Gabby Malpas sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. We believe intercountry/transracial adoptees are under represented in race discussions in almost every adoptive country and wanted to make sure we had a say. Gabby’s input below is included in our full papers ici which we submitted to the AHRC.

par Gabby Malpas, born in New Zealand of Chinese origins and transracial adoptee, ICAV Representative, artist at Gabby Malpas.

Colourblind by Gabby Malpas; watercolour painting

I was born in 1966 in Auckland New Zealand. I am 100% Chinese and at the time of writing, I am 56 years old. I started coming out of the adoption fog at 48 years of age, after meeting my birth mother in 2004. It seems old but to clarify, at 48, I finally connected with other Asian adoptees and found validation, support and the language to express my feelings around my life experience.

I have a huge respect for parents. I am a step parent but have not done the heavy lifting that parents do. It’s hard being a parent. Throw adoption or fostering into the mix and that becomes very hard. Throw transracial adoption into that mix and the challenges become even more so. These are my thoughts around racism. All of our experiences are different.

I am very happy. I see the value of good relationships with friends, peers and family, and acknowledge that all of us have experienced trauma at some point in our lives. However, I have struggled with racism my entire life with my difference pointed out almost daily by classmates, co-workers and friends. Not too regularly, I have also been attacked and harassed on the street and was bullied badly throughout my school years.  Jokes and micro-aggressions seem harmless and it took me decades to understand why I was constantly angry: an innocent question about my name/my origins/my nationality seems innocuous, but day after day, often from complete strangers makes a person exhausted, wary and sad/angry. I often withdraw.

I have this to say – I could not tell you this at age 12, 18, 25, 30 or even 40. It took decades to begin to process, understand and articulate what I am feeling.

Dear adoptive parents

Here is what I would like you to know about my life experience as a transracial adoptee:

  • Please understand my life experience is, was and will always be different to that of my white peers, siblings and parents. Like it or not, quite often we transracial adoptees are treated very differently to our white siblings and peers. I noted a big change in people’s behaviour towards me when they saw one of my parents come into view. Racists are sneaky – they are not going to say stuff with you around. And it comes in many subtle forms: how many brown kids are watched like a hawk as soon as they enter a store? How many brown girls are told they talk too much or are too loud/naughty when their white classmates are termed ‘enthusiastic’ or ‘confident’ for the same behaviour?
  • I was raised colourblind. It was the 60s, 70s and 80s. We knew no better. I was 55 years old when the penny finally dropped about my own family’s response to my experience with racism. An older sister said, “But we just assumed you were one of us,” (therefore, it was impossible for you to experience racism). Another piece of the puzzle solved. However, my 7 year old me would not thank my family for the dismissal, harsh words or outright denial that anything had taken place. Things are different now. We have resources and so much information available.
  • If you are triggered by the terms: white privilege, white fragility and wilful ignorance then think long and hard before adopting a child of different race to you. We are looking to you to teach us, to have our backs and stand up for us. And this includes your circle of friends, your own family and peers. I was raised in the age where children were seen and not heard. I accepted outright racist comments/acts from neighbours, friends, extended family, and later, colleagues because I felt that it was my lot or I was undeserving of better. But think about what that does to someone over a lifetime! Is it any wonder that we adoptees are 4 times more likely to have substance abuse or suicide? Let’s try to change that.
Ching Chong by Gabby Malpas, watercolour painting
  • Believe us. I was 5 or 6 years old when I reported my first racist incident to my parents (and this was because I was scared. I didn’t report the ‘ching chong’ chants, the pulling back of eyes and harsher treatment by certain nuns because I was brown and clearly born of sin – those were a daily occurrence). Two much larger and older boys cornered me and pulled down my pants to see if ‘my bum was the same as the other girls’. Horrific and it still haunts me to this day. In response to sharing what happened, I was punished and told not to lie. So I stopped. It was clearly not safe for me to speak up and I didn’t want to be punished for it (to be fair I think it was the mention of private parts that had them more outraged). I left NZ for good in 1988. I put distance between myself and my family because of the above and some bonds were sadly broken for a while. Do you want this for your own family? If your children do not trust you to have their back they may be reticent to report more serious stuff like abuse, bullying and even date rape/domestic violence.
  • Just because we don’t tell you doesn’t mean it doesn’t happen. I finally found the courage to speak up in the last two years. I cut friends, extended family members and suppliers for my own mental health and sanity but also I finally understood that I didn’t have to engage with such people.
  • Words hurt. And the hurt lasts a lifetime. So those jokes you make about other races — their food, shopping habits, hoarding, driving skills … all those lazy stereotypes that the Australian media like to peddle – well, your kids are listening.  When we see racist incidents reported be dismissed or downplayed by the media (especially if it is a footy star/ celebrity accused), how do you think that makes us feel?  We don’t need to hear:
    ‘They weren’t racist to me – are you sure it happened?’
    ‘What did you do to make them act in this way?’
    ‘Rise above it!’
    ‘Ignore it!”
    ‘Can’t you take a joke?’
    ‘I’m sure Xxxx didn’t mean to be offensive…’
    This ain’t it. Do better.
  • Quite often we are rejected by our own race – we are seen as ‘too white’, too culturally ignorant, and our names are white. This can be very confronting.
    We grow up, study, work and socialise generally in white spaces. We adapt to our environments to fit in but can be treated very harshly by our own race because of this.  A heritage camp and trip once a year can’t help with this and if we are living in a white country – it is understandable that we just want to fit in/fade into the background like everyone else. But we can’t. Don’t shame us for trying to survive in our own environments.
  • Racism is hard to process when the perpetrator looks like a member of your own family. An Asian child who grows up with their own cultural background watches how their parents react and behave when they are faced with racist incidents. They see how their parents behave and speak to the offender. Nothing may be said but there is a shared experience within the family and younger members can learn from their elders – and even grow up to challenge passive responses.

Check out Gabby’s amazing Art Mentoring that she does as a volunteer with younger Chinese adoptees.

Être vraiment considéré comme un adopté philippin

par Arlynn Hope Dunn, adopté des Philippines aux États-Unis; présenté à la 16e Consultation mondiale des Philippines sur les services de protection de l'enfance le 24 septembre 2021.

Mabuhay et bonjour ! Je m'appelle Hope et je vous rejoins de Knoxville, Tennessee, dans le sud-est des États-Unis. Merci à l'ICAB de m'avoir invité à faire partie de la Consultation mondiale sur l'adoption internationale. Je suis reconnaissant d'accéder aux ressources post-adoption de l'ICAB, qui ont été importantes dans mon processus de reconnexion à ma famille biologique. J'insiste sur le fait que mon histoire et ma réflexion d'aujourd'hui sont les miennes et ne parlent pas pour les expériences vécues par d'autres adoptés. J'espère que tous ceux qui écoutent nos témoignages aujourd'hui seront ouverts à diverses perspectives sur l'adoption, car elle nous influence tout au long de notre vie.

Mes débuts

Je suis né à Manille en décembre 1983 et en juillet 1984, j'ai quitté les Philippines avec mon assistante sociale pour rencontrer mes parents adoptifs et ma sœur de six ans qui a été adoptée de Corée. Nous avions une vie de banlieue idyllique et tranquille, ma mère était une femme au foyer et mon père était un géologue, qui voyageait souvent à travers le pays. Notre famille aurait probablement déménagé dans l'ouest pour accueillir le travail de mon père, mais nous n'avons jamais quitté le Tennessee. Mon père avait un diabète juvénile et a développé une pneumonie et est décédé trois jours avant mon premier anniversaire. Ma mère, une survivante de la polio, qui l'a laissée sans utiliser son bras droit, est soudainement devenue une mère célibataire de deux jeunes enfants sans parents proches. Le chagrin non résolu de la perte de mon père s'est répercuté dans notre famille pendant des années à travers le retrait émotionnel de ma sœur, qui était très proche de notre père. et ma soeur. Quant à moi, j'ai oscillé du rôle de soulagement comique pour absorber les tensions entre ma sœur et ma mère à l'autorégulation de mes propres émotions en accumulant de la nourriture comme un enfant et en embouteillant mes émotions, pour me faire rare et petit. Alors que j'ai grandi dans un foyer qui verbalisait l'amour, je reconnais maintenant des schémas de négligence et de codépendance qui ont eu un impact sur mon développement. J'ai également grandi à l'époque du début des années 90 où les normes sociales et les médias renforçaient le daltonisme plutôt que d'offrir la race comme une opportunité de discuter et de célébrer une diversité culturelle unique. 

Contrairement aux grandes communautés philippines de Californie, il y avait peu de diversité là où j'ai grandi, car la majorité de mon école et de ma communauté était blanche avec quelques étudiants noirs. J'étais l'un des trois étudiants asiatiques et nous avons tous été adoptés. Plutôt que de graviter les uns vers les autres, nous nous sommes appuyés sur différents groupes d'amis dans le cadre naturel de l'assimilation. De nous trois, j'étais plus calme et douloureusement timide, ce qui faisait de moi une cible facile d'intimidation. À l'âge de sept ans, on m'appelait le mot « N » dans le bus scolaire. On m'a dit que ma mère m'avait mis au monde dans une rizière. Ironiquement, au retour de l'année scolaire à l'automne, les filles affluaient pour toucher ma peau et me demander comment je suis devenue si sombre. À cette époque, j'étais si fière de ma peau foncée et je n'ai jamais appris le colorisme avant d'être adulte. Finalement, l'intimidation a diminué jusqu'après l'attaque des tours jumelles le 11 septembre 2001, où le racisme a refait surface et un autre étudiant m'a dit de me faire sauter avec le reste de mon peuple. En réponse, mon professeur m'a fait embrasser l'autre élève car à 17 ans, « ce n'était qu'un garçon ». La réponse de ma famille a été de me rappeler que je suis américain comme si cela suffisait à lui seul à résister et à dévier la violence verbale. J'ai tellement intériorisé la honte d'être différent, ce que j'ai assimilé à moins, que je suis devenu complice de mon propre effacement culturel et de la chute de l'estime de soi.

Jeune adulte

En tant que jeune adulte, j'ai lutté avec des jalons qui sont venus naturellement à mes pairs. J'ai échoué à la plupart des cours au lycée, mais mon directeur m'aimait bien et m'a laissé obtenir mon diplôme à temps. J'ai abandonné l'université sans avoir une idée de qui je voulais être à 21 ans. J'ai mis fin à une relation et à des fiançailles de six ans et je n'ai pas pu occuper un emploi à 23 ans. J'étais actif dans l'église évangélique mais des anciens m'ont dit que mon la dépression et les idées suicidaires résultaient de mon manque de foi. Finalement, j'ai acquis de l'expérience en travaillant avec des enfants. Je suis retourné à l'université à 27 ans tout en occupant plusieurs emplois et j'ai été accepté dans le programme d'assistant en ergothérapie, où j'ai acquis des outils de santé mentale, puis j'ai obtenu mon diplôme avec distinction et prononcé le discours de remise des diplômes.

En guise d'exutoire de mon emploi du temps chargé à l'université et au travail, j'aimais aller au cinéma seul et en 2016, j'ai vu un film qui a été le catalyseur de mon voyage pour trouver mon héritage.  Lion est un film sur la vraie vie de Saroo Brierly, qui a été élevé par ses parents adoptifs australiens et a finalement retrouvé sa première mère en Inde. Alors que Saroo est rassemblé dans les bras de sa première mère, un barrage d'émotions s'est brisé en moi, principalement la culpabilité d'avoir égaré le souvenir de ma première mère. Quelque chose au fond de moi, éveillé alors que j'assistais à ce bras de fer contre ses émotions, joué sur un écran de cinéma. J'ai vu un miroir qui m'a illuminé alors qu'il faisait des interférences entre deux mondes qui le voyaient rarement et les complexités de l'adoption et comment il était laissé seul à concilier ce poids insupportable.

Récupérer mon héritage philippin

J'ai commencé mon voyage pour récupérer mon héritage philippin à travers mon nom. Au cours des quatre dernières années, je suis passé de mon nom adoptif Hope à mon nom de naissance Arlynn qui signifie en gaélique « serment, s'engager ». Cela me donne du pouvoir de revenir à quelque chose que je sais maintenant avec certitude m'a été donné par ma première mère. Avant de commencer officiellement ma recherche dans mon histoire, j'en ai parlé à ma sœur, qui a soutenu ma décision. C'était plusieurs mois avant que je demande à ma mère si elle connaissait d'autres détails sur ma famille biologique que de la correspondance qu'elle m'avait donnée dans un classeur. Je sentais que je devais protéger ses sentiments comme si je voulais soudainement connaître ma première famille la blesserait. Elle m'a dit qu'il n'y avait aucune autre information. Plus tard, je découvrirais que c'était un mensonge.

Tout au long de ma vie, ma mère a continué à lutter contre son utilisation abusive des analgésiques sur ordonnance. Enfant, je me souviens que ma mère m'indiquait les flacons de médicaments qu'elle utilisait au cas où elle ne se réveillerait pas pour que j'appelle la police. Parfois, je dormais par terre à côté de sa chambre pour m'assurer qu'elle respirait toujours. J'avais 32 ans lorsqu'elle a dû être hospitalisée pour des symptômes de sevrage, elle m'a dit dans sa colère qu'elle aurait souhaité me laisser dans mon pays d'origine. Ça faisait plus mal que si elle m'avait giflé parce qu'elle ne s'en est jamais pris à mon adoption quand j'étais plus jeune. Je suis sortie de sa chambre avec l'impression d'avoir perdu un autre parent.

Finalement, ma maison d'enfance a été vendue et ma mère est allée se faire soigner dans une maison de retraite suite à une hémorragie cérébrale. Ma sœur et moi avons récupéré le coffre-fort de notre mère dans sa banque locale, qui, à mon insu, contenait mon étude de cas complète. Ma sœur m'a dit que je n'étais jamais censée savoir et notre mère lui a fait promettre de ne pas me le dire, quand elle était plus jeune. Je me suis assis seul dans ma voiture en sanglotant en lisant pour la première fois le nom de mon premier père car il n'était pas inscrit sur mon acte de naissance, auquel j'ai toujours eu accès en grandissant. Il détaille comment mes parents ont eu sept enfants et cinq d'entre eux sont morts pendant l'enfance de maladie. Mes parents se sont séparés tandis que mon père est resté avec leurs enfants survivants et ma mère est restée avec son neveu refusant de se réconcilier avec mon père ne sachant pas qu'elle était enceinte de moi. Au fil du temps, ma mère a commencé à errer loin de la maison et a été institutionnalisée. Après ma naissance, elle s'est à nouveau demandée loin de chez elle et s'est retrouvée à chanter pour elle-même. Après ma naissance, on m'a recommandé d'être placé dans un refuge temporaire pour enfants car ma mère n'était pas en mesure de s'occuper de moi. Une empreinte de pouce violette au lieu d'une signature a dirigé son acte de reddition pour moi aux autorités de protection sociale.

Famille perdue depuis longtemps

Recherche de famille biologique

Grâce aux ressources d'ICAB et de Facebook, j'ai pu localiser mon frère et ma sœur survivants et j'ai appris que mes parents biologiques sont décédés. Début 2021, j'ai pu retrouver les proches de ma première mère dont sa seule sœur survivante. Je suis toujours étonné et reconnaissant que mes frères et sœurs et ma famille élargie m'aient embrassé et je souffre du désir de les rencontrer, d'être touché par mon peuple. Avant la pandémie, j'avais pour objectif de voyager aux Philippines, mais pendant la fermeture de l'économie, j'ai perdu deux de mes emplois, ma santé mentale a souffert de l'isolement de vivre seul pendant le verrouillage, et j'ai finalement perdu mon logement et l'argent qui a été élevé par des amis et la famille pour aller aux Philippines a dû m'empêcher de vivre dans ma voiture, jusqu'à ce que je puisse rester avec des amis. Depuis novembre dernier, j'ai pu trouver un emploi à temps plein et cet été, j'ai trouvé une thérapeute, également une adoptée transraciale et elle a travaillé avec moi pour traiter mon chagrin et la culpabilité de la survivante. survécu à beaucoup de mes frères et sœurs. Alors que je reconstruis lentement ma vie, une énergie renouvelée pour retourner un jour dans ma patrie pour rencontrer mes frères et sœurs me motive davantage.

Alors que ma quête pour récupérer ma patrie, ma langue perdue et mes frères et sœurs a entraîné un profond chagrin d'amour, il y a eu une immense joie de me connecter avec mes nièces qui m'apprennent des phrases Waray Waray et Tagalog. J'ai organisé mes réseaux sociaux afin que les algorithmes m'attirent vers d'autres adoptés, artistes, écrivains et guérisseurs philippins. En décembre dernier, j'ai eu 37 ans, soit le même âge que lorsque ma première mère m'a eu. Le jour de mon anniversaire, j'ai pu rencontrer un prêtre Baybaylan qui a prié pour moi et mes ancêtres. Pendant tout ce temps depuis que j'ai redécouvert par l'étude de cas, j'essayais de lutter contre le chagrin et à la toute fin, il s'est mis à pleurer. Nous avons pleuré ensemble et ce petit geste gentil m'a touché si profondément parce que pour la première fois j'ai eu l'impression que quelqu'un était assis avec moi dans mon chagrin, et c'était si intime parce que Je me sentais vraiment vu à ce moment et digne d'amour. 

Réflexions pour les professionnels de l'adoption

Les pratiques de l'industrie de l'adoption ont radicalement changé au fil des ans depuis mon adoption. J'espère que les conversations autour de l'adoption continueront de se diriger vers les adoptés pour inclure nos histoires qui éclairent ce large continuum d'expériences vécues qui pointent non seulement vers les bonnes ou les mauvaises expériences, mais les placent toutes sous un angle critique par les professionnels de l'adoption. J'espère que les praticiens de cette industrie reconnaissent et reconnaissent à quel point le traumatisme causé par la séparation du jeune enfant d'avec nos premières mères et le rôle de l'assimilation et de la perte d'association culturelle ont un impact sur les adoptés. Les futurs parents sont-ils formés à cela ainsi qu'au conseil en deuil ? Envisagez de vous tourner vers des pratiques qui assurent la préservation de la famille, si possible. Si l'adoption est accordée, comment vous assurerez-vous qu'un enfant a les ressources nécessaires pour trouver une communauté s'il vit dans des endroits qui ne sont pas culturellement diversifiés ? Comment vont-ils trouver la communauté ? Une dernière question de réflexion : lorsqu'un enfant est abandonné de votre pays, quelles pratiques seront assurées pour accompagner cet adopté qui souhaite retourner dans son pays d'origine, sans qu'il se sente comme un étranger, un touriste ou un intrus ?

J'ai une courte vidéo d'un collage de photos que j'ai créé et qui s'étend sur toute ma vie depuis mon enfance jusqu'à maintenant.

Merci beaucoup d'avoir écouté mon témoignage.

Maraming Salamat po.

En mémoire de Seid Visin

Par Marc Hagland, adopté international sud-coréen élevé aux États-Unis, co-fondateur de Perspectives d'adoption transraciale (un groupe pour les parents adoptifs pour apprendre de l'expérience vécue), et auteur de Voyage extraordinaire : le chemin de toute une vie de l'adopté transracial

Ce que nous apprenons

Ces derniers jours, depuis que la nouvelle a éclaté le 4 juin que Seid Visin, 20 ans, s'était suicidé, la presse italienne et européenne a publié des articles et diffusé des segments sur sa mort, avec une bonne dose d'incrédulité et de confusion. Il y a un certain nombre de raisons à la confusion, dont certaines sont journalistiques - des questions sur la déclaration qu'il avait apparemment faite il y a quelques années à son thérapeute, par rapport à ce qui aurait pu se passer dans sa vie plus récemment - mais surtout, à cause des déclarations de ses parents Walter et Maddalena.

Walter et Maddalena ont adopté Seid à l'âge de sept ans ; il a grandi dans leur maison de Nocera Inferiore, une banlieue de Naples. Je peux comprendre qu'ils soient profondément confus par ce qui s'est passé ; mais il est également clair pour moi que, malgré leurs bonnes intentions, ils n'ont aucune compréhension de sa détresse face au racisme qu'il a continué à subir. Je viens de visionner une interview avec une émission de diffusion italienne intitulée "Approfondimento Focus", dans laquelle ils n'arrêtaient pas de réitérer à quel point il était heureux, comment ses récents problèmes psychologiques étaient liés au verrouillage de COVID, qu'ils accusaient de sa récente dépression, et comment il ne s'intéressait absolument pas à son origine éthiopienne. Ils ont également nié à plusieurs reprises que le racisme avait quelque chose à voir avec la détresse émotionnelle de leur fils.

Cette dernière série de déclarations de la part des parents de Seid m'a vraiment frappé à plusieurs égards, en particulier compte tenu des extraits du texte de cette lettre à son thérapeute (apparemment) il y a quelques années, qui ont été publiés. Par cela, le Corriere della Sera a obtenu une lettre que Seid Visin a écrite à son thérapeute il y a deux ans, et Rolling Stone Italia l'a publiée. Dans ce document, Seid a écrit que « Où que j'aille, où que je sois, je ressens le poids des regards sceptiques, préjugés, dégoûtés et effrayés sur mes épaules comme un rocher. Il écrit qu'il a honte « d'être noir, comme si j'avais peur d'être pris pour un immigré, comme si je devais prouver à des gens, qui ne me connaissaient pas, que j'étais comme eux, que j'étais italien, blanche." Ce sentiment l'a conduit à faire « des blagues de mauvais goût sur les noirs et les immigrés (...) comme pour souligner que je n'étais pas des leurs. Mais c'était la peur. La peur de la haine que je voyais dans les yeux des gens envers les immigrés.

Comme l'écrit un journaliste sportif dans Le Parisien : « Sa mort a provoqué une grande émotion en Italie. En 2019, le jeune homme pointait du doigt le racisme dont il était victime, écrivant un post sur les réseaux sociaux dans lequel il exprimait son malaise. "Il y a quelques mois, j'ai réussi à trouver un emploi, que j'ai dû quitter parce que trop de gens, principalement des personnes âgées, refusaient d'être servis par moi", a-t-il déclaré. Ils m'ont également accusé du fait que de nombreux jeunes Italiens ne pouvaient pas trouver de travail. Les parents adoptifs de la victime ont toutefois tenu à apporter des précisions. "Le geste de Seid ne découle pas d'épisodes de racisme", ont-ils déclaré à la presse italienne.

Voici le texte de la lettre; sa date exacte n'est pas certaine, et il y a confusion quant à la date à laquelle il a été écrit - soit très récemment, soit il y a environ deux ans - mais en tout cas, le voici :

« Je ne suis pas un immigré, mais j'ai été adopté quand j'étais enfant. Je me souviens que tout le monde m'aimait. Partout où j'allais, tout le monde s'adressait à moi avec joie, respect et curiosité. Maintenant, cette atmosphère de paix idyllique semble très loin. Cela semble mystique. tout a été inversé. Maintenant, partout où je vais, je sens le poids des regards sceptiques, dégoûtés et effrayés sur mes épaules. J'avais réussi à trouver un travail que j'ai dû quitter car trop de gens, surtout les personnes âgées, refusaient d'être pris en charge par moi. Et comme si cela ne me suffisait pas, ils m'ont accusé d'être responsable du fait que de nombreux jeunes italiens (blancs) ne trouvent pas de travail. Après cette expérience, quelque chose a changé en moi. Comme si j'avais honte d'être noir, comme si j'avais peur qu'on me prenne pour un immigré. Comme s'il devait prouver aux gens qu'il ne savait pas qu'il était comme eux, qu'il était italien.

J'ai même fait des blagues déplaisantes sur les Noirs et les immigrés, comme pour souligner que je n'étais pas l'un d'entre eux. La seule chose qui expliquait mon comportement était la peur. La peur de la haine qu'il voyait dans les yeux des gens envers les immigrés. La peur du mépris que je ressentais dans la bouche des gens, même mes proches, qui invoquaient avec nostalgie Mussolini et le « capitaine Salvini ». Je ne veux pas implorer de compassion ou de pitié. Je veux juste me rappeler l'inconfort et la souffrance que je vis. Je suis une goutte d'eau à côté de l'océan de souffrance qui vit qui préfère mourir pour continuer à vivre dans la misère et l'enfer. Ces gens qui risquent leur vie, et ceux qui l'ont déjà perdue, juste pour fouiner, pour savourer ce que nous appelons simplement « la vie ».

Quelques notes très importantes ici. Premièrement, il est assez significatif que Seid fasse explicitement référence non pas à Mussolini, mais aussi à Matteo Salvini, l'ancien vice-Premier ministre et toujours actuel sénateur au Parlement italien, qui est secrétaire de la Lega Nord, ou Ligue du Nord, qui est un droit Parti politique raciste, xénophobe, dont les partisans sont à peu près l'équivalent des partisans de Donald Trump aux États-Unis. Il y a eu une augmentation massive de l'expression du racisme et de la xénophobie manifestes en Italie au cours des quinze dernières années, et la xénophobie raciste a explosé au cours des dernières années, d'autant plus que des milliers de Noirs africains sont entrés en Italie en tant que réfugiés de guerre. , les conflits et la pauvreté en Afrique. Deuxièmement, dans la lettre ci-dessus, il a dit très clairement qu'il était profondément affligé par le racisme qu'il avait subi.

Fait intéressant, sa mère Maddalena, dans cette interview diffusée dans l'émission "Approfondimento Focus", n'arrêtait pas de souligner que Seid avait récemment été déprimé en raison de l'isolement qui lui avait été imposé et à d'autres pendant le verrouillage de ce printemps. De toute évidence, il n'y a rarement qu'une seule cause de suicide. Seid aurait certainement pu être déprimé lors du verrouillage national en Italie ce printemps. Mais cela ne nie absolument pas son extrême détresse face à son expérience vécue du racisme.

En réfléchissant à tout cela, je vois une situation tragiquement classique pour un jeune adulte transracial, adopté à l'étranger, un jeune qui était racialement et socialement isolé, qui subissait un racisme permanent et dont les parents, d'après ce que nous pouvons dire, niaient le racisme qu'il vivait et la détresse qu'il ressentait à cause de cela.

Une autre perte tragique d'une autre vie transraciale d'adoptés internationaux.

Je partage un post de La Repubblica, avec un lien vers une vidéo selfie (qui a depuis été retirée donc je poste cette un à la place) dans lequel Seid aime danser.

Que le souvenir de Seid et de sa vie soit une bénédiction.

Ressources associées

Page commémorative de l'ICAV

Lisez la contribution de Mark Hagland à l'autre article de l'ICAV : Pouvons-nous ignorer ou nier que le racisme existe pour les adoptés de couleur ?

Nous devons parler du suicide des adoptés, maintenant

Conséquences d'Atlanta

par Kayla Zheng, adopté de la Chine aux États-Unis.

Je suis toujours en train de traiter le meurtre de 6 femmes asiatiques dans le Fusillades au spa d'Atlanta. J'ai publié et partagé sur mes comptes de médias sociaux ma colère, ma méfiance, l'audace des forces de l'ordre et de la société pour protéger la fragilité des terroristes blancs et le déni flagrant du racisme. Je peux sentir la tension comme une fente dans mon armure de sang-froid forcé. Mais je ne traite pas seulement tout cela en tant que femme asiatique. Je suis également forcée de traiter cette menace en tant que femme asiatique adoptée, qui a été élevée dans un monde et par des gens qui ressemblent à ce terroriste. Pire encore, j'ai été élevé par des gens qui ont des idéologies similaires à celles de ce terroriste. Où est-ce que je commence à pleurer, où dois-je commencer à traiter, comment puis-je commencer à vous faire savoir ce que je ressens quand j'ai passé la majeure partie de ma vie à vivre sous le même toit de blancheur qui prétend m'aimer mais fait du mal aux gens qui me ressemble?

Si je devais demander à mes parents adoptifs évangéliques blancs ce qu'ils pensaient de la fusillade de masse à Atlanta, ils se demanderaient si c'était basé sur la race. Après tout, toutes les victimes n'étaient pas asiatiques. Si je devais leur demander si certains dirigeants politiques en position de pouvoir étaient responsables d'alimenter les sentiments anti-asiatiques, je serais confronté à des « fausses nouvelles ». Mais si je leur demandais s'ils aiment leur fille asiatique, on me répondrait « oui, cependant, je ne te vois pas comme asiatique, tu es juste notre fille ». Comment puis-je traiter un chagrin et une peur si réels et agréables au goût, quand ils sont ignorés et niés par ceux qui sont censés être mes protecteurs pour toujours ? Comment puis-je le mettre en mots et l'envelopper, afin qu'il soit présentable et compréhensible pour les autres de voir les contradictions ? C'est là que réside le problème, le problème du racisme, son pouvoir systémique et institutionnel qui est subtil mais ressemble à des balles, des éclats d'obus et la mort.

Tout cela pour dire qu'autant que mes parents évangéliques adoptifs blancs prétendent m'aimer, ils ne peuvent pas m'aimer. Parce qu'ils ne peuvent pas reconnaître le terrorisme qu'ils m'ont infligé toute ma vie. Ils ne peuvent pas m'aimer pleinement parce que leur « daltonisme » les a empêchés de voir tout le spectre de mon identité et comment je traverse la vie. Ils ne peuvent pas vraiment m'aimer tous parce qu'ils refusent de reconnaître leurs propres préjugés raciaux envers moi et la façon dont ils m'ont élevé dans cet environnement. Ils ne peuvent pas m'aimer entièrement parce qu'ils ne peuvent pas affronter leur blancheur, leur propre racisme et comment ils contribuent à une culture de suprématie blanche.

Des membres de la famille adoptive élargie m'ont contacté pour me rassurer qu'ils se soucient de moi et me faire savoir qu'ils s'inquiètent pour ma sécurité. D'un autre côté, je n'ai pas entendu un seul murmure de ma famille adoptive immédiate. Aucun d'entre eux. Leur silence en dit long. Je suis toujours en train de comprendre ce que cela signifie d'être asiatique en Amérique. Je pense encore à l'époque où l'on m'a dit de retourner d'où je venais, comme si ce n'était pas la blancheur qui m'avait ramené de force dans un pays qui me méprise. A un pays qui me voit comme un virus, un fétiche, un espion communiste, une menace et un fantasme d'être colonisé depuis l'Est. Je suis encore en train d'absorber et d'essayer de comprendre ce que signifie pour moi la violence envers les gens qui me ressemblent. Je lutte avec tout cela, mais je lutte avec cela en plus d'être une femme adoptée asiatique. J'ai du mal à comprendre ce que cela signifie lorsque les gens avec qui j'ai été élevé refusent de me voir comme une femme asiatique. Et ce refus pourrait me coûter la vie.

Lisez l'article le plus lu de Kayla : Décoloniser Moïse

Le racisme en tant qu'adopté asiatique

par Josh Woerthwein adopté du Vietnam aux USA.

J'ai décidé de partager mes propres expériences avec le racisme, parce que les événements actuels me rappellent le passé. Ne soyons pas tordus : bien pire est arrivé à des gens bien meilleurs que moi. Mais je pense qu'il est important que les gens sachent que le racisme existe depuis des décennies ; c'est en fait le passe-temps préféré de l'Amérique. Je pense juste qu'une certaine personne a exacerbé la situation dans la façon dont il a choisi de faire référence à Covid-19. Et pour une raison quelconque, cela a permis à des racistes lâches d'attaquer des hommes et des femmes asiatiques âgés (principalement par derrière, car ils n'ont pas le courage testiculaire de montrer leur visage) et de commettre des actes de meurtre de masse.

Ma mère adoptive et moi, avril 1975

LA PLUPART des personnes avec qui je suis ami sur les réseaux sociaux sont des personnes que j'ai rencontrées. Il y en a une poignée que je n'ai pas. Alors pour ceux d'entre vous que je n'ai pas rencontrés face à face, un petit rappel : je suis né au Viet Nam en 1974, adopté par une famille blanche en 1975 (j'ai trois frères et sœurs, l'un étant leur fille biologique, et ils ont adopté deux autres enfants – à la fois mi-noirs/mi-blancs), élevés dans le centre-sud de l'AP, et n'ont pas quitté la région jusqu'à ce que je sois allé à l'université. De manière détournée, je me suis retrouvé dans le quartier du métro de New York et je suis ici depuis 2001.

Je suis presque sûr d'avoir réprimé une grande partie de ce qui s'est passé tout au long de mon enfance, mais la couverture médiatique accrue de la violence raciste et des crimes haineux envers les Asiatiques m'a fait me remémorer «le bon vieux temps». Je pensais à la première fois où je me souviens de quelque chose de raciste qui a été dit ou fait à mon égard, ce qui a ouvert les vannes. Cela va être long, alors prenez un café et profitez de la balade dans ma mémoire !

  • Je ne m'en souviens pas parce que j'étais trop jeune mais ma mère m'en a parlé : un ami de ma mère m'a vu dans la poussette et m'a dit que je ressemblais presque à ma mère, et a demandé à ma mère si elle allait se faire opérer fait sur mes yeux pour que je puisse lui ressembler encore plus. Ma mère, choquée, est revenue avec : « Et si je me faisais opérer les yeux pour que je ressemble davantage à LUI ? ». Son amie a été encore plus choquée et a dit: "Pourquoi feriez-vous quelque chose comme CA?!" Je suis presque sûr qu'ils n'étaient plus amis après cela. Ma mère a également été remerciée à plusieurs reprises par un certain nombre de personnes lorsqu'elle était avec moi pour « l'avoir sauvé des sales Commies ».
  • À l'âge de 5 ou 6 ans, à la maternelle, je me souviens d'autres enfants se moquant de moi avec « Chinois, japonais, genoux sales, regardez CES », et en disant « ÇA », ils tiraient le coin extérieur de leurs yeux vers le haut et vers l'extérieur. imiter (soi-disant) mes yeux.
  • Dans mon quartier, l'un des frères aînés de mon ami m'a surnommé « Hadji ». Je pense qu'il a dit que c'était parce que je lui rappelais Hadji dans les dessins animés de Jonny Quest. Ça a collé. Dans mon quartier, on m'appelait toujours « Hadji » jusqu'à mon départ, vers l'âge de 19 ans.
  • Quand j'avais 8 ans, je rentrais à pied de la maison d'un ami et un enfant plus âgé (il avait probablement 16 ans) a essayé de me tirer une balle dans la tête depuis la fenêtre de sa chambre de l'autre côté de la rue avec un pistolet à plomb. Il était un mauvais tireur et m'a plutôt touché à la hanche droite. Interrogé par la police, il a dit qu'il voulait juste « tirer en biais ».
  • La même maison d'amis d'où je rentrais à pied, je venais de partir parce que son père m'a dit: "J'avais l'habitude de tirer sur des petits gooks comme toi de mon Huey à 'Nam".
  • On m'appelait "slant" ou "chink" quelques fois par semaine à l'école primaire.
  • Cela a changé en « gook » et « zipperhead » ou « zip » au collège.
    The More You Know : saviez-vous que « gook » dérive du mot coréen pour l'Amérique/les Américains, qui est « miguk » ? Cela ressemble à « me gook », alors pendant la guerre de Corée, les Américains pensaient probablement que les Coréens disaient « moi, gook », l'ont transformé en une épithète et ont appelé les Coréens « gooks ». Cela bien sûr, transféré à tous les Asiatiques, puisque vous savez que nous nous ressemblons tous aux Blancs. De plus, « zipperhead » vient du fait que lorsque des soldats américains frappaient un soldat coréen ou vietnamien à la tête avec la crosse de leurs fusils d'assaut, cela leur ouvrait la tête comme une fermeture éclair. "Zip" n'en est qu'une forme abrégée.
  • Au moment où j'ai atteint le lycée, il s'était transformé en « Charlie », « VC » et « Riceboy ». "VC" dérive bien sûr de "Viet Cong" alias "Victor Charlie" alias "Charlie". "Riceboy" est celui qui a été le plus utilisé cependant.
  • On m'a également dit de retourner dans mon propre pays une multitude de fois aussi loin que je me souvienne jusqu'à la 11e année.
  • J'ai gardé un pinceau et un pot de peinture dans mon casier au lycée qui correspondait à mon casier, car je pouvais peindre les croix gammées qui restaient sur mon casier plus rapidement qu'il ne m'en fallait pour que l'entretien vienne le faire.
  • Au début de la 9e année, un gamin Mike m'a dit de retourner dans mon pays et j'ai décidé de lui dire de retourner dans le sien. Je n'étais pas un très grand enfant. Il m'a essentiellement ramassé et m'a jeté dans un escalier qui m'a cassé les deux poignets. Il a été suspendu pendant trois jours.
  • Tout au long du collège et du lycée, des camarades de classe blancs m'ont demandé à plusieurs reprises : « Vos femmes asiatiques ont-elles des chattes inclinées, parce que vos yeux sont inclinés ? »
  • Je serais riche si j'avais un centime pour le nombre de fois qu'on m'a demandé si je connaissais le kung-fu ou le karaté, suivi d'une côtelette de karaté faible et « salut-yaaaaaaaaaa ». À ce stade de ma vie, je ne connaissais pas du tout les arts martiaux. Il en va de même lorsqu'on me demande si j'ai mangé des chats et des chiens.
  • Le KKK et le WAR (White Aryan Resistance) étaient tous les deux essentiellement des clubs de mon lycée (non sanctionnés par l'école mais l'école n'a rien fait à propos de leur présence).
  • Au lycée (environ 1 200 élèves, et moins d'une demi-douzaine d'entre nous n'étaient pas blancs), un enfant s'est fait prendre avec quelque chose comme quatre fusils et 2 000 cartouches dans la cabine de sa camionnette. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi, il a répondu que c'était "pour nettoyer l'école de tous les gens de boue". J'ai supposé qu'il était juste un tireur terrible. Il ne se serait pas fait prendre si quelqu'un d'autre ne l'avait pas vu et n'en avait pas parlé au directeur, car c'était étrange de le voir en dehors de la saison de chasse.
    J'ai rencontré une gentille fille catholique au lycée à la patinoire locale. C'est arrivé au point où je lui ai demandé un rendez-vous et elle a accepté. Je suis allé la chercher chez elle le soir de notre rendez-vous et son père a ouvert la porte. La conversation s'est déroulée comme suit :
    SON PÈRE : Putain qui es-tu ?
    MOI : Josh, je suis ici pour récupérer Colleen pour notre rendez-vous.
    SON PÈRE : Cela n'arrivera pas, et voici pourquoi : vous n'êtes pas irlandais. Vous n'êtes probablement pas catholique. Et tu n'es vraiment pas blanc, alors tu ferais mieux de foutre le camp de ma propriété avant que j'aille chercher mon fusil de chasse.
    Inutile de dire que je n'ai jamais essayé de sortir avec une femme catholique depuis lors.
  • En 11e année, j'ai jeté un joueur de football Jamie à travers une fenêtre au milieu de ma classe d'anglais. Pendant une grande partie de la classe, il n'arrêtait pas de chuchoter « Hey riceboy » de l'autre côté de la pièce. Je suppose que c'était juste une décennie + de colère refoulée qui a finalement atteint son paroxysme. J'ai été élevé Quaker… pacifiste. WWJD et toutes ces conneries. Je me suis levé de ma chaise, j'ai traversé la pièce en courant, je l'ai arraché de son siège et je l'ai jeté à travers une fenêtre de sécurité grillagée (nous étions au premier étage, il n'est pas tombé très loin). J'ai été suspendu pendant trois jours. Après cela, cependant, pendant le reste de ma première année ou de ma dernière année au lycée, personne ne m'a dit quoi que ce soit de raciste, plus jamais, à l'école.
  • J'étais allé chez Denny's avec deux amis, Leah (une adoptée coréenne) et son petit ami Jeffrey (un enfant blanc italien). Jeffrey aimait s'habiller dans un style punk et portait des Doc Martens noires avec des lacets rouges. Nous étions assis là et un groupe de skinheads s'est approché de notre table et a demandé à Jeffrey pourquoi il était assis avec « deux des gens de la boue ». Jeffrey était confus. Ils ont dit que seuls les skinheads gagnés peuvent porter des Docs noirs avec des lacets rouges (comme je l'ai découvert plus tard, des Doc Martens noires avec des lacets rouges ou blancs, lacés d'une certaine manière, signifie que vous êtes un skinhead ou que vous avez assisté à une soirée de démarrage où vous piétinez et donnez un coup de pied à quelqu'un). Ils ont fini par nous chasser de Denny's jusqu'à notre voiture. Alors que je montais sur le siège du conducteur, l'un d'eux m'a attrapé par le cou par la porte. J'ai claqué la porte sur son bras plusieurs fois jusqu'à ce qu'il lâche prise et recule dans l'un d'eux qui se trouvait derrière la voiture (il a roulé sur le toit/le capot). Je ne sais pas ce qui est arrivé au troisième. On s'est juste embrouillé et on n'est plus jamais allé chez Denny's.
  • Je suis finalement sorti de Bumblefuck, PA et suis allé à l'université. Ils avaient au moins plus de gens noirs et bruns autour, donc c'était un bon changement. Curieusement, j'ai essayé de rejoindre l'Asian American Student Coalition/Association et j'ai été fondamentalement refusé parce que je n'étais pas « assez asiatique ». Je ne pouvais gagner nulle part.
  • J'ai noué ce que je pensais être une belle relation avec cette Italienne quand j'étais en première année. Nous sommes sortis ensemble pendant quelques mois, puis elle m'a fantôme. J'ai finalement pu entrer en contact avec elle et elle m'a dit: "J'utilisais juste ton cul oblique pour me venger de mon petit ami".
  • Cela étant dit, je n'ai pas du tout été confronté à beaucoup de racisme pendant que j'étais là-bas.
  • J'allais à Philly et ma voiture a eu une crevaison. C'était le soir (il faisait noir) et j'étais du côté de l'autoroute Schuylkill. Si vous connaissez la région, il y a genre zéro épaule. Quoi qu'il en soit, j'étais en train de fouiller dans mon coffre pour sortir le cric quand une voiture s'est arrêtée derrière moi. C'était bien parce que leurs phares m'ont donné plus de lumière. J'ai entendu une personne demander : « Avez-vous besoin d'aide ? » Je me suis retourné et j'ai dit : « Non » et les deux gars qui s'approchaient de moi, leurs expressions ont immédiatement changé. Ils portaient des vêtements néo-nazis typiques : bottes de combat, pantalons et vestes militaires. Des remarques racistes sont sorties, me disant de retourner dans mon pays, etc. L'un a tiré une chaîne et a commencé à la fouetter, l'autre a sorti un couteau. Ils ont commencé à m'approcher et je suis passé en mode attaque. J'avais commencé à fréquenter une école de karaté pendant ma première année d'université et j'étais ceinture brune à ce moment-là. J'ai eu trois ans d'entraînement 5 jours par semaine et de nombreux tournois à mon actif. Garçon de chaîne : J'ai plié sa jambe vers l'arrière au niveau du genou. Garçon au couteau : j'ai pu agripper son bras couteau, sa jambe l'a balayé et j'ai tapé du pied sur son plexus solaire. J'ai fini de changer mes pneus et les ai laissés sur le bord de la route.
  • Avance rapide de quelques années jusqu'à l'entreprise avec laquelle je travaille depuis 20 ans. Il y a eu trois incidents là-bas au cours de mes cinq ou six premières années. Tout d'abord, un chauffeur-livreur marchait à côté de moi dans l'entrepôt et m'a demandé où se trouvait l'école de karaté, l'a suivi d'une fausse côtelette de karaté et de « salut-yaaaaaa ». Cela faisait si longtemps que je n'avais pas entendu quoi que ce soit de raciste à mon égard, ma première pensée a été : « Attendez, nous avons une école de karaté ici maintenant ? »
  • Un collègue avec qui j'avais eu affaire au téléphone pendant des mois, que j'ai finalement rencontré en personne lors d'une conférence m'a dit : « Votre anglais est si bon, je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un comme vous le parle si bien. ”.
    Je mangeais de la nourriture chinoise avec trois autres collègues dans notre petit fourbicule et un collègue plus âgé passait, a passé la tête à l'intérieur, a regardé l'un d'eux et a dit : « Hé Billy ! Vous mangez tous cette bonne bouffe maintenant, hein ?!" et gauche. J'ai perdu ma merde. Il est revenu plus tard pour s'excuser, et la conversation s'est déroulée ainsi :
    JOE : Salut Josh, je ne voulais pas t'offenser avec ce que j'ai dit plus tôt. C'est juste que, vous savez, j'ai combattu pendant la guerre de Corée et ils m'ont vraiment mal foutu une hanche. Mais je peux comprendre votre anglais, donc vous êtes OK dans mon livre. (Gardez à l'esprit que NOUS TRAVAILLONS POUR UNE ENTREPRISE ASIATIQUE !!!)
    MOI : Hé Joe, si jamais tu m'ouvres la bouche une fois de plus, je vais te casser l'autre putain de hanche et danser sur ta tombe.
    Après que je l'ai signalé aux RH, son emploi a été résilié.
  • J'ai remarqué que « Tu parles bien anglais » est quelque chose qu'on me dit plus en tant qu'adulte (ce n'était pas quelque chose que j'avais beaucoup entendu à l'école primaire/au collège/au lycée).
  • Il y a quelques années, j'étais au point d'eau régulier avec quelques amis, la plupart pas blancs. Une femme blanche au hasard de l'extérieur de la ville (je pense du Texas) nous a dit qu'elle faisait un film sur les aviateurs de Tuskegee et nous a dit qu'elle l'appelait "The Flying N*ggers". Inutile de dire que nous avons essayé de ne pas lui parler pour le reste de la soirée. Plus tard, nous étions dehors en train de fumer et elle essayait d'attirer notre attention. Elle a appelé mon bon ami « Maleek » (ce n'est pas son nom) et m'appelait « Pol Pot ». "Maleek" s'est finalement retourné et était comme, "QUOI?!" et elle a fait de petits mouvements de battement avec ses mains et a dit, "FLYING N*GGERS!" Mon ami est rentré en colère parce qu'il ne voulait probablement pas provoquer la situation, mais je me suis tourné vers elle et lui ai dit : « Viens ici ». Lorsqu'elle s'est suffisamment rapprochée de moi, je lui ai murmuré à l'oreille : « Si vous ouvrez la bouche une fois de plus, je vais placer vos dents sur ces marches et marcher lentement sur l'arrière de votre tête jusqu'à ce que vous finissiez par avaler votre langue », recula et sourit. Elle rassembla ses affaires et partit.
  • Quand je vivais dans l'Ohio, je suis allé dans un métro pour prendre un sandwich et la femme qui y travaillait a commencé à me parler comme si elle me connaissait. Elle m'a même demandé comment allait mon frère Vinh. J'ai alors dit que je n'avais aucune idée de qui elle parlait et elle m'a demandé si j'étais untel. J'ai dit non, je ne travaille pas dans ce salon de manucure. Elle a dit : « Oh mon erreur. Vous tous, les Japonais, vous vous ressemblez.
  • Vivant également dans l'Ohio, je m'occupais de l'enfant de ma copine (ils sont tous les deux noirs). Elle avait faim, j'étais paresseux, alors nous avons traversé la rue jusqu'à Denny's, de tous les endroits. Nous étions assis dans la section arrière. Deux autres tables étaient assises, apportaient des menus, de l'eau et étaient servies avant que quiconque ne vienne nous donner des menus. J'ai fini par l'emmener ailleurs pour un sandwich et en sortant, j'ai demandé au directeur s'il était normal que Denny's soit ouvertement raciste envers ses clients non blancs. J'ai expliqué ce qui s'était passé, elle s'est excusée et a offert un repas gratuit. FOH.
  • On vous demande : « D'où venez-vous ? répondre par « Pennsylvanie » parce que c'est de là que je me suis identifié, puis j'ai demandé : « Non, d'où venez-vous VRAIMENT ? Genre, qu'est-ce que tu es ?”

J'ai fantasmé sur toutes les façons dont je pourrais me suicider de l'école primaire jusqu'à ma première année de lycée. Il y a eu une tentative ratée qui m'a pris un peu de temps pour récupérer. Tout cela s'est passé avant Trump. Et la chose la plus merdique à ce sujet, c'est que je suppose généralement que les gens sont racistes jusqu'à ce qu'ils prouvent le contraire.

#StopBlancTerrorisme

Mots blessants

par Wes Liu, adopté de la Chine aux États-Unis.

COVID continue de se propager au sein de nos communautés car les gens continuent de manquer de sérieux face à lui. Les Chinois continuent d'être blâmés. Alors que les ethnies asiatiques comprennent d'innombrables cultures uniques, belles et distinctes, beaucoup de ceux qui sont en dehors de la diaspora asiatique ne peuvent pas faire la différence. Cela a pour résultat que toute personne semblant asiatique (en particulier d'Asie de l'Est) se fait réprimander avec des insultes raciales, des blagues sur le fait de manger des chauves-souris et des commentaires de type « retournez dans votre pays ». Ces événements sont devenus plus fréquents en raison de la COVID-19.

Je ne peux pas changer la forme de mes beaux yeux. Je ne peux pas changer mon héritage, ni changer la façon dont les gens parlent. Mais je peux partager à quel point les mots peuvent être blessants. Que pensez-vous que cela fait que ma langue soit enfermée dans « Ching Chong Ching Chong » ? À quel point pensez-vous qu'il est douloureux de se faire dire que je ne suis pas digne de vivre à cause de mon apparence physique ? À quel point pensez-vous que j'ai appris à détester ou à avoir honte de ma culture dont l'histoire remonte à des siècles ? À quel point pensez-vous que j'ai peur d'aller en public parce que je pourrais être la prochaine victime d'agression, juste à cause de mon apparence ?

Il n'est pas acceptable de vous mettre au-dessus de quelqu'un et de sa culture à cause de votre ignorance et de votre manque de compréhension. Et ce n'est pas parce que vous écoutez de la k-pop et regardez des animes que vous êtes un expert en japonais. Et non, je ne vais pas faire tes devoirs de maths à ta place. Ne demandez pas « Quel Asiatique êtes-vous ». Au lieu de cela, demandez peut-être : « Quelle est votre origine ethnique ? »

Regardez vos mots. Je suis chinois et je suis beau. Je suis américain d'origine asiatique et je suis belle.

Vérifier La conversation YouTube de Wes sur la lutte contre le racisme avec le FCCNY.

Affectation....
Français
%%footer%%