Où est-ce que j'appartiens ?

par Charisse Maria Diaz, born as Mary Pike Law, cross cultural adoptee born in Puerto Rico

Pote de leche are Spanish words for “milk bottle”. Where I was born, this is how someone is described when they are too white. Yes, too white. That is what I was called at school when bullied. In my teens, I spent many Sundays sunbathing in the backyard of our home. This was one of the many ways I tried to fit in.

My tendency has been to consider myself a transcultural adoptee and not a transracial adoptee, because my adoptive parents were Caucasian like me. Recently, I realized their looks do not make my experience too different from the experience of any transracial adoptee. I was born in Puerto Rico from an American mother and English father and adopted by a Puerto Rican couple. Puerto Ricans have a mix of Native Taino, European and African genes, our skin colors are as varied as the colors of a rainbow. The most common skin tones go from golden honey to cinnamon. For some, I looked like a little milk-colored ghost.

My adoptive mother told me that an effort was made by the Social Services Department, which oversaw my adoption process, to make the closest match possible. She said the only things that did not “match” with her and my adoptive father were my red hair and my parents’ (actually, my natural father’s) religion. I was supposed to be an Anglican but was going to be raised as a Catholic. This was part of the brief information she gave me about my parents, when she confessed that they were not dead as I had been told at 7 years old. She also admitted that I was not born in Quebec, which they also made me believe. I was born in Ponce, the biggest city on the southern shore of the island. She gave me this information when I was 21 years old.

So, at 21 years of age, I discovered that I was a legitimate Puerto Rican born in the island, and also that my natural father was an English engineer and my natural mother was Canadian. I was happy about the first fact and astonished about the rest. Suddenly, I was half English and half Canadian. At 48 years old I found my original family on my mother’s side. Then I discovered this was a misleading fact about my mother. She was an American who happened to be born in Ontario because my grandfather was working there by that time. I grew up believing I was a Québéquois, after that I spent more than two decades believing that I was half Canadian. All my life I had believed things about myself that were not true.

I learned another extremely important fact about my mother. She was an abstract-expressionist painter, a detail that was hidden by my adoptive family in spite of my obvious artistic talent. I started drawing on walls at 2 years old. My adoptive parents believed that art was to be nothing more than a hobby, it was not a worthy field for an intelligent girl who respected herself and that happened to be their daughter. This did not stop me, anyway. After a bachelor’s degree in Mass Communication and a short career as a copywriter, I became a full-time painter at the age of 30. To discover that my mother was a painter, years later, was mind-blowing.

Identity construction or identity formation is the process in which humans develop a clear and unique view of themselves, of who they are. According to Erik Erikson’s psychosocial stages of development, this process takes place during our teen years, where we explore many aspects of our identities. It concludes at 18 years old, or, as more recent research suggests, in the early twenties. By that age we should have developed a clear vision of the person we are. How was I supposed to reach a conclusion about who I was, when I lacked important information about myself?

My search for my original family started when there was no internet, and it took me more than 20 years to find them. I did not arrive in time to meet my mother. A lifelong smoker, she had died of lung cancer. I connected with my half-siblings, all of them older than me. They were born during her marriage previous to her relationship with my father. Two of them were old enough to remember her pregnancy. They had been enthusiastically waiting for the new baby, just to be told that I was stillborn, news that hurt them so much. Before she passed away, my mother confessed to my siblings that I was relinquished for adoption. Through them, I learned what a difficult choice it was for my mother to let me go.

During my search, well-known discrimination against Latinos in sectors of the American culture gave me an additional motive to fear rejection. I didn’t know I had nothing to worry about. My siblings welcomed me with open arms. Reconnecting with them has been such a heartwarming, comforting, life-changing experience. We are united not only by blood, but also by art, music, literature, and by ideas in common about so many things, including our rejection of racism. It was baffling to learn that my opinions about society and politics are so similar to my natural parents’ points of view, which were different, and sometimes even opposite to my adoptive parents’ beliefs.

My siblings remember my father, their stepfather, fondly. With their help I was able to confirm on the Internet that he had passed away too. His life was a mystery not only to me, but to them too. A few years later, I finally discovered his whereabouts. He lived many years in Australia and was a community broadcasting pioneer. A classical music lover, he helped to establish Sydney-based radio station 2MBS-FM and worked to promote the growth of the public broadcasting sector. His contributions granted him the distinction of being appointed OBE by the British government. My mind was blown away for a second time when I learned that he had dedicated his life to a field related to mass communication, which was my career of choice before painting. My eldest half-brother on his side was the first relative I was able to contact. “Quite a surprise!”, he wrote the day he found out that he had a new sister. Huge surprise, indeed. My father never told anyone about my existence. Now I got to know my half-siblings and other family members on his side too. They are a big family, and I am delighted to keep in touch with them.

My early childhood photo

With each new piece of information about my parents and my heritage, adjustments had to be made to the concept of who I am. To be an international, transcultural, transracial adoptee can be terribly disorienting. We grow up wondering not only about our original families, but also about our cultural roots. We grow up feeling we are different from everyone around us, in so many subtle and not so subtle ways… In my case, feeling I am Puerto Rican, but not completely Puerto Rican. Because I may consider myself a true Boricua (the Taino demonym after the original name of the island, Borikén), but in tourist areas people address me in English, and some are astonished to hear me answer in Spanish. More recently, I have pondered if my reserved nature, my formal demeanor, my cool reactions may be inherited English traits. And getting to know about my parents, even some of my tastes, like what I like to eat and the music I love, has made more sense. But in cultural terms I am not American or British enough to be able to wholly consider myself any of these. Where do I belong, then? And how can I achieve completion of my identity under these conditions? It is a natural human need to belong. Many times I have felt rootless. In limbo.

A great number of international adoptees have been adopted into Anglo-Saxon countries, mostly United States and Australia, and many of them come from places considered developing countries. The international adoptee community, which has found in social media a great tool to communicate, receive and give support, and get organized, encourages transracial and transcultural adoptees to connect with their roots. My case is a rare one, because it is the opposite of the majority. I was adopted from the Anglo-Saxon culture to a Latin American culture. I never imagined that this would put me in a delicate position.

Puerto Rico has a 500-year-old Hispanic culture. I am in love with the Spanish language, with its richness and infinite subtleties. I feel so honored and grateful to have this as my first language. We study the English language starting at first grade of elementary school, because we are a United States’ territory since 1898, as a result of the Spanish-American war. We are United States citizens since 1914. We have an independentist sector and an autonomist sector which are very protective of our culture. Historically, there has been a generalized resistance to learning English. In my case, I seem to have some ability with languages and made a conscious effort to achieve fluency, for practical reasons but also because it is the language of my parents and my ancestors.

In 2019 I traveled to Connecticut to meet my eldest half-brother on my mother’s side. That year, a close friend who knew about my reunion with natural family told me that someone in our circle had criticized the frequency of my social media posts in the English language. Now that I am in touch with my family, I have been posting more content in English, and it seems this makes some people uncomfortable. But the most surprising part is that even a member of my natural family has told me that I am a real Boricua and should be proud of it. I was astonished. Who says I am not proud? I have no doubt that this person had good intentions, but no one can do this for me. Who or what I am is for me to decide. But the point is some people seem to believe that connecting with my Anglo-Saxon roots implies a rejection of Puerto Rican culture or that I consider being Puerto Rican an inferior condition, something not far from racism. Nothing could be farther from the truth! I was born in Puerto Rico and love my culture.

Puerto Rico’s situation is complicated, in consequence my identity issues became complicated. I am aware of our island’s subordinated position to a Caucasian English-speaking country; that this circumstance has caused injustices against our people; that our uniqueness needs to be protected and celebrated. Being aware sometimes makes our lives more difficult, because we understand the deep implications of situations. There was a time when I felt torn by the awareness of my reality: being Puerto Rican and also being linked by my ancestry to two cultures which for centuries dedicated their efforts to Imperialism. I am even related through my father to Admiral Horatio Nelson, a historical character that embodies British imperialism. How to reconcile that to my island’s colonial history and situation? Where I was going to put my loyalty? To feel that I was being judged for reconnecting to my original cultures – something every international adoptee is encouraged to do – did not help me in the task of answering these difficult questions.

Even when they were not perfect and made mistakes, my natural parents were good people with qualities I admire. The more I get to know them, the more I love them. The more I know them, the more I see them in me. If I love them, I cannot reject where they came from, which is also a basic part of who I am. Therefore, I have concluded that I cannot exclude their cultures from my identity construction process.

To connect to these cultures until I feel they are also mine is a process. I am not sure if I will ever achieve this, but I am determined to go through this process without any feelings of guilt. To do so is a duty to myself, to be able to become whole and have a real, or at least a better sense of who I am. And it is not only a duty, it is also my right.

Tant de pertes dans l'adoption

par Maars, emmené des Philippines au Canada. Vous pouvez suivre Maars @BlackSheepMaars

Je fais des recherches sur mes racines depuis 3,5 ans. Quand j'ai commencé ce voyage, je n'avais que des souvenirs griffonnés de moments qui fournissaient des lieux et des noms. Principalement par des choses que j'ai entendues en grandissant quand ma famille parlait de moi et de mon adhésion à leur famille. Il y avait beaucoup d'informations non confirmées, et la plupart sont des hypothèses et même inventées.

Je me suis assis sur le canapé et j'ai écrit chaque morceau de mémoire dans mon cerveau de ce qui a été dit, de ce qui a été mentionné, de ce qui a été bavardé, de ce qui m'a été crié dessus.

Je n'avais aucune information réelle pour commencer ce voyage, et même lorsque j'ai plaidé pour obtenir des informations et appelé pour poser des questions. Personne n'avait particulièrement envie de dire quoi que ce soit. C'était comme un secret que je n'étais pas censé découvrir. Mais je suis quand même allé de l'avant, et la première année m'a beaucoup demandé, prenant même une femme en Amérique pour ma mère biologique.

Je n'avais aucune attente concrète, aucune direction, ni aucune idée de l'endroit où ce voyage se terminerait. Cependant, après avoir trouvé ma mère biologique, je n'avais qu'un seul objectif. Pour reconstituer notre petite famille, pour guérir le cœur brisé de ma mère biologique d'avoir dû abandonner ses deux premiers enfants.

Je voulais retrouver mon propre frère biologique, pour qu'au moins elle puisse guérir sa culpabilité et sa honte avant de quitter cette vie. Mais je ne pouvais pas le faire. J'étais trop tard, je ne l'ai retrouvé que 5 mois après son décès.

Grandir en tant qu'enfant unique, grandir en me sentant seul au monde, étranger à mon espèce, à mes racines, à mon héritage, à ma tradition ancestrale - de tout ce dont je suis fait, il ne me resterait qu'une seule personne sur cette planète, celle partage les mêmes blessures que moi à cause de l'adoption. Et pourtant, le traumatisme de l'adoption dans nos vies finirait par nous amener à nous séparer à nouveau, pour la deuxième fois.

IL Y A TELLEMENT DE PERTES DANS L'ADOPTION !

J'essaie toujours de travailler sur mon côté paternel, en espérant n'importe quoi, des indices, mais l'inévitable est de chercher quelqu'un/quelque chose dont on ne soupçonnait même pas l'existence, c'est un exploit à explorer.

#adoptee #adopted #adoption #reunion #searching #family research #biologyresearch #ancestry #mystory #myvoyney #mysearch #biologymatters #findingmyroots #brokenbranch

Examen de Reckoning with The Primal Wound

Rébecca et Jill

Compte avec la blessure primordiale est un film dirigé par des adoptés créé par Rebecca Autumn Sansom et sa mère naturelle Jill. Ensemble, ils explorent ce que Blessure primordiale est et comment cela a affecté leur vie.

Ce film parle vraiment du voyage de Rebecca pour se réconcilier avec qui elle est; donner du sens au fait d'être adopté ; comprendre la douleur et la perte profondes qu'elle a ressenties dans sa vie; explorer comment ce n'est pas seulement son parcours mais aussi de nombreux autres adoptés ; accepter d'entendre le parcours de sa mère naturelle et comprendre que cette expérience a des thèmes universels.

Je pense que c'est une exploration fantastique des impacts profonds créés lors de la séparation d'une mère et de son enfant ; entendre et voir l'expérience vécue des deux côtés – l'adopté et sa mère naturelle. C'est également perspicace pour démontrer la réalité commune de la façon dont les parents adoptifs luttent pour comprendre la signification et accepter le traumatisme à partir duquel ils ont construit leur famille. 

Souvent, lors des retrouvailles, nous, les adoptés, sommes pris au milieu de problèmes émotionnels concurrents et nous pouvons parfois assumer une trop grande part de la responsabilité de garder l'espace pour tous. Personnellement, j'ai pensé que le film de Rebecca est un moyen tellement stimulant de garder l'espace pour elle-même et de raconter son histoire, bravo !

J'aime la gamme d'experts dans ce documentaire, en particulier toute l'expérience vécue et la façon dont les professionnels s'entremêlent aux histoires personnelles. Il est si important de comprendre l'énorme réseau de personnes interconnectées dans l'adoption, les rôles qu'elles jouent, comment nous sommes tous touchés. C'était particulièrement poignant de voir le parcours longitudinal de reconnexion facilité par l'assistante sociale de Jill, qui s'en souciait manifestement beaucoup.

En fin de compte, ce film a résonné en moi en raison de sa vérité et de sa validation pour tous les adoptés qui ne peuvent pas simplement « s'en sortir » et agir comme si être séparés de nos mères naturelles n'avait aucun impact sur nous. Dans l'ensemble, le message pour moi sonne vrai : pour qu'une guérison profonde se produise lors de l'adoption, il faut qu'il y ait une prise en compte profonde des impacts causés par la séparation d'une mère de son enfant, et la reconnaissance qu'ils durent toute la vie.

Pour en savoir plus sur le documentaire, vous pouvez visiter le site de Rebecca site Internet.

L'ICAV court l'adopté événements en ligne en septembre, où les adoptés auront accès au documentaire et participeront ensuite à un groupe en ligne pour une discussion après le film.

Je suis comme un cerf pris dans les phares

par Krem0076, un adopté international coréen élevé aux États-Unis.

Krem0076 en tant que bambin

Je suis un adopté d'une adoption internationale fermée. J'ai de la paperasse mais pour beaucoup d'entre nous, notre paperasse est souvent pleine d'erreurs, de mensonges et de divergences. C'est un défi – mes informations sont-elles exactes ? Mon nom de naissance ? Ma date de naissance? Mon histoire d'origine si j'en ai une ? L'un des noms figurant dans mes documents est-il réel ou exact ?

J'ai des noms pour ma b-maman et mon b-papa et j'ai décidé en 2017 d'essayer de rechercher ma b-mom sur Facebook. Voici un autre défi - parce que je suis adopté en Corée et que je n'ai pas grandi en lisant ou en parlant ma langue, j'ai dû trouver comment traduire la version anglaise du nom de ma b-maman en Hangul et espérer qu'elle était exacte. Heureusement, j'ai un ami adopté coréen qui pourrait le faire pour moi. J'ai cherché et trouvé une femme qui a des caractéristiques physiques si similaires aux miennes, c'était comme me regarder dans un futur miroir à environ 50 ans.

Le prochain défi était - est-ce que je lui envoie un message ? Et si je le fais, qu'est-ce que je dis ? « Bonjour, vous ne me connaissez pas vraiment, mais je suis peut-être votre fille que vous avez abandonnée en 1987. Avez-vous alors abandonné une petite fille ? Je promets que je ne suis pas fou ou que je ne vais pas causer de problèmes. Ouais, je ne vois pas ça se passer bien. Est-ce que je la demande par un ami ? Comment l'approcher sans l'effrayer ? Et si elle est mariée et a d'autres enfants ? Et si j'étais un secret ? Et si elle me nie ?

C'était en 2017, lorsque j'ai trouvé ma mère potentielle pour la première fois, et après des semaines d'agonie et d'être pétrifié mais simultanément excité, je lui ai envoyé un message et une demande d'ami. J'ai attendu des jours qui se sont transformés en semaines, qui se sont transformés en mois et finalement, en années. Rien. Je suis passé d'être excité et plein d'espoir à être nerveux et incertain. Finalement, cela s'est à nouveau transformé en amertume, frustration, rejet et perte. À la fin, je me suis engourdi et je l'ai poussé au fond de mon cerveau et j'ai essayé d'oublier.

Avance rapide jusqu'en mars 2021. J'étais récemment complètement sorti du brouillard de l'adoption, j'ai commencé à renouer avec ma culture, ma langue, mes aliments et traditions coréens et à me faire plus d'amis adoptés coréens. J'ai décidé de la rechercher à nouveau et de voir s'il y avait quelque chose de nouveau. D'après ce que j'ai pu voir en tant qu'observateur extérieur, elle a l'air d'être mariée et a 2 filles adultes. On dirait aussi qu'elle dirige une ferme de baies. J'ai décidé de lui envoyer à nouveau un message, cette fois à Hangul, en espérant qu'elle répondrait mieux à cela. J'ai également mis à jour mon nom de profil pour inclure mon nom de naissance en Hangul, en espérant qu'elle le verra. Elle n'a jamais lu le message et je n'ai pas la possibilité de la redemander par un ami.

Je sais que je peux passer par d'autres canaux pour trouver et contacter ma b-maman, mais je suis en désordre. Et s'ils ne la trouvent pas ? Et s'ils le font et qu'elle me rejette ? Et si cette femme était elle et qu'elle me rejetait ? Et si elle décédait ? C'est un autre défi – l'assaut débilitant et paralysant d'émotions qui m'empêchent de bouger dans un sens ou dans l'autre. Je suis comme un cerf pris dans les phares.

Pour les parents adoptifs qui lisent ceci, je vous encourage à favoriser les adoptions ouvertes si vous le pouvez - non pas pour vos besoins et vos désirs, mais pour les besoins et désirs futurs de vos enfants adoptés. Ils grandiront en connaissant leurs origines, leurs antécédents médicaux, leur b-maman ou leurs parents. Ils auront une meilleure idée de leur identité. Ils pourront poser des questions et obtenir des réponses. Il y aura toujours un traumatisme. Il y aura encore des jours et des émotions difficiles. Mais ils auront une base plus solide que je n'en aurai jamais. J'ai 34 ans et je me noie un jour. J'ai du mal à être adopté et en ce moment, franchement, je déteste ça.

Connaître ses origines est un privilège !

Connaître ses parents, frères et sœurs, oncles, tantes et grands-parents…

Connaître vos antécédents médicaux; que votre mère soit décédée d'un cancer, que votre père souffrait de problèmes cardiaques, que votre grand-mère souffrait de diabète…

Pour savoir à qui vous ressemblez, d'où viennent vos traits, si votre visage dans le miroir est le reflet de quelqu'un d'autre..

Pour connaître votre histoire de naissance, la date, l'heure, la saison de l'année, dans quel hôpital vous êtes né…

Connaître son pays de naissance, sa culture, son patrimoine, sa langue, ses coutumes, sa religion…

Être entouré de personnes qui vous ressemblent racialement…

Connaître ses origines est un privilège !

Ce sont des choses que je ne tiens pas pour acquises parce que je n'en ai eu aucune en grandissant. Je suis né dans un pays, adopté dans un autre, par une famille de race différente. Je suis un adopté international transracial. J'ai passé une grande partie de ma vie à me demander, chercher, essayer d'en savoir plus sur mes origines.

Dans ma communauté d'adoptés internationaux, connaître ses origines est définitivement un privilège !

Qui suis je?

par TLB, adopté du Vietnam au Canada.

Est-ce que je ressemble à mon père ou à ma mère ? Quel est mon vrai nom ? Quand suis-je né ? Qui suis-je vraiment ? J'ai passé en revue ces questions toute ma vie et je ne sais pas si je trouverai un jour la réponse.

Je suis né au Vietnam, adopté par une famille blanche au Canada au début des années 70. Je suis en partie afro-américaine et vietnamienne mais j'ai l'air plus afro-américaine, et je suis aussi physiquement handicapée que j'ai contractée à cause de la polio et d'une blessure par balle (quelque chose qu'on m'a dit quand j'étais enfant, mais je ne sais pas si c'est vrai) . J'ai toujours su que j'étais différent en grandissant, non pas à cause de la couleur de ma peau, mais parce que j'étais handicapé. Quand je suis arrivé au Canada, j'ai dû me rendre à l'hôpital pour de nombreuses interventions chirurgicales afin de redresser mes jambes et mon dos en raison d'une scoliose. Quand je suis rentré de l'hôpital, c'est à ce moment-là que j'ai senti que je n'appartenais pas à la famille. En tant que jeune enfant, j'étais têtu et parlais à peine parce que les effets de quitter le Vietnam et d'être dans un environnement différent, j'étais submergé.

Étant un enfant afro-américain handicapé asiatique vivant dans un monde blanc, je savais que j'étais différent et je voulais tellement m'intégrer. À un jeune âge, j'ai su que ma mère adoptive me traitait différemment de mes autres frères et sœurs. Ils avaient deux autres enfants biologiques ainsi qu'un autre enfant adopté de la Société d'aide à l'enfance. J'étais donc le mouton noir de la famille et c'était mon surnom pour les autres membres de la famille et les voisins. Ma mère adoptive n'était pas la mère parfaite, tout le monde pensait qu'elle était à huis clos. L'utilisation de mon fauteuil roulant était interdite dans la maison, je devais donc toujours ramper sur le sol et la moquette, mais laisser des marques sur la moquette n'avait pas l'air bien et ma mère adoptive passait toujours l'aspirateur, j'ai donc dû déplacer ma chambre vers le bas au sous-sol – être isolé loin de mes frères et sœurs. Chaque fois que mes frères et sœurs venaient jouer avec moi, on les renvoyait à l'étage et on leur disait de ne pas jouer avec ta sœur « mouton noir ». Étant seul au sous-sol, j'ai arrêté de parler et j'ai dû m'amuser comme un enfant. À force de ne pas parler, mes cordes vocales ne se sont pas bien développées, alors chaque fois que j'allais à l'école, j'avais du mal à interagir avec les autres élèves et j'étais victime d'intimidation et étiquetée comme étant stupide.

Ma mère adoptive m'a toujours dit que je devrais leur être reconnaissant de m'avoir adopté. J'ai toujours gardé mes sentiments en moi parce que si je leur disais ce que je ressentais vraiment, je serais battu. Je devais toujours la remercier de m'avoir sauvé la vie à chaque fois que je faisais quelque chose de mal. La première fois que j'ai dit « j'aurais aimé que tu ne m'adoptes jamais », ma mère adoptive m'a maltraitée émotionnellement et physiquement. Parfois, je me fichais de ce qu'elle me faisait, j'étais plus heureux juste d'être dans ma propre coquille dans le placard.

Je n'ai jamais été impliqué dans aucune des réunions de famille ou des vacances en famille. Je mangeais toujours seul après que tout le monde ait mangé. Le seul souvenir que je n'oublierai jamais, c'est quand ma famille adoptive est partie en Floride et que je n'ai pas été autorisée à y aller parce que ma mère adoptive a dit que « les enfants noirs et estropiés n'étaient pas autorisés ». Je suis allé vers le miroir et me suis regardé. Je voulais tellement être blanche que j'ai frotté ma peau si fort mais elle est devenue rouge. J'ai poussé mon fauteuil roulant dans les escaliers et j'ai essayé de me relever pour marcher. Au lieu de cela, je suis tombé et je suis resté allongé sur le sol pendant des jours jusqu'à ce qu'un voisin me trouve en train de saigner. Au lieu d'être un bon voisin et d'aider une jeune fille, il a profité de moi pendant des jours pendant que ma famille était partie s'amuser. Quand ma famille est revenue, j'ai essayé de dire à ma mère adoptive ce qui s'était passé. Tout ce qu'elle a dit, c'est : « Tu cherchais de l'attention et c'est ce que tu méritais ».

Je voulais tellement faire partie de la famille au point que j'accepterais de nettoyer la maison. Ma mère adoptive me présentait toujours à ses amis comme la « bonne noire du pays tiers ». Ma mère adoptive a abusé de moi émotionnellement en continuant à dire qu'elle n'a jamais voulu de moi à cause de mon handicap et de la couleur de ma peau. Elle ne pensait pas que je deviendrais « si sombre » et un enfant en difficulté ayant besoin de rendez-vous de thérapie. Tout ce que je voulais, c'était que ma mère adoptive soit fière de moi, mais rien de ce que j'ai fait ne l'a jamais satisfaite. Chaque fois que mes frères et sœurs avaient des ennuis, je les défendais, mentais et volais pour eux afin qu'ils jouent avec moi. Il y avait des moments où je foutais de la nourriture la nuit parce que j'avais tellement faim, mais chaque fois que je me faisais prendre, j'étais envoyé au placard pendant des jours. Rien de ce que je faisais n'était assez bien pour ma mère adoptive.

Quand j'avais 11 ans, on m'a dit que je quittais la famille et que je passais quelques jours ailleurs. Je ne savais pas ce que j'avais fait de mal. Cette nuit-là, je suis resté éveillé toute la nuit à repenser la journée – qu'ai-je fait pour déplaire à ma mère adoptive. Tout ce qu'elle m'a dit, c'est que j'irais dans un meilleur endroit qui pourrait prendre en charge mon comportement de «noir paralysé». J'ai pleuré tout le long du trajet en suppliant ma mère adoptive que je serais une "bonne fille". Quatre heures plus tard, j'ai été déposé dans une grande maison en pierre avec beaucoup d'escaliers et d'autres enfants courant dans le salon. Ma mère adoptive m'a dit que ce n'était que pour quelques semaines et que la famille allait m'aider avec mon comportement. Pendant les jours suivants, je n'ai fait que m'asseoir près de la fenêtre en attendant le retour de ma mère adoptive. Les jours se sont transformés en semaines et les semaines en mois. J'ai finalement dû me rendre compte que je restais dans cette maison et que personne ne revenait pour moi.

Je vivais dans une maison avec 25 autres enfants. J'ai essayé de m'intégrer et de faire partie de la famille, mais je me sentais toujours comme un paria. Même si je n'étais pas le seul enfant handicapé, je sentais que je n'étais pas à ma place. J'ai découvert que la mère adoptive de ce foyer était la femme qui avait aidé mes parents adoptifs à m'adopter du Vietnam. La mère d'accueil avait une organisation qui aidait les familles canadiennes et américaines à adopter des enfants de pays du tiers monde dans des orphelinats qu'elle avait ouverts. Je n'étais pas le seul enfant adopté et envoyé en famille d'accueil. Au fil des années, vivant en famille d'accueil je suis devenu un enfant réservé et calme et pendant mon adolescence je voulais encore savoir « qui suis-je » ? J'ai demandé à la mère d'accueil si elle savait quelque chose de ma mère biologique et chaque fois que je lui ai demandé, la réponse était toujours : « Attends d'avoir dix-huit ans ». À partir de là, j'ai laissé la question de côté et j'ai essayé de vivre mon adolescence à la maison.

Quand je suis allé pour la première fois dans la famille d'accueil, j'ai été placé dans une école avec d'autres enfants handicapés mais j'ai senti que ce n'était pas pour moi. Je voulais être indépendant et rester seul alors je suis devenu très têtu surtout pendant les séances de thérapie. Demander aux thérapeutes de soulever mes jambes et d'essayer de les étirer ne fonctionnait pas pour moi, ils ont essayé de me faire utiliser des appareils orthodontiques et des béquilles, je ne le voulais certainement pas. Alors ils ont finalement accepté que j'utilise un fauteuil roulant de sport et quelle liberté j'ai ressentie !! L'utilisation du fauteuil roulant a renforcé mes bras d'adolescent et je suis devenu très fort pendant la récréation. Pendant que d'autres enfants étaient en thérapie, je pouvais être trouvé dans le gymnase en train de faire rebondir des ballons de basket. C'est alors qu'une coach sportive m'a vu lancer mon premier panier et qu'elle m'a demandé : « Tu veux être athlète et voyager ? Je lui ai rapidement répondu : « Oui ! » Elle ne savait pas que je ne voulais pas seulement être une athlète, mais que je voulais voyager pour pouvoir sortir le plus possible de ma maison d'accueil. Mon père adoptif me maltraitait chaque fois que nous allions à la maison familiale à Montréal chaque été, alors chaque fois que je découvrais que je voyagerais en été, j'attendais avec impatience l'été en sachant que je serais à l'extérieur du pays !

Sans cet entraîneur sportif, je n'aurais pas pu être l'athlète paralympienne que je suis aujourd'hui. J'ai voyagé dans de nombreux pays et remporté de nombreuses médailles, mais une partie de moi a estimé que je ne le méritais pas. Chaque fois que j'étais absent, je me sentais toujours comme un étranger pour mes coéquipiers et les autres athlètes. Au fond de moi, je croyais qu'ils savaient tous qui ils étaient et qu'ils parlaient toujours de leur famille. Avec ma timidité, j'avais encore du mal à interagir avec mes coéquipiers. À la fin de chaque voyage, je redoutais de rentrer chez moi parce que je savais vers quoi j'allais rentrer.

Ma famille d'accueil n'a pas vraiment reconnu mes réalisations sportives. Il y avait des moments où ils ne savaient même pas que je partais pendant une semaine parce qu'il y avait tellement d'enfants dans la maison et que la mère adoptive était occupée par son travail. Je me souviens d'une fois où je suis rentré de ma première compétition où j'avais remporté mes 5 premières médailles d'or (étant le plus jeune de l'équipe) et quand je suis arrivé à la maison, je me suis juste assis à la porte d'entrée avec mes sacs en attendant que quelqu'un me salue moi. Quand ma sœur est descendue pour me voir, elle m'a juste dit : « Tu t'enfuis ? À partir de ce moment, mon enthousiasme est tombé de mon cœur et j'ai souhaité pouvoir m'enfuir. Donc à partir de là, j'ai juste continué mes compétitions sans aucun sentiment d'accomplissement, me sentant comme une personne.

J'ai participé à deux Jeux paralympiques, deux jeux panaméricains et de nombreuses petites compétitions. Lorsque j'ai remporté mes premières médailles d'or paralympiques 5, j'ai été interviewé par le journal, mais beaucoup de mots écrits n'étaient tout simplement pas vrais. L'histoire dépeint une jeune fille remportant des médailles dans une famille d'accueil qui s'occupait d'elle, mais ils ne connaissaient vraiment pas la vérité.

Je suis reconnaissant à la famille d'accueil de me laisser rester avec eux, mais derrière des portes closes, ils se sont présentés comme le couple parfait aidant de nombreux enfants. La maison n'était pas accessible, j'ai continué à monter et descendre les escaliers pour me rendre à ma chambre, et j'ai dû ramper et descendre ma chaise dans les escaliers en pierre à l'extérieur pour me rendre à mon autobus scolaire.

Toute ma vie dans la famille d'accueil, je voulais tellement être dehors et vivre seul. Quand j'ai eu 16 ans, j'ai terminé mes études secondaires et j'ai quitté le foyer d'accueil. Je suis allé à l'université et j'ai obtenu un diplôme en administration des affaires.

Tout au long de ma vie, je me suis toujours senti mal aimé et désiré par personne. J'ai pensé à ma mère biologique ne voulant pas de moi, ma mère adoptive ne voulant pas de moi et au sein de la famille d'accueil, j'étais juste « un autre enfant ». J'ai fait de mon mieux pour faire les bonnes choses, je ne me suis jamais impliqué du mauvais côté de la loi, etc. J'ai toujours eu l'impression de ne m'intégrer nulle part, d'avoir des problèmes avec les réunions sociales et d'interagir avec les adultes de mon âge. À ce jour, une grande partie de moi continue de se sentir isolée, non désirée et surtout ne sachant pas qui je suis vraiment.

Récemment, j'ai décidé de m'inscrire auprès de 23&Me pour connaître mon parcours et j'ai découvert que j'avais beaucoup de cousins 2e et 3e là-bas. J'ai été surpris de savoir que j'ai une sorte de famille éloignée, mais déçu de ne pas avoir d'informations sur mes parents. Je veux juste avoir le sentiment d'appartenance. En grandissant, je n'ai jamais eu ce sentiment.

Mon histoire ADN

Slip ADN Hansen Short 2018

Cliquez sur le lien ci-dessus. Il vous sera alors demandé d'OUVRIR ou d'ENREGISTRER le fichier. Si vous voulez le regarder, cliquez sur OUVRIR. Si vous souhaitez conserver le fichier, cliquez sur ENREGISTRER.

Il s'agit d'un diaporama Microsoft PowerPoint avec audio inséré dans la plupart des pages.

Cliquez sur le symbole du haut-parleur au milieu de la page et appuyez sur le bouton de lecture.

L'émission powerpoint parle de ma propre histoire d'ADN. Comment je suis devenu qui je suis aujourd'hui. Comment ai-je obtenu le gène britannique ? Japonais? Chinois? Et le coréen ? Est-ce une coïncidence si mon anniversaire et l'anniversaire de ma sœur ont atterri un jour férié coréen qui célèbre le mouvement de libération japonais ?

J'utilise ma formation en biologie et en histoire pour expliquer comment je pense que je suis devenu ce que je suis aujourd'hui. Le téléchargement prend environ 1 à 2 minutes. La taille du fichier est de 39,5 Mo.

Bonne présentation !

Jayme Hansen

 

Qui suis je?

Pour beaucoup d'entre nous, l'adoption est une croix que nous devons porter seuls. Les douleurs profondes de la solitude, du vide et du chagrin persistent, même dans le cadre parfait d'une vie remplie de succès et de richesse. Même dans une foule, je peux toujours être seul.

Qui suis-je n'est pas une question mais plutôt un cauchemar récurrent qui me hante au quotidien. Peu importe où je cours. Peu importe comment je me cache. Peu importe ce que je fais. Il reste encore. Peu importe comment je change .. il a un moyen de me trouver. Cela me rappelle que je ne m'intègre pas. Cela jette l'ombre du doute sur moi-même. Cela me remplit aussi de honte.

Je suis ce puzzle étrange qui a été placé dans la mauvaise boîte. Je suis mal placé. Déformé. Je n'appartiens pas au monde dans lequel j'ai été contraint et un étranger au monde que je cherche à trouver. Les gens l'appellent ma terre natale, mais je ne me sens pas chez moi. Les étrangers me regardent aussi bizarrement que l'endroit où j'ai été élevé. Je leur ressemble mais l'apparence ne fait pas tout.

Ils savent que je suis différent. Langue différente. Des manières différentes. Différentes odeurs. Ils savent que je suis .. contrairement à eux. En traversant leur espace, c'est comme si je portais une lettre écarlate. Pendant mon enfance, cette lettre avait la forme de mes yeux en amande, de mon teint jaune et de mes cheveux noirs brillants. Je me souviens de la honte de qui je suis chaque fois que je regarde mon propre reflet. Dommage d'être différent. Comme je l'ai dit. Qui suis je? Qui suis je? QUI SUIS JE!

Français
%%footer%%