Gabby Malpas sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. We believe intercountry/transracial adoptees are under represented in race discussions in almost every adoptive country and wanted to make sure we had a say. Gabby’s input below is included in our full papers ici which we submitted to the AHRC.

par Gabby Malpas, born in New Zealand of Chinese origins and transracial adoptee, ICAV Representative, artist at Gabby Malpas.

Colourblind by Gabby Malpas; watercolour painting

I was born in 1966 in Auckland New Zealand. I am 100% Chinese and at the time of writing, I am 56 years old. I started coming out of the adoption fog at 48 years of age, after meeting my birth mother in 2004. It seems old but to clarify, at 48, I finally connected with other Asian adoptees and found validation, support and the language to express my feelings around my life experience.

I have a huge respect for parents. I am a step parent but have not done the heavy lifting that parents do. It’s hard being a parent. Throw adoption or fostering into the mix and that becomes very hard. Throw transracial adoption into that mix and the challenges become even more so. These are my thoughts around racism. All of our experiences are different.

I am very happy. I see the value of good relationships with friends, peers and family, and acknowledge that all of us have experienced trauma at some point in our lives. However, I have struggled with racism my entire life with my difference pointed out almost daily by classmates, co-workers and friends. Not too regularly, I have also been attacked and harassed on the street and was bullied badly throughout my school years.  Jokes and micro-aggressions seem harmless and it took me decades to understand why I was constantly angry: an innocent question about my name/my origins/my nationality seems innocuous, but day after day, often from complete strangers makes a person exhausted, wary and sad/angry. I often withdraw.

I have this to say – I could not tell you this at age 12, 18, 25, 30 or even 40. It took decades to begin to process, understand and articulate what I am feeling.

Dear adoptive parents

Here is what I would like you to know about my life experience as a transracial adoptee:

  • Please understand my life experience is, was and will always be different to that of my white peers, siblings and parents. Like it or not, quite often we transracial adoptees are treated very differently to our white siblings and peers. I noted a big change in people’s behaviour towards me when they saw one of my parents come into view. Racists are sneaky – they are not going to say stuff with you around. And it comes in many subtle forms: how many brown kids are watched like a hawk as soon as they enter a store? How many brown girls are told they talk too much or are too loud/naughty when their white classmates are termed ‘enthusiastic’ or ‘confident’ for the same behaviour?
  • I was raised colourblind. It was the 60s, 70s and 80s. We knew no better. I was 55 years old when the penny finally dropped about my own family’s response to my experience with racism. An older sister said, “But we just assumed you were one of us,” (therefore, it was impossible for you to experience racism). Another piece of the puzzle solved. However, my 7 year old me would not thank my family for the dismissal, harsh words or outright denial that anything had taken place. Things are different now. We have resources and so much information available.
  • If you are triggered by the terms: white privilege, white fragility and wilful ignorance then think long and hard before adopting a child of different race to you. We are looking to you to teach us, to have our backs and stand up for us. And this includes your circle of friends, your own family and peers. I was raised in the age where children were seen and not heard. I accepted outright racist comments/acts from neighbours, friends, extended family, and later, colleagues because I felt that it was my lot or I was undeserving of better. But think about what that does to someone over a lifetime! Is it any wonder that we adoptees are 4 times more likely to have substance abuse or suicide? Let’s try to change that.
Ching Chong by Gabby Malpas, watercolour painting
  • Believe us. I was 5 or 6 years old when I reported my first racist incident to my parents (and this was because I was scared. I didn’t report the ‘ching chong’ chants, the pulling back of eyes and harsher treatment by certain nuns because I was brown and clearly born of sin – those were a daily occurrence). Two much larger and older boys cornered me and pulled down my pants to see if ‘my bum was the same as the other girls’. Horrific and it still haunts me to this day. In response to sharing what happened, I was punished and told not to lie. So I stopped. It was clearly not safe for me to speak up and I didn’t want to be punished for it (to be fair I think it was the mention of private parts that had them more outraged). I left NZ for good in 1988. I put distance between myself and my family because of the above and some bonds were sadly broken for a while. Do you want this for your own family? If your children do not trust you to have their back they may be reticent to report more serious stuff like abuse, bullying and even date rape/domestic violence.
  • Just because we don’t tell you doesn’t mean it doesn’t happen. I finally found the courage to speak up in the last two years. I cut friends, extended family members and suppliers for my own mental health and sanity but also I finally understood that I didn’t have to engage with such people.
  • Words hurt. And the hurt lasts a lifetime. So those jokes you make about other races — their food, shopping habits, hoarding, driving skills … all those lazy stereotypes that the Australian media like to peddle – well, your kids are listening.  When we see racist incidents reported be dismissed or downplayed by the media (especially if it is a footy star/ celebrity accused), how do you think that makes us feel?  We don’t need to hear:
    ‘They weren’t racist to me – are you sure it happened?’
    ‘What did you do to make them act in this way?’
    ‘Rise above it!’
    ‘Ignore it!”
    ‘Can’t you take a joke?’
    ‘I’m sure Xxxx didn’t mean to be offensive…’
    This ain’t it. Do better.
  • Quite often we are rejected by our own race – we are seen as ‘too white’, too culturally ignorant, and our names are white. This can be very confronting.
    We grow up, study, work and socialise generally in white spaces. We adapt to our environments to fit in but can be treated very harshly by our own race because of this.  A heritage camp and trip once a year can’t help with this and if we are living in a white country – it is understandable that we just want to fit in/fade into the background like everyone else. But we can’t. Don’t shame us for trying to survive in our own environments.
  • Racism is hard to process when the perpetrator looks like a member of your own family. An Asian child who grows up with their own cultural background watches how their parents react and behave when they are faced with racist incidents. They see how their parents behave and speak to the offender. Nothing may be said but there is a shared experience within the family and younger members can learn from their elders – and even grow up to challenge passive responses.

Check out Gabby’s amazing Art Mentoring that she does as a volunteer with younger Chinese adoptees.

L'adoption peut être une prison psychologique

How do I start over?

The question echoes in my brain every day here in Hawaii, now totally away from the relations of my former adopted life.

How do I live anew as one person in this world?

I left my adoptee ties that were technically governmentally bonded relations that I had no control over as a Filipino orphaned child circa 1980’s. For me, they had been total strangers and I didn’t have any oversight or support in post-adoption.

As time went on for me, I wasn’t able to have the fortune to get to know my biological family as after my reunion in 2012 in the Philippines, I decided to go my own way once I discovered our language barriers and my inability to confirm any facts on them.

So yes, fast-forward to current times and it is Sunday, and I have relinquished my bond of my adoptive ties for various reasons, and it hasn’t been easy but for me, it was necessary.

This break action has been mental, emotional and physical. Slamming this lever down included making physically strategic distance by moving far, far away on my own to the Pacific islands in 2019, re-establishing dual citizenship to my birth country in the Philippines in 2021, and civilly sending a kindly written email to my adoptive parents this year after my adoptive brother’s jarring and untimely death.

Additionally, the extended adoptive ties I’ve noticed can also naturally deteriorate with time itself after years of peaceful but gently intentional non-communication.

What happens after you’re on this path of annexation, you wonder?

For me, I’ve arrived at an interesting intersection in my adulthood when I’ve sort of returned to a former state of orphanhood with no real station in life, no bonds, all biological history, heritage and economic status obsolete all over again.

Doesn’t sound that appealing, I know! Tell me about it.

The perk is that instead of being a vulnerable child, I am a 36-year-old woman living in Hawaii. I have rights. I am in control of my wellbeing and fate. I have responsibilities. I drive my own car, I pay bills, I have funds; I have a job and I am not helpless.

I can take care of myself. So to me, the biggest perks are in being healthy and reclaiming my life, identity and sovereignty needed over my own needs and wellbeing.

So quickly the adoptee bond can turn into toxic relations if the parents are narcissistic or emotionally or physically abusive.

After the death of my adopted brother, who was also a Filipino American adoptee and died of severe mental issues and alcohol poisoning, I had a stark wake-up call of how these adoptee relations were silently impacting me too.

And I had to make better choices for myself, I would be risking too much if I ignored this.

It is like leaving a psychological prison, I told Lynelle on a weekend in May.

After some reflection, I realized that as a child and having to make structured attachments from being displaced, this legal bond fastens.

And as a displaced, vulnerable child, I think one falls privy to co-dependency, the need for a family structure overrides even the need for safety for his or her own wellbeing, like if abuses arise in this domestic home.

Or other aspects might not nurture the adoptee, like when the child isn’t being culturally nurtured according to their birth country.

Or when the parents or family members are financially and socially acceptable as to meeting criteria of adoption, but possess narcissistic personalities which is also detrimental to the child’s personal, emotional, psychological and cultural development.

A child stays glued and psychologically devoted to their family ties through development stages and on past adulthood because the need for foundational attachments is paramount to one’s psychological upbringing and success.

And if these ties are in any way bad for the adoptee early on, I think these relations that were once saving can quickly turn into a psychological prison because you are truly bound to these social ties until you’re strong enough to realize that you have a choice.

And you pouvez break out of this bond, this governmentally established bond, although possibly later on as an adult. And, with some finesse.

As an adult adoptee, from my experience adoptive ties that develop healthily or dysfunctionally, after a certain amount of time both types transitions into permanence to that adoptee. Adoptive ties mesh and fuse just the same as biological ties, once you’ve gone so long in the developmental process.

This adoptive relation is totally amazing when it’s good, like any good relationship.

The spin is that when there are issues plaguing the adoptive unit, which can be subtle, interplaying with the personality and culture of the adoptive relations, these issues can go totally disguised, unreported, and it can be toxic and the affects can last a lifetime.

From experience, I see that it is because the adoptee child is vulnerable and doesn’t know how to report issues in the relations, because the option isn’t even granted to them.

No one is really there to give or tell the adoptee child that they have these rights or options. When it comes to post-adoption, there isn’t much infrastructure.

Sadly, if dynamics are not supportive to the adoptee, in time, it can cost an adoptee the cultural bonds to their own birth country or the loss of their native language.

It can cost an adoptee their sanity and mental health.

It can cost an adoptee their self-esteem, which all bleeds and returns into the social sea of their placement or back out into other countries.

And, it can cost an adoptee their life.

On the upside, if the placement is good, it can save a person’s life as well! And it can allow this adoptee happiness and joy forevermore.

Each side of the coin both instills an adoptee’s human value and the toll the placement takes on every child who becomes an adult in society is also expensive, leading to exponential advantage and success in society, or potential burnouts.

For me, my adoptive placement was costly in the end. However, I was still able to survive, work and live. I was materialistically taken care of, thankfully.

I honestly think much was due to my own faith, offbeat imagination and whatever blind luck I was born with that all carried me through this.

Overall, this has been a total trip and my journey has been very far from embodying the traditional fairy tale adoption story.

So now, it’s time to do the hard work, an adoptee mentor messaged me today. But I can do it, we all can do it! It just takes good choices and regular upkeep.

Nearing the end of this post, I will share to my adoptee community that we have a choice especially once we’re of legal age. I’m sort of a wildflower in general, and a late bloomer, so I’m coming out of the fog and becoming aware now in my mid-thirties.

Yes, we have a lot to rear ourselves depending on the economic status we find ourselves in without our adoptee ties. But like other adoptee peer support has shared, you should not do this kind of thing by yourself. You can have support structures the whole time in this.

And yes, it is terrifying, because you will have to rebuild your sense of identity when leaving toxic family relations. As yes, it can be like rebuilding your identity all over again from when you leave them and start anew, as a now a self-made, sovereign person.

From a Hawaiian private school I work at now, I have come to find that cultural identity building begins in the present and it is built upon values, history, education and the wisdom of the past. Now that I have found a home in Hawaii, maybe I can learn more about it.

I will also be working on weekly goals that I hope to share to the community as I continue on this never-ending journey.

In conclusion, if you are in a good adoptive family, God bless your fortune and I have so much love and happiness for you! However, if you are needing to split away from the ties, like if your adoption wasn’t that healthy, then please know it isn’t impossible.

Professional and peer support is here for you, every day on your way to freedom. You can create your own sovereignty, it will just take work.

Read Desiree’s earlier post at ICAV: Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté and follow her at Weebly ou Instagram @starwoodletters.

Si la Lune pouvait être ma mère de naissance maintenant

par Roxas-Chua, adopté des Philippines aux États-Unis ; auteur, artiste.

J'ai pensé partager cette image qui se trouve sur ma table de bureau dans mon studio. Je l'ai créé une de ces nuits où je n'étais pas en mesure de puiser dans le changement et le mouvement dans ma lutte pour l'adoption. Je trouve qu'un équilibre entre le partage d'histoires, le travail d'autoparentalité, l'écriture contemplative et le dessin m'a aidé à naviguer et à traduire le monde qui m'entoure. Dans ce dessin, j'étais accompagné de la lune, ce qui m'a en quelque sorte réconforté comme le fait la nature. J'espère que ça vous plait. C'est un instantané de tendresse que l'on recherche chez soi et chez les autres. Si la lune peut être ma mère biologique maintenant, ça me va. Je prendrai n'importe quel chemin qui éclaire la nuit.

Pour en savoir plus sur Roxas-Chua, consultez leur podcast Cher quelqu'un quelque part et livre Dire son nom trois fois sous l'eau.

Gabbie Beckley sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. Nous pensons que les adoptés internationaux / transraciaux sont sous-représentés dans les discussions sur la race dans presque tous les pays adoptifs et nous voulions nous assurer que nous avions notre mot à dire. Les prochains blogs seront une sélection des contributions des adoptés qui ont participé pour donner un aperçu plus nuancé de notre expérience vécue du racisme et de nos réflexions sur ce qui doit être fait pour mieux nous soutenir.

par Gabbie Beckley, adopté du Sri Lanka en Australie, travailleur social clinicien.

Dénoncer le racisme est l'affaire de tous

J'ai connu des formes nombreuses et variées de racisme au cours de mes 40 années de vie, de marche et de respiration dans ce monde. Cela m'a touché à bien des égards, comment puis-je les écrire tous? J'ai grandi en naviguant dans ce monde blanchi à la chaux en tant que femme de couleur fière, mais être fière de qui je suis et de ce que je suis devenue dans ma vie ne s'excluent pas mutuellement. Il a fallu beaucoup de travail acharné, d'introspection et de réflexion consciente à plusieurs reprises pour devenir la personne la plus évoluée que je sois à ce jour, et je suis constamment en train de travailler.

J'ai de nombreuses histoires familiales de racisme, celles qui peuvent maintenant être vues pour ce qu'elles étaient, dans le temps, le lieu et le contexte générationnel de l'orateur, et non le reflet de ma famille dans son ensemble.

L'un des premiers souvenirs que j'ai, c'est qu'on m'a dit qu'un membre de ma famille avait dit : "Aucun enfant noir ne portera mon nom !" Mais une fois que j'ai été mis dans les bras d'un membre de ma famille, toutes les conneries racistes sont tombées et j'ai été traité comme tout le monde. En grandissant, j'avais à mon tour beaucoup d'amour et de respect pour cette personne, j'ai pardonné son ignorance et je me suis concentré sur notre amour commun du cricket et du foot !

J'ai eu des expériences durant mes années d'école primaire dont je me souviens encore comme si c'était hier. Recevoir des coups de pied dans les tibias pour m'être défendu, pour avoir eu des altercations physiques avec des intimidateurs racistes. Pour avoir des professeurs qui me disent : « J'ai honte de venir du même pays que toi ».

J'ai été appelé le mot N plus de fois que je ne peux compter. J'ai été victime de racisme manifeste, caché, intentionnel et non intentionnel tout au long de ma vie. J'ai été victime de profilage racial par la police, j'ai été suivi dans les centres commerciaux par des agents de sécurité.

J'ai travaillé dans des milieux de travail où les gens me disaient « d'où venez-vous » et qu'en est-il de vos « vrais parents ». J'ai eu des gens qui m'ont dit: «Votre anglais est si bon pour quelqu'un qui n'est pas né ici». J'ai eu un patron qui ne m'a pas parlé pendant des mois à cause de quelque chose qu'il a perçu que j'avais mal fait. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste un connard raciste et j'étais tellement contente de quitter ce lieu de travail et d'entrer dans le lieu de travail de mes rêves !

 Je n'ai pas eu l'occasion de faire avancer ma carrière à cause des attitudes, des ressentiments et de la petite jalousie des gens, ce qui revient en fait à dire que nous ne voulons pas travailler pour une personne de couleur.

J'ai été sous-estimé, licencié, sous-évalué et pas vu toute ma vie, c'est pourquoi je suis probablement attiré par le travail social et la lutte pour les opprimés et pour essayer de démanteler les inégalités structurelles qui restent si ancrées dans notre société.

Je suis un combattant, je suis un guerrier de la justice sociale, je crois fermement au pouvoir de faire une différence et d'avoir un impact positif sur les actions des gens, je crois en la gentillesse et en l'équité.

Comment cela m'a-t-il affecté ? Eh bien, je me considère comme une personne qui pense et réfléchit profondément à mes actions et décisions. J'ai eu la conversation "que faire si vous êtes arrêté par la police" avec mes enfants, à la suite des meurtres bien publiés de George Floyd, Tamar Rice, Brianna Taylor, et sans oublier l'histoire tragique de nos premières nations les peuples avec le taux d'incarcération le plus élevé pour les jeunes et tous les décès noirs en détention dont personne n'est ou n'a été responsable. Je suis triste, je suis en colère, je suis consterné que ce soit la situation actuelle dans laquelle mes enfants et moi vivons. Pourtant, j'ai de l'espoir - j'espère que nous pourrons construire une communauté qui apporte le changement, pour travailler avec des gens comme- des personnes motivées qui partagent ma passion et ma volonté de changement positif.

Mes expériences de racisme ont façonné la personne que je suis, le parent que je suis et le travailleur social que je suis. Cela a un impact sur mes pensées, mes actions et mes actes. Je suis attentif à la façon dont les gens me voient, je suis respectueux face aux porcs racistes et je refuse d'être rabaissé à leur niveau. Je pense que cela a eu un impact sur ma santé mentale quand j'étais plus jeune, cela a causé beaucoup de doutes sur moi-même et de recherche de ma place dans ce monde.

Je pense que l'une de mes grâces salvatrices a été la reconnexion avec ma famille natale et ma culture. Apprendre à les connaître, c'est apprendre à se connaître ! J'ai passé les 22 dernières années à connaître, à grandir et à aimer ma famille et je suis reconnaissante chaque jour d'être assise dans une position unique où je fais partie de deux mondes et où je peux m'asseoir confortablement dans les deux. 

Que suggérerais-je de faire pour mieux lutter contre le racisme vécu par les adoptés internationaux/transraciaux ?

Je crois que l'adoption ne doit pas être le premier recours. Je crois que le fait de garder la famille ensemble dans leur pays d'origine avec un soutien via le parrainage/l'éducation/les activités génératrices de revenus serait bénéfique pour les adoptés en général, mais plus particulièrement en termes de santé mentale et de lien avec leurs racines et leurs cultures. Si des adoptions doivent avoir lieu, il est impératif de maintenir une relation avec la famille ! Cela comprend les parents biologiques, les tantes, les oncles, les cousins, les grands-parents et les frères et sœurs.

Il faut mettre davantage l'accent sur les pensées et les sentiments de l'adoptant par rapport à l'adoption d'un enfant de couleur. Plongez dans leur histoire et leurs expériences, faites-leur suivre des cours annuels sur l'impact du racisme et comment être un allié/défenseur contre le racisme. Demandez-leur de regarder leurs cercles d'amitié, est-ce diversifié ? Représente-t-il un large éventail de personnes culturellement appropriées, socio-économiques et de genres divers ?

Je pense que nous devrions essayer collectivement de partager nos histoires et nos expériences, dans l'espoir qu'avec une grande connaissance vient une grande responsabilité – et c'est l'affaire de tous !

Pour en savoir plus sur Gabbie, lisez son article partagé il y a des années et inclus dans notre Recherche page: Droits de l'homme et justice sociale dans l'adoption internationale

L'Inde m'a abandonné

par Kris Rao, adopté de l'Inde aux États-Unis, a récemment découvert son adoption en tant qu'adopté Late Discovery.

Je suis tombé sur un podcast indien appelé The Filter Koffee Podcast hébergé par Karthik Nagarajan. Il s'assoit avec un invité et, comme il le décrit, a une conversation. « Le genre qui vous rend plus riche. Le genre que seul le café peut faire ressortir.



Plus récemment, en janvier 2022, il s'est entretenu avec Poulomi Pavini Shukla, avocat à la Cour suprême, et a parlé des orphelins en Inde. Cet épisode particulier était intitulé Pourquoi les orphelins de l'Inde sont abandonnés deux fois?

Sans entrer dans trop de détails sur le podcast, voici quelques sujets clés qu'ils ont abordés :

  • Les différents dispositifs qui ont été mis en place pour les enfants nécessitant des soins.
    (Les programmes gouvernementaux en Inde sont lancés par le gouvernement pour assurer le bien-être social et économique de ses citoyens)
  • L'argent/budget consacré aux orphelins. Ce qui équivaut à moins de 1 roupie par jour et par enfant.
  • Le nombre estimé d'orphelins en Inde tel que rapporté par l'UNICEF.
  • Comment les orphelinats sont gérés et combien doivent être créés dans chaque district.
  • Qu'arrive-t-il aux enfants abandonnés et à leur vie d'orphelins ?
  • Les différences entre les orphelins de sexe féminin et masculin.

L'une des choses qui m'a frappé était le nombre estimé d'orphelins en Inde. Selon l'UNICEF, il y a 29,6 millions d'orphelins en Inde, soit environ 30 millions.

Et en tant qu'adopté, en tant que l'un de ces soi-disant orphelins sociaux, tout ce à quoi je pouvais penser en écoutant ce podcast était :

Pourquoi l'Inde a-t-elle 30 millions d'orphelins en premier lieu ?

Que fait mon pays qui crée ce problème ?

Que fait mon pays pour empêcher cela ?

Pour moi, il me semble que le plus gros problème n'est pas seulement que nous avons 30 millions d'orphelins qui ont besoin de soins, c'est que nous avons 60 millions de parents qui ont abandonné leurs enfants. Et ça se passe encore. Ces chiffres sont encore en croissance.

Où est cette conversation ?

Est-ce à cause de la religion, de la caste ? Quels autres facteurs sont en jeu ici?

Qu'en est-il de la justice reproductive ?

Je fais partie des millions d'orphelins sociaux à être sortis de l'Inde. Et cela m'amène à demander, est-ce parce que mon existence apporte la "honte" à ma famille la raison pour laquelle je suis orphelin ? Mon existence souille-t-elle le nom de famille ?

Ma conception était-elle si problématique aux yeux de la société et de la culture indiennes que ma mère s'est sentie obligée de m'abandonner ?

J'ai écrit une fois que la seule raison pour laquelle j'ai été adopté est que la société a en quelque sorte laissé tomber ma mère et l'a forcée à prendre une décision qu'elle n'aurait pas dû prendre en premier lieu.

Que faisons-nous pour changer cela ?

En écoutant le podcast, je comprends qu'aider les orphelins en Inde est vital et nécessite de l'attention. Ayant moi-même vécu en Inde pendant 11 ans et visité des orphelinats, oui, je comprends.

Je pense qu'il est important que chaque enfant soit pris en charge. Mais pourquoi cela inclut-il de les séparer de leurs familles ? Pourquoi un enfant devrait-il perdre tout lien légal avec ses premiers parents biologiques et sa famille (y compris les parents élargis) pour simplement être pris en charge ?

Et surtout, que faisons-nous pour les « orphelins sociaux » qui sont maintenant des adultes qui souhaitent connaître leurs véritables racines ? Accès à notre ascendance, histoire, etc.

Comment pouvons-nous supprimer cette stigmatisation et ce tabou dont j'entends sans cesse parler d'adoption en Inde ?

Comme l'indique le titre, Poulomi dit que les orphelins d'Inde sont orphelins deux fois. "Une fois en étant orphelins de leurs parents et une fois en étant orphelins de l'État ou orphelins de la loi."

Pour les adoptés internationaux comme moi, j'ai l'impression que l'Inde m'a abandonné une troisième fois lorsqu'elle m'a renvoyé pour être le problème d'un autre pays.

Les circonstances malheureuses et injustifiées qui ont fait de moi l'un des « orphelins sociaux » de l'Inde m'ont mis sur la voie de l'adoption.

Et en étant adopté, non seulement ça m'a enlevé mes choix mais ça m'a aussi enlevé mes chances de retrouver mes racines. 

Pour en savoir plus sur Kris, consultez leur dernier blog : Kris partage la colère de l'adopté

Suivez Kris sur :
Kris-404:RootsNotFound
Twitter @adoptedindian
Instagram @indianlatediscoveryadoptee

La poésie reflète mon monde intérieur

par Kevin Minh Allen, adopté du Vietnam aux USA.

Je suis venu à la poésie tardivement, mais elle est apparue dans ma vie à un moment où j'en avais le plus besoin. La poésie a toujours été pour moi un moyen de recueillir, d'enquêter et de refléter mon monde intérieur, qui a sans aucun doute été empreint de la marque indélébile de l'adoption. Les poèmes suivants ne cherchent pas des réponses mais soulèvent des questions à l'intérieur de quiconque peut écouter :

Vous pouvez suivre plus du travail de Kevin sur le site Web : Le sommeil n'est pas un confort

Participer à La couleur de la différence : résultats à long terme

Cet article a été écrit pour la newsletter de la Benevolent Society: Post Adoption Resource Center. Leur centre fournit un soutien post-adoption aux adoptés de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), en Australie.

À la fin des années 1990, j'étais dans la mi-vingtaine et je cherchais du soutien en tant qu'adopté né à l'étranger, en dehors de l'Australie. À ce moment-là, je n'avais même pas la langue pour comprendre comment l'adoption m'avait affectée, je savais seulement que j'avais lutté et cherchais à trouver du soutien quelque part. je suis tombé sur le Centre de ressources post-adoption (PARC) dans ma recherche, mais j'avais d'abord essayé les programmes de type AA, pensant qu'il devait y avoir un "Adoptés Anonymes" quelque part auquel se joindre. Il n'y en avait pas, alors quand j'ai trouvé le PARC dirigé par Sarah Armstrong, je suis allé participer à l'une de leurs journées d'adoption où vous vous rencontrez face à face et discutez. PARC nous a guidés à travers des sessions guidées. Je l'ai trouvé vraiment utile, mais la chose la plus importante que j'ai remarquée, c'est qu'il n'y avait rien sur le fait d'avoir l'air différent de sa famille/communauté, rien sur la recherche et le retour dans un pays étranger, et certainement rien sur le racisme ou les problèmes que j'ai vécus en tant que personne de couleur adoptée dans une société blanche. J'ai donc parlé à l'équipe PARC par la suite et demandé s'il y avait quelque chose de plus spécifique à mon expérience. Je ne connaissais même pas le terme « adoption internationale » à l'époque. Tout ce que je savais, c'est que j'aimais rencontrer les adoptés, mais ils étaient tous nés en Australie, sauf moi. Donc je me sentais toujours différent et assez seul. J'ai demandé s'il y avait d'autres adoptés comme moi qui contactaient le PARC. Ils m'ont dit oui, de temps en temps. J'ai dit: "Eh bien, si jamais vous dirigez quelque chose pour nous, j'aimerais le savoir et si vous avez des adoptés qui souhaitent se connecter à quelqu'un comme eux, partagez-leur mon nom et mes contacts."

Et donc quelque temps plus tard, PARC a fait un suivi et m'a contacté. Ils m'ont demandé si je voulais être impliqué dans leur nouveau projet de livre où nous, en tant qu'adoptés transraciaux, pourrions partager nos histoires pour aider les gens à mieux comprendre notre expérience vécue. J'ai dit bien sûr et j'ai sauté sur l'occasion. Je me souviens avoir essayé de comprendre ce que j'allais écrire, mais une fois que j'ai commencé, tout a coulé.

Ce fut un processus assez long pour que notre projet de livre soit publié, terminé et lancé. Je pense que c'était environ 3 ans du début à la fin? Mais au cours de ce processus, j'ai fini par être honoré de rencontrer les autres adoptés qui ont également partagé notre livre, La couleur de la différence. Participer au livre a changé ma vie et PARC avait partagé mon nom/mes contacts avec des adoptés comme moi, donc au fil du temps, une fois le projet terminé, j'ai décidé de faire du bénévolat et de continuer à partir des liens que nous avions établis, former un réseau pour se soutenir mutuellement.

Ainsi, à partir des presque 30 adoptés du projet et de ces premiers jours, j'ai construit ce qui était alors connu sous le nom de Réseau de soutien aux adoptés interpays (ICASN). Nous nous sommes concentrés sur le partage de nos histoires, la connexion les uns aux autres et les rencontres face à face dans les capitales. Nous avions des représentants de l'État pour faciliter les contacts sociaux et des représentants du pays d'origine pour aider les adoptés avec les ressources et les besoins spécifiques à leur pays d'origine. Dès ces premiers jours, nous avons établi des liens étroits avec les diverses organisations post-adoption en Australie et participé à des événements éducatifs, en utilisant notre expérience vécue pour aider à informer les futures adoptions.

Le livre avait également fait partie du financement de la Département des services communautaires de Nouvelle-Galles du Sud (DoCS) dirigé par March Griffin à l'époque. J'ai contacté Mary Griffin et son équipe de travailleurs sociaux et on m'a demandé de parler et de partager mon histoire avec leur équipe pour la formation. C'était le jour le plus vulnérable de ma vie, mais la charmante assistante sociale du PARC, Petrina Slaytor, est venue avec moi pour me soutenir et j'ai raconté mon histoire pour la première fois à des personnes qui n'étaient pas des adoptés, mais des professionnels. Wow, ce fut une expérience tellement stimulante de recevoir leur validation et leur encouragement à continuer à faire ce que je faisais - partager mon histoire, me connecter avec d'autres adoptés, fournir un espace de soutien par les pairs. J'ai toujours la charmante Petrina et Mary dans ma vie aujourd'hui et elles ont été parmi mes soutiens les plus incroyables tout au long de ma vie.

En 2014, après avoir eu quelques années de pause en raison de ma propre jeune famille, j'ai décidé de continuer de l'ICASN et de me recentrer et de le renommer InterCountry Adoptee Voices (ICAV). Il s'agissait de refléter la nouvelle orientation non seulement du soutien par les pairs, mais aussi de commencer à plaider activement au niveau gouvernemental pour nos besoins et nos droits et de demander que nos voix soient incluses dans toutes les discussions politiques et législatives. Je ne pouvais plus ignorer les problèmes mondiaux très visibles dont j'entendais parler quotidiennement, après que des centaines d'adoptés internationaux adultes se sont joints à l'ICASN du monde entier. J'ai réalisé que je n'étais certainement pas seule dans mon parcours, mais que nos expériences étaient reproduites partout dans le monde pour les adoptés internationaux.

En 2016, lors de consultation gouvernementale au niveau fédéral, mon idée d'avoir un livre à suivre a été reprise par notre gouvernement australien. Ils ont financé une suite à notre livre La couleur de la différence, passant par Services sociaux internationaux (ISS) Australie qui avaient été financés pour fournir notre service de recherche et de réunion dont nous avions tant besoin. En 2017, nous avons lancé le livre de suivi, La couleur du temps pour montrer comment nos histoires ont changé au cours des 15 années écoulées depuis la publication La couleur de la différence.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui en 2022, l'ICAV représente désormais au nom des adoptés internationaux du monde entier au niveau international - La Haye et le Nations Unies (ONU). Nous défendons nos droits et nos besoins et nous veillons à ce que nos voix soient incluses dans les discussions politiques et législatives qui déterminent l'avenir des autres adoptés internationaux. Récemment, je m'adresse aux comités de l'ONU sur le thème des adoptions illégales et illicites à partir d'expériences vécues. C'est un tel honneur de travailler en collaboration avec tant d'adoptés internationaux du monde entier.

Ainsi, à partir d'un projet de livre lancé par PARC il y a 24 ans, l'ICAV est devenu l'un des principaux réseaux internationaux de défense des adoptés dans le monde.

Qui aurait pensé que se connecter au PARC, partager mon histoire dans le livre La couleur de la différence, aurait eu un tel impact sur moi, puis se répercuterait sur tous les adoptés qui ont rejoint l'ICAV aujourd'hui. Quel effet d'entraînement ! 

Un grand merci à PARC pour avoir rendu tout cela possible ! Et je suis tellement excitée de voir notre livre réimprimé et rendu disponible en version papier ! C'est incroyable d'entendre des parents adoptifs des nouvelles générations qui partagent avec moi à quel point cela a fait une différence pour eux et leur adopté de lire nos livres, La couleur de la différence, La couleur du temps, ce qui aide à normaliser notre parcours et à éduquer ceux qui veulent mieux comprendre notre expérience vécue.

Pour obtenir une copie papier de ces livres, vous pouvez contacter :
PARC pour La couleur de la différence;
ou ICAV pour La couleur de la différence et/ou La couleur du temps.


Peindre mon bébé

par JS Lee, adopté de la Corée du Sud aux États-Unis, auteur et artiste.

Quand j'étais en Corée en 2006, je me suis rendu à Daegu pour voir les terrains de l'hôpital où j'ai soi-disant été retrouvé abandonné. Errant sans but, j'espérais que quelque chose me semble familier, malgré le passage des décennies. Cette peinture a été inspirée par la photo que j'ai prise lors de mon voyage.

Bien que peindre mon bébé là-bas semble assez triste, c'était incroyable - presque comme si j'avais voyagé dans le temps pour lui dire qu'elle était maintenant entre mes mains sûres.

Vous pouvez suivre plus d'œuvres de JS Lee chez elle site Internet.

Anthologie des adoptés éthiopiens

par Aselefech Evans, adopté d'Éthiopie aux États-Unis.

Je suis tellement excitée de partager avec vous la couverture de notre livre, "Lions rugissant loin de chez eux», une anthologie d'adoptés éthiopiens de la diaspora, élevés aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Belgique, en France, en Suède et aux Pays-Bas. La pochette est d'un artiste éthiopien de renom, Nahosenay Négussie.

Ce livre est un travail d'amour qui nous a pris six ans à produire. Ces histoires sont sacrées et remettent en question le récit traditionnel autour de l'adoption.

Avant de me lancer dans le travail antiraciste, mon travail s'est engagé aux intersections de la protection de l'enfance et des adoptions transnationales. J'ai commencé ce travail à 17 ans, en discutant avec des psychologues et des travailleurs sociaux, en poussant les agences à comprendre les complexités du retrait des enfants de leur première famille.

L'Association nationale des travailleurs sociaux noirs a considéré l'adoption transraciale comme une forme de génocide culturel - et nous devons tous comprendre l'importance de la préservation de la famille.

Je me considère comme un défenseur de la famille politisé, qui croit radicalement que l'adoption transraciale est enracinée dans la perte, le traumatisme racial et le chagrin. J'ai travaillé en Éthiopie autour de la préservation de la famille, exigeant la responsabilité du système qui impliquerait l'accès aux actes de naissance et la recherche de la famille. C'était et c'est un travail qui a changé la vie, parce que la justice ne se sent pas tangible. Tant de dégâts ont été causés.

Beaucoup d'entre nous sont des enfants volés, qui ont tant perdu. Même si je m'abstiendrai d'ajouter ici mes opinions politiques sur l'adoption transraciale et internationale (vous pourrez lire mes opinions lorsque vous aurez le livre), comme les peuples autochtones, nous, les adoptés, sommes dépouillés de notre culture, de notre langue et de notre histoire, et forcés de nous assimiler dans la culture dominée par les blancs.

Les Éthiopiens ne sont pas des gens homogènes. Il existe 86 groupes ethniques avec des histoires, des cultures et des lignées ancestrales différentes, bien que le colonialisme vous dise le contraire. "Ils ont essayé de nous enterrer, mais ils ne savaient pas que nous étions des graines." .

Ce livre est puissant pour de nombreuses raisons et il intègre magnifiquement les perspectives des adoptés éthiopiens, âgés de 8 à plus de 50 ans.

Je rends ma plus profonde gratitude aux adoptés coréens, sur les épaules desquels je m'appuie, car ils ont été le premier groupe d'activistes à dénoncer l'adoption internationale pour son impérialisme, sa domination et sa corruption.

"Lions rugissant loin de chez eux” vous mettra au défi de la meilleure façon possible. Restez à l'écoute pour la date de sortie, et en attendant profitez de cette belle couverture.

Je tiens également à remercier mes co-éditeurs Kassaye et Maureen - ce livre n'aurait pas été possible sans vous. Merci de croire en ce livre et de rester attaché à notre vision.

Vous pouvez en savoir plus sur Aselefech sur son site Web Fille éthio-américaine.

Trouver de la force dans l'heure la plus sombre

Mon frère, adopté 2 ans avant mon arrivée dans notre maison d'adoption, est décédé sans abri et souffrant de troubles mentaux aux Philippines la semaine dernière. C'était un adopté international philippin américain, tout comme moi.

Nous ne savons pas ce qui s'est passé. Il était en mauvaise compagnie. J'ai le sentiment que la mort a été assistée. La négligence était en cause. C'était à Mindanao, dans une zone rurale, où il est dangereux pour les Américains de voyager, j'ai entendu dire. De vrais enlèvements se produisent là-bas s'ils découvrent que vous êtes américain. Je ne pouvais pas aller voir si c'était réel. La seule personne à informer était une dame qui était une mauvaise nouvelle depuis le début. Elle lui demandait toujours de l'argent. Traquer mon frère pour mettre la main sur ma mère adoptive. Et elle a fait partie de cette mort, prenant des photos de mon frère quelques jours avant qu'il ne meure sans abri d'une suspicion d'empoisonnement à l'alcool.

La nouvelle m'a frappé et le processus de deuil a été réel et déchirant. J'ai eu du mal à donner des nouvelles à mes collègues. Le premier jour de retour au travail, j'ai pleuré dans la dernière heure.

Ce que je veux écrire, c'est ce que j'ai appris de ma vie et de mon monde en tant qu'adopté américain d'origine philippine. Cette vie n'a jamais été facile. Ça n'a pas été amusant. Je n'ai jamais été à l'aise avec ma famille adoptive blanche. Et j'avais un frère malade mental qui était de mon pays natal, brun comme moi, et seulement deux ans plus âgé que moi, et je l'aimais de tout mon cœur.

Cependant, il n'a jamais été en bonne santé. Il a été abusif envers moi en grandissant. Il était mentalement malade et ses abus se sont intensifiés jusqu'à ce qu'il se les inflige à lui-même. Et il a essayé de m'impliquer là-dedans aussi, donc j'ai dû avoir des limites. J'ai attendu qu'il aille mieux. Je pensais qu'il le ferait, mais il n'a fait qu'empirer. Et cela m'a fait me sentir encore plus mal au fil des années, portant cette douleur. Ne sachant pas où le mettre, qui blâmer, pourquoi il était là.

Après tout, je tiens à dire qu'il arrive un moment où il suffit de choisir. Où au lieu de réagir comme vous l'aviez fait auparavant, vous levez les yeux et reprenez votre souffle parce que tout devient trop. Vous remarquez de nouveaux détails dans les nuages et réalisez que vous êtes toujours en train de donner des coups de pied et que vous ne pouvez pas continuer à avoir les mêmes pensées ou les mêmes habitudes. Vous sentez un changement. Vous voyez la nécessité de faire face à l'adversité et vous voulez sourire à la place. Vous voyez le besoin de vous donner l'espace pour être le vrai vous. Parce qu'il n'y a pas de retour en arrière.

J'ai passé tant d'années à me cacher dans le chagrin et les traumatismes de mon passé et je suppose que j'écris ceci parce que ces temps sont révolus.

Tout ce que je sais, c'est qu'à partir d'ici, je vais être fort.

J'honore mon expérience en tant qu'adopté philippin américain avec révérence. Je n'aurai jamais honte de ce que j'ai vécu. Je ne serai pas gêné de ma souffrance, que je me suis surpris à ressentir aujourd'hui, autour de mes collègues. Je ne porterai plus non plus le fardeau de la douleur de mon frère, que j'avais. Je vais m'aimer. je me pardonnerai. Je serai doux avec moi-même. Je ne serai plus aussi dur avec moi-même qu'avant.

Pendant tout ce temps, j'ai porté les fardeaux d'une vie que je n'ai jamais eue. Je me suis accroché à la douleur d'un amour que je n'ai jamais pu tenir.

D'une famille que je n'ai jamais connue.

Mais mon frère est mort, la seule personne au monde que j'ai probablement jamais aimée. La seule personne en qui j'ai jamais vu être une vraie famille. Et quelque chose a changé en moi.

Je respire en écrivant ceci. Je suis vivant, j'écris ceci.

Je suis ici dans le présent. J'ai survécu à toutes ces conneries. Être orphelin de bébé aux Philippines. Devoir traverser la vie américaine qu'on m'a donnée, parce que c'est comme ça que le cookie s'effrite. On nous donne ce qu'on nous fait et vous devez vous en occuper. Vous devez vous ajuster. Et parfois, à l'âge adulte, vous apprenez l'importance d'être gentil avec vous-même et les autres dans le processus, car le bien-être fait partie de la survie.

Après tout cela, je ressens un sentiment de résolution palpable dans les os de mon être. C'est être fort. C'est aimer ce que j'ai dans ce monde aujourd'hui. Et c'est pour ne rien lâcher.

Ma résolution est de continuer à travailler. Pour vivre une vie saine. Être authentique. Vivre vrai. Je suis toujours là dans ce monde. Et je suis seul, mais je m'en suis sorti avec mes facultés intactes.

Je ne me suis pas fait beaucoup d'amis sur ce chemin, mais j'étais déterminé à travailler dur, à me tourner vers le monde de l'art, des bibliothèques et des écoles pour trouver un exutoire.

Je mène une vie de force réservée. J'ai développé ma propre expression de médias créatifs, sauvage dans mon propre intellect et mes propres entreprises.

Et je ne fais que commencer dans ce monde, même à 36 ans.

Je ne sais pas si quelqu'un s'identifiera à ce blog, mais si quelqu'un le fait, sachez simplement que je n'abandonnerai jamais et je ne veux pas que vous abandonniez non plus. Parce que j'ai eu la chance d'entendre les histoires de quelques-uns d'entre vous et d'avoir rencontré quelques-uns d'entre vous à Noël, et cela a été quelque chose à chérir. Et vous êtes si vital dans ce monde, vous l'êtes vraiment.

Je croirai en toi et en l'amour comme quand j'étais plus jeune et je ne m'arrêterai jamais. Juste la façon dont je croyais en Dieu quand j'étais plus jeune et je n'ai jamais arrêté non plus. Je n'arrêterai pas de croire en la race humaine. Je n'arrêterai pas de travailler vers un but plus élevé parce que c'est ce qui me fait me lever le matin.

Je suis ici aujourd'hui pour dire que la douleur, les épreuves et les luttes serviront à quelque chose avec le temps.

Il y a une raison de vivre et vous la trouverez.

Dans l'heure la plus sombre, vous trouverez la force.

Ou la force - vous trouvera.

Lisez le précédent blog de Desiree à l'ICAV : Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté

Affectation....
Français
%%footer%%