L'adoption peut être une prison psychologique

How do I start over?

The question echoes in my brain every day here in Hawaii, now totally away from the relations of my former adopted life.

How do I live anew as one person in this world?

I left my adoptee ties that were technically governmentally bonded relations that I had no control over as a Filipino orphaned child circa 1980’s. For me, they had been total strangers and I didn’t have any oversight or support in post-adoption.

As time went on for me, I wasn’t able to have the fortune to get to know my biological family as after my reunion in 2012 in the Philippines, I decided to go my own way once I discovered our language barriers and my inability to confirm any facts on them.

So yes, fast-forward to current times and it is Sunday, and I have relinquished my bond of my adoptive ties for various reasons, and it hasn’t been easy but for me, it was necessary.

This break action has been mental, emotional and physical. Slamming this lever down included making physically strategic distance by moving far, far away on my own to the Pacific islands in 2019, re-establishing dual citizenship to my birth country in the Philippines in 2021, and civilly sending a kindly written email to my adoptive parents this year after my adoptive brother’s jarring and untimely death.

Additionally, the extended adoptive ties I’ve noticed can also naturally deteriorate with time itself after years of peaceful but gently intentional non-communication.

What happens after you’re on this path of annexation, you wonder?

For me, I’ve arrived at an interesting intersection in my adulthood when I’ve sort of returned to a former state of orphanhood with no real station in life, no bonds, all biological history, heritage and economic status obsolete all over again.

Doesn’t sound that appealing, I know! Tell me about it.

The perk is that instead of being a vulnerable child, I am a 36-year-old woman living in Hawaii. I have rights. I am in control of my wellbeing and fate. I have responsibilities. I drive my own car, I pay bills, I have funds; I have a job and I am not helpless.

I can take care of myself. So to me, the biggest perks are in being healthy and reclaiming my life, identity and sovereignty needed over my own needs and wellbeing.

So quickly the adoptee bond can turn into toxic relations if the parents are narcissistic or emotionally or physically abusive.

After the death of my adopted brother, who was also a Filipino American adoptee and died of severe mental issues and alcohol poisoning, I had a stark wake-up call of how these adoptee relations were silently impacting me too.

And I had to make better choices for myself, I would be risking too much if I ignored this.

It is like leaving a psychological prison, I told Lynelle on a weekend in May.

After some reflection, I realized that as a child and having to make structured attachments from being displaced, this legal bond fastens.

And as a displaced, vulnerable child, I think one falls privy to co-dependency, the need for a family structure overrides even the need for safety for his or her own wellbeing, like if abuses arise in this domestic home.

Or other aspects might not nurture the adoptee, like when the child isn’t being culturally nurtured according to their birth country.

Or when the parents or family members are financially and socially acceptable as to meeting criteria of adoption, but possess narcissistic personalities which is also detrimental to the child’s personal, emotional, psychological and cultural development.

A child stays glued and psychologically devoted to their family ties through development stages and on past adulthood because the need for foundational attachments is paramount to one’s psychological upbringing and success.

And if these ties are in any way bad for the adoptee early on, I think these relations that were once saving can quickly turn into a psychological prison because you are truly bound to these social ties until you’re strong enough to realize that you have a choice.

And you pouvez break out of this bond, this governmentally established bond, although possibly later on as an adult. And, with some finesse.

As an adult adoptee, from my experience adoptive ties that develop healthily or dysfunctionally, after a certain amount of time both types transitions into permanence to that adoptee. Adoptive ties mesh and fuse just the same as biological ties, once you’ve gone so long in the developmental process.

This adoptive relation is totally amazing when it’s good, like any good relationship.

The spin is that when there are issues plaguing the adoptive unit, which can be subtle, interplaying with the personality and culture of the adoptive relations, these issues can go totally disguised, unreported, and it can be toxic and the affects can last a lifetime.

From experience, I see that it is because the adoptee child is vulnerable and doesn’t know how to report issues in the relations, because the option isn’t even granted to them.

No one is really there to give or tell the adoptee child that they have these rights or options. When it comes to post-adoption, there isn’t much infrastructure.

Sadly, if dynamics are not supportive to the adoptee, in time, it can cost an adoptee the cultural bonds to their own birth country or the loss of their native language.

It can cost an adoptee their sanity and mental health.

It can cost an adoptee their self-esteem, which all bleeds and returns into the social sea of their placement or back out into other countries.

And, it can cost an adoptee their life.

On the upside, if the placement is good, it can save a person’s life as well! And it can allow this adoptee happiness and joy forevermore.

Each side of the coin both instills an adoptee’s human value and the toll the placement takes on every child who becomes an adult in society is also expensive, leading to exponential advantage and success in society, or potential burnouts.

For me, my adoptive placement was costly in the end. However, I was still able to survive, work and live. I was materialistically taken care of, thankfully.

I honestly think much was due to my own faith, offbeat imagination and whatever blind luck I was born with that all carried me through this.

Overall, this has been a total trip and my journey has been very far from embodying the traditional fairy tale adoption story.

So now, it’s time to do the hard work, an adoptee mentor messaged me today. But I can do it, we all can do it! It just takes good choices and regular upkeep.

Nearing the end of this post, I will share to my adoptee community that we have a choice especially once we’re of legal age. I’m sort of a wildflower in general, and a late bloomer, so I’m coming out of the fog and becoming aware now in my mid-thirties.

Yes, we have a lot to rear ourselves depending on the economic status we find ourselves in without our adoptee ties. But like other adoptee peer support has shared, you should not do this kind of thing by yourself. You can have support structures the whole time in this.

And yes, it is terrifying, because you will have to rebuild your sense of identity when leaving toxic family relations. As yes, it can be like rebuilding your identity all over again from when you leave them and start anew, as a now a self-made, sovereign person.

From a Hawaiian private school I work at now, I have come to find that cultural identity building begins in the present and it is built upon values, history, education and the wisdom of the past. Now that I have found a home in Hawaii, maybe I can learn more about it.

I will also be working on weekly goals that I hope to share to the community as I continue on this never-ending journey.

In conclusion, if you are in a good adoptive family, God bless your fortune and I have so much love and happiness for you! However, if you are needing to split away from the ties, like if your adoption wasn’t that healthy, then please know it isn’t impossible.

Professional and peer support is here for you, every day on your way to freedom. You can create your own sovereignty, it will just take work.

Read Desiree’s earlier post at ICAV: Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté and follow her at Weebly ou Instagram @starwoodletters.

Les voix des personnes les plus impactées dans l'adoption

Le site Web de l'ICAV fournit de nombreuses informations pour une variété de publics - les autres adoptés internationaux et transraciaux, les parents adoptifs/futurs et les professionnels. L'un de nos principaux objectifs est de fournir une plate-forme pour que vous puissiez entendre les personnes les plus touchées, les adoptés. Je dis "le plus impacté » parce que nous sommes la seule partie (parents biologiques, parents adoptifs, avocats, travailleurs sociaux, fonctionnaires) qui n'est généralement pas majeure au moment des décisions d'abandon et d'adoption. Nous sommes touchés par le fait même que nous sommes des enfants sans voix mûre pour nous-mêmes ni compréhension de ce qui se passe.

Ici, nous donnons nos voix à un âge où nous parlons pour nous-mêmes. Nous partageons honnêtement nos voyages dans l'espoir que cela aidera les autres à mieux comprendre à quel point il est complexe de rechercher notre identité et de trouver notre place dans ce monde.

Sur le site Web de l'ICAV, dans le Histoires individuelles section, nous fournissons une merveilleuse collection d'expériences personnelles. Ce n'est peut-être pas la même chose que nos parents, mais c'est notre point de vue unique.

Aujourd'hui, je veux attirer l'attention sur notre plus récente contribution. Il s'agit d'une pièce magnifiquement écrite par un adopté vietnamien, Paul Bonnell, élevé comme un Américain en Malaisie, aux Philippines et aux États-Unis.

Voici la pièce artistiquement exprimée de Paul en mots et en images nommée Re-imaginer (le) travail dans/de la littérature.

Paul Bonnell

Retour au pays natal

Je viens de rentrer d'un voyage aller-retour de plus de 3 semaines dans mon pays de naissance, le Vietnam. Ce voyage atteste du mantra «l'adoption est un voyage de toute une vie« ! Mon retour à la patrie a été un autre déballage des nombreuses couches dans l'exploration de qui je suis et d'où j'appartiens.

Ce voyage était un tel contraste avec le premier que j'ai fait il y a 18 ans. En l'an 2000, je suis retourné au Vietnam pour la première fois. J'étais à la fin de la vingtaine. Je venais juste de commencer à m'éveiller pour comprendre que j'avais "adoption" et "abandon" problèmes. Je n'avais certainement aucune idée que j'avais une masse de chagrin et de perte sous la surface de ma vie quotidienne.

Quand je suis arrivé au Vietnam pour la première fois en l'an 2000, j'ai été touché par des sentiments bouleversants dont je ne connaissais pas l'existence. Je me souviens du deuil profond et intense qui a surgi en moi alors que nous atterrissions à l'aéroport. Des émotions accablantes m'ont inondé et j'ai passé la première semaine à pleurer et à essayer de comprendre pourquoi je pleurais et ce que tout cela signifiait.

Ce voyage a fini par être assez libérateur, une visite merveilleuse et très curative. Le moment le plus mémorable a été la femme locale du delta du Mékong qui m'a demandé dans un anglais chancelant d'où je venais. Dans mon anglais approximatif, j'ai expliqué très simplement que j'avais quitté le pays étant bébé et que j'avais été élevé par des Australiens blancs parce que je ne connaissais ni ma mère ni mon père. Ayant vécu près de 3 décennies à entendre la réponse des gens, "Oh, quelle chance tu as” à l'apprentissage de mon statut d'adoption, cette femme du delta du Mékong avait été la première à comprendre immédiatement mes pertes. Elle a dit ma vérité qui a résonné à l'intérieur quand elle a répondu : "Oh, tu as raté tellement de choses!"

18 ans plus tard, je suis une Lynelle différente, plus fragmentée et confuse. Je suis maintenant très consciente des impacts de l'abandon et de l'adoption. C'est maintenant 20 ans plus tard que nous nous prononçons et encourageons les autres adoptés à devenir proactifs et à partager les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Cette fois, je suis revenu et je me sentais tellement ancré dans mon pays natal et connaissant mon lieu, mon heure et ma date de naissance. Je me réjouissais d'être de retour dans mon district et mon hôpital de naissance. J'ai aimé me fondre parmi les gens qui me ressemblent. J'ai ressenti une affinité naturelle avec le lieu et les gens. J'adore le dynamisme de Ho Chi Minh-Ville! je pouvez maintenant appelle-le domicile parce que mon acte de naissance a été retrouvé et que je connais quelques vérités fondamentales sur moi-même !

De toute évidence, il n'y avait pas que moi qui sentais que je me sentais chez moi. Mon mari est un Chinois australien de 3e génération et il m'a dit : "Wow, je viens de réaliser que je suis marié à une vietnamienne !” C'était un de ces moments humoristiques mais sous la surface, la vérité dans ce qu'il a dit était profonde. je un m en fait vietnamien et je sens que j'ai enfin récupéré cette partie de moi qui manquait. Je ne sens plus que je suis juste une fille australienne, je suis Vietnamien – Australien. Cette deuxième visite m'a fait ressortir les nombreux aspects de qui je suis, fondamentalement, très vietnamien !

Le lien avec la terre mère, le respect de la nature et l'éducation des choses ont toujours été en moi, mais il est devenu évident lors de mes voyages au Vietnam que c'est une façon d'être très vietnamienne. J'ai voyagé du sud au nord et partout où j'allais, que ce soit en ville ou à la campagne, il y avait tellement de parcelles de terrain avec des champs de légumes, de fleurs, de riz ou autre. Les chemins de la ville au Vietnam n'ont pas encore oublié le lien entre mère nature et nos besoins humains.

Le désir inné en moi de construire et de faire partie d'une communauté, je l'ai aussi vu se refléter dans le mode de vie vietnamien. Au Vietnam, le seul exemple de la façon dont ils se déplacent les uns autour des autres sur les routes est incroyable. Les gens et le trafic circulent simplement les uns autour des autres, se permettant de suivre leur chemin sans agressivité, insistance ou compétition. Il existe un moyen naturel de "travailler ensemble” en harmonie qui résonne en moi.

Je suis par nature une personne très sympathique, toujours intéressée à découvrir les autres à un niveau plus profond. J'ai trouvé cela reflété dans de nombreux habitants vietnamiens que j'ai rencontrés et avec lesquels j'ai passé beaucoup de temps. Mon chauffeur de taxi Hr Hien m'a emmené pour un voyage de 12 heures aux marchés flottants. Il m'a embrassé, un étranger vraiment, comme son petit "sœur". Il s'avère que nous sommes en fait nés dans le même hôpital, lui n'ayant que 7 ans de plus. Il m'a abrité et protégé toute la journée. Il aurait facilement pu abuser de sa position de pouvoir, étant donné que je ne parle pas vietnamien et qu'il aurait pu me voler et me jeter au milieu du delta du Mékong. Au lieu de cela, il m'a pris toute la journée et m'a traité avec respect, m'accueillant dans sa vie en partageant ses pensées et ses points de vue sur la vie, la culture, la famille, les lois et les manières vietnamiennes. Quand nous achetions des choses, il disait : "Ne dis pas un mot, je leur dirai que tu es ma soeur revenue d'Australie qui est partie bébé pour expliquer pourquoi tu ne peux pas parler vietnamien". Ensuite, il négocierait pour nous et obtiendrait le "tarif local". Ce sont des expériences comme celle-ci qui m'ont montré l'âme du peuple vietnamien avec lequel je me rapporte – le sens de faire attention aux autres, d'être gentil et généreux dans l'esprit.

De retour pour visiter le musée des vestiges de la guerre, je me suis une fois de plus rappelé l'esprit vietnamien de résilience, de pardon et de capacité à aller de l'avant malgré une histoire terriblement et laide de guerres et d'atrocités. Attributs que j'ai vus dans mon être et maintenant je comprends d'où ils découlent. C'est mon esprit vietnamien, mon ADN vietnamien ! Je suis câblé pour avoir survécu et prospérer, malgré les adversités.

Pour moi, le retour à la terre natale a été si important pour embrasser tous les aspects de qui je suis. Je suis un produit d'abandon et d'adoption, entre deux cultures, terres et personnes. En grandissant dans mon pays d'adoption, j'avais été pleinement australien sans comprendre ni embrasser mon caractère vietnamien. Maintenant, au milieu de la quarantaine, je sens que je suis revenu à moi-même. Je suis fière de mes deux cultures et de mes deux terres. J'aime les aspects vietnamiens que je vois en moi et j'aime aussi ma culture et mon identité australiennes. Je ne me sens plus divisé mais je suis à l'aise d'être les deux à la fois.

Il m'a fallu des années de prise de conscience active pour embrasser mon identité, ma culture et mes origines perdues, mais c'est un voyage que je voulais faire. J'avais réalisé à la fin de la vingtaine que le fait d'être adopté avait entraîné le déni d'une grande partie de qui je suis, au plus profond de moi-même.

J'attends avec impatience les futurs retours au Vietnam. J'espère qu'un jour ce sera pour retrouver ma famille biologique vietnamienne. Ce sera un formidable chemin de découverte qui ouvrira encore plus de facettes pour découvrir qui je suis !

Je peux tellement m'identifier au Lotus, la fleur nationale du Vietnam !

Aux Vietnamiens, lotus est connu comme un exquis fleur, symbolisant la pureté, la sérénité, l'engagement et l'optimisme de l'avenir car c'est la fleur qui pousse dans l'eau boueuse et s'élève au-dessus de la surface pour s'épanouir avec une beauté remarquable.

Cliquez sur ici pour ma collection de photos de ce voyage et ici pour les photos de l'an 2000 visite de retour.

Pas mon sauveur blanc : examen


L'auteur, Julayne Lee, est une adoptée internationale née en Corée du Sud et élevée aux États-Unis. Étant une lectrice avide mais pas spécifiquement de poésie, j'ai totalement apprécié le livre de Julayne parce que je pouvais comprendre ce qu'elle partage sur son propre parcours et l'expérience sociopolitique plus large en tant qu'adopté international. Sa voix fait partie des centaines de milliers d'adoptés coréens (KAD) à être exportés de leur pays de naissance via l'adoption internationale.

Pas mon sauveur blanc est une lecture profondément engageante, émouvante, obsédante et honnête. Julayne dépeint tant d'angles de l'expérience des adoptés internationaux, reflétant notre parcours de toute une vie pour donner un sens à nos débuts et qui nous sommes en tant que produit de notre abandon et de notre adoption. J'aime les images créées par ses mots. J'admire qu'elle n'ait ménagé aucun effort avec son courage pour parler des nombreux aspects pas si merveilleux de l'expérience de l'adopté.

Certaines de mes pièces préférées avec lesquelles j'ai particulièrement résonné étaient sa lettre à ses mères, ses cheveux racistes, sa carte du corps et les titres de sa patrie.

Pour les adoptés internationaux qui sont morts des traumatismes complexes vécus dans leur vie d'adoption, je salue Julayne pour avoir commémoré leurs noms pour toujours d'une manière si puissante. A travers son livre, leur vie ne sera pas oubliée ni pour rien.

Elle donne également de gros coups de poing dans son pays de naissance et n'épargne aucune empathie ni excuse pour abandonner tant de ses enfants. Ses mots en morceaux, comme Puissant Corée ICA - Camps d'internement d'enlèvement sont un moyen puissant d'expliquer le traumatisme vécu par les KAD dans le traitement des multiples couches de perte et de renoncement, non seulement de leur famille biologique, mais aussi de leur pays de naissance. J'ai adoré l'irrévérence et la vérité capturées dans le Psaume pour les sauveurs blancs.

N'étant pas un KAD, car je suis adopté du Vietnam, j'ai trouvé ce livre instructif sur une partie de l'histoire de l'exportation d'enfants par la Corée du Sud que j'ignorais auparavant.

Dans l'ensemble, je recommande totalement la lecture de ce recueil de poésie à toute personne ouverte à une réflexion critique sur l'adoption internationale à partir de l'expérience vécue.

Bravo Juliette !

Pas mon sauveur blanc est en vente le 13 mars et peut être précommandé ici.

Les adoptés adopteraient-ils un orphelin ?

Voici notre dernier document ICAV Perspective, une compilation des réponses des membres de l'ICAV du monde entier, qui ont voulu contribuer et apporter des réponses à la question :

Adopterions-nous ou non, via l'adoption internationale ou transraciale ?

Cette collation est fournie un peu plus d'une décennie après que l'ICAV a compilé notre premier lot de réponses à cette question. J'ai été intrigué de voir si nos points de vue ont changé au fil du temps au fur et à mesure que nous progressons et mûrissons dans notre compréhension de l'adoption.

La lecture de nos points de vue vous donne quelques réflexions à considérer sur cette question de la part de ceux qui ont vécu l'expérience. Nous apprécions vos points de vue et vous pouvez le faire en commentant sur cette page.

L'autre moitié laissée pour compte

De nombreux adoptés ont été envoyés dans des orphelinats avant d'être adoptés et beaucoup ne se souviennent pas des expériences qu'ils ont vécues avant d'être envoyés dans leurs foyers pour toujours. À un moment donné, nous, les adoptés, avons peut-être commencé le même voyage dans la vie que l'un des millions d'orphelins placés dans des orphelinats. Cependant, un choix fait par quelqu'un à travers le monde ou dans la rue a changé le cours de nos vies pour toujours. Ce qui a commencé comme le même chemin dans la vie s'est transformé en vies contrastées.

Chaque année, des millions d'enfants dans le monde restent dans des orphelinats tandis que 40 000 enfants sont déplacés entre plus de 100 pays via l'adoption internationale. En tant qu'enfants, nos vies sont entremêlées et en tant qu'adultes, nos vies se décomposent en groupes séparés et nous n'incluons pas les orphelins qui restent dans les orphelinats lorsque nous parlons de notre voyage. Lorsque nous parlons des orphelins qui restent, nous imaginons le pire et supposons que notre situation aurait été bien pire qu'aujourd'hui, en tant que personnes adoptées. J'espère discuter des possibilités d'être laissés pour compte par rapport au chemin que nos vies ont pris en tant qu'adoptés.

De mauvais orphelinats existent

Au cours des 25 dernières années, j'ai accumulé des milliers d'heures en tant que bénévole dans plus d'une douzaine d'orphelinats situés sur les 5 continents. Beaucoup d'endroits que j'ai vus étaient déplorables et les preuves montrent que de nombreux orphelins souffriront d'une mauvaise santé, auront un cerveau sous-développé et connaîtront des retards de développement et des troubles psychologiques. Les résultats sont mauvais pour beaucoup de ces enfants, car ils auront des capacités intellectuelles, comportementales et sociales inférieures à celles des enfants qui grandissent au sein d'une famille. Ces problèmes semblent être permanents après l'âge de trois ans et presque tous les orphelinats où j'ai interrogé le personnel, l'orphelinat était débordé et mal équipé pour donner l'attention individuelle requise pour promouvoir le développement social et intellectuel pour des résultats positifs.

Les mauvaises adoptions existent

Si vous voulez lire des cas d'abus, de négligence et de meurtres d'adoptés, tout ce que vous avez à faire est de jeter un œil au Pound Pup Legacy référentiel qui contient près de 1 000 histoires d'horreur sur la négligence et la maltraitance. Le gouvernement américain fournit une estimation selon laquelle 75% d'enfants placés en famille d'accueil ont été victimes d'abus sexuels, alors que seulement 8,4% d'enquêtes auprès du grand public menées par les services de protection de l'enfance des États-Unis ont été déterminés comme étant le résultat d'abus sexuels. Les groupes Facebook d'adoptés ou la participation à des événements d'adoptés vous offrent une expérience d'apprentissage sur plusieurs histoires telles que la mienne, de négligence et d'abus dans les familles adoptives.

De bonnes adoptions peuvent entraîner des résultats négatifs

Même lorsque les adoptés ont des familles aimantes et nourrissantes, ils peuvent toujours se retrouver avec des résultats négatifs. Dans une étude récente de dix ans publiée dans la revue en ligne Pédiatrie, leur rapport indiquait que les adoptés étaient 4 fois plus susceptibles de tenter de se suicider que les enfants non adoptés. D'autres études indiquent que les adoptés ont un taux d'incarcération plus élevé et souffrent de problèmes de santé mentale plus importants que le grand public. Des études préliminaires du Canada et de la Suède montrent que les dommages sont causés in utero et ont des conséquences à vie avec de mauvais résultats pour la santé et même des modifications permanentes des gènes.

Malgré la popularité de l'adoption, il existe une préoccupation persistante selon laquelle les enfants adoptés peuvent être à risque accru de problèmes de santé mentale ou d'adaptation.
Margaret A. Keyes, Ph.D., de la Université du Minnesotaa, Minneapolis

De grands orphelinats existent

J'ai appris qu'il ne faut jamais généraliser aucun groupe et cela est vrai, même aux orphelinats. Au cours de ma tournée de deux ans et demi en tant que diplomate au Kenya et en tant que directeur financier des laboratoires de recherche médicale, j'ai rencontré une sainte moderne du nom de sœur Placida. Sœur Placida est une religieuse écossaise qui a travaillé dans la ville reculée de Kericho, dans l'ouest du Kenya. Elle vit dans la région depuis plus de 40 ans et s'occupait de personnes décédées du sida et leur faisait des enterrements appropriés avant que la maladie ne soit identifiée.

Le résultat de la maladie a laissé des milliers d'enfants orphelins et sœur Placida a trouvé un programme qui a aidé les membres survivants de la famille à prendre soin des orphelins. Plus tard, après que les États-Unis eurent promis de fournir des milliards de dollars de médicaments rétroviraux gratuits, elle a créé un orphelinat pour fournir de la nourriture, des médicaments et un environnement stimulant afin que ces enfants des rues aient les meilleures chances de survie.

Sœur Placida a élargi le programme et offert des programmes de formation pour stimuler l'entrepreneuriat dans l'économie locale ainsi que des opportunités éducatives à travers le Centre Vivre avec l'Espoir à Kéricho.

Les orphelins peuvent avoir des résultats positifs

Être adopté ne signifie pas nécessairement que notre vie a été épargnée. Je vois beaucoup d'adoptés s'accrocher à ce récit même lorsqu'ils ne savent pas si c'est vrai ou non. Je pense que de nombreux adoptés coréens Sth auraient eu une vie productive et significative s'ils étaient restés en Corée Sth au lieu d'être adoptés. Mon point de vue vient de mes huit années d'expérience dans la péninsule à l'âge adulte et des longues conversations que j'ai eues avec l'un des principaux économistes de Corée du Sud pendant que je travaillais avec lui en Afghanistan.

L'économie de la Corée du Sud est classée au quatrième rang en Asie et au 11e rang mondial. La Corée du Sud a fait irruption dans les industries de haute technologie et est devenue l'un des principaux producteurs de navires, d'automobiles, de téléphones portables et d'autres appareils électroniques grand public. Actuellement, la Corée du Sud a la connexion Internet moyenne la plus rapide au monde et bénéficie de l'un des taux de chômage les plus bas. Cela ne s'applique pas seulement à la Corée du Sud. J'ai entendu parler d'un orphelin du Rwanda alors que je travaillais au Kenya du nom d'Immanuel Simugomwa qui est devenu millionnaire dans un pays pauvre avec l'aide d'une ONG. J'ai entendu de nombreuses histoires partout dans le monde où des orphelins prospéraient dans leur propre pays, malgré la mauvaise vie qui leur avait été infligée.

Les adoptés peuvent avoir des résultats positifs

L'un des avantages que j'ai à travailler pour l'ONG de test ADN pour faire correspondre les adoptés avec leurs familles biologiques est de rencontrer des milliers d'adoptés partout dans le monde. La communauté des adoptés est aussi variée que le grand public. Quelqu'un qui travaille dans mon domaine est le LTG Naja West. Elle est l'actuelle Army Surgeon General, un général trois étoiles et l'officier le plus haut gradé du département médical de l'armée américaine. LTG Naja West est également un adopté.

LTG West est l'un des nombreux adoptés réussis que j'ai rencontrés. D'autres sont un musicien professionnel, un acteur de premier plan, un artisan et auteur de renommée mondiale, un producteur de films et un homme d'affaires prospère qui dirige une entreprise de plusieurs millions de dollars. Les adoptés qui réussissent représentent un échantillon représentatif de la vie et beaucoup réussissent dans leur propre droit en atteignant leurs objectifs.

Nous ne devrions pas nous rendre fous de ce qui aurait pu arriver au lieu d'être adoptés. La réponse simple est que nous ne savons pas et ce que nous considérons comme la vérité peut être loin de la réalité. Les possibilités auraient pu être infinies et je voulais rappeler à mes compagnons adoptés que nous négligeons et excluons souvent les orphelins de l'équation lorsque nous parlons. Nous gravitons souvent vers l'abandon, l'adoption et les principaux faits saillants de l'adoption.

Partage: Ma question est : où étiez-vous placé avant d'être adopté ? Vous souvenez-vous des autres enfants ou avez-vous des souvenirs d'eux ? Oublions-nous l'autre moitié ?

Amour à tous mes compagnons adoptés et orphelins.

Jayme Hansen

Pour une lecture supplémentaire :

https://www.livescience.com/21778-early-neglect-alters-kids-brains.html

http://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1649441/orphanages-damage-children-life-says-group-founder

https://www.medscape.com/viewarticle/810625

http://edition.cnn.com/2010/HEALTH/04/13/children.adoption.mental.health/index.html

https://www.sciencedaily.com/releases/2008/05/080505162858.htm

https://www.childwelfare.gov/pubPDFs/canstats.pdf#page=2&view=How de nombreuses allégations de mauvais traitements ont été signalées et ont fait l'objet d'une enquête?

https://adoption.com/sexual-abuse

http://www.wvi.org/rwanda/article/vulnerable-orphan-millionaire

Ce dont les adoptés internationaux ont besoin

Au sein du groupe privé de l'ICAV pour les adoptés internationaux adultes, j'ai récemment posé la question : «Si nous vivions dans un monde idéal, étant donné que votre expérience d'adoption est telle qu'elle est, de quoi auriez-vous besoin pour être en paix avec tout cela ?« J'ai clairement indiqué que nous pouvions discuter et fournir des réponses qui étaient à la fois des possibilités réalistes et des fantasmes idéalistes.

La discussion qui a suivi a été puissante et j'aimerais partager certaines des réponses thématiques qui mettent en évidence ce qui manque encore à l'adoption internationale pour en faire vraiment « les besoins de l'enfant ». Vous verrez d'après certaines des réponses à ma question, nous grandissons et continuons d'avoir des besoins continus qui continuent d'être satisfaits via l'adoption internationale. Souvent, il semble que l'adoption internationale crée Suite besoins que nous avons au départ en tant qu'enfants vulnérables, ce qui m'amène à me demander quel but notre adoption internationale a-t-elle atteint pour nous, les adoptés?

Vérité et réponses

Beaucoup d'entre nous ont des documents d'adoption qui contiennent des détails totalement incorrects ou quelque peu discutables et des nuances entre les deux. Le pire que je puisse citer comme exemple totalement incorrect, c'est une adoptée internationale haïtienne à qui on a donné l'identité d'une personne déjà décédée, une fausse mère biologique inscrite sur les papiers d'adoption et qui a par la suite découvert la vérité des années plus tard, que sa mère biologique n'a jamais donné son consentement . Un exemple des informations discutables et changeantes fournies est l'expérience d'innombrables adoptés sud-coréens qui reçoivent des informations différentes chaque fois qu'ils s'adressent à leur agence d'adoption coréenne pour demander des détails, enfermés dans leurs dossiers d'agence.

Ce manque de connaissance de la vérité ou d'accès transparent à nos informations de renonciation et d'adoption ultérieure peut nous traumatiser davantage en recréant un autre événement dans lequel nous sommes complètement impuissants à connaître nos informations d'identité de base et aggrave notre capacité déjà fragile à faire confiance aux autres. Comme Christine l'a partagé,

« Devoir douter que ce que je pensais depuis le début était ma l'histoire maintenant peut ne pas être vraie, c'est difficile.

Comme d'autres qui ont partagé sur ce thème, Chaitra a indiqué trouver le Vérité comme première réponse, avec d'autres :

  1. Connaître la vérité sur les circonstances qui ont conduit à mon adoption.
  2. Rencontrer et avoir une relation avec ma famille biologique.
  3. Être complètement immergé dans la culture indienne quand j'étais enfant, de sorte que j'aurais eu une connaissance de la nourriture, de la langue, des vacances, des traditions, etc. ainsi que des miroirs raciaux.
  4. Avoir des parents adoptifs qui ont ouvertement communiqué avec moi sur l'adoption et la race.

Chaitra n'avait aucune de ces choses dans sa vie.

Le désir de trouver une famille biologique

Pour certains qui se réunissent, rencontrer enfin la famille biologique leur a donné le sentiment de comprendre qui ils étaient au niveau des attributs physiques et de la personnalité qui étaient toujours différents de ceux de leur famille adoptive. Par exemple, Thomas l'a partagé de cette façon :

"Rencontrer ma famille biologique m'a beaucoup aidé. J'ai rencontré le côté de la famille de ma grand-mère et ils sont tous comme moi avec des yeux énormes, une peau claire et des cheveux bouclés. Ils sont aussi tous très timides et ont tendance à ne pas dire grand-chose à moins qu'on ne leur parle, comme moi. Cela m'a vraiment aidé à répondre à certaines questions sur d'où je viens".

Pour d'autres, comme Chaitra ci-dessus qui n'ont pas encore réussi à se réunir avec leur famille biologique, il y a toujours le désir et la pensée que S'ils pouvaient se rencontrer, cela aiderait à assembler les pièces du puzzle qui constitue qui nous sommes fondamentalement . Dominique l'a bien exprimé, "Le simple fait de savoir que j'ai des parents me donnerait un sentiment de paix. Ils n'ont sûrement pas pu tous périr dans les guerres du Vietnam !"

Lorsque les adoptés sont empêchés de connaître les réponses et de trouver une famille biologique, nous nous retrouvons avec une vie d'incertitude. Nos questions identitaires fondamentales restent sans réponse.

Pas d'adoption

C'était un thème récurrent pour certains adoptés qui ont exprimé le souhait que l'adoption ne soit pas une nécessité et créé une réponse sociale aux enfants vulnérables. Comme Parvathi le questionne avec sagesse,

"Ce n'est que si l'enfant n'a pas de parents et se sent mal à l'aise dans son pays qu'il devrait avoir la possibilité de déménager. Pourquoi un enfant qui a perdu ses parents devrait-il aussi perdre son pays ?"

Sunitha a également déclaré: "Je pense que tout le système de société et l'humanité auraient dû être différents depuis le début des temps ! Qu'est-ce que l'adoption internationale sinon une nouvelle voie colonialiste ? Il ne fait que refléter les inégalités du monde à travers le couvert de la bonne volonté et des sentiments humanitaires. Une autre façon de voir les choses, ce sont des gens riches qui ont besoin d'enfants, qui achètent des enfants de pays pauvres et les élèvent dans leur culture qui est censée être supérieure à leur culture d'origine.. "

Par notre expérience d'adoption internationale, nous finissons inévitablement par remettre en question le système qui a créé notre réalité. Nous ne sommes pas naïfs de croire que l'adoption internationale ne concerne que la pauvreté, car ce n'est clairement pas le cas, comme le démontrent des pays d'origine comme la Corée du Sud et les États-Unis. Kim l'explique bien :

"Lorsque l'interpays se fait dans les deux sens, cela ne semble pas non plus dans le meilleur intérêt des enfants. Cela ne ressemble qu'à un commerce équitable d'enfants, un commerce d'import-export, dans les deux sens. Les États-Unis exportent déjà leurs enfants (principalement des enfants noirs) vers l'Europe, pourquoi ces enfants ne sont-ils pas adoptés dans leur pays avant d'être adoptés dans d'autres pays ?"

Comme Tamieka l'a partagé, le monde doit créer plus de services axés sur les premières familles et « les aider à être en mesure de maintenir et de garder leurs familles et leurs enfants. " Si cela se produisait avec un revenu aussi important que ce que l'adoption internationale génère dans le monde, je me demande s'il y aurait un besoin d'adoption internationale.

Justice lorsque l'adoption est mal faite

Pour ceux qui se demandent si leur adoption était légitime ou non, nous sommes tous trop conscients de la dure réalité qu'il y a peu ou presque rien qui est fait, ou peut être fait, pour empêcher de nouvelles injustices ou pour punir ceux qui créent ces situations. Tamieka l'a exprimé avec éloquence en ces termes : "Le monde doit fournir des organisations qui détiennent ceux qui sont responsables de la corruption dans les adoptions, responsables de déchirer les familles et la vie des gens, d'être tenus responsables de leurs actes et d'être traduits en justice. "

Que l'adoption internationale continue ou non à se pratiquer, se pose la question de où est la justice pour ceux qui sont déjà touchés? Malheureusement, notre désir de la justice réparatrice pour les adoptés lésés par l'adoption internationale est actuellement une utopie. C'est la dure réalité, mais cela ne nous empêchera pas de nous élever contre cela et de souligner à quel point la pratique est contraire à l'éthique sans aucun mécanisme de recherche de justice.

La fin de la douleur persistante

Malheureusement, pour beaucoup, la conséquence tacite de l'abandon sur l'enfant vulnérable est un chemin de douleur psychologique à vie d'avoir été abandonné par nos parents biologiques. Suivie de l'adoption internationale, notre expérience peut devenir un abandon secondaire, cette fois par notre pays de naissance. Grâce à l'adoption internationale, nous perdons pour toujours notre droit à notre famille biologique et à notre pays et nous n'avons pas le choix de conserver notre identité, notre culture, notre héritage ou notre citoyenneté. La douleur de l'abandon par les parents biologiques et le pays de naissance a un effet continu qui peut durer toute une vie. Si cela n'est pas pris en charge par la majorité des pays d'adoption qui offrent peu ou pas de services de soutien post-adoption, nous pouvons nous retrouver avec une quantité infinie de souffrance psychologique interne.

Pour les adoptés qui ressentent intensément cette douleur, ils souhaitent la fin de leurs luttes et peuvent parfois, voir la mort comme la seule issue. Il n'est pas étonnant que les personnes adoptées soient signalées dans la recherche comme souffrant de taux plus élevés de suicide, de tentatives de suicide, de problèmes de santé mentale et reflétées dans une plus grande proportion par rapport à la population non adoptée, dans les prisons ou les services de réadaptation pour toxicomanie et alcoolisme. La douleur de l'abandon est réelle et doit être reconnue. L'adoption est souvent présentée comme une solution gagnant-gagnant, mais elle occulte la véritable douleur que les adoptés peuvent ressentir, qu'elle soit ouvertement partagée ou non.

Kim l'a partagé très clairement :

« La mort me donnerait la paix. Je pense que seule la mort peut me faire cesser de me souvenir d'elle, le Moi avant l'adoption. Seule la mort peut me retirer ce genre de douleur, de solitude et de mal du pays que l'adoption a injecté dans mon âme.

Heureusement, au sein de groupes de soutien comme l'ICAV, nous ne minimisons ni ne diminuons nos réalités parfois douloureuses. Nous parlons et partageons ouvertement, ce qui est si important pour la guérison.

Paul l'a résumé avec éloquence : «C'est une question si difficile. Honnêtement, j'y pense avec tellement d'hyperréalisme qu'il est difficile d'arriver à un état d'esprit parfait pour moi, à des souhaits pour ce qui pourrait être différent. Mon père biologique est mort. Ma mère adoptive est décédée. Ma mère biologique, qui sait ? Et qu'est ce que ca veut dire? Et pourtant je suis là. Et il y a des amis, de la famille et des étrangers et _____. Cette beauté. Mais il y a toujours l'inconnu, la tension, la contradiction ; la complexité de l'histoire ; nos absurdes circonstances socio-politiques mondiales ; etc. Qu'est-ce qui m'aide à traverser tout cela? Cette. Notre partage. Nos histoires. Le potentiel de moments de connexion et de compréhension, même dans toutes leurs imperfections. Nos diverses réalités amères. Ta question. Nos voix. La réalisation d'expériences et de circonstances partagées, non pas de similitude, mais de partage. CA aide. Merci."

C'est incroyable de voir le pouvoir du partage et de la connexion entre groupes de pairs et comment cela facilite notre cheminement de croissance en tant qu'adultes adoptés à l'étranger. Lire celle de Stéphanie expression de ce qu'elle a tiré de la même discussion de groupe.

Critique de COEUR DE LION

Je n'avais aucune idée que j'avais un besoin profond de voir mes enfants se sentir heureux. Je réalise maintenant à quel point je considérais négativement la colère et la frustration. Je n'avais pas réalisé que lorsque j'ai décidé d'adopter un enfant, il s'agissait en partie de réparer un enfant brisé. J'avais tellement d'amour à donner et je pensais pouvoir aimer un bébé jusqu'à ce qu'il soit à nouveau entier. p94

COEUR DE LION : Le guide de la vie réelle pour les familles adoptives est un livre écrit par ce que j'appellerais génialement allumé les parents adoptifs. Si tous les parents adoptifs embrassaient aussi bien nos débuts traumatisants que ces 3 couples, avec les efforts qu'ils ont clairement déployés pour faire face aux complexités impliquées, mon estimation est - nous verrions beaucoup moins de conséquences tragiques et négatives de l'adoption internationale dans le monde entier.

Ce livre doit être lu par les futurs parents adoptifs dans chaque pays d'accueil ! Rien qu'en Amérique, ce livre ferait un ÉNORME impact sur l'éducation nécessaire et véridique qui devrait être fournie aux futurs parents sur la réalité de la tâche qu'ils assument via l'adoption internationale.

Ce livre est le meilleur manuel pratique que j'ai lu qui donne de manière exhaustive aux futurs parents adoptifs un guide pertinent pour gérer les défis que nous apportons inévitablement en tant que personnes adoptées. Dès le départ, les auteurs précisent que ce n'est pas un livre pour les âmes sensibles, d'où le titre Cœur de Lion. Les auteurs décrivent la réalité que j'ai également vécue en tant qu'adopté international, élevé dans le même type de famille que celui représenté dans leur livre, c'est-à-dire d'être un enfant adopté à l'étranger parmi les enfants biologiques des parents adoptifs.

Je me suis lié à ce livre à plusieurs niveaux. Tout d'abord, en tant qu'adulte adopté à l'étranger, je me suis vu à travers le parcours de leurs enfants adoptés - lutter pour se sentir en sécurité, se comporter de la même manière dans l'enfance, vouloir développer la confiance mais avoir peur, faire face à bon nombre des mêmes défis, etc.

« … élever un bébé qui était à la fois désespérément malade et marqué émotionnellement est différent à bien des égards. Je suis un parent biologique et adoptif, et je peux vous dire par expérience directe, ce ne sont pas les mêmes. p90

Deuxièmement, en tant que parent de mon propre enfant biologique ayant des besoins supplémentaires, ce livre était le reflet de ma propre parentalité au cours des 11 dernières années ! Je pouvais totalement comprendre les problèmes sensoriels, les comportements difficiles, la recherche de réponses et de thérapies, l'épuisement d'essayer désespérément de trouver quelque chose qui fonctionne, et les différences entre la parentalité d'un enfant sans besoins supplémentaires par rapport à un enfant avec plusieurs, etc. les auteurs font correctement le lien, qu'adopter un enfant est littéralement la même chose qu'avoir un enfant ayant des besoins supplémentaires.

Une grande partie des conseils standard pour les parents d'enfants atteints d'une maladie mentale s'applique aux familles adoptives. p102

Troisièmement, ces 3 familles se sont réunies pour former leur propre réseau de soutien parce qu'elles ont réalisé qu'elles étaient dans une situation unique et que le soutien était crucial pour leur survie dans l'adoption. Ce livre est né de leur amitié, du fait qu'ils se soutiennent mutuellement et réalisent que les leçons apprises peuvent être précieuses pour les autres. De même, j'ai construit un réseau de soutien avec mes collègues adultes adoptés à l'étranger, et nous avons produit de nombreux articles, livres et ressources de qualité qui sont utiles aux autres.

Le seul domaine que ce livre ne couvre pas du tout, que je recommanderais à tous les parents potentiels et adoptifs d'enquêter, sont les questions et dilemmes d'ordre éthique, politique, social et des droits de l'homme au sein de l'adoption internationale. Mon parcours d'adoption personnelle dure toute une vie et ce que j'ai remarqué, particulièrement après avoir eu mes propres enfants, c'est que j'ai lentement ouvert les yeux sur l'ensemble de l'adoption internationale. Cette étape consiste à poser des questions que mes parents adoptifs n'ont jamais posées, mais qui sont profondément ancrées à l'intérieur et finissent par remonter à la surface.

Des questions telles que : est-ce que mon abandon et donc mon adoption étaient légitimes, était-ce de l'argent échangé et était-ce équivalent à ce qu'il en coûterait pour traiter l'adoption ou était-ce de l'argent tiré de la transaction, qui a gagné de cet argent, combien d'enfants sont envoyés depuis ma naissance pays chaque année et pourquoi, que se passe-t-il pour les familles biologiques et comment font-elles face après avoir perdu leur enfant, et si elles n'avaient pas à perdre leur enfant et comment pouvons-nous renforcer cette option ?

Des questions sur les droits humains telles que : qu'a fait mon pays de naissance pour essayer de m'aider à rester avec ma famille, ma famille élargie, ma communauté, mon pays, avant que je ne sois adopté à l'étranger ? Comment mes parents adoptifs ont-ils participé à ce commerce/entreprise? Était-ce volontairement ou aveuglément ? Cela fait-il une différence? L'adoption internationale est-elle aussi noire et blanche que ce qui est généralement décrit dans les médias ? Y avait-il d'autres résultats que j'aurais pu vivre en tant qu'adopté si je n'avais pas été adopté dans une industrie de l'adoption alimentée par l'argent ?

En mûrissant dans ma compréhension de l'adoption, j'ai réalisé que ce n'est pas ce qu'il apparaît au premier abord et que nous devons préparer les enfants adoptés à des stades d'âge appropriés pour les questions d'ensemble. Le livre avait quelques intersections où cela aurait pu être exploré mais ne l'a pas été. Par exemple, le décès d'un enfant affecté à une famille adoptive et plus tard à cause du chagrin et des sentiments de perte, les parents ont changé de pays et d'agence pour adopter. Puis dans un chapitre différent, un enfant adopté demande (ce qu'on appelle un "étrange» question), « pouvez-vous acheter un enfant ? Je me suis demandé comment se fait-il que nous, les adoptés, voyions clairement le lien, mais pas les parents adoptifs. De notre point de vue simple, si vous choisissez et sélectionnez un enfant dans le pays que vous souhaitez, ou changez parce qu'il ne convient plus, payez de l'argent pour traiter la transaction, en quoi cela ne s'apparente-t-il pas à du shopping, c'est-à-dire acheter un enfant ? La question est-elle vraiment si étrange ? C'est une réalité puissante que les adoptés finissent par remettre en question et ne reflète qu'un aspect des complexités socio-politiques-économiques-genre que tous les parents adoptifs seraient sages de considérer et de discuter ouvertement à mesure que les enfants adoptés grandissent.

Au sein de l'ICAV, je peux garantir que nous pensons et discutons de ces problèmes complexes de plus haut niveau. Nous écrivons également abondamment sur la façon dont l'adoption internationale est facilitée, par qui, si le cycle est perpétué par la demande (parents potentiels) et pourquoi nous n'avons aucun droit légal - ce qui est clairement évident lorsque nos adoptions échouent, que nous sommes victimes de la traite ou que nous avons des documents falsifiés, ou subir des abus ou une expulsion.

Peut-être que les auteurs du livre n'ont pas encore atteint ce stade avec leurs enfants et cela pourrait peut-être expliquer pourquoi il est absent. Si c'est le cas, j'aimerais les voir écrire dans les années à venir, un livre longitudinal couvrant les dernières étapes de la parentalité adoptive à mesure que leurs enfants grandissent jusqu'à mon âge et au-delà.

Indépendamment de l'omission des questions d'ensemble, je recommande vivement ce livre à tous les futurs parents car c'est certainement une énorme longueur d'avance grâce à l'aide que les parents adoptifs de ma génération ont reçue.

Ce livre fournit un compte rendu honnête et sans faille de ce qui se passe VRAIMENT lorsque vous adoptez un enfant d'un pays étranger. La prémisse du conseil parental vient d'un trauma informé et parentage attaché perspective. À mon avis, en tant qu'adopté à l'étranger, il s'agit d'un véritable compte rendu du bagage émotionnel que nous avons, que nous soyons adoptés en tant que nourrissons ou non. j'ai déjà écrit nous ne sommes pas des ardoises vierges. Si les futurs parents ne sont PAS prêts à assumer les réalités présentées dans cette ressource étonnante écrite par des parents adoptifs expérimentés, alors je suggère que l'adoption internationale d'un enfant n'est peut-être pas pour vous. Mais s'ils sont prêts à embrasser ce que ce livre a à offrir, et à être ouverts à discuter de l'ensemble de l'adoption internationale, je pense que cela donnera à votre famille les meilleures chances d'obtenir de meilleurs résultats.

Visitez leur site Web pour savoir comment acheter Cœur de Lion.

Message personnel de Lynelle

Pour clarifier, pour ceux qui lisent la désinformation répandue sur moi personnellement et la position de l'ICAV depuis juin de cette année, en ce qui concerne une position sur la CNUDE et la Convention de La Haye sur l'ICA : -

Comme indiqué à l'entité diffusant la désinformation, en tant que fondateur de l'ICAV, j'ai toujours soutenu la CNUDE et sa position en ce qui concerne l'adoption internationale. J'ai essayé d'éduquer ouvertement les adoptés et la communauté adoptée à ce sujet. J'ai continuellement encouragé les gens à comprendre la Convention de La Haye et ses pièges dans l'adoption internationale. J'ai souligné que pour les adoptés internationaux basés aux États-Unis, il est plus difficile de se battre pour ce que représente la CNUDE parce que leur pays d'adoption n'a même pas été signataire et n'est donc pas légalement lié. I CA. Bien sûr, ce serait formidable si les États-Unis devenaient un jour signataires de l'UNCRC et pourquoi ce n'est pas le cas ? Je suis sûr que c'est un autre essai en soi et je ne suis pas un expert en la matière !

Personnellement, je pense que La Haye et la CNUDE ne nous protègent pas, nous adoptés à l'étranger pour des raisons fondamentales :

1. Nous ne sommes jamais contrôlés (protégés) au-delà du délai minimum (parfois spécifié par notre pays de naissance) une fois la transaction d'adoption effectuée. Le rapport post placement est fourni par les parents adoptifs mais aucun suivi n'est jamais fait par l'adopté lui-même à un âge où il peut rendre un vrai témoignage à un âge mûr. L'adoption internationale ne peut être considérée comme une mesure de protection de l'enfant par rapport au placement en famille d'accueil, à la prise en charge permanente ou à toute autre forme de prise en charge alternative où l'enfant est toujours sous le contrôle et la prise en charge de l'État. Aucun pays d'accueil ne recueille même des statistiques sur le résultat de nos adoptions.

2. Nous n'avons AUCUN droit - légalement ou économiquement - à aucune représentation ou aide si notre adoption s'avère être un échec (soit à cause de familles abusives, d'expulsion, de manque de citoyenneté, de falsification de papiers, et d'être relogé), ou si nous sommes perdus ou volés pour adoption internationale. Nous sommes laissés aux caprices de n'importe quel pays qui nous a accueillis, qu'ils soient miséricordieux ou non. Quel message est donné par le plus grand pays d'accueil du monde qui autorise activement l'expulsion des adoptés et les traite comme des citoyens « moins que ». Sans parler des pays de naissance qui reçoivent l'adopté expulsé ET continuent d'envoyer plus d'enfants après cela. La Haye et la CNUDE restent toutes deux des tigres édentés car il n'existe aucune entité ou processus pour enquêter sur les actions douteuses des signataires.

3. L'argent n'est toujours pas réglementé et est impliqué dans nos adoptions. Personnellement, je pense que la plupart des adoptions internationales telles qu'elles sont menées aujourd'hui ne peuvent pas être considérées comme éthiques tant que l'argent est toujours impliqué et non plafonné. Bien que l'argent soit le moteur de la plupart des arnaqueurs, agences ou avocats impliqués dans les deux pays, on ne peut garantir qu'un marché ne suivra pas. Il existe trop de preuves montrant que les familles de nos pays de naissance sont trompées ou contraintes d'abandonner, ou que le pays de naissance ne fournit pas d'aide sociale pour soutenir les mères célibataires/les familles en difficulté ou qui ont conçu un enfant handicapé.

Je ne pense pas non plus que l'adoption internationale « ayant des besoins spéciaux » soit plus éthique que les enfants ayant des besoins non spéciaux - parce que nous devrions encourager nos pays d'origine à développer les soutiens nécessaires pour aider les enfants moins capables à grandir dans leur propre pays. Ce n'est pas parce qu'on est né avec des « besoins supplémentaires » que c'est un ticket pour être « expédié » et dépouillé de ses droits d'origine et de famille. Le bien-être matériel n'est qu'un facteur dans la vie et les premiers mondes peuvent certainement offrir plus à un enfant ayant des besoins spéciaux que les pays moins développés. Vous ne savez pas pourquoi les premières économies mondiales adoptent toujours leurs enfants via l'adoption internationale alors ?! Mais pourquoi cette aide ne pourrait-elle pas prendre la forme d'un transport aérien de l'enfant et de la fourniture des services médicaux nécessaires sans avoir à « adopter » l'enfant. Garder l'enfant dans sa famille d'origine, l'assister pour ses besoins médicaux et particuliers ; aider leurs sociétés à comprendre que les besoins supplémentaires que les gens peuvent avoir autant à offrir à la société que n'importe quelle personne valide. Personnellement, j'ai moi-même un fils ayant des besoins spéciaux et je détesterais le considérer comme adopté à l'étranger simplement parce qu'il est né avec ce besoin supplémentaire parce que je n'avais pas les moyens ou les services pour le soutenir ou nous soutenir en tant que famille !

Je ne crois pas non plus que l'effacement immédiat de tous les types et formes d'adoption (nationale et internationale) soit la réponse. L'adoption simple telle qu'elle est pratiquée en France reste une forme d'adoption qui permet à un enfant de conserver son identité. De toute évidence, tous les pays du monde ont du mal à savoir quoi faire avec leurs enfants et leurs familles les plus vulnérables ! S'il y avait une réponse simple autre que l'adoption, le placement en famille d'accueil et les modèles de prise en charge alternative, les pays le feraient tous maintenant. On ne peut nier que certains enfants, devenus adultes, ont souhaité et sont heureux d'avoir une famille plus sûre et plus permanente pour les soutenir. Nous ne pouvons pas nier que certaines familles biologiques d'adoptés internationaux peuvent encore choisir l'adoption internationale même si elles sont confrontées à d'autres choix. Nous ne pouvons pas réparer du jour au lendemain les systèmes de croyances sous-jacents dans d'autres cultures qui créent la honte pour laquelle certains parents biologiques choisissent d'abandonner leurs enfants. Peut-être sommes-nous arrivés à cet état d'être à cause de l'éclatement des familles, des villages et des communautés. Notre société reste si fragmentée et isolée en tant qu'individus. Il y a peu de place pour les personnes qui luttent pour exister.

Je vise une discussion respectueuse de la part des parties prenantes dans toutes les arènes sur le sujet. Je vise surtout à nous aider à entendre les impacts réels de l'adoption des familles adoptives, des adoptés et des familles biologiques, en espérant que l'adoption actuelle telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui pourra un jour être supprimée et remplacée par quelque chose de mieux. Peut-être devons-nous également changer le mot afin que les vieilles associations avec les pièges de l'adoption telle qu'elle a été pratiquée au niveau national et international soient supprimées ? Quelle que soit la réponse, elle doit être celle où les enfants ont d'abord et avant tout le droit d'être avec leur famille d'origine ; deuxièmement, si, pour des raisons complexes, un enfant doit être retiré de sa famille, nous donnons aux pays de naissance les moyens de développer autant de systèmes de protection et de soutien social que possible pour garder les enfants dans leur pays d'origine avec des parents ; et dans le pire des cas, si nous devons être adoptés dans un autre pays ou dans notre pays, que toute forme de nous donner à une autre famille qui n'est pas parente, nous permet de conserver notre identité de naissance si nous le souhaitons, et n'annule pas notre identités sans notre consentement.

Alors que les futures générations d'adoptés grandissent et s'expriment et que nous commençons à entendre les expériences de nos familles biologiques, ces contributions pourraient changer à nouveau notre façon de penser l'adoption internationale. En l'état, on ne peut ignorer les énormes pièges de l'adoption internationale. Fermer les yeux ne résoudra pas les problèmes. Proclamer haut et fort que toute adoption doit être éliminée ne résoudra pas non plus les problèmes complexes sous-jacents fondamentaux. Quelque part au milieu se trouve l'endroit où je cherche les réponses parce que je ne prétends pas avoir LA réponse à des problèmes aussi complexes.

Je crois que nous devons examiner de manière critique ce que nous avons fait au cours des 60 dernières années et plus d'adoption internationale moderne et au moins tirer les leçons offertes. C'est pourquoi j'ai choisi de nouer des relations et de travailler avec diverses organisations (gouvernementales et non gouvernementales) à travers le monde.

Donc, au cas où vous auriez des questions sur ma position personnelle ou sur ce qu'est l'ICAV À propos, n'hésitez pas à m'envoyer un message. J'aime être ouvert et transparent et je sais que certains veulent nuire au travail et à la réputation de l'ICAV, qui existe maintenant depuis près de 20 ans. Je reste fidèle à qui je suis et à ce que je fais. J'essaie d'améliorer les choses d'une manière ou d'une autre pour les autres adoptés internationaux déjà adoptés et je m'élève contre la façon dont l'adoption est actuellement pratiquée, afin d'éviter que les mêmes problèmes historiques ne se perpétuent pour les futurs enfants vulnérables qui ont besoin de soins.

Remarque : Je pense également que les adoptés et les groupes d'adoptés ont droit à leurs propres opinions. S'ils diffèrent des miens, je n'ai aucun problème avec cela. L'adoption est une expérience tellement personnelle et chacun a son propre parcours unique.

Affectation....
Français
%%footer%%