Mon cheminement vers la liberté

Le dimanche 25 mai 2003, j'écoutais la radio et j'ai entendu un Monseigneur de la cathédrale Sainte-Marie être interviewé à la radio.

Le sujet de la soirée faisait référence aux abus sexuels qui s'étaient produits dans les églises catholiques ainsi que dans d'autres confessions et à la manière dont ces cas étaient traités.

Finalement, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai téléphoné à la radio en utilisant un nom différent. Permettez-moi de dire que je tremblais absolument dans mes bottes. Car ce n'était pas un sujet dont j'aurais rêvé parler à qui que ce soit en plein air. J'ai demandé à Monseigneur quelles démarches je devais entreprendre pour porter plainte en référence à des abus qui ont eu lieu alors que j'étais encore enfant. Après avoir obtenu l'information, j'y ai réfléchi quelques jours avant de passer les appels téléphoniques nécessaires qui allaient changer ma vie avant de perdre mes nerfs.

Je m'arrête ici pour vous donner au lecteur un bref aperçu de mon enfance. Je suis venu en Australie à l'âge de 5 ans pour voir si les médecins pouvaient me rendre la vue. Cela n'a cependant pas réussi. Cependant, je mène une vie normale avec l'aide de la technologie et de bons amis - mais pas dans cet ordre bien sûr.

Dans mon cas, j'avais été abusée physiquement et sexuellement par une religieuse alors que j'étais encore à l'école. Cela a duré deux ans. Je ne dis pas qu'elle était la cause de ma misère mais j'ai senti qu'elle y avait contribué. Comme cela arrive si souvent dans de tels cas, je ne pouvais le dire à personne à l'époque. Comme le lecteur le sait, je suis adopté et je n'ai pas de famille naturelle sur qui compter ou vers qui me tourner. Ce qui a rendu la situation encore pire, c'est qu'il n'y avait personne en autorité à qui je pouvais faire confiance. Donc, j'ai juste prétendu que tout cela n'était jamais arrivé. Comment j'ai compris que c'était un cauchemar !

Lorsque je l'ai révélé plusieurs années plus tard à plusieurs conseillers, on m'a demandé pourquoi je ne m'en remettais pas, ce qui a aggravé la situation. Si je ne pouvais pas le dire à un conseiller agréé, ce qui me restait à faire sinon le taire une fois de plus.

Ce n'est que lorsque j'ai décidé de me lancer dans un diplôme en massothérapie qu'une fois de plus, les abus sexuels ont fait leur apparition. Chaque fois que nous nous entraînions à nous masser l'un l'autre, des souvenirs revenaient à la surface. J'ai essayé de prétendre que c'était toute mon imagination mais le sentiment de peur ne me quittait pas. Au contraire, cela s'est aggravé jusqu'au jour où je ne pouvais plus supporter la tension. J'ai approché mon professeur principal au sujet de mes difficultés. C'est grâce à elle qu'elle m'a emmené voir le conseiller de TAFE et grâce à lui que j'ai finalement pu trouver un bon thérapeute pour m'aider à résoudre le problème de la maltraitance.

Comme le lecteur peut probablement le comprendre – aborder de telles questions est à la fois difficile – mentalement et physiquement. Cependant, je savais que si je ne m'occupais pas des problèmes, je ne serais jamais libre. Au cours du processus, cependant, j'ai appris à mieux me connaître et à me comprendre. Et, cela en soi était une chose libératrice. Tout ça, mon premier retour au Vietnam, rencontrer d'autres adoptés et écrire le livre La couleur de la différence m'a tellement aidé. Et je remercie les personnes qui m'ont précédé pour adresser leurs plaintes de leurs abus ce qui m'a donné le courage de déposer également mes plaintes auprès des autorités.

C'est le lundi 1er juin 2003 que je suis allé au Centre Care et j'ai parlé à quelqu'un au sujet d'une déclaration de plainte pour abus sexuel contre une religieuse - elle avait été mon professeur à l'école pour aveugles que j'ai fréquentée. Après l'examen de la première lettre, on m'a demandé d'écrire une autre lettre décrivant mes griefs. Entre la première et la deuxième lettre, j'ai demandé des conseils juridiques au centre juridique. Ils m'ont donné un certain nombre d'options que je pouvais choisir quant à la façon dont je pourrais procéder avec ma déclaration si l'auteur nie toute responsabilité.

L'une des options était de le signaler à la police. Cependant, j'ai été prévenu des risques encourus. Une autre option consistait à porter l'affaire devant les tribunaux civils, ce qui était également risqué. L'autre option était de porter l'affaire devant le Tribunal d'indemnisation des victimes, où je pouvais déposer une demande de déclaration.

Cela signifiait que l'auteur ne serait pas impliqué et, selon le résultat, la demande d'indemnisation serait payée par l'ordre auquel appartenait la religieuse. Il a été suggéré que j'attende d'entendre ce que l'ordre avait à offrir en premier.

Maintenant, je dois expliquer au lecteur que ce sont les mesures que j'ai prises. Ce ne sera pas pareil pour tout le monde. Cependant, en même temps, je veux encourager ces adoptés là-bas à ne pas perdre espoir. Il y a des pistes à explorer, des options à explorer.

Après environ 6 semaines d'attente, le chef du Bureau des normes professionnelles m'a téléphoné pour m'informer que la religieuse avait admis avoir commis des abus sexuels contre moi. Ces mots me donnent tellement de liberté. Il reste encore quelques étapes à franchir avant de régler les derniers détails. Mais j'ai ressenti le besoin d'écrire ceci pour faire savoir aux adoptés que tout n'est pas perdu. Il y a de l'espoir là-bas et je vous encourage dans la plénitude de votre temps à explorer vos options.

Si quelqu'un souhaite me parler, n'hésitez pas à me contacter.

En amitié,
Emma
 

=======================

Lundi 8 novembre 2003.  

Depuis mon dernier rapport sur mon VOYAGE VERS LA LIBERTÉ, les choses ont progressé. 

J'ai eu ma deuxième rencontre avec les gens du bureau des normes professionnelles, le chef de l'ordre des sœurs dominicaines et le délinquant. Nous avons réussi à finaliser la partie commerciale du règlement avant de rencontrer le contrevenant. 

Mon règlement est très raisonnable à la lumière de la situation. Pour moi, je devais être à la fois réaliste et pratique. Aucune somme d'argent ne me rendrait les années de confiance que j'avais perdues à cause de mes abus. Donc, tout bien considéré, nous nous sommes mis d'accord sur un joli chiffre - plus que ce à quoi je m'attendais. Je suis donc très content du résultat. J'attends que les papiers soient finalisés. Ensuite, je procéderai au débriefing que les sœurs dominicaines ont accepté de payer également. 

Ma rencontre avec la personne qui a commis l'abus alors que j'étais encore à l'école a été à la fois un soulagement et un bouleversement émotionnel comme vous l'aurez compris. Il y avait beaucoup de choses que j'avais besoin d'expliquer et de demander. C'est ce que j'ai réussi à faire. Je n'ai aucun regret d'avoir dit ce que j'avais à dire. Il était important qu'elle l'entende et qu'elle lise mon histoire. La personne s'est excusée de ce qu'elle avait fait et elle m'a demandé de lui pardonner. Je lui ai dit sincèrement que je ne pouvais pas lui pardonner sur-le-champ. Le pardon est un voyage. J'ai dit qu'avec le temps j'arriverai à le faire mais pas maintenant. Cela, elle l'a accepté.

Avant de conclure, je tiens à remercier sincèrement l'ICASN et les gens du PARC pour leur soutien tout au long de ce voyage. À l'ICASN pour m'avoir donné la liberté d'écrire ceci et au PARC pour m'avoir fourni le soutien dont j'avais besoin pour entreprendre ce voyage.

Je dois également remercier les gens du Bureau des normes professionnelles de l'Église catholique et l'ordre des sœurs dominicaines de m'avoir accordé une audience équitable. 

Merci aussi Lynelle de m'avoir donné cette opportunité d'écrire mes rapports sur mon cheminement vers la liberté. 

Salutations, 
Emma 

Je souhaite à chacun d'entre vous le meilleur de Noël et la plus heureuse nouvelle année. Cette année pour moi a été une réussite bien qu'émotionnellement épuisante, mais cela en a valu la peine.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%