Le retour de Jen au Vietnam

Jen visite son orphelinat, Sancta Maria

À propos de moi

Je suis né au Vietnam à cause de la guerre. J'ai été abandonnée à l'orphelinat et plus tard à l'âge de trois ans, j'ai été adoptée dans une famille anglaise et australienne. Mes parents sont fabuleux ! Ils ont eu du mal. J'étais un cauchemar, car ils n'ont jamais compris mon comportement fou et inhabituel jusqu'à ce qu'ils lisent Les Couleur de la différence. Mes parents ont essayé de m'impliquer dans ma culture vietnamienne mais je n'en aurais pas voulu ! Je pouvais manger dans des restaurants asiatiques, mais je ne voulais pas connaître l'histoire du Vietnam ni la mienne. Je me sentais comme un monstre avec d'autres Asiatiques.

J'ai grandi à Kyabram jusqu'à mes 13 ans. C'était une petite ville victorienne où j'étais la seule personne asiatique. Les enfants étaient si cruels à cause de mon apparence et cela n'aidait pas que j'aie une fente palatine. Je me souviens quand j'étais à l'école primaire, j'étais seul, je restais debout au magasin, faisant semblant d'attendre que mes amis sortent de la file d'attente du déjeuner pour partager leur déjeuner avec moi. Comme c'est tristement pathétique. Mais je peux sourire maintenant. De plus, l'école pensait que j'étais handicapé mental et voulait me mettre dans une école spéciale. Mes parents se sont battus extrêmement dur pour améliorer mes compétences linguistiques, sociales et éducatives. Au final, j'ai redoublé plusieurs années et j'ai eu beaucoup de soutien scolaire. (Je ne sais toujours pas épeler. :O))

Ma famille se compose de papa qui est anglais, maman qui est australienne et d'un frère et d'une soeur blonds plus jeunes, tous deux naturellement issus de maman et papa. J'ai grandi en adorant manger des Yorkshire Puddings. Je n'étais pas proche de mon frère et de ma sœur en grandissant. Je pense cela parce qu'ils étaient plus proches en âge et avaient plus en commun. Ils avaient un an d'écart et un écart de quatre ans avec moi. Ma sœur aussi m'en voulait. J'ai attiré beaucoup d'attention de mes parents (indésirable cependant) parce que j'étais tellement confus au sujet de mon identité, et elle pensait que ma vie était glamour et « spéciale ». Maintenant, elle ne comprend toujours pas ma vie mais nous avons une connexion fantastique. Mon frère et moi sommes à l'aise l'un avec l'autre.

Ma famille a déménagé à Gympie, Queensland, quand j'avais 13 ans. Maintenant, Gympie est un enfer ! C'est un endroit reculé, stagnant et socialement arriéré. Probablement pas le meilleur endroit pour une personne comme moi. J'étais le seul Asiatique jusqu'à la fin de mes années de lycée. Ma meilleure amie était une fille philippine qui était sportive et scandaleuse. J'étais maigre et timide. Tout le monde pensait que nous étions sœurs ! À la fin, nous avons dit que nous l'étions. Je suis sorti de là dès que j'ai terminé mes études secondaires et j'ai déménagé à Townsville pour étudier.

J'ai adoré ma première année à Townsville. Je vivais sur le campus universitaire et je pouvais m'intégrer facilement aux groupes australiens et aux groupes étrangers. C'était incroyable! Je pourrais utiliser à la fois mon côté asiatique et mon côté australien pour connecter et aider les gens. De plus, c'était la première fois dans mes conférences que j'entendais parler de « déplacement » et de migrants s'installant en Australie. Cette année-là, j'ai gagné en confiance, en découverte de moi-même et j'ai vraiment pu m'intégrer !

J'ai déménagé à Brisbane après mon diplôme d'aide sociale et maintenant je suis mariée et maman de 2 merveilleux garçons. C'est fantastique de voir des parties de ma personnalité chez mes enfants. Je peux comprendre qui ils sont et comment ils se sentent. Je travaille à temps partiel comme travailleuse de soutien pour aider les femmes handicapées. Mon mari a été mon rocher. Il m'a tellement soutenu et comprend beaucoup de ce que je ressens. Il est également adopté. Ses parents biologiques et ses parents adoptifs sont australiens. J'aime Brisbane parce que je peux me fondre dans la masse et pourtant me démarquer :O). Je suis une personne très heureuse. J'aime ma famille et je suis fier de qui je suis.

J'ai lu quelque part que « quand vous vous regardez dans le miroir, vous voyez un étranger vietnamien vous regarder, pas la personne australienne blanche à l'intérieur ». Ça, c'est moi!!

Je suis seulement intéressé à retourner au Vietnam pour mieux comprendre ma culture. Je n'ai pas besoin de visiter l'orphelinat ou de trouver mes parents biologiques.

Tout récemment, j'ai appris de mes parents que mon père biologique est très probablement « blanc ». Je me sentais tellement trompé et déçu. Ma vie a été une lutte, un spectacle et une orientation raciale pour n'être qu'à moitié vietnamienne. Ça ne vaut pas le coup. (J'espère que je n'ai offensé personne.) Je suis cool avec ça maintenant. Je ne peux rien changer et cela ne change pas la personne à l'intérieur.

Mon voyage de retour au Vietnam et à la Réunion à l'orphelinat Sancta Maria

Mon mari a organisé ce voyage pour moi. Après la préparation de la réunion, j'ai délibérément choisi de ne pas penser au voyage, car je savais que je deviendrais trop stressé, inquiet, nerveux et déprimé. Je n'y suis allé que pour les retrouvailles et je savais que d'autres personnes seraient dans la même situation que moi. Je savais que j'irais bien car mon mari est déjà allé au Vietnam et il connaît une partie de la langue. Je me sentais confiant de pouvoir le gérer et je voulais seulement rester le moins possible. Mes parents adoptifs m'ont poussé à y retourner mais ce n'est que maintenant que je suis prêt. Je suis déjà allé en Asie et j'étais mentalement préparé à ce que serait le Vietnam. Mes parents m'ont prévenu que les gens pourraient être bizarres autour de moi, mais je savais que c'était ma meilleure occasion d'y aller.

Jour 1

J'étais extrêmement nerveux à l'aéroport de Singapour lorsque je suis monté dans l'avion pour le Vietnam. Je n'ai jamais été dans les cadeaux d'autant de Vietnamiens. À mon arrivée à l'aéroport de Ho Chi Minh, j'étais plus impatiente de rencontrer mon mari et j'étais fatiguée du vol que de m'inquiéter de quoi que ce soit d'autre. J'appréhendais mais je pensais que je serais plus en désordre et en colère que je ne l'étais en réalité. Je n'ai aucun souvenir du Vietnam et je me sentais mal à l'aise d'y être.

J'ai rencontré mon mari à l'extérieur de l'aéroport dans une mer de centaines de Vietnamiens. Nous étions censés rencontrer d'autres personnes là-bas, mais elles ne se sont jamais présentées. Après que j'ai eu une crise, nous avons réglé le problème et rencontré les autres groupes de personnes liés à la réunion. J'ai adoré le trajet en taxi et en bus et j'ai pu voir beaucoup de la ville, des gens et des paysages. En groupe, nous avons été emmenés à Thanh Loc en dehors de la ville dans un orphelinat pour garçons. Tout le monde parlait anglais et la plupart d'entre nous étaient australiens donc je me sentais bien. Nous y avons passé l'après-midi et j'ai apprécié l'ambiance et le paysage. La prochaine chose que j'ai su, j'étais à l'orphelinat. Je pensais que l'orphelinat serait situé à l'extérieur de la ville dans une petite hutte dans un enclos, mais à la place c'était au milieu de Ho Chi Minh-Ville et c'était un grand bâtiment de 3 ou 4 étages. J'ai fait une tournée et j'en étais tellement impressionné. Je me sentais constamment comme un touriste apprenant de nouvelles choses. Je n'avais toujours aucun souvenir de l'endroit. Nous avons été invités à rester pour le dîner mais j'étais trop pédé et je voulais faire du shopping. Je regrette maintenant de ne pas être resté dîner. Interagir avec les habitants était extrêmement gênant, inconfortable, confrontant, déroutant et difficile !!! Je détestais le fait d'être une boule si étrange ! J'ai eu l'impression d'être un monstre. Ils n'aimaient pas ou ne comprenaient pas pourquoi j'avais l'air et agi comme un occidental, ne parlaient pas la langue, j'avais un mari australien et il parlait vietnamien. J'ai passé le reste de la nuit à faire du shopping et à regarder autour de moi.

Jour 2

Les retrouvailles étaient géniales !! L'objectif était d'apprendre à connaître d'autres personnes. Il y avait 17 adoptés et la plupart d'entre nous étaient australiens. Quelques-uns sont là pour la première fois comme moi. C'était extrêmement émouvant, mais je n'ai pas pleuré. J'ai adoré entendre les histoires des parents d'adoptés, du personnel et des personnes de l'orphelinat. Tout le monde a eu la chance de raconter son histoire et nous avons passé tout le temps à créer des liens et à partager des expériences. Ensuite, la plupart des gens se sont retrouvés pour dîner et prendre un verre. C'était fantastique! Nous avons parlé pendant quelques heures, puis mon mari et moi sommes partis explorer et faire du shopping. J'aurais vraiment aimé rester plus longtemps !!

Jour 3

Nous avons passé ce qui restait de notre temps à faire du shopping au Vietnam. Nous n'avions que 3 heures avant de devoir être à l'aéroport. J'étais épuisé et impatient d'être loin des locaux. J'aime l'environnement, la culture, le paysage, la dignité et l'aura des gens. Le trafic était incroyable ! Il fallait le voir pour le croire. Wow! C'était le chaos organisé ! Je me suis senti soulagé lorsque l'avion a décollé.

Sommaire

Je suis content d'y être allé. J'ai pris des tas de photos et j'adorerais y retourner. J'aurais aimé avoir plus de temps là-bas, mais je suis satisfait de l'expérience globale. En dehors des retrouvailles, j'ai vraiment apprécié les trajets en taxi et en bus car je pouvais avoir une idée et une image complètes de l'endroit sans être harcelé ou mal à l'aise.

Jen Fitzpatrick

Photos de la Réunion Février 2005

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%