Gabby Malpas sur le racisme

Le 3 avril 2022, un groupe de 19 adoptés internationaux australiens a participé à une consultation de l'ICAV pour la Commission australienne des droits de l'homme (AHRC) qui a élaboré un Document de conception pour un Cadre national de lutte contre le racisme. We believe intercountry/transracial adoptees are under represented in race discussions in almost every adoptive country and wanted to make sure we had a say. Gabby’s input below is included in our full papers ici which we submitted to the AHRC.

par Gabby Malpas, born in New Zealand of Chinese origins and transracial adoptee, ICAV Representative, artist at Gabby Malpas.

Colourblind by Gabby Malpas; watercolour painting

I was born in 1966 in Auckland New Zealand. I am 100% Chinese and at the time of writing, I am 56 years old. I started coming out of the adoption fog at 48 years of age, after meeting my birth mother in 2004. It seems old but to clarify, at 48, I finally connected with other Asian adoptees and found validation, support and the language to express my feelings around my life experience.

I have a huge respect for parents. I am a step parent but have not done the heavy lifting that parents do. It’s hard being a parent. Throw adoption or fostering into the mix and that becomes very hard. Throw transracial adoption into that mix and the challenges become even more so. These are my thoughts around racism. All of our experiences are different.

I am very happy. I see the value of good relationships with friends, peers and family, and acknowledge that all of us have experienced trauma at some point in our lives. However, I have struggled with racism my entire life with my difference pointed out almost daily by classmates, co-workers and friends. Not too regularly, I have also been attacked and harassed on the street and was bullied badly throughout my school years.  Jokes and micro-aggressions seem harmless and it took me decades to understand why I was constantly angry: an innocent question about my name/my origins/my nationality seems innocuous, but day after day, often from complete strangers makes a person exhausted, wary and sad/angry. I often withdraw.

I have this to say – I could not tell you this at age 12, 18, 25, 30 or even 40. It took decades to begin to process, understand and articulate what I am feeling.

Dear adoptive parents

Here is what I would like you to know about my life experience as a transracial adoptee:

  • Please understand my life experience is, was and will always be different to that of my white peers, siblings and parents. Like it or not, quite often we transracial adoptees are treated very differently to our white siblings and peers. I noted a big change in people’s behaviour towards me when they saw one of my parents come into view. Racists are sneaky – they are not going to say stuff with you around. And it comes in many subtle forms: how many brown kids are watched like a hawk as soon as they enter a store? How many brown girls are told they talk too much or are too loud/naughty when their white classmates are termed ‘enthusiastic’ or ‘confident’ for the same behaviour?
  • I was raised colourblind. It was the 60s, 70s and 80s. We knew no better. I was 55 years old when the penny finally dropped about my own family’s response to my experience with racism. An older sister said, “But we just assumed you were one of us,” (therefore, it was impossible for you to experience racism). Another piece of the puzzle solved. However, my 7 year old me would not thank my family for the dismissal, harsh words or outright denial that anything had taken place. Things are different now. We have resources and so much information available.
  • If you are triggered by the terms: white privilege, white fragility and wilful ignorance then think long and hard before adopting a child of different race to you. We are looking to you to teach us, to have our backs and stand up for us. And this includes your circle of friends, your own family and peers. I was raised in the age where children were seen and not heard. I accepted outright racist comments/acts from neighbours, friends, extended family, and later, colleagues because I felt that it was my lot or I was undeserving of better. But think about what that does to someone over a lifetime! Is it any wonder that we adoptees are 4 times more likely to have substance abuse or suicide? Let’s try to change that.
Ching Chong by Gabby Malpas, watercolour painting
  • Believe us. I was 5 or 6 years old when I reported my first racist incident to my parents (and this was because I was scared. I didn’t report the ‘ching chong’ chants, the pulling back of eyes and harsher treatment by certain nuns because I was brown and clearly born of sin – those were a daily occurrence). Two much larger and older boys cornered me and pulled down my pants to see if ‘my bum was the same as the other girls’. Horrific and it still haunts me to this day. In response to sharing what happened, I was punished and told not to lie. So I stopped. It was clearly not safe for me to speak up and I didn’t want to be punished for it (to be fair I think it was the mention of private parts that had them more outraged). I left NZ for good in 1988. I put distance between myself and my family because of the above and some bonds were sadly broken for a while. Do you want this for your own family? If your children do not trust you to have their back they may be reticent to report more serious stuff like abuse, bullying and even date rape/domestic violence.
  • Just because we don’t tell you doesn’t mean it doesn’t happen. I finally found the courage to speak up in the last two years. I cut friends, extended family members and suppliers for my own mental health and sanity but also I finally understood that I didn’t have to engage with such people.
  • Words hurt. And the hurt lasts a lifetime. So those jokes you make about other races — their food, shopping habits, hoarding, driving skills … all those lazy stereotypes that the Australian media like to peddle – well, your kids are listening.  When we see racist incidents reported be dismissed or downplayed by the media (especially if it is a footy star/ celebrity accused), how do you think that makes us feel?  We don’t need to hear:
    ‘They weren’t racist to me – are you sure it happened?’
    ‘What did you do to make them act in this way?’
    ‘Rise above it!’
    ‘Ignore it!”
    ‘Can’t you take a joke?’
    ‘I’m sure Xxxx didn’t mean to be offensive…’
    This ain’t it. Do better.
  • Quite often we are rejected by our own race – we are seen as ‘too white’, too culturally ignorant, and our names are white. This can be very confronting.
    We grow up, study, work and socialise generally in white spaces. We adapt to our environments to fit in but can be treated very harshly by our own race because of this.  A heritage camp and trip once a year can’t help with this and if we are living in a white country – it is understandable that we just want to fit in/fade into the background like everyone else. But we can’t. Don’t shame us for trying to survive in our own environments.
  • Racism is hard to process when the perpetrator looks like a member of your own family. An Asian child who grows up with their own cultural background watches how their parents react and behave when they are faced with racist incidents. They see how their parents behave and speak to the offender. Nothing may be said but there is a shared experience within the family and younger members can learn from their elders – and even grow up to challenge passive responses.

Check out Gabby’s amazing Art Mentoring that she does as a volunteer with younger Chinese adoptees.

Démystifier la stigmatisation du suicide des adoptés

Par Lina Vanegas, MSW et adopté de la Colombie aux États-Unis.

Il est honteux que le suicide soit si fortement stigmatisé par la société. La religion et la loi ont contribué à la stigmatisation du suicide. La loi a perpétué leurs positions en créant des lois qui rendent le suicide illégal. Il y a 26 pays où le suicide est actuellement illégal, dont le Kenya, les Bahamas et la Jordanie. Il est totalement faux de criminaliser, de faire honte et de stigmatiser les personnes qui luttent et souffrent. La religion et la loi ne sont pas les seules institutions ou systèmes à le faire, mais je les utilise comme exemple pour démontrer l'impact qu'elles ont sur la société. Toutes ces pensées sont absorbées par la société qui n'inspire ni ne crée d'empathie, de compassion ou de compréhension pour les personnes qui souffrent.

La honte et la stigmatisation entourant le suicide sont évidentes dans le langage que nous utilisons pour parler du suicide. Lorsque nous disons « s'être suicidé », nous l'assimilons à un crime. Ce n'est vraiment pas un crime. Nous ne disons pas qu'une personne a "commis" un cancer, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou Covid, nous disons que quelqu'un a "commis" un meurtre, un vol, une agression ou un viol. Ce sont des crimes. Le crime autour du suicide est que quelqu'un est mort parce qu'il se débattait tellement intérieurement, mentalement et émotionnellement. Arrêtons aussi de dire qu'ils se sont « suicidés ». Ce qui a tué cette personne, ce sont des problèmes de santé mentale et ils sont morts par suicide. Il est essentiel que nous créions un changement de paradigme où nous menons avec empathie, compassion et compréhension. 

Lorsque les gens utilisent cette terminologie, ils stigmatisent le suicide. Une personne qui s'est suicidée a des amis, de la famille, des voisins, des connaissances et des êtres chers. Quand ils entendent ce choix de mots, cela les blesse – et ils sont déjà aux prises avec la stigmatisation d'un suicide. Vous les connaissez peut-être, mais ils ne vous parleront probablement pas de leur perte après vous avoir entendu utiliser un langage aussi blessant et insensible.  

La société occidentale stigmatise et fait honte à ceux qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et de maladie mentale. Il existe une myriade d'expressions et de choses qui utilisent le suicide dans le nom/titre qui sont offensantes et cruelles pour ceux qui ont (ou sont) aux prises avec des pensées/idées suicidaires, ont tenté de se suicider et pour ceux d'entre nous qui ont perdu un être cher. un au suicide. Les gens utiliseront assez librement l'expression « Je vais me suicider » et « Je vais juste me tuer » et « Allez vous tuer ». Ce sont des poignards pour ceux qui ont été touchés par le suicide. Ces commentaires sont complètement sourds, insensibles et cruels, et reflètent le manque général de compréhension et d'empathie autour du suicide.

Nous devons faire de la discussion sur le suicide des adoptés une conversation continue et régulière. Il ne nous suffit pas d'en parler sporadiquement. Cette conversation doit avoir lieu trois cent soixante cinq jours par an. Les adoptés luttent et souffrent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept et trois cent soixante cinq jours par an. La statistique selon laquelle les adoptés sont 4 fois plus susceptibles de tenter de se suicider provient d'une recherche publiée en 2013 par l'American Academy of Pediatrics. 

Nous avons besoin que des recherches actuelles soient effectuées sur les adoptés partout dans le monde. Je vous écris des États-Unis, donc les organisations idéales pour financer et mener cela sont la fondation américaine pour la prévention du suicide et l'association américaine de suicidologie. Ces études contribueraient à éclairer la prévention, la sensibilisation et l'éducation. Jusqu'à ce que la société réalise la crise de santé mentale à laquelle sont confrontés les adoptés, nous continuerons à lutter en silence. Nous sommes une communauté invisible et opprimée luttant littéralement pour nos vies. Nous avons désespérément besoin de soutien et de prévention du suicide. 

Je voulais rendre hommage et honorer les deux adoptés décédés ce mois-ci. Ils étaient tous deux des adoptés internationaux transraciaux. Il est essentiel de souligner qu'il existe un lien entre cela et les problèmes de santé mentale, le racisme et le suicide. Beaucoup d'entre nous subissent des micro-agressions et du racisme parce que nous ne sommes pas blancs. Ces expériences ont un impact sur notre santé mentale. Les parents adoptifs n'ont aucune idée de ce à quoi cela ressemble car ils ne vivent pas ces incidents et beaucoup préfèrent ne pas voir notre course pour que cela ne nous aide en rien. Certains parents adoptifs perpétuent le racisme et les micro-agressions qui nuisent à notre santé mentale. 

Alejandro Gobright décédé le 2 juin. Il a été adopté du Guatemala aux États-Unis. Il est décrit dans un hommage que j'ai lu comme "un grand chanteur, poète et ami incroyable".

Seid Visin décédé le 4 juin. Il a été adopté d'Éthiopie en Italie. Il a joué dans les académies de la jeunesse de l'AC Milan et de Bénévent. Il a expliqué dans une lettre avant sa mort par suicide comment il souffrait d'abus et de traitements raciaux constants. Il est essentiel de souligner que son père adoptif a fait tout son possible pour souligner après la mort de Seid que le racisme n'a joué aucun rôle dans sa mort. C'est un exemple clair d'un parent adoptif ignorant, n'écoutant pas et ne voulant pas faire face aux difficultés auxquelles Seid était confronté.

Je suis extrêmement triste et en colère chaque fois que j'écris sur les suicides d'adoptés. Ces décès ont un impact sur l'ensemble de la communauté des adoptés. Alejandro et Seid font partie de nous tous. Il y a environ cinq à sept millions d'adoptés dans le monde et il est temps que nous commencions à parler du suicide des adoptés. 

Lisez les autres articles de Lina sur le suicide des adoptés, Partie 1 & Partie 2.

Autres ressources sur le suicide des adoptés

Faire face au suicide d'un adopté
Page commémorative de l'ICAV
Jour du souvenir des adoptés
C'est une semaine noire pour les adoptés en Europe
En mémoire de Seid Visin

En mémoire de Seid Visin

Par Marc Hagland, adopté international sud-coréen élevé aux États-Unis, co-fondateur de Perspectives d'adoption transraciale (un groupe pour les parents adoptifs pour apprendre de l'expérience vécue), et auteur de Voyage extraordinaire : le chemin de toute une vie de l'adopté transracial

Ce que nous apprenons

Ces derniers jours, depuis que la nouvelle a éclaté le 4 juin que Seid Visin, 20 ans, s'était suicidé, la presse italienne et européenne a publié des articles et diffusé des segments sur sa mort, avec une bonne dose d'incrédulité et de confusion. Il y a un certain nombre de raisons à la confusion, dont certaines sont journalistiques - des questions sur la déclaration qu'il avait apparemment faite il y a quelques années à son thérapeute, par rapport à ce qui aurait pu se passer dans sa vie plus récemment - mais surtout, à cause des déclarations de ses parents Walter et Maddalena.

Walter et Maddalena ont adopté Seid à l'âge de sept ans ; il a grandi dans leur maison de Nocera Inferiore, une banlieue de Naples. Je peux comprendre qu'ils soient profondément confus par ce qui s'est passé ; mais il est également clair pour moi que, malgré leurs bonnes intentions, ils n'ont aucune compréhension de sa détresse face au racisme qu'il a continué à subir. Je viens de visionner une interview avec une émission de diffusion italienne intitulée "Approfondimento Focus", dans laquelle ils n'arrêtaient pas de réitérer à quel point il était heureux, comment ses récents problèmes psychologiques étaient liés au verrouillage de COVID, qu'ils accusaient de sa récente dépression, et comment il ne s'intéressait absolument pas à son origine éthiopienne. Ils ont également nié à plusieurs reprises que le racisme avait quelque chose à voir avec la détresse émotionnelle de leur fils.

Cette dernière série de déclarations de la part des parents de Seid m'a vraiment frappé à plusieurs égards, en particulier compte tenu des extraits du texte de cette lettre à son thérapeute (apparemment) il y a quelques années, qui ont été publiés. Par cela, le Corriere della Sera a obtenu une lettre que Seid Visin a écrite à son thérapeute il y a deux ans, et Rolling Stone Italia l'a publiée. Dans ce document, Seid a écrit que « Où que j'aille, où que je sois, je ressens le poids des regards sceptiques, préjugés, dégoûtés et effrayés sur mes épaules comme un rocher. Il écrit qu'il a honte « d'être noir, comme si j'avais peur d'être pris pour un immigré, comme si je devais prouver à des gens, qui ne me connaissaient pas, que j'étais comme eux, que j'étais italien, blanche." Ce sentiment l'a conduit à faire « des blagues de mauvais goût sur les noirs et les immigrés (...) comme pour souligner que je n'étais pas des leurs. Mais c'était la peur. La peur de la haine que je voyais dans les yeux des gens envers les immigrés.

Comme l'écrit un journaliste sportif dans Le Parisien : « Sa mort a provoqué une grande émotion en Italie. En 2019, le jeune homme pointait du doigt le racisme dont il était victime, écrivant un post sur les réseaux sociaux dans lequel il exprimait son malaise. "Il y a quelques mois, j'ai réussi à trouver un emploi, que j'ai dû quitter parce que trop de gens, principalement des personnes âgées, refusaient d'être servis par moi", a-t-il déclaré. Ils m'ont également accusé du fait que de nombreux jeunes Italiens ne pouvaient pas trouver de travail. Les parents adoptifs de la victime ont toutefois tenu à apporter des précisions. "Le geste de Seid ne découle pas d'épisodes de racisme", ont-ils déclaré à la presse italienne.

Voici le texte de la lettre; sa date exacte n'est pas certaine, et il y a confusion quant à la date à laquelle il a été écrit - soit très récemment, soit il y a environ deux ans - mais en tout cas, le voici :

« Je ne suis pas un immigré, mais j'ai été adopté quand j'étais enfant. Je me souviens que tout le monde m'aimait. Partout où j'allais, tout le monde s'adressait à moi avec joie, respect et curiosité. Maintenant, cette atmosphère de paix idyllique semble très loin. Cela semble mystique. tout a été inversé. Maintenant, partout où je vais, je sens le poids des regards sceptiques, dégoûtés et effrayés sur mes épaules. J'avais réussi à trouver un travail que j'ai dû quitter car trop de gens, surtout les personnes âgées, refusaient d'être pris en charge par moi. Et comme si cela ne me suffisait pas, ils m'ont accusé d'être responsable du fait que de nombreux jeunes italiens (blancs) ne trouvent pas de travail. Après cette expérience, quelque chose a changé en moi. Comme si j'avais honte d'être noir, comme si j'avais peur qu'on me prenne pour un immigré. Comme s'il devait prouver aux gens qu'il ne savait pas qu'il était comme eux, qu'il était italien.

J'ai même fait des blagues déplaisantes sur les Noirs et les immigrés, comme pour souligner que je n'étais pas l'un d'entre eux. La seule chose qui expliquait mon comportement était la peur. La peur de la haine qu'il voyait dans les yeux des gens envers les immigrés. La peur du mépris que je ressentais dans la bouche des gens, même mes proches, qui invoquaient avec nostalgie Mussolini et le « capitaine Salvini ». Je ne veux pas implorer de compassion ou de pitié. Je veux juste me rappeler l'inconfort et la souffrance que je vis. Je suis une goutte d'eau à côté de l'océan de souffrance qui vit qui préfère mourir pour continuer à vivre dans la misère et l'enfer. Ces gens qui risquent leur vie, et ceux qui l'ont déjà perdue, juste pour fouiner, pour savourer ce que nous appelons simplement « la vie ».

Quelques notes très importantes ici. Premièrement, il est assez significatif que Seid fasse explicitement référence non pas à Mussolini, mais aussi à Matteo Salvini, l'ancien vice-Premier ministre et toujours actuel sénateur au Parlement italien, qui est secrétaire de la Lega Nord, ou Ligue du Nord, qui est un droit Parti politique raciste, xénophobe, dont les partisans sont à peu près l'équivalent des partisans de Donald Trump aux États-Unis. Il y a eu une augmentation massive de l'expression du racisme et de la xénophobie manifestes en Italie au cours des quinze dernières années, et la xénophobie raciste a explosé au cours des dernières années, d'autant plus que des milliers de Noirs africains sont entrés en Italie en tant que réfugiés de guerre. , les conflits et la pauvreté en Afrique. Deuxièmement, dans la lettre ci-dessus, il a dit très clairement qu'il était profondément affligé par le racisme qu'il avait subi.

Fait intéressant, sa mère Maddalena, dans cette interview diffusée dans l'émission "Approfondimento Focus", n'arrêtait pas de souligner que Seid avait récemment été déprimé en raison de l'isolement qui lui avait été imposé et à d'autres pendant le verrouillage de ce printemps. De toute évidence, il n'y a rarement qu'une seule cause de suicide. Seid aurait certainement pu être déprimé lors du verrouillage national en Italie ce printemps. Mais cela ne nie absolument pas son extrême détresse face à son expérience vécue du racisme.

En réfléchissant à tout cela, je vois une situation tragiquement classique pour un jeune adulte transracial, adopté à l'étranger, un jeune qui était racialement et socialement isolé, qui subissait un racisme permanent et dont les parents, d'après ce que nous pouvons dire, niaient le racisme qu'il vivait et la détresse qu'il ressentait à cause de cela.

Une autre perte tragique d'une autre vie transraciale d'adoptés internationaux.

Je partage un post de La Repubblica, avec un lien vers une vidéo selfie (qui a depuis été retirée donc je poste cette un à la place) dans lequel Seid aime danser.

Que le souvenir de Seid et de sa vie soit une bénédiction.

Ressources associées

Page commémorative de l'ICAV

Lisez la contribution de Mark Hagland à l'autre article de l'ICAV : Pouvons-nous ignorer ou nier que le racisme existe pour les adoptés de couleur ?

Nous devons parler du suicide des adoptés, maintenant

Français
%%footer%%