L'adoption peut être une prison psychologique

How do I start over?

The question echoes in my brain every day here in Hawaii, now totally away from the relations of my former adopted life.

How do I live anew as one person in this world?

I left my adoptee ties that were technically governmentally bonded relations that I had no control over as a Filipino orphaned child circa 1980’s. For me, they had been total strangers and I didn’t have any oversight or support in post-adoption.

As time went on for me, I wasn’t able to have the fortune to get to know my biological family as after my reunion in 2012 in the Philippines, I decided to go my own way once I discovered our language barriers and my inability to confirm any facts on them.

So yes, fast-forward to current times and it is Sunday, and I have relinquished my bond of my adoptive ties for various reasons, and it hasn’t been easy but for me, it was necessary.

This break action has been mental, emotional and physical. Slamming this lever down included making physically strategic distance by moving far, far away on my own to the Pacific islands in 2019, re-establishing dual citizenship to my birth country in the Philippines in 2021, and civilly sending a kindly written email to my adoptive parents this year after my adoptive brother’s jarring and untimely death.

Additionally, the extended adoptive ties I’ve noticed can also naturally deteriorate with time itself after years of peaceful but gently intentional non-communication.

What happens after you’re on this path of annexation, you wonder?

For me, I’ve arrived at an interesting intersection in my adulthood when I’ve sort of returned to a former state of orphanhood with no real station in life, no bonds, all biological history, heritage and economic status obsolete all over again.

Doesn’t sound that appealing, I know! Tell me about it.

The perk is that instead of being a vulnerable child, I am a 36-year-old woman living in Hawaii. I have rights. I am in control of my wellbeing and fate. I have responsibilities. I drive my own car, I pay bills, I have funds; I have a job and I am not helpless.

I can take care of myself. So to me, the biggest perks are in being healthy and reclaiming my life, identity and sovereignty needed over my own needs and wellbeing.

So quickly the adoptee bond can turn into toxic relations if the parents are narcissistic or emotionally or physically abusive.

After the death of my adopted brother, who was also a Filipino American adoptee and died of severe mental issues and alcohol poisoning, I had a stark wake-up call of how these adoptee relations were silently impacting me too.

And I had to make better choices for myself, I would be risking too much if I ignored this.

It is like leaving a psychological prison, I told Lynelle on a weekend in May.

After some reflection, I realized that as a child and having to make structured attachments from being displaced, this legal bond fastens.

And as a displaced, vulnerable child, I think one falls privy to co-dependency, the need for a family structure overrides even the need for safety for his or her own wellbeing, like if abuses arise in this domestic home.

Or other aspects might not nurture the adoptee, like when the child isn’t being culturally nurtured according to their birth country.

Or when the parents or family members are financially and socially acceptable as to meeting criteria of adoption, but possess narcissistic personalities which is also detrimental to the child’s personal, emotional, psychological and cultural development.

A child stays glued and psychologically devoted to their family ties through development stages and on past adulthood because the need for foundational attachments is paramount to one’s psychological upbringing and success.

And if these ties are in any way bad for the adoptee early on, I think these relations that were once saving can quickly turn into a psychological prison because you are truly bound to these social ties until you’re strong enough to realize that you have a choice.

And you pouvez break out of this bond, this governmentally established bond, although possibly later on as an adult. And, with some finesse.

As an adult adoptee, from my experience adoptive ties that develop healthily or dysfunctionally, after a certain amount of time both types transitions into permanence to that adoptee. Adoptive ties mesh and fuse just the same as biological ties, once you’ve gone so long in the developmental process.

This adoptive relation is totally amazing when it’s good, like any good relationship.

The spin is that when there are issues plaguing the adoptive unit, which can be subtle, interplaying with the personality and culture of the adoptive relations, these issues can go totally disguised, unreported, and it can be toxic and the affects can last a lifetime.

From experience, I see that it is because the adoptee child is vulnerable and doesn’t know how to report issues in the relations, because the option isn’t even granted to them.

No one is really there to give or tell the adoptee child that they have these rights or options. When it comes to post-adoption, there isn’t much infrastructure.

Sadly, if dynamics are not supportive to the adoptee, in time, it can cost an adoptee the cultural bonds to their own birth country or the loss of their native language.

It can cost an adoptee their sanity and mental health.

It can cost an adoptee their self-esteem, which all bleeds and returns into the social sea of their placement or back out into other countries.

And, it can cost an adoptee their life.

On the upside, if the placement is good, it can save a person’s life as well! And it can allow this adoptee happiness and joy forevermore.

Each side of the coin both instills an adoptee’s human value and the toll the placement takes on every child who becomes an adult in society is also expensive, leading to exponential advantage and success in society, or potential burnouts.

For me, my adoptive placement was costly in the end. However, I was still able to survive, work and live. I was materialistically taken care of, thankfully.

I honestly think much was due to my own faith, offbeat imagination and whatever blind luck I was born with that all carried me through this.

Overall, this has been a total trip and my journey has been very far from embodying the traditional fairy tale adoption story.

So now, it’s time to do the hard work, an adoptee mentor messaged me today. But I can do it, we all can do it! It just takes good choices and regular upkeep.

Nearing the end of this post, I will share to my adoptee community that we have a choice especially once we’re of legal age. I’m sort of a wildflower in general, and a late bloomer, so I’m coming out of the fog and becoming aware now in my mid-thirties.

Yes, we have a lot to rear ourselves depending on the economic status we find ourselves in without our adoptee ties. But like other adoptee peer support has shared, you should not do this kind of thing by yourself. You can have support structures the whole time in this.

And yes, it is terrifying, because you will have to rebuild your sense of identity when leaving toxic family relations. As yes, it can be like rebuilding your identity all over again from when you leave them and start anew, as a now a self-made, sovereign person.

From a Hawaiian private school I work at now, I have come to find that cultural identity building begins in the present and it is built upon values, history, education and the wisdom of the past. Now that I have found a home in Hawaii, maybe I can learn more about it.

I will also be working on weekly goals that I hope to share to the community as I continue on this never-ending journey.

In conclusion, if you are in a good adoptive family, God bless your fortune and I have so much love and happiness for you! However, if you are needing to split away from the ties, like if your adoption wasn’t that healthy, then please know it isn’t impossible.

Professional and peer support is here for you, every day on your way to freedom. You can create your own sovereignty, it will just take work.

Read Desiree’s earlier post at ICAV: Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté and follow her at Weebly ou Instagram @starwoodletters.

Qui suis je?

par TLB, adopté du Vietnam au Canada.

Est-ce que je ressemble à mon père ou à ma mère ? Quel est mon vrai nom ? Quand suis-je né ? Qui suis-je vraiment ? J'ai passé en revue ces questions toute ma vie et je ne sais pas si je trouverai un jour la réponse.

Je suis né au Vietnam, adopté par une famille blanche au Canada au début des années 70. Je suis en partie afro-américaine et vietnamienne mais j'ai l'air plus afro-américaine, et je suis aussi physiquement handicapée que j'ai contractée à cause de la polio et d'une blessure par balle (quelque chose qu'on m'a dit quand j'étais enfant, mais je ne sais pas si c'est vrai) . J'ai toujours su que j'étais différent en grandissant, non pas à cause de la couleur de ma peau, mais parce que j'étais handicapé. Quand je suis arrivé au Canada, j'ai dû me rendre à l'hôpital pour de nombreuses interventions chirurgicales afin de redresser mes jambes et mon dos en raison d'une scoliose. Quand je suis rentré de l'hôpital, c'est à ce moment-là que j'ai senti que je n'appartenais pas à la famille. En tant que jeune enfant, j'étais têtu et parlais à peine parce que les effets de quitter le Vietnam et d'être dans un environnement différent, j'étais submergé.

Étant un enfant afro-américain handicapé asiatique vivant dans un monde blanc, je savais que j'étais différent et je voulais tellement m'intégrer. À un jeune âge, j'ai su que ma mère adoptive me traitait différemment de mes autres frères et sœurs. Ils avaient deux autres enfants biologiques ainsi qu'un autre enfant adopté de la Société d'aide à l'enfance. J'étais donc le mouton noir de la famille et c'était mon surnom pour les autres membres de la famille et les voisins. Ma mère adoptive n'était pas la mère parfaite, tout le monde pensait qu'elle était à huis clos. L'utilisation de mon fauteuil roulant était interdite dans la maison, je devais donc toujours ramper sur le sol et la moquette, mais laisser des marques sur la moquette n'avait pas l'air bien et ma mère adoptive passait toujours l'aspirateur, j'ai donc dû déplacer ma chambre vers le bas au sous-sol – être isolé loin de mes frères et sœurs. Chaque fois que mes frères et sœurs venaient jouer avec moi, on les renvoyait à l'étage et on leur disait de ne pas jouer avec ta sœur « mouton noir ». Étant seul au sous-sol, j'ai arrêté de parler et j'ai dû m'amuser comme un enfant. À force de ne pas parler, mes cordes vocales ne se sont pas bien développées, alors chaque fois que j'allais à l'école, j'avais du mal à interagir avec les autres élèves et j'étais victime d'intimidation et étiquetée comme étant stupide.

Ma mère adoptive m'a toujours dit que je devrais leur être reconnaissant de m'avoir adopté. J'ai toujours gardé mes sentiments en moi parce que si je leur disais ce que je ressentais vraiment, je serais battu. Je devais toujours la remercier de m'avoir sauvé la vie à chaque fois que je faisais quelque chose de mal. La première fois que j'ai dit « j'aurais aimé que tu ne m'adoptes jamais », ma mère adoptive m'a maltraitée émotionnellement et physiquement. Parfois, je me fichais de ce qu'elle me faisait, j'étais plus heureux juste d'être dans ma propre coquille dans le placard.

Je n'ai jamais été impliqué dans aucune des réunions de famille ou des vacances en famille. Je mangeais toujours seul après que tout le monde ait mangé. Le seul souvenir que je n'oublierai jamais, c'est quand ma famille adoptive est partie en Floride et que je n'ai pas été autorisée à y aller parce que ma mère adoptive a dit que « les enfants noirs et estropiés n'étaient pas autorisés ». Je suis allé vers le miroir et me suis regardé. Je voulais tellement être blanche que j'ai frotté ma peau si fort mais elle est devenue rouge. J'ai poussé mon fauteuil roulant dans les escaliers et j'ai essayé de me relever pour marcher. Au lieu de cela, je suis tombé et je suis resté allongé sur le sol pendant des jours jusqu'à ce qu'un voisin me trouve en train de saigner. Au lieu d'être un bon voisin et d'aider une jeune fille, il a profité de moi pendant des jours pendant que ma famille était partie s'amuser. Quand ma famille est revenue, j'ai essayé de dire à ma mère adoptive ce qui s'était passé. Tout ce qu'elle a dit, c'est : « Tu cherchais de l'attention et c'est ce que tu méritais ».

Je voulais tellement faire partie de la famille au point que j'accepterais de nettoyer la maison. Ma mère adoptive me présentait toujours à ses amis comme la « bonne noire du pays tiers ». Ma mère adoptive a abusé de moi émotionnellement en continuant à dire qu'elle n'a jamais voulu de moi à cause de mon handicap et de la couleur de ma peau. Elle ne pensait pas que je deviendrais « si sombre » et un enfant en difficulté ayant besoin de rendez-vous de thérapie. Tout ce que je voulais, c'était que ma mère adoptive soit fière de moi, mais rien de ce que j'ai fait ne l'a jamais satisfaite. Chaque fois que mes frères et sœurs avaient des ennuis, je les défendais, mentais et volais pour eux afin qu'ils jouent avec moi. Il y avait des moments où je foutais de la nourriture la nuit parce que j'avais tellement faim, mais chaque fois que je me faisais prendre, j'étais envoyé au placard pendant des jours. Rien de ce que je faisais n'était assez bien pour ma mère adoptive.

Quand j'avais 11 ans, on m'a dit que je quittais la famille et que je passais quelques jours ailleurs. Je ne savais pas ce que j'avais fait de mal. Cette nuit-là, je suis resté éveillé toute la nuit à repenser la journée – qu'ai-je fait pour déplaire à ma mère adoptive. Tout ce qu'elle m'a dit, c'est que j'irais dans un meilleur endroit qui pourrait prendre en charge mon comportement de «noir paralysé». J'ai pleuré tout le long du trajet en suppliant ma mère adoptive que je serais une "bonne fille". Quatre heures plus tard, j'ai été déposé dans une grande maison en pierre avec beaucoup d'escaliers et d'autres enfants courant dans le salon. Ma mère adoptive m'a dit que ce n'était que pour quelques semaines et que la famille allait m'aider avec mon comportement. Pendant les jours suivants, je n'ai fait que m'asseoir près de la fenêtre en attendant le retour de ma mère adoptive. Les jours se sont transformés en semaines et les semaines en mois. J'ai finalement dû me rendre compte que je restais dans cette maison et que personne ne revenait pour moi.

Je vivais dans une maison avec 25 autres enfants. J'ai essayé de m'intégrer et de faire partie de la famille, mais je me sentais toujours comme un paria. Même si je n'étais pas le seul enfant handicapé, je sentais que je n'étais pas à ma place. J'ai découvert que la mère adoptive de ce foyer était la femme qui avait aidé mes parents adoptifs à m'adopter du Vietnam. La mère d'accueil avait une organisation qui aidait les familles canadiennes et américaines à adopter des enfants de pays du tiers monde dans des orphelinats qu'elle avait ouverts. Je n'étais pas le seul enfant adopté et envoyé en famille d'accueil. Au fil des années, vivant en famille d'accueil je suis devenu un enfant réservé et calme et pendant mon adolescence je voulais encore savoir « qui suis-je » ? J'ai demandé à la mère d'accueil si elle savait quelque chose de ma mère biologique et chaque fois que je lui ai demandé, la réponse était toujours : « Attends d'avoir dix-huit ans ». À partir de là, j'ai laissé la question de côté et j'ai essayé de vivre mon adolescence à la maison.

Quand je suis allé pour la première fois dans la famille d'accueil, j'ai été placé dans une école avec d'autres enfants handicapés mais j'ai senti que ce n'était pas pour moi. Je voulais être indépendant et rester seul alors je suis devenu très têtu surtout pendant les séances de thérapie. Demander aux thérapeutes de soulever mes jambes et d'essayer de les étirer ne fonctionnait pas pour moi, ils ont essayé de me faire utiliser des appareils orthodontiques et des béquilles, je ne le voulais certainement pas. Alors ils ont finalement accepté que j'utilise un fauteuil roulant de sport et quelle liberté j'ai ressentie !! L'utilisation du fauteuil roulant a renforcé mes bras d'adolescent et je suis devenu très fort pendant la récréation. Pendant que d'autres enfants étaient en thérapie, je pouvais être trouvé dans le gymnase en train de faire rebondir des ballons de basket. C'est alors qu'une coach sportive m'a vu lancer mon premier panier et qu'elle m'a demandé : « Tu veux être athlète et voyager ? Je lui ai rapidement répondu : « Oui ! » Elle ne savait pas que je ne voulais pas seulement être une athlète, mais que je voulais voyager pour pouvoir sortir le plus possible de ma maison d'accueil. Mon père adoptif me maltraitait chaque fois que nous allions à la maison familiale à Montréal chaque été, alors chaque fois que je découvrais que je voyagerais en été, j'attendais avec impatience l'été en sachant que je serais à l'extérieur du pays !

Sans cet entraîneur sportif, je n'aurais pas pu être l'athlète paralympienne que je suis aujourd'hui. J'ai voyagé dans de nombreux pays et remporté de nombreuses médailles, mais une partie de moi a estimé que je ne le méritais pas. Chaque fois que j'étais absent, je me sentais toujours comme un étranger pour mes coéquipiers et les autres athlètes. Au fond de moi, je croyais qu'ils savaient tous qui ils étaient et qu'ils parlaient toujours de leur famille. Avec ma timidité, j'avais encore du mal à interagir avec mes coéquipiers. À la fin de chaque voyage, je redoutais de rentrer chez moi parce que je savais vers quoi j'allais rentrer.

Ma famille d'accueil n'a pas vraiment reconnu mes réalisations sportives. Il y avait des moments où ils ne savaient même pas que je partais pendant une semaine parce qu'il y avait tellement d'enfants dans la maison et que la mère adoptive était occupée par son travail. Je me souviens d'une fois où je suis rentré de ma première compétition où j'avais remporté mes 5 premières médailles d'or (étant le plus jeune de l'équipe) et quand je suis arrivé à la maison, je me suis juste assis à la porte d'entrée avec mes sacs en attendant que quelqu'un me salue moi. Quand ma sœur est descendue pour me voir, elle m'a juste dit : « Tu t'enfuis ? À partir de ce moment, mon enthousiasme est tombé de mon cœur et j'ai souhaité pouvoir m'enfuir. Donc à partir de là, j'ai juste continué mes compétitions sans aucun sentiment d'accomplissement, me sentant comme une personne.

J'ai participé à deux Jeux paralympiques, deux jeux panaméricains et de nombreuses petites compétitions. Lorsque j'ai remporté mes premières médailles d'or paralympiques 5, j'ai été interviewé par le journal, mais beaucoup de mots écrits n'étaient tout simplement pas vrais. L'histoire dépeint une jeune fille remportant des médailles dans une famille d'accueil qui s'occupait d'elle, mais ils ne connaissaient vraiment pas la vérité.

Je suis reconnaissant à la famille d'accueil de me laisser rester avec eux, mais derrière des portes closes, ils se sont présentés comme le couple parfait aidant de nombreux enfants. La maison n'était pas accessible, j'ai continué à monter et descendre les escaliers pour me rendre à ma chambre, et j'ai dû ramper et descendre ma chaise dans les escaliers en pierre à l'extérieur pour me rendre à mon autobus scolaire.

Toute ma vie dans la famille d'accueil, je voulais tellement être dehors et vivre seul. Quand j'ai eu 16 ans, j'ai terminé mes études secondaires et j'ai quitté le foyer d'accueil. Je suis allé à l'université et j'ai obtenu un diplôme en administration des affaires.

Tout au long de ma vie, je me suis toujours senti mal aimé et désiré par personne. J'ai pensé à ma mère biologique ne voulant pas de moi, ma mère adoptive ne voulant pas de moi et au sein de la famille d'accueil, j'étais juste « un autre enfant ». J'ai fait de mon mieux pour faire les bonnes choses, je ne me suis jamais impliqué du mauvais côté de la loi, etc. J'ai toujours eu l'impression de ne m'intégrer nulle part, d'avoir des problèmes avec les réunions sociales et d'interagir avec les adultes de mon âge. À ce jour, une grande partie de moi continue de se sentir isolée, non désirée et surtout ne sachant pas qui je suis vraiment.

Récemment, j'ai décidé de m'inscrire auprès de 23&Me pour connaître mon parcours et j'ai découvert que j'avais beaucoup de cousins 2e et 3e là-bas. J'ai été surpris de savoir que j'ai une sorte de famille éloignée, mais déçu de ne pas avoir d'informations sur mes parents. Je veux juste avoir le sentiment d'appartenance. En grandissant, je n'ai jamais eu ce sentiment.

Les labels Anti-Adoption Pro

Cela me dérange beaucoup moins de nos jours que les gens ressentent le besoin de juger où moi ou l'ICAV nous situons dans les discussions sur l'adoption comme étant uniquement « anti » ou « pro » – comme si l'adoption pouvait être classée sur un spectre d'adoption linéaire !

Oui, j'aime, et j'encourage mes pairs, à appeler et à parler ouvertement sur les complexités et à appeler à la fin des pratiques contraires à l'éthique, de la traite, de la déportation, du placement, de l'abus .. mais la réalité est, généralement quand les adoptés parlent de ces problèmes sous ces angles, nous pouvons si facilement être étiquetés et fermés !

Personnellement, je pense qu'il y a tellement de nuances dans le domaine de l'adoption. Comme si je soutenais l'adoption simple en théorie plutôt que l'adoption plénière – est-ce que cela me rend « anti » ou « pro » ? Si je préfère le soin de la parenté et la tutelle à l'un ou l'autre, suis-je « anti » ou « pro » ? Si je préfère que les enfants soient gardés dans leur pays de naissance, suis-je « anti » ou « pro » ? Si je préfère que les enfants restent au sein de leur famille nucléaire et élargie ou de leur communauté, suis-je « anti » ou « pro » ? Si je veux prioriser la sécurité d'un enfant, suis-je « anti » ou « pro » ? Si je veux qu'une mère garde le choix, suis-je « anti » ou « pro ?

N'est-il pas un peu simpliste de superposer un spectre linéaire aussi étroit à nos points de vue sur un sujet aussi complexe ? Et que se passe-t-il lorsque l'on considère l'adoption nationale avec l'adoption internationale ? Ou adoption nationale transraciale avec adoption internationale transraciale ? Les discussions seront toujours aussi complexes avec tant de différences mais aussi, tant de similitudes !

En fin de compte, l'adoption transraciale, l'adoption locale, l'adoption internationale, le placement en famille d'accueil, la tutelle, la prise en charge par la parenté sont autant d'options pour les situations compliquées en matière de protection de l'enfance. Que faire des enfants vulnérables et nécessitant des soins ? Comment pouvons-nous nous assurer qu'ils ont une stabilité à long terme au sein de structures aimantes et de soutien pour leur parcours de vie ? Les réponses à ces questions nous amènent bien au-delà d'une simple discussion « anti » et « pro ». Simplifier ces discussions à ce type d'objectif ne nous mène vraiment nulle part, sauf à nous diviser.

Lorsque nous simplifions à l'excès des situations complexes, cela assouplit la portée de l'esprit et limite les solutions possibles.

Lorsque j'envisage une adoption internationale, je soutiens la sécurité de l'enfant et le respect des familles, des ethnies et des cultures. Cela devrait toujours être au premier plan de nos priorités lorsque nous envisageons des solutions pour l'enfant. Je ne suis pas anti ou pro - Je suis tout à propos d'encourager une discussion ouverte et saine sur des problèmes complexes qui n'ont pas UNE solution unique pour tous, mais à discuter au cas par cas ! J'adorerais si les gouvernements pouvaient investir plus d'argent et se concentrer pour aider à garder les familles ensemble dans la mesure du possible ! Je reconnais également que toutes les familles n'ont pas choisi de rester ensemble et que les femmes devraient avoir des choix. Ce que je veux dire, c'est que nous ne pouvons pas superposer UNE solution sur tout un éventail de situations complexes. Chaque enfant avec ses parents et ses proches doit voir sa situation considérée selon ses propres mérites. Et n'oublions pas, nous devons reconnaître que la ou les solutions pourraient devoir changer au fil du temps.

Le plus grand impact créé par l'adoption plénière est qu'il s'agit d'une solution permanente à ce qui est souvent une crise temporaire ou à plus court terme. Pour certains, rester ensemble sera, espérons-le, la préférence et les gouvernements doivent offrir suffisamment de soutiens sociaux pour rendre cela possible. Pour d'autres, s'ils insistent pour ne pas élever leurs enfants ni que leurs parents assument la tutelle, j'espère que nous pourrions passer à un meilleur modèle comme l'adoption simple qui garantit que l'identité d'origine reste intacte et que le lien avec la famille est légalement préservé. Je n'aime pas du tout la façon dont l'adoption plénière a, par inadvertance, causé plus de traumatismes qu'elle n'est censée aider. Les gens sont humains, nous changeons avec le temps. Pourquoi continuons-nous à considérer les enfants comme des solutions difficiles à changer, alors qu'en fait, un meilleur moyen serait peut-être de tenir compte du fait que les situations et les personnes changent et de permettre des solutions plus flexibles ?

L'utilisation d'étiquettes linéaires simplistes comme « anti » et « pro » pour discuter de l'adoption internationale peut être contre-productive. Combien nous manque-t-il quand nous nous limitons à de telles discussions linéaires ?

L'adoption est complexe

par Rowan van Veelen adopté du Sri Lanka aux Pays-Bas.

Mes deux mères

ADOPTION

Suis-je malheureux aux Pays-Bas ?

Je suis contre l'adoption et toujours heureuse de ma belle vie aux Pays-Bas. Ce n'est pas aussi noir et blanc que tout le monde le pense.

Je peux être heureux aux Pays-Bas et en même temps mécontent de ne pas connaître ma famille biologique.

LA COLÈRE CONTRE L'ADOPTION N'EST PAS LA MÊME QUE LA COLÈRE CONTRE LES PARENTS ADOPTIFS

Mes parents adoptifs ont tout fait par amour. Ce qu'ils ne pouvaient pas me donner en tant que parents adoptifs, c'est le reflet et la compréhension de mes pertes.

C'est très simple de voir que ce sont mes parents mais il y a aussi la partie personnage, qui est organique et où l'on diffère.
Pourquoi serais-je en colère contre eux à ce sujet ? C'est quelque chose d'injuste à attendre des parents adoptifs parce qu'ils ne peuvent pas non plus le donner.

Comme tous les parents, ils font des erreurs d'éducation et ce n'est pas grave ! Donc je ne suis pas fou de ça non plus. Je peux donc dire personnellement que je suis contre l'adoption mais en même temps reconnaissant pour qui sont mes parents adoptifs. En même temps, mes parents biologiques me manquaient.
Être adopté n'est pas noir ou blanc mais gris.

CONTRE L'ADOPTION PARCE QUE .. ?

J'ai trouvé ma famille biologique et mes papiers étaient corrects. Alors pourquoi je m'opposerais à l'adoption ? Comme mentionné ci-dessus, j'ai de bons parents, alors quel est le problème ?

Le problème est que l'argent est fait de moi à mon moment le plus vulnérable dans la vie quand j'étais bébé.

Au moment où je dépendais le plus des autres, ma vulnérabilité a été mise à profit.

Pour que d'autres gagnent de l'argent, je me sens comme quelque chose qui a été échangé. C'est un sentiment effrayant que les gens ont tout arrangé dans la procédure pour me faire venir aux Pays-Bas. Ce n'est pas un sentiment de sécurité. Cela a du sens car il n'a jamais été question de ma sécurité mais de ce que je valais en tant que bébé à vendre.

Alors oui, je suis super content que mes papiers soient corrects et qu'après 27 ans j'ai rencontré ma famille ! Mais cela ne change pas la façon dont cela s'est passé et les conséquences négatives sur mon développement à cause de ces événements.

PAS SEULEMENT AU SRI LANKA

Alors pourquoi suis-je contre l'adoption de partout dans le monde ?
Car tant que de l'argent sera tiré de la procédure d'adoption, les droits des enfants seront bafoués.

Tant qu'il y aura une demande occidentale pour les bébés, l'offre se créera dans les pays pauvres.
Cela ne s'arrête que lorsque la demande s'arrête.

Si vous devez adopter si nécessaire, faites-le depuis les Pays-Bas. Croyez-moi, je comprends à quel point les choix sont difficiles pour être sans enfant, mais vous ne devez jamais oublier l'importance de l'enfant.

L'héritage et les impacts de l'abus dans l'adoption

Partie 2 d'une série en 3 parties sur les abus sexuels dans le cadre de l'adoption

Lorsqu'un enfant est maltraité par les personnes mêmes qui sont censées le protéger, un héritage dévastateur d'impacts est créé. J'ai vécu avec ma famille adoptive pendant 19 ans jusqu'à ce qu'ils partent à l'étranger pour être missionnaires. Jusqu'à ce point de ma vie, j'avais appris à supprimer mes vérités et à les enfouir au plus profond de mon corps.

Comment peut-on jamais décrire les impacts et l'héritage que nous laissons en tant que victime d'abus sexuel au sein d'une famille adoptive ? Les mots semblent inadéquats.

On s'attend à ce que le pire crime ne soit pas révélé – Darrell Hammond

J'ai regardé celui de Darryl Hammond Fissuré histoire de vie sur Netflix – cela m'a aidé à trouver les mots. Je recommande fortement de le regarder pour ceux qui veulent sérieusement comprendre le traumatisme de l'enfance et l'héritage qu'il laisse. J'ai raconté son histoire à tant de niveaux : la colère contre moi-même d'avoir été si vulnérable, les émotions conflictuelles à propos de ces mêmes personnes qui sont vos parents que d'autres ne voient que comme des gens incroyables et merveilleux, les souvenirs d'abus où mon corps s'est senti violé, irrespectueux et utilisé à leurs propres fins, les mécanismes d'adaptation que j'ai développés pour survivre, la traînée de dévastation laissée dans les premières relations et choix parce que je ne connaissais pas mieux jusqu'à ce que j'obtienne de l'aide professionnelle, le tentatives de prendre ma vie parce que la douleur était si insupportable, la dépression, l'obscurité qui me consumait. Tant de parallèles avec la vie que j'ai vécue jusqu'à ce que je trouve de l'aide et de la guérison. Heureusement, cela ne m'a pas pris plus de 50 ans, mais cela a certainement consommé une grande partie de ma vie d'adulte et je continue encore à faire face aux impacts à ce jour. Je pense que c'est la partie que la plupart des gens ne comprennent pas que le documentaire de Darryl met en évidence - notre traumatisme ne nous quitte jamais - ce qui peut s'améliorer, c'est que nous apprenons à nous pardonner pour nos mécanismes de survie et d'adaptation, et nous pouvons apprendre à nous reconnecter et à prendre soin de nous-mêmes. C'est un voyage de guérison et d'acceptation de ce qui nous a été pris - notre innocence et notre potentiel à vivre sans ces cicatrices brutales.

Chaque jour, chaque semaine, chaque année, j'ai du mal à comprendre ma famille adoptive. Mon esprit d'enfance ne peut tout simplement pas intégrer qu'ils auraient pu être si cruels, méchants, négligents, méchants - mais pourtant ils étaient aussi mes sauveurs, ma bouée de sauvetage pour survivre à une guerre, mes sauveteurs. C'est leur attente tacite que je devrais continuer à vivre comme si rien ne s'était passé qui continue de faire le plus mal. Je l'ai fait pendant de nombreuses années, mais cela devient de plus en plus difficile à mesure que je vieillis et je ne peux plus l'accepter. Je ne peux plus nier l'impact émotionnel que je ressens à chaque fois que j'interagis avec eux. Ça a été si difficile de prétendre que je ne fais pas mal, je ne peux plus le faire. Ce qu'ils choisissent de voir, c'est un survivant fort et résilient qui a surmonté. Oui, cela fait partie de qui je suis, mais ce qu'ils ne veulent pas voir, c'est l'autre moitié – l'enfant intérieur blessé et traumatisé qui veut être protégé, aimé et nourri. J'ai dû apprendre à me donner parce qu'ils n'en ont pas été capables. Aucun membre de ma famille adoptive ne veut savoir comment je suis touché ou comprendre mon combat. Ceci est dû au fait leur honte est plus profonde que ma douleur. C'est ce dont personne ne parlera. Il ne m'a pas échappé que Darryl Hammond raconte son histoire publiquement après la mort de ses deux parents. Je reconnais que nous protégeons inconsciemment nos parents s'ils nous ont maltraités et c'est à nos dépens en matière de santé mentale, de le faire. C'est la triste réalité du traumatisme de l'enfance que nous infligent nos parents soi-disant « aimants ».

J'ai à peine écrit sur ce sujet depuis plus de 20 ans – à certains endroits, j'y fais référence brièvement mais rarement en profondeur. Ce n'est pas un sujet que j'aime ni un sujet dont je parle pour faire honte à ma famille. Je le fais maintenant, pour encourager les autres qui sont torturés par la honte de ce qui leur est arrivé – à s'exprimer, à trouver leur voix et à s'autonomiser. Les Premier article J'ai écrit sur ce sujet que j'ai gardé anonyme par honte et par désir de protéger ma famille adoptive. Je repense à quel point c'est ridicule que j'aurais dû me sentir je devais les protéger. En tant que personne adoptée, il n'y a rien de pire que d'être abandonné par ma première famille puis d'être sans protection par ma seconde. Mes couches de perte et de chagrin se sont multipliées !

Nous n'oublions jamais ce qui nous arrive en tant que survivants d'abus sexuels, nous ne pouvons que passer de la haine et de la colère si valables à la réalisation que cela ne fait que nous nuire si nous la laissons s'envenimer ou nous blesser. Pour ma propre survie, je dois vivre avec et aller de l'avant - d'une manière ou d'une autre, j'ai appris à rester fidèle à mes propres besoins et à m'assurer que ma vie n'est plus contrôlée par les actions irréfléchies des auteurs il y a de nombreuses années, ou la honte et culpabilité qui les contrôle maintenant.

Ma vie sexuelle est à jamais ternie et endommagée. Je n'aurai jamais avec mon partenaire une relation que j'aurais pu avoir si je n'avais pas subi d'interférences sexuelles. Être maltraité de cette manière a toujours aggravé ma capacité à faire confiance, à vouloir être proche, à me sentir en sécurité avec les gens et les personnages au pouvoir, cela détruit ma croyance en un pouvoir plus grand - ma spiritualité. Il n'était pas surprenant qu'après la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels, le documentaire Révélation ont révélé que de nombreux enfants s'étaient suicidés que les enquêteurs attribuaient directement à des abus sexuels. Ce n'est un secret pour personne que beaucoup d'entre nous qui ont été maltraités finissent par s'enivrer, se détruire parce que notre âme est tellement endommagée et blessée. Nous voulons juste que la douleur cesse, nous voulons que quelqu'un nous tende la main et nous aide.

Je pleure pour l'enfant en moi qui était si vulnérable et confiant mais qui a été tellement induit en erreur et exploité par les hommes de ma famille adoptive (étendue et immédiate). Je pleure pour ceux du monde entier qui doivent vivre avec ce crime horrible envers nous en tant qu'enfants innocents. L'abus sexuel est une terrible réalité pour n'importe qui, mais le fait de vous en faire subir au sein d'une famille adoptive ajoute tellement de couches plus complexes de traumatismes qui deviennent presque impossibles à démêler et à gérer. Le traumatisme d'abandon en lui-même est déjà assez terrible. L'abandon puis les abus dans la famille adoptive ne font que détruire l'âme. J'espère qu'un jour les gens arrêteront de parler d'adoption comme si cela nous sauve toujours et prendront conscience que les abus sexuels, physiques, psychologiques sont trop répandus dans les environnements familiaux adoptifs. Nous avons besoin de changer ça!

Je tiens à noter que j'ai rencontré de nombreux parents adoptifs incroyables et que je ne suis pas si amer et tordu pour les étiqueter tous avec ce coup de pinceau, mais je veux éveiller notre société au plus grand mythe selon lequel l'adoption nous sauve. D'un lieu d'honnêteté - pour ceux d'entre nous qui vivent de la violence dans des familles adoptives, c'est probablement le plus grand tueur silencieux des adoptés !

Je n'ai jamais parlé quand j'étais jeune parce qu'on me disait constamment comment j'ai eu de la chance par des amis et des inconnus. Je n'ai jamais parlé parce que je me sentais comme une merde dans ma famille adoptive, harcelée, distinguée, l'esclave de la famille, appelée par des noms comme "troncs d'arbre" ou "visage de singe". Je me souviens d'un jeune homme Matthew, je ne l'ai jamais oublié, c'était un rare qui était gentil avec moi et pouvait sentir ce qui se passait. Matthew a été embauché par mon père comme nouvel ouvrier agricole pour nous aider. Il était blond, aux yeux bleus, respectueux et fort. Je me souviens qu'il a tenu tête à mon père adoptif en me demandant pourquoi il était si dur avec moi, me forçant à faire le travail qu'un jeune homme comme lui pouvait faire, mais pourtant j'étais une fille pubère. Mon père s'en est vite débarrassé. Je n'ai plus jamais entendu ou vu de Matthew.

Je me demande comment va Matthieu aujourd'hui et s'il a trouvé un autre travail. Je me sentais mal que ce soit à cause de moi qu'il ait perdu son emploi mais à ce jour, je me souviens toujours de lui pour sa gentillesse sans implications sexuelles et très respectueux de moi. Il avait montré de la pure préoccupation pour moi. J'aurais aimé qu'il dénonce mon père et ses manières. Il ne sait pas jusqu'où mon père est allé avec l'abus et s'il le savait, il détesterait probablement qu'il n'ait rien fait.

Mes amis à l'église et à l'école voyaient parfois comment mon père me traitait, mais il semble que personne n'ait rien signalé. Pourquoi le feraient-ils ? Ma mère était la directrice de l'école, mes parents étaient tous deux considérés comme de solides chrétiens avec une formation missionnaire, actifs dans l'église et la communauté, dirigeant les groupes de jeunes, accueillant les pompiers. Je n'agissais pas. J'étais un scolaire académique et très performant. Je n'étais pas dans la drogue. Mais je me suis replié sur moi-même. J'ai toujours pensé que j'étais un introverti jusqu'à ce que ma famille adoptive parte tandis que je suis resté pour commencer l'année 12 alors qu'ils sont allés vivre et travailler à l'étranger en tant que missionnaires.

En renouant avec certains membres de ma famille adoptive élargie au cours des dernières années, cela a confirmé que certains s'inquiétaient de la façon dont j'étais traité dès mon plus jeune âge. Certains m'ont dit qu'ils souhaitaient avec le recul, qu'ils avaient fait plus, ont fait part de leurs soupçons. En tant que personne adoptée, je n'ai tout simplement jamais connu un parent protecteur ou sûr. Je le regrette !

J'ai la résilience ces jours-ci pour regarder des choses comme Révélation et Fissuré. J'avais l'habitude d'éviter parce que je serais une épave à regarder tout ce qui ressemble de près à mes traumatismes. J'ai appris à transformer mon barattage émotionnel en quelque chose de constructif. J'écris pour partager avec le monde entier sur la façon dont nous pouvons mieux protéger les enfants vulnérables. Je transforme la tragédie de mon enfance en une opportunité de parler et de donner aux autres les moyens de faire de même. Je défends ceux qui ont encore du mal à trouver leur voix. Je parle des sujets étouffés dont les gens ne veulent pas discuter. Je m'exprime pour donner de l'espoir à d'autres adoptés comme moi, avec le message que votre vie ne doit pas être détruite. Il existe un moyen de guérir et d'aller de l'avant. Nous n'avons pas à avoir honte. Nous n'avons pas à rougir ! Nous pouvons parler même si nous n'obtenons pas de justice légale. Nous pouvons aider à encourager nos compagnons d'infortune à trouver leur courage et à se débarrasser de leur manteau de honte. Ce n'est pas à nous de porter, c'est le système et les adultes qui échouent à protéger les plus vulnérables !

Je prends la parole pour faire la lumière sur cette tragédie cachée des abus sexuels au sein des familles adoptives. Nous ne savons même pas quels sont nos taux d'abus sexuels parce que personne ne les capture ou ne cherche à savoir si nous sommes plus enclins aux abus sexuels dans les familles adoptives que les autres. Je ne peux me référer qu'à des recherches dans des situations similaires comme famille d'accueil et si nos statistiques reflétaient quelque peu le placement en famille d'accueil, alors nous sommes vraiment les victimes silencieuses parce que nous n'avons personne pour nous surveiller une fois que nous rejoignons notre famille adoptive. Nous n'avons aucun moyen d'appeler à l'aide. Nous sommes totalement vulnérables au sein de notre famille adoptive. Nous devons faire mieux pour protéger les enfants vulnérables et veiller à ce que nous soyons placés dans de meilleurs environnements que ce que nous avons déjà perdu. Il faut parler des abus sexuels en adoption pour que ce changement se produise !

À venir : Partie 3 – Que faut-il faire au sujet de la violence au sein des familles adoptives

Ressources informées sur les traumatismes

celle de Lynelle Tiré par l'interview de Root sur les abus sexuels dans les familles adoptives

Il n'y a pas de crise des orphelins, c'est une crise de séparation familiale

Il n'y a pas de crise des orphelins, c'est une crise de séparation familiale.

Les familles vulnérables sont ciblées et inutilement séparées de leurs enfants. Quand on se rend compte que 80-90% des enfants dans les orphelinats ont des familles, il faut ajuster notre réflexion. Nous devons arrêter de dire qu'il y a une crise des orphelins et lorsque nous entendons des églises, des amis, de la famille ou que nous voyons des publications sur Facebook clamer ces mensonges, nous devons être courageux et remettre en question ces idées fausses. Si nous continuons avec la rhétorique de l'adoption telle qu'elle est maintenant, nous ne faisons rien de bon ! Retirer inutilement un enfant de sa famille n'est pas une « vie meilleure ». Un enfant qui perd tous ceux qu'il aime et tout ce qui lui est familier n'est pas dans son « meilleur intérêt ». Faire quelque chose pour le plaisir de « c'est ce que nous avons toujours fait » est irresponsable et à cet égard, je pense que c'est criminel. Si nous sommes conscients de ces réalités et que nous ne faisons rien pour y remédier, même si nous choisissons de les ignorer, nous sommes complices. 

Dans les pays en développement, les orphelinats ne sont pas perçus comme nous le comprenons en Occident. De nombreux parents aimants ont été convaincus que les orphelinats sont un moyen de donner à leurs enfants les opportunités qui leur ont été refusées. Comme tout parent aimant, nous voulons tous mieux pour nos enfants. Les directeurs d'orphelinat et les chercheurs d'enfants promettent aux familles une meilleure éducation, 3 repas par jour, des équipements améliorés et un endroit sûr pour dormir pendant qu'ils peuvent encore voir leurs enfants. Malheureusement, la réalité est souvent très différente, surtout lorsqu'il s'agit d'un orphelinat corrompu. Ce type d'orphelinat fera tout ce qui est en son pouvoir pour séparer la famille et l'enfant. 

Je l'ai déjà dit et je le répète. Si vous choisissez d'adopter à l'étranger, vous ne devriez même pas envisager cela à moins que vous ne soyez prêt à investir votre temps et votre argent pour assurer tous des efforts ont été faits pour garder cet/ces enfant(s) au sein de leur famille et de leur culture. Faire confiance à une agence d'adoption, à un directeur d'orphelinat ou à toute autre partie qui profite de l'adoption n'est ni acceptable ni suffisant. Au début, j'ai lamentablement échoué à cela. J'ignorais les réalités en jeu, et à cause de MON ignorance J'ai permis à des criminels de trafiquer un enfant innocent de sa famille. J'ai fait publiquement mes erreurs et les réalités connues au sein de la communauté de l'adoption internationale dans l'espoir que mes erreurs et révélations à travers ce processus permettront à d'autres de faire mieux. En toute honnêteté, devrions-nous même parler d'orphelins, d'adoption, etc. si nous n'avons pas correctement abordé la crise de séparation familiale actuelle ? Ce n'est qu'une fois que nous nous sommes assurés que chaque famille a eu toutes les chances de rester ensemble que nous devrions même prononcer le mot adoption.

Écrit et partagé par Jessica Davis pendant le Mois national de sensibilisation à l'adoption.

Repris et abandonné trop de fois

Échec des adoptions : rarement écrit sur

Nous sommes en novembre, Mois national de sensibilisation à l'adoption (NAAM) 2018. À l'ICAV, nous voulons sensibiliser aux réalités que vivent certaines personnes qui ont rarement l'occasion d'exprimer leur voix parce qu'elles sont trop opprimées et essaient de survivre, sans parler de raconter leur histoire !

Aujourd'hui, je partage le parcours d'une jeune femme très courageuse adoptée d'Ethiopie aux USA. Son expérience de vie doit être racontée aux agences d'adoption internationale, aux gouvernements, aux avocats, aux travailleurs sociaux et aux intermédiaires qui continuent de faciliter les adoptions internationales sans tirer les leçons du passé. Lorsque j'ai interviewé cette jeune femme, mon cœur s'est brisé en écoutant le chagrin, le traumatisme, le nouveau traumatisme et la tristesse qui ont rempli sa vie. L'adoption est censée être une la famille pour toujours n'est-ce pas ?? Les agences d'adoption et les gouvernements ne promeuvent-ils pas l'adoption comme étant l'intérêt supérieur de l'enfant?? N'est-ce pas assimiler l'adoption à la permanence??

Ce sont des compagnons adoptés comme celui-ci qui m'inspirent pour continuer à sensibiliser à l'adoption internationale. Trop souvent, les adoptions internationales sont mal faites, avec peu de responsabilité ou d'éthique pour les résultats à long terme. Nous devons tirer les leçons de ces pires scénarios et arrêter de nous dire le mensonge qu'il n'arrive qu'à une minorité.

A mon avis, si ça arrive à un, ça arrive à trop ! Ces problèmes sont le reflet d'un système international qui a clairement peu de surveillance, peu de contrôles, trop d'incitations monétaires pour « effectuer la transaction » et pas assez de freins et contrepoids pour s'assurer que l'enfant est réellement placé dans un environnement sûr, aimant, psychologiquement sain et famille nourricière. Sans parler du manque de moyens et de voies de justice pour l'enfant qui grandit ! Jusqu'à ce que ces expériences réelles pour les adoptés internationaux cessent de se produire, je ne peux pas soutenir l'adoption internationale telle qu'elle est menée aujourd'hui.

Nous devons tirer les leçons des leçons et faire ce que nous pouvons pour empêcher de telles adoptions internationales de se produire. Cela signifie que nous devons arrêter de promouvoir aveuglément l'adoption internationale comme si c'était la réponse pour tous les enfants vulnérables dans le monde. Le fait que des adoptions internationales comme celle-ci se produisent ces derniers temps et se produisent toujours (pas seulement à partir de mes années 70) nous dit que très peu de choses ont changé pour garantir que les adoptions se fassent dans le l'intérêt supérieur de l'enfant.

Je serais intéressé d'entendre vos réflexions sur l'adoption internationale après avoir lu le parcours de la vie de Sha, Abandonné de tous.

Enfants immigrés séparés et placés en famille d'accueil aux États-Unis


Depuis mai, plus de 2 300 enfants immigrés ont été séparés de force de leurs parents à la frontière mexicaine en raison de la politique de «tolérance zéro» du président Trump. Quand j'ai regardé le nouvelles, J'étais sans voix. J'étais terrifiée à l'idée que les enfants soient placés en famille d'accueil parce qu'ils n'y ont pas leur place. Ces enfants appartiennent à des familles, ils sont recherchés et n'ont certainement pas besoin de nouveaux soins. Et je crois que les familles d'accueil ne devraient jamais être utilisées de cette manière – leurs services ne devraient pas être utilisés pour héberger des enfants qui appartiennent à des familles.

Comment cela a-t-il même été rendu possible? Je me demandais.

Et une autre pensée a frappé. Où cela mène-t-il ?

J'ai lu les dernières nouvelles pour savoir comment le le financement a évolué. Il semble qu'en 2014, l'administration Obama a créé un réseau de programmes de placement familial lorsque les immigrants et les mineurs non accompagnés traversaient la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Maintenant, dans le sillage de la récente politique d'immigration de «tolérance zéro» de Donald Trump, ces foyers d'accueil sont également utilisés pour héberger les enfants qui ont été séparés de force de leurs familles.

C'est ce qui me choque. En mai 2014, il semble que le gouvernement fédéral américain ait accordé un budget de 2,28 milliards de dollars US $ pour aider à mettre en place des refuges agréés par l'État et des agences de placement familial dans tout le pays, pour ces mineurs non accompagnés. De cet article de Newsweek, j'ai appris que la Maison Blanche a établi un réseau lié de programmes de placement en famille d'accueil pour s'occuper aussi de ces enfants immigrés. Ainsi, à l'heure actuelle, ces programmes de placement en famille d'accueil sont financés de la même manière que les lois et règlements de l'État ou du comté régissent le placement familial.

De plus, l'article de presse indique que les enfants qui sont retirés à leurs parents par l'ICE sont toujours légalement considérés comme des "enfants étrangers non accompagnés". En raison de cette technicité, ces enfants pourraient passer en moyenne 51 jours dans un refuge temporaire avant d'être placés dans des foyers de parrainage avec des parents vivant déjà aux États-Unis - ou d'être placés dans le système de placement familial américain. Et c'est là que mon horreur se transforme en colère puisque les enfants d'immigrés à la frontière étaient accompagné d'un parent ou tuteur légal.

Je suis choqué parce que les États-Unis ne disent pas la vérité dans leur propre administration, ce qui, par expérience, peut être extrêmement dommageable pour ces enfants à l'avenir lorsqu'ils deviendront adultes. Ce détail est également trompeur de manière destructive, aidant les enfants à entrer dangereusement dans le monde des familles d'accueil et de l'industrie de l'adoption où si de nombreux risques sont impliqués.

Ma déclaration personnelle

En tant qu'adopté philippino-américain, je suis devenu orphelin à la naissance à cause de la misère. Ma famille biologique ne pouvait pas s'occuper de moi. j'étais a abandonné et a dû vivre dans un orphelinat jusqu'à l'âge de deux ans, puis adopté aux États-Unis, où j'ai grandi en éprouvant les difficultés de mon déplacement et de mon placement d'adoption. Je ne voudrais souhaiter cela à aucun enfant, surtout à ceux qui ne font pas partie de la réalités des adoptés internationaux.

Je crois que ces enfants immigrés n'ont pas les mêmes qualités concernant leur déplacement que les adoptés internationaux.

Ces enfants appartenir aux familles qui le souhaitent.

Ils n'avaient pas été abandonnés ou abandonnés et ils ne devraient pas être qualifiés de « non accompagnés » lorsqu'ils étaient accompagnés. Ces enfants étaient séparé de force par le gouvernement américain, une action traumatisante qui aura besoin de guérison et de réparation pour chaque famille touchée.

Honte au gouvernement américain d'avoir mis en place un système financé qui entamerait même le processus de rendre orphelins ces enfants immigrés à la frontière. À mon avis, le gouvernement américain devrait être réprimandé pour le maltraitance des enfants et pour l'abus flagrant du système actuel de placement en famille d'accueil.

Et, je pense que nous devrions tous nous soucier de cette question, car l'utilisation abusive du système de placement familial et le financement systématique qui le permet, en particulier dans un pays développé comme les États-Unis, met en péril le système de placement familial et l'industrie de l'adoption d'aujourd'hui aux niveaux national et international. .

mon plaidoyer

Je demande instamment qu'une attention particulière soit accordée aux enfants immigrants placés dans des foyers d'accueil et des refuges. Je demande aux journalistes, aux écrivains, aux réseaux sociaux, aux avocats, aux citoyens bienveillants, aux adoptés, aux non-adoptés et à tout le monde de regarder les nouvelles et de s'assurer que ces enfants sont bien traités et ne pas être placé en adoption. Nous devons veiller à ce que ces fonds gouvernementaux soient utilisés pour réunir ces enfants retournent dans leurs familles.

Invite de discussion

Adoptés internationaux et familles adoptives, qu'en pensez-vous ? Avez-vous des commentaires ou des idées sur ce qui peut être fait ou sur des moyens de garder un œil sur chaque enfant immigré placé dans des foyers d'accueil et des refuges aux États-Unis ?

 

Nos mères et nos familles ?

Une partie de mon objectif personnel au cours des deux dernières années au sein de l'ICAV a été de trouver des moyens d'aider à faire entendre la voix de nos premières familles dans le domaine de l'adoption internationale. Depuis quelques années, je souligne qu'ils n'ont en grande partie aucune voix et restent invisibles. N'ayant pas encore trouvé ma propre mère vietnamienne, je m'interroge souvent sur les circonstances qui ont conduit à mon abandon. Maintenant, en tant que professionnel instruit élevé dans la pensée occidentale, je vois le tableau plus large de l'adoption internationale et je me demande combien notre voyage en tant qu'adoptés internationaux et ceux de nos familles pourraient être évités. En discutant avec d'autres adoptés internationaux adultes du monde entier, je sais que je ne suis pas le seul à réfléchir.

L'année dernière, en octobre, j'ai eu le privilège de rencontrer en ligne une jeune femme inspirante, une colombienne adoptée à l'étranger qui a grandi en Allemagne. Elle a parlé avec enthousiasme d'un projet qu'elle s'apprêtait à entreprendre et qui était en rapport avec mon objectif personnel. j'ai partagé avec toi ici à propos de l'objectif de Yennifer de sensibiliser aux expériences vécues par les mères colombiennes qui ont perdu leurs enfants à la suite d'une adoption internationale. Comme moi, elle a été poussée à le faire parce qu'elle aussi s'était toujours interrogée sur sa mère et sur ce qui avait causé son propre abandon.

Maintenant, un peu plus de six mois plus tard, j'interviewe Yennifer pour savoir comment s'est déroulé son premier voyage vers la patrie, ainsi qu'une mise à jour sur son projet.

Lire ici pour la mise à jour de Yennifer sur son projet intitulé Pas de mère, pas d'enfant.

La vérité sur l'adoption internationale

Ces dernières semaines ont été pour le moins frustrantes ! J'ai reçu une lettre officielle du gouvernement australien – cabinet du ministre Tehan, ministre des Services sociaux, l'un des départements fédéraux responsables de l'adoption internationale. Notre communauté de parties prenantes a activement écrit et contacté le ministre pour demander un réexamen de la décision de mettre fin au financement de notre service de recherche indispensable en adoption internationale. Mais on nous a refusé.

Après seulement 2 ans, le ISS Australia International Adoption Tracing & Reunification Service (ICATRS) qui a reçu moins de AUS$500k chaque année, avec une participation de plus de 200 adoptés adultes et familles adoptives, sera clôturé et les cas remis aux autorités centrales des États/territoires. Historiquement, les gouvernements des États/Territoires ont fourni des ressources minimales pour le soutien post-adoption dans le cadre de l'adoption internationale, et encore moins pour la recherche et la réunification. Depuis que je suis signataire de La Convention de La Haye, l'Australie a conçu le Accord du Commonwealth-État qui sépare les responsabilités entre les États et le Commonwealth. Le Commonwealth est propriétaire de la relation avec nos pays d'origine. Cela signifie que pour les États/Territoires qui évaluent largement les futurs parents, ils ont peu de communication au quotidien avec nos pays de naissance, et ne sont donc pas toujours bien placés pour effectuer des recherches pour nous – des années/décennies après une adoption.

L'Australie est passée de l'histoire en fournissant un service de recherche national et gratuit indispensable à tous les adultes adoptés à l'étranger, à rejoindre maintenant les gouvernements du reste du monde qui participent à l'adoption internationale mais font peu, pour assurer des résultats positifs en fournissant des services post-adoption complets les soutiens. C'est une exigence en tant que signataire de La Convention de La Haye mais aucun pays dans le monde ne s'est efforcé de fournir un service complet – et surtout pas ciblé pour répondre aux besoins des adultes adoptés à l'étranger.

Je comprendrais si le gouvernement fédéral décidait de fermer complètement l'adoption internationale ET de supprimer le service de recherche, mais continuer à mener l'adoption internationale sans soutien post-adoption complet, à mes yeux est contraire à l'éthique et tout simplement faux !

Depuis 2014, le gouvernement fédéral australien a alloué un budget de 33,6 millions d'AU$ sur 5 ans pour faciliter l'adoption internationale. Sur ce budget, peu ou pas du tout a été donné à ceux qui sont déjà ici – les adoptés adultes et leurs familles adoptives. Pour ceux qui sont touchés par l'absence de politique d'adoption internationale à la fin des années 1960, les services post-adoption sont tellement plus importants. Les adoptés de ma génération ont été, pour la bonne majorité d'entre nous, adoptés avec une mauvaise documentation et des procédures douteuses. Le financement de l'acteur le plus bruyant et le plus puissant a entraîné une distorsion flagrante de l'argent des contribuables. Je demande où sont la conscience et l'éthique du gouvernement australien ? Comment peuvent-ils justifier de dépenser AU$33,6 millions en services pour les futurs parents mais ne font presque rien pour ceux d'entre nous qui sont déjà là, demandant de l'aide et du soutien ?!

Nous vivons à une époque où des excuses sont présentées et les politiques passées reconnues pour le mal fait. La génération volée. Les excuses de l'adoption forcée. Les Australiens oubliés. Maintenant, la Commission royale sur les abus sexuels. Eh bien, un jour, notre petite minorité d'adoptés internationaux, qui ont été exclus de tous ces scénarios similaires, devra être reconnu et reconnu. Notre jour de jugement viendra finalement. Mais nous devrons peut-être le forcer au lieu de parler gentiment et d'être poliment reconnaissant pour notre vie d'adoption. Nous sommes adoptés dans un pays qui nous traite comme un geste symbolique pour « aider les moins fortunés ». La politique d'adoption internationale caracole déguisée comme étant « dans l'intérêt de l'enfant ». Pourtant ouvertement – la rhétorique n'est clairement pas vraie. L'action a plus de poids que les mots. Les actions sont pour ceux qui veulent un enfant, pas pour l'enfant lui-même.

Au cours des dernières semaines, j'ai également soumis une lettre à la Commission australienne des droits de l'homme pour son rapport annuel sur la façon dont l'Australie suit les droits des enfants. Dans ma présentation, je signale les nombreuses violations qui se produisent sous les droits de l'enfant dans l'adoption internationale du point de vue de l'expérience vécue. Les pratiques d'adoption internationale passées et actuelles et la variété des résultats remontant à la fin des années 1960 vont à l'encontre de 13 des 41 articles de la partie I de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

Partout dans le monde, je vois des adoptés internationaux adultes s'exprimer en masse - MAIS, nous sommes continuellement ignorés. Les Les adoptés néerlandais poursuivent maintenant leur gouvernement néerlandais pour leurs adoptions illégales dans lesquelles leurs propres pays de naissance reconnaissent des pratiques illicites. En fin de compte, c'est ce à quoi il s'agira. De toute évidence, lorsque nous demandons poliment, gentiment et respectueusement d'écouter nos expériences et de faire ce qu'il faut, les gouvernements du monde entier n'assumeront la responsabilité que lorsqu'il s'agira de la crise juridique. Ce ne sera que lorsque bon nombre d'entre nous commenceront à trouver des moyens d'obtenir justice par le biais de litiges dans le monde entier que nous ne serons plus ignorés. C'est la réalité de l'adoption internationale.

J'observe de près le vif débat qui se déroule aux États-Unis entre les parents d'adoption pro et les agences d'adoption qui critiquent le Département d'État américain pour avoir mis en place des contrôles plus stricts dans l'accréditation des agences et des normes d'adoption. Ces groupes de pression envoient des pétitions pour demander au président américain de soutenir l'augmentation des adoptions internationales et attaquent le département d'État américain pour avoir mis en place des réformes indispensables pour empêcher les pratiques illicites. Il est intéressant de voir comment ces mêmes groupes de pression feront pression pour faire venir plus d'enfants qui ont besoin d'être sauvés dans le monde, mais ne font rien pour garantir que ceux qui sont déjà ici obtiennent automatiquement la citoyenneté.

Ces groupes de pression et agences ne s'adressent manifestement pas aux adoptés expulsés qui sombrent dans la dépression et sont durement touchés par un nouveau déracinement, sans aucun choix. Ces groupes de pression assument-ils la responsabilité du placement d'enfants dans des familles qui n'étaient pas adaptées sous les régimes précédents avec des procédures souples ? Non. Ils ne parlent pas des droits de ces enfants, devenus adultes. Ils ne se soucient pas que l'Amérique renvoie ces gens de la même manière qu'ils ont été achetés dans le pays. Oui mon choix de mot est correct. Acheté - ce qui signifie acheté. Cela montre la vérité de leurs motivations ! Les groupes de pression et les agences d'adoption promeuvent et défendent leurs propres besoins égocentriques, mais en même temps ferment les yeux sur ces mêmes enfants (maintenant adultes) qui sont ignorés, sans soutien et traités de manière contraire à l'éthique. Où est leur lobbying pour ces enfants qui ont grandi ? Pour ceux qui luttent encore pour la citoyenneté automatique, adoptés aux États-Unis avant 1983 ? J'ose juger et dire qu'ils ne s'intéressent pas aux « besoins des enfants » … uniquement pour satisfaire leurs propres besoins et intérêts.

Échecs d'adoption, pratiques illicites, expulsions, violations des droits humains – ce ne sont pas des mots que les lobbyistes et les agences d'adoption utilisent ou veulent reconnaître. Je suggère qu'avant de promouvoir d'autres adoptions avec des processus plus laxistes, ils doivent s'asseoir et écouter les centaines d'adoptés internationaux adultes que je rencontre chaque année dans le monde, dans chaque pays d'adoption, de chaque pays de naissance.

Cela me brise le cœur encore et encore d'entendre nos expériences. Ce ne sont pas que des histoires. Ils sont nos réalités. Nous sommes une minorité parmi les minorités. Nos expériences signifient peu pour les gouvernements qui prennent des décisions quant à ce qu'ils financeront parce que nous ne sommes pas sur leur radar pour apaiser ou reconnaître.

Pour ceux qui pensent naïvement que l'ICAV est un creuset pour une minorité d'adoptés en colère/aigris qui ont souffert dans leurs familles adoptives, détrompez-vous. Nous avons autant de membres qui ont été aimés et ont donné une grande famille adoptive que ceux qui ont souffert dans des environnements pas si positifs. Nous ne sommes pas contre les familles adoptives. Nous sommes contre les processus d'adoption internationale, les gouvernements, les parties prenantes qui prennent des décisions qui ont un impact sur nos vies sans notre mot à dire et qui choisissent consciemment de ne pas apprendre du passé.

À un certain âge et à une certaine maturité pour comprendre le phénomène de l'adoption internationale et s'ouvrir pour apprendre la politique impliquée, de nombreux adoptés internationaux et transraciaux adultes ne peuvent s'empêcher de s'interroger. Nous nous demandons pourquoi le système est si biaisé vers l'adoption sans prendre aucune responsabilité sincère pour garantir que toutes les personnes touchées par l'adoption soient mieux prises en charge.

Nos droits et nos besoins restent ignorés. La piste de l'argent ne s'étend pas à nous, les enfants qui grandissent. C'est seulement là pour ceux qui veulent gagner un enfant avec peu de prévoyance quant à savoir si cet enfant connaît un résultat positif ou négatif à long terme.

Je suis là depuis 20 ans maintenant, je m'exprime activement, je soutiens les adoptés internationaux et je crée des ressources indispensables pour empêcher la réinvention de la roue pour beaucoup d'entre nous qui luttent dans le voyage. Dans mes premières années, nous étions seuls. Maintenant… nous avons créé quelque chose de complètement différent. Nous mobilisons nos énergies et travaillons ensemble.

J'utiliserai cette réalité pour continuer à encourager les autres adoptés à continuer à pousser, à exiger des changements, à continuer d'essayer, à continuer de s'exprimer. Un jour, quelque chose devra céder et les changements que nous demandons se produiront.

La vérité sur l'adoption internationale ne peut être réduite au silence pour toujours.

Affectation....
Français
%%footer%%