Amérique - Vous avez rendu difficile d'être fier d'être américain d'origine asiatique

by Mary Choi Robinson, adopted from South Korea to the USA

As I sit down to my laptop it is May 2, the second day of Asian American and Pacific Islander (AAPI) Heritage Awareness Month and I reflect on Alice Wu’s The Half of It I watched last night to commemorate the first day of AAPI month. Watching the movie with my daughter, I thought how I wished it or something like it had been available when I was a teenager or even in my early twenties. To see an entire film focused on the life of a young Asian woman on the cusp of self-discovery and adulthood would have made me feel seen and a part of the fabric of American identity. So while this month is meant to showcase AAPI heritage I am not in fact proud to be Asian-American…yet.

I am sure my previous statement will elicit reactions from disbelief, to shock, to anger, and everything in between from varying groups of identities. So let me explain why I am not proud yet, how America made it nearly impossible for me to be proud, and how I’m gaining pride in my Asianness. As a Korean adoptee, raised by white parents in predominately-white areas, I have always navigated two racial worlds that often oppose each other and forever contradict my identity. The whiteness of my parents did not insulate or protect me from racism and in fact would even appear at home. When I first arrived to the US, my sister, my parent’s biological child, took me in as her show and tell for school with our parents’ blessing. Her all white classmates and teacher were fascinated with me and some even touched my “beautiful silky shiny jet black” hair, something that would continue into my early thirties until I realized I did ne pas have to allow people to touch my hair. Although I start with this story, this is not a piece about being a transracial, transnational adoptee—that is for another day, maybe in November for National Adoption Awareness Month—but to illustrate how my Asian identity exists in America.

As I grew up, I rarely saw other Asians let alone interacted with them. Instead, I lived in a white world full of Barbie, blonde hair and blue eyes in movies, television shows, magazines, and classrooms. The rare times I did see Asians in person were once a year at the Chinese restaurant to celebrate my adoption day or exaggerated or exocticized caricatures in movies and tv shows. Think Mickey Rooney in Breakfast at Tiffany’s, Long Duck Dong in Sixteen Candles, or Ling Ling the “exotic gem of the East” in Bewitched. Imagine instead an America where Wu’s film or To All the Boys I’ve Loved Before ou Crazy Rich Asian ou Fresh Off the Boat ou Kim’s Convenience would have opened up for generations of Asian Americans. Rarely would I spot another Asian in the school halls. However, I could never form friendships with them, heavens no, they were real full Asians and society had taught me they were weird, ate strange smelly things, talked funny, and my inner adolescent warned me association with “them” would only make me more of an outsider, more Asian. In classrooms from K-12 and even in college, all eyes, often including the teacher, turned to me when anything about an Asian subject, regardless of whether it was about China, Vietnam, Korea, etc., as the expert to either verify or deny the material. I always dreaded when the material even had the mention of an Asian country or food or whatever and would immediately turn red-faced and hot while I rubbed my sweaty palms on my pant legs until the teacher moved on, hoping the entire time I would not be called on as an expert like so many times before.

My white family and white friends would lull me into a false sense of belonging and whiteness by association. That false sense of security would shatter when they so easily and spontaneously weaponized my Asianness against me with racial slurs during arguments. Of course, I was used to racist verbal attacks from complete strangers, I had grown up on a diet of it, but it especially pained me from friends and family. The intimacy of those relationships turned the racism into acts of betrayal. That was the blatant racism; the subtle subversive racism caused just as much damage to my sense of pride. As a young professional in my early twenties, a white colleague told me how beautiful I was “for an Asian girl.” A Latina student in one of my courses loudly and clearly stated, “The first day of class, I was so worried I wouldn’t be able to understand you and I’m so glad your English is so good!” And of course I regularly receive the always popular, “Where are you from? No, where are you really from?” Because Asian Americans, whether born here or not, are always seen as foreigners.

AAPI Awareness Month did not even become official until 1992. But anti-Asian sentiment in the US has a long history and was sealed in 1882 with the first national stance on anti-immigration that would be the catalyst for future immigration policies, better known as the Chinese Exclusion Act, coincidentally signed into law also in the month of May. In February 1942, the US rounded up and interned Japanese-Americans and Asian-Americans of non-Japanese decent after the bombing of Pearl Harbor. Now in 2020 amidst the global lockdown of Covid-19, anti-Asian attacks, both verbal and physical, have increased to startling numbers. As recently as April 28, NBC News reported Over 30 percent of Americans have witnessed COVID-19 bias against Asians. Think about that—this is Americans reporting this not Asian Americans. The attacks have been worldwide but this report shows what Asian Americans are dealing with alongside the stress of the pandemic situation in the US. Keep in mind the attacks on Asian Americans are not just from white folks, indeed we’re fair game for everyone as evidenced by Jose Gomez’s attempt to murder an Asian American family including a two-year old child in Midland, Texas in March. Let that sink in—a two-year old child simply because they are Asian! Asians are being spat on, sprayed, et worse by every racial group.

To help combat this current wave of American anti-Asian sentiment, highly visible leader and former presidential candidate, Andrew Yang advised Asian Americans in a Washington Post op-ed to:

“…embrace and show our American-ness in ways we never have before. We need to step up, help our neighbors, donate gear, vote, wear red white and blue, volunteer, fund aid organizations, and do everything in our power to accelerate the end of this crisis. We should show without a shadow of a doubt that we are Americans who will do our part for our country in this time of need.”

My reaction to Mr. Yang’s response bordered on anger at the implication for Asian Americans to continue the perpetuation of the model minority myth. The danger of which, besides reinforcing divides between racial and minority groups, extols the virtue of suffer in silence. Do not make waves, keep your head down, be a “good” American. Sorry Mr. Yang, I am finally gaining pride in my Asianess and I cannot and will not stay silent any longer.

It has taken me my whole life to gain nuggets of pride in my Asian identity. Now I appreciate the color of my tan skin and dark almond-shaped eyes and no longer compare my physical beauty to white women and the standards society has forced on us all. For the first time I actually see myself, and all Asian women and men, as beautiful because of and not in spite of being Asian. I no longer avoid other Asians and cherish friendships with those who look like me. I love to explore the diversity of Asian cuisines, cultures, and traditions and continue to learn about them since, remember, “Asian” is diverse and not a monolith of just one culture. Now I speak up without fear of rejection or lack of acceptance when I witness anti-Asian or any racist behavior and use those moments as teaching opportunities whenever I can. I no longer resent not being able to pass as white. I am becoming proud to be Asian.

Read Mary’s earlier blog My Adoption Day Is An Anniversary of Loss

Sue-Yen Bylund sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. Nous pensons que les adoptés internationaux / transraciaux sont sous-représentés dans les discussions sur la race dans presque tous les pays adoptifs et nous voulions nous assurer que nous avions notre mot à dire. Les prochains blogs seront une sélection des contributions des adoptés qui ont participé pour donner un aperçu plus nuancé de notre expérience vécue du racisme et de nos réflexions sur ce qui doit être fait pour mieux nous soutenir.

par Sue Yen Bylund, adopted from Vietnam to Australia, ICAV VIC Representative

Racism is here to stay. It is enmeshed in the very fabric of society, at every level. It manifests within us as individuals, at a systemic level pervading our policies and practices, reflected in our interpersonal behaviours and is accumulated and compounded in the base structures of our history, culture and ideology.

In order to mitigate the harm caused by racism we must be actively anti-racist. It is not enough to merely be “not racist”, as this, often results in a passive racism, which is as equally toxic as overt racism. Tolerance is a poor substitute for acceptance. Tolerance offers tokenism and indifference. Acceptance offers a place for all voices, a public validation as individuals and a genuine place at the table to self-determination.

Every person carries their racial biases differently. Acknowledgment of these biases on a personal individual level is important, however being open to listening, validating and accepting the experiences of others takes courage. 

My expectation within this forum, is to offer to an opportunity to broaden the discussion of anti-racism to embrace all forms and manifestations of racism within Australian society today. To offer encouragement to address the complex “grey” zones of racism. Through this broadening a more mature collective and inclusive voice will evolve, which I believe Australia is ready to share with the world.

The foundations of my identity lie amongst the chaos of war time Vietnam 1974. Within the first 3 weeks of my life, I experienced my initiation into the full audio and aromatic reality of war, surrounded by screaming and traumatised children and adults. Racial identity did not protect any of us from the horrors, what we all absorbed would remain forever with us as visceral burdens to tame. War and terror are the greatest levellers in stripping even the bravest to the very foundations of humanity. And then in one swift spin of the planet I would find myself a world away in the eerie quiet and calmness of Perth, Western Australia. This journey would also mark the beginning of a life’s self-education of racial fluidity. Being one heart and soul, but a chameleon of racial identities. Born of one culture, raised in another, looking as though I belong to one group, but in at my core, I belong to another, the duplicity and fluidity is complex and exhausting.

The need to feel safe, accepted, understood and validated seems to be a naturally human pursuit. As an intercountry adoptee the journey is complex and confusing. We slip into the cracks of racial stereotypes offering up apologetically a reason for inclusion or explanation for exclusion. Either way no matter where we are in our communities we are an anomaly. We are constantly offered up as a reminder that a book shouldn’t be judged by its cover and if you care to listen carefully, you will hear the simple request for safety and acceptance.

My childhood cultural identity was shaped through the lens of middle class suburban 1970’s Australia. It was fortunate that the primary school I went to attracted a good proportion of Asian immigrant families. This enabled me, at a young age to observe the “other” type of Asian. The Asian person who spoke the language, ate the food, complied with the Asian cultural norms, while they themselves were carving out the unique existence in post “White Australia Policy” era. It was clear to me from the very beginning that I was an “Asian variant”. I was to experience racial prejudice from all sides. My immediate family comprised of a white Australian adoptive mother, a white Dutch (first generation migrant) adoptive father and their two biological white sons. Straddling my home and school environments I began to acknowledge the fragmented racial identity which was uniquely mine.

I would learn to instinctively navigate the pros and cons of racial profiling expressed by adults and classmates. At times it afforded me a shield to hide behind, at other times it just bewildered me at how ignorant and entitled people could be. 

Teachers would regard me with the marginalising stereotype of female Asian student, this meant that no matter what I did, or didn’t do, I was considered polite, conscientious and studious. This enabled me to glide through my studies relatively smoothly. Where this backfired was when I would be herded together with all the Asian “look-a-likes” to be given special instructions in Chinese/Cambodian/Vietnamese. There were always a few of us that would simply shrug our shoulders, knowing it was too hard to explain to the teachers that English was in fact our only language. 

Classmate interactions were more complex. While they seemed to want to flex their insecurities through bullying behaviours, I suspect they would often leave these bullying interactions more confused and with increased insecurities about themselves. They would corner me and spit out racial slurs “Ching Chong!”, “Go back to where you came from!”, “Asians out!” with the standard accompanying slanted eye gesture. I learnt very early to lean into the bullying. To not turn away in shame or embarrassment, I summoned the  airs of entitlement I learnt from my white Australian family. It was an educational opportunity. I would not show weakness. So armed with a vocabulary not generally associated with a small Asian female of 11 years I would lean in and say with a perfect Aussie twang, “Get f***ed you immature ignorant bigot!” While they processed the response in stunned silence, I was already half down the hall or across the oval. When I think back to those times, I know in my heart I still hold a deep resentment toward those who racially vilified me. The fact I could still name those individuals today shows how deeply it affected me. I built a wall to protect myself, a tough persona that would later in life be softened with self-depreciating humour. 

Humour has become one of the most powerful tools for disarming awkwardness though it should be noted that humour can only be genuinely offered by me (the vilified) otherwise it can have the effect of adding insult or increasing alienation.

Australian society in general is getting better at navigating racially blended families. However, there have been times where an awkward visual double take or racial slur has been reconsidered once formal introductions have concluded. 

For example, my adoptive mother is the personified “white saviour” heroine and therefore in this narrative, I embody the role of a grateful saved soul. There is no place in this narrative version for reality and it only serves to perpetuate the stereotypes. This distilled classification of our relationship as an adoptive mother and daughter has resulted in a chasm of empathy where my experience of racial prejudice and marginalisation cannot be reconciled with my adoptive mother’s version of my lived experience. She cannot/will not acknowledge that I have/do experience any racial prejudice. It’s unfathomable and therefore remains a taboo subject between us. I would suggest a classic case of “colour blindness” which is the most common manifestation of passive racism. Let me strongly suggest that racial “colour blindness” is not a positive construct to build a relationship in. I don’t advocate for a monochrome world. It cancels out important conversations that need to be had to build empathy and understanding. It bypasses the integral act of individual and collective validation.

A typical interaction in a social setting with my white husband, would start with a few awkward glances while people assessed my proficiency in English. Once the conversation has warmed up a little, the question is always asked “How did you two meet each other?” At this point all newbies begin listening in the hope to hear some spectacular Tinder dating app story with me gaining Australian citizenship when we married. Sad to say the story takes an epic sad tone when it is revealed I was a baby from the Viet Nam war. The conversation moves very quickly from one set of stereotypes to another. The chameleon game is afoot. We have now moved into the Viet Nam war genre and to be honest the racial stereotypes are just as nauseating. As the conversation peters out, I am left with a very uncomfortable feeling that I might be the daughter of a B-Grade war romance story of a soldier and prostitute but on the positive side, I have ruled out that I am a “mail order bride” from Asia desperate to get my claws into a rich white “sugar daddy”. Either way, I always leave these gatherings feeling like I have shared way too much about myself, simply to justify my equal status at the table of white Australians. Needless to say, it’s exhausting and incredibly invasive. At times my inner evil chameleon just wants to re-enforce the stereotypes rather than use my life as an education case study. In the end I see curiosity is better than fear and putting examples forward and building knowledge is a slow continuous but necessary journey.

With regards to my children, I am conscious that they physically are racially ambiguous. They could have genetic origins from various backgrounds, but once I stand next to them then it becomes evident their dark features come from me and they are of Asian origins. My daughter has experienced racial slurs from having an Asian looking mother. It wasn’t until she spent her gap year in Viet Nam that she developed her own understanding of her origins. She has in fact spent more time in Viet Nam than me. 

School parent social groups are an interesting micro society and navigating them is a full-time job. In the private school my children attended I had two very distinct social groups that I interacted with. One was a group of Asian looking mothers where I felt like an honouree member. I learnt Asian cultural things and etiquette that I didn’t get elsewhere. I did a lot of listening. The other group were all Anglo-Saxon looking mothers and I was dubbed the “token” Asian (humorous chameleon!) These girlfriends understood how I saw the world. It’s in these situations that I reflect on the sophistication of my chameleon gift and in a positive moment reflect on the bridges I can construct between the groups just through listening and sharing.

There is a niche and powerful position that intercountry adoptees have in the conversation around racism and prejudice. It’s borne from the hybrid and fluid nature of our self-identities. We exist in the space between cultures and races. The triumphal story of our survival is in fact a narrative of weaving together of cultures, racial identity, tolerance and acceptance. Intercountry adoptees must reconcile the disparity between the physical and internal nature of racial identity, because at every turn we are challenging the stereotypes and presumptions. As an Asian in white Australia, we challenge the mainstream colonial stereotypes, as an Asian in Asia, we find ourselves challenging the long-held stereotypes in our birth culture. We belong to both yet neither wholly. 

If I was to consider the future of racism in context of Australia, I would continue to raise the challenge to government and individuals to embrace the complexity. Find the words, create the platforms, lead with optimism. Systemic racism embedded in the policies and practices by government and institutions needs to be constantly questioned and reviewed to ensure it leads in activating change. Structural racism that unpins mainstream think-tanks needs to be shaken loose. It is an uncomfortable and confronting task, but I believe Australia is mature enough to take this task on. Interpersonal racism is very difficult to navigate as an intercountry adoptee, but the freedom to express an alternate reality from the stereotypes is a good platform to build upon. Internalised racism is insipid and so very damaging. We want to move from passive tolerance to active validation of individuals. 

Ongoing political bi-partisan support for research and consultation is an essential investment to engage in effective societal change. A firm commitment to reviewing and evaluating key milestones is required for accountability and integrity.  Educational resources coupled with public awareness and youth engagement are core to developing a more mature future for all Australians.

For more from Sue-Yen, read her Réflexions du jour de l'ANZAC, her contribution to Qu'est-ce qu'il y a dans un nom? and advocacy with Green’s Senator meeting.

Ressource

Read ICAVs small collation on Color blindness in Adoption

Gabbie Beckley sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. Nous pensons que les adoptés internationaux / transraciaux sont sous-représentés dans les discussions sur la race dans presque tous les pays adoptifs et nous voulions nous assurer que nous avions notre mot à dire. Les prochains blogs seront une sélection des contributions des adoptés qui ont participé pour donner un aperçu plus nuancé de notre expérience vécue du racisme et de nos réflexions sur ce qui doit être fait pour mieux nous soutenir.

par Gabbie Beckley, adopté du Sri Lanka en Australie, travailleur social clinicien.

Dénoncer le racisme est l'affaire de tous

J'ai connu des formes nombreuses et variées de racisme au cours de mes 40 années de vie, de marche et de respiration dans ce monde. Cela m'a touché à bien des égards, comment puis-je les écrire tous? J'ai grandi en naviguant dans ce monde blanchi à la chaux en tant que femme de couleur fière, mais être fière de qui je suis et de ce que je suis devenue dans ma vie ne s'excluent pas mutuellement. Il a fallu beaucoup de travail acharné, d'introspection et de réflexion consciente à plusieurs reprises pour devenir la personne la plus évoluée que je sois à ce jour, et je suis constamment en train de travailler.

J'ai de nombreuses histoires familiales de racisme, celles qui peuvent maintenant être vues pour ce qu'elles étaient, dans le temps, le lieu et le contexte générationnel de l'orateur, et non le reflet de ma famille dans son ensemble.

L'un des premiers souvenirs que j'ai, c'est qu'on m'a dit qu'un membre de ma famille avait dit : "Aucun enfant noir ne portera mon nom !" Mais une fois que j'ai été mis dans les bras d'un membre de ma famille, toutes les conneries racistes sont tombées et j'ai été traité comme tout le monde. En grandissant, j'avais à mon tour beaucoup d'amour et de respect pour cette personne, j'ai pardonné son ignorance et je me suis concentré sur notre amour commun du cricket et du foot !

J'ai eu des expériences durant mes années d'école primaire dont je me souviens encore comme si c'était hier. Recevoir des coups de pied dans les tibias pour m'être défendu, pour avoir eu des altercations physiques avec des intimidateurs racistes. Pour avoir des professeurs qui me disent : « J'ai honte de venir du même pays que toi ».

J'ai été appelé le mot N plus de fois que je ne peux compter. J'ai été victime de racisme manifeste, caché, intentionnel et non intentionnel tout au long de ma vie. J'ai été victime de profilage racial par la police, j'ai été suivi dans les centres commerciaux par des agents de sécurité.

J'ai travaillé dans des milieux de travail où les gens me disaient « d'où venez-vous » et qu'en est-il de vos « vrais parents ». J'ai eu des gens qui m'ont dit: «Votre anglais est si bon pour quelqu'un qui n'est pas né ici». J'ai eu un patron qui ne m'a pas parlé pendant des mois à cause de quelque chose qu'il a perçu que j'avais mal fait. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste un connard raciste et j'étais tellement contente de quitter ce lieu de travail et d'entrer dans le lieu de travail de mes rêves !

 Je n'ai pas eu l'occasion de faire avancer ma carrière à cause des attitudes, des ressentiments et de la petite jalousie des gens, ce qui revient en fait à dire que nous ne voulons pas travailler pour une personne de couleur.

J'ai été sous-estimé, licencié, sous-évalué et pas vu toute ma vie, c'est pourquoi je suis probablement attiré par le travail social et la lutte pour les opprimés et pour essayer de démanteler les inégalités structurelles qui restent si ancrées dans notre société.

Je suis un combattant, je suis un guerrier de la justice sociale, je crois fermement au pouvoir de faire une différence et d'avoir un impact positif sur les actions des gens, je crois en la gentillesse et en l'équité.

Comment cela m'a-t-il affecté ? Eh bien, je me considère comme une personne qui pense et réfléchit profondément à mes actions et décisions. J'ai eu la conversation "que faire si vous êtes arrêté par la police" avec mes enfants, à la suite des meurtres bien publiés de George Floyd, Tamar Rice, Brianna Taylor, et sans oublier l'histoire tragique de nos premières nations les peuples avec le taux d'incarcération le plus élevé pour les jeunes et tous les décès noirs en détention dont personne n'est ou n'a été responsable. Je suis triste, je suis en colère, je suis consterné que ce soit la situation actuelle dans laquelle mes enfants et moi vivons. Pourtant, j'ai de l'espoir - j'espère que nous pourrons construire une communauté qui apporte le changement, pour travailler avec des gens comme- des personnes motivées qui partagent ma passion et ma volonté de changement positif.

Mes expériences de racisme ont façonné la personne que je suis, le parent que je suis et le travailleur social que je suis. Cela a un impact sur mes pensées, mes actions et mes actes. Je suis attentif à la façon dont les gens me voient, je suis respectueux face aux porcs racistes et je refuse d'être rabaissé à leur niveau. Je pense que cela a eu un impact sur ma santé mentale quand j'étais plus jeune, cela a causé beaucoup de doutes sur moi-même et de recherche de ma place dans ce monde.

Je pense que l'une de mes grâces salvatrices a été la reconnexion avec ma famille natale et ma culture. Apprendre à les connaître, c'est apprendre à se connaître ! J'ai passé les 22 dernières années à connaître, à grandir et à aimer ma famille et je suis reconnaissante chaque jour d'être assise dans une position unique où je fais partie de deux mondes et où je peux m'asseoir confortablement dans les deux. 

Que suggérerais-je de faire pour mieux lutter contre le racisme vécu par les adoptés internationaux/transraciaux ?

Je crois que l'adoption ne doit pas être le premier recours. Je crois que le fait de garder la famille ensemble dans leur pays d'origine avec un soutien via le parrainage/l'éducation/les activités génératrices de revenus serait bénéfique pour les adoptés en général, mais plus particulièrement en termes de santé mentale et de lien avec leurs racines et leurs cultures. Si des adoptions doivent avoir lieu, il est impératif de maintenir une relation avec la famille ! Cela comprend les parents biologiques, les tantes, les oncles, les cousins, les grands-parents et les frères et sœurs.

Il faut mettre davantage l'accent sur les pensées et les sentiments de l'adoptant par rapport à l'adoption d'un enfant de couleur. Plongez dans leur histoire et leurs expériences, faites-leur suivre des cours annuels sur l'impact du racisme et comment être un allié/défenseur contre le racisme. Demandez-leur de regarder leurs cercles d'amitié, est-ce diversifié ? Représente-t-il un large éventail de personnes culturellement appropriées, socio-économiques et de genres divers ?

Je pense que nous devrions essayer collectivement de partager nos histoires et nos expériences, dans l'espoir qu'avec une grande connaissance vient une grande responsabilité – et c'est l'affaire de tous !

Pour en savoir plus sur Gabbie, lisez son article partagé il y a des années et inclus dans notre Recherche page: Droits de l'homme et justice sociale dans l'adoption internationale

Défense des adoptés internationaux grecs

Logo de l'organisation, le projet Eftychia pour les adoptés internationaux grecs

En tant que l'une des premières cohortes d'adoptés internationaux, la communauté grecque des adoptés internationaux est représentée par le travail incroyable qui Linda Carrol Forrest Trotteur fait sous son organisation Le projet Eftychia. J'ai été en contact avec Linda au cours des 5 dernières années et j'aime ce qu'elle a fait en matière de plaidoyer pour attirer l'attention du gouvernement grec sur sa communauté. C'est merveilleux quand les adoptés se défendent !

C'était l'une des réunions que Linda a eues avec le gouvernement grec à la fin de l'année dernière. Toutes mes excuses pour avoir publié si tard, mais il est utile pour les autres groupes et dirigeants d'adoptés de voir ce que certains dirigeants d'adoptés font dans le monde pour défendre leur communauté.

Voici celui de Linda lettre officielle qu'elle a fourni au gouvernement grec lors de sa réunion. Merci pour le partage Linda!

Excellent travail et espérons que le gouvernement grec interviendra et fournira des soutiens, des services et des droits indispensables à la communauté des adoptés grecs qui sont demandés dans la lettre de Linda. Ces droits et ces demandes doivent être reconnus comme des éléments de base à fournir à partir de tous pays d'où nous avons été adoptés.

Pour en savoir plus Plaidoyer des adoptés, consultez la longue liste de blogs de l'ICAV sur certains des travaux que nous avons réalisés dans le monde entier.

La poésie reflète mon monde intérieur

par Kevin Minh Allen, adopté du Vietnam aux USA.

Je suis venu à la poésie tardivement, mais elle est apparue dans ma vie à un moment où j'en avais le plus besoin. La poésie a toujours été pour moi un moyen de recueillir, d'enquêter et de refléter mon monde intérieur, qui a sans aucun doute été empreint de la marque indélébile de l'adoption. Les poèmes suivants ne cherchent pas des réponses mais soulèvent des questions à l'intérieur de quiconque peut écouter :

Vous pouvez suivre plus du travail de Kevin sur le site Web : Le sommeil n'est pas un confort

Anthologie des adoptés éthiopiens

par Aselefech Evans, adopté d'Éthiopie aux États-Unis.

Je suis tellement excitée de partager avec vous la couverture de notre livre, "Lions rugissant loin de chez eux», une anthologie d'adoptés éthiopiens de la diaspora, élevés aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Belgique, en France, en Suède et aux Pays-Bas. La pochette est d'un artiste éthiopien de renom, Nahosenay Négussie.

Ce livre est un travail d'amour qui nous a pris six ans à produire. Ces histoires sont sacrées et remettent en question le récit traditionnel autour de l'adoption.

Avant de me lancer dans le travail antiraciste, mon travail s'est engagé aux intersections de la protection de l'enfance et des adoptions transnationales. J'ai commencé ce travail à 17 ans, en discutant avec des psychologues et des travailleurs sociaux, en poussant les agences à comprendre les complexités du retrait des enfants de leur première famille.

L'Association nationale des travailleurs sociaux noirs a considéré l'adoption transraciale comme une forme de génocide culturel - et nous devons tous comprendre l'importance de la préservation de la famille.

Je me considère comme un défenseur de la famille politisé, qui croit radicalement que l'adoption transraciale est enracinée dans la perte, le traumatisme racial et le chagrin. J'ai travaillé en Éthiopie autour de la préservation de la famille, exigeant la responsabilité du système qui impliquerait l'accès aux actes de naissance et la recherche de la famille. C'était et c'est un travail qui a changé la vie, parce que la justice ne se sent pas tangible. Tant de dégâts ont été causés.

Beaucoup d'entre nous sont des enfants volés, qui ont tant perdu. Même si je m'abstiendrai d'ajouter ici mes opinions politiques sur l'adoption transraciale et internationale (vous pourrez lire mes opinions lorsque vous aurez le livre), comme les peuples autochtones, nous, les adoptés, sommes dépouillés de notre culture, de notre langue et de notre histoire, et forcés de nous assimiler dans la culture dominée par les blancs.

Les Éthiopiens ne sont pas des gens homogènes. Il existe 86 groupes ethniques avec des histoires, des cultures et des lignées ancestrales différentes, bien que le colonialisme vous dise le contraire. "Ils ont essayé de nous enterrer, mais ils ne savaient pas que nous étions des graines." .

Ce livre est puissant pour de nombreuses raisons et il intègre magnifiquement les perspectives des adoptés éthiopiens, âgés de 8 à plus de 50 ans.

Je rends ma plus profonde gratitude aux adoptés coréens, sur les épaules desquels je m'appuie, car ils ont été le premier groupe d'activistes à dénoncer l'adoption internationale pour son impérialisme, sa domination et sa corruption.

"Lions rugissant loin de chez eux” vous mettra au défi de la meilleure façon possible. Restez à l'écoute pour la date de sortie, et en attendant profitez de cette belle couverture.

Je tiens également à remercier mes co-éditeurs Kassaye et Maureen - ce livre n'aurait pas été possible sans vous. Merci de croire en ce livre et de rester attaché à notre vision.

Vous pouvez en savoir plus sur Aselefech sur son site Web Fille éthio-américaine.

Des voix contre les adoptions illégales s'expriment aux Nations Unies

Le 10 mars 2022, j'ai eu l'honneur de présenter en anglais une courte présentation de 10 minutes représentant notre coalition Voix contre l'adoption illégale (VAIA) à la Les Nations Unies.

La réunion a été suivie par :
Le Comité des disparitions forcées (CED)
le Comité des droits de l'enfant (CRC)
le Comité des droits de l'homme (CCPR)
le Rapporteur spécial sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition
le Rapporteur spécial sur la vente et l'exploitation sexuelle d'enfants, y compris la prostitution des enfants, la pornographie mettant en scène des enfants et d'autres matériels pédopornographiques
le Rapporteur spécial sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants,
et le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires.

Grâce aux travaux de Racines Perdues Raíces Perdidas et Retour aux sources, notre coalition VAIA a été au courant du travail conjoint effectué par ces membres du Comité des Nations Unies qui travaillent sur un Déclaration commune sur les adoptions internationales illégales.

Voici ce que j'ai partagé dans ma déclaration :

Bonne journée, bonne soirée à vous tous !

Je m'appelle Lynelle Long et je suis une adoptée internationale résidant en Australie, mandataire adoptée via un avocat privé, sortie de la guerre du Vietnam au début des années 70.

Je tiens à vous remercier tous pour l'honneur d'être ici et d'avoir inclus nos voix pour cette occasion des plus importantes. J'ai été ravi de lire le projet de texte auquel vous avez tous contribué. Il reflète bon nombre des points que nous avons abordés dans notre article de perspective sur l'expérience vécue que j'ai présenté au groupe de travail de La Haye 2019 sur la prévention et la lutte contre les pratiques illicites en matière d'adoption internationale. Cela me réchauffe le cœur de savoir que vous êtes si nombreux à être nos alliés, pour aider et encourager les États à répondre de manière juste et éthique à nos adoptions illégales et illicites. Merci!

Le message que véhicule le projet de texte est tout à fait conforme à ce que nous recherchons également. Votre action depuis cette réunion et si ce texte est publié, nous donne une lueur d'espoir dans ce qui a souvent été ressenti comme une mer sans fin de consternation et de perte alors que nous avons passé des années à nous battre et à nous défendre. C'est merveilleux de ne plus se sentir seul mais de savoir que nous avons des alliés solides qui défendent également nos intérêts. Nous sommes les enfants pour qui l'adoption internationale est tout. Nous ne restons pas des « enfants » pour toujours. Nous grandissons pour avoir notre propre voix et nous voulons nous exprimer et veiller à ce que les leçons du passé soient tirées et que les pratiques et la législation soient modifiées pour empêcher que les mêmes torts ne se reproduisent à d'autres, et pour traiter et rectifier les torts qui nous sont faits .

Aujourd'hui, je me présente à vous en tant que représentant de la Coalition des voix contre les adoptions illégales (VAIA)

Notre coalition a été créée par des associations qui militent pour la reconnaissance des adoptions illégales, notre droit aux origines, ont grand besoin de changements juridiques pour nous soutenir en tant que victimes, et demandent une aide institutionnelle, étatique, diplomatique et consulaire pour réparer les torts qui nous sont faits.

Nous nous présentons officiellement aujourd'hui aux Nations Unies comme une coalition d'organisations formant une campagne de la société civile, c'est une initiative menée par des adoptés ayant une expertise en expérience vécue.

Nous sommes des organisations non gouvernementales et non financées, des associations, des fondations et des collectifs composés de personnes adoptées, de familles biologiques et de familles adoptives.

Ensemble, nous avons lancé une campagne de la société civile pour défendre nos droits et c'est ainsi que nous nous présentons à vous, les Nations Unies.

Nos objectifs sont :

– d'exiger la reconnaissance des adoptions illégales et leur reconnaissance en tant que crime contre l'humanité lorsqu'elles font suite à l'enlèvement, à la vente ou à la traite d'enfants et qu'il existe des preuves suffisantes pour démontrer qu'elles ont eu lieu dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique contre la population civile .

– de présenter les actions politiques et juridiques menées par chaque organisation à travers le monde.

– d'appeler les États à engager avec nous un dialogue sur la reconnaissance de la responsabilité de ce qui s'est passé et à obtenir réparation.

Aujourd'hui, nous voudrions informer les différents groupes de travail, les Hauts Commissariats, les rapporteurs spéciaux, les missions diplomatiques et les experts des différents comités, notamment le Comité des droits de l'enfant, le Comité des disparitions forcées ainsi que le Comité des droits de l'homme, de la situation internationale des adoptions illégales liées à la traite des êtres humains.

Nous pensons qu'il est essentiel qu'il y ait une uniformité dans les réponses suite à la survenance d'adoptions illégales.

Nous pensons qu'il est également anormal qu'en fonction du pays dans lequel réside l'adopté, que nous ne soyons pas reconnus comme victimes.

Nous voulons également attirer l'attention sur le fait que les procédures judiciaires pour adoptions illégales sont confrontées la plupart du temps à des problèmes qui nous empêchent de demander justice et réparation. Par exemple, le délai de prescription, ainsi que la difficulté d'établir les faits de ce qui s'est passé dans nos affaires lorsque des dossiers nous sont cachés ou ont été détruits.

Nous aimerions que nos contributions et expériences soient prises en compte par les Nations Unies.

Nous attendons avec impatience de voir votre déclaration finale et ferons de notre mieux pour nous rendre disponibles pour travailler avec toutes les parties prenantes pour voir sa mise en œuvre.

Merci beaucoup pour votre temps, pour nous avoir écoutés et pour nous avoir permis de participer.

Ensemble avec Racines Perdues Raíces Perdidas nous vous tiendrons informés de l'avancement de nos travaux à l'ONU.

Voici la liste des organisations qui composent Voix contre l'adoption illégale (VAIA):

Fondation Racines Perdues
Adoptés chiliens dans le monde (CAW)
Collectif Adoptie Schakel
InterCountry Adoptee Voices (ICAV)
Association Reconnaissance Adoptions Illégales à l'International en France (RAÏF)
Empreintes Vivantes
Plan Ange
Collectif des adoptés français du Mali
Collectif des parents adoptifs du Sri Lanka
Rwanda en Zoveel plus
Association ADN Inde
Retour aux sources
Collectif des adoptés du Sri-Lanka
Protection de l'identité des enfants

Ressource:

Document de perspective de l'ICAV : Expériences vécues Suggestions de réponses aux adoptions illicites (en français ou en anglais)

Un hommage et un héritage à ma mère sri-lankaise

par Nimal van Oort, adopté du Sri Lanka aux Pays-Bas. Fondateur de Fondation NONA.

Il y a environ dix-huit ans, mon frère jumeau Djoeri et moi avons reçu un message du Sri Lanka qui allait changer nos vies pour toujours. Pendant longtemps, nous avons cherché notre mère au Sri Lanka, mais le message nous a dit que notre mère était malheureusement décédée plusieurs années auparavant.

La cause de sa mort nous a rendus tristes et même furieux. Elle avait été violée plusieurs fois et avait été abandonnée par sa famille et son environnement parce qu'elle aurait été - en étant violée - devenue une honte pour la communauté. À cause de cela et du manque de protection et de soins médicaux, elle est décédée à l'âge de 21 ans.

Pour être honnête, à ce moment-là, je n'ai vraiment pas vu la vie. Notre plus grand rêve de la rencontrer ne se réaliserait jamais et sachant que notre mère avait subi tant d'injustices, je ne savais vraiment pas quoi faire.

Je suis ensuite allé au Sri Lanka pour pouvoir être sur sa tombe. Sur le chemin – lors de mes premiers jours au Sri Lanka – j'ai vu beaucoup de jeunes filles qui m'ont fait penser à ma maman. Parce qu'elles aussi ont été victimes d'abus sexuels, elles ont été abandonnées de tous malgré leur jeune âge. Ces filles n'avaient personne.

Quand j'étais sur la tombe de ma mère et que ma grand-mère m'a parlé de la vie courte mais difficile de sa fille - j'ai réalisé que je ne pouvais peut-être plus aider ma propre mère, mais je le ferais par amour pour elle et en hommage à elle , je commencerais à essayer d'aider les filles d'aujourd'hui.

Une fois de retour aux Pays-Bas, j'ai commencé à m'y préparer et j'ai créé la Fondation NONA. Honnêtement, personne ne faisait confiance à mes plans. Tout le monde m'a dit qu'il serait impossible de faire quelque chose depuis les Pays-Bas pour les filles et les femmes du Sri Lanka qui n'ont aucune valeur pour la société là-bas. Surtout, j'étais trop jeune, inexpérimenté et pas assez instruit pour réaliser ma vision.

Oui, j'ai certainement eu une vision, ou en fait un rêve. Je souhaite que ces filles et ces femmes d'aujourd'hui n'aient jamais à vivre ce que ma mère et beaucoup d'autres femmes ont vécu. Je voulais qu'ils aient une chance d'avoir une existence humaine.

Une récompense royale de l'adjoint au maire d'Amsterdam. Nimal a reçu le prix `` Chevalier de l'Ordre d'Orange-Nassau '' pour son travail à la Fondation NONA (2020).

Aujourd'hui, 18 ans plus tard, nous avons en fait pu aider plus de 1900 filles avec des installations d'hébergement, de soins, d'éducation et d'autonomisation. Les rendre sûrs d'eux et indépendants reste notre principal point de départ. Je suis également toujours très honoré d'avoir reçu un Récompense royale en 2020 pour ce travail et que nous sommes également pris au sérieux à un haut niveau au Sri Lanka.

Ce dont je suis le plus fier, c'est que nous avons vraiment pu aider beaucoup de filles et de femmes à retrouver la passion de la vie et qu'elles sont maintenant de retour dans la société. La plupart d'entre eux ont maintenant une belle famille et un bon travail. Nous sommes une grande famille dans laquelle tout le monde est égal : des filles et des femmes que nous aidons au conseil d'administration, de la femme de ménage à la présidente. Nous sommes une équipe avec la même mission : rendre la vie de ces filles et femmes moins risquée et plus significative ; une vie de liberté, de justice et d'être traité comme un être humain .

Le mois dernier, une fille qui avait grandement besoin de notre aide en 2011 a été nommée enseignante chez nous. N'est-ce pas beau ?

Le dimanche 10 avril, nous célébrerons le NONA-Day au Pakhuis de Zwijger à Amsterdam. Ce jour-là, nous partagerons davantage sur notre travail au Sri Lanka, sur ce que nous avons fait, mais aussi sur nos projets en cours et nos projets futurs. Il y a aussi des conférenciers inspirants et divers spectacles de chant et de danse. Il y aura également un autre délicieux buffet sri lankais et indien. Je vous invite personnellement à y assister, vraiment tout le monde est le bienvenu et vous pouvez vous inscrire sur www.nonadag.com.

Et si vous ne pouvez pas vous rendre à la célébration de la Journée NONA, mais que vous souhaitez contribuer à notre organisation de quelque manière que ce soit, veuillez nous contacter car nous pourrions vraiment utiliser votre aide.

Un grand merci à mes fidèles membres du conseil d'administration Djoeri, Ad, Dhilani, Shivanie, Hartini et Varishna qui ont été entièrement bénévoles pour notre organisation pendant de nombreuses années.

Pris au milieu

par Atteindre Katya, adopté de l'Ukraine aux États-Unis.

« Partout sur les réseaux sociaux, je vois des gens afficher le drapeau ukrainien ou russe. Honnêtement, je ne pouvais pas me résoudre à partager l'un ou l'autre.

Il n'y a pas de mots clairs pour exprimer ma profonde tristesse et mon chagrin face à cette crise. Je suis de tout coeur avec les citoyens ukrainiens et les citoyens russes, car tous en paient le prix, et pour beaucoup, c'est quelque chose qu'ils n'ont jamais demandé. J'ai des liens avec des gens d'Ukraine, des gens des régions séparatistes et des gens de Russie. Le pendule de la compréhension de tous les côtés oscille radicalement, pendant ce temps, j'essaie quotidiennement de traiter de nouvelles informations et d'être un soutien et un encouragement pour les autres.

Toute ma vie, en tant qu'adopté ukrainien, j'ai grandi en me croyant ukrainien et j'étais fier de ces racines. Après avoir retrouvé ma famille biologique il y a près de trois ans, j'ai appris que ma famille biologique avait de fortes racines russes. Le sol ukrainien sur lequel j'ai marché étant enfant est devenu une région d'Ukraine tenue par des séparatistes pro-russes.

Je regarde à ma gauche et je pleure la souffrance des Ukrainiens déplacés à l'intérieur de leur propre pays avec qui j'ai des liens personnels. Pourtant, je suis étonné du soutien et de la générosité des pays voisins pour accueillir autant de réfugiés ukrainiens et apporter une aide humanitaire.

Je regarde à ma droite et vois ma propre famille biologique souffrir et se cacher pour la vie chère dans des abris anti-bombes et des sous-sols, restant dans le pays qu'ils appellent chez eux; une terre qui a subi 8 ans de conflit jusqu'à présent. Ils s'accrochent à l'espoir que ce sera la percée finale.

En attendant, j'ai aussi des amis qui sont citoyens russes et qui ont honte de leurs racines. Cette crise en Ukraine est tout à fait dévastatrice et écœurante rien qu'à être témoin, et encore moins vécue.

J'ai des moments où je me sens tellement dépassé et le cycle des émotions. J'essaie de ne pas laisser chaque nouveau détail modifier ma perspective. Ma famille est si patiente avec moi alors que je traite et cherche la clarté. La vie quotidienne continue à travers ce déséquilibre. Et bien que ce soit un aspect majeur de ma vie, ce n'est encore qu'un des nombreux autres aspects. Il a été crucial pour moi de faire de la place pour moi-même et même de la place pour le rire et le plaisir en ces temps difficiles.

Bien que mon lien le plus profond avec cette crise soit ma famille biologique qui y vit, je comprends également qu'il y a une image beaucoup plus large qui a un impact sur notre monde et les ramifications de cette crise dureront bien plus longtemps que n'importe quel fait saillant de l'actualité.

Je sais que mon rôle là-dedans est bien plus qu'un simple spectateur. Je prie pour que le monde voie les miracles de Dieu à travers tout cela. Au milieu du chaos qui m'entoure, je me souviens de la fidélité du Seigneur dans une abondance de paix dans mon âme qui est au-delà de la compréhension alors que j'apprends à faire confiance à Dieu avec ce qui est hors de mon contrôle. Sa grâce est suffisante. Je prie pour que cette même paix demeure dans les cœurs affligés de beaucoup d'autres. Bien qu'il y ait une grande division dans notre monde, des crises comme celles-ci ont également une façon unique d'unifier les individus. Des conversations très significatives ont eu lieu car les gens ont eu la gentillesse de tendre la main pour les soutenir. Prières et soutien continus pour tous ceux qui sont touchés.

Affectation....
Français
%%footer%%