Connaître ses origines est un privilège !

Connaître ses parents, frères et sœurs, oncles, tantes et grands-parents…

Connaître vos antécédents médicaux; que votre mère soit décédée d'un cancer, que votre père souffrait de problèmes cardiaques, que votre grand-mère souffrait de diabète…

Pour savoir à qui vous ressemblez, d'où viennent vos traits, si votre visage dans le miroir est le reflet de quelqu'un d'autre..

Pour connaître votre histoire de naissance, la date, l'heure, la saison de l'année, dans quel hôpital vous êtes né…

Connaître son pays de naissance, sa culture, son patrimoine, sa langue, ses coutumes, sa religion…

Être entouré de personnes qui vous ressemblent racialement…

Connaître ses origines est un privilège !

Ce sont des choses que je ne tiens pas pour acquises parce que je n'en ai eu aucune en grandissant. Je suis né dans un pays, adopté dans un autre, par une famille de race différente. Je suis un adopté international transracial. J'ai passé une grande partie de ma vie à me demander, chercher, essayer d'en savoir plus sur mes origines.

Dans ma communauté d'adoptés internationaux, connaître ses origines est définitivement un privilège !

Évacuation du Vietnam le 20 avril

par My Huong Lé, adopté vietnamien élevé en Australie, vivant au Vietnam. Co-fondateur de Recherche de famille au Vietnam, une organisation dirigée par des adoptés qui se consacre à aider à réunir les familles au Vietnam.

Le 20 avril marque le 46e anniversaire de mon évacuation sur un vol de la RAAF au départ du Vietnam. Ce jour-là a changé le cours de ma vie et les souvenirs de celui-ci resteront à jamais gravés dans mon esprit.

Avril en général est un mois important pour de nombreux adoptés vietnamiens car c'est le mois au cours duquel plus de 3000 bébés/enfants ont également été évacués. Comme moi, ces enfants sont montés à bord d'avions de transport militaire destinés à être adoptés par des familles américaines, canadiennes, européennes et australiennes.

Le pour et le contre d'avoir fait cela ont été débattus. Je voudrais dire qu'il n'y avait aucune idée de ce que serait devenue ma vie si j'étais resté, ni de ce qu'allait devenir ma vie en étant retiré. Toujours est-il que j'ai été retiré à l'âge de 5 ans d'une famille que je connaissais et placé dans un pays étranger. Cette expérience a été très traumatisante et j'ai perdu mon identité, ma langue, ma culture et tout ce qui m'était familier. En Australie, j'ai vécu une forme différente d'épreuves et de difficultés de ce que j'aurais vécu si j'étais resté.

Heureusement, beaucoup de ceux qui ont quitté le Vietnam ont été adoptés par des familles étrangères aimantes. Je n'ai pas obtenu ce droit et j'ai été adopté dans une famille abusive et dysfonctionnelle. Quoi qu'il en soit, cette famille m'a vêtu, m'a nourri et m'a fourni une bonne éducation et je leur en serai toujours reconnaissant. L'Australie est en effet un pays privilégié offrant des opportunités infinies et étant retiré du Vietnam déchiré par la guerre, comme tous les adoptés, j'ai eu la chance de me construire une vie meilleure.

Ce qui s'est passé, je ne peux pas changer, mais ce que j'ai le pouvoir de changer, c'est mon attitude et la façon dont je réagis et traite en toutes circonstances. Je sais que je suis la personne que je suis aujourd'hui grâce à tout ce que j'ai vécu. Cela m'a rendu plus fort, plus indulgent, plus compréhensif et plus aimant. Pour cela, je suis reconnaissant.

Ce que j'ai vécu est aussi en partie ce qui m'a poussé il y a 17 ans à retourner au Vietnam pour retrouver ma mère biologique et travailler avec des enfants orphelins et défavorisés. Sans aucun doute, la main de Dieu a été sur ma vie. Il m'a guidé, protégé, ouvert des portes et mis des gens extraordinaires dans ma vie. La gratitude remplit mon cœur pour tous ceux qui ont eu un impact sur ma vie au fil des ans.

En ce mois anniversaire des adoptés, mes pensées vont aussi beaucoup aux mamans biologiques. De nombreuses mères biologiques sont retournées dans les orphelinats pour récupérer leurs enfants et elles étaient parties. Ce temps signifie une perte permanente pour eux. J'ai embrassé certaines de ces mères et j'ai vu leurs larmes. Comme les larmes de ma mère ont été essuyées, j'espère aussi que ces mères pourront renouer avec leurs enfants.

Lire l'article précédent de My Huong Ma mère.

L'héritage et les impacts de l'abus dans l'adoption

Partie 2 d'une série en 3 parties sur les abus sexuels dans le cadre de l'adoption

Lorsqu'un enfant est maltraité par les personnes mêmes qui sont censées le protéger, un héritage dévastateur d'impacts est créé. J'ai vécu avec ma famille adoptive pendant 19 ans jusqu'à ce qu'ils partent à l'étranger pour être missionnaires. Jusqu'à ce point de ma vie, j'avais appris à supprimer mes vérités et à les enfouir au plus profond de mon corps.

Comment peut-on jamais décrire les impacts et l'héritage que nous laissons en tant que victime d'abus sexuel au sein d'une famille adoptive ? Les mots semblent inadéquats.

On s'attend à ce que le pire crime ne soit pas révélé – Darrell Hammond

J'ai regardé celui de Darryl Hammond Fissuré histoire de vie sur Netflix – cela m'a aidé à trouver les mots. Je recommande fortement de le regarder pour ceux qui veulent sérieusement comprendre le traumatisme de l'enfance et l'héritage qu'il laisse. J'ai raconté son histoire à tant de niveaux : la colère contre moi-même d'avoir été si vulnérable, les émotions conflictuelles à propos de ces mêmes personnes qui sont vos parents que d'autres ne voient que comme des gens incroyables et merveilleux, les souvenirs d'abus où mon corps s'est senti violé, irrespectueux et utilisé à leurs propres fins, les mécanismes d'adaptation que j'ai développés pour survivre, la traînée de dévastation laissée dans les premières relations et choix parce que je ne connaissais pas mieux jusqu'à ce que j'obtienne de l'aide professionnelle, le tentatives de prendre ma vie parce que la douleur était si insupportable, la dépression, l'obscurité qui me consumait. Tant de parallèles avec la vie que j'ai vécue jusqu'à ce que je trouve de l'aide et de la guérison. Heureusement, cela ne m'a pas pris plus de 50 ans, mais cela a certainement consommé une grande partie de ma vie d'adulte et je continue encore à faire face aux impacts à ce jour. Je pense que c'est la partie que la plupart des gens ne comprennent pas que le documentaire de Darryl met en évidence - notre traumatisme ne nous quitte jamais - ce qui peut s'améliorer, c'est que nous apprenons à nous pardonner pour nos mécanismes de survie et d'adaptation, et nous pouvons apprendre à nous reconnecter et à prendre soin de nous-mêmes. C'est un voyage de guérison et d'acceptation de ce qui nous a été pris - notre innocence et notre potentiel à vivre sans ces cicatrices brutales.

Chaque jour, chaque semaine, chaque année, j'ai du mal à comprendre ma famille adoptive. Mon esprit d'enfance ne peut tout simplement pas intégrer qu'ils auraient pu être si cruels, méchants, négligents, méchants - mais pourtant ils étaient aussi mes sauveurs, ma bouée de sauvetage pour survivre à une guerre, mes sauveteurs. C'est leur attente tacite que je devrais continuer à vivre comme si rien ne s'était passé qui continue de faire le plus mal. Je l'ai fait pendant de nombreuses années, mais cela devient de plus en plus difficile à mesure que je vieillis et je ne peux plus l'accepter. Je ne peux plus nier l'impact émotionnel que je ressens à chaque fois que j'interagis avec eux. Ça a été si difficile de prétendre que je ne fais pas mal, je ne peux plus le faire. Ce qu'ils choisissent de voir, c'est un survivant fort et résilient qui a surmonté. Oui, cela fait partie de qui je suis, mais ce qu'ils ne veulent pas voir, c'est l'autre moitié – l'enfant intérieur blessé et traumatisé qui veut être protégé, aimé et nourri. J'ai dû apprendre à me donner parce qu'ils n'en ont pas été capables. Aucun membre de ma famille adoptive ne veut savoir comment je suis touché ou comprendre mon combat. Ceci est dû au fait leur honte est plus profonde que ma douleur. C'est ce dont personne ne parlera. Il ne m'a pas échappé que Darryl Hammond raconte son histoire publiquement après la mort de ses deux parents. Je reconnais que nous protégeons inconsciemment nos parents s'ils nous ont maltraités et c'est à nos dépens en matière de santé mentale, de le faire. C'est la triste réalité du traumatisme de l'enfance que nous infligent nos parents soi-disant « aimants ».

J'ai à peine écrit sur ce sujet depuis plus de 20 ans – à certains endroits, j'y fais référence brièvement mais rarement en profondeur. Ce n'est pas un sujet que j'aime ni un sujet dont je parle pour faire honte à ma famille. Je le fais maintenant, pour encourager les autres qui sont torturés par la honte de ce qui leur est arrivé – à s'exprimer, à trouver leur voix et à s'autonomiser. Les Premier article J'ai écrit sur ce sujet que j'ai gardé anonyme par honte et par désir de protéger ma famille adoptive. Je repense à quel point c'est ridicule que j'aurais dû me sentir je devais les protéger. En tant que personne adoptée, il n'y a rien de pire que d'être abandonné par ma première famille puis d'être sans protection par ma seconde. Mes couches de perte et de chagrin se sont multipliées !

Nous n'oublions jamais ce qui nous arrive en tant que survivants d'abus sexuels, nous ne pouvons que passer de la haine et de la colère si valables à la réalisation que cela ne fait que nous nuire si nous la laissons s'envenimer ou nous blesser. Pour ma propre survie, je dois vivre avec et aller de l'avant - d'une manière ou d'une autre, j'ai appris à rester fidèle à mes propres besoins et à m'assurer que ma vie n'est plus contrôlée par les actions irréfléchies des auteurs il y a de nombreuses années, ou la honte et culpabilité qui les contrôle maintenant.

Ma vie sexuelle est à jamais ternie et endommagée. Je n'aurai jamais avec mon partenaire une relation que j'aurais pu avoir si je n'avais pas subi d'interférences sexuelles. Être maltraité de cette manière a toujours aggravé ma capacité à faire confiance, à vouloir être proche, à me sentir en sécurité avec les gens et les personnages au pouvoir, cela détruit ma croyance en un pouvoir plus grand - ma spiritualité. Il n'était pas surprenant qu'après la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels, le documentaire Révélation ont révélé que de nombreux enfants s'étaient suicidés que les enquêteurs attribuaient directement à des abus sexuels. Ce n'est un secret pour personne que beaucoup d'entre nous qui ont été maltraités finissent par s'enivrer, se détruire parce que notre âme est tellement endommagée et blessée. Nous voulons juste que la douleur cesse, nous voulons que quelqu'un nous tende la main et nous aide.

Je pleure pour l'enfant en moi qui était si vulnérable et confiant mais qui a été tellement induit en erreur et exploité par les hommes de ma famille adoptive (étendue et immédiate). Je pleure pour ceux du monde entier qui doivent vivre avec ce crime horrible envers nous en tant qu'enfants innocents. L'abus sexuel est une terrible réalité pour n'importe qui, mais le fait de vous en faire subir au sein d'une famille adoptive ajoute tellement de couches plus complexes de traumatismes qui deviennent presque impossibles à démêler et à gérer. Le traumatisme d'abandon en lui-même est déjà assez terrible. L'abandon puis les abus dans la famille adoptive ne font que détruire l'âme. J'espère qu'un jour les gens arrêteront de parler d'adoption comme si cela nous sauve toujours et prendront conscience que les abus sexuels, physiques, psychologiques sont trop répandus dans les environnements familiaux adoptifs. Nous avons besoin de changer ça!

Je tiens à noter que j'ai rencontré de nombreux parents adoptifs incroyables et que je ne suis pas si amer et tordu pour les étiqueter tous avec ce coup de pinceau, mais je veux éveiller notre société au plus grand mythe selon lequel l'adoption nous sauve. D'un lieu d'honnêteté - pour ceux d'entre nous qui vivent de la violence dans des familles adoptives, c'est probablement le plus grand tueur silencieux des adoptés !

Je n'ai jamais parlé quand j'étais jeune parce qu'on me disait constamment comment j'ai eu de la chance par des amis et des inconnus. Je n'ai jamais parlé parce que je me sentais comme une merde dans ma famille adoptive, harcelée, distinguée, l'esclave de la famille, appelée par des noms comme "troncs d'arbre" ou "visage de singe". Je me souviens d'un jeune homme Matthew, je ne l'ai jamais oublié, c'était un rare qui était gentil avec moi et pouvait sentir ce qui se passait. Matthew a été embauché par mon père comme nouvel ouvrier agricole pour nous aider. Il était blond, aux yeux bleus, respectueux et fort. Je me souviens qu'il a tenu tête à mon père adoptif en me demandant pourquoi il était si dur avec moi, me forçant à faire le travail qu'un jeune homme comme lui pouvait faire, mais pourtant j'étais une fille pubère. Mon père s'en est vite débarrassé. Je n'ai plus jamais entendu ou vu de Matthew.

Je me demande comment va Matthieu aujourd'hui et s'il a trouvé un autre travail. Je me sentais mal que ce soit à cause de moi qu'il ait perdu son emploi mais à ce jour, je me souviens toujours de lui pour sa gentillesse sans implications sexuelles et très respectueux de moi. Il avait montré de la pure préoccupation pour moi. J'aurais aimé qu'il dénonce mon père et ses manières. Il ne sait pas jusqu'où mon père est allé avec l'abus et s'il le savait, il détesterait probablement qu'il n'ait rien fait.

Mes amis à l'église et à l'école voyaient parfois comment mon père me traitait, mais il semble que personne n'ait rien signalé. Pourquoi le feraient-ils ? Ma mère était la directrice de l'école, mes parents étaient tous deux considérés comme de solides chrétiens avec une formation missionnaire, actifs dans l'église et la communauté, dirigeant les groupes de jeunes, accueillant les pompiers. Je n'agissais pas. J'étais un scolaire académique et très performant. Je n'étais pas dans la drogue. Mais je me suis replié sur moi-même. J'ai toujours pensé que j'étais un introverti jusqu'à ce que ma famille adoptive parte tandis que je suis resté pour commencer l'année 12 alors qu'ils sont allés vivre et travailler à l'étranger en tant que missionnaires.

En renouant avec certains membres de ma famille adoptive élargie au cours des dernières années, cela a confirmé que certains s'inquiétaient de la façon dont j'étais traité dès mon plus jeune âge. Certains m'ont dit qu'ils souhaitaient avec le recul, qu'ils avaient fait plus, ont fait part de leurs soupçons. En tant que personne adoptée, je n'ai tout simplement jamais connu un parent protecteur ou sûr. Je le regrette !

J'ai la résilience ces jours-ci pour regarder des choses comme Révélation et Fissuré. J'avais l'habitude d'éviter parce que je serais une épave à regarder tout ce qui ressemble de près à mes traumatismes. J'ai appris à transformer mon barattage émotionnel en quelque chose de constructif. J'écris pour partager avec le monde entier sur la façon dont nous pouvons mieux protéger les enfants vulnérables. Je transforme la tragédie de mon enfance en une opportunité de parler et de donner aux autres les moyens de faire de même. Je défends ceux qui ont encore du mal à trouver leur voix. Je parle des sujets étouffés dont les gens ne veulent pas discuter. Je m'exprime pour donner de l'espoir à d'autres adoptés comme moi, avec le message que votre vie ne doit pas être détruite. Il existe un moyen de guérir et d'aller de l'avant. Nous n'avons pas à avoir honte. Nous n'avons pas à rougir ! Nous pouvons parler même si nous n'obtenons pas de justice légale. Nous pouvons aider à encourager nos compagnons d'infortune à trouver leur courage et à se débarrasser de leur manteau de honte. Ce n'est pas à nous de porter, c'est le système et les adultes qui échouent à protéger les plus vulnérables !

Je prends la parole pour faire la lumière sur cette tragédie cachée des abus sexuels au sein des familles adoptives. Nous ne savons même pas quels sont nos taux d'abus sexuels parce que personne ne les capture ou ne cherche à savoir si nous sommes plus enclins aux abus sexuels dans les familles adoptives que les autres. Je ne peux me référer qu'à des recherches dans des situations similaires comme famille d'accueil et si nos statistiques reflétaient quelque peu le placement en famille d'accueil, alors nous sommes vraiment les victimes silencieuses parce que nous n'avons personne pour nous surveiller une fois que nous rejoignons notre famille adoptive. Nous n'avons aucun moyen d'appeler à l'aide. Nous sommes totalement vulnérables au sein de notre famille adoptive. Nous devons faire mieux pour protéger les enfants vulnérables et veiller à ce que nous soyons placés dans de meilleurs environnements que ce que nous avons déjà perdu. Il faut parler des abus sexuels en adoption pour que ce changement se produise !

À venir : Partie 3 – Que faut-il faire au sujet de la violence au sein des familles adoptives

Ressources informées sur les traumatismes

celle de Lynelle Tiré par l'interview de Root sur les abus sexuels dans les familles adoptives

Seul

par Geetha Perera, adoptée du Sri Lanka en Australie

Je peux me tenir dans une foule
Ou je peux rester seul
Et encore personne ne me remarquera
je pleure dans la foule
Ou je peux pleurer seul
Et encore personne ne me remarquera
je peux tenir la main de quelqu'un
Ou je peux me tenir à côté d'une personne
Et encore personne ne me remarquera
Car je ne me démarque pas
Je ne suis pas l'étoile la plus brillante
je ne suis pas le plus maigre
je ne suis pas la plus jolie
Je suis celui dans le coin
Seul

Ma mère

par My Huong Lé, adopté vietnamien élevé en Australie, vivant au Vietnam. Co-fondateur de Recherche de famille au Vietnam, une organisation dirigée par des adoptés qui se consacre à aider à réunir les familles au Vietnam.

Une mère ne doit pas seulement être considérée comme spéciale le jour de la fête des mères, mais chaque jour. Il y a un peu plus de deux ans, j'ai miraculeusement retrouvé ma mère. Chaque jour avec elle depuis lors a été incroyable, mais en cette fête des mères, je veux l'honorer d'une manière spéciale.

Mon cœur va également aux mères du monde entier qui ont été séparées de leur(s) enfant(s) pour une raison quelconque. Mères, vous n'êtes jamais oubliées !

Voici l'histoire de ma mère :

Mes yeux ont regardé mon bébé avec amour au moment où elle est née. Alors que je la tenais le jour où elle a pris son premier souffle, un sentiment de joie immense a envahi votre cœur. 

Elle n'avait pas de père car il m'a quitté alors que j'étais enceinte et est retourné à l'étranger après avoir terminé son service militaire. Quoi qu'il en soit, j'ai décidé dès la conception que je chérirais cet enfant comme un cadeau. 

Alors que je la tenais contre moi pour la première fois, je l'ai examinée. Elle avait tous ses doigts et tous ses orteils et avec ce soulagement vint la réalisation de son nez plus large et allongé. 

En quelques instants, tout est devenu flou alors que je saignais abondamment. Alors que j'étais inconscient, l'infirmière a prévenu ma mère que j'allais mourir. Cependant, des heures plus tard, alors que je pénétrais et sortais de l'inconscience, j'ai murmuré d'une voix faible : « Où est mon Huong ? ». En réponse, on m'a dit: "Deux amis sont venus et ont emmené votre bébé pour s'occuper d'elle." 

Avec un sentiment de soulagement dans mon cœur, j'étais reconnaissante que mon nouveau-né soit en sécurité et alors que je restais au lit pendant des semaines dans un état de faiblesse, mes pensées dérivaient – aspirant à tenir mon bébé chéri dans mes bras. 

Après presque deux mois de reprise de force, je suis lentement parti à pied rendre visite à mes amis pour ramener ma fille à la maison….. mais ils n'étaient pas visibles. Les questions ont commencé à tourbillonner dans ma tête et un sentiment de terreur a commencé à se poser comme une pierre dans ma poitrine alors que la recherche commençait.

Les jours se sont transformés en semaines, les semaines en mois et les mois en années. J'ai labouré les champs sous le soleil d'or brûlé. Le cœur brisé, je pleurais en silence chaque nuit sans savoir ce qu'était devenu My Huong. J'ai prié pour sa sécurité et aspiré à ce qu'un jour elle revienne. Mon seul souhait était de pouvoir voir son visage une fois avant de mourir.

Puis, à la mi-février 2018, j'ai reçu un message pour dire que My Huong avait été vu à la télévision. Mon esprit est revenu sur toutes ces années de nostalgie et j'ai pleuré une vallée de larmes. Cette nuit-là, ces larmes étaient des larmes de soulagement – que la possibilité de trouver My Huong pouvait maintenant être réelle. 

Mes prières ont été exaucées et deux semaines plus tard, vous vous êtes retrouvé face à moi – votre fille qui vous avait été cruellement volée. Après presque 48 longues années de séparation, la réalité accablante d'avoir votre fille à côté de vous vous a donné envie de vous évanouir. Alors que vous lui caressiez le visage et l'embrassiez sur les joues, elle sut à ce moment-là que vous étiez sa mère.

Maman, je ne sais pas comment exprimer tout ce que tu représentes pour moi. Depuis nos retrouvailles il y a deux ans, vous m'avez montré que votre amour est sans fin et vous avez apporté une immense joie dans ma vie et rempli mon cœur. Tu es le plus beau cadeau et chaque jour je remercie Dieu pour le miracle de te rendre à moi. 

En cette fête des mères spéciale, je veux vous honorer. Je suis honorée et bénie de vous avoir comme mère !

Je t'aime de tout mon coeur!
Mon Huong Lé

Pendant tant d'années, j'ai caché mes traumatismes d'enfance les plus profonds sous un masque de sourires et de positivité perçue. Maintenant, je suis obligé de faire face à ces traumatismes et faiblesses passés, ainsi qu'au traumatisme plus récent causé par le réseau de tromperie, qui a été dévoilé lorsque j'ai été contacté par ma vraie mère il y a deux ans. Les blessures de la fausse mère et de la famille sont toujours profondes, mais chaque jour je guéris et je suis tellement reconnaissante d'avoir maintenant ma chère mère qui vit avec moi. Elle est un cadeau si précieux et je remercie Dieu pour le miracle de l'avoir dans ma vie.

Pour ceux qui s'intéressent à mon histoire, vous pouvez lire ce qui suit article qui a été écrit par Zoe Osborne.

COVID me fait repenser mon pays de naissance

Est contre Ouest

La majeure partie de ma vie, jusqu'à mon retour et la chance de réintégrer mon identité vietnamienne avec mon identité adoptive, j'ai pensé au Vietnam comme un pays communiste arriéré. J'ai absorbé la mentalité que j'ai entendue de mon pays d'adoption occidental blanc privilégié. Émotionnellement, je me suis senti obligé par les hypothèses que j'ai absorbées, de me demander comment quelque chose de bon pouvait exister dans un pays où ils ne pouvaient pas s'occuper de leurs propres enfants. J'ai été élevé à penser négativement à ma patrie et on m'a toujours dit à quel point j'avais de la chance d'être adopté en Australie. Avoir de la chance impliquait généralement « l'Australie est meilleure ».

La plupart du temps, lorsque les gens font des commentaires sur mon statut d'adopté, être « chanceux » fait référence à des gains matériels – beaucoup de nourriture, d'abri et de vêtements ; une bonne éducation; et plein d'opportunités. Oui, j'ai eu tout cela pour lequel je suis reconnaissant! Mais après avoir passé plus d'une décennie à essayer d'intégrer mon identité perdue après avoir été dans le brouillard des conséquences à vie d'être séparé de ma terre natale, de ma culture et de mon peuple - je parle maintenant pour aider les autres à réaliser il y a plus à être adopté que les gains matériels dans mon pays d'adoption.

COVID-19 a encore plus remis en question mes croyances sur mon pays de naissance par rapport à mon pays d'adoption. C'était la première fois que je lisais quelque chose dans les médias grand public pour souligner un point positif sur ma patrie par rapport à mon pays d'adoption. Voici le récent article sur la réponse du Vietnam au coronavirus. J'en ai vu plus sur d'autres pays de naissance tenus en haute estime (voir Taïwan et Corée du Sud). C'est une période sans précédent pour voir certaines de nos terres natales vues avec fierté dans les médias grand public. En revanche, l'Amérique est le premier pays démocratique du monde le plus riche et comment il réagit au COVID-19. En ce moment, avec la couverture médiatique, j'imagine que le monde entier se demande si l'Amérique est meilleure que n'importe où ailleurs. Du point de vue de l'adoption, les adoptés internationaux américains tentent de faire valoir depuis un certain temps que ne pas accorder la citoyenneté automatique et renvoyer activement les adoptés internationaux après 40 ans est totalement contraire à l'éthique, injuste et erroné. Aucun autre pays adoptif ne fait cela, mais l'Amérique a toujours été soutenue par la plupart des pays de naissance comme la terre pour envoyer des enfants. Peut-être que maintenant, après avoir vu comment l'Amérique gère COVID-19, les pays de naissance pourraient réfléchir à deux fois avant d'envoyer des enfants en Amérique ? Peut-être que les verres roses pourraient tomber ?

COVID-19 a clairement montré que nos pays de naissance ne sont pas tous arriérés ! Elles sont différent, mais pas moins. Voir nos pays dépeints positivement dans les médias grand public est nouveau pour moi. Je me demande combien d'adoptés internationaux sud-coréens, taïwanais et vietnamiens en Amérique pourraient, pour la première fois, se demander pourquoi ils croyaient au mantra selon lequel ils sont « mieux lotis » par rapport au fait d'être élevés dans leur pays de naissance ? Ce COVID-19 impacte bien plus d'adoptés américains que ceux impactés par la non-citoyenneté ou l'expulsion ! Et avec le racisme envers les Asiatiques à un niveau record dans tant de nos pays adoptifs, il y a beaucoup de choses que COVID-19 soulève dans nos esprits.

En ce moment, le monde entier réévalue beaucoup de choses, mais ce que cela fait pour moi en tant qu'adopté international, c'est que cela m'encourage à porter un regard critique sur la façon dont nos pays sont dépeints et me met au défi de réévaluer la façon dont je considère ma terre natale et personnes. Je vois rarement un pays de naissance dépeint d'une manière où d'autres gouvernements démocratiques du premier monde pourraient le considérer comme un idéal. Je suis sûr que je ne suis pas le seul adopté international à remarquer ces changements et à réfléchir à ce que cela signifie. Cette période de temps ajoute encore une autre couche pour examiner ce que signifie être adopté à l'étranger.

ANZAC Day Reflections

Australian War Memorial – MELBOURNE

ANZAC Day for people from Australia and New Zealand is a time of reflection that connects us through the generations. For me as an orphan from the Vietnam war, it gives me a time and place, admist all the beautiful gifts of everyday life, to acknowledge the undeniable tragedy I carry in my heart.

To have my whole family and identity lost through war is often something too painful to talk about. For those who know me well, self pity is not my song but in respect to my biological family, I can’t pretend the loss of not knowing them is not a deep wound to carry.

As I have grown older and possibly wiser, the symbols of rememberance have gained in personal significance. As I sit next to the eternal flame at the shrine, in my heart I see the flame as a beacon of light that I pray draws me closer to those I have loved or have loved me, whether we know each other’s names or not. I feel we share our hearts. The warmth of the eternal flame comforts me, as it reflects the love I am praying to send out to the world, like a portal to those I have lost and yet to find.

Please don’t feel unnerved by my sharing. My sharing is a chance to say thank you for allowing me this day, this moment in space to lay down my grief without question or judgement. It is only because I am loved and I can love those around me that I can share these thoughts.

And now, as I do for every other day in the year I will embrace the beautiful life I have and the adventures of the unknown future.

par Sue Yen Bylund

Beauté collatérale dans l'adoption

Il y a une douleur qui ne quitte jamais mon coeur
de ne pas savoir qui est ma famille
être éloigné de mon pays, de ma culture et de mon peuple
mais je peux reconnaître,

il y a eu une beauté collatérale
dans tout ce qui s'est passé.

ça ne compense pas 
c'est tout simplement
mes enfants ne seraient pas là
s'il n'y avait pas toutes mes pertes.

La vie est une chose étrange
les chagrins sont si profonds
les luttes parfois si intenses
les moments de gain si précieux.

J'ai choisi de vivre consciemment
et accepter que tout coexiste.

Inspiré du visionnage du film, Beauté collatérale.

Sur Lynelle Longue

L'adoption internationale peut-elle être éthique ? Est-ce que ça fait du bien ?

Dans cette nouvelle série en 3 parties, Leigh Matthews au Podcast DoGooder (également co-fondateur de Repenser les orphelinats), discute avec moi du pourquoi et du comment de l'adoption internationale est-elle bonne et peut-elle jamais être éthique.

Personnellement, j'ai trouvé cette interview la plus approfondie que j'aie jamais faite sur ce sujet. Je n'avais aucune anticipation des questions et à la fin, j'étais un peu secoué et secoué lorsque je réalisais que certains des contenus dont j'avais parlé n'étaient pas aussi cohérents que je l'aurais souhaité car personne ne l'avait jamais demandé de telles questions intensives auparavant. Après toutes ces années à parler, j'ai généralement affiné la façon dont je décris et réponds aux questions, car en parlant à plusieurs reprises sur le sujet, je deviens plus succinct au fil du temps. Cette fois cependant, ma pensée/parler est brut pour une bonne partie et Leigh a fait un travail fantastique pour me secouer ! Elle a une façon naturelle de comprendre ce sujet étant donné que le tourisme des orphelinats est si étroitement lié.

J'ai hâte d'entendre les deux prochaines dames de cette série : Jessica Davis, une mère adoptive américaine qui a rendu son enfant adopté à sa famille en Ouganda après avoir découvert qu'elle n'avait pas été une véritable orpheline ni abandonnée avec une compréhension claire de nos lois occidentales. notion d'adoption. Jessica a ensuite fondé une organisation Kugatta pour aider d'autres familles adoptives qui se trouvent dans des situations comme la sienne. Puis Laura Martinez-Mora, avocate et secrétaire au Bureau Permanent de La Haye équipe, responsable du portefeuille adoption internationale qui apporte son point de vue professionnel.

Nos points de vue ensemble sur ce sujet aideront à développer une conversation approfondie indispensable sur la façon dont l'adoption internationale se produit aujourd'hui, si elle fait plus de mal que de bien et si elle peut être éthique.

Vous pouvez écouter ici.

Un grand merci à Leigh Matthews pour le privilège d'être impliqué dans votre podcast !

Alternatives à l'adoption ?

#3 Série collaborative de blogueurs ICAV du mois de la sensibilisation à l'adoption 2019

Disons que je me suis ouvert et partagé que l'adoption internationale m'a mis dans un lieu de vie à côté de la société et que je ressens mes pertes. Si je m'ouvre à un membre de ma famille en Suède et à un membre de ma famille dans mon Iran natal, tous deux répondront la même chose : « Vous devriez être reconnaissant de ne pas être devenu orphelin en Iran ». Implicitement toutes les autres alternatives seraient pires donc je n'ai pas le droit de me plaindre. Je devrais rester tranquille.

Lorsqu'ils discutent des alternatives à l'adoption, les gens parlent généralement de prostitution, de pauvreté, de rejet d'une société cruelle où la famille est tout – fondamentalement aucune perspective de bonne vie.

Aurais-je préféré cela au confort de grandir dans un pays libre et de recevoir une éducation, de pouvoir voyager ? Si c'est si grave, quelle autre solution ai-je ?

Implicitement, mon parent iranien dirait que leur pays ne peut pas changer – que les orphelins seront toujours mal vus et que les relations sexuelles en dehors du mariage, la toxicomanie ou la pauvreté sont irrécupérables. Implicitement, mon parent suédois penserait que l'adoption internationale est la meilleure solution. Il existe un point de vue colonialiste intégré qui ne devient visible que si vous inversez le raisonnement : que penseriez-vous si un orphelin suédois blanc était envoyé au hasard dans un pays étranger comme l'Iran ? Quand nous avons des orphelins en Suède, que ferions-nous avec lui ou elle ? Nous essaierions AVEC TOUS NOS MOYENS de retrouver leurs proches et de les y placer. Si cela ne fonctionnait pas, nous les metrions dans un foyer sûr où il y aurait une responsabilité et un soutien pour son traumatisme. Nous veillons à ce que l'enfant en sache le plus possible sur sa famille biologique afin qu'il puisse la rechercher à tout moment et se sentir toujours connecté à elle. Ce serait l'alternative à l'adoption.

Mais tant que les pays les plus riches exploitent les pays les plus pauvres pour les bébés, en utilisant l'adoption comme monnaie d'échange dans la diplomatie, il n'y a aucune incitation pour le pays le plus pauvre à faire face à ses problèmes. Les orphelinats de mon pays natal sont toujours inondés. Après la révolution islamique, l'Iran ne voulait plus nous utiliser comme monnaie d'échange et a cessé de laisser les orphelins partir à l'étranger. Aujourd'hui, vous devez être citoyen iranien, vous devez écrire plus d'un tiers de vos actifs et vous serez suivi avec le bébé pendant six mois avant que l'adoption ne soit finalisée.

Si vous ne pensez pas que la voie iranienne semble être une solution plus raisonnable pour les orphelins, c'est probablement à cause du point de vue colonialiste, que les pays occidentaux doivent être une meilleure option pour TOUT LE MONDE de grandir. Vous pensez probablement que le stigmate d'être repéré à chaque photo de classe en tant qu'adopté (italique), ne connaissant pas votre langue ou votre culture maternelle, avoir des questions sur vos antécédents chaque jour et être victime de racisme dès la petite enfance est un prix que tout le monde est prêt à payer.

La solution la plus raisonnable est, bien sûr, ce que nous ferions de notre « propre » ici en Occident. Je suis conscient que cela nécessite un mouvement dans les pays les plus pauvres pour créer un changement. C'est pourquoi nous avons besoin de voix d'adoptés !

par Sarah Martensson

Quand je vois cette question, j'ai l'impression que c'est un trope classique de l'otarie, c'est-à-dire un type de trolling ou de harcèlement qui consiste à poursuivre les gens avec des demandes persistantes de preuves ou des questions répétées, tout en maintenant un semblant de civilité et de sincérité. Cela peut prendre la forme d'« invitations incessantes et de mauvaise foi à engager le débat ».

Cette question et d'autres du même genre incombent aux adoptés d'avoir les solutions et les réponses tout en refusant de centrer les voix des adoptés comme partie intégrante de la définition des problèmes.

Je regarde la tutelle plutôt que l'adoption, les soins et non l'effacement. Les soins aux enfants en crise n'ont pas besoin d'impliquer le secret à grande échelle, la rupture des liens familiaux et le retrait complet de la culture de naissance.

Un fardeau émotionnel et financier de la recherche pèse sur les adoptés en raison du secret. Les familles biologiques sont souvent impuissantes et activement découragées de tout contact. Et pourtant, il semble que davantage d'adoptés soient ouverts au contact s'il est dirigé par les familles biologiques, lorsque la peur du rejet est atténuée. Aucun système assisté par le gouvernement n'est en place pour offrir des tests génétiques et un soutien au regroupement et aucune pression n'existe de la part des pays d'adoption ou de naissance, ou de la Convention de La Haye pour le faire. Les adoptés sont obligés de faire face à des sentiments compliqués à propos de la recherche en raison de la dissimulation continue d'informations lors de l'adoption, ce qui est particulièrement la norme dans le cadre de l'adoption internationale. Les pratiques clandestines sont entièrement normalisées dans le cadre de l'adoption où elles seraient autrement inacceptables et illégales.

Le public est fasciné par les secrets de famille et les histoires de retrouvailles. La télévision, les films et les livres sur la recherche et les retrouvailles sont abondants, mais personne ne remet en question la raison de cet anonymat punitif et de la rupture de toutes les relations biologiques. Jamais personne ne demande aux parents adoptifs pourquoi c'est une composante de l'adoption ou ne leur demande d'imaginer quel effet cela aurait sur une personne, ou ne les invite à imaginer à quel point il serait facile de parler de ces sentiments avec des parents adoptifs qui véhiculent la fragilité et la peur autour du sujet.

par Juliette Lam

Gardez les enfants et les bébés dans leur propre famille et culture dans la mesure du possible, le cas échéant !

par Kate Coghlan

La réponse à cette question pourrait être un essai, une thèse ou un livre en soi. Je ne peux pas lui rendre justice ici, mais je vais mentionner quelques réflexions initiales car c'est une question tellement pertinente. En fin de compte, cette question demande :

L'adoption est-elle une solution et devrions-nous le faire ? 

Le concept sous-jacent de l'adoption est que la plupart des gens reconnaissent que l'humanité n'est pas parfaite, qu'il existe des enfants et des familles qui luttent et ont besoin d'aide, et la plupart d'entre nous veulent aider les enfants vulnérables, mais la façon dont nous apportons cette aide est vraiment ce à quoi nous pensons quand nous demandons des alternatives à l'adoption. On suppose que la voie légalisée de l'adoption internationale doit être une bonne chose parce que les gouvernements se sont mis d'accord, ils semblent avoir mis en place des garanties sous la forme de conventions (La Convention de La Haye pour l'adoption internationale) et cela dure depuis des décennies. Cependant, ayant vécu la vie d'un adopté international et connaissant des milliers de personnes dans le monde, ma réponse aux personnes qui demandent quelles alternatives à l'adoption est triple.

Tout d'abord, je pense que nous devrions faire plus pour éviter le recours à l'adoption internationale et de nombreuses organisations font un travail remarquable dans ce domaine. Nous avons besoin que les gens dépensent les sommes d'argent de l'industrie de l'adoption dans des programmes de prévention axés sur la préservation de la famille et de la communauté.

Voici quelques ONG extraordinaires qui font un travail formidable pour aider les familles et les communautés à éviter d'avoir à envisager une adoption internationale ou des orphelinats :
International captivant
Projet familial Selamta
Appel collectif
Pamoja Lion
Aider les enfants du monde entier
Martin Punaks
Amis de Shishur Sevay
Je respecte beaucoup les organisations comme LUMOS qui se concentrent sur la fin de l'institutionnalisation sans promouvoir l'adoption internationale. Vous pouvez lire leur rapport lorsqu'ils parlent de financement d'organismes qui font la promotion des soins communautaires et familiaux. C'est l'action que nous devons prendre qui aide à éviter le besoin d'adoption internationale.

Deuxièmement, lorsque les gens demandent quelles alternatives à l'adoption, je réponds en leur demandant s'ils savent qui les 10 premiers pays d'origine sont au cours des 20 dernières années. Je souligne ensuite que la Chine, la Corée du Sud et la Russie sont dans les 10 premiers pays d'envoi, bien qu'elles soient les premières nations du monde avec un PIB substantiel. Il faut se demander pourquoi continuent-ils à envoyer leurs enfants à l'étranger ? Et cela inclut l'Amérique qui fait partie des 25 premiers pays d'envoi. L'adoption internationale n'est PAS une question de manque d'argent et de ressources, mais la plupart des gens n'envisageront pas d'alternatives à l'adoption parce qu'il s'agit de leur besoin d'un enfant, avoir cet enfant comme « le leur » à garder pour toujours, au lieu de se concentrer sur ce qui est le mieux pour l'enfant. Si nous étions intéressés par ce qui est mieux pour l'enfant, nous écoutions les adultes adoptés à l'étranger qui, dans l'ensemble, partagent les difficultés de grandir entre deux pays. Les adultes adoptés à l'étranger disent que nous devons faire plus pour aider à garder les enfants dans leur pays et remédier au manque d'alternatives à l'adoption là-bas.

Cela m'amène à mon troisième point. Si nous regardons certains de nos premiers pays du monde qui ont déjà d'excellentes alternatives en place, nous savons qu'il existe des alternatives et que beaucoup d'entre elles fonctionnent efficacement.

Quelques exemples: 
La France utilise Adoption simple par rapport à l'usage courant Adoption en plénière
En Australie, certains États utilisent Tutelle/Intendance, Soins de parenté/Les soins hors domicile, et Soins permanents/Modèles Foster Care qui fonctionnent depuis de nombreuses années maintenant. 
La Suède est réécrire leur infrastructure sociale pour s'assurer que les droits de l'enfant sont au centre.
UNE Rapport suisse qui comparait les systèmes de protection de l'enfance au niveau international, a fourni 14 recommandations sur ce qui est nécessaire pour une « bonne pratique ».
Un Quartz récent rapport répertorie les meilleurs pays d'Europe qui proposent actuellement d'incroyables programmes de protection de la famille. Ce type d'infrastructure sociale fait souvent défaut dans les pays de naissance frappés par la pauvreté. Les aider à développer des systèmes de soutien familial contribuerait grandement à éviter d'avoir à envisager l'adoption.
Il y a aussi des experts dans le domaine comme Lori Carangelo vers qui nous pouvons nous tourner et comprendre ce qu'ils considèrent comme des alternatives à l'adoption. Plus récemment, une première du genre recherche vient d'être publié par Karleen Gribble à l'Université Western Sydney dans laquelle elle a interrogé des personnes en famille d'accueil et adoptives, leur demandant ce que nous préférions à l'adoption plénière. Ses recherches ont été remises au gouvernement australien par AdoptChange, où vous pouvez accéder au rapport complet gratuitement.

Je pense que poser des questions sur les alternatives à l'adoption est l'une des questions les plus pertinentes dont nous devrions discuter en matière d'adoption internationale. Lorsque cela est correctement discuté, cela conduit à la prise de conscience que d'autres solutions existent et que s'accrocher à un modèle d'adoption plénière obsolète n'est pour aucune raison utile autre que - parce que « nous faisons comme ça depuis des décennies ». Les gens n'aiment pas le changement. Le changement coûte de l'argent. Le changement nécessite un nouvel état d'esprit. Nous savons que des alternatives existent, nous n'avons tout simplement pas la volonté politique de changer l'industrie extrêmement rentable qui s'est construite au fil des décennies pour faire ce qui est juste pour les enfants et les familles concernés.

L'adoption internationale est trop souvent présentée comme le SEUL sauveur d'un problème complexe qui se simplifie en concepts marketing tels que « Orphelinat vs Adoption », c'est-à-dire, ténèbres contre lumière, mort contre vie. Cette représentation est trop simpliste et pour penser au changement, nous devons nous éloigner de ces concepts de tout ou rien.

L'adoption sous sa forme plénière actuelle ne devrait pas être une solution aujourd'hui étant donné que nous avons des options alternatives et, plus important encore, des moyens d'éviter la nécessité d'une solution aussi extrême. L'adoption plénière ne doit jamais être une première solution. Si une communauté et une famille ne peuvent plus s'occuper de leurs enfants malgré qu'on leur ait d'abord proposé de nombreuses stratégies préventives, alors les modèles de prise en charge par la parenté, d'adoption simple et de tutelle font bien mieux pour protéger les droits et les intérêts de toutes les personnes concernées. Il est temps de discuter pleinement de cette question et d'écouter ceux qui la vivent à partir d'un large éventail d'expériences.

par Lynelle Longue

Affectation....
Français
%%footer%%