Je supporte #NotAThing

Fondateurs de #NotAThing : Allison Park, Kara Bos, Brenna Kyeong McHugh, Cameron Lee, Kevin Omans, Patrick Armstrong et Richard Peterson. Les artistes médiatiques Valerie Reilly (graphiste) et Sarah Monroe (vidéaste), et la traductrice coréenne de la pétition Jullie Kwon.

Je ne suis pas un adopté coréen à l'étranger ou au pays, mais je suis un adopté à l'étranger et ce n'est pas seulement un problème d'adoption coréenne - c'est un problème mondial pour tous ceux qui sont touchés par l'adoption. Je suis aux côtés des adoptés coréens qui exigent Président Lune présentez vos excuses et rencontrez-les pour discuter de la façon de mieux protéger les enfants vulnérables.

Je suis contre le meurtre et la maltraitance de tout enfant placé dans une famille adoptive.

Je suis également contre tout rhétorique qui minimise ce qui s'est passé et tente de rejeter la responsabilité sur l'enfant - comme s'il en était la cause, pas assez bon, et devait être « échangé » pour meilleur costume les besoins de la famille adoptive.

Il est temps que les gouvernements du monde, qui participent, promeuvent et envisagent le système actuel d'adoption plénière, soient francs et réalistes quant aux inconvénients que ce système crée.

Mon premier argument est que le système actuel d'adoption plénière ne respecte pas les droits de l'enfant et devient trop facilement une marchandise sur un marché pour que les familles adoptives choisissent l'enfant de leur choix. Les mots mal choisis du président Moon reflètent simplement cette réalité. Ses paroles nous disent ce que nous savons déjà : les enfants sont une marchandise dans l'économie d'aujourd'hui – théoriquement adaptés aux besoins des futurs parents, et non l'inverse ! S'il y avait un semblant d'égalité dans ce système, nous, les enfants, serions capables de nous débarrasser plus facilement des familles adoptives quand nous les jugeons également inadaptées ! Mais la réalité est que nous sommes des enfants lorsque l'adoption se produit et comme les petits Jeong-In, n'ont aucun pouvoir ou mot à dire sur ce qui nous arrive. Nous sommes adoptés dans la famille pour la vie, nos droits sur nos origines de naissance irrévocablement niés, notre adoption comme l'écrit Pascal Huynh, « est comme un mariage d'enfants arrangé ». La majorité du monde comprend d'une manière ou d'une autre à quel point un mariage d'enfants arrangé est contraire à l'éthique, mais nous parlons toujours de l'adoption plénière comme s'il s'agissait du sauveur d'un enfant.

Grâce à la récente publicité de L'affaire Netra Sommer, le public du monde entier a récemment pris conscience de la difficulté pour nous, adoptés, de révoquer nos adoptions. Il a fallu plus de 10 ans à Netra pour pouvoir annuler son adoption ! Quant à l'égalité des droits dans le système actuel, les mères et les pères de la perte reçoivent encore moins que nous, les adoptés. Ils sont découragés de changer d'avis s'ils ne souhaitent plus abandonner leur enfant, pourtant le président Moon encourage publiquement un processus qui permet aux parents adoptifs / potentiels de changer le leur. C'est la nature unilatérale du système d'adoption !

La mort de Jeong-In met en lumière d'autres problèmes fondamentaux que j'ai avec le système d'adoption plénière :

  • Le manque de suivi à long terme, de recherche ou de statistiques sur les adoptés après l'adoption et la période post-placement.
  • La sélection et l'évaluation des futurs parents par l'agence d'adoption et leur manque de responsabilité dans leur rôle.
  • La croyance aveugle au sein du système de protection de l'enfance, qu'un parent adoptif ne ferait jamais de mal à un enfant. Mais avec tous les indicateurs montrés dans ce vidéo du dépouillement par les éducatrices qui ont tenté à plusieurs reprises de signaler que les choses n'allaient pas pour cet enfant, aucune mesure n'a été prise pour soupçonner les parents adoptifs d'avoir fait du mal à cet enfant. Cela reflète le point de vue unilatéral des premières familles qui sont diabolisées et considérées comme les seuls auteurs de violences ou d'abus contre leurs enfants. En revanche, les parents adoptifs sont considérés comme des sauveurs/sauveteurs, mais pourtant, de nombreux adoptés témoigneront de la abus qui se produit trop souvent au sein des familles adoptives.
  • Les absence de droits pour toute première famille/parent d'être averti ou de pouvoir accéder au corps de l'enfant après son décès.

Il faut se demander comment une telle clémence et une empathie presque apparente pour les parents adoptifs, telles qu'exprimées dans les paroles du président Moon, ne pourraient pas être appliquées de la même manière aux premières familles en Corée. Dans la grande majorité des cas, les femmes coréennes doivent renoncer à leurs enfants en raison de le statut de mère célibataire et le manque de soutien – pas à cause d'une histoire sombre, violente et remplie de drogue.

Je me mets en colère à chaque fois qu'un enfant vulnérable comme le petit Jeong In-Yi est maltraité et blessé par le système même qui est censé les protéger et les soutenir. Utilisons cette colère pour exiger un changement qui se fait attendre depuis longtemps mais aussi, n'oublions pas Jeong-In elle-même car même si elle n'est restée sur cette planète que 16 mois, elle a marqué beaucoup d'entre nous !

Les mères de KUMFA se sont levés et se sont mobilisés pour exiger de l'agence impliquée, Holt Corée, être tenus responsables de leur rôle dans cette mort. Les adoptés coréens du monde entier ont créé cette campagne #notathing d'exiger que le président coréen les rencontre pour entendre leurs voix. Nous avons besoin que le gouvernement nous invite à la table pour discuter d'options autres que l'adoption en plénière.

Moi et d'autres membres de l'ICAV avons partagé sur alternatives à l'adoption en plénière mais je me demande si Jeong-In serait encore en vie aujourd'hui si elle n'avait pas été placée dans le système d'adoption. L'ironie est sans aucun doute qu'elle aurait été beaucoup plus en sécurité avec sa mère célibataire célibataire !

La honte est sur la Corée de ne pas en faire plus en tant que première nation mondiale pour aider les mères et les enfants à rester ensemble ! La même chose s'applique à n'importe quel pays, en particulier les nations du premier monde qui ont les ressources mais continuent de faire adopter leurs enfants via le système d'adoption plénière. Aux États-Unis, il y a eu une situation très similaire enfant assassiné au sein de la famille adoptive qui reflète la Corée.

Ce n'est pas un système auquel j'aspire pour les enfants vulnérables de demain !

En mémoire de Jeong-In, décédé à l'âge de 16 mois, octobre 2020

je veux finir par honorer Jeong-In pour l'impact massif et l'héritage qu'elle a laissé derrière elle. J'espère qu'elle n'est pas morte en vain. J'espère que la douleur extrême qu'elle a dû endurer n'a pas été inutile ! J'espère que chaque fois qu'un adopté meurt des mains de sa famille adoptive, la communauté mondiale se lèvera et exigera que nous, les adoptés, #Rien et que davantage doit être fait pour rendre notre système plus sûr et mieux adapté à nos besoins et à nos droits - pour qui tout est censé être le but ! Nous sommes cet enfant vulnérable qui grandit, qui ne peut pas parler pour lui-même et qui a besoin de notre protection et de notre action !

Pensez à signer la pétition #Rien et trouver des moyens d'agir, d'exiger des gouvernements et des autorités qu'ils fassent davantage pour abandonner le système actuel d'adoption plénière et adopter quelque chose de beaucoup plus respectueux des droits et des besoins des adoptés et de la première famille.

#imsorryjeongin
#notathing

D'autres voix d'adoptés qui partagent sur #notathing

Kara Bos
Moïse Farrow
Mila Komonos

Couverture médiatique

Les adoptés disent "nous ne sommes pas une chose"

Une réponse à "I Support #NotAThing"

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%