Rétablir la connexion des adoptés haïtiens avec leurs parents biologiques

par Sabine Isabelle adopté d'Haïti à Canada.

Rétablir les liens entre les adoptés d'Haïti nés de parents inconnus et leurs parents biologiques.

Le côté obscur

Avant le 1er avril 2014 : date de signature de la Convention de La Haye en Haïti. Des milliers d'adoptés sans identité ont été adoptés à l'international avec une mention nés de père et de mère inconnus ou parfois le prénom d'un « seul parent ». Parmi ses enfants, plusieurs ont malheureusement été confiés à l'adoption non plénière à travers la traite des êtres humains en tous genres. Certains enfants veulent simplement retrouver leur famille biologique parce qu'ils sentent qu'ils n'ont pas accès à leurs antécédents médicaux, à leur identité légitime.

Des études ont montré que de nombreux enfants issus d'adoptions vivent avec des traumatismes avec des impacts psychologiques allant du suicide aux effets neurodéveloppementaux dus à leur adoption. Plusieurs ont été confiées à des familles adoptives bienveillantes mais mal préparées à accueillir un enfant fragilisé par la blessure de l'abandon, de plus beaucoup d'entre elles ont connu un double abandon de leurs parents adoptifs en étant placées dans un centre d'accueil ou une seconde famille adoptive.

Une infime fraction des parents biologiques commencent lentement à retrouver leurs enfants biologiques. Certains témoignent qu'ils n'ont pas sciemment donné leurs enfants à l'adoption, mais qu'ils ont plutôt confié temporairement les biens et qu'à leur retour à l'orphelinat l'enfant avait été confié à l'adoption sans leur consentement et sans aucune possibilité d'information pour trouver un contact avec ces enfants dans d'autres cas de parents biologiques se sont fait dire que le parent biologique était mort alors que c'est faux et tant d'autres situations ne sont pas toutes nommées. Il s'agit d'un enfant qui a été adopté dit sans identités réelles et/ou sans identités de leurs 2 parents biologiques n'était pas hors de tout doute raisonnable, adoptable. Des enquêtes, des thèses et de nombreux témoignages montrent également que seuls 10% de ces enfants étaient en fait de véritables orphelins. Puisque certains d'entre nous sont maintenant en âge de faire des démarches pour retrouver nos familles biologiques, nous sommes stupéfaits d'assister à tous ces défauts cachés.

Un autre problème se profile à l'horizon : les manquements à se faire aider par les différents établissements tels que : orphelinat, hôpital qui nous demande de donner des sommes d'argent pour obtenir nos informations légitimes… Nous voilà donc nouvellement confrontés à des soi-disant bons samaritains qui nous proposent mener nos recherches pour eux aussi une somme d'argent, un cercle déstructuré et corrompu qui perdure. C'est un appel à la méchanceté. Comment distinguez-vous le bon du mauvais Samaritain étranger ? Nous avons et laisserons un héritage identitaire vide que nous laisserons à nos enfants et à nos générations futures. En tant que pionniers de cette génération expérimentale sur l'adoption internationale en Haïti nous sollicitons votre soutien sous toutes ses formes afin de rétablir l'équilibre.

Soumission originale en français

Rétablissons les liens entre les adoptés d'Haïti nés sous l'appellation de parents inconnus et leurs parents biologiques.

Le côté sombre 

Avant le 1euh avril 2014 : date de la signature de la convention de La Haye en Haïti .Des adoptés sans identité ont été adoptés à l'international avec une mention nées d'une mère et d'un père inconnu ou parfois le prénom d'un seul parent . Parmi ses enfants, plusieurs ont été malheureusement attribués à l'adoption non plénière à travers un trafic d'humains de tout genre. Certains enfants veulent tout simplement retrouver leur famille biologique puisqu'ils n'ont pas accès à leurs antécédents médicaux, leur identité légitime. 

Les études ont démontrées que plusieurs enfants problèmes de c'est adoptions vivent avec des traumatismes ayant des impacts psychologiques allant du suicide aux effets neuro développementaux qui sont dus à leur adoption. Plusieurs ont été confiés à des familles adoptives bienveillantes mais mal préparés à accueillir un enfant fragilisé par la blessure d'abandon, d'ailleurs nombreux de ceux-ci ont vécu un double abandon de leurs parents adoptifs en étant placé dans un centre accueille ou une deuxième famille adoptive. 

Une infime partie de parents biologiques commence tranquillement à retrouver leurs enfants biologiques. Certain ne pas avoir de données leurs enfants à l'adoption en tout connaissance de cause mai plutôt les avoirs autorisés à témoigner temporairement et qu'à leur retour à l'orphelinat l'enfant avait été donné en adoption sans leur consentement et sans aucune possibilité d' information pour retrouver le contact avec ces enfants dans d'autres cas des parents biologiques se sont faits dire que le parent biologique était mort alors que c'est faux et tant d'autres situations pour ne pas tous les nommés. C'est enfant qui ont été adoptés sans identités réelles et/ou sans identités de leurs 2 parents biologiques n'était pas hors de doute raisonnable, adoptable. Des enquêtes, thèses, et nombreux témoignages présentent également que seulement 10 % de ces enfants étaient en fait réellement orphelins. Puisque certains de nous sommes maintenant assez âgés pour entreprendre des démarches de recherche pour retrouver leur famille biologique, nous assistons avec stupéfaction à tous ces vices cachés. 

Un autre problème est à horizon ; fautes de se faire aider par les divers établissement tel que ; orphelinat, hôpital qui nous demande de donné des sommes d'argent pour obtenir nos renseignements légitimes… cercle sans structure et corrompus qui se perpétue. C'est un appel à la villigence .Comment distinguer le bon du mauvais samaritain étrangé ? Nous avons et nous laisseront un héritage identitaire vide que nous laisserons à nos enfants et à nos futures générations. En tant que pionniers de cette génération expérimentale sur l'adoption internationale sur Haïti, nous sollicitons votre soutien à toutes sous ses formes afin de rétablir l'équilibre.

Annuler mon adoption

par Netra Sommer né en Inde, adopté au Danemark; officiellement n'est plus "adopté".
L'histoire de Netra a été diffusée au Danemark sur la télé et en presse écrite, novembre 2020.

D'aussi loin que je me souvienne, quand j'étais enfant, je n'étais pas heureuse. Ce n'était pas ma place. Ce n'étaient pas mes parents. Je ne pouvais pas leur ressembler. J'étais toujours différent.

Ils n'ont jamais parlé de l'Inde, ne se sont jamais intéressés à mes origines alors que j'ai toujours été très curieuse de mon identité. J'ai eu tant de questions. Pourquoi étais-je ici ? Je ne suis pas danois. Je ne pourrais jamais être ce qu'ils voulaient que je sois.

En vieillissant, j'ai réalisé qu'il y avait une chose qui n'allait pas dans ma vie – c'était mon adoption. Je ne pensais qu'à cette adoption et à quel point j'étais malheureux. J'ai grandi avec beaucoup de violence. On m'a toujours dit que je n'étais pas assez blanc ; Je devais être ceci ou cela pour être danois. Le message que j'ai toujours reçu était que je devais être quelque chose d'autre qui n'était pas moi. Ma personnalité était si différente de la leur – j'aimais les couleurs, j'aimais la musique. Ils ne voulaient rien de tout cela pour moi. Tant de choses m'ont rappelé que j'étais toujours si différent et pas l'enfant de mes parents.

J'ai quitté la maison très jeune. Quand j'étais un jeune adulte à 18 ans, j'ai découvert que je pouvais annuler mon adoption – sauf au Danemark, le problème était que j'avais besoin de la signature de mes parents adoptifs et ils ne voulaient pas la donner. Je leur ai dit que c'était la seule chose que je voulais et que je ne demanderais jamais rien d'autre. Ils ont dit : « Non, nous avons tellement fait pour vous avoir, nous voulons être une famille. Nous pensons que vous êtes malade à la tête, alors non. Chaque année, je demandais. J'ai poussé et poussé. Ils ont toujours dit non. « Maman et moi sommes fatigués de toi. On ne peut plus vivre comme ça. Nous ne pouvons pas gérer cela. Vous êtes un psychopathe qui n'a aucune pensée pour nous et à quel point cela nous impacte de vous faire annuler cette adoption ». Tout cela a été communiqué par SMS et e-mails car je refusais de les voir un jour.

Il y a deux ans, j'ai rencontré un journaliste. Elle s'intéressait beaucoup à ma vie. Elle savait que j'avais parlé d'adoption dans ma communauté. Je lui ai dit que je voulais annuler l'adoption pour redevenir l'enfant de ma mère. Ces Danois n'étaient pas mes parents – il n'y a ni amour ni compréhension, rien à quoi je puisse m'accrocher. Lorsqu'elle en a appris davantage sur mon expérience, elle a réalisé que c'était un problème difficile sans le consentement de mes parents et s'est demandé comment cela pourrait être résolu.

J'ai essayé de nouveau et j'ai envoyé un texto à mes parents. Cette fois, ils m'ont dit ce qu'ils voulaient en retour. Je devais emporter toutes mes affaires d'enfance à la maison – ce qui signifiait que je devais y aller. Ils avaient aussi une liste de questions auxquelles ils voulaient que je réponde. J'ai répondu que non, je ne reviens pas. J'ai proposé à un de mes amis de récupérer mes cartons d'effets d'enfance. Ils ont essayé de l'impliquer mais elle a refusé. Ils m'ont envoyé une lettre pleine de questions auxquelles ils voulaient que je réponde. Ils voulaient une explication sur des choses comme comment je pense que cela a un impact sur ma sœur, pourquoi je ne les envisageais pas, si les choses dans mon enfance avaient été si mauvaises, etc. Je n'avais pas l'impression de devoir justifier ce que je voulais. Je n'ai pas eu de leurs nouvelles pendant longtemps – ils étaient en colère que je ne réponde pas à leurs questions, alors ils refusaient de coopérer avec ma demande.

Le journaliste voulait aider avec mon histoire. Avec l'aide de sa société de production, l'histoire de ma vie a été filmée et comment j'ai voulu annuler mon adoption. Nous ne pouvions pas prédire ce qui se passerait ensuite. Mes parents adoptifs ont créé beaucoup de drames et à de nombreux moments, nous nous sommes demandé si les choses allaient arriver un jour.

Soudain, ils ont envoyé un message. « Nous avons vu que vous ne voulez pas répondre à nos questions mais nous voulons annuler. Envoyez-nous les papiers avec votre signature et votre date ». Alors je suis allé chercher les papiers, je les ai signés, je les ai filmés et je les ai envoyés. J'ai ensuite été contacté par un avocat par courrier qui m'a dit que je n'avais pas signé les papiers. Tout le monde savait que je les avais signés. J'étais tellement épuisé de me battre contre ça. Chaque fois qu'il y avait quelque chose de nouveau qu'ils faisaient pour jouer leur jeu. J'étais tellement fatigué d'eux. J'ai découvert qu'ils ne communiqueraient avec moi que par l'intermédiaire de l'avocat, alors j'ai découvert ce qu'elle voulait, j'ai fait exactement ce qu'elle a dit, j'ai signé et envoyé à nouveau les papiers. Ils jouaient à un jeu de pouvoir pour me montrer qui contrôlait.

Soudain, par une chaude journée d'été, mon oncle a appelé. Il a dit : « Il y a une lettre pour vous ». Je leur avais demandé de lui envoyer les papiers signés. Maintenant, je devais attendre car il était parti en vacances mais revenait bientôt.

Le jour de son retour, je me suis assis et j'ai attendu sous le soleil étouffant. L'équipe du téléfilm était avec moi pour filmer ce qui allait se passer. Nous étions tous assis à attendre. Mon oncle a ouvert la lettre. J'étais si calme et l'équipe de tournage m'a demandé comment je me sentais, pourrais-je expliquer ? Mais je ne pouvais pas. Je n'avais pas de mots. Ensuite, mon oncle a sorti les 2 papiers et a dit : « Maintenant, vous êtes libre ! » Enfin, après plus de 10 ans à demander ! Tout ce à quoi je pouvais penser était de retourner chez moi, mon bateau. Je ne connais pas les mots pour décrire ce que je ressentais.

Le lendemain, j'ai envoyé les papiers au gouvernement qui m'a dit d'attendre encore un mois jusqu'à ce que l'annulation soit officielle. J'ai prévu une grande fête pour fêter ça. La veille de ma grande fête, une dame m'a appelé. Elle était l'avocate du gouvernement. Elle a dit : « Je veux juste être sûre que vous voulez annuler votre adoption ». Après avoir répondu, elle a appuyé sur le bouton de son ordinateur et a dit : « C'est maintenant annulé ».

L'annulation officielle m'est parvenue par e-mail. J'ai montré à l'équipe de télévision. J'étais tellement ravie ! Je leur ai dit : « Je ne suis plus adopté ! J'ai retrouvé mon nom indien ! Ensuite, nous avons fait la fête. Je pense que c'est à ce moment-là que j'ai réalisé pour la première fois que j'étais enfin libre. Mais j'ai réalisé aussi que maintenant je n'ai personne qui soit mon parent. Si je meurs, personne ne sera averti. D'après mes papiers indiens, je n'ai ni parents, ni parents, ni sœurs. C'était la première fois que j'avais un peu peur si quelque chose m'arrivait ; et si je voulais que quelqu'un reprenne mon bateau ? J'aurais besoin d'organiser un testament et de m'assurer que mes affaires sont soignées.

D'après mes papiers indiens, j'ai été trouvé par un policier dans les rues de Bombay, je n'ai donc aucune véritable information d'identification. Il a été estimé sur deux documents différents que j'avais 1 an ou 3 mois quand j'ai été trouvé. Mon adoption s'est faite via une agence d'adoption danoise qui n'existe plus. Il y a tellement de choses que je veux découvrir. Je ne suis pas retourné en Inde mais je veux le faire dès que possible. J'ai besoin de savoir ce qui s'est passé, quelle est la vérité sur mes origines. Je veux faire un autre documentaire sur mon retour en Inde lorsque COVID sera terminé.

Les seuls mots d'expérience que je peux offrir aux autres adoptés sont que si vous souhaitez annuler votre adoption, assurez-vous que c'est ce que vous voulez vraiment. il n'y a pas de retour en arrière. Il y a beaucoup d'obstacles pour y arriver. La plupart des parents ne voudront pas être d'accord parce que c'est une perte d'enfant pour eux. Mais je crois vraiment qu'il est important que les adoptés aient le choix. Je souhaite qu'au Danemark ou dans tout autre pays, les adoptés puissent annuler les adoptions sans avoir besoin de l'autorisation des parents adoptifs. Ils nous ont achetés quand nous étions enfants – pourquoi devraient-ils toujours décider de notre destin ?

Beaucoup de gens jugent et pensent que je ne suis pas reconnaissant d'être au Danemark. Cela me dérange que tant de gens continuent de participer et d'acheter un enfant. Je pense que la plupart des mères veulent leur enfant si elles ont d'autres options. Le résultat final de l'annulation de mon adoption est de me retrouver sans parents, sans héritage, d'être très seul et, bien sûr, d'avoir une famille adoptive très triste et en colère. Ils m'ont maltraité mais la loi au Danemark était difficile et n'a pas soutenu mes souhaits en raison du délai de prescription qui signifiait pour les cas historiques d'abus, je n'ai pas pu porter plainte. J'ai tout fait pour être libre. Heureusement, l'annulation de mon adoption ne m'a pas coûté financièrement – je n'ai pas eu besoin d'un avocat et la société de médias a été d'un soutien incroyable, ainsi que mes amis et ma propre « famille » qui sont là pour moi.

Une suite entretien et article a été partagé sur l'histoire de Netra Sommer.

Je veux récupérer mes frères

par Erika Fonticoli, né en Colombie adopté en Italie.

Que sont les frères et sœurs ? Pour moi, ce sont des alliés petits ou grands de tout ou pas de combat. Au cours de ma vie, j'ai réalisé qu'un frère ou une sœur peut être l'arme gagnante contre chaque obstacle qui se présente et, en même temps, cette proximité réconfortante que l'on ressent même lorsqu'il n'y a pas de bataille à mener. Un parent peut faire beaucoup pour ses enfants : donner de l'amour, du soutien, de la protection, mais il y a des choses que nous ne dirions jamais à un parent. Et… et un frère ? Il y a des choses dans ma vie que je n'ai jamais pu dire à personne, et bien que j'aie une relation amour-haine avec ma sœur depuis l'enfance, il n'y a rien de moi qu'elle ne sache pas.

Au pire moment de ma vie, quand j'étais si blessée et que j'ai commencé à avoir peur de faire confiance au monde, elle était la main que j'ai attrapée parmi mille autres. Nous sommes deux personnes totalement différentes, peut-être que nous n'avons en commun que l'espièglerie et l'ADN, mais elle reste quand même la personne dont je me sens le plus compris et soutenu. J'aime mes parents adoptifs, j'aime mes amis, mais elle, c'est l'autre partie de moi. Parfois, nous sommes convaincus que la puissance d'une relation dépend de la durée de celle-ci ou de la quantité d'expériences vécues ensemble. Ouais, eh bien.. Je n'ai pas partagé beaucoup de moments avec ma sœur, ce n'était pas une relation facile la nôtre, mais à chaque fois que j'en avais besoin, elle était toujours à mes côtés. Je n'avais rien à dire ni à demander de l'aide, elle l'a entendu et a couru vers moi.

Et les frères retrouvés à l'âge adulte ? Peut-on dire qu'ils valent moins ? J'ai été adopté à l'âge de 5 ans, avec ma sœur qui avait 7 ans. Pendant 24 ans, j'ai cru n'avoir qu'une autre version de moi-même, elle. Puis, lors de la recherche de mes origines, j'ai découvert que j'avais deux autres frères, un peu plus jeunes que moi. Ma première réaction a été le choc, la confusion, le déni. Émotion, surprise et joie ont suivi. Enfin, à ces émotions s'ajoutaient l'égarement et la peur d'être rejetés par elles. Après tout, ils ne savaient même pas que nous existions, ma grande sœur et moi étions des étrangers pour eux. Alors… comment pourrais-je me présenter ? Je me suis posé cette question au moins cent fois jusqu'à ce que, plongé dans une riche soupe d'émotions, je décide de sauter. Je ressentais en moi le besoin irrépressible de les connaître, de les voir, de leur parler. C'était peut-être la chose la plus absurde que j'aie jamais vécue. « Bonjour, ravie de vous rencontrer, je suis votre sœur ! », leur ai-je écrit.

Y penser maintenant me fait rire, et pourtant à l'époque je pensais que c'était une si belle façon de se connaître. Ma sœur cadette, comme je le craignais, m'a rejeté, ou peut-être rejeté l'idée d'avoir deux autres sœurs dont elle n'avait jamais entendu parler. Les premiers mois avec elle ont été terribles, durs et pleins d'émotions battantes, motivées à la fois par son désir d'avoir d'autres sœurs et par sa méfiance de croire que c'était réel. Ce n'était pas facile, pour elle j'étais un parfait inconnu et pourtant elle avait le sentiment inexplicable d'être liée à moi, le sentiment de me vouloir dans sa vie sans même savoir qui j'étais. Elle me rejetait et pourtant elle ne pouvait pas ne pas me chercher, elle me regardait comme si j'étais quelque chose à étudier, parce qu'elle était choquée qu'elle ressemble tellement à quelqu'un d'autre qu'elle n'avait jamais vu depuis 23 ans .

Avec mon frère c'était totalement différent, il m'a tout de suite appelée « sœur ». Nous avons parlé sans cesse depuis le début, des nuits blanches à se raconter, découvrant peu à peu être deux gouttes d'eau. Il était mon frère dès le premier instant. Mais comment est-ce possible ? Je ne sais pas. Quand je suis parti à leur rencontre, parti à l'autre bout du monde, tout cela m'a semblé tellement fou. Je n'arrêtais pas de me dire : « Et s'ils ne m'aimaient pas ? », et je me demandais ce que ça ferait de me retrouver face à eux. La réponse? Pour moi, ce n'était pas de se connaître pour la première fois, c'était de les revoir. Comme quand tu t'éloignes et que tu ne revois pas ta famille depuis longtemps, puis quand tu rentres à la maison pour les revoir
vous vous sentez ému et courez les serrer dans vos bras. C'était mon premier moment avec eux ! Un moment de larmes, une étreinte sans fin, suivi d'un rapide retour enjoué et affectueux comme si la vie ne nous avait jamais séparés même un seul jour.

Alors… valent-ils moins ? Ma relation avec eux est-elle moins intense et authentique que celle avec ma sœur, avec qui j'ai grandi ? Non. Je pensais avoir une autre moitié de moi, maintenant j'ai l'impression d'en avoir trois. J'en vois un tous les jours, j'entends constamment les deux autres pour des messages ou des appels vidéo. Il y a des choses dans ma vie que je ne peux dire à personne, des choses que seuls mes trois frères savent, et dans les moments les plus difficiles de ma vie maintenant j'ai trois mains que je saisirais sans y penser. J'aime ma famille, mes parents adoptifs et ma mère biologique, mais mes frères et sœurs sont la partie de mon cœur sans laquelle je ne pourrais pas vivre. Les avoir dans ma vie me remplit de joie, mais en avoir deux si loin de moi creuse en moi un gouffre qui se transforme souvent en cri de manque et de nostalgie. Des larmes derrière lesquelles se cache le désir de partager avec eux toutes les années qui nous ont été enlevées, les expériences et les moments fraternels que je vis avec eux depuis seulement vingt jours en Colombie.

Comme je l'ai dit plus haut, à mon avis, peu importe la durée d'une relation ni le nombre d'expériences vécues ensemble mais la qualité… ceci dit, même ces rares moments nous semblent un rêve encore irréalisable. Dans les périodes les plus importantes et les plus délicates de notre vie, nous nous sentons souvent dépassés par l'impuissance et l'impossibilité de nous soutenir mutuellement, car malheureusement un mot de réconfort ne suffit pas toujours. On peut s'écrire, s'appeler, mais rien ne remplacera jamais la chaleur d'un câlin quand on sent que son cœur souffre.

Dans la phase la plus douloureuse et traumatisante de la vie de ma petite sœur, quand elle a commencé à avoir peur du monde, quand elle pensait qu'elle ne méritait que des coups et des insultes, quand elle pensait qu'elle n'avait personne, je lui ai écrit. Je lui écrivais tous les jours, inquiète et triste, et même si j'essayais de lui transmettre mon amour et ma proximité, je sentais que je ne pouvais pas en faire assez. Je me sentais impuissante et inutile, je sentais qu'il n'y avait rien que je puisse faire pour elle, parce que quand je me sentais écrasée par la vie, c'était l'étreinte de ma sœur aînée qui me faisait me sentir protégée. Et c'est ce que ma petite sœur voulait à ce moment-là, un câlin de ma part, quelque chose de si petit et
simple que je ne pouvais pas le lui donner car la distance m'en empêchait. Et notre frère non plus parce qu'il a grandi aussi loin, dans une autre famille. Je ne savais pas quoi faire, comment je pouvais l'aider, elle avait peur et était blessée. Je voulais qu'elle vienne vivre avec moi, elle et mon petit neveu, afin que je puisse m'occuper d'eux et les aider dans le moment le plus difficile de leur vie. Je l'ai étudié pendant des mois, recherche après recherche, puis j'ai découvert que malgré le test ADN qui a reconnu que nous sommes sœurs, le monde ne l'a pas fait.

Légalement, nous étions encore de parfaits inconnus, tout comme lorsque nous avons parlé pour la première fois.

J'aimerais que la loi donne la possibilité aux frères et sœurs séparés de l'adoption d'être réunis si tel est le désir des deux, que la loi nous permette de jouir de ces droits que seul un lien familial offre. Nous n'avons pas décidé de nous séparer, cela a été choisi pour nous, mais nous ne voulons blâmer personne pour cela. Nous souhaitons juste avoir la chance de passer le reste de notre vie en famille, une famille sentimentale et légale à toutes fins utiles. Ce ne doit pas être une obligation pour tout le monde, mais une opportunité pour ces frères biologiques dont le lien a survécu. Une chance pour nous, parfaits inconnus, qui, malgré tout, nous appelons famille. Peut-être que quelqu'un se retrouvera dans ce que j'ai ressenti et que je ressens encore, peut-être que quelqu'un d'autre ne le fera pas, mais précisément parce que chaque histoire est différente, je pense qu'il devrait y avoir une chance d'une fin heureuse pour tout le monde. Le mien serait de récupérer mes frères.

Le droit à l'identité

par Maria Diemar, née au Chili élevée en Suède. Vous pouvez accéder à son blog sur Je possède mon histoire Maria Diemar où elle a publié ceci le 23 août.

Le droit à son identité,
est-ce un droit humain ?
Est-ce un droit humain pour tout le monde ?

Où vous appartenez,
les circonstances d'où vous venez,
est-ce important à savoir ?

Est-il possible de supprimer l'historique d'une personne ?
Envisageriez-vous de supprimer l'historique d'une autre personne ?

Qu'est-ce qui est illégal ?
Qu'est-ce qui est contraire à l'éthique ?
Quelles sont les irrégularités ?

Ces dernières années, j'ai découvert de plus en plus mon histoire.
De découvrir que je suis Ingegerd Maria Olsson dans les registres au Chili,
réaliser que je peux voter,
et renouveler mon passeport de 1975,
comprendre qu'il semble que je n'aie jamais quitté le Chili, le pays où je suis né.

D'après mon passeport chilien,
J'habite dans une rue d'un quartier d'affaires de Rancagua.
Selon d'autres documents,
Je vis avec une assistante sociale à Santiago.
Nous sommes probablement plus de 400 enfants vivant à cette adresse :
Monseigneur Müller 38.

Je « vis » au Chili, et je vis aux États-Unis.
Je suis inscrit sur les listes électorales au Chili,
et en Suède, j'ai un passeport suédois et je peux récupérer un passeport chilien quand je le souhaite.

Ma naissance n'a jamais été enregistrée à l'hôpital où je suis né.
Je suis un enfant de personne.
Au lieu d'un acte de naissance,
un protocole a été écrit dans lequel des étrangers ont témoigné que je suis né le jour de mon anniversaire.

Au Chili, je suis inscrit comme orphelin
parce qu'une Suédoise, Anna Maria Elmgren, m'a arrangée et inscrite au registre au Chili.
J'ai un nom suédois dans le registre chilien.
je suis Ingegerd Maria Olsson au Chili.

je suis orphelin
mais j'ai une mère dans les documents du tribunal de Temuco.
Dans les documents du tribunal, j'ai une mère.
Une mère qui me donne.

J'avais 44 ans quand j'ai fait un test ADN,
puis j'ai réalisé que je suis Mapuche.
Je viens d'un peuple autochtone.

Être un enfant d'Autochtones,
ce détail est quelque chose que quelqu'un a oublié de mentionner.
Un détail qui n'a pas trop d'importance.
Ou est-ce?

Le droit à son identité est-il un droit pour tous ?
Qui décide cela ?

#adopté #adopté #volé #Ilégal #adoption #Chile #victime #trafic #Sverige #Adoptionscentrum #Sverige #adopterad #chileadoption #3T3T3T3ThumainmapT #nomassilendroite #

Recherche de famille bolivienne

par Atamhi Cawayu, doctorant à l'Université de Gand (Belgique) et à l'Université catholique bolivienne 'San Pablo' (Bolivie). Avec Vicente Mollestad et Teresa Norman, ils dirigent Réseau des adoptés boliviens.

Cet article de blog a été initialement publié sur le profil Facebook et le compte Instagram d'Atamhi. @déplacé.alteño

À la recherche de l'activisme de la première famille et de l'adopté : quelques réflexions

En 1993, j'ai été déplacé/adopté en Belgique alors que j'avais six mois. D'après mes papiers, j'ai été retrouvé nouveau-né dans la ville d'El Alto en Bolivie. Depuis mes vingt ans, j'ai commencé à revenir et à renouer avec la Bolivie. Ces deux dernières années, je vis plus en Bolivie qu'en Belgique et je me considère « basé en Bolivie ». Au cours de toutes ces années, j'ai tenté de rechercher des informations sur mon passé pré-adoptant. Depuis juin, avec un ami bolivien adopté, nous avons commencé notre recherche ici en Bolivie en lançant une grande campagne pour nous rendre visibles.

Réflexion 1 : Poser des affiches dans la ville

En juin 2020, mon ami et moi avons commencé à préparer nos recherches pour nos proches boliviens en concevant des affiches et en les plaçant dans diverses rues et quartiers des villes de La Paz et El Alto. Ce n'est pas la première fois que je me lance dans la recherche de premières familles, ces dernières années j'ai effectué des recherches pour d'autres adoptés boliviens, ce qui a parfois conduit à des retrouvailles. Cependant, la recherche est difficile, surtout lorsque vous n'avez pas de noms, de lieux ou quoi que ce soit qui puisse mener à nos familles. 

En Bolivie, il y a une autorité centrale responsable de l'adoption internationale, pourtant il n'y a pas de soutien d'organisations ou d'institutions qui peuvent vraiment nous aider. Dans nos cas, nous avons des informations limitées, mais d'autres adoptés ont le nom complet de leur mère, ou les noms des membres de la famille. Même dans leur cas, c'est souvent un voyage bureaucratique pour obtenir plus d'informations. De plus, la plupart d'entre nous ne connaissent pas la langue, ne connaissent pas le système et n'ont pas toujours le temps de chercher. 

Quand j'ai commencé à faire mon doctorat sur ce sujet, mon objectif a toujours été d'avoir non seulement une meilleure compréhension du système d'adoption en Bolivie, mais aussi de « casser » le système et de comprendre quels indices sont nécessaires pour retrouver sa famille. D'ailleurs je pense qu'il est important de documenter les histoires des premiers parents et de prendre en compte leurs expériences si l'on veut vraiment faire une évaluation honnête du système d'adoption. 

En préparant les affiches, en faisant le design, en payant les tirages, je ne pouvais penser qu'à une chose : nous, en tant qu'adoptés adultes, avons les ressources pour commencer cette recherche et la faire de manière presque professionnelle. Nos parents n'avaient probablement pas la même quantité de ressources, et même s'ils en avaient, leurs histoires étaient considérées comme moins intéressantes que les nôtres en ce moment.

Réflexion 2 : S'engager avec les médias télévisés

Après notre première série d'affiches, nous avons reçu un message d'un journaliste d'une chaîne de télévision bolivienne qui s'est intéressé à nos histoires. Quelques jours plus tard, ils nous ont interviewés et cela a été diffusé un jour plus tard. Depuis lors, notre histoire a été couverte par les médias télévisés nationaux en Bolivie et a reçu beaucoup d'attention. Les médias sont un mal nécessaire. Cela a beaucoup aidé à rendre nos cas visibles, mais il est difficile de contrôler les questions. Ils ont aussi leur propre récit qu'ils veulent montrer.

Ces expériences m'ont fait réfléchir sur plusieurs choses. Nos histoires ont été largement présentées comme des « bébés abandonnés » retournant en Bolivie, après avoir été adoptés à l'échelle internationale, mais ce récit fait déjà beaucoup d'hypothèses sur le fait que nos mères nous abandonnent. En lisant la section des commentaires (je sais que je ne devrais pas le faire), une grande partie des téléspectateurs ne comprenaient pas pourquoi nous cherchions quelqu'un « qui ne nous cherche pas ». Mais c'est tellement plus complexe... 

Dans mon cas, j'ai été retrouvé, mais je ne sais pas ce qui s'est réellement passé. Il est facile de supposer que j'ai été «abandonné» par l'un de mes parents, mais je ne sais pas. Dans mes recherches sur les premiers parents, j'ai rencontré plusieurs parents qui n'ont jamais donné leur enfant à l'adoption, l'ont fait dans des circonstances vulnérables, ou ont même subi des pressions par des intermédiaires (et je ne parle même pas de kidnapping et d'adoption illégale). Pourtant, dans de nombreux cas, ils étaient intéressés de savoir ce qui est arrivé à leurs enfants, s'ils étaient encore en vie, s'ils ont bien fini, etc. Une partie de notre activisme consiste aussi à parler de cet autre aspect de l'adoption. Ce n'est pas toujours un conte de fées comme beaucoup de gens le pensent. Nous faisons partie d'un système qui exploite les inégalités mondiales, déplace les corps bruns/indigènes pauvres du Sud vers le Nord, et préfère la parentalité du Nord global à la parentalité du Sud global. 

Il est irritant que les gens ne comprennent pas la complexité et la violence que l'abandon et l'adoption peuvent entraîner. Même si nos parents voulaient nous chercher, ils ne pourraient pas nous trouver car nous avons été relogés et déplacés vers d'autres continents. Lorsque je recherche ma « famille », c'est pour me rendre disponible, afin qu'ils sachent que je suis ici en Bolivie et que je suis prêt à être en contact avec eux. 

Réflexion 3 : La violence de l'adoption internationale

Dans les jours qui ont suivi notre première interview, diverses chaînes de télévision boliviennes nous ont appelés pour une interview. Notre histoire a été diffusée dans tout le pays par la radio, la télévision et les journaux. Nous avons essayé de profiter de ce moment pour ouvrir la discussion sur l'adoption transnationale.

Au cours des entretiens, nous avons essayé de mentionner que pour nous les adoptés, il n'y a pas d'aide pour les personnes adoptées à la recherche. Ni dans nos pays d'adoption, ni en Bolivie. Nous devons presque tout faire nous-mêmes, et puis je ne parle même pas d'apprendre la langue, de comprendre les documents, de connaître la ville. Comme mon ami l'a mentionné dans plusieurs interviews, "la recherche est quelque chose de politique". Pour moi, chercher c'est faire quelque chose que tu n'étais pas censé faire. C'est ouvrir des histoires qui étaient censées être cachées, c'est faire quelque chose au sein d'un système qui a essayé d'effacer tout de votre être.

De plus, une autre idée dominante est d'avoir de la chance et de la chance d'être adopté à l'échelle transnationale. Un des journalistes m'a dit « tu dois avoir beaucoup de chance », « beaucoup de gens ici aimeraient être à ta place ». Au fil des années, j'ai rencontré beaucoup de gens, surtout ici en Bolivie, qui m'ont dit que je devais avoir de la chance d'avoir été sauvé de mon « misérable avenir » en Bolivie et d'avoir une vie « riche » en Europe. C'est comme si les gens pensaient que nous n'avions « gagné » qu'en étant adoptés à l'échelle internationale, mais ils oublient souvent que nous avons perdu beaucoup de choses. Je considère toutes les opportunités que j'ai du fait de mon enfance en Europe comme compensation pour tout ce que j'ai perdu, et j'ai tout perdu.

De mon point de vue personnel, la violence implicite dans l'adoption transnationale est d'être involontairement déplacé transcontinental, complètement coupé de nos ancêtres génétiques, déconnecté de notre communauté, culture, langue, nation, continent, et sans aucune possibilité de retrouver nos familles. Pour la plupart d'entre nous, la Bolivie deviendra un pays dans lequel nous avons vécu. De plus, toutes nos anciennes identités sont effacées afin que nous puissions renaître, rebaptiser, christianiser et assimiler nos pays d'adoption. Nous grandissons avec de parfaits inconnus que nous sommes censés aimer et appeler une famille. Nous sommes introduits dans une société qui ne veut pas de nous, qui nous racialise et nous discrimine, sans aucune communauté qui nous offre un abri ou une compréhension. Ce soi-disant système de protection de l'enfance – principalement au profit de parents adoptifs occidentaux aisés qui veulent réaliser leur rêve parental hétéronormatif – nous efface tout. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire coloniale que les systèmes de protection de l'enfance sont utilisés pour façonner, contrôler et effacer les identités des enfants autochtones, et la plupart des enfants adoptés en Bolivie sont d'origine autochtone, qu'ils soient Aymara ou Quechua. L'adoption transnationale est pour moi un projet colonial permanent de civilisation, de contrôle et de gestion des enfants des pays du Sud, les transformant de « sauvages » en citoyens « civilisés » au profit de la machine capitaliste du Nord. L'adoption transnationale n'aurait pas été possible sans une histoire de colonialisme et son regard colonial permanent vers les pays du Sud comme la Bolivie.

L'expérience de l'adopté est quelque chose de très divers. Je sais que certains adoptés peuvent ne pas être d'accord sur ce point et c'est très bien. Je sais aussi que d'autres adoptés pourraient se reconnaître dans ce que j'écris. Chaque expérience est valable. Cependant, mon combat et mon activisme sont structurels contre un système qui a causé beaucoup d'injustices et qui ne profite pas aux premiers parents et aux adultes adoptés. Comme un autre adopté me l'a dit un jour : nos parents n'avaient peut-être pas les ressources pour se battre pour leurs droits, mais nous en avons et nous nous battrons pour eux.

Lectures complémentaires

Dernier article de recherche d'Atamhi : De la blessure primitive à la blessure coloniale – Les adoptés boliviens se réapproprient le récit de la guérison

Mordu et souffrant

par Lily Valentino, colombienne adoptée élevée aux USA.

Nous, les adoptés, sommes passés maîtres dans l'art du compartimentage, je ne suis pas différent. Je peux continuer mon chemin, sans reconnaître, ignorer et mettre ma merde au fond du placard. Mais il ne manque jamais que quelque chose finira par me pousser à faire face à mes sentiments, et je vais généralement vers le bas pendant quelques jours, et parfois des semaines et des mois.

Hier était un de ces jours, c'était comme marcher dans un champ et se faire mordre par un serpent ! Cela s'est passé rapidement, mais pendant que cela se produisait, cela se passait au ralenti. Mais maintenant, il est près de 24 heures plus tard et je peux sentir ces mots couler dans mes veines comme le poison d'un serpent.

« ….ils ont été amenés dans ce pays, ont été dépouillés de leurs noms, de leur langue, de leur culture, de leur religion, de leur dieu et totalement éloignés de leur histoire »

Ce sont des mots que j'ai entendus en passant hier, qui étaient la piqûre initiale, la morsure, si vous voulez, qui m'a laissé littéralement abasourdi. Ces mots sont sortis de Luis Farrakhan, et pendant que je l'écoutais les prononcer, ça m'a frappé, il parlait des esclaves amenés en Amérique et moi aussi, moi aussi, j'ai été vendu et amené dans ce pays loin de ma terre natale , pour de l'argent.

Alors que ces mots glissaient dans ma gorge, j'ai pensé que je faisais partie d'une minorité, que j'étais hispanique et que ma mère adoptive blanche poussait et essayait de me faire sortir avec des hommes blancs. Comme elle parlait souvent de la façon dont elle voulait que j'épouse un Italien. Cette pensée me rend toujours malade et le terme « blanchiment » me vient à l'esprit comme étant son motif. Les souvenirs de la façon dont elle a parlé des Hispaniques en se référant à eux en utilisant l'insulte raciale, les « spics » se précipitent au premier plan de mon esprit.

Cela m'a laissé rétrécir dans mon siège pour le reste de la journée. Je m'étouffe en pensant à tout ce que j'ai perdu et continue de perdre, ma culture, ma langue, ma nourriture d'origine, mon nom, ma famille et mi tierra (ma terre). En pensant à la façon dont mon monde est littéralement coupé en deux (parce que ma famille biologique vit en Colombie et mon mari et mes enfants ici aux États-Unis), à quel point le vrai bonheur d'avoir mon monde combiné ne sera jamais atteint, la véritable appartenance est une ombre que je poursuis toujours comme le temps perdu.

Je suis assis ici mal à l'aise, luttant contre les larmes qui me remplissent les yeux. J'ai profondément réfléchi à ce cri soudain pour les droits de l'homme qui ne semble pas inclure les adoptés, pourtant nous suivons un chemin presque similaire à celui des esclaves d'il y a 300 ans. La différence, nous n'avons pas été achetés pour accomplir un travail physique mais pour remplir une position émotionnelle pour de nombreuses familles blanches. Certains d'entre nous ont été bien traités, faisant partie de la famille comme rien de moins que" tandis que d'autres sont restés des étrangers, forcés de s'intégrer dans un monde qui n'était pas le nôtre et punis émotionnellement et physiquement lorsque nous ne pouvions pas répondre à leurs besoins. Lorsque nous nous sommes défendus et avons décidé que nous ne voulions plus remplir ce rôle émotionnel envers un autre humain pour lequel nous avions été achetés ou résister aux abus, nous avons été chassés de la plantation et nous avons dit de ne jamais revenir.

Ce qui est fou, c'est que nous sommes en 2020 et que mes droits humains fondamentaux de connaître mon nom, de connaître ma culture, de grandir dans le pays où je suis né, de parler ma langue maternelle, bien que violés ne signifient rien, car personne d'autre que d'autres adoptés sont concernés, ou ont un sentiment d'urgence à propos de cette violation.

Porter votre destin

par Bina Mirjam de Boer adopté de l'Inde aux Pays-Bas, coach en adoption et en famille d'accueil @ Bina Coaching.

Récemment, il a été annoncé qu'il existe une société de substitution en Ukraine qui restera avec des centaines de bébés commandés mais non livrés en raison du coronavirus. Ils ne peuvent pas être récupérés pendant le confinement par leurs parents étrangers. Dans l'article de RTL 4, nous voyons des infirmières bouleversées et entendons l'avocat de la société d'adoption parler de l'importance pour ces bébés d'aller à leurs parents étrangers le plus tôt possible.

Ce qui est bizarre, c'est qu'en faisant appel à la GPA et/ou à la société d'adoption, ces bébés sont retirés de leur mère, de leurs origines et de leur pays de naissance et finissent dans une famille dont un, ou aucun, des parents n'est génétiquement leur parent. .

Le lundi 18 mai, le procès intenté par l'adopté du Sri Lanka, Dilani Butink, a été diffusé par lequel elle poursuit l'organisation d'adoption/fournisseur de permis. Stichting Kind en Future et l'État néerlandais. Son cas tiendra les deux parties responsables de son adoption frauduleuse. En effet, l'État néerlandais et les organisations d'adoption et / ou les titulaires de licences sont au courant des pratiques frauduleuses et du trafic d'enfants en provenance des pays d'origine depuis de nombreuses années. Néanmoins, des milliers d'enfants ont été adoptés légalement (et sans accord) de leur patrie aux Pays-Bas après avoir découvert le trafic. Pourtant, nous nous concentrons toujours sur le souhait d'avoir un enfant en premier.

Actuellement, le gouvernement néerlandais travaille à l'ajustement de la loi sur la maternité de substitution. Sous son apparence et autour de la croissance sauvage des fermes pour bébés, la mère porteuse et l'enfant doivent être protégés contre la maternité de substitution à l'étranger, mais l'Ukraine ne l'offre pas. C'est assez étrange parce que la cause de cette loi, c'est-à-dire créer des enfants d'une manière « non naturelle », affecte le droit de cet enfant à exister. Celui qui lit ce projet de loi constate rapidement que les droits de l'enfant et la sécurité de la mère ne sont pas suffisamment protégés et/ou respectés. La raison de cette loi est que nous avons toujours l'adoption internationale et la conception d'enfants par une mère porteuse donneuse et ce n'est pas un conte de fées ou une pensée altruiste.

En pensant à ce que mes parents adoptifs avaient l'habitude de dire lorsqu'on leur demandait si je leur étais reconnaissant pour ma nouvelle vie, à savoir qu'ils m'ont répondu que je n'avais pas à être reconnaissant. C'est parce qu'ils voulaient tellement un enfant et étaient si égoïstes qu'ils m'ont laissé venir de l'étranger.

Dans la plupart des cas, le souhait d'avoir un enfant n'est pas un souhait d'intégrer un enfant dans votre vie, mais un désir biologique de se reproduire ou d'avoir un enfant. S'il ne s'agissait vraiment que de l'enfant, les milliers d'enfants oubliés qui vivent dans des foyers pour enfants seraient collectés par des couples sans enfant. Le fait que nous vivions dans un monde où le souhait d'avoir notre propre enfant est exalté au-dessus des souhaits et de la santé de l'enfant, garantit que le marché financier continue de fonctionner qui domine le monde de l'adoption, des donneurs et de la maternité de substitution.

Pour réaliser ce souhait d'enfant à tout prix, on utilise des moyens qui ne peuvent se faire sans chirurgie médicale ou légale. Les mères d'outre-mer sont aidées à abandonner leur enfant au lieu de briser les tabous ou d'aider la mère à élever elle-même l'enfant, ou de laisser les liens familiaux légaux intacts, ce qui est mieux pour l'enfant. L'influence de la distance (la parentalité légale à élever au-dessus de la parentalité génétique) sur une vie humaine est encore compartimentée, niée et ignorée, avec toutes les conséquences.

Malgré toutes les histoires d'adoptés adultes et d'enfants donneurs adultes sur l'influence de la distance et d'un passé (en partie) caché ou des faibles taux de performance des familles composites, le souhait d'un enfant reste supérieur aux souhaits de l'enfant.

En 2020, nous ne sommes apparemment toujours pas conscients que ces actions non seulement soulagent les parents désireux du sort insupportable d'une existence sans enfant, mais les écartent également de leur responsabilité de porter leur propre destin. En même temps, nous veillons à ce que ces enfants soient accablés non sollicités, d'un sort insupportable. A savoir, une vie avec une identité cachée et une identité faite. Je ne veux pas dire qu'un couple sans enfant n'a pas droit à un enfant dans sa vie mais il existe d'autres moyens de laisser un enfant faire partie de sa vie sans donner à une mère et à son enfant un sort insupportable.

Les adoptés ne savent souvent pas qui ils sont, quand ils sont nés, quel est leur âge ou leur nom de naissance, de quel système familial ils sont issus ou quelle est leur histoire opératoire. Ils sont élevés avec l'idée qu'ils appartiennent à une famille différente dont ils sont génétiquement issus. Cependant, ce déshéritage légal ne coupe pas l'adopté de son système familial d'origine (c'est impossible) mais ils doivent découvrir dans leur vie d'adulte que le fondement sur lequel leur vie s'est construite n'est pas le bon. Les enfants donneurs recherchent le père et découvrent qu'ils ont des dizaines de (demi) sœurs et frères ou qu'ils sont jumeaux mais proviennent de pères donneurs différents. Les deux fois, c'est une question de demande pour un enfant et de mise à disposition.

De nombreuses personnes adoptées découvrent à un moment donné de leur vie qu'elles vivent avec un destin insupportable, qu'elles vivent dans une histoire surréaliste dont elles ont raté l'essence mais qu'elles ressentent leurs émotions dans leur corps. Cela vous fait également entendre que les adoptés disent souvent qu'ils ont l'impression de devoir survivre au lieu de prospérer.

J'espère que le procès juridique de l'adopté sri-lankais Dilani Butink contribuera à une prise de conscience croissante et à l'arrêt du trafic d'enfants de quelque manière que ce soit et que nous laissions le destin et la responsabilité à leur place. Comme l'a dit un jour un adopté coréen : « Préférez-vous mourir de faim ou mourir de tristesse ? .. une phrase que j'observe encore régulièrement lors des réunions de groupe avec les adoptés.

Je suis consciente que ne pas pouvoir avoir d'enfants est un destin insupportable alors qu'en même temps je constate et travaille quotidiennement avec les effets des conséquences de la distance et de l'adoption. Et c'est aussi insupportable pour beaucoup, malheureusement nous, adoptés et enfants donneurs, ne pouvons pas mettre de côté notre sort et les responsabilités que nous avons reçues et c'est un fardeau que nous devons porter non désiré comme une condamnation à perpétuité.

J'espère aussi que le procès judiciaire contribuera à obtenir de l'aide. En 2020, les gouvernements n'assument toujours pas l'entière responsabilité de détourner le regard de ces formes de trafic d'enfants dans le cadre de l'adoption internationale et de ses conséquences. Au final, à mon avis, la question demeure : oses-tu assumer tes responsabilités et porter le sort que tu as reçu ? C'est un choix de vivre sans enfants « faits maison » ou vous chargez une autre personne du sort de vivre sans son identité, sa famille et sa culture d'origine.

S'il vous plaît, apprenons de l'histoire et n'utilisons pas les enfants comme éclaircissement du destin, mais portons notre propre destin.

Qui suis-je maintenant ?

Par Maria Diemar de son blog sur Je possède mon histoire Maria Diemar

Qui je suis maintenant, après que l'histoire de ma vie a changé

J'ai toujours pensé que ma mère m'avait donné en adoption
J'étais un enfant abandonné
J'ai appris à croire que l'adoption est quelque chose de beau
Même si ça fait mal
Même si je me sentais abandonné
Même si je me sentais seul

J'ai cherché ma mère pendant tant d'années,
il était presque impossible de la trouver
jusqu'à ce que j'entre en contact avec Ana Maria au Chili

Quand Ana Maria a trouvé ma mère
j'ai appris la vérité
j'ai été volé à ma mère
à l'hôpital
juste après qu'elle m'ait donné naissance
Ma mère n'avait pas le droit de me voir ou de me tenir
Des gens à l'hôpital, une assistante sociale a vraiment essayé de la forcer
signer des papiers qu'elle voulait me donner en adoption
ma mère a refusé de signer des papiers

84 jours se sont écoulés,
depuis le jour où ils m'ont séparé de ma mère
dans la petite ville à la campagne au Chili
jusqu'à mon arrivée en avion à Stockholm en Suède.

Je suis venu en Suède avec des papiers
ça disait que je n'avais pas de famille qui puisse s'occuper de moi
il disait que ma mère m'avait laissé en adoption
je ne remets jamais ça en question
Mais je me sentais abandonné et seul

Aujourd'hui je connais la vérité
j'ai été volé et
séparé de force de ma mère

Peu de gens veulent voir la vérité
comme la société nous a appris que
l'adoption est quelque chose de beau

J'ai appris que l'adoption est sale
entreprise, et que
les gens font de l'argent
J'ai appris que l'adoption
est une industrie

Et je ne suis pas sûr,
qui je suis plus
si je ne suis pas cet enfant abandonné

j'ai été obligé d'y retourner
faire face à toutes mes peurs et
pour regarder mes choix et mes expériences

Aujourd'hui, quand je vois la photo de cette petite fille
dans mon passeport chilien
Je vois une fille triste,
tout seul au monde
sans aucun droit légal parce que
personne n'a pris le temps de s'assurer
je suis venu de la situation
qui était indiqué dans les documents

Après 6 mois j'ai été adopté,
selon la loi en Suède
malgré la loi chilienne

Qu'est-ce que l'adoption signifie pour vous?

Et s'il vous plaît, avant de répondre à cette question,
Qui es-tu?

Orphelin Bennie

Cet ensemble édité de 50 sérigraphies de Benjamin Lundberg Torres Sánchez répond à la résolution de l'ONU sur les droits de l'enfant (18/12/19) en remixant les bandes dessinées Little Orphan Annie avec l'autoportrait transnational d'adoptés. Inspiré des commentaires de Patricia Fronek (@triciafronek) et d'autres sur Twitter, il célèbre l'appel de l'ONU à la fin des orphelinats, tout en exprimant son scepticisme quant à ce à quoi une telle résolution ressemblera dans la pratique. Comment les systèmes d'adoption et de placement familial (évoqués ici par « Señora Hannigan ») pourraient-ils évoluer alors que nous nous efforçons vers l'abolition ? 

Les tirages signés, datés et numérotés coûtent $7 (USD) et peuvent être commandés par e-mail benjofaman@gmail.com. Les fonds soutiendront l'art et l'agitprop de l'abolition de l'adoption future. Pour plus de mon travail, visitez jointhebenjam.org

Lois sur l'adoption – SI

Pendant le Mois national de sensibilisation à l'adoption, il y avait un article intéressant qui faisait le tour d'un groupe Facebook de familles adoptives que je n'avais jamais vu auparavant. Cela m'a inspiré de partager du point de vue des adoptés internationaux ce que je changerais SI nous le pouvions.

La question était : « Si vous aviez le pouvoir de changer n'importe quelle loi sur l'adoption, que changeriez-vous ? Comme vous pouvez l'imaginer dans un forum de parents adoptifs, de nombreuses réponses étaient centrées sur les parents adoptifs et potentiels. J'ai partagé quelques-unes de mes premières réflexions, qui, sans surprise, dans ce groupe, n'étaient pas très populaires. Partageons donc mes réflexions ici car il s'agit essentiellement de ce que l'ICAV essaie de faire - nous nous exprimons pour aider les décideurs politiques et les responsables de la mise en œuvre à réfléchir à ce que leurs processus et pratiques font à l'enfant, aux adoptés pour lesquels cela est censé être. Certaines des réponses des membres de l'ICAV sont intégrées car nous avons eu une discussion assez active dans notre groupe Facebook pour les adultes adoptés à l'étranger.

Si je pouvais changer les lois sur l'adoption en tant qu'adopté à l'étranger, sans ordre particulier, je :

  • rendre illégal le trafic d'enfants via l'adoption internationale et garantir une voie légale pour la justice réparatrice et réparatrice, par exemple en nous permettant de retourner dans notre pays d'origine et/ou notre famille d'origine, si et quand nous le souhaitons ;
  • rendre illégal de nous reloger ou de nous renvoyer ;
  • rendre illégal le changement ou la falsification de notre identité d'origine, ce qui inclut les tests ADN des parents abandonnants pour confirmer leur filiation avec nous ;
  • rendre illégal de nous abuser ;
  • créer une voie légale pour poursuivre l'agence pour avoir omis d'évaluer psychologiquement nos parents de manière adéquate afin de garantir qu'aucun autre préjudice ne soit causé par l'environnement familial adoptif ;
  • faire une obligation légale pour tous les acteurs qui participent à la facilitation de l'adoption de fournir des soutiens post-adoption tout au long de la vie qui sont gratuits, équitables et complets, découlant d'un modèle tenant compte des traumatismes. Il faut détailler ce que la Post Adoption englobe, par exemple, les services complets de recherche et de réunion, la traduction de documents, les cours de langue, les activités culturelles, le conseil psychologique, les services de retour à la patrie, le libre accès à nos documents d'identité, etc.,
  • rendre illégal de tromper les parents biologiques, pour s'assurer qu'ils comprennent parfaitement ce que signifie l'abandon et l'adoption ;
  • rendre illégale l'adoption d'un enfant jusqu'à ce qu'il soit prouvé hors de tout doute qu'aucune famille immédiate, parent ou communauté locale ne peut soutenir et élever l'enfant ; cela doit inclure la preuve que la fourniture d'une gamme de soutiens financiers et sociaux a été offerte;
  • créer une voie légale pour que les orphelinats, les agences, les avocats et les juges soient poursuivis par les familles biologiques qui n'ont pas accès à leur enfant, en particulier dans les situations où ils changent d'avis ;
  • créer une voie légale pour poursuivre les pays qui ne donnent pas la citoyenneté ou expulser les adoptés internationaux ; cela inclut la suppression de ces pays qui acceptent ou envoient des déportés de toute convention internationale ;
  • rendre illégal la séparation de jumeaux ;
  • centraliser l'adoption, ramener la pleine responsabilité de l'adoption à l'État et supprimer le modèle privatisé des agences d'adoption internationale pour éliminer le conflit d'intérêts et le transfert de responsabilité ;
  • retirer de l'argent et des frais ;
  • rendre illégal pour les avocats privés de faciliter les adoptions internationales ;
  • faire en sorte que les adoptions d'expatriés passent par le même processus que les adoptions internationales dans le pays d'adoption plutôt que de pouvoir contourner les exigences plus strictes.
  • rendre illégales toutes les adoptions plénières ;
  • légaliser une nouvelle forme de prise en charge à l'échelle internationale qui intègre les concepts d'adoption simple, de prise en charge par la parenté, d'intendance, de prise en charge permanente et de modèles de tutelle qui assurent nos soins mais pas à nos frais en termes d'identité et de suppression de tout lien avec TOUS les parents ;
  • créer une loi qui permet aux adoptés le droit de refuser leurs parents adoptifs en tant qu'adultes s'ils le souhaitent ;
  • créer une voie pour assurer la double citoyenneté pour tous les adoptés internationaux, y compris la citoyenneté pour notre progéniture générationnelle, s'ils le souhaitent.

Ceci n'est qu'une liste de départ pour réfléchir aux lois qu'il faudrait créer ou modifier afin de protéger les droits des adoptés ! Je n'ai même pas commencé à discuter des lois qui seraient nécessaires à partir de nos perspectives familiales d'origine. Il serait intéressant d'entendre leur point de vue. Il faut s'interroger sur le biais actuel des lois existantes qui sont biaisées et protègent principalement les intérêts des adoptants au lieu d'un équilibre entre les trois et empêchent les intermédiaires de profiter des vulnérabilités de chacun des membres de la triade.

Il y aura toujours des enfants vulnérables qui auront besoin de soins, mais les lois actuelles sur l'adoption plénière sont archaïques et dépassées. Nous, les adoptés, savons par expérience qu'il existe de nombreuses lacunes et pièges dans les lois actuelles sur l'adoption plénière utilisées dans l'adoption internationale aujourd'hui.

Affectation....
Français
%%footer%%