Où est-ce que j'appartiens ?

par Charisse Maria Diaz, born as Mary Pike Law, cross cultural adoptee born in Puerto Rico

Pote de leche are Spanish words for “milk bottle”. Where I was born, this is how someone is described when they are too white. Yes, too white. That is what I was called at school when bullied. In my teens, I spent many Sundays sunbathing in the backyard of our home. This was one of the many ways I tried to fit in.

My tendency has been to consider myself a transcultural adoptee and not a transracial adoptee, because my adoptive parents were Caucasian like me. Recently, I realized their looks do not make my experience too different from the experience of any transracial adoptee. I was born in Puerto Rico from an American mother and English father and adopted by a Puerto Rican couple. Puerto Ricans have a mix of Native Taino, European and African genes, our skin colors are as varied as the colors of a rainbow. The most common skin tones go from golden honey to cinnamon. For some, I looked like a little milk-colored ghost.

My adoptive mother told me that an effort was made by the Social Services Department, which oversaw my adoption process, to make the closest match possible. She said the only things that did not “match” with her and my adoptive father were my red hair and my parents’ (actually, my natural father’s) religion. I was supposed to be an Anglican but was going to be raised as a Catholic. This was part of the brief information she gave me about my parents, when she confessed that they were not dead as I had been told at 7 years old. She also admitted that I was not born in Quebec, which they also made me believe. I was born in Ponce, the biggest city on the southern shore of the island. She gave me this information when I was 21 years old.

So, at 21 years of age, I discovered that I was a legitimate Puerto Rican born in the island, and also that my natural father was an English engineer and my natural mother was Canadian. I was happy about the first fact and astonished about the rest. Suddenly, I was half English and half Canadian. At 48 years old I found my original family on my mother’s side. Then I discovered this was a misleading fact about my mother. She was an American who happened to be born in Ontario because my grandfather was working there by that time. I grew up believing I was a Québéquois, after that I spent more than two decades believing that I was half Canadian. All my life I had believed things about myself that were not true.

I learned another extremely important fact about my mother. She was an abstract-expressionist painter, a detail that was hidden by my adoptive family in spite of my obvious artistic talent. I started drawing on walls at 2 years old. My adoptive parents believed that art was to be nothing more than a hobby, it was not a worthy field for an intelligent girl who respected herself and that happened to be their daughter. This did not stop me, anyway. After a bachelor’s degree in Mass Communication and a short career as a copywriter, I became a full-time painter at the age of 30. To discover that my mother was a painter, years later, was mind-blowing.

Identity construction or identity formation is the process in which humans develop a clear and unique view of themselves, of who they are. According to Erik Erikson’s psychosocial stages of development, this process takes place during our teen years, where we explore many aspects of our identities. It concludes at 18 years old, or, as more recent research suggests, in the early twenties. By that age we should have developed a clear vision of the person we are. How was I supposed to reach a conclusion about who I was, when I lacked important information about myself?

My search for my original family started when there was no internet, and it took me more than 20 years to find them. I did not arrive in time to meet my mother. A lifelong smoker, she had died of lung cancer. I connected with my half-siblings, all of them older than me. They were born during her marriage previous to her relationship with my father. Two of them were old enough to remember her pregnancy. They had been enthusiastically waiting for the new baby, just to be told that I was stillborn, news that hurt them so much. Before she passed away, my mother confessed to my siblings that I was relinquished for adoption. Through them, I learned what a difficult choice it was for my mother to let me go.

During my search, well-known discrimination against Latinos in sectors of the American culture gave me an additional motive to fear rejection. I didn’t know I had nothing to worry about. My siblings welcomed me with open arms. Reconnecting with them has been such a heartwarming, comforting, life-changing experience. We are united not only by blood, but also by art, music, literature, and by ideas in common about so many things, including our rejection of racism. It was baffling to learn that my opinions about society and politics are so similar to my natural parents’ points of view, which were different, and sometimes even opposite to my adoptive parents’ beliefs.

My siblings remember my father, their stepfather, fondly. With their help I was able to confirm on the Internet that he had passed away too. His life was a mystery not only to me, but to them too. A few years later, I finally discovered his whereabouts. He lived many years in Australia and was a community broadcasting pioneer. A classical music lover, he helped to establish Sydney-based radio station 2MBS-FM and worked to promote the growth of the public broadcasting sector. His contributions granted him the distinction of being appointed OBE by the British government. My mind was blown away for a second time when I learned that he had dedicated his life to a field related to mass communication, which was my career of choice before painting. My eldest half-brother on his side was the first relative I was able to contact. “Quite a surprise!”, he wrote the day he found out that he had a new sister. Huge surprise, indeed. My father never told anyone about my existence. Now I got to know my half-siblings and other family members on his side too. They are a big family, and I am delighted to keep in touch with them.

My early childhood photo

With each new piece of information about my parents and my heritage, adjustments had to be made to the concept of who I am. To be an international, transcultural, transracial adoptee can be terribly disorienting. We grow up wondering not only about our original families, but also about our cultural roots. We grow up feeling we are different from everyone around us, in so many subtle and not so subtle ways… In my case, feeling I am Puerto Rican, but not completely Puerto Rican. Because I may consider myself a true Boricua (the Taino demonym after the original name of the island, Borikén), but in tourist areas people address me in English, and some are astonished to hear me answer in Spanish. More recently, I have pondered if my reserved nature, my formal demeanor, my cool reactions may be inherited English traits. And getting to know about my parents, even some of my tastes, like what I like to eat and the music I love, has made more sense. But in cultural terms I am not American or British enough to be able to wholly consider myself any of these. Where do I belong, then? And how can I achieve completion of my identity under these conditions? It is a natural human need to belong. Many times I have felt rootless. In limbo.

A great number of international adoptees have been adopted into Anglo-Saxon countries, mostly United States and Australia, and many of them come from places considered developing countries. The international adoptee community, which has found in social media a great tool to communicate, receive and give support, and get organized, encourages transracial and transcultural adoptees to connect with their roots. My case is a rare one, because it is the opposite of the majority. I was adopted from the Anglo-Saxon culture to a Latin American culture. I never imagined that this would put me in a delicate position.

Puerto Rico has a 500-year-old Hispanic culture. I am in love with the Spanish language, with its richness and infinite subtleties. I feel so honored and grateful to have this as my first language. We study the English language starting at first grade of elementary school, because we are a United States’ territory since 1898, as a result of the Spanish-American war. We are United States citizens since 1914. We have an independentist sector and an autonomist sector which are very protective of our culture. Historically, there has been a generalized resistance to learning English. In my case, I seem to have some ability with languages and made a conscious effort to achieve fluency, for practical reasons but also because it is the language of my parents and my ancestors.

In 2019 I traveled to Connecticut to meet my eldest half-brother on my mother’s side. That year, a close friend who knew about my reunion with natural family told me that someone in our circle had criticized the frequency of my social media posts in the English language. Now that I am in touch with my family, I have been posting more content in English, and it seems this makes some people uncomfortable. But the most surprising part is that even a member of my natural family has told me that I am a real Boricua and should be proud of it. I was astonished. Who says I am not proud? I have no doubt that this person had good intentions, but no one can do this for me. Who or what I am is for me to decide. But the point is some people seem to believe that connecting with my Anglo-Saxon roots implies a rejection of Puerto Rican culture or that I consider being Puerto Rican an inferior condition, something not far from racism. Nothing could be farther from the truth! I was born in Puerto Rico and love my culture.

Puerto Rico’s situation is complicated, in consequence my identity issues became complicated. I am aware of our island’s subordinated position to a Caucasian English-speaking country; that this circumstance has caused injustices against our people; that our uniqueness needs to be protected and celebrated. Being aware sometimes makes our lives more difficult, because we understand the deep implications of situations. There was a time when I felt torn by the awareness of my reality: being Puerto Rican and also being linked by my ancestry to two cultures which for centuries dedicated their efforts to Imperialism. I am even related through my father to Admiral Horatio Nelson, a historical character that embodies British imperialism. How to reconcile that to my island’s colonial history and situation? Where I was going to put my loyalty? To feel that I was being judged for reconnecting to my original cultures – something every international adoptee is encouraged to do – did not help me in the task of answering these difficult questions.

Even when they were not perfect and made mistakes, my natural parents were good people with qualities I admire. The more I get to know them, the more I love them. The more I know them, the more I see them in me. If I love them, I cannot reject where they came from, which is also a basic part of who I am. Therefore, I have concluded that I cannot exclude their cultures from my identity construction process.

To connect to these cultures until I feel they are also mine is a process. I am not sure if I will ever achieve this, but I am determined to go through this process without any feelings of guilt. To do so is a duty to myself, to be able to become whole and have a real, or at least a better sense of who I am. And it is not only a duty, it is also my right.

Être vraiment considéré comme un adopté philippin

par Arlynn Hope Dunn, adopté des Philippines aux États-Unis; présenté à la 16e Consultation mondiale des Philippines sur les services de protection de l'enfance le 24 septembre 2021.

Mabuhay et bonjour ! Je m'appelle Hope et je vous rejoins de Knoxville, Tennessee, dans le sud-est des États-Unis. Merci à l'ICAB de m'avoir invité à faire partie de la Consultation mondiale sur l'adoption internationale. Je suis reconnaissant d'accéder aux ressources post-adoption de l'ICAB, qui ont été importantes dans mon processus de reconnexion à ma famille biologique. J'insiste sur le fait que mon histoire et ma réflexion d'aujourd'hui sont les miennes et ne parlent pas pour les expériences vécues par d'autres adoptés. J'espère que tous ceux qui écoutent nos témoignages aujourd'hui seront ouverts à diverses perspectives sur l'adoption, car elle nous influence tout au long de notre vie.

Mes débuts

Je suis né à Manille en décembre 1983 et en juillet 1984, j'ai quitté les Philippines avec mon assistante sociale pour rencontrer mes parents adoptifs et ma sœur de six ans qui a été adoptée de Corée. Nous avions une vie de banlieue idyllique et tranquille, ma mère était une femme au foyer et mon père était un géologue, qui voyageait souvent à travers le pays. Notre famille aurait probablement déménagé dans l'ouest pour accueillir le travail de mon père, mais nous n'avons jamais quitté le Tennessee. Mon père avait un diabète juvénile et a développé une pneumonie et est décédé trois jours avant mon premier anniversaire. Ma mère, une survivante de la polio, qui l'a laissée sans utiliser son bras droit, est soudainement devenue une mère célibataire de deux jeunes enfants sans parents proches. Le chagrin non résolu de la perte de mon père s'est répercuté dans notre famille pendant des années à travers le retrait émotionnel de ma sœur, qui était très proche de notre père. et ma soeur. Quant à moi, j'ai oscillé du rôle de soulagement comique pour absorber les tensions entre ma sœur et ma mère à l'autorégulation de mes propres émotions en accumulant de la nourriture comme un enfant et en embouteillant mes émotions, pour me faire rare et petit. Alors que j'ai grandi dans un foyer qui verbalisait l'amour, je reconnais maintenant des schémas de négligence et de codépendance qui ont eu un impact sur mon développement. J'ai également grandi à l'époque du début des années 90 où les normes sociales et les médias renforçaient le daltonisme plutôt que d'offrir la race comme une opportunité de discuter et de célébrer une diversité culturelle unique. 

Contrairement aux grandes communautés philippines de Californie, il y avait peu de diversité là où j'ai grandi, car la majorité de mon école et de ma communauté était blanche avec quelques étudiants noirs. J'étais l'un des trois étudiants asiatiques et nous avons tous été adoptés. Plutôt que de graviter les uns vers les autres, nous nous sommes appuyés sur différents groupes d'amis dans le cadre naturel de l'assimilation. De nous trois, j'étais plus calme et douloureusement timide, ce qui faisait de moi une cible facile d'intimidation. À l'âge de sept ans, on m'appelait le mot « N » dans le bus scolaire. On m'a dit que ma mère m'avait mis au monde dans une rizière. Ironiquement, au retour de l'année scolaire à l'automne, les filles affluaient pour toucher ma peau et me demander comment je suis devenue si sombre. À cette époque, j'étais si fière de ma peau foncée et je n'ai jamais appris le colorisme avant d'être adulte. Finalement, l'intimidation a diminué jusqu'après l'attaque des tours jumelles le 11 septembre 2001, où le racisme a refait surface et un autre étudiant m'a dit de me faire sauter avec le reste de mon peuple. En réponse, mon professeur m'a fait embrasser l'autre élève car à 17 ans, « ce n'était qu'un garçon ». La réponse de ma famille a été de me rappeler que je suis américain comme si cela suffisait à lui seul à résister et à dévier la violence verbale. J'ai tellement intériorisé la honte d'être différent, ce que j'ai assimilé à moins, que je suis devenu complice de mon propre effacement culturel et de la chute de l'estime de soi.

Jeune adulte

En tant que jeune adulte, j'ai lutté avec des jalons qui sont venus naturellement à mes pairs. J'ai échoué à la plupart des cours au lycée, mais mon directeur m'aimait bien et m'a laissé obtenir mon diplôme à temps. J'ai abandonné l'université sans avoir une idée de qui je voulais être à 21 ans. J'ai mis fin à une relation et à des fiançailles de six ans et je n'ai pas pu occuper un emploi à 23 ans. J'étais actif dans l'église évangélique mais des anciens m'ont dit que mon la dépression et les idées suicidaires résultaient de mon manque de foi. Finalement, j'ai acquis de l'expérience en travaillant avec des enfants. Je suis retourné à l'université à 27 ans tout en occupant plusieurs emplois et j'ai été accepté dans le programme d'assistant en ergothérapie, où j'ai acquis des outils de santé mentale, puis j'ai obtenu mon diplôme avec distinction et prononcé le discours de remise des diplômes.

En guise d'exutoire de mon emploi du temps chargé à l'université et au travail, j'aimais aller au cinéma seul et en 2016, j'ai vu un film qui a été le catalyseur de mon voyage pour trouver mon héritage.  Lion est un film sur la vraie vie de Saroo Brierly, qui a été élevé par ses parents adoptifs australiens et a finalement retrouvé sa première mère en Inde. Alors que Saroo est rassemblé dans les bras de sa première mère, un barrage d'émotions s'est brisé en moi, principalement la culpabilité d'avoir égaré le souvenir de ma première mère. Quelque chose au fond de moi, éveillé alors que j'assistais à ce bras de fer contre ses émotions, joué sur un écran de cinéma. J'ai vu un miroir qui m'a illuminé alors qu'il faisait des interférences entre deux mondes qui le voyaient rarement et les complexités de l'adoption et comment il était laissé seul à concilier ce poids insupportable.

Récupérer mon héritage philippin

J'ai commencé mon voyage pour récupérer mon héritage philippin à travers mon nom. Au cours des quatre dernières années, je suis passé de mon nom adoptif Hope à mon nom de naissance Arlynn qui signifie en gaélique « serment, s'engager ». Cela me donne du pouvoir de revenir à quelque chose que je sais maintenant avec certitude m'a été donné par ma première mère. Avant de commencer officiellement ma recherche dans mon histoire, j'en ai parlé à ma sœur, qui a soutenu ma décision. C'était plusieurs mois avant que je demande à ma mère si elle connaissait d'autres détails sur ma famille biologique que de la correspondance qu'elle m'avait donnée dans un classeur. Je sentais que je devais protéger ses sentiments comme si je voulais soudainement connaître ma première famille la blesserait. Elle m'a dit qu'il n'y avait aucune autre information. Plus tard, je découvrirais que c'était un mensonge.

Tout au long de ma vie, ma mère a continué à lutter contre son utilisation abusive des analgésiques sur ordonnance. Enfant, je me souviens que ma mère m'indiquait les flacons de médicaments qu'elle utilisait au cas où elle ne se réveillerait pas pour que j'appelle la police. Parfois, je dormais par terre à côté de sa chambre pour m'assurer qu'elle respirait toujours. J'avais 32 ans lorsqu'elle a dû être hospitalisée pour des symptômes de sevrage, elle m'a dit dans sa colère qu'elle aurait souhaité me laisser dans mon pays d'origine. Ça faisait plus mal que si elle m'avait giflé parce qu'elle ne s'en est jamais pris à mon adoption quand j'étais plus jeune. Je suis sortie de sa chambre avec l'impression d'avoir perdu un autre parent.

Finalement, ma maison d'enfance a été vendue et ma mère est allée se faire soigner dans une maison de retraite suite à une hémorragie cérébrale. Ma sœur et moi avons récupéré le coffre-fort de notre mère dans sa banque locale, qui, à mon insu, contenait mon étude de cas complète. Ma sœur m'a dit que je n'étais jamais censée savoir et notre mère lui a fait promettre de ne pas me le dire, quand elle était plus jeune. Je me suis assis seul dans ma voiture en sanglotant en lisant pour la première fois le nom de mon premier père car il n'était pas inscrit sur mon acte de naissance, auquel j'ai toujours eu accès en grandissant. Il détaille comment mes parents ont eu sept enfants et cinq d'entre eux sont morts pendant l'enfance de maladie. Mes parents se sont séparés tandis que mon père est resté avec leurs enfants survivants et ma mère est restée avec son neveu refusant de se réconcilier avec mon père ne sachant pas qu'elle était enceinte de moi. Au fil du temps, ma mère a commencé à errer loin de la maison et a été institutionnalisée. Après ma naissance, elle s'est à nouveau demandée loin de chez elle et s'est retrouvée à chanter pour elle-même. Après ma naissance, on m'a recommandé d'être placé dans un refuge temporaire pour enfants car ma mère n'était pas en mesure de s'occuper de moi. Une empreinte de pouce violette au lieu d'une signature a dirigé son acte de reddition pour moi aux autorités de protection sociale.

Famille perdue depuis longtemps

Recherche de famille biologique

Grâce aux ressources d'ICAB et de Facebook, j'ai pu localiser mon frère et ma sœur survivants et j'ai appris que mes parents biologiques sont décédés. Début 2021, j'ai pu retrouver les proches de ma première mère dont sa seule sœur survivante. Je suis toujours étonné et reconnaissant que mes frères et sœurs et ma famille élargie m'aient embrassé et je souffre du désir de les rencontrer, d'être touché par mon peuple. Avant la pandémie, j'avais pour objectif de voyager aux Philippines, mais pendant la fermeture de l'économie, j'ai perdu deux de mes emplois, ma santé mentale a souffert de l'isolement de vivre seul pendant le verrouillage, et j'ai finalement perdu mon logement et l'argent qui a été élevé par des amis et la famille pour aller aux Philippines a dû m'empêcher de vivre dans ma voiture, jusqu'à ce que je puisse rester avec des amis. Depuis novembre dernier, j'ai pu trouver un emploi à temps plein et cet été, j'ai trouvé une thérapeute, également une adoptée transraciale et elle a travaillé avec moi pour traiter mon chagrin et la culpabilité de la survivante. survécu à beaucoup de mes frères et sœurs. Alors que je reconstruis lentement ma vie, une énergie renouvelée pour retourner un jour dans ma patrie pour rencontrer mes frères et sœurs me motive davantage.

Alors que ma quête pour récupérer ma patrie, ma langue perdue et mes frères et sœurs a entraîné un profond chagrin d'amour, il y a eu une immense joie de me connecter avec mes nièces qui m'apprennent des phrases Waray Waray et Tagalog. J'ai organisé mes réseaux sociaux afin que les algorithmes m'attirent vers d'autres adoptés, artistes, écrivains et guérisseurs philippins. En décembre dernier, j'ai eu 37 ans, soit le même âge que lorsque ma première mère m'a eu. Le jour de mon anniversaire, j'ai pu rencontrer un prêtre Baybaylan qui a prié pour moi et mes ancêtres. Pendant tout ce temps depuis que j'ai redécouvert par l'étude de cas, j'essayais de lutter contre le chagrin et à la toute fin, il s'est mis à pleurer. Nous avons pleuré ensemble et ce petit geste gentil m'a touché si profondément parce que pour la première fois j'ai eu l'impression que quelqu'un était assis avec moi dans mon chagrin, et c'était si intime parce que Je me sentais vraiment vu à ce moment et digne d'amour. 

Réflexions pour les professionnels de l'adoption

Les pratiques de l'industrie de l'adoption ont radicalement changé au fil des ans depuis mon adoption. J'espère que les conversations autour de l'adoption continueront de se diriger vers les adoptés pour inclure nos histoires qui éclairent ce large continuum d'expériences vécues qui pointent non seulement vers les bonnes ou les mauvaises expériences, mais les placent toutes sous un angle critique par les professionnels de l'adoption. J'espère que les praticiens de cette industrie reconnaissent et reconnaissent à quel point le traumatisme causé par la séparation du jeune enfant d'avec nos premières mères et le rôle de l'assimilation et de la perte d'association culturelle ont un impact sur les adoptés. Les futurs parents sont-ils formés à cela ainsi qu'au conseil en deuil ? Envisagez de vous tourner vers des pratiques qui assurent la préservation de la famille, si possible. Si l'adoption est accordée, comment vous assurerez-vous qu'un enfant a les ressources nécessaires pour trouver une communauté s'il vit dans des endroits qui ne sont pas culturellement diversifiés ? Comment vont-ils trouver la communauté ? Une dernière question de réflexion : lorsqu'un enfant est abandonné de votre pays, quelles pratiques seront assurées pour accompagner cet adopté qui souhaite retourner dans son pays d'origine, sans qu'il se sente comme un étranger, un touriste ou un intrus ?

J'ai une courte vidéo d'un collage de photos que j'ai créé et qui s'étend sur toute ma vie depuis mon enfance jusqu'à maintenant.

Merci beaucoup d'avoir écouté mon témoignage.

Maraming Salamat po.

Musique inspirée de mes origines boliviennes en tant qu'adopté

par Jo R. Helsper adopté de la Bolivie à l'Allemagne.

Inspiration pour ma musique

Je m'intéresse à la musique depuis le jour où j'ai été adopté en Allemagne. J'aime dire que je suis né avec de la musique dans le sang . J'ai commencé à jouer des instruments de musique classique et j'ai essayé de nombreux autres instruments, comme le piano, la clarinette, la guitare, etc.

Pendant mon enfance, nous avions une réunion semestrielle organisée par nos parents adoptifs allemands, où nous, les adoptés boliviens, pouvions nous rencontrer, apprendre à connaître nos mêmes racines et aussi pour que les parents puissent parler des thèmes de l'adoption. Quand j'avais environ 6 ou 7 ans, nos parents ont invité un groupe de musique bolivien à notre rencontre. C'était la première fois que j'entendais de la musique folklorique bolivienne en concert. Avant cela, je ne l'avais jamais entendu via des MC ou des CD, donc j'étais absolument fasciné par le chant et le jeu des instruments culturels et c'est à ce moment-là que j'ai décidé de jouer également des instruments.

Je suis absolument heureux d'avoir été adopté en Allemagne, mais apprendre mes instruments natifs m'a donné l'impression d'avoir un lien avec mon pays, d'où je viens, même si je ne l'ai jamais vu auparavant. Alors j'ai continué à jouer, écrire et chanter les chansons de la Bolivie.

Quand j'ai grandi, j'ai aussi appris l'espagnol. Comprendre le sens des chansons était aussi important pour moi car chanter seul ne suffisait pas. Je voulais aussi savoir ce que signifiaient les chansons.

Mon inspiration dans ma musique est le lien avec ma terre où je suis né et la culture fascinante des Indiens boliviens et des montagnes.

Je n'ai toujours pas visité la Bolivie. J'espère qu'un jour j'irai visiter mon ancien orphelinat et la ville où je suis né. Quand je joue de la musique, c'est comme si j'étais plus proche de la Bolivie et je peux imaginer comment commence le coucher de soleil sur les montagnes et comment le vent souffle sur les champs. C'est aussi une bonne méthode pour se détendre et oublier le stress parfois.

Écoutez la musique de Jo de Bolivie :

Français
%%footer%%