Que se passe-t-il après la réunion ?

par Matthieu Pellegrino, adopté de la Corée du Sud aux USA, compositeur, musicien, hautbois. Vous pouvez suivre Matthieu sur Youtube ou Instagram @compotatoser.

Mon omma et moi au fil des ans à l'endroit où nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Nous revenons ici à chaque fois.

Si une recherche de naissance d'adopté était un conte de fées, alors la réunion serait le "heureux pour toujours". En ce qui concerne les recherches de naissance d'adoptés, j'ai statistiquement beaucoup de chance. Probablement moins de 5% (et c'est une estimation élevée) de toutes les recherches de naissance d'adoption ont un résultat aussi positif que le mien. Je suis réunie avec ma famille depuis 3 ans maintenant et parfois si j'y pense trop longtemps, c'est complètement ahurissant parce que j'ai encore l'impression que c'était hier que je voyais le visage de ma mère pour la première fois.

L'adoption est une expérience complexe aux multiples facettes. Cela s'étend tellement plus loin et tellement plus profondément que simplement "tu as été adopté". Le nombre de personnes concernées par l'adoption ne se limite pas seulement à l'adopté. Il y a la mère biologique, les familles, les générations de parents et la société en dehors de la famille. Dans mon cas, c'est une douleur silencieuse que ma mère a dû garder pour elle pendant 24 ans, ma grand-mère qui savait que j'avais été renvoyée et pleurait à chaque fois qu'elle voyait une histoire de réunion de famille aux infos, ma tante qui pleurait après avoir rencontré moi parce qu'elle "aurait dû être là pour prendre soin de moi". C'est aussi toutes les difficultés que nous devons encore affronter ensemble après nous être réunis. Comment surmonter une barrière linguistique et gérer les pressions et les attentes d'apprendre à communiquer les uns avec les autres ? Comment naviguons-nous dans nos différences culturelles face à la honte que nous ressentons ? Et comment essayer d'avancer sachant que cette relation s'est forgée et continuera d'évoluer pour le reste de notre vie ?

Grand-mère en bout de table, comme il se doit. Elle est définitivement responsable.

C'est mon histoire, donc je sens qu'il est de ma responsabilité de la présenter franchement. Pas seulement la belle «fin heureuse», mais aussi le «pour toujours» compliqué, désordonné et parfois douloureux des retrouvailles – apprendre à être mère et fils, apprendre à être une famille, après plus de 20 ans de séparation. Ce n'est pas facile, c'est beaucoup de travail, mais au bout du compte, j'ai beaucoup de chance.

Découvrez le récent Histoire d'adoption transraciale racontée à travers la musique et la danse, dont Matthew a composé la musique, intitulée Chère mère:

Examen de Reckoning with The Primal Wound

Rébecca et Jill

Compte avec la blessure primordiale est un film dirigé par des adoptés créé par Rebecca Autumn Sansom et sa mère naturelle Jill. Ensemble, ils explorent ce que Blessure primordiale est et comment cela a affecté leur vie.

Ce film parle vraiment du voyage de Rebecca pour se réconcilier avec qui elle est; donner du sens au fait d'être adopté ; comprendre la douleur et la perte profondes qu'elle a ressenties dans sa vie; explorer comment ce n'est pas seulement son parcours mais aussi de nombreux autres adoptés ; accepter d'entendre le parcours de sa mère naturelle et comprendre que cette expérience a des thèmes universels.

Je pense que c'est une exploration fantastique des impacts profonds créés lors de la séparation d'une mère et de son enfant ; entendre et voir l'expérience vécue des deux côtés – l'adopté et sa mère naturelle. C'est également perspicace pour démontrer la réalité commune de la façon dont les parents adoptifs luttent pour comprendre la signification et accepter le traumatisme à partir duquel ils ont construit leur famille. 

Souvent, lors des retrouvailles, nous, les adoptés, sommes pris au milieu de problèmes émotionnels concurrents et nous pouvons parfois assumer une trop grande part de la responsabilité de garder l'espace pour tous. Personnellement, j'ai pensé que le film de Rebecca est un moyen tellement stimulant de garder l'espace pour elle-même et de raconter son histoire, bravo !

J'aime la gamme d'experts dans ce documentaire, en particulier toute l'expérience vécue et la façon dont les professionnels s'entremêlent aux histoires personnelles. Il est si important de comprendre l'énorme réseau de personnes interconnectées dans l'adoption, les rôles qu'elles jouent, comment nous sommes tous touchés. C'était particulièrement poignant de voir le parcours longitudinal de reconnexion facilité par l'assistante sociale de Jill, qui s'en souciait manifestement beaucoup.

En fin de compte, ce film a résonné en moi en raison de sa vérité et de sa validation pour tous les adoptés qui ne peuvent pas simplement « s'en sortir » et agir comme si être séparés de nos mères naturelles n'avait aucun impact sur nous. Dans l'ensemble, le message pour moi sonne vrai : pour qu'une guérison profonde se produise lors de l'adoption, il faut qu'il y ait une prise en compte profonde des impacts causés par la séparation d'une mère de son enfant, et la reconnaissance qu'ils durent toute la vie.

Pour en savoir plus sur le documentaire, vous pouvez visiter le site de Rebecca site Internet.

L'ICAV court l'adopté événements en ligne en septembre, où les adoptés auront accès au documentaire et participeront ensuite à un groupe en ligne pour une discussion après le film.

Le péché d'amour

par un père chinois qui a perdu sa fille Marie par adoption internationale.

Assis seul, jetant haut et bas Désir de comprendre Vivre avec un faible espoir

Il y avait une notification sur mon Facebook que Marie me suit. Normalement, je n'accepte pas les demandes d'abonnés ou d'amis, mais le nom était Marie, alors j'ai accepté et l'ai laissé, sans trop y prêter attention. Le lendemain, alors que je marchais avec ma fille pour aller à Tesco faire l'épicerie pour cuisiner ce jour-là, j'ai reçu un message de Marie. « Bonjour, j'essaie de retrouver un Clément qui a connu Agnès en 1972, s'il vous plaît faites savoir si c'est vous ? » J'ai été totalement choqué. J'ai immédiatement répondu « Oui » et j'ai demandé qui elle était. Elle a répondu : « Je suis sa fille. Dans mon cœur, je savais que c'était elle, celle qui m'avait manqué pendant toutes ces années. J'ai vécu avec un très faible espoir de la retrouver toutes ces années. J'ai répondu: "J'espère que je ne rêve pas!" Elle a répondu : « Je pense que tu es mon père ».

La prochaine chose que je lui ai demandé concernait le jour que je ne pourrai jamais oublier. « Votre date de naissance est-elle le 9 août ? » Elle a répondu par un OUI. Jamais je n'aurais imaginé que ce jour viendrait. Ma fille Denise a vu mon expression et elle m'a demandé ce qui n'allait pas. Je lui ai dit que ma fille qui avait été donnée par adoption m'avait trouvé. "Ayoi, tu me donnes la chair de poule", a déclaré Denise. Je ne cache pas mon passé à mes enfants, seulement ma vie privée. Le temps ne nous a pas permis de parler davantage sur Facebook car je devais terminer nos courses puis retourner rapidement cuisiner et livrer la nourriture, mais j'ai promis de rester en contact.

Tout l'épisode de retrouver ma fille Marie était censé être un moment heureux et il l'est toujours. Mais c'était plus que du bonheur. Après avoir partagé ma part de signature de ses papiers d'adoption et découvert sa vie avec quelques photos, elle a partagé deux photos qui ont rappelé tous les souvenirs de mon temps avec Agnès, sa mère. Quand j'ai vu la photo de Marie et de son mari, c'était comme regarder Agnès. Elle lui ressemble tellement. Une autre photo d'Agnès seule m'a rappelé la seule photo que nous avions prise tous les deux en couple, dans un studio photo. Elle portait également un sari lors de cette séance photo.

Ma fille Denise veut que j'appelle Marie en vidéo. Je lui ai dit qu'avec mon problème d'audition et l'argot anglais de Marie, il pourrait être difficile de communiquer. Mais la vérité c'est que regarder Marie, c'est comme regarder Agnès. Je ne suis pas encore prêt. Avec tous ces souvenirs qui reviennent, je me rends compte que je n'ai pas oublié ou jamais cessé de l'aimer. Elle me manque encore pendant toutes ces années. Sans le savoir, mon amour pour Agnès a fait échouer mon mariage. Il y avait toujours une troisième personne dans notre lit. Mon injustice envers mes enfants. J'ai déjà été impliqué dans le ministère du mariage et je me rends compte que j'ai créé tellement de déchets dans ma vie.

J'ai vécu une vie de déni.

J'ai connu Agnès en 1970 par son frère Bernard. Nous étions des amis proches car nous travaillions dans la même école. Il était enseignant temporaire et j'étais le garçon de bureau dans le bureau de l'école. J'ai passé la plupart de la nuit chez lui car ma maison était à proximité. Bernard avait trois autres frères et trois sœurs. Agnès était l'aînée des trois sœurs. Agnès avait toujours le sourire aux lèvres et était une personne très douce et authentique. Elle avait de longs cheveux en queue de cheval. Je m'entendais bien avec la famille et j'ai passé Noël avec eux. J'ai commencé à avoir des sentiments pour elle et j'ai demandé à aller danser le soir du nouvel an. Elle a dit oui mais j'ai dû demander la permission à Bernard car il était plus ou moins le chef de famille. Je lui ai demandé et il n'avait aucune objection, alors nous sommes allés pour notre premier rendez-vous.

Nous nous sommes bien amusés ce soir-là et je savais que j'étais amoureux d'elle. Même si j'avais été avec quelques autres filles auparavant, je n'avais jamais ressenti ce sentiment auparavant. J'ai réalisé qu'elle était mon premier amour. Au moment où nous sommes arrivés chez elle, il était déjà 1 heure du matin et le jour de l'An. Après avoir passé du temps avec la famille et souhaité à tout le monde une bonne année, il était temps pour moi de rentrer à la maison. Agnès m'a fait sortir de la maison. J'étais seul avec elle et je lui ai fait part de mes sentiments et lui ai demandé d'être ma petite amie. Elle a dit oui mais nous aurions du mal à le dire à Bernard. Je lui ai dit que je lui parlerais et nous avons terminé avec notre premier baiser.

Quelques jours plus tard, j'ai parlé à Bernard de ma relation avec sa sœur mais à ma grande surprise, il ne s'est pas opposé alors j'ai commencé à passer plus de temps chez elle. Bernard était doué avec sa guitare et Agnès aimait chanter. Je ne sais pas chanter mais j'ai souvent jammé avec eux. J'ai beaucoup de souvenirs heureux de cette époque. Agnès et Bernard ont souvent été invités en tant que chanteurs invités au spectacle du concours Singing Talent time. Lors d'un des spectacles où ils avaient invité Agnès à chanter, alors qu'elle s'apprêtait à monter sur scène, elle m'a dit : « Cette chanson est pour toi ». En me regardant, elle a commencé à chanter. Elle a chanté "Let it be me". Puis-je oublier cette nuit avec cette chanson ? NON, jamais de ma vie je n'oublierai cette nuit-là.

Nous avons été ensemble pendant deux ans. Au fil du temps, nous sommes devenus plus intimes et un jour, elle a découvert qu'elle était enceinte. Nous voulions nous marier mais nous avons eu du mal à obtenir l'approbation de sa mère. Nous avons donc décidé d'aller voir le prêtre pour obtenir des conseils et demander l'approbation de ses parents. Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est que sa mère non seulement n'approuvait pas notre mariage, mais qu'elle s'arrangeait également avec le prêtre pour qu'Agnès aille au Centre pour les mères célibataires. Je suis allé chez elle pour implorer sa mère mais ils m'ont chassé de la maison. La famille était au courant de notre relation depuis le début, mais elle s'est opposée à moi. Je suis allé voir le prêtre mais il m'a dit qu'Agnès quitterait Taiping dans deux jours. Ma mère est même allée chez elle pour implorer leur famille mais ils ont dit non. Ils ne m'ont même pas permis de voir Agnès avant qu'elle ne parte.

Au bout de deux mois je n'en pouvais plus, Agnès me manquait et je m'inquiétais pour elle. Je suis allé voir le prêtre pour savoir où elle se trouvait, mais il n'a pas voulu me donner d'informations à son sujet. Je l'ai supplié de pleurer dans son bureau pendant longtemps. Finalement, il me l'a dit et m'a même arrangé pour rencontrer Agnès avec la religieuse. Elle a été emmenée chez les Sœurs du Bon Pasteur à Batu Arang, près de Kuala Lumpur. Le soir même, j'ai pris un train pour Kuala Lumpur et je suis allé en bus à Batu Arang, assez éloigné de Kuala Lumpur. J'ai réussi à voir Agnès au bout de deux mois. La religieuse était assez bonne pour nous donner du temps ensemble seuls. Avant de quitter cet endroit, la religieuse m'a dit que je ne pouvais lui rendre visite qu'une fois par mois. Pendant son séjour là-bas, je lui ai rendu visite quatre fois. La dernière fois que je lui ai rendu visite, c'était quelques semaines avant son accouchement. Lors de la dernière visite, nous avons parlé de nommer le bébé. Pendant son séjour là-bas, elle était proche d'une religieuse du nom de sœur Marie. Alors, nous avons décidé de l'appeler Marie si nous avions une fille, ou si nous avions un fils, Mario. Nous avons même parlé de travailler à Kuala Lumpur après son accouchement. Elle n'avait pas envie de retourner à Taiping. Quant au bébé, nous laissions ma mère s'occuper d'elle.

Quelques semaines plus tard, j'étais à l'église pour le service matinal et le prêtre m'a informé qu'Agnès avait été admise pour l'accouchement la veille. Je me suis précipité à Kuala Lumpur en taxi. Le temps que je l'atteigne, elle avait déjà accouché. Quand je l'ai vue, elle sortait juste de la salle d'accouchement mais je n'ai pas vu le bébé. Elle m'a dit que l'infirmière la lavait. Quand l'infirmière est sortie avec le bébé, elle m'a demandé si j'étais le père, j'ai hoché la tête et elle m'a tendu le bébé. Je l'ai portée pendant un certain temps jusqu'à ce qu'Agnès me demande quel deuxième nom lui donner. J'ai suggéré Géraldine et elle a accepté. Elle m'a donné sa carte d'identité pour enregistrer l'acte de naissance. Je lui ai remis le bébé et elle a souri en disant au bébé "Tu es Marie Geraldine L__." J'étais avec elle jusqu'après les heures de visite. Avant de partir, j'ai dit à Agnès que je la verrais dans trois semaines parce que je ne pouvais prendre l'acte de naissance que dans trois semaines. Je ne savais pas que ce serait la dernière fois que je les verrais tous les deux.

Deux semaines plus tard, le prêtre m'a informé que j'étais convoqué au tribunal pour faire adopter Marie. J'ai paniqué et j'en ai parlé à ma mère et elle m'a demandé de ramener Marie. J'y suis allé le cœur gros. Quand je suis arrivé là-bas, ils m'ont donné des documents à signer. J'ai refusé de signer et leur ai dit que je voulais garder le bébé. La personne responsable m'a dit que que je signe ou non, l'adoption serait traitée parce que la mère avait tous les droits. J'ai dit que je voulais adopter Marie sous le nom de ma mère. Ce qu'il a répondu m'a surpris. Un père ne peut pas adopter une fille mais si cela avait été un garçon, il y aurait eu une possibilité. En une journée, j'ai tout perdu. Je n'avais pas d'autre choix que de signer le document et de me précipiter à Batu Arang. Mais la religieuse a refusé de me voir et ne m'a pas permis de franchir le portail. Deux mois plus tard, j'y suis retourné. Cette fois, une des sœurs est sortie pour me rencontrer mais ne m'a pas permis d'entrer. Elle m'a dit qu'Agnès avait quitté les lieux et que le bébé avait été envoyé au foyer d'aide sociale du gouvernement. Je ne pouvais plus rien faire d'autre que de partir le cœur lourd et en colère.

Pendant quarante-huit ans, je souhaitais chaque année un joyeux anniversaire à la fille que je n'avais jamais vue mais qui n'était qu'une ombre dans mon cœur. Je savais seulement qu'elle était quelque part sur la planète. Je lui ai souhaité un joyeux anniversaire et j'ai fait une prière pour elle. C'est là que j'ai fait de l'injustice à mes autres enfants. Je n'ai souhaité un joyeux anniversaire à aucun de mes propres enfants qui sont avec moi. Mes enfants n'ont pas fêté leurs anniversaires en grandissant. Au fil du temps, au moment où j'ai réalisé que Marie devrait atteindre l'âge d'un jeune adulte, j'ai saisi l'occasion de venir au centre commercial de Kuala Lumpur. Je m'asseyais dans un coin à regarder passer les filles, me demandant si l'une d'entre elles pouvait être Marie. Ce n'était qu'une faible lueur d'espoir. Je l'ai peut-être vue sans même le savoir. Cela m'a apporté un petit réconfort.

Heureusement, cette année pour son 49e anniversaire, je peux personnellement lui souhaiter un joyeux anniversaire ! Toutes ces années, c'est un moment que j'ai attendu avec une faible lueur d'espoir. Merci Marie de m'avoir trouvé !

Agnès il y a toujours une place pour toi dans mon cœur. Puissiez-vous reposer en paix car notre fille nous a trouvés.

La semaine prochaine : les réflexions de Marie sur les retrouvailles avec son père chinois.

Français
%%footer%%