamais et je ne veux pas que vous abandonniez non plus. Parce que j'ai eu la chance d'entendre les histoires de quelques-uns d'entre vous et d'avoir rencontré quelques-uns d'entre vous à Noël, et cela a été quelque chose à chérir. Et vous êtes si vital dans ce monde, vous l'êtes vraiment.

Je croirai en toi et en l'amour comme quand j'étais plus jeune et je ne m'arrêterai jamais. Juste la façon dont je croyais en Dieu quand j'étais plus jeune et je n'ai jamais arrêté non plus. Je n'arrêterai pas de croire en la race humaine. Je n'arrêterai pas de travailler vers un but plus élevé parce que c'est ce qui me fait me lever le matin.

Je suis ici aujourd'hui pour dire que la douleur, les épreuves et les luttes serviront à quelque chose avec le temps.

Il y a une raison de vivre et vous la trouverez.

Dans l'heure la plus sombre, vous trouverez la force.

Ou la force - vous trouvera.

Lisez le précédent blog de Desiree à l'ICAV : Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté

Affectation....
Français
%%footer%%