Porter votre destin

par Bina Mirjam de Boer adopté de l'Inde aux Pays-Bas, coach en adoption et en famille d'accueil @ Bina Coaching.

Récemment, il a été annoncé qu'il existe une société de substitution en Ukraine qui restera avec des centaines de bébés commandés mais non livrés en raison du coronavirus. Ils ne peuvent pas être récupérés pendant le confinement par leurs parents étrangers. Dans l'article de RTL 4, nous voyons des infirmières bouleversées et entendons l'avocat de la société d'adoption parler de l'importance pour ces bébés d'aller à leurs parents étrangers le plus tôt possible.

Ce qui est bizarre, c'est qu'en faisant appel à la GPA et/ou à la société d'adoption, ces bébés sont retirés de leur mère, de leurs origines et de leur pays de naissance et finissent dans une famille dont un, ou aucun, des parents n'est génétiquement leur parent. .

Le lundi 18 mai, le procès intenté par l'adopté du Sri Lanka, Dilani Butink, a été diffusé par lequel elle poursuit l'organisation d'adoption/fournisseur de permis. Stichting Kind en Future et l'État néerlandais. Son cas tiendra les deux parties responsables de son adoption frauduleuse. En effet, l'État néerlandais et les organisations d'adoption et / ou les titulaires de licences sont au courant des pratiques frauduleuses et du trafic d'enfants en provenance des pays d'origine depuis de nombreuses années. Néanmoins, des milliers d'enfants ont été adoptés légalement (et sans accord) de leur patrie aux Pays-Bas après avoir découvert le trafic. Pourtant, nous nous concentrons toujours sur le souhait d'avoir un enfant en premier.

Actuellement, le gouvernement néerlandais travaille à l'ajustement de la loi sur la maternité de substitution. Sous son apparence et autour de la croissance sauvage des fermes pour bébés, la mère porteuse et l'enfant doivent être protégés contre la maternité de substitution à l'étranger, mais l'Ukraine ne l'offre pas. C'est assez étrange parce que la cause de cette loi, c'est-à-dire créer des enfants d'une manière « non naturelle », affecte le droit de cet enfant à exister. Celui qui lit ce projet de loi constate rapidement que les droits de l'enfant et la sécurité de la mère ne sont pas suffisamment protégés et/ou respectés. La raison de cette loi est que nous avons toujours l'adoption internationale et la conception d'enfants par une mère porteuse donneuse et ce n'est pas un conte de fées ou une pensée altruiste.

En pensant à ce que mes parents adoptifs avaient l'habitude de dire lorsqu'on leur demandait si je leur étais reconnaissant pour ma nouvelle vie, à savoir qu'ils m'ont répondu que je n'avais pas à être reconnaissant. C'est parce qu'ils voulaient tellement un enfant et étaient si égoïstes qu'ils m'ont laissé venir de l'étranger.

Dans la plupart des cas, le souhait d'avoir un enfant n'est pas un souhait d'intégrer un enfant dans votre vie, mais un désir biologique de se reproduire ou d'avoir un enfant. S'il ne s'agissait vraiment que de l'enfant, les milliers d'enfants oubliés qui vivent dans des foyers pour enfants seraient collectés par des couples sans enfant. Le fait que nous vivions dans un monde où le souhait d'avoir notre propre enfant est exalté au-dessus des souhaits et de la santé de l'enfant, garantit que le marché financier continue de fonctionner qui domine le monde de l'adoption, des donneurs et de la maternité de substitution.

Pour réaliser ce souhait d'enfant à tout prix, on utilise des moyens qui ne peuvent se faire sans chirurgie médicale ou légale. Les mères d'outre-mer sont aidées à abandonner leur enfant au lieu de briser les tabous ou d'aider la mère à élever elle-même l'enfant, ou de laisser les liens familiaux légaux intacts, ce qui est mieux pour l'enfant. L'influence de la distance (la parentalité légale à élever au-dessus de la parentalité génétique) sur une vie humaine est encore compartimentée, niée et ignorée, avec toutes les conséquences.

Malgré toutes les histoires d'adoptés adultes et d'enfants donneurs adultes sur l'influence de la distance et d'un passé (en partie) caché ou des faibles taux de performance des familles composites, le souhait d'un enfant reste supérieur aux souhaits de l'enfant.

En 2020, nous ne sommes apparemment toujours pas conscients que ces actions non seulement soulagent les parents désireux du sort insupportable d'une existence sans enfant, mais les écartent également de leur responsabilité de porter leur propre destin. En même temps, nous veillons à ce que ces enfants soient accablés non sollicités, d'un sort insupportable. A savoir, une vie avec une identité cachée et une identité faite. Je ne veux pas dire qu'un couple sans enfant n'a pas droit à un enfant dans sa vie mais il existe d'autres moyens de laisser un enfant faire partie de sa vie sans donner à une mère et à son enfant un sort insupportable.

Les adoptés ne savent souvent pas qui ils sont, quand ils sont nés, quel est leur âge ou leur nom de naissance, de quel système familial ils sont issus ou quelle est leur histoire opératoire. Ils sont élevés avec l'idée qu'ils appartiennent à une famille différente dont ils sont génétiquement issus. Cependant, ce déshéritage légal ne coupe pas l'adopté de son système familial d'origine (c'est impossible) mais ils doivent découvrir dans leur vie d'adulte que le fondement sur lequel leur vie s'est construite n'est pas le bon. Les enfants donneurs recherchent le père et découvrent qu'ils ont des dizaines de (demi) sœurs et frères ou qu'ils sont jumeaux mais proviennent de pères donneurs différents. Les deux fois, c'est une question de demande pour un enfant et de mise à disposition.

De nombreuses personnes adoptées découvrent à un moment donné de leur vie qu'elles vivent avec un destin insupportable, qu'elles vivent dans une histoire surréaliste dont elles ont raté l'essence mais qu'elles ressentent leurs émotions dans leur corps. Cela vous fait également entendre que les adoptés disent souvent qu'ils ont l'impression de devoir survivre au lieu de prospérer.

J'espère que le procès juridique de l'adopté sri-lankais Dilani Butink contribuera à une prise de conscience croissante et à l'arrêt du trafic d'enfants de quelque manière que ce soit et que nous laissions le destin et la responsabilité à leur place. Comme l'a dit un jour un adopté coréen : « Préférez-vous mourir de faim ou mourir de tristesse ? .. une phrase que j'observe encore régulièrement lors des réunions de groupe avec les adoptés.

Je suis consciente que ne pas pouvoir avoir d'enfants est un destin insupportable alors qu'en même temps je constate et travaille quotidiennement avec les effets des conséquences de la distance et de l'adoption. Et c'est aussi insupportable pour beaucoup, malheureusement nous, adoptés et enfants donneurs, ne pouvons pas mettre de côté notre sort et les responsabilités que nous avons reçues et c'est un fardeau que nous devons porter non désiré comme une condamnation à perpétuité.

J'espère aussi que le procès judiciaire contribuera à obtenir de l'aide. En 2020, les gouvernements n'assument toujours pas l'entière responsabilité de détourner le regard de ces formes de trafic d'enfants dans le cadre de l'adoption internationale et de ses conséquences. Au final, à mon avis, la question demeure : oses-tu assumer tes responsabilités et porter le sort que tu as reçu ? C'est un choix de vivre sans enfants « faits maison » ou vous chargez une autre personne du sort de vivre sans son identité, sa famille et sa culture d'origine.

S'il vous plaît, apprenons de l'histoire et n'utilisons pas les enfants comme éclaircissement du destin, mais portons notre propre destin.

Français
%%footer%%