Gabbie Beckley sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. Nous pensons que les adoptés internationaux / transraciaux sont sous-représentés dans les discussions sur la race dans presque tous les pays adoptifs et nous voulions nous assurer que nous avions notre mot à dire. Les prochains blogs seront une sélection des contributions des adoptés qui ont participé pour donner un aperçu plus nuancé de notre expérience vécue du racisme et de nos réflexions sur ce qui doit être fait pour mieux nous soutenir.

par Gabbie Beckley, adopté du Sri Lanka en Australie, travailleur social clinicien.

Dénoncer le racisme est l'affaire de tous

J'ai connu des formes nombreuses et variées de racisme au cours de mes 40 années de vie, de marche et de respiration dans ce monde. Cela m'a touché à bien des égards, comment puis-je les écrire tous? J'ai grandi en naviguant dans ce monde blanchi à la chaux en tant que femme de couleur fière, mais être fière de qui je suis et de ce que je suis devenue dans ma vie ne s'excluent pas mutuellement. Il a fallu beaucoup de travail acharné, d'introspection et de réflexion consciente à plusieurs reprises pour devenir la personne la plus évoluée que je sois à ce jour, et je suis constamment en train de travailler.

J'ai de nombreuses histoires familiales de racisme, celles qui peuvent maintenant être vues pour ce qu'elles étaient, dans le temps, le lieu et le contexte générationnel de l'orateur, et non le reflet de ma famille dans son ensemble.

L'un des premiers souvenirs que j'ai, c'est qu'on m'a dit qu'un membre de ma famille avait dit : "Aucun enfant noir ne portera mon nom !" Mais une fois que j'ai été mis dans les bras d'un membre de ma famille, toutes les conneries racistes sont tombées et j'ai été traité comme tout le monde. En grandissant, j'avais à mon tour beaucoup d'amour et de respect pour cette personne, j'ai pardonné son ignorance et je me suis concentré sur notre amour commun du cricket et du foot !

J'ai eu des expériences durant mes années d'école primaire dont je me souviens encore comme si c'était hier. Recevoir des coups de pied dans les tibias pour m'être défendu, pour avoir eu des altercations physiques avec des intimidateurs racistes. Pour avoir des professeurs qui me disent : « J'ai honte de venir du même pays que toi ».

J'ai été appelé le mot N plus de fois que je ne peux compter. J'ai été victime de racisme manifeste, caché, intentionnel et non intentionnel tout au long de ma vie. J'ai été victime de profilage racial par la police, j'ai été suivi dans les centres commerciaux par des agents de sécurité.

J'ai travaillé dans des milieux de travail où les gens me disaient « d'où venez-vous » et qu'en est-il de vos « vrais parents ». J'ai eu des gens qui m'ont dit: «Votre anglais est si bon pour quelqu'un qui n'est pas né ici». J'ai eu un patron qui ne m'a pas parlé pendant des mois à cause de quelque chose qu'il a perçu que j'avais mal fait. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste un connard raciste et j'étais tellement contente de quitter ce lieu de travail et d'entrer dans le lieu de travail de mes rêves !

 Je n'ai pas eu l'occasion de faire avancer ma carrière à cause des attitudes, des ressentiments et de la petite jalousie des gens, ce qui revient en fait à dire que nous ne voulons pas travailler pour une personne de couleur.

J'ai été sous-estimé, licencié, sous-évalué et pas vu toute ma vie, c'est pourquoi je suis probablement attiré par le travail social et la lutte pour les opprimés et pour essayer de démanteler les inégalités structurelles qui restent si ancrées dans notre société.

Je suis un combattant, je suis un guerrier de la justice sociale, je crois fermement au pouvoir de faire une différence et d'avoir un impact positif sur les actions des gens, je crois en la gentillesse et en l'équité.

Comment cela m'a-t-il affecté ? Eh bien, je me considère comme une personne qui pense et réfléchit profondément à mes actions et décisions. J'ai eu la conversation "que faire si vous êtes arrêté par la police" avec mes enfants, à la suite des meurtres bien publiés de George Floyd, Tamar Rice, Brianna Taylor, et sans oublier l'histoire tragique de nos premières nations les peuples avec le taux d'incarcération le plus élevé pour les jeunes et tous les décès noirs en détention dont personne n'est ou n'a été responsable. Je suis triste, je suis en colère, je suis consterné que ce soit la situation actuelle dans laquelle mes enfants et moi vivons. Pourtant, j'ai de l'espoir - j'espère que nous pourrons construire une communauté qui apporte le changement, pour travailler avec des gens comme- des personnes motivées qui partagent ma passion et ma volonté de changement positif.

Mes expériences de racisme ont façonné la personne que je suis, le parent que je suis et le travailleur social que je suis. Cela a un impact sur mes pensées, mes actions et mes actes. Je suis attentif à la façon dont les gens me voient, je suis respectueux face aux porcs racistes et je refuse d'être rabaissé à leur niveau. Je pense que cela a eu un impact sur ma santé mentale quand j'étais plus jeune, cela a causé beaucoup de doutes sur moi-même et de recherche de ma place dans ce monde.

Je pense que l'une de mes grâces salvatrices a été la reconnexion avec ma famille natale et ma culture. Apprendre à les connaître, c'est apprendre à se connaître ! J'ai passé les 22 dernières années à connaître, à grandir et à aimer ma famille et je suis reconnaissante chaque jour d'être assise dans une position unique où je fais partie de deux mondes et où je peux m'asseoir confortablement dans les deux. 

Que suggérerais-je de faire pour mieux lutter contre le racisme vécu par les adoptés internationaux/transraciaux ?

Je crois que l'adoption ne doit pas être le premier recours. Je crois que le fait de garder la famille ensemble dans leur pays d'origine avec un soutien via le parrainage/l'éducation/les activités génératrices de revenus serait bénéfique pour les adoptés en général, mais plus particulièrement en termes de santé mentale et de lien avec leurs racines et leurs cultures. Si des adoptions doivent avoir lieu, il est impératif de maintenir une relation avec la famille ! Cela comprend les parents biologiques, les tantes, les oncles, les cousins, les grands-parents et les frères et sœurs.

Il faut mettre davantage l'accent sur les pensées et les sentiments de l'adoptant par rapport à l'adoption d'un enfant de couleur. Plongez dans leur histoire et leurs expériences, faites-leur suivre des cours annuels sur l'impact du racisme et comment être un allié/défenseur contre le racisme. Demandez-leur de regarder leurs cercles d'amitié, est-ce diversifié ? Représente-t-il un large éventail de personnes culturellement appropriées, socio-économiques et de genres divers ?

Je pense que nous devrions essayer collectivement de partager nos histoires et nos expériences, dans l'espoir qu'avec une grande connaissance vient une grande responsabilité – et c'est l'affaire de tous !

Pour en savoir plus sur Gabbie, lisez son article partagé il y a des années et inclus dans notre Recherche page: Droits de l'homme et justice sociale dans l'adoption internationale

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%