Anniversaires des adoptés

par Maars, emmené des Philippines au Canada. Vous pouvez suivre Maars @BlackSheepMaars

Les anniversaires sont difficiles pour un adopté.

C'est un rappel du jour où j'ai reçu la vie. C'est un rappel de ce qu'une mère et un père ne pouvaient qu'imaginer pour moi.

Cependant en adoption, ces rêves sont de courte durée et quelqu'un d'autre en rêve un nouveau pour moi, mais ce n'est jamais garanti. Tous les rêves ne portent pas la même intention et le même amour et c'est vrai à bien des égards pour moi ayant perdu mes parents biologiques.

Mais maintenant je rêve pour moi-même, et c'est moi qui me réapproprie.

Alors que je réfléchis à aujourd'hui, ce que 34 ans ont été, je pleure encore ce bébé avec ce sourire, combien elle ne savait pas qu'elle serait devant elle. Combien de perte et de chagrin elle aurait dû surmonter au fil des années et la perte de tout ce avec quoi elle était née.

J'aurais aimé pouvoir la sauver. J'aurais aimé pouvoir la sauver de tous les moments douloureux auxquels elle serait confrontée, et j'aurais pu la tenir à chaque fois qu'elle pleurait pour ses parents biologiques. J'aimerais pouvoir lui garantir qu'un jour, elle retrouverait toutes ses pièces et que cela viendrait avec un autre type de deuil. J'aimerais savoir comment être là pour elle.

Aujourd'hui, je souhaite pour elle et moi-même que bébé Maars et moi-même puissions continuer à panser les blessures auxquelles elle n'a plus besoin de s'accrocher. Je souhaite qu'elle puisse trouver la paix et le bonheur dans le présent.

Certaines choses dont je ne me remets jamais, certaines choses feront toujours surface. Certaines choses guériront avec le temps.

Joyeux anniversaire bébé Maars, on va bien !

Découvrez un blog récent de Maars : Tant de pertes dans l'adoption

L'adoption peut être une prison psychologique

How do I start over?

The question echoes in my brain every day here in Hawaii, now totally away from the relations of my former adopted life.

How do I live anew as one person in this world?

I left my adoptee ties that were technically governmentally bonded relations that I had no control over as a Filipino orphaned child circa 1980’s. For me, they had been total strangers and I didn’t have any oversight or support in post-adoption.

As time went on for me, I wasn’t able to have the fortune to get to know my biological family as after my reunion in 2012 in the Philippines, I decided to go my own way once I discovered our language barriers and my inability to confirm any facts on them.

So yes, fast-forward to current times and it is Sunday, and I have relinquished my bond of my adoptive ties for various reasons, and it hasn’t been easy but for me, it was necessary.

This break action has been mental, emotional and physical. Slamming this lever down included making physically strategic distance by moving far, far away on my own to the Pacific islands in 2019, re-establishing dual citizenship to my birth country in the Philippines in 2021, and civilly sending a kindly written email to my adoptive parents this year after my adoptive brother’s jarring and untimely death.

Additionally, the extended adoptive ties I’ve noticed can also naturally deteriorate with time itself after years of peaceful but gently intentional non-communication.

What happens after you’re on this path of annexation, you wonder?

For me, I’ve arrived at an interesting intersection in my adulthood when I’ve sort of returned to a former state of orphanhood with no real station in life, no bonds, all biological history, heritage and economic status obsolete all over again.

Doesn’t sound that appealing, I know! Tell me about it.

The perk is that instead of being a vulnerable child, I am a 36-year-old woman living in Hawaii. I have rights. I am in control of my wellbeing and fate. I have responsibilities. I drive my own car, I pay bills, I have funds; I have a job and I am not helpless.

I can take care of myself. So to me, the biggest perks are in being healthy and reclaiming my life, identity and sovereignty needed over my own needs and wellbeing.

So quickly the adoptee bond can turn into toxic relations if the parents are narcissistic or emotionally or physically abusive.

After the death of my adopted brother, who was also a Filipino American adoptee and died of severe mental issues and alcohol poisoning, I had a stark wake-up call of how these adoptee relations were silently impacting me too.

And I had to make better choices for myself, I would be risking too much if I ignored this.

It is like leaving a psychological prison, I told Lynelle on a weekend in May.

After some reflection, I realized that as a child and having to make structured attachments from being displaced, this legal bond fastens.

And as a displaced, vulnerable child, I think one falls privy to co-dependency, the need for a family structure overrides even the need for safety for his or her own wellbeing, like if abuses arise in this domestic home.

Or other aspects might not nurture the adoptee, like when the child isn’t being culturally nurtured according to their birth country.

Or when the parents or family members are financially and socially acceptable as to meeting criteria of adoption, but possess narcissistic personalities which is also detrimental to the child’s personal, emotional, psychological and cultural development.

A child stays glued and psychologically devoted to their family ties through development stages and on past adulthood because the need for foundational attachments is paramount to one’s psychological upbringing and success.

And if these ties are in any way bad for the adoptee early on, I think these relations that were once saving can quickly turn into a psychological prison because you are truly bound to these social ties until you’re strong enough to realize that you have a choice.

And you pouvez break out of this bond, this governmentally established bond, although possibly later on as an adult. And, with some finesse.

As an adult adoptee, from my experience adoptive ties that develop healthily or dysfunctionally, after a certain amount of time both types transitions into permanence to that adoptee. Adoptive ties mesh and fuse just the same as biological ties, once you’ve gone so long in the developmental process.

This adoptive relation is totally amazing when it’s good, like any good relationship.

The spin is that when there are issues plaguing the adoptive unit, which can be subtle, interplaying with the personality and culture of the adoptive relations, these issues can go totally disguised, unreported, and it can be toxic and the affects can last a lifetime.

From experience, I see that it is because the adoptee child is vulnerable and doesn’t know how to report issues in the relations, because the option isn’t even granted to them.

No one is really there to give or tell the adoptee child that they have these rights or options. When it comes to post-adoption, there isn’t much infrastructure.

Sadly, if dynamics are not supportive to the adoptee, in time, it can cost an adoptee the cultural bonds to their own birth country or the loss of their native language.

It can cost an adoptee their sanity and mental health.

It can cost an adoptee their self-esteem, which all bleeds and returns into the social sea of their placement or back out into other countries.

And, it can cost an adoptee their life.

On the upside, if the placement is good, it can save a person’s life as well! And it can allow this adoptee happiness and joy forevermore.

Each side of the coin both instills an adoptee’s human value and the toll the placement takes on every child who becomes an adult in society is also expensive, leading to exponential advantage and success in society, or potential burnouts.

For me, my adoptive placement was costly in the end. However, I was still able to survive, work and live. I was materialistically taken care of, thankfully.

I honestly think much was due to my own faith, offbeat imagination and whatever blind luck I was born with that all carried me through this.

Overall, this has been a total trip and my journey has been very far from embodying the traditional fairy tale adoption story.

So now, it’s time to do the hard work, an adoptee mentor messaged me today. But I can do it, we all can do it! It just takes good choices and regular upkeep.

Nearing the end of this post, I will share to my adoptee community that we have a choice especially once we’re of legal age. I’m sort of a wildflower in general, and a late bloomer, so I’m coming out of the fog and becoming aware now in my mid-thirties.

Yes, we have a lot to rear ourselves depending on the economic status we find ourselves in without our adoptee ties. But like other adoptee peer support has shared, you should not do this kind of thing by yourself. You can have support structures the whole time in this.

And yes, it is terrifying, because you will have to rebuild your sense of identity when leaving toxic family relations. As yes, it can be like rebuilding your identity all over again from when you leave them and start anew, as a now a self-made, sovereign person.

From a Hawaiian private school I work at now, I have come to find that cultural identity building begins in the present and it is built upon values, history, education and the wisdom of the past. Now that I have found a home in Hawaii, maybe I can learn more about it.

I will also be working on weekly goals that I hope to share to the community as I continue on this never-ending journey.

In conclusion, if you are in a good adoptive family, God bless your fortune and I have so much love and happiness for you! However, if you are needing to split away from the ties, like if your adoption wasn’t that healthy, then please know it isn’t impossible.

Professional and peer support is here for you, every day on your way to freedom. You can create your own sovereignty, it will just take work.

Read Desiree’s earlier post at ICAV: Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté and follow her at Weebly ou Instagram @starwoodletters.

Si la Lune pouvait être ma mère de naissance maintenant

par Roxas-Chua, adopté des Philippines aux États-Unis ; auteur, artiste.

J'ai pensé partager cette image qui se trouve sur ma table de bureau dans mon studio. Je l'ai créé une de ces nuits où je n'étais pas en mesure de puiser dans le changement et le mouvement dans ma lutte pour l'adoption. Je trouve qu'un équilibre entre le partage d'histoires, le travail d'autoparentalité, l'écriture contemplative et le dessin m'a aidé à naviguer et à traduire le monde qui m'entoure. Dans ce dessin, j'étais accompagné de la lune, ce qui m'a en quelque sorte réconforté comme le fait la nature. J'espère que ça vous plait. C'est un instantané de tendresse que l'on recherche chez soi et chez les autres. Si la lune peut être ma mère biologique maintenant, ça me va. Je prendrai n'importe quel chemin qui éclaire la nuit.

Pour en savoir plus sur Roxas-Chua, consultez leur podcast Cher quelqu'un quelque part et livre Dire son nom trois fois sous l'eau.

La poésie reflète mon monde intérieur

par Kevin Minh Allen, adopté du Vietnam aux USA.

Je suis venu à la poésie tardivement, mais elle est apparue dans ma vie à un moment où j'en avais le plus besoin. La poésie a toujours été pour moi un moyen de recueillir, d'enquêter et de refléter mon monde intérieur, qui a sans aucun doute été empreint de la marque indélébile de l'adoption. Les poèmes suivants ne cherchent pas des réponses mais soulèvent des questions à l'intérieur de quiconque peut écouter :

Vous pouvez suivre plus du travail de Kevin sur le site Web : Le sommeil n'est pas un confort

Peindre mon bébé

par JS Lee, adopté de la Corée du Sud aux États-Unis, auteur et artiste.

Quand j'étais en Corée en 2006, je me suis rendu à Daegu pour voir les terrains de l'hôpital où j'ai soi-disant été retrouvé abandonné. Errant sans but, j'espérais que quelque chose me semble familier, malgré le passage des décennies. Cette peinture a été inspirée par la photo que j'ai prise lors de mon voyage.

Bien que peindre mon bébé là-bas semble assez triste, c'était incroyable - presque comme si j'avais voyagé dans le temps pour lui dire qu'elle était maintenant entre mes mains sûres.

Vous pouvez suivre plus d'œuvres de JS Lee chez elle site Internet.

Trouver de la force dans l'heure la plus sombre

Mon frère, adopté 2 ans avant mon arrivée dans notre maison d'adoption, est décédé sans abri et souffrant de troubles mentaux aux Philippines la semaine dernière. C'était un adopté international philippin américain, tout comme moi.

Nous ne savons pas ce qui s'est passé. Il était en mauvaise compagnie. J'ai le sentiment que la mort a été assistée. La négligence était en cause. C'était à Mindanao, dans une zone rurale, où il est dangereux pour les Américains de voyager, j'ai entendu dire. De vrais enlèvements se produisent là-bas s'ils découvrent que vous êtes américain. Je ne pouvais pas aller voir si c'était réel. La seule personne à informer était une dame qui était une mauvaise nouvelle depuis le début. Elle lui demandait toujours de l'argent. Traquer mon frère pour mettre la main sur ma mère adoptive. Et elle a fait partie de cette mort, prenant des photos de mon frère quelques jours avant qu'il ne meure sans abri d'une suspicion d'empoisonnement à l'alcool.

La nouvelle m'a frappé et le processus de deuil a été réel et déchirant. J'ai eu du mal à donner des nouvelles à mes collègues. Le premier jour de retour au travail, j'ai pleuré dans la dernière heure.

Ce que je veux écrire, c'est ce que j'ai appris de ma vie et de mon monde en tant qu'adopté américain d'origine philippine. Cette vie n'a jamais été facile. Ça n'a pas été amusant. Je n'ai jamais été à l'aise avec ma famille adoptive blanche. Et j'avais un frère malade mental qui était de mon pays natal, brun comme moi, et seulement deux ans plus âgé que moi, et je l'aimais de tout mon cœur.

Cependant, il n'a jamais été en bonne santé. Il a été abusif envers moi en grandissant. Il était mentalement malade et ses abus se sont intensifiés jusqu'à ce qu'il se les inflige à lui-même. Et il a essayé de m'impliquer là-dedans aussi, donc j'ai dû avoir des limites. J'ai attendu qu'il aille mieux. Je pensais qu'il le ferait, mais il n'a fait qu'empirer. Et cela m'a fait me sentir encore plus mal au fil des années, portant cette douleur. Ne sachant pas où le mettre, qui blâmer, pourquoi il était là.

Après tout, je tiens à dire qu'il arrive un moment où il suffit de choisir. Où au lieu de réagir comme vous l'aviez fait auparavant, vous levez les yeux et reprenez votre souffle parce que tout devient trop. Vous remarquez de nouveaux détails dans les nuages et réalisez que vous êtes toujours en train de donner des coups de pied et que vous ne pouvez pas continuer à avoir les mêmes pensées ou les mêmes habitudes. Vous sentez un changement. Vous voyez la nécessité de faire face à l'adversité et vous voulez sourire à la place. Vous voyez le besoin de vous donner l'espace pour être le vrai vous. Parce qu'il n'y a pas de retour en arrière.

J'ai passé tant d'années à me cacher dans le chagrin et les traumatismes de mon passé et je suppose que j'écris ceci parce que ces temps sont révolus.

Tout ce que je sais, c'est qu'à partir d'ici, je vais être fort.

J'honore mon expérience en tant qu'adopté philippin américain avec révérence. Je n'aurai jamais honte de ce que j'ai vécu. Je ne serai pas gêné de ma souffrance, que je me suis surpris à ressentir aujourd'hui, autour de mes collègues. Je ne porterai plus non plus le fardeau de la douleur de mon frère, que j'avais. Je vais m'aimer. je me pardonnerai. Je serai doux avec moi-même. Je ne serai plus aussi dur avec moi-même qu'avant.

Pendant tout ce temps, j'ai porté les fardeaux d'une vie que je n'ai jamais eue. Je me suis accroché à la douleur d'un amour que je n'ai jamais pu tenir.

D'une famille que je n'ai jamais connue.

Mais mon frère est mort, la seule personne au monde que j'ai probablement jamais aimée. La seule personne en qui j'ai jamais vu être une vraie famille. Et quelque chose a changé en moi.

Je respire en écrivant ceci. Je suis vivant, j'écris ceci.

Je suis ici dans le présent. J'ai survécu à toutes ces conneries. Être orphelin de bébé aux Philippines. Devoir traverser la vie américaine qu'on m'a donnée, parce que c'est comme ça que le cookie s'effrite. On nous donne ce qu'on nous fait et vous devez vous en occuper. Vous devez vous ajuster. Et parfois, à l'âge adulte, vous apprenez l'importance d'être gentil avec vous-même et les autres dans le processus, car le bien-être fait partie de la survie.

Après tout cela, je ressens un sentiment de résolution palpable dans les os de mon être. C'est être fort. C'est aimer ce que j'ai dans ce monde aujourd'hui. Et c'est pour ne rien lâcher.

Ma résolution est de continuer à travailler. Pour vivre une vie saine. Être authentique. Vivre vrai. Je suis toujours là dans ce monde. Et je suis seul, mais je m'en suis sorti avec mes facultés intactes.

Je ne me suis pas fait beaucoup d'amis sur ce chemin, mais j'étais déterminé à travailler dur, à me tourner vers le monde de l'art, des bibliothèques et des écoles pour trouver un exutoire.

Je mène une vie de force réservée. J'ai développé ma propre expression de médias créatifs, sauvage dans mon propre intellect et mes propres entreprises.

Et je ne fais que commencer dans ce monde, même à 36 ans.

Je ne sais pas si quelqu'un s'identifiera à ce blog, mais si quelqu'un le fait, sachez simplement que je n'abandonnerai jamais et je ne veux pas que vous abandonniez non plus. Parce que j'ai eu la chance d'entendre les histoires de quelques-uns d'entre vous et d'avoir rencontré quelques-uns d'entre vous à Noël, et cela a été quelque chose à chérir. Et vous êtes si vital dans ce monde, vous l'êtes vraiment.

Je croirai en toi et en l'amour comme quand j'étais plus jeune et je ne m'arrêterai jamais. Juste la façon dont je croyais en Dieu quand j'étais plus jeune et je n'ai jamais arrêté non plus. Je n'arrêterai pas de croire en la race humaine. Je n'arrêterai pas de travailler vers un but plus élevé parce que c'est ce qui me fait me lever le matin.

Je suis ici aujourd'hui pour dire que la douleur, les épreuves et les luttes serviront à quelque chose avec le temps.

Il y a une raison de vivre et vous la trouverez.

Dans l'heure la plus sombre, vous trouverez la force.

Ou la force - vous trouvera.

Lisez le précédent blog de Desiree à l'ICAV : Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté

Un hommage et un héritage à ma mère sri-lankaise

par Nimal van Oort, adopté du Sri Lanka aux Pays-Bas. Fondateur de Fondation NONA.

Il y a environ dix-huit ans, mon frère jumeau Djoeri et moi avons reçu un message du Sri Lanka qui allait changer nos vies pour toujours. Pendant longtemps, nous avons cherché notre mère au Sri Lanka, mais le message nous a dit que notre mère était malheureusement décédée plusieurs années auparavant.

La cause de sa mort nous a rendus tristes et même furieux. Elle avait été violée plusieurs fois et avait été abandonnée par sa famille et son environnement parce qu'elle aurait été - en étant violée - devenue une honte pour la communauté. À cause de cela et du manque de protection et de soins médicaux, elle est décédée à l'âge de 21 ans.

Pour être honnête, à ce moment-là, je n'ai vraiment pas vu la vie. Notre plus grand rêve de la rencontrer ne se réaliserait jamais et sachant que notre mère avait subi tant d'injustices, je ne savais vraiment pas quoi faire.

Je suis ensuite allé au Sri Lanka pour pouvoir être sur sa tombe. Sur le chemin – lors de mes premiers jours au Sri Lanka – j'ai vu beaucoup de jeunes filles qui m'ont fait penser à ma maman. Parce qu'elles aussi ont été victimes d'abus sexuels, elles ont été abandonnées de tous malgré leur jeune âge. Ces filles n'avaient personne.

Quand j'étais sur la tombe de ma mère et que ma grand-mère m'a parlé de la vie courte mais difficile de sa fille - j'ai réalisé que je ne pouvais peut-être plus aider ma propre mère, mais je le ferais par amour pour elle et en hommage à elle , je commencerais à essayer d'aider les filles d'aujourd'hui.

Une fois de retour aux Pays-Bas, j'ai commencé à m'y préparer et j'ai créé la Fondation NONA. Honnêtement, personne ne faisait confiance à mes plans. Tout le monde m'a dit qu'il serait impossible de faire quelque chose depuis les Pays-Bas pour les filles et les femmes du Sri Lanka qui n'ont aucune valeur pour la société là-bas. Surtout, j'étais trop jeune, inexpérimenté et pas assez instruit pour réaliser ma vision.

Oui, j'ai certainement eu une vision, ou en fait un rêve. Je souhaite que ces filles et ces femmes d'aujourd'hui n'aient jamais à vivre ce que ma mère et beaucoup d'autres femmes ont vécu. Je voulais qu'ils aient une chance d'avoir une existence humaine.

Une récompense royale de l'adjoint au maire d'Amsterdam. Nimal a reçu le prix `` Chevalier de l'Ordre d'Orange-Nassau '' pour son travail à la Fondation NONA (2020).

Aujourd'hui, 18 ans plus tard, nous avons en fait pu aider plus de 1900 filles avec des installations d'hébergement, de soins, d'éducation et d'autonomisation. Les rendre sûrs d'eux et indépendants reste notre principal point de départ. Je suis également toujours très honoré d'avoir reçu un Récompense royale en 2020 pour ce travail et que nous sommes également pris au sérieux à un haut niveau au Sri Lanka.

Ce dont je suis le plus fier, c'est que nous avons vraiment pu aider beaucoup de filles et de femmes à retrouver la passion de la vie et qu'elles sont maintenant de retour dans la société. La plupart d'entre eux ont maintenant une belle famille et un bon travail. Nous sommes une grande famille dans laquelle tout le monde est égal : des filles et des femmes que nous aidons au conseil d'administration, de la femme de ménage à la présidente. Nous sommes une équipe avec la même mission : rendre la vie de ces filles et femmes moins risquée et plus significative ; une vie de liberté, de justice et d'être traité comme un être humain .

Le mois dernier, une fille qui avait grandement besoin de notre aide en 2011 a été nommée enseignante chez nous. N'est-ce pas beau ?

Le dimanche 10 avril, nous célébrerons le NONA-Day au Pakhuis de Zwijger à Amsterdam. Ce jour-là, nous partagerons davantage sur notre travail au Sri Lanka, sur ce que nous avons fait, mais aussi sur nos projets en cours et nos projets futurs. Il y a aussi des conférenciers inspirants et divers spectacles de chant et de danse. Il y aura également un autre délicieux buffet sri lankais et indien. Je vous invite personnellement à y assister, vraiment tout le monde est le bienvenu et vous pouvez vous inscrire sur www.nonadag.com.

Et si vous ne pouvez pas vous rendre à la célébration de la Journée NONA, mais que vous souhaitez contribuer à notre organisation de quelque manière que ce soit, veuillez nous contacter car nous pourrions vraiment utiliser votre aide.

Un grand merci à mes fidèles membres du conseil d'administration Djoeri, Ad, Dhilani, Shivanie, Hartini et Varishna qui ont été entièrement bénévoles pour notre organisation pendant de nombreuses années.

Pris au milieu

par Atteindre Katya, adopté de l'Ukraine aux États-Unis.

« Partout sur les réseaux sociaux, je vois des gens afficher le drapeau ukrainien ou russe. Honnêtement, je ne pouvais pas me résoudre à partager l'un ou l'autre.

Il n'y a pas de mots clairs pour exprimer ma profonde tristesse et mon chagrin face à cette crise. Je suis de tout coeur avec les citoyens ukrainiens et les citoyens russes, car tous en paient le prix, et pour beaucoup, c'est quelque chose qu'ils n'ont jamais demandé. J'ai des liens avec des gens d'Ukraine, des gens des régions séparatistes et des gens de Russie. Le pendule de la compréhension de tous les côtés oscille radicalement, pendant ce temps, j'essaie quotidiennement de traiter de nouvelles informations et d'être un soutien et un encouragement pour les autres.

Toute ma vie, en tant qu'adopté ukrainien, j'ai grandi en me croyant ukrainien et j'étais fier de ces racines. Après avoir retrouvé ma famille biologique il y a près de trois ans, j'ai appris que ma famille biologique avait de fortes racines russes. Le sol ukrainien sur lequel j'ai marché étant enfant est devenu une région d'Ukraine tenue par des séparatistes pro-russes.

Je regarde à ma gauche et je pleure la souffrance des Ukrainiens déplacés à l'intérieur de leur propre pays avec qui j'ai des liens personnels. Pourtant, je suis étonné du soutien et de la générosité des pays voisins pour accueillir autant de réfugiés ukrainiens et apporter une aide humanitaire.

Je regarde à ma droite et vois ma propre famille biologique souffrir et se cacher pour la vie chère dans des abris anti-bombes et des sous-sols, restant dans le pays qu'ils appellent chez eux; une terre qui a subi 8 ans de conflit jusqu'à présent. Ils s'accrochent à l'espoir que ce sera la percée finale.

En attendant, j'ai aussi des amis qui sont citoyens russes et qui ont honte de leurs racines. Cette crise en Ukraine est tout à fait dévastatrice et écœurante rien qu'à être témoin, et encore moins vécue.

J'ai des moments où je me sens tellement dépassé et le cycle des émotions. J'essaie de ne pas laisser chaque nouveau détail modifier ma perspective. Ma famille est si patiente avec moi alors que je traite et cherche la clarté. La vie quotidienne continue à travers ce déséquilibre. Et bien que ce soit un aspect majeur de ma vie, ce n'est encore qu'un des nombreux autres aspects. Il a été crucial pour moi de faire de la place pour moi-même et même de la place pour le rire et le plaisir en ces temps difficiles.

Bien que mon lien le plus profond avec cette crise soit ma famille biologique qui y vit, je comprends également qu'il y a une image beaucoup plus large qui a un impact sur notre monde et les ramifications de cette crise dureront bien plus longtemps que n'importe quel fait saillant de l'actualité.

Je sais que mon rôle là-dedans est bien plus qu'un simple spectateur. Je prie pour que le monde voie les miracles de Dieu à travers tout cela. Au milieu du chaos qui m'entoure, je me souviens de la fidélité du Seigneur dans une abondance de paix dans mon âme qui est au-delà de la compréhension alors que j'apprends à faire confiance à Dieu avec ce qui est hors de mon contrôle. Sa grâce est suffisante. Je prie pour que cette même paix demeure dans les cœurs affligés de beaucoup d'autres. Bien qu'il y ait une grande division dans notre monde, des crises comme celles-ci ont également une façon unique d'unifier les individus. Des conversations très significatives ont eu lieu car les gens ont eu la gentillesse de tendre la main pour les soutenir. Prières et soutien continus pour tous ceux qui sont touchés.

L'importance des yeux des adoptés

par Alexis Bartlet, adopté de la Corée du Sud à l'Australie ; leur projet d'art adopté peut être trouvé à Illustrations d'Alexis Bartlett.

Les yeux de YoungHee par Alexis Bartlett

En continuant avec mes portraits d'adoptés et en dessinant beaucoup d'yeux ces derniers temps, cela m'a fait réfléchir à ma propre histoire et à mon histoire, les yeux jouant un rôle étrange.

J'ai toujours détesté mes yeux en grandissant. Une partie de la difficulté à grandir en tant qu'adopté est que nous voulons juste être comme ceux qui nous entourent. C'était toujours décevant pour moi quand je regardais dans le miroir et que je voyais ces yeux bruns coréens me fixer parce qu'ils n'avaient rien à voir avec ceux qui m'entouraient ou ceux qui étaient censés être ma famille. Je traverse encore des périodes où j'ai vraiment envie de me faire faire la fameuse chirurgie des yeux coréenne (pour me donner une double paupière, et donc l'illusion d'yeux plus gros, moins asiatiques) parce que je pense qu'il y aura toujours une partie de moi que je peux 't embrasser pleinement pour qui je suis. Mais j'ai un petit gars qui me regarde maintenant comme une maman; un petit gars que je veux voir grandir en s'aimant comme il est. Et je sens qu'il serait seulement contradictoire pour moi de me modifier en lui disant qu'il doit s'aimer tel qu'il est.

C'est si dur, mais l'amour de soi est si important. Et c'est si difficile à avoir quand on est adopté parce que non seulement on sait (dès un TRÈS jeune âge) qu'il y avait une raison pour laquelle on ne voulait pas de nous, mais on grandit avec des gens qui ne nous ressemblent en rien. Cela peut sembler trivial, mais croyez-moi, ce n'est pas le cas. La représentation est importante, en particulier venant de ceux qui sont censés être les plus proches de vous. Quoi qu'il en soit, YoungHee ici, a des yeux incroyables.

Pour voir plus de portraits d'adoptés d'Alexis, regardez-les, cliquez sur chaque image.

Pour ceux qui n'ont pas accès à Facebook, voici une partie de ce qu'Alexis a partagé pour ces portraits, reflet de son propre parcours :

« C'est bien de peindre des gens qui sont « comme moi ». Je viens tout juste d'accepter… moi-même, à bien des égards. J'ai essayé de comprendre mon traumatisme d'adoption toute ma vie ; quelque chose qui s'est manifesté de diverses manières au fil des ans. J'étais un enfant terrifié et solitaire (bien que, pour être honnête, j'aime la solitude) qui voulait être accepté mais ne pouvait pas l'être parce que je ne pouvais jamais m'accepter et être moi-même.

« Beaucoup de gens ne veulent pas entendre les expériences des adoptés ; ils sont trop confrontants, trop difficiles pour les idéaux heureux avec lesquels les gens adoptent. Beaucoup d'entre nous sont en colère contre l'incompréhension, ayant été réduits au silence par le côté heureux de l'adoption auquel les gens veulent croire.

"J'étais un enfant très solitaire. J'ai toujours trouvé difficile, voire impossible, de nouer de véritables amitiés avec les gens, et j'ai toujours su que j'étais différent de ma famille adoptive. dont beaucoup m'ont exclu des choses, de toute façon. L'art était tout ce que j'avais, la plupart du temps.

« Pour moi, l'appartenance a toujours été un combat. J'ai ma propre petite famille maintenant où j'ai enfin un vrai sentiment d'appartenance, mais à part ça, c'est assez clairsemé. J'ai été très consciente récemment que je n'appartiens jamais vraiment à ma famille biologique et que je ne me suis jamais vraiment intégrée à ma famille adoptive non plus. Trouver la communauté des adoptés coréens a été extrêmement important pour moi et je me sens très honoré de pouvoir partager les expériences et les histoires de mes collègues adoptés. Merci les gars."

Affectation....
Français
%%footer%%