Évacuation du Vietnam le 20 avril

par My Huong Lé, adopté vietnamien élevé en Australie, vivant au Vietnam. Co-fondateur de Recherche de famille au Vietnam, une organisation dirigée par des adoptés qui se consacre à aider à réunir les familles au Vietnam.

Le 20 avril marque le 46e anniversaire de mon évacuation sur un vol de la RAAF au départ du Vietnam. Ce jour-là a changé le cours de ma vie et les souvenirs de celui-ci resteront à jamais gravés dans mon esprit.

Avril en général est un mois important pour de nombreux adoptés vietnamiens car c'est le mois au cours duquel plus de 3000 bébés/enfants ont également été évacués. Comme moi, ces enfants sont montés à bord d'avions de transport militaire destinés à être adoptés par des familles américaines, canadiennes, européennes et australiennes.

Le pour et le contre d'avoir fait cela ont été débattus. Je voudrais dire qu'il n'y avait aucune idée de ce que serait devenue ma vie si j'étais resté, ni de ce qu'allait devenir ma vie en étant retiré. Toujours est-il que j'ai été retiré à l'âge de 5 ans d'une famille que je connaissais et placé dans un pays étranger. Cette expérience a été très traumatisante et j'ai perdu mon identité, ma langue, ma culture et tout ce qui m'était familier. En Australie, j'ai vécu une forme différente d'épreuves et de difficultés de ce que j'aurais vécu si j'étais resté.

Heureusement, beaucoup de ceux qui ont quitté le Vietnam ont été adoptés par des familles étrangères aimantes. Je n'ai pas obtenu ce droit et j'ai été adopté dans une famille abusive et dysfonctionnelle. Quoi qu'il en soit, cette famille m'a vêtu, m'a nourri et m'a fourni une bonne éducation et je leur en serai toujours reconnaissant. L'Australie est en effet un pays privilégié offrant des opportunités infinies et étant retiré du Vietnam déchiré par la guerre, comme tous les adoptés, j'ai eu la chance de me construire une vie meilleure.

Ce qui s'est passé, je ne peux pas changer, mais ce que j'ai le pouvoir de changer, c'est mon attitude et la façon dont je réagis et traite en toutes circonstances. Je sais que je suis la personne que je suis aujourd'hui grâce à tout ce que j'ai vécu. Cela m'a rendu plus fort, plus indulgent, plus compréhensif et plus aimant. Pour cela, je suis reconnaissant.

Ce que j'ai vécu est aussi en partie ce qui m'a poussé il y a 17 ans à retourner au Vietnam pour retrouver ma mère biologique et travailler avec des enfants orphelins et défavorisés. Sans aucun doute, la main de Dieu a été sur ma vie. Il m'a guidé, protégé, ouvert des portes et mis des gens extraordinaires dans ma vie. La gratitude remplit mon cœur pour tous ceux qui ont eu un impact sur ma vie au fil des ans.

En ce mois anniversaire des adoptés, mes pensées vont aussi beaucoup aux mamans biologiques. De nombreuses mères biologiques sont retournées dans les orphelinats pour récupérer leurs enfants et elles étaient parties. Ce temps signifie une perte permanente pour eux. J'ai embrassé certaines de ces mères et j'ai vu leurs larmes. Comme les larmes de ma mère ont été essuyées, j'espère aussi que ces mères pourront renouer avec leurs enfants.

Lire l'article précédent de My Huong Ma mère.

(Mère)

Eomeoni

par Michelle YK Piper adopté de la Corée du Sud à l'Australie.

Oeuvre de Michelle Piper, 2021

Deux ans aujourd'hui, ils m'ont dit que tu étais mort.

15 ans à partir du jour où j'ai eu 18 ans jusqu'au jour où j'ai officiellement commencé ce processus redouté, exaspérant, déshumanisant et douloureux d'essayer de vous retrouver ; 15 ans de conflit interne constant, une guerre féroce qui fait rage à l'intérieur.

Rester fidèle à la famille, à la société, à la culture et au pays auquel j'ai été abandonné ; rester obéissant au processus d'assimilation forcée, sans jamais questionner ou demander pourquoi ? (du moins jamais à voix haute) et TOUJOURS « reconnaissant » pour le privilège d'être en vie et de vivre dans l'un des plus grands pays du monde (Australie) ; continuer à ignorer la conscience toujours plus profonde de l'angoisse et du chagrin dévorant mon âme née du vide et du déracinement de mon passé effacé.

Ou…
Affronter ce que j'ai toujours si désespérément évité.

Des questions…
Toutes ces questions.
Tant, beaucoup de questions.
Impossible de m'exprimer à haute voix même dans le secret et la solitude, mais silence impossible dans les murs confinés de ma Psyché.

15 ans pour amasser assez de courage pour te chercher; J'ai cherché, et un an plus tard, j'ai reçu "l'appel". Un appel que j'avais constamment attendu, un an à vérifier à plusieurs reprises mes e-mails et mon téléphone. Cela venait d'un étranger dans un bureau du gouvernement, qui venait tout juste d'être transféré à mon cas. Un transfert dont je n'ai été ni sollicité ni informé.

Le 2sd Janvier 2019, une voix étrange et inconnue a expliqué qui elle était et pourquoi elle appelait.
Tu étais mort.
Tu es mort exactement 2 mois après mes 23rd Anniversaire.
Tu es mort le 6e juillet 2009.
2009, j'étais 10 ans trop tard.
Mon père ne pouvait ou ne voulait pas être retrouvé.
C'était ça.

Pendant plus de 30 ans, être adopté ne signifiait rien, ou du moins je me suis dit que cela ne signifiait rien. Juste un mot pour expliquer les inévitables murmures de confusion lorsque les gens nous croisaient.
« Est-ce qu'ils viennent de l'appeler maman ? », « Peut-être que le père est asiatique… ? Ils ne ressemblent pas à moitié/moitié cependant.
J'étais habituée à ces commentaires, toute ma vie a été recouverte de racisme, certains par ignorance, d'autres sans aucun doute intentionnels.
Mais être adopté n'était pas quelque chose sur quoi s'attarder, simplement un fait ; acceptées et reconnues uniquement lorsque cela est inévitable.
Mais l'inévitable est devenu impossible.

Cet appel, ce foutu appel ; peu importe à quel point j'ai riposté avec acharnement, je démolirais les fondations de chaque mur que j'avais établi ; une myriade de murs formant le labyrinthe de protection incompréhensible et impénétrable dans lequel je m'étais complètement englobé et perdu.

15 ans pour trouver le courage de te chercher, mais une vie à se demander….

Ai-je déjà été dans vos pensées ?
As-tu déjà pensé à moi ?
Le jour de ma naissance ? Lorsque cette date inévitable a de nouveau bouclé la boucle, une date qui marquerait à jamais chaque année que nous avons passée à part.
Une autre année écoulée ; encore une année de vie manquée. Une autre année de ce qui a été une vie de séparation.
As-tu pensé à moi à Noël ?
A l'heure des fêtes familiales, culturelles et traditionnelles, où des jalons auraient dû être franchis. Quand recettes, secrets et histoires de nos ancêtres auraient dû passer de Mère en Fille.
Vous êtes-vous déjà demandé comme je le fais maintenant si ou à quel point nous nous ressemblons et nous ressemblons ?

Est-ce que le même irrévocable, le vide, la solitude, le chagrin et le dégoût de soi vous ont consumé comme moi ?
…..Est-ce que je voulais dire quelque chose pour toi ?

Le jour où vous avez accouché, vous êtes-vous simplement éloigné et n'avez-vous jamais regardé en arrière ? Effacer chaque souvenir, chaque instant, chaque émotion. M'effacer.
M'avez-vous rejeté à partir du moment où nous avons cessé d'être un, refusant de reconnaître la vie que vous aviez si douloureusement portée dans ce monde ?
Est-ce que tu m'as pris une seule fois dans tes bras ?
Mon existence a-t-elle toujours été une honte ?
Une corruption dans le flux et la pureté des lignées. Le produit de la pire sorte d'infraction que l'on puisse commettre contre une culture et un peuple dont les systèmes sociaux, éthiques, politiques et juridiques sont fondamentalement ancrés dans les principes du confucianisme.
Ai-je toujours été perçu comme une abomination ?
Une ignominie, une conséquence odieuse de défier ce qui est endoctriné avec tant de véhémence dans notre peuple depuis la naissance, si férocement prisé et attendu de chaque enfant de chaque génération.
Obéissance. Le respect.
Respect de vos aînés et obéissance absolue aux directives suivantes. Connaissez votre place, dans la famille, la maison et la société, dans la culture et le pays. Ne pas se conformer ; sortir des normes sociales et être condamné à une vie à jamais entachée de honte, de rejet et de déshonneur.

Ou, le jour où vous avez accouché, votre regard est-il tombé sur moi, désespéré de mémoriser chaque détail que le temps me permettrait ?
Est-ce que tes bras m'ont trouvé, m'enveloppant étroitement, resserrant ton étreinte ? Avez-vous mémorisé mon parfum, ce beau et doux parfum de bébé pendant que votre esprit commençait un assaut ; souvenirs vifs des 9 mois passés?
La douleur, la terreur, l'amour, la perplexité et la confusion. La lutte interne d'une décision impossible à prendre mais impossible à ignorer.
Votre esprit vous a-t-il imposé les souvenirs de mes premiers mouvements que vous avez ressentis en vous ? Preuve indéniable de la vie qui grandit à l'intérieur ?
Vous souvenez-vous de toutes les fois où vous vous êtes retrouvé à me maudire pour les nausées matinales, ou quand il est devenu impossible de me déplacer librement ?

Vous souvenez-vous de toutes les fois où vous m'avez parlé et m'avez apaisé ? Tapoter ton ventre et sourire de bonheur et de contentement quand mon agitation cessa au son de ta voix ?
Vous souvenez-vous de toutes les conversations unilatérales que vous avez eues avec moi, me réprimandant pour votre gain de poids, vos chevilles gonflées, votre besoin constant de faire pipi et votre inconfort général ?
Vous souvenez-vous avoir pensé qu'aucune de ces choses n'avait d'importance lorsque vous avez finalement vu le visage de votre fille nouvellement née devant vous ?
Vous êtes-vous souvenu et retenu ces moments précieux avec autant de désespoir que je l'ai fait le jour où ma fille est née ?
Suis-je resté enfant unique ? Ou y avait-il de futurs enfants jugés « dignes » d'être gardés ?

Vous avez laissé des questions sans fin sans réponses définitives, même pas dans la mort.
L'agence qui m'a vendu insiste sur le fait que vous êtes mort, alors que le gouvernement lui-même ne semble pas pouvoir le confirmer.

Que suis-je censé faire avec ça ? S'il vous plaît, dites-moi.

Est-ce que je garde l'espoir que d'une manière ou d'une autre vous êtes toujours en vie.. ?
Accrochez-vous désespérément au rêve enfantin et naïf que PEUT-ÊTRE, juste peut-être, vous êtes ?
Que peut-être tu es nonJe ne suis pas mort, mais à ma recherche, peut-être que je était l'un de ces enfants n'a jamais volontairement abandonné.
Ou prendre la parole de l'agence qui m'a trafiqué, m'a envoyé à l'étranger et accepte que tu sois parti ?

Sera-t-il un jour possible de guérir si je me dis que tu es mort ?
Comment suis-je censé te pleurer ?
Comment pleurer un visage dont on ne se souvient pas ?
Comment me libérer de quelqu'un qui, peu importe le temps et la distance qui nous séparent, est toujours tout ce que je suis, et pourtant tout ce que je ne sais pas ?
Comment puis-je être libre quand ta forme sans visage hante mes rêves ? Quand chaque jour je suis frappé par une vague renouvelée de compréhension douloureuse de tout ce qui a été volé. Tout cela a été perdu. Pour tout ce qui a été effacé.
Pour mes parents qui resteront à jamais des inconnus sans visage, des parents que je n'aurai jamais l'occasion de connaître ou de rencontrer. Pour les frères et sœurs, je ne le saurai jamais. Pour la tante et les oncles, le cousin et les grands-parents.
Pour l'histoire de mon peuple, je suis resté si ignorant envers jusqu'à présent ; pour l'histoire déchirante et brutale de notre pays; toujours en guerre après 70 ans, divisé, littéralement déchiré en deux, empoisonné par la corruption politique, les coups d'État militaires et l'esclavage. Des enfants victimes de la traite, la génération oubliée ; une génération qui s'est battue, est morte et a reconstruit notre pays, languissant maintenant dans la pauvreté, poussé en marge de la société vivant dans l'isolement et la misère, craignant de demander de l'aide par peur de « surcharger » le pays qu'ils ont combattu et sont morts pour protéger. Pour les femmes de confort asservies abusées, violées, torturées et assassinées par les Japonais. Pour le Sewol Ferry Tragedy, qui a commencé à couler le matin du 16e avril 2014, où 304 des 476 passagers à bord, dont 250 étudiants ont péri ; coincé sur un ferry en train de couler, tandis que le capitaine et l'équipage se sont échappés, disant aux passagers à bord de rester où ils étaient. Obéissant à leurs aînés (cet attribut précieux enraciné depuis la naissance), les étudiants ont placé leur confiance dans les ordres donnés, ils sont restés où ils étaient, attendant d'être secourus. Un sauvetage qui n'a jamais été tenté, un sauvetage qui n'est jamais venu.
Parents, famille, enseignants, camarades de classe et survivants hystériques, échoués sur le rivage, recevant toujours des messages des étudiants restants piégés à l'intérieur qu'ils étaient toujours en vie dans ce qui était un navire presque complètement submergé. Des parents impuissants à faire autre chose que de regarder la dernière partie visible du navire couler devant eux.
Et puis plus rien.
Le silence, alors que le choc et l'ampleur de la tragédie qui venait de se dérouler devant eux s'installaient.
Un moment de silence incrédule avant les cris sanglants et gutturaux que seul un parent qui vient de perdre son enfant peut émettre.
Des images publiées plus tard ont révélé au monde les 20 dernières minutes de certains des étudiants piégés à l'intérieur. Dont les souvenirs me hanteront pour toujours, des visages que je n'oublierai jamais. Des messages d'amour et d'excuses aux proches, qui produisent encore de la douleur physique à entendre.

Regarder mon peuple souffrir, mourir de la manière la plus horrible, ressentir l'indignation accablante et le chagrin insupportable qui a consumé notre nation maintes et maintes fois, mais être incapable d'être là avec eux, de pleurer avec eux ; n'as-tu jamais pensé à quel point ces moments seraient douloureux ?
Avez-vous déjà imaginé combien d'agonie cela causerait juste d'observer ma langue maternelle? Quand tout apparaît, sonne et semble si naturel, jusqu'à ce que vous vous en souveniez, rien de tout cela n'a de sens pour vous. Vous ne pouvez pas le déchiffrer. Vous ne le comprenez pas. Vous ne pouvez pas le parler.
Avez-vous déjà réfléchi au prix que votre petite fille paierait pour cette vie «meilleure» dont vous étiez si sûr qu'elle allait mener?
Si vous, ma propre Mère, ne pouviez pas trouver en vous-même le courage de m'élever, que ce soit par honte, par déshonneur, ou simplement pour être un « bâtard » (OUI, mes papiers d'adoption utilisent en fait ce mot !), si vous craigniez pour moi, pour les préjugés, la discrimination et la stigmatisation que j'aurais subis si nous étions restés ensemble en Corée, comment pourriez-vous penser que me jeter dans un monde de blanc où j'étais peut-être l'un des 5 Asiatiques pendant plus de 18 ans de ma vie serait à mon avantage ? Pensiez-vous honnêtement que ceux du monde occidental ne me rejetteraient pas ? Me rabaisser, utiliser mon statut d'adopté coréen contre moi de la manière la plus humiliante et dégradante qui soit ? Si tu; ma propre mère, ma propre famille, mon peuple et mon pays me considéraient comme rien de plus qu'un produit destiné à l'exportation, pourquoi quelqu'un d'autre le ferait-il ?

Si vous êtes effectivement décédé en 2009, vous êtes décédé à l'âge de 46 ans.

Je sais que tu ne m'as jamais cherché, tu n'as jamais essayé de savoir où j'étais.
Et maintenant tu es parti, (peut-être), je ne sais pas.
Le fait que je ne sache pas m'enrage, me consume d'un désespoir et d'un désespoir désespérés.
Mais si tu es parti...
Comment peux-tu partir et ne jamais dire au revoir ?
Comment as-tu pu partir sans jamais tendre la main, sans jamais essayer de me trouver ?
Ne te souciais-tu pas de comment j'étais ou d'où je finissais ?
Comment as-tu pu me laisser avec autant de questions sans réponse ?
Pas de photo pour que je me souvienne de toi, pour étudier ton visage, pour mémoriser.
Pas de dernier mot de sagesse ou de conseil.
Pas de lettre d'explication.
Rien.
Juste un silence sans fin et creux.

Et ainsi, à l'intérieur de l'adulte devenu adulte, demeure encore, la petite fille effrayée, confuse, rejetée, abandonnée, qui ne grandira jamais. Qui ne saura jamais pourquoi tu ne la voulais pas, pourquoi tu ne l'as pas gardée ? Ce que tu as vu en elle qui t'a tellement repoussé que tu l'as rejetée de l'autre côté des mers ; gardant l'existence de la petite fille que vous avez eue il y a tant d'années un secret honteux, vous avez littéralement emmené avec vous dans votre tombe.

Michelle a publié d'autres articles sur son expérience en tant qu'adopté coréen à l'étranger à Trimestriel coréen.

C'est une semaine noire pour les adoptés en Europe

par Soorien Zeldenrust & Dong-Mi Engels qui écrivent cet article au nom de la Coaching d'adoptés et d'accueil (AFC), Pays-Bas.

Image : Charlie Mackesy

Rester immobile avec aujourd'hui, avec la vie, survivre et abandonner. Vous êtes fatigué et vous ne voulez plus ressentir. Vous souhaitez trouver un chemin, loin de la douleur et de la tristesse.

Une journée où 6 rapports de suicide d'adoptés internationaux, qui ont tous eu lieu le jour du Nouvel An et aux alentours, sont maintenant arrivés à nos collègues Adoptee & Foster Coaching (AFC). Un d'Inde, deux de Corée, tous les 3 adoptés aux Pays-Bas ; un d'Inde, un du Chili, tous deux adoptés en Belgique ; un du Chili adopté en Allemagne.

Rendre l'insupportable supportable

Votre corps est brisé au moment où vous vous êtes séparé de votre plus grand engagement : votre mère et vos origines. Une fois dans une nouvelle famille et dans un autre pays, vous serez obligé de vous attacher à cela. Non seulement de l'environnement, mais aussi de vous-même pour survivre. En tant qu'enfant, vous ne pouvez rester avec vous-même qu'en vous adaptant. Lorsque des « problèmes » surviendront plus tard, ils seront minimisés ou votre environnement essaiera de le « réparer ». Après tout, vous étiez si bien ajusté (lire : dévasté).

Vous vieillissez, le sentiment inoubliable d'être différent de votre environnement reste présent au plus profond de vous et remonte lentement à la surface. Bientôt, vous ne pouvez plus ignorer les problèmes relationnels (récurrents), les problèmes sur le lieu de travail ou les problèmes de santé. Où devriez-vous le chercher et avec qui devriez-vous être ? Y a-t-il quelqu'un qui peut vraiment comprendre ce que vous vivez et ce que vous ressentez ? Généralement pas dans votre voisinage immédiat et pas non plus chez les professionnels habituels. Et pourtant, vous voulez mettre fin à la douleur intense, à la tristesse non traitée et au (double) chagrin. Vous souhaitez mettre fin au désir d'une maison ou d'un endroit, ce désir de hiraeth, un profond mal du pays.

Certains d'entre nous atteignent un point où ils ne veulent plus ressentir tout cela et ne peuvent plus gérer la confrontation. Ils se sentent également coupables envers leurs parents adoptifs parce qu'ils ne supportent pas la pression d'être « heureux ». Ils en ont fini.

En partageant ces pensées désespérées et ces plus grandes peurs avec des personnes partageant les mêmes idées, vous pouvez surmonter cela et vous sentirez que vous n'êtes plus seul. Ça va vraiment mieux. Vous pouvez gérer cette douleur et apprendre à l'embrasser parce que vous la comprendrez et n'aurez plus jamais à la porter seule.

En tant qu'entraîneurs de l'AFC, nous ne pouvons malheureusement pas empêcher ce qui s'est passé le jour de l'an dernier. Il y a des personnes adoptées qui ne voient pas d'issue. Tout ce que nous pouvons faire, c'est être là pour vous lorsque vous êtes prêt à nous contacter et à demander de l'aide. En reconnaissant et en partageant, nous voulons vous faire savoir que vous n'êtes pas seul et qu'il y a un endroit pour apprendre et être vous-même, avec toutes vos questions, tristesse, peurs et pensées. Faites-vous connaître et faites-vous entendre. Nous fournissons une oreille attentive, un suivi correct et la sensibilisation nécessaire au monde extérieur.

Contactez-nous à AFC ou tout professionnel adopté situé dans le monde si vous souhaitez de l'aide.

Vous pouvez contribuer à sensibiliser les personnes adoptées au risque accru de suicide en partageant notre publication. Voir aussi le Monuments commémoratifs des adoptés internationaux de l'ICAV page.

Dans le monde, les adoptés internationaux se suicident 4 à 5 fois plus que la moyenne des personnes non adoptées. Cela se produit surtout lorsque les adoptés ne peuvent pas trouver leurs premiers parents et proches et qu'ils sont très vulnérables pendant la saison des vacances.

Pour les milliers de compagnons adoptés qui ne sont plus parmi nous, nous partageons Le double concert de Bach en ré mineur 2e mouvement en leur honneur.

Hilbrand Westra, fondateur de l'AFC

Un jour de plus sans toi

par Pradeep (Philippe Mignon)
Fondateur Empreintes Vivantes pour les adoptés sri lankais, Belgique

Un jour de plus sans toi.

Mais ce jour est spécial car si j'en crois mes papiers d'adoption, c'est ton anniversaire aujourd'hui.

Et aujourd'hui, je me fiche qu'ils se trompent.

Aujourd'hui, vous auriez 69 ans.

Il ne se passe pas un jour sans que je pense à toi.

Il ne se passe pas un jour sans que tu ne me manques.

Il ne se passe pas un jour pour ne jamais revenir.

Il ne se passe pas un jour sans me redonner espoir.

Mais pas un jour ne passe sans que je me l'enlève aussi.

Peut-être qu'un jour nous nous reverrons.

Peut-être qu'un jour tu feras demi-tour.

Et ce jour-là, je serai là aussi, et je ne t'en voudrai pas.

Puissiez-vous prendre soin de vous pendant que je vous trouve.

Où que tu sois, quoi que tu fasses, je t'aime maman.

L'agonie brutale du calme après la tempête

par Kara Bos, née en Corée du Sud et adoptée aux USA.
(Traduction française aimablement fourni par Nicolas Beaufour)

Cela fait deux mois depuis le jour fatidique du verdict de mon procès où j'ai été reconnue comme étant la fille de mon père coréen biologique, 99.981% par le tribunal de la famille de Séoul. J'ai eu d'innombrables interviews et il y a actuellement 10 pages de Google qui hébergent les nombreux articles écrits sur mon procès paternel et mon parcours de recherche. J'aurais et n'aurais pas pu imaginer que cela arriverait, et je suis toujours en admiration devant tout cela. Cependant, 2 mois après que les projecteurs et le choc de ce qui s'est passé s'installent enfin. Je me rends compte que dans ma vie de tous les jours et dans mon voyage de recherche de ma mère, rien n'a vraiment changé. Je ne sais toujours pas qui elle est et je n'ai pas pu la rencontrer. Je suis de retour à la maison avec ma belle famille et je traverse la vie comme je le faisais auparavant, et je continue d'être ignoré par mon père et sa famille. La douleur et les questions qui accablaient le cœur auparavant sont toujours présentes, et même si des victoires ont été remportées et que je suis encouragé par de nombreuses communautés d'adoptés/non adoptés, mon voyage de recherche se poursuit sans aucun espoir réel de boucler la boucle. Je suis à nouveau en mode survie au fil des jours et j'essaie de me concentrer sur l'ici et maintenant ; profiter de la vie incroyable que j'ai, de la famille incroyable que j'ai, mais au fond de mon esprit, je suis toujours en train de souffrir de ces questions sans réponse auxquelles j'ai travaillé si dur pour obtenir des réponses.

C'est incroyable comment nous, en tant qu'adoptés, gérons tout cela si je le dis moi-même. On s'attend à ce que nous oubliions le traumatisme entourant nos circonstances d'arrivée dans nos nouvelles familles. On s'attend à ce que nous avancions, et non pas à traîner sur de simples choses du passé, car à quoi cela servira-t-il ? On s'attend à ce que nous soyons reconnaissants et heureux pour la nouvelle vie qui nous a été donnée et si nous osons rechercher nos racines, alors qu'est-ce qui s'est passé dans notre enfance pour que nous ayons jamais ce désir ? Ne sommes-nous pas heureux ou reconnaissants pour nos familles actuelles ? J'ai été pas mal critiqué depuis que mon procès a fait la une des journaux du monde entier de la part d'étrangers et même de proches avec ce type de questions. Aussi souvent que je le dis, je peux m'en débarrasser, bien sûr, ça fait mal. Comment se fait-il que les gens soient si ignorants de l'adoption et des complexités impliquées ?

C'est devenu mon mantra aux côtés de la justice réparatrice pour le droit à l'origine des adoptés ; pour éduquer la personne ordinaire dans la rue à gagner, même si c'est un peu de compréhension que l'adoption est tellement plus complexe que ce qu'elle était et est toujours actuellement emballée et vendue : les parents adoptifs sont des sauveurs et les enfants adoptés ont été sauvés de la pauvreté et devraient être reconnaissants pour la nouvelle vie qui leur a été donnée. Je veux vous dire que la plupart des adoptés sont reconnaissants pour leur nouvelle vie, comme on nous l'a dit depuis que nous étions jeunes. La plupart des adoptés ont également peur de rechercher leurs origines ou leur famille biologique car ils estiment que ce sera une trahison envers leurs familles adoptives. La plupart des adoptés tomberont également dans une crise d'identité à un moment donné de leur vie, car la plupart sont élevés dans une société caucasienne homogène et il est naturel qu'ils reconnaissent à un moment donné qu'ils ne sont pas eux-mêmes de race blanche. Lorsque la plupart des adoptés effectuent une recherche, il n'est absolument pas question de savoir s'ils sont reconnaissants ou non pour leur famille ou leur vie, et s'ils aiment ou non leur famille ou ont une bonne relation avec elle. Cela a tout à voir avec le besoin fondamental de savoir en tant qu'être humain d'où l'on vient et de chercher des réponses à ces questions de la vie.

Mon procès était représentatif d'une fille à la recherche de sa mère et de tous les événements culminants qui ont conduit à ce jour fatidique du 12 juin 2020. Je n'ai jamais imaginé même trouver un membre de la famille, sans parler de mon père; et je n'aurais jamais imaginé que je porterais plainte contre lui. J'ai répété d'innombrables fois dans mes interviews et sur toutes les plateformes de médias sociaux que cela n'avait jamais été mon objectif. Si mon père ou sa famille avaient donné des réponses à qui ma mère était discrètement, pense-t-on vraiment que j'irais jusqu'à ces moments atrocement douloureux ? N'ai-je pas, en tant qu'adopté, le droit de connaître ces réponses ? Le droit à la vie privée d'une famille biologique l'emporte-t-il sur mon droit de connaître mes origines ? Ce sont des questions qui circulent maintenant à cause de mon procès et des interviews que j'ai faites. Des milliers de Coréens en Corée, pour la première fois peut-être, ont discuté de mes actions et dans l'écrasante majorité de ces commentaires, ils étaient en faveur de la prise de responsabilité de mon père et de sa décision de me dire qui est ma mère. Le tribunal a également accepté la reconnaissance légale de moi-même en tant que fille de mon père, le forçant à m'ajouter à son registre de famille même si mon dossier d'adoption clos de 1984 à Holt m'a complètement dépouillé de toute famille en Corée.

La question demeure, est-ce que ça va continuer ? Mon action en justice créera-t-elle réellement un précédent et entraînera-t-elle un changement systémique ? Ou cela portera-t-il préjudice à la quête de recherche de naissance comme le prétendent certains critiques ? Seul le temps nous le dira, mais j'espère que le gouvernement coréen accordera une justice réparatrice au droit à l'origine d'un adopté lorsqu'il révisera la loi sur l'adoption de 2012. Par conséquent, assumer la responsabilité de son rôle en renvoyant plus de 200 000 adoptés et en nous permettant notre endroit légitime pour retrouver le chemin du retour « à la maison ».

Quand il est temps de rentrer à la maison

Dans mon premier message, j'ai exprimé mon souhait de partager quelques événements vécus par peu, voire aucun, adoptés grecs. Retrouver ma mère biologique, Hariklea Voukelatos, à l'âge de 30 ans a été un cadeau inestimable. Douze ans plus tard, Hariklea a fait une demande remarquable qui a changé la vie de ma famille pour toujours et rend mon histoire d'adoption vraiment unique.

C'était l'été 2007, et j'étais content d'être de retour en Grèce après deux ans d'absence. Mon itinéraire habituel consistait à passer quelques jours à Athènes avec mes cousins avant de prendre le bus pour Patras pour rester avec Hariklea, ma mère biologique. Un coup de téléphone a tout changé. Lorsque la cousine Zoe a téléphoné à Hariklea pour lui dire que j'étais arrivé, j'ai eu le pressentiment que quelque chose se passait lorsque leur conversation a duré plus longtemps que ce qui semblait nécessaire. Malgré tout, je n'étais pas préparé à l'annonce de Zoé : « Maria, Hariklea a fait d'autres projets pour ton week-end. Elle veut que tu viennes à Patras aujourd'hui. « Pourquoi aujourd'hui ? » J'ai demandé. "Parce qu'Hariklea veut rentrer chez elle dans son village sur l'île de Lefkada et que tu vas l'y emmener", répondit Zoe. Son commentaire a été accueilli par un silence de mort. Ensuite, tout le monde a commencé à parler en même temps et à parsemer Zoe de questions. Elle a calmé tout le monde et a poursuivi : « Hariklea a quitté Nikolis il y a 44 ans en tant qu'adolescente enceinte et effrayée. Maintenant, c'est une vieille femme qui veut voir sa maison d'enfance une dernière fois avant de mourir. Lorsque vous arriverez à Patras, elle louera une voiture pour le trajet. Tu resteras avec mes parents, Thodoris et Marianna. Hariklea a même prévu un traducteur pour votre visite. Nous nous sommes assis en silence, chacun de nous essayant de comprendre ce que cela signifiait pour la famille lorsque la cousine Eve est allée droit au but et a déclaré: «Il y a quarante-quatre ans, votre mère a été forcée de quitter Nikolis à cause de vous. Maintenant, 44 ans plus tard, elle peut retourner à Nikolis grâce à vous. En deux phrases courtes, Eve avait articulé l'ironie de la demande d'Hariklea. C'était compréhensible et profond.

Quelle folle matinée ! En deux heures, j'étais passé de siroter un café sur la plage à un banc en bois dur dans une gare routière. Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais les changements brusques dans mes plans étaient minimes par rapport à la transformation totale de la vie de ma famille grecque. Tous ces changements n'ont fait qu'augmenter mon anticipation du voyage à venir.

Je suis monté dans le bus pour Patras et me suis installé dans mon siège. En regardant par la fenêtre la campagne familière, les souvenirs de ma première visite à Lefkada en 1996 sont revenus. Avec la grâce de Dieu, un embranchement sur la route et la lettre « N », Bev et moi avions trouvé le petit Nikolis accroché à un flanc de montagne escarpé lors de notre premier jour de recherche. Mes oncles ont été plus qu'un peu choqués de rencontrer l'enfant que portait Hariklea lorsqu'elle a quitté l'île. Entendre la femme adulte debout devant eux était leur nièce devait être comme voir un fantôme du passé. Nous avons partagé un repas qui a commencé avec un peu de tension mais s'est terminé avec Thodoris qui m'a accueilli dans la famille.

Trois heures plus tard, j'arrivais à Patras et prenais un taxi jusqu'au domicile d'Hariklea. Une drôle de petite voiture violette était garée devant avec un moteur trois cylindres anémique. Parfait pour notre voyage, il convenait aux routes étroites et obtenait une bonne consommation d'essence. Nous avons rangé nos sacs et sommes montés dans la voiture. Installée, Hariklea m'a regardé et m'a dit : « Pame » (« Allons-y »).

Conduire ensemble pendant des heures avec une barrière linguistique inévitable fait pour un voyage difficile. Nous avons réussi à discuter de choses simples, et bien qu'il n'y ait pas eu grand-chose à dire, beaucoup de choses ont été communiquées. Dévalant la route, je me suis demandé ce qui pouvait être plus raisonnable qu'une mère et sa fille rentrant chez elles pour rendre visite à leurs proches. Rien, sauf que nous n'étions pas une mère et une fille ordinaires, et que la maison était restée invisible pendant quatre décennies. L'importance de ce que nous faisions n'était pas du tout perdue pour nous.

Cinq heures et 15 virages en épingle à cheveux plus tard, nous sommes entrés dans l'allée de l'oncle Thodoris. Il y avait des câlins et des baisers tout autour alors que lui et Marianna sortaient pour nous saluer. Une fois à l'intérieur, nous avons été présentés à notre traducteur, Kalliopy, un ami de Thodoris. Hariklea et moi nous sommes installés dans notre chambre avant de rejoindre les autres à la table de la cuisine. Nous sommes restés debout pendant des heures à parler, à rire et à boire du krasi (vin) fait maison de Thodoris. Vers minuit, Kalliopy rentra chez lui et nous nous couchâmes. Demain allait être un grand jour.

Nous étions debout le lendemain matin en sirotant un café quand on frappa à la porte. Je l'ai ouvert pour trouver un homme minuscule, âgé, les mains dans les poches, les yeux larmoyants et les lèvres tremblantes. Il tremblait en demandant à entrer. À la minute où il a vu Hariklea, il s'est précipité vers elle aussi vite qu'il a pu, l'a embrassée et a sangloté. Kalliopi a expliqué qu'il s'appelait Andreas Adipas, un ami d'enfance de Nikolis. Ils étaient assis l'un contre l'autre sur des chaises de cuisine, se tenant comme de vieux amis et partageant leurs nouvelles. La scène tendre qui se déroulait devant nous a fait pleurer tout le monde. Quelle tristesse ces deux amis avaient perdu une vie d'amitié. Andreas fut le premier villageois à accueillir Hariklea chez lui, ce qui signifiait que la nouvelle s'était répandue : Hariklea Voukelatos était de retour à Lefkada.

L'excitation dans la maison était palpable alors que nous nous changions de vêtements et que nous nous préparions à partir pour Nikolis. Nous étions tous attendus pour déjeuner avec Nikos et Zahareena. Nous étions cinq, donc Thodoris et Marianna ont ouvert la voie dans son camion avec Hariklea, Kalliopi et moi suivant derrière. Le trajet a été court, mais personne n'a parlé en cours de route. Je voulais qu'Hariklea ait le temps de se préparer alors que nous roulions sur les routes escarpées et venteuses qu'elle n'avait pas vues depuis son adolescence. Nous passâmes devant le champ où poussait encore la dot de neuf oliviers de sa mère ainsi que le pressoir à olives que nos pères avaient partagé. J'ai tourné à droite au panneau qui menait les voyageurs à Nikolis et en quelques minutes je me suis garé devant l'ancienne maison d'Hariklea.

Vous trouverez des détails sur le retour d'Hariklea chez elle après 44 ans dans mon livre récemment publié : Au-delà de la troisième porte : basé sur une histoire vraie (Vancouver, WA, 2019)

Sur Marie

Recherche et réunion d'adoptés internationaux

J'ai récemment été contacté par un chercheur qui voulait savoir si nous pouvions partager nos expériences sur l'impact de la recherche et de la réunification sur nous. J'ai décidé que c'était une bonne raison de rédiger un document de perspective attendu depuis longtemps.

Je ne savais pas que ce document finirait par être un livre car il comprend plus de 40 adoptés internationaux, contribuant à 100 pages !

Les questions posées pour stimuler le type de réponses que je cherchais étaient :

  • De quel pays d'origine êtes-vous ? Dans quel pays d'origine avez-vous été adopté et à quel âge ?
  • À votre avis, qu'est-ce qui vous a poussé à chercher ? Était-ce quelque chose que vous avez toujours voulu faire ou avez-vous atteint un point de votre vie qui a suscité le désir ? Quelles étaient vos attentes ?
  • Comment avez-vous effectué votre recherche ? Quelles ressources avez-vous utilisées ? Quels obstacles avez-vous rencontrés ?
  • Quel résultat avez-vous eu ? Quel impact cela a-t-il eu sur vous ? Comment cela a-t-il affecté votre relation avec votre famille adoptive?
  • Quelle a été l'expérience de maintenir une relation avec votre famille biologique? Quels obstacles avez-vous rencontrés ? Qu'est-ce qui vous a été utile pour naviguer dans cette partie de votre vie ?
  • Comment avez-vous intégré votre recherche et/ou vos retrouvailles dans votre sens de qui vous êtes ? Cela a-t-il changé quelque chose ? De quelle manière?
  • Que pourraient faire les professionnels, les gouvernements et les agences pour aider à la recherche et aux réunions pour les adoptés internationaux comme vous ?

Ces questions n'étaient que des lignes directrices et les personnes adoptées étaient encouragées à fournir des informations supplémentaires sur le sujet.

Tous les types de résultats ont été inclus, que les recherches aient été réussies ou non.

Cette ressource fournira aux adoptés un large éventail de perspectives à considérer lorsqu'ils envisagent les problèmes liés à la recherche de la famille d'origine. Le document fournira également au grand public et aux personnes impliquées dans l'adoption internationale une meilleure compréhension de la manière dont un adopté vit la recherche. Les gouvernements, les agences et les organisations de recherche professionnelle ont un retour direct sur ce qu'ils peuvent faire pour améliorer le processus pour les adoptés internationaux.

Search & Reunion: Impacts & Outcomes Perspective Paper

Affectation....
Français
%%footer%%