La déshumanisation d'un adopté

par Kayla Zheng adopté de la Chine aux États-Unis.

Je serais si audacieux de dire que la grande majorité, sinon la totalité, des adoptions sont l'acte égoïste de ceux qui veulent ou ont déjà adopté. Le résultat de l'adoption laisse l'adopté dans un état perpétuel de déshumanisation. Si nous regardons le mot déshumanisation défini par l'Oxford Dictionary, cela signifie « le processus consistant à priver une personne ou un groupe de qualités humaines positives ». Pour le public et les personnes qui ne connaissent pas bien l'adoption, le complexe industriel de l'adoption et ses pratiques, cela peut être assez déroutant et la représentation de l'adoption et des adoptés a été, pour la plupart, un rebondissement sensationnel ou une forme de développement de personnage. Pourtant, c'est là que réside l'une des nombreuses façons dont les adoptés, à la fois à l'écran et hors écran, sont déshumanisés et dépeints comme dépourvus de toute pensée ou expérience critique. 

L'adoption, telle que décrite par les médias sociaux et les films, montre systématiquement les parents adoptifs (qui sont souvent blancs) comme des couples philanthropes altruistes dont les seules intentions sont de radoter et de répandre de l'amour sur un enfant pauvre (qui sont souvent BIPOC), poussant sans cesse le récit du blanc sauveurs. La bonté cohérente et inhérente et la nature altruiste de la blancheur par défaut déplacent à la fois le pouvoir et la dynamique raciale en faveur de la blancheur et le dépendant, qui a besoin d'être sauvé, est impuissant sans la blancheur toute-puissante et connaissante accordée à l'enfant de la couleur. Lorsque ces modèles d'adoption deviennent représentatifs et prêts à être consommés par la société, cela déshumanise l'adopté pour qu'il ne soit plus qu'une marionnette sans attributs positifs inhérents. Tout potentiel est lié et associé aux personnes qui l'ont adopté, laissant l'adopté comme une coquille creuse utilisée pour se rétrécir sous les projecteurs des parents adoptifs. À travers le cinéma et la télévision, l'adoption est le dépouillement d'un adopté (encore une fois, principalement BIPOC), l'illumination des parents adoptifs (et, encore une fois, principalement des blancs), comment la société peut-elle nous voir comme des humains lorsque nous vivons dans l'ombre de ces qui nous a adoptés ? Comment pouvons-nous être vus avec un potentiel inhérent, avec les succès de nos ancêtres qui coulent dans notre sang et des rêves reflétant notre vrai moi alors qu'on nous montre constamment que nous ne sommes rien sans adoption ? Que nous ne sommes rien sans la blancheur ?

Dans la représentation continue de l'adoption et des adoptés au cinéma et à la télévision, les adoptés sont toujours opposés les uns aux autres. Quand vous pensez à certains de vos films ou personnages préférés qui sont adoptés, qui sont-ils ? S'agit-il de Loki, Frodon Sacquet, Black Widow, Batman, The Joker, Lord Voldemort ? Le paradoxe de la fascination et de l'indifférence de la société pour les orphelins est destructeur, la demande d'adoptés (et donc d'adoption) est binaire et oblige les adoptés à combler le double désir de sauver les adoptés/orphelins et de vilains un adopté/orphelin. La perte de connexion biologique et la perte d'identité sont fantasmées pour créer un scénario plus contextualisé. Le besoin d'adoption pour contribuer au traumatisme et à la fantaisie pour la construction du personnage est très recherché. C'est la double déshumanisation des adoptés par le cinéma et la télévision.

Le danger des histoires artificielles et faibles est qu'elles enferment les adoptés et les orphelins dans des formes étroites et aggravent la stigmatisation et les attentes entourant notre existence. Ce rôle forcé de méchant ou de héros ne fournit pas une expérience réaliste d'incorporation cohérente d'une rage montagneuse, d'un chagrin pesant, d'une exsudation de joie et d'amour. Ce que Hollywood et le projet médiatique des « mauvais » ou « bons » adoptés/orphelins les limite et les dépouille de leur individualité, de leur autonomie et de leur humanité. L'adopté « endommagé et brisé » ou l'orphelin « vainqueur et héros » sont des rôles inexacts et une réalité faible qui est loin de la vie nuancée d'un adopté/orphelin qui nécessite un fardeau trop lourd à porter. Le cinéma et la télévision enlèvent notre humanité et les adoptés n'ont pas le privilège d'exister en tant que nous-mêmes. Nous ne sommes destinés qu'à la consommation et l'espace limité qui nous est fourni dans les tropes binaires romance notre traumatisme, limite nos capacités et nous diminue pour nous adapter au palais d'un consommateur. Nous ne nous appartenons jamais. Si nous ne pouvons pas nous approprier nos propres histoires et vies, sommes-nous même capables d'être pleinement humains ? 

D'après mon expérience, la plus grande forme de déshumanisation se produit pour un adopté au sein de l'église. Ayant grandi dans un environnement entièrement blanc et fortement impliqué dans une église blanche qui prêchait le christianisme blanc, j'ai dû survivre dans un écosystème de blancheur qui exigeait de la gratitude envers les bons chrétiens blancs qui m'ont sauvé de la grande, mauvaise, païenne et communiste Chine. Je me retrouverais, plus d'une fois, à défiler comme un gage de bonté chrétienne et blanche. De la façon dont « le Seigneur agit de manière miraculeuse » et m'a donné « l'opportunité et le privilège d'être adopté par une famille chrétienne dans un pays chrétien où j'ai appris l'existence du Christ ». Ce que cela m'a dit haut et fort, c'est que la Chine était irrécupérable à moins que sous le pouvoir de l'église chrétienne blanche ou par adoption par la blancheur. En d'autres termes, je ne possédais pas de potentiel inhérent et de traits positifs sans que l'homme blanc ne me libère et me donne accès au succès sous la direction du christianisme blanc. 

La déshumanisation s'est poursuivie, car dans mes premières années lors de conférences, j'étais amenée devant une congrégation ou obligée de monter sur scène aux côtés de mes parents adoptifs, et ils discutaient de la façon dont l'adoption était un beau cadeau qui a touché leur vie. D'autres fois, les dirigeants de la jeunesse discutaient ouvertement de la façon dont mon adoption est une métaphore de la façon dont les chrétiens sont « adoptés » dans la famille du Christ. Et comment mon adoption m'a donné un nouveau père – nous avons un nouveau père à travers Jésus ! Différentes variantes et versions de ces scénarios ont tourmenté ma jeunesse et ont encore banalisé mon existence en une métaphore dont d'autres pourraient bénéficier. Personne ne s'est demandé une seule fois si l'adoption était un cadeau pour moi, si le fait d'être enlevé de ma patrie a touché ma vie d'une belle manière ou non, ou d'être déraciné deux fois avant l'âge de trois ans avec un groupe d'étrangers blancs m'a profité ou pourrait remplacer un sens de la famille pour moi.

Avoir votre histoire racontée à travers une lentille blanche en tant que personne de couleur qui protège l'homme blanc tout en diminuant votre autonomie et les complexités multiformes de votre existence, est l'un des griefs les plus déshumanisants qui puissent arriver. L'adoption par les médias grand public et l'église m'a donné peu de place pour me sentir humain, mais a plutôt fait de chaque espace une publicité sur laquelle d'autres pourraient projeter leur valeur, pour leur propre bénéfice. Les gagnants ont le privilège d'écrire l'histoire ou d'en parler sur scène. Les perdants, ceux à qui on ne donne pas la même chance de raconter leur histoire, ceux qui sont achetés… sont déshumanisés. 

Les articles les plus populaires de Kayla : Décoloniser Moïse & Conséquences d'Atlanta

Pourquoi les adoptés internationaux veulent-ils connaître leurs origines ?

Le désir de connaître mes origines est un besoin humain inné et fondamental (et droit).

Mon besoin de connaître mes origines s'apparente à votre besoin de respirer l'air qui vous maintient en vie.

Souffle d'air par Tim Kakandar

Nous savons seulement que nos origines sont importantes lorsque nous ne les avons pas ou n'y avons pas accès. Pour les gens comme moi, c'est notre expérience quotidienne !

En tant qu'adopté international, je vis toute ma vie à essayer de trouver d'où je viens et pourquoi j'ai été abandonné/volé.

C'est vraiment difficile de savoir comment avancer dans la vie si je ne sais pas comment et pourquoi j'en suis venu à être dans cette situation contre nature. 

Ma vie n'a pas commencé à l'adoption ! J'ai une histoire génétique, des générations de personnes avant moi qui ont contribué à qui je suis.

Nous ne pouvons pas prétendre dans ce monde de l'adoption et de la formation de la famille que la génétique n'a pas d'importance, c'est le cas – de manière significative ; Je ne suis pas une ardoise vierge sur laquelle imprimer ; il y a des conséquences à ce prétexte et cela se voit dans les statistiques de notre taux plus élevés de suicide chez les jeunes adoptés!

L'une des expériences les plus partagées parmi les adoptés avec qui je me connecte est le thème de « se sentir tout seul », « comme un extraterrestre » et pourtant les êtres humains ne sont pas censés être isolés. Nous sommes des êtres sociaux désireux de connexion.

La séparation de mes origines naturelles et la connaissance de celles-ci m'ont laissé déconnecté et perdu de manière fondamentale.

J'ai passé ma vie à essayer de me reconnecter – d'abord avec mon moi intérieur, puis avec mon moi extérieur, et avec ceux qui m'entourent, à la recherche d'un sentiment d'appartenance.

En tant qu'adopté, on peut me donner toutes les choses matérielles du monde mais cela n'a pas réparé le trou que ressent mon âme, quand elle n'a nulle part ni personne à qui appartenir, naturellement.

Ma famille de substitution n'équivalait pas à un sentiment naturel d'appartenance.

J'ai cherché mes origines parce que mes sentiments innés et mon expérience d'isolement et de perte m'ont poussé à trouver d'où je venais et à comprendre comment je suis arrivé ici.

Ceci a été partagé par Lynelle Long lors du webinaire du 1er juillet : Droit de l'enfant à l'identité dans la prise en charge alternative.

Une comptabilité d'un adopté

par Marie Cardaras, adopté de la Grèce aux USA; Professeur agrégé et président du département de communication de la California State University East Bay.

Cela a été deux années incroyables, mais surtout l'année même d'une pandémie mondiale. C'est cette année-là que j'ai trouvé ma voix en tant qu'adopté. On aurait dit que les étoiles étaient alignées. Destiné à être à ce moment, dans cet espace. J'ai trouvé des gens, ou peut-être que ce sont eux qui m'ont trouvé, qui m'ont fait découvrir ma communauté d'adoptés, de mères biologiques, d'activistes et de sympathisants.

Tout a commencé après la mort de ma mère adoptive en 2018. (Mon père était décédé 18 ans auparavant.) Sa mort a été l'un des moments les plus tristes de ma vie. Parti à nouveau, je me sentais. Elle et moi étions devenus si proches au fil des ans et avions passé beaucoup de temps ensemble, mais son départ m'a également fourni l'espace dont j'avais besoin pour envisager la vie avant elle. Et là était une vie avant elle, aussi brève soit-elle. Même mon petit moi avait un passé. Il a été enterré, cependant. Obscur. À bien des égards, effacé.

Qu'importait-il ? Comment cela pourrait-il avoir de l'importance ?

Mon adoption, que j'avais mise de côté, avait été au centre de mon enfance et de mon adolescence. Je ne l'ai pas mis là. Tout le monde l'a mis là. Une marque. Une étiquette. Mon identité s'est imposée. Parfois, cela me stigmatisait. Et cela a définitivement fait de moi un étranger à la recherche d'une vie que j'ai vécue, mais que je ne pouvais pas vraiment revendiquer. Comme le mien. D'où je viens en fait.

Qu'est-ce qui m'a amené à ce jour et quelle est la raison pour laquelle je peux maintenant écrire à ce sujet ?

En 2018, j'ai voulu me rapprocher de mes racines d'adopté d'origine grecque. Je me suis inscrit à des cours de grec dans une église d'Oakland, en Californie. J'allais en cours sur le chemin du retour à Sonoma tous les lundis soir en provenance de l'université où j'enseignais. Ces cours m'ont reconnecté avec ma culture. Ce fut une joie absolue d'entendre la langue, d'apprendre à la parler et de se délecter de sa complexité avec mes camarades tous, au moins partiellement grecs, mais pleinement grecs dans leur amour pour elle.

C'est pendant ce cours qu'on m'a demandé, ?? ?? ??? D'où êtes-vous? ?? ??, je pourrais dire fièrement avec certitude. Je suis grec. ?? ?? ??. Je suis né à Athènes. ??. J'ai été adopté. je un m adopté. Comme la récitation d'un mantra. Ces deux choses m'identifient et ce sont les deux seules choses que je sache avec certitude, comme je l'ai déjà noté dans mes écrits.

Ma camarade de classe, Kathy, a mentionné: "J'ai une cousine qui a été adoptée, Mary, qui était également originaire de Grèce." J'ai tout de suite été intrigué. Il y avait quelqu'un d'autre qui venait d'où j'étais et qui portait la même marque que moi ?!

Adopté.

"Elle a une histoire incroyable, Mary", a déclaré Kathy. « Vous devez la rencontrer et, en fait, vous le ferez. Elle vient me rendre visite et je vais l'amener en classe. Kathy m'a raconté l'histoire ce jour-là et à chaque phrase qu'elle prononçait, mes yeux se sont agrandis et je n'arrêtais pas de répéter les mots : Non. Vous plaisantez ? Oh mon Dieu. Oh mon Dieu. Oh mon Dieu. Quoi? Cette est incroyable!

Moins d'une semaine ou deux après que Kathy m'a raconté son histoire invraisemblable, Dena Poulias est venue en classe. Une jolie femme aux cheveux blonds, aux yeux bleus, timide et calme, elle est venue avec sa cousine pour entendre notre leçon. Voulait-elle participer, lui a demandé le professeur ? Non, hésita-t-elle. Elle n'était là que pour nous écouter et nous rencontrer.  

Après le cours, je me suis présenté plus en détail et je lui ai dit que j'avais entendu son histoire. Je suis écrivain, dis-je à Dena. Je serais honoré d'écrire votre histoire. Elle m'a dit qu'elle avait envie d'écrire sa propre histoire depuis des années, mais qu'elle n'y était pas parvenue. Elle n'était pas écrivain, dit-elle. Je lui ai donné mon numéro et mon adresse e-mail. Je pense que j'ai tendu la main une fois, mais elle n'était pas prête. C'était une histoire lourde et douloureuse. Cela n'aurait tout simplement pas pu arriver, j'ai essayé de me convaincre.

Des semaines plus tard, Dena a écrit et a dit qu'elle était prête à parler. Elle a décidé qu'elle voulait que je raconte son histoire et ainsi pendant environ un an, à des intervalles de deux jours ici, une semaine là-bas, le mois suivant nous parlerions. Eh bien, elle parlait et il y avait tellement de choses dont elle ne se souvenait pas exactement. Mais son mari était sa mémoire. Sa cousine Kathy aussi. Et sa sœur. Et sa mère et son père. L'histoire, contrairement à tout ce que j'avais jamais écrit, jaillit de moi. Je suis journaliste et j'ai donc écrit des nouvelles et des documentaires. C'était différent. Non-fiction littéraire. Je recréais des scènes et des dialogues racontés par des sources à la première personne. Il avait une portée visuelle. Beaucoup de ceux qui ont lu les avant-premières ont dit que c'était cinématographique. Quoi qu'il en soit, tout était vrai. Dena, enfin, racontait sa propre histoire à quelqu'un et j'ai été inspiré par le fait qu'elle l'ait enfin diffusée.

Au cours de l'écriture, j'avais besoin d'informations importantes. J'étais sur le point d'impliquer une organisation grecque respectée dans des pratiques d'adoption scandaleuses dans les années 1950. Même fouiller seul sur les réseaux sociaux et poser des questions a suscité des commentaires en ligne assez haineux. Lorsque j'ai contacté l'organisation elle-même, elle a nié, comme on pouvait s'y attendre, tout acte répréhensible. Le président a littéralement dit : « Je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez. » Venez consulter nos dossiers à Washington, DC, dit-il. "Nous n'avons rien de la sorte et pas d'histoire de ce genre."

Entrez une Gonda Van Steen, l'un des plus éminents érudits du monde en études grecques modernes. Au cours de mes recherches, j'étais tombé sur son nouveau livre intitulé Adoption, mémoire et guerre froide Grèce : Kid Pro Quo ? Je lui ai écrit à l'improviste, je me suis présenté, je lui ai dit que j'étais journaliste et je lui ai posé des questions sur cette organisation en particulier. Le savait-elle ? Était-il impliqué dans le commerce et, dans certains cas, dans la « vente » de bébés ?

L'organisation était effectivement impliqués dans ces pratiques d'adoption contraires à l'éthique. Cela faisait certainement partie de l'histoire de Dena. Gonda avait dit, au cours de nos conversations, que l'histoire que j'écrivais sonnait terriblement familière. En fait, Dena Poulias apparaît aux pages 202 et 203 de son livre et était l'un des cas qu'elle avait suivis et relatés. Elle a dit que cela avait été l'une des histoires les plus "émouvantes" qu'elle ait rencontrées. Gonda a commencé à me remplir la tête d'histoire et à mettre ma propre adoption dans son contexte.

J'ai continué à écrire.

Au début de 2021, à peu près au moment où j'ai terminé l'histoire de Dena, j'ai lu un autre livre incroyable sur l'adoption intitulé bébé américain, écrit par la brillante auteure à succès Gabrielle Glaser. Je ne pouvais pas le lâcher et j'ai été fasciné par une autre histoire d'adoption incroyable et incroyable qui était similaire à celle de Dena. Ce livre se concentre sur les adoptions nationales, qui étaient tout aussi horribles que ce qui se passait sur la scène internationale. Les écrits de Glaser m'ont à la fois brisé le cœur et l'ont éveillé d'une manière ou d'une autre.

J'ai décidé, après consultation avec Gonda, de rassembler des histoires d'adoptés nés en Grèce et de les mettre dans une anthologie. Ce groupe d'adoptés, « les enfants perdus de Grèce », n'avait jamais été entendu auparavant ! Au cours des conversations sur l'approche des auteurs, Gonda a suggéré, vous savez, Mary, que vous devriez contacter Gabrielle Glaser et lui demander si elle écrirait le Forward. D'un côté, je trouvais que c'était une idée folle. Je veux dire, d'accord. Gabrielle Glaser ?! Vraiment? Alors j'ai pensé, eh bien, pourquoi pas ? Je lui ai écrit comme j'avais écrit à Gonda. Froid. Mais elle était là. Elle a répondu. Elle était adorable. Et aujourd'hui, nous sommes amis. Son livre m'a également fait réévaluer l'adoption elle-même. Y compris le mien.

Comme je l'ai expliqué dans un récent forum en ligne sur l'adoption, je me sentais comme le Lion qui a trouvé son courage, l'Épouvantail, qui a trouvé son cerveau, et l'Homme de fer qui a trouvé son cœur à la fois. Dena m'a donné du courage. Gonda m'a fait penser à ce qui m'est arrivé et à des milliers de personnes comme moi. Et Gabrielle m'a aidé à sentir battre mon propre cœur.

Grâce à eux, j'ai trouvé mon chemin vers Greg Luce et Lynelle Long et Shawna Hodgson et ainsi, tant d'autres bien trop nombreux pour être nommés. Je suis maintenant avec eux et nos alliés, parlant et écrivant et défendant les droits des adoptés.

C'est ainsi que je suis arrivé à ce point. Mais pourquoi j'écris ici et maintenant ?

Le partage de ma propre histoire d'adoption a suscité des sentiments et des pensées chez les autres À propos de moi. Ils se demandent. Pourquoi et comment je ressens ce que je ressens ? Pourquoi n'ai-je pas partagé avant ? Mes sentiments les rendent tristes. Ils pensaient que j'étais heureux. Ils ne comprennent tout simplement pas. Et tu sais quoi? Ils peuvent ne jamais. Comprendre. Et c'est bien. Je ne peux pas et je ne défendrai pas mes sentiments, qui sont réels, aussi étrangers et déraisonnables qu'ils puissent paraître aux autres.

Je ne me demande pas si j'aurais dû ou non être adopté. Je ne me demande pas si ma vie en Grèce aurait été meilleure. Je ne blâme personne pour ce qui m'est arrivé et comment c'est arrivé. Je ne peux pas revenir en arrière et refaire avec les gens qui faisaient ce qu'ils faisaient. Je sais qu'ils prenaient des décisions qu'ils pensaient, à l'époque, être dans mon meilleur intérêt.

Ils n'ont pas réalisé que ma mère biologique souffrait. Qu'elle avait une famille, qui L'avait abandonnée parce qu'elle était une mère adolescente et célibataire. Elle a été mise de côté et elle a été reléguée sans importance dans l'histoire de ma vie. Comment cela peut-il être ? Elle et moi ne faisions qu'un. Une procuration lui avait promis que plus personne ne la « dérangerait » plus jamais. S'est-elle déjà remise de la honte qui lui a été imposée ? Et de notre séparation ? Elle avait besoin de soutien et d'amour pour prendre une décision sobre au sujet de son bébé, de sa chair et de son sang. Peu m'importe qu'elle ait 14 ou 24 ans. Elle avait besoin d'aide.  

La reine Frederika de Grèce a commencé une maison d'enfants trouvés à Athènes 1955

J'ai récemment appris le numéro qui m'a été attribué lorsque j'ai été placé dans la maison des enfants trouvés d'Athènes le 11 janvier 1955. C'est le 44488. Cela signifie que des milliers d'enfants sont venus avant moi, tous relégués à des numéros. Le numéro, aussi froid soit-il, peut débloquer certaines informations que je veux et dont j'ai besoin. J'ai vérifié quelques vieilles lettres de l'agence de service social qui s'est occupée de mon cas. Une lettre dit qu'il y a deux personnes inscrites sur les papiers quand je suis entré dans cet orphelinat. Une mère et un père. J'ai son nom. Je veux le sien. Qui suis je? D'où viens-je ? Et ce qui est arrivé? La connaissance de son passé est fondamentale pour la plénitude de chaque personne.

Pensez à cela. Si vous n'avez pas été adopté, en grandissant, vous avez entendu votre propre histoire, peut-être encore et encore. C'était doux et sentimental d'écouter l'histoire de votre propre naissance et de vos premiers jours. Vous avez été conçu dans un certain ensemble de circonstances. Vous êtes né dans un certain ensemble de circonstances. Tes parents se souviennent de ce jour. Ils vous racontent ce jour-là, ce que vous avez fait, ce qu'ils ont fait, votre apparence, votre poids, comment c'était quand ils vous ont ramené à la maison, quel genre de bébé vous étiez. En somme, vous aviez une histoire que les gens partageaient avec vous. Mon histoire a commencé à la minute où je suis tombée dans les bras d'une autre famille qui n'était pas la mienne. Il y a eu quelque chose, même bref, avant, et je ne le sais pas. C'est le but.           

J'ai été placée chez de merveilleux parents adoptifs et dans une grande famille gréco-américaine aimante. Je n'ai pas perdu ma langue ni ma culture. Mes parents étaient incroyablement aimants et je ne peux pas décrire la profondeur de mon amour pour eux et pour mes grands-parents. J'apprécie la vie qu'ils m'ont donnée. J'apprécie ma famille et mes amis. J'étais un enfant heureux et un adulte encore plus heureux. Ceux qui me connaissent décriraient probablement mon amour de la vie et du rire et mon niveau d'engagement envers les choses et les personnes qui me tiennent à cœur.

MAIS cela n'a rien à voir avec ce qui a précédé. Ce sont deux choses distinctes. Les adoptés que je connais s'efforcent de devenir des êtres humains à part entière. Cela signifie qu'ils ont un passé et qu'ils doivent le connaître pleinement. Ils méritent des dossiers d'adoption ouverts, des certificats de naissance originaux et la citoyenneté d'origine, s'ils le souhaitent. Les adoptés y ont droit et nous avons également droit à nos sentiments et à nos pensées sur notre propre vie. Comme l'expliquait récemment un adopté, rencontrer un parent biologique permet de couper le cordon ombilical émotionnel. Nous invitons les autres à poser des questions parce qu'ils se soucient de nous comprendre, mais s'il vous plaît, ne nous mettez pas sur la défensive. Nous n'avons pas à expliquer. Nous sommes fatigués d'expliquer. Nous pensons simplement à nos propres expériences personnelles, qui sont toutes différentes.  

J'ai soif de connexion. Une connexion profonde et indubitable avec les autres. Vous le savez quand vous le ressentez avec un autre être humain. Peut-être que vous le ressentez si complètement que vous avez l'impression de les avoir connus toute votre vie ou dans une autre vie. Vous savez de quoi je parle. Pour moi, cette connexion est presque quelque chose de divin. Je cours vers la lumière et tiens cette petite flamme comme une fleur précieuse et fragile. Je m'en occupe. Nourrissez-le. J'aime me sentir à ma place et parfois ce sentiment, si beau, est insaisissable dans l'esprit et le cœur d'un adopté.

Cet adopté est aussi gay. Donc, il y a deux points de différence que j'ai dû naviguer.

Je suis avec la même femme depuis près de 30 ans. Il y a une quinzaine d'années, j'ai adopté ses fils d'un précédent mariage. Il n'y a pas de moyen facile de le dire, mais leur père les a abandonnés quand ils étaient petits. J'étais un parent avec elle depuis l'âge de 2 et 3 ans. Ils n'auraient pas pu être plus "mes enfants". Nos amis ont reconnu ma place dans leur vie, bien sûr, mais il y en a eu d'autres qui n'ont jamais pu et ne l'ont jamais fait.

Mon partenaire était le « vrai » parent. C'étaient « ses » garçons, pas les miens, jamais les miens aux yeux de certains. Je ne faisais pas partie de leur famille, mais simplement un étranger. C'était incroyablement douloureux. En fait, tout récemment, les garçons (maintenant des hommes) ont été présentés comme ses fils alors que je me tenais là.

Quel sens a l'adoption ? Non, je suis sérieux. Bon sang, je ne sais même pas et j'ai été adopté et j'ai adopté !

J'ai pu rétablir ma citoyenneté grecque il y a des années et j'en suis heureux, reconnaissant.

Pouvoir l'atteindre a été l'exception à la règle, j'ai appris. Ce fut, à bien des égards, une expérience humiliante d'essayer de prouver encore et encore qui j'étais, où je suis né et à qui. Il y avait le problème d'un acte de naissance altéré, ce qui n'aurait jamais dû arriver et cela n'a certainement pas aidé, mais c'est une autre histoire.

Mon partenaire est entièrement grec (américain). Les enfants sont entièrement grecs (américains). Ma partenaire a obtenu sa nationalité grecque par l'intermédiaire de ses parents (nés en Grèce) et nous voulions également que les garçons aient également la nationalité grecque au cas où, à l'avenir, ils voudraient un jour travailler en Grèce ou au sein de l'UE. Cela allait être une bataille difficile pour prouver la connexion grecque à travers leurs grands-parents maternels, puis aussi à travers leur propre père grec et ses parents, avec lesquels ils ne sont plus en contact. Mais attendez! J'étais leur parent légal et je suis également né grec. Un citoyen! Ils pourraient obtenir la citoyenneté par mon intermédiaire, un parent légal. Ne pourraient-ils pas? Facile, non ? Mais tenez bon !

Cela ne devait pas être. Parce que je n'étais pas un parent biologique, faute de ce lien biologique, ce n'était pas autorisé. Les gens obtiennent la nationalité grecque par l'intermédiaire de leurs parents et grands-parents. D'autres obtiennent la nationalité grecque parce qu'ils sont des érudits, des acteurs ou des auteurs célèbres, n'ayant aucun lien biologique avec la population du pays. Mais moi, un adopté d'origine grecque, qui a adopté deux garçons gréco-américains, je n'ai pas pu établir la citoyenneté pour mes fils. Sont-ils moins mes fils parce que nous ne sommes pas liés biologiquement ? Ne sont-ils pas du tout mes fils ?

Adoption.

Vous voyez pourquoi nous ressentons ce que nous ressentons. C'est compliqué et cela signifie souvent peu aux yeux de certains. Il reste un stigmate. Il y a des discriminations. Toujours.

Le sang est plus épais que l'eau. Vous appréciez la compagnie de certaines familles presque en tant qu'invité d'honneur, mais souvent pas en tant que membre de bonne foi. Vous êtes là-bas de quelqu'un d'autre, mais pas entièrement le leur.

Je ne blâme personne. Je ne suis pas en colère. Mais c'est ma réalité. Je possède tout et je suis d'accord avec ça. Je dois être. Mais à tous les amis et à la famille des adoptés, veuillez comprendre que non seulement nous avons droit à tous nos dossiers. Nous avons aussi droit à nos expériences et nos sentiments. Ils ne réfléchissent pas sur vous. Ils ne vous concernent pas. Ayons-les. Possédons notre cause. Et s'il vous plaît essayez d'écouter d'abord. 

À propos de Marie

Mary est titulaire d'un doctorat. en affaires publiques et internationales et est professeure agrégée et présidente du département de communication où elle enseigne la communication politique, le journalisme et le film documentaire à la California State University, East Bay. Mary est en train de compiler une anthologie d'histoires d'adoptés grecs et compte 13 contributeurs pour la collection avec le titre provisoire « Voices of the Lost Children of Greece », qui sera publié par Hymne Presse en 2022. Si vous souhaitez participer, veuillez contacter Marie.

Pour plus d'articles de Mary, lisez Rapporte les et Exiger ce qui nous appartient : notre identité grecque.

Implications de l'expansion de la politique de l'enfant unique en Chine

par Hannah, adopté de la Chine au Canada.

Province du Guizhou : « Les humains n'ont qu'une seule terre, nous devons contrôler la croissance démographique ! » (Adam Siècle)

Né en Chine

Je suis né en Chine. Ça y est, histoire de fin d'origine. C'est tout ce que je sais. Je suis probablement né dans la province du Jiangsu, mais même cela n'est pas certain. Le plus ancien enregistrement connu de mon existence est un examen médical alors que j'étais âgé de 20 jours. Beaucoup de mes amis savent où ils sont nés, dans quel hôpital, quel jour, certains connaissent même l'heure à la seconde près ainsi que le temps que cela a pris. Je n'en sais rien. Ils savent qui était présent au moment de leur naissance, quels membres de la famille ils ont rencontrés en premier. Je n'en sais rien. Ma date de naissance légale est estimée à partir du moment où j'ai été trouvé, je n'ai pas d'enregistrement de naissance original. Mon nom m'a été donné par les responsables de l'orphelinat. Je ne sais pas quel était mon nom ou si mes parents biologiques avaient même pris la peine de me donner un nom. L'enregistrement de l'endroit où j'ai été trouvé et quand j'ai été perdu ou oublié. Ma mère (adoptante) a écrit dans un album dans quel comté on lui a dit que j'avais été trouvée. Il n'y a aucune trace de cela, je n'ai pas de certificat d'abandon comme le font certains adoptés chinois et je n'ai aucune annonce de découverte enregistrée. À bien des égards, ma vie a commencé lorsque j'ai été adopté par un couple canadien blanc alors que j'avais moins d'un an. Je fais partie des milliers d'enfants chinois adoptés par des étrangers après que la Chine a ouvert ses portes à l'adoption internationale en 1991.

Comme la plupart des adoptés chinois, j'ai été adopté à l'ombre de la politique de l'enfant unique, introduite pour la première fois en 1979. La politique de l'enfant unique (le nom non officiel de la politique de restriction des naissances) dictait que les couples n'étaient autorisés à avoir qu'un seul enfant. Il y avait des exceptions pour les familles rurales et les minorités ethniques, mais la politique a été mise en œuvre et appliquée de manière inégale dans tout le pays, avec des niveaux de violence variables. La préférence culturelle pour les fils est bien connue et serait la raison pour laquelle la majorité des adoptions chinoises dans le cadre de la politique de l'enfant unique étaient des filles. Il est largement connu et accepté parmi la communauté chinoise des adoptés, la majorité d'entre nous qui sommes nés de sexe féminin, que nous avons été abandonnés (ou volés) en raison de notre sexe à la naissance.

L'évolution des restrictions à la naissance en Chine

Le 31 mai 2021, j'ai vérifié les nouvelles et j'ai vu un Article de Radio-Canada qui disait que la Chine avait assoupli ses restrictions à la naissance et permettrait désormais aux couples d'avoir jusqu'à trois enfants, au lieu des deux précédents, qui ont été mis en œuvre en 2016. Je me souviens avoir lu un article de presse similaire en 2015 lorsqu'il a été annoncé que la Chine assouplissait la Une politique d'enfant pour la première fois depuis des décennies pour permettre deux enfants par couple. À l'époque, je n'y pensais pas beaucoup, j'étais heureux que les restrictions aient été assouplies et triste qu'ils fassent encore respecter les droits reproductifs. Et pourtant, ce matin en voyant les nouvelles, je me sentais beaucoup plus fort. C'est peut-être parce que pendant la pandémie, j'ai fait un effort pour me connecter à la communauté des adoptés, en rejoignant des groupes Facebook en ligne, gérés par des adoptés pour des adoptés. J'ai commencé à essayer de (ré)apprendre le mandarin, que j'avais oublié depuis longtemps, bien que j'aie suivi des cours de mandarin quand j'étais petite. C'est peut-être à cause des projecteurs braqués sur le racisme anti-noir et anti-asiatique en raison des multiples assassinats policiers très médiatisés de Noirs, de la recrudescence des crimes haineux asiatiques en raison de la rhétorique raciste sur l'origine de la pandémie, cela m'a forcé examiner de plus près ma propre identité raciale et culturelle en tant qu'adopté canadien, transracial, chinois et international. Mais peut-être surtout, c'est parce que j'ai deux sœurs, également adoptées de Chine, ce qui n'était pas autorisé en Chine pour la plupart des familles jusqu'à présent.  

Émotions mixtes

Pour de nombreuses raisons, la lecture de l'article sur la nouvelle politique détendue de la Chine m'a donné beaucoup plus de sentiments mitigés. Encore une fois, le bonheur d'une politique détendue et la tristesse et la déception face au maintien de la police du corps des femmes et des droits reproductifs. Mais cette fois, c'est venu avec un autre sentiment : la colère. Je suis faché. Cela ressemble à une gifle pour tous les adoptés chinois et leurs familles biologiques qui ont été (de force) séparés en vertu de la politique de l'enfant unique. C'est comme si c'était pour rien, encore plus qu'avant. Quel était l'intérêt pour mes parents biologiques de m'abandonner (si c'est ce qui s'est passé) s'ils allaient simplement changer la politique plus tard ? Quel était l'intérêt de créer cette politique alors que le taux de natalité était déjà en baisse, comme c'est le cas lorsque les femmes ont un meilleur accès à l'éducation, aux carrières et aux contraceptifs, et qu'elles veulent maintenant augmenter à nouveau le taux de natalité ? A quoi bon me dépouiller de mon nom, de mon anniversaire, de ma culture, alors que le moteur de mon abandon s'est (semi-)renversé ? Si les couples chinois sont désormais autorisés à avoir trois enfants (le même nombre que mes sœurs et moi), alors quel était l'intérêt de la politique qui a conduit des milliers d'enfants, principalement des filles, à être abandonnés, avortés et trafiqués ?

Émotions mitigées par KwangHo Shin

Maintenant, la politique a été modifiée et alors ? Je suis toujours un adopté chinois, vivant à des milliers de kilomètres de mon pays de naissance, sans moyen facile de me connecter à des parents de sang vivants, à moins que je ne veuille tenter une recherche. Je suis toujours un adopté chinois qui ne connaît pas mon nom de naissance, ma date de naissance ou mon lieu de naissance. Les adoptés sud-coréens se sont battus et ont réussi à faire pression sur le gouvernement sud-coréen pour obtenir la reconnaissance et des réparations (limitées). Ils ont obtenu un moyen de récupérer leur citoyenneté sud-coréenne et sont désormais éligibles pour demander le visa F-4 (Korean Heritage). Pendant la pandémie, le gouvernement sud-coréen a envoyé des masques gratuits pour les adoptés coréens. La Chine ne reconnaît pas la double nationalité et ne fournit pas aux adoptés un visa spécial qui leur permettrait de retourner plus facilement dans leur pays d'origine. La Chine ne reconnaît pas les adoptés internationaux ou comment les milliers d'enfants qui ont été adoptés internationalement étaient des conséquences directes de la politique de l'enfant unique. La politique a été assouplie et maintenant les couples chinois peuvent avoir jusqu'à trois enfants, comme ma famille au Canada. La politique qui a probablement conduit à mon adoption a été assouplie et pourtant rien n'a changé pour moi, et le gouvernement chinois passe à autre chose.

Et si

Je n'aime pas penser aux hypothèses et aux hypothèses. Je n'aime pas imaginer ce qu'aurait pu être ma vie si je n'avais jamais été abandonné (ou volé), si je n'avais jamais été adopté, si j'avais été adopté par un couple chinois à la place etc. Mais cette annonce récente m'a obligé à réfléchir à la et si. Spécifiquement, « Et si ma famille biologique avait pu me garder parce qu'elle n'était pas limitée par la politique sur l'enfant unique ? » Je suis heureux et satisfait de ma vie actuelle. Malgré les couacs occasionnels, les micro-agressions racistes et les luttes identitaires, je ne changerais rien. Cela ne veut pas dire que je ne peux pas et ne vais pas pleurer la vie qui m'a été enlevée en raison de la politique de l'enfant unique. Je pleure de ne pas savoir comment mes parents biologiques m'ont nommé (s'ils l'ont fait). Je pleure de ne pas connaître la date, l'heure et le lieu où je suis né. Je pleure de ne pas savoir, et peut-être ne jamais savoir, si je ressemble à l'un de mes parents biologiques. Je pleure que je ne saurai probablement jamais toute l'histoire derrière mon adoption. Je pleure qu'en tant que Canadien, je ne me sentirai jamais pleinement à l'aise en Chine et qu'en tant qu'adopté chinois, je ne serai jamais considéré comme pleinement canadien. Et je suis en colère que le gouvernement chinois puisse changer la politique de l'enfant unique et aller de l'avant, alors que moi et des milliers d'autres en supporterons les conséquences pour le reste de nos vies.

Le mensonge que nous aimons

par Jessica Davis, mère adoptive aux États-Unis qui a adopté de l'Ouganda et co-fondé Kugatta, une organisation qui reconnecte les familles ougandaises à leurs enfants, retirés via l'adoption internationale.

Le mensonge que nous aimons. Adoption.

J'ai entendu des gens dire que l'adoption est l'un des plus grands actes d'amour, mais n'est-ce pas ? Peut-être que ce qu'est et a été l'adoption pour la majorité des gens n'est pas vraiment un acte aussi « génial » qu'il a été décrit.

Au lieu de nous concentrer sur l'imagerie de conte de fées de la nouvelle « famille pour toujours » qui est créée par l'adoption, nous devrions nous concentrer sur la façon dont l'adoption signifie la fin d'une famille ; la dévastation absolue du monde d'un enfant entraînant la séparation de tout le monde et de tout ce qui leur est familier. Lorsque l'accent est mal placé, nous ne sommes pas en mesure d'aider vraiment l'enfant et, par conséquent, nous plaçons souvent des attentes irréalistes envers lui. Attentes de gratitude, de lien, d'assimilation et même s'attendre à ce qu'elles « passent » de leur histoire.

Alors, quelle raison est assez acceptable pour séparer définitivement une famille ? La pauvreté? Si une famille est pauvre, peut-on emmener son enfant ? OU ne serait-il pas plus affectueux et plus utile d'investir du temps et des ressources dans l'autonomisation économique de la famille afin qu'ils puissent rester ensemble ?

Si un enfant a des besoins médicaux que la famille a du mal à satisfaire, est-il alors acceptable de prendre son enfant OU est-ce un plus grand acte d'amour et de décence humaine d'aider cette famille afin qu'elle puisse répondre aux besoins de son enfant et rester ensemble ?

Si une famille a connu des moments difficiles, peut-on alors emmener son enfant ? OU devons-nous nous rassembler autour de la famille et les aider à traverser les moments difficiles afin qu'ils puissent rester ensemble ?

Qu'en est-il d'un enfant qui a perdu ses deux parents ? Peut-on alors adopter l'enfant ? OU serait-ce un plus grand acte d'amour de s'assurer d'abord que l'enfant puisse vivre avec ses parents biologiques, sa famille ? Pourquoi est-il préférable de créer une nouvelle famille avec des étrangers lorsqu'il y a des parents biologiques étendus ?

Et si un enfant vivait dans un pays en développement ? Vaut-il mieux alors retirer un enfant à sa famille pour lui donner accès à plus de « choses » et « d'opportunités » ? Pour leur donner une « vie meilleure » ? Est-il même possible de vivre une « vie meilleure » séparé de sa famille ? OU serait-ce un plus grand acte d'amour pour soutenir cette famille afin que leur enfant puisse avoir accès à plus de choses et d'opportunités dans leur propre pays ? Construire l'avenir de ce pays, en investissant et en soutenant cet enfant afin qu'il puisse devenir le meilleur possible. En quoi cela aide-t-il un pays en développement si nous continuons à lui enlever inutilement ses futurs médecins, enseignants, travailleurs sociaux, agents de la fonction publique, etc.?

Je ne connais pas grand-chose à l'adoption nationale, mais j'en connais beaucoup sur l'adoption internationale et ce sont quelques-unes des nombreuses raisons que j'entends maintes et maintes fois comme validation de la séparation permanente d'un enfant de sa famille, de ses proches biologiques et de son pays d'origine.

Les parents et la famille élargie n'ont eu aucune option (autre que l'adoption) lorsqu'ils ont demandé de l'aide/de l'assistance. Quel choix y a-t-il quand il n'y a qu'une seule option offerte? Non seulement la majorité de ces familles n'ont aucune option, on leur dit souvent que leur enfant sera « mieux » sans elles et que garder leur enfant les empêche de profiter de ces « grandes opportunités ». Cette mentalité est mauvaise et nuisible à leur enfant.

Une grande partie du récit de l'adoption est construite autour d'un besoin de «sauver» un enfant appauvri en fournissant une «famille pour toujours», pourtant 70%-90% d'enfants adoptés à l'étranger ONT DES FAMILLES. Quelles autres choses continuons-nous à faire en matière d'adoption en sachant 4 fois sur 5 que nous faisons mal ?

Certains disent que le plus grand acte d'amour est l'adoption, je dis que le plus grand acte d'amour est de faire tout ce qui est en son pouvoir pour garder les familles ensemble.

j'ai intitulé ce post Le mensonge que nous aimons car il semble que beaucoup d'entre nous aiment ADOPTION (et le conte de fées souvent perpétué par elle) plus que nous aimons L'ENFANT eux-mêmes. Cela est démontré chaque fois qu'un enfant est inutilement séparé de sa famille et de sa culture, alors que nous, en tant que société, encourageons et promouvons un tel processus. Cela se produit lorsque nous ne sommes pas d'abord disposés à faire la tâche difficile de poser les questions difficiles ; quand nous préférons ignorer les réalités actuelles et vivre le « conte de fées » selon lequel un problème a été résolu en adoptant un enfant qui avait déjà une famille aimante.

Un jour, j'espère que les choses seront différentes : que de plus en plus de gens se rendront compte qu'il n'y a pas de crise des orphelins mais plutôt qu'il y a une crise de séparation familiale se passe dans notre monde et l'adoption n'est pas la réponse, en fait cela fait partie du problème. L'adoption internationale est devenue une entreprise avec d'énormes sommes d'argent à gagner et peu ou pas de protections pour les personnes les plus vulnérables, car la plupart d'entre nous sont assis dans nos premiers mondes confortables et sont satisfaits du conte de fées. L'adoption est vraiment le mensonge que nous aimons !

Pour en savoir plus sur Jessica, elle et son mari Adam ont récemment été interviewés dans ce Peut-être que Dieu Podcast : Est-ce que chaque orphelin a besoin d'être adopté.

Voir les autres de Jessica article à l'ICAV et elle Podcast de bon problème avec Lynelle et Laura en série en 3 parties par Leigh Matthews.

Les adoptions finlandaises sont similaires aux néerlandaises.

par Sabina Söderlund-Myllyharju, adopté de Taïwan en Finlande.
Traduction par Fiona Chow. Message d'origine ici en suédois.

Récemment, mon fil d'actualité Facebook a été inondé d'informations importantes provenant d'endroits tels que les Pays-Bas, la Suisse et la Suède. Les Pays-Bas ont suspendu toutes les adoptions depuis l'étranger après qu'une enquête a révélé des abus systématiques ainsi que des adoptions illégales. Une enquête similaire a été ouverte en Suisse. En Suède, les adoptés adultes du Chili ainsi que ceux d'autres pays se battent pour qu'une enquête à l'échelle nationale soit mise en œuvre dès que possible. 

Cette accumulation de vapeur dans le monde de l'adoption a commencé à susciter des sentiments en moi. Depuis longtemps, j'observe une forte opposition à l'adoption de la part d'adultes adoptés dans les cercles internationaux dans lesquels je suis impliqué sur les réseaux sociaux. Mais arrêter complètement toutes les adoptions ? Cela me parait étranger. Il y a de nombreuses années, j'ai pensé de même, mais depuis lors, je me suis rendu compte qu'une telle pensée est un peu trop radicale. Du moins, pas tant qu'il y a des enfants sans parents.

L'autre soir, j'ai écouté une discussion dans laquelle un parent adoptif suédois se tenait ouvertement à la place des enfants adoptés illégalement qui demandent maintenant à la Suède d'assumer ses responsabilités. Elle les a soutenus de tout cœur, même si ses fiançailles sont susceptibles d'avoir des conséquences négatives dans sa propre vie. Cela m'a fait chaud au cœur qu'elle, en tant que parent adoptif, soit prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que ses propres enfants à l'avenir n'aient pas à remettre en question le système d'adoption de la même manière que les enfants volés d'aujourd'hui.

Ma propre adoption ne s'est pas déroulé comme il aurait dû, et cela a été la source d'une myriade d'émotions différentes en moi. Celles-ci vont de la tristesse de ne pas avoir grandi avec ma famille biologique à la vraie colère face à un système plein d'insuffisances. Comment est-il possible que j'aie été transporté d'un continent à l'autre à l'aide de faux papiers ? Que les délinquants aient maintenant été jugés et punis est bien sûr juste et juste, mais pourquoi n'y a-t-il jamais eu de tentative pour me réunir, moi et des dizaines d'autres enfants, avec leurs familles d'origine ?

En même temps, j'ai ressenti un énorme sentiment de culpabilité pour avoir pensé de cette façon, car j'ai eu une bonne vie ici en Finlande. Qui suis-je vraiment pour me plaindre ? En fait, il ne s'agit pas de ne pas être reconnaissant. Je suis vraiment reconnaissant pour beaucoup de choses, notamment mes trois enfants qui grandissent dans un pays fantastique comme la Finlande. Cependant, suis-je reconnaissant d'avoir été séparé de ma mère biologique ? Est-il même possible pour moi de cesser de me demander pourquoi mes documents d'identification ont été falsifiés au moment de l'adoption ? ai-je été vendu ? Est-ce vraiment ce que ma mère biologique voulait ?

Cela fait de nombreuses années depuis ma propre adoption et à ce moment-là, les dispositions ont été prises en privé, sans l'aide d'une agence d'adoption, ni la protection qu'une telle agence aurait fournie. Je suis heureux que les adoptions finlandaises d'aujourd'hui soient réglementées d'une manière totalement différente, afin que nous puissions être certains que les choses sont faites légalement et correctement lorsque nous plaçons des enfants dans le cadre de l'adoption internationale. C'est comme ça, n'est-ce pas ? Nous nous concentrons sûrement sur ce qui est le mieux pour l'enfant, tout comme l'exige la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (UNCRC) ? Nous choisissons sûrement d'agir sans délai lorsqu'une activité suspecte survient sur le terrain de l'adoption ?

Mon espoir est que les adoptés, les parents adoptifs et les adoptants puissent être assurés que tous ceux qui travaillent avec l'adoption en Finlande sont, avec une bonne conscience, capables de dire que tout fonctionne comme il se doit. J'espère sincèrement que les agences d'adoption telles qu'Interpedia, Save the Children et la ville d'Helsinki sont restées silencieuses pendant si longtemps car elles n'ont absolument rien à cacher. 

En même temps, je peux difficilement être la seule personne à penser qu'une enquête étatique indépendante se fait attendre depuis longtemps, même dans un pays comme la Finlande.  

Je veux récupérer mes frères

par Erika Fonticoli, né en Colombie adopté en Italie.

Que sont les frères et sœurs ? Pour moi, ce sont des alliés petits ou grands de tout ou pas de combat. Au cours de ma vie, j'ai réalisé qu'un frère ou une sœur peut être l'arme gagnante contre chaque obstacle qui se présente et, en même temps, cette proximité réconfortante que l'on ressent même lorsqu'il n'y a pas de bataille à mener. Un parent peut faire beaucoup pour ses enfants : donner de l'amour, du soutien, de la protection, mais il y a des choses que nous ne dirions jamais à un parent. Et… et un frère ? Il y a des choses dans ma vie que je n'ai jamais pu dire à personne, et bien que j'aie une relation amour-haine avec ma sœur depuis l'enfance, il n'y a rien de moi qu'elle ne sache pas.

Au pire moment de ma vie, quand j'étais si blessée et que j'ai commencé à avoir peur de faire confiance au monde, elle était la main que j'ai attrapée parmi mille autres. Nous sommes deux personnes totalement différentes, peut-être que nous n'avons en commun que l'espièglerie et l'ADN, mais elle reste quand même la personne dont je me sens le plus compris et soutenu. J'aime mes parents adoptifs, j'aime mes amis, mais elle, c'est l'autre partie de moi. Parfois, nous sommes convaincus que la puissance d'une relation dépend de la durée de celle-ci ou de la quantité d'expériences vécues ensemble. Ouais, eh bien.. Je n'ai pas partagé beaucoup de moments avec ma sœur, ce n'était pas une relation facile la nôtre, mais à chaque fois que j'en avais besoin, elle était toujours à mes côtés. Je n'avais rien à dire ni à demander de l'aide, elle l'a entendu et a couru vers moi.

Et les frères retrouvés à l'âge adulte ? Peut-on dire qu'ils valent moins ? J'ai été adopté à l'âge de 5 ans, avec ma sœur qui avait 7 ans. Pendant 24 ans, j'ai cru n'avoir qu'une autre version de moi-même, elle. Puis, lors de la recherche de mes origines, j'ai découvert que j'avais deux autres frères, un peu plus jeunes que moi. Ma première réaction a été le choc, la confusion, le déni. Émotion, surprise et joie ont suivi. Enfin, à ces émotions s'ajoutaient l'égarement et la peur d'être rejetés par elles. Après tout, ils ne savaient même pas que nous existions, ma grande sœur et moi étions des étrangers pour eux. Alors… comment pourrais-je me présenter ? Je me suis posé cette question au moins cent fois jusqu'à ce que, plongé dans une riche soupe d'émotions, je décide de sauter. Je ressentais en moi le besoin irrépressible de les connaître, de les voir, de leur parler. C'était peut-être la chose la plus absurde que j'aie jamais vécue. « Bonjour, ravie de vous rencontrer, je suis votre sœur ! », leur ai-je écrit.

Y penser maintenant me fait rire, et pourtant à l'époque je pensais que c'était une si belle façon de se connaître. Ma sœur cadette, comme je le craignais, m'a rejeté, ou peut-être rejeté l'idée d'avoir deux autres sœurs dont elle n'avait jamais entendu parler. Les premiers mois avec elle ont été terribles, durs et pleins d'émotions battantes, motivées à la fois par son désir d'avoir d'autres sœurs et par sa méfiance de croire que c'était réel. Ce n'était pas facile, pour elle j'étais un parfait inconnu et pourtant elle avait le sentiment inexplicable d'être liée à moi, le sentiment de me vouloir dans sa vie sans même savoir qui j'étais. Elle me rejetait et pourtant elle ne pouvait pas ne pas me chercher, elle me regardait comme si j'étais quelque chose à étudier, parce qu'elle était choquée qu'elle ressemble tellement à quelqu'un d'autre qu'elle n'avait jamais vu depuis 23 ans .

Avec mon frère c'était totalement différent, il m'a tout de suite appelée « sœur ». Nous avons parlé sans cesse depuis le début, des nuits blanches à se raconter, découvrant peu à peu être deux gouttes d'eau. Il était mon frère dès le premier instant. Mais comment est-ce possible ? Je ne sais pas. Quand je suis parti à leur rencontre, parti à l'autre bout du monde, tout cela m'a semblé tellement fou. Je n'arrêtais pas de me dire : « Et s'ils ne m'aimaient pas ? », et je me demandais ce que ça ferait de me retrouver face à eux. La réponse? Pour moi, ce n'était pas de se connaître pour la première fois, c'était de les revoir. Comme quand tu t'éloignes et que tu ne revois pas ta famille depuis longtemps, puis quand tu rentres à la maison pour les revoir
vous vous sentez ému et courez les serrer dans vos bras. C'était mon premier moment avec eux ! Un moment de larmes, une étreinte sans fin, suivi d'un rapide retour enjoué et affectueux comme si la vie ne nous avait jamais séparés même un seul jour.

Alors… valent-ils moins ? Ma relation avec eux est-elle moins intense et authentique que celle avec ma sœur, avec qui j'ai grandi ? Non. Je pensais avoir une autre moitié de moi, maintenant j'ai l'impression d'en avoir trois. J'en vois un tous les jours, j'entends constamment les deux autres pour des messages ou des appels vidéo. Il y a des choses dans ma vie que je ne peux dire à personne, des choses que seuls mes trois frères savent, et dans les moments les plus difficiles de ma vie maintenant j'ai trois mains que je saisirais sans y penser. J'aime ma famille, mes parents adoptifs et ma mère biologique, mais mes frères et sœurs sont la partie de mon cœur sans laquelle je ne pourrais pas vivre. Les avoir dans ma vie me remplit de joie, mais en avoir deux si loin de moi creuse en moi un gouffre qui se transforme souvent en cri de manque et de nostalgie. Des larmes derrière lesquelles se cache le désir de partager avec eux toutes les années qui nous ont été enlevées, les expériences et les moments fraternels que je vis avec eux depuis seulement vingt jours en Colombie.

Comme je l'ai dit plus haut, à mon avis, peu importe la durée d'une relation ni le nombre d'expériences vécues ensemble mais la qualité… ceci dit, même ces rares moments nous semblent un rêve encore irréalisable. Dans les périodes les plus importantes et les plus délicates de notre vie, nous nous sentons souvent dépassés par l'impuissance et l'impossibilité de nous soutenir mutuellement, car malheureusement un mot de réconfort ne suffit pas toujours. On peut s'écrire, s'appeler, mais rien ne remplacera jamais la chaleur d'un câlin quand on sent que son cœur souffre.

Dans la phase la plus douloureuse et traumatisante de la vie de ma petite sœur, quand elle a commencé à avoir peur du monde, quand elle pensait qu'elle ne méritait que des coups et des insultes, quand elle pensait qu'elle n'avait personne, je lui ai écrit. Je lui écrivais tous les jours, inquiète et triste, et même si j'essayais de lui transmettre mon amour et ma proximité, je sentais que je ne pouvais pas en faire assez. Je me sentais impuissante et inutile, je sentais qu'il n'y avait rien que je puisse faire pour elle, parce que quand je me sentais écrasée par la vie, c'était l'étreinte de ma sœur aînée qui me faisait me sentir protégée. Et c'est ce que ma petite sœur voulait à ce moment-là, un câlin de ma part, quelque chose de si petit et
simple que je ne pouvais pas le lui donner car la distance m'en empêchait. Et notre frère non plus parce qu'il a grandi aussi loin, dans une autre famille. Je ne savais pas quoi faire, comment je pouvais l'aider, elle avait peur et était blessée. Je voulais qu'elle vienne vivre avec moi, elle et mon petit neveu, afin que je puisse m'occuper d'eux et les aider dans le moment le plus difficile de leur vie. Je l'ai étudié pendant des mois, recherche après recherche, puis j'ai découvert que malgré le test ADN qui a reconnu que nous sommes sœurs, le monde ne l'a pas fait.

Légalement, nous étions encore de parfaits inconnus, tout comme lorsque nous avons parlé pour la première fois.

J'aimerais que la loi donne la possibilité aux frères et sœurs séparés de l'adoption d'être réunis si tel est le désir des deux, que la loi nous permette de jouir de ces droits que seul un lien familial offre. Nous n'avons pas décidé de nous séparer, cela a été choisi pour nous, mais nous ne voulons blâmer personne pour cela. Nous souhaitons juste avoir la chance de passer le reste de notre vie en famille, une famille sentimentale et légale à toutes fins utiles. Ce ne doit pas être une obligation pour tout le monde, mais une opportunité pour ces frères biologiques dont le lien a survécu. Une chance pour nous, parfaits inconnus, qui, malgré tout, nous appelons famille. Peut-être que quelqu'un se retrouvera dans ce que j'ai ressenti et que je ressens encore, peut-être que quelqu'un d'autre ne le fera pas, mais précisément parce que chaque histoire est différente, je pense qu'il devrait y avoir une chance d'une fin heureuse pour tout le monde. Le mien serait de récupérer mes frères.

L'héritage et les impacts de l'abus dans l'adoption

Partie 2 d'une série en 3 parties sur les abus sexuels dans le cadre de l'adoption

Lorsqu'un enfant est maltraité par les personnes mêmes qui sont censées le protéger, un héritage dévastateur d'impacts est créé. J'ai vécu avec ma famille adoptive pendant 19 ans jusqu'à ce qu'ils partent à l'étranger pour être missionnaires. Jusqu'à ce point de ma vie, j'avais appris à supprimer mes vérités et à les enfouir au plus profond de mon corps.

Comment peut-on jamais décrire les impacts et l'héritage que nous laissons en tant que victime d'abus sexuel au sein d'une famille adoptive ? Les mots semblent inadéquats.

On s'attend à ce que le pire crime ne soit pas révélé – Darrell Hammond

J'ai regardé celui de Darryl Hammond Fissuré histoire de vie sur Netflix – cela m'a aidé à trouver les mots. Je recommande fortement de le regarder pour ceux qui veulent sérieusement comprendre le traumatisme de l'enfance et l'héritage qu'il laisse. J'ai raconté son histoire à tant de niveaux : la colère contre moi-même d'avoir été si vulnérable, les émotions conflictuelles à propos de ces mêmes personnes qui sont vos parents que d'autres ne voient que comme des gens incroyables et merveilleux, les souvenirs d'abus où mon corps s'est senti violé, irrespectueux et utilisé à leurs propres fins, les mécanismes d'adaptation que j'ai développés pour survivre, la traînée de dévastation laissée dans les premières relations et choix parce que je ne connaissais pas mieux jusqu'à ce que j'obtienne de l'aide professionnelle, le tentatives de prendre ma vie parce que la douleur était si insupportable, la dépression, l'obscurité qui me consumait. Tant de parallèles avec la vie que j'ai vécue jusqu'à ce que je trouve de l'aide et de la guérison. Heureusement, cela ne m'a pas pris plus de 50 ans, mais cela a certainement consommé une grande partie de ma vie d'adulte et je continue encore à faire face aux impacts à ce jour. Je pense que c'est la partie que la plupart des gens ne comprennent pas que le documentaire de Darryl met en évidence - notre traumatisme ne nous quitte jamais - ce qui peut s'améliorer, c'est que nous apprenons à nous pardonner pour nos mécanismes de survie et d'adaptation, et nous pouvons apprendre à nous reconnecter et à prendre soin de nous-mêmes. C'est un voyage de guérison et d'acceptation de ce qui nous a été pris - notre innocence et notre potentiel à vivre sans ces cicatrices brutales.

Chaque jour, chaque semaine, chaque année, j'ai du mal à comprendre ma famille adoptive. Mon esprit d'enfance ne peut tout simplement pas intégrer qu'ils auraient pu être si cruels, méchants, négligents, méchants - mais pourtant ils étaient aussi mes sauveurs, ma bouée de sauvetage pour survivre à une guerre, mes sauveteurs. C'est leur attente tacite que je devrais continuer à vivre comme si rien ne s'était passé qui continue de faire le plus mal. Je l'ai fait pendant de nombreuses années, mais cela devient de plus en plus difficile à mesure que je vieillis et je ne peux plus l'accepter. Je ne peux plus nier l'impact émotionnel que je ressens à chaque fois que j'interagis avec eux. Ça a été si difficile de prétendre que je ne fais pas mal, je ne peux plus le faire. Ce qu'ils choisissent de voir, c'est un survivant fort et résilient qui a surmonté. Oui, cela fait partie de qui je suis, mais ce qu'ils ne veulent pas voir, c'est l'autre moitié – l'enfant intérieur blessé et traumatisé qui veut être protégé, aimé et nourri. J'ai dû apprendre à me donner parce qu'ils n'en ont pas été capables. Aucun membre de ma famille adoptive ne veut savoir comment je suis touché ou comprendre mon combat. Ceci est dû au fait leur honte est plus profonde que ma douleur. C'est ce dont personne ne parlera. Il ne m'a pas échappé que Darryl Hammond raconte son histoire publiquement après la mort de ses deux parents. Je reconnais que nous protégeons inconsciemment nos parents s'ils nous ont maltraités et c'est à nos dépens en matière de santé mentale, de le faire. C'est la triste réalité du traumatisme de l'enfance que nous infligent nos parents soi-disant « aimants ».

J'ai à peine écrit sur ce sujet depuis plus de 20 ans – à certains endroits, j'y fais référence brièvement mais rarement en profondeur. Ce n'est pas un sujet que j'aime ni un sujet dont je parle pour faire honte à ma famille. Je le fais maintenant, pour encourager les autres qui sont torturés par la honte de ce qui leur est arrivé – à s'exprimer, à trouver leur voix et à s'autonomiser. Les Premier article J'ai écrit sur ce sujet que j'ai gardé anonyme par honte et par désir de protéger ma famille adoptive. Je repense à quel point c'est ridicule que j'aurais dû me sentir je devais les protéger. En tant que personne adoptée, il n'y a rien de pire que d'être abandonné par ma première famille puis d'être sans protection par ma seconde. Mes couches de perte et de chagrin se sont multipliées !

Nous n'oublions jamais ce qui nous arrive en tant que survivants d'abus sexuels, nous ne pouvons que passer de la haine et de la colère si valables à la réalisation que cela ne fait que nous nuire si nous la laissons s'envenimer ou nous blesser. Pour ma propre survie, je dois vivre avec et aller de l'avant - d'une manière ou d'une autre, j'ai appris à rester fidèle à mes propres besoins et à m'assurer que ma vie n'est plus contrôlée par les actions irréfléchies des auteurs il y a de nombreuses années, ou la honte et culpabilité qui les contrôle maintenant.

Ma vie sexuelle est à jamais ternie et endommagée. Je n'aurai jamais avec mon partenaire une relation que j'aurais pu avoir si je n'avais pas subi d'interférences sexuelles. Être maltraité de cette manière a toujours aggravé ma capacité à faire confiance, à vouloir être proche, à me sentir en sécurité avec les gens et les personnages au pouvoir, cela détruit ma croyance en un pouvoir plus grand - ma spiritualité. Il n'était pas surprenant qu'après la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels, le documentaire Révélation ont révélé que de nombreux enfants s'étaient suicidés que les enquêteurs attribuaient directement à des abus sexuels. Ce n'est un secret pour personne que beaucoup d'entre nous qui ont été maltraités finissent par s'enivrer, se détruire parce que notre âme est tellement endommagée et blessée. Nous voulons juste que la douleur cesse, nous voulons que quelqu'un nous tende la main et nous aide.

Je pleure pour l'enfant en moi qui était si vulnérable et confiant mais qui a été tellement induit en erreur et exploité par les hommes de ma famille adoptive (étendue et immédiate). Je pleure pour ceux du monde entier qui doivent vivre avec ce crime horrible envers nous en tant qu'enfants innocents. L'abus sexuel est une terrible réalité pour n'importe qui, mais le fait de vous en faire subir au sein d'une famille adoptive ajoute tellement de couches plus complexes de traumatismes qui deviennent presque impossibles à démêler et à gérer. Le traumatisme d'abandon en lui-même est déjà assez terrible. L'abandon puis les abus dans la famille adoptive ne font que détruire l'âme. J'espère qu'un jour les gens arrêteront de parler d'adoption comme si cela nous sauve toujours et prendront conscience que les abus sexuels, physiques, psychologiques sont trop répandus dans les environnements familiaux adoptifs. Nous avons besoin de changer ça!

Je tiens à noter que j'ai rencontré de nombreux parents adoptifs incroyables et que je ne suis pas si amer et tordu pour les étiqueter tous avec ce coup de pinceau, mais je veux éveiller notre société au plus grand mythe selon lequel l'adoption nous sauve. D'un lieu d'honnêteté - pour ceux d'entre nous qui vivent de la violence dans des familles adoptives, c'est probablement le plus grand tueur silencieux des adoptés !

Je n'ai jamais parlé quand j'étais jeune parce qu'on me disait constamment comment j'ai eu de la chance par des amis et des inconnus. Je n'ai jamais parlé parce que je me sentais comme une merde dans ma famille adoptive, harcelée, distinguée, l'esclave de la famille, appelée par des noms comme "troncs d'arbre" ou "visage de singe". Je me souviens d'un jeune homme Matthew, je ne l'ai jamais oublié, c'était un rare qui était gentil avec moi et pouvait sentir ce qui se passait. Matthew a été embauché par mon père comme nouvel ouvrier agricole pour nous aider. Il était blond, aux yeux bleus, respectueux et fort. Je me souviens qu'il a tenu tête à mon père adoptif en me demandant pourquoi il était si dur avec moi, me forçant à faire le travail qu'un jeune homme comme lui pouvait faire, mais pourtant j'étais une fille pubère. Mon père s'en est vite débarrassé. Je n'ai plus jamais entendu ou vu de Matthew.

Je me demande comment va Matthieu aujourd'hui et s'il a trouvé un autre travail. Je me sentais mal que ce soit à cause de moi qu'il ait perdu son emploi mais à ce jour, je me souviens toujours de lui pour sa gentillesse sans implications sexuelles et très respectueux de moi. Il avait montré de la pure préoccupation pour moi. J'aurais aimé qu'il dénonce mon père et ses manières. Il ne sait pas jusqu'où mon père est allé avec l'abus et s'il le savait, il détesterait probablement qu'il n'ait rien fait.

Mes amis à l'église et à l'école voyaient parfois comment mon père me traitait, mais il semble que personne n'ait rien signalé. Pourquoi le feraient-ils ? Ma mère était la directrice de l'école, mes parents étaient tous deux considérés comme de solides chrétiens avec une formation missionnaire, actifs dans l'église et la communauté, dirigeant les groupes de jeunes, accueillant les pompiers. Je n'agissais pas. J'étais un scolaire académique et très performant. Je n'étais pas dans la drogue. Mais je me suis replié sur moi-même. J'ai toujours pensé que j'étais un introverti jusqu'à ce que ma famille adoptive parte tandis que je suis resté pour commencer l'année 12 alors qu'ils sont allés vivre et travailler à l'étranger en tant que missionnaires.

En renouant avec certains membres de ma famille adoptive élargie au cours des dernières années, cela a confirmé que certains s'inquiétaient de la façon dont j'étais traité dès mon plus jeune âge. Certains m'ont dit qu'ils souhaitaient avec le recul, qu'ils avaient fait plus, ont fait part de leurs soupçons. En tant que personne adoptée, je n'ai tout simplement jamais connu un parent protecteur ou sûr. Je le regrette !

J'ai la résilience ces jours-ci pour regarder des choses comme Révélation et Fissuré. J'avais l'habitude d'éviter parce que je serais une épave à regarder tout ce qui ressemble de près à mes traumatismes. J'ai appris à transformer mon barattage émotionnel en quelque chose de constructif. J'écris pour partager avec le monde entier sur la façon dont nous pouvons mieux protéger les enfants vulnérables. Je transforme la tragédie de mon enfance en une opportunité de parler et de donner aux autres les moyens de faire de même. Je défends ceux qui ont encore du mal à trouver leur voix. Je parle des sujets étouffés dont les gens ne veulent pas discuter. Je m'exprime pour donner de l'espoir à d'autres adoptés comme moi, avec le message que votre vie ne doit pas être détruite. Il existe un moyen de guérir et d'aller de l'avant. Nous n'avons pas à avoir honte. Nous n'avons pas à rougir ! Nous pouvons parler même si nous n'obtenons pas de justice légale. Nous pouvons aider à encourager nos compagnons d'infortune à trouver leur courage et à se débarrasser de leur manteau de honte. Ce n'est pas à nous de porter, c'est le système et les adultes qui échouent à protéger les plus vulnérables !

Je prends la parole pour faire la lumière sur cette tragédie cachée des abus sexuels au sein des familles adoptives. Nous ne savons même pas quels sont nos taux d'abus sexuels parce que personne ne les capture ou ne cherche à savoir si nous sommes plus enclins aux abus sexuels dans les familles adoptives que les autres. Je ne peux me référer qu'à des recherches dans des situations similaires comme famille d'accueil et si nos statistiques reflétaient quelque peu le placement en famille d'accueil, alors nous sommes vraiment les victimes silencieuses parce que nous n'avons personne pour nous surveiller une fois que nous rejoignons notre famille adoptive. Nous n'avons aucun moyen d'appeler à l'aide. Nous sommes totalement vulnérables au sein de notre famille adoptive. Nous devons faire mieux pour protéger les enfants vulnérables et veiller à ce que nous soyons placés dans de meilleurs environnements que ce que nous avons déjà perdu. Il faut parler des abus sexuels en adoption pour que ce changement se produise !

À venir : Partie 3 – Que faut-il faire au sujet de la violence au sein des familles adoptives

Ressources informées sur les traumatismes

celle de Lynelle Tiré par l'interview de Root sur les abus sexuels dans les familles adoptives

L'importance d'inclure les personnes les plus touchées dans les discussions sur les politiques

Je suis un adopté international né pendant la guerre du Vietnam au début des années 70, adopté avant la fin de la guerre, dans une famille australienne blanche qui avait ses propres enfants biologiques. Mon expérience d'adoption dans mon enfance a été une expérience au cours de laquelle je n'ai jamais vraiment compris que j'étais touché par l'adoption - j'ai absorbé le mantra de l'époque selon lequel je voudrais simplement « s'assimiler et m'intégrer » avec mon nouveau pays et ma nouvelle famille. J'ai dépensé beaucoup d'énergie à essayer de faire exactement cela, mais à l'adolescence, j'ai commencé à prendre conscience que les choses n'étaient pas tout à fait les mêmes pour moi que pour mes pairs australiens. Je semblais avoir plus de difficultés dans les relations, je me sentais définitivement seul toute ma vie, même au sein d'une soi-disant «famille adoptive aimante». Ce n'est qu'au milieu de la vingtaine que j'ai pris pleinement conscience de combien j'avais absorbé le racisme envers ma propre ethnie, mon asiatisme. Il m'a fallu une décennie pour explorer l'impact de l'adoption sur moi et j'ai grandi tout au long de ce parcours grâce aux nombreux autres adoptés que j'ai rencontrés en ligne et face à face dans la communauté que j'ai constituée. C'est l'isolement de mon enfance qui m'a poussé à créer cette communauté, qui est maintenant l'un des plus grands réseaux d'adoptés internationaux au monde qui comprend des adoptés de n'importe quel pays de naissance et c'est cette communauté, qui m'a permis de grandir, d'apprendre et de trouver ma voix. Aujourd'hui, ce réseau est l'une des plus grandes communautés en ligne qui encourage les adultes adoptés à l'étranger à s'exprimer au niveau gouvernemental (national et international) et à s'impliquer dans les discussions politiques.

Pourquoi s'impliquer dans les discussions politiques ? Et qu'est-ce qui est si important d'être impliqué? Précisons d'abord ce que l'on entend par politique. En référence au contenu de Wikipédia sur la « politique », nous considérons qu'il s'agit : d'un système délibéré de principes pour guider les décisions et obtenir des résultats rationnels ; une déclaration d'intention qui aide à la prise de décision; différent des règles ou de la loi où la politique guide les actions vers le résultat souhaité alors que la loi oblige ou interdit les comportements ; devrait inclure l'examen des alternatives et leur choix sur la base de l'impact qu'elles auront ; et consiste à essayer de maximiser les effets escomptés tout en visant à minimiser les effets non souhaités.

En ce qui concerne l'adoption internationale et la manière dont elle est menée dans chaque pays de naissance et d'adoption, nous savons tous qu'indépendamment du fait d'être signataire de la Convention de La Haye ou de la Convention sur les droits de l'enfant, les lois et les politiques varient d'un pays à l'autre en raison de la manière dont dans lequel l'adoption internationale est comprise et mise en œuvre, à la fois en théorie et en pratique.

Oeuvre de Lisa Wool-Rim Sjöblom

Au coeur de tout cela, NOUS ce sont les enfants qui grandissent pour devenir adultes et c'est nous qui sommes l'adoption internationale. En théorie, l'adoption internationale existe parce qu'elle est censée nous pourvoir en raison de nos situations de vulnérabilité dans lesquelles nous ne pouvons, pour quelque raison que ce soit, être pris en charge par nos premiers parents. Beaucoup d'entre nous sont les bénéficiaires de politiques d'adoption internationale passées et actuelles ou de leur absence, et à l'ICAV, nous parlons ouvertement des pièges et des problèmes connus que crée l'adoption internationale. Beaucoup de nos pays de naissance considèrent l'adoption comme une transaction unique qui implique de nous remettre légalement à nos nouvelles familles et pays pour toujours. Cependant, nous savons d'après notre expérience vécue, que l'adoption n'est pas une transaction unique - c'est un voyage psychologique qui dure toute notre vie - pour lequel nous sommes à jamais touchés, pour le meilleur, pour le pire, et pour toutes les autres nuances d'expérience entre les deux.

À l'ICAV, nous parlons ouvertement des nombreuses complexités de l'adoption internationale qui nous impactent. Par exemple, notre droit à l'identité d'origine est ignoré car la plupart des pays adoptifs nous délivrent un nouveau certificat de naissance « comme s'il était né à » lors de l'adoption. La plupart des pays coupent également complètement notre droit légal à notre famille d'origine par l'utilisation de l'adoption plénière (par rapport à l'adoption simple qui maintiendrait les liens de parenté). La plupart d'entre nous n'ont qu'un accès très limité, voire inexistant, à nos papiers d'adoption qui constituaient autrefois (jusqu'à la technologie de l'ADN) notre seule capacité à trouver nos premières familles et nos origines. Nos documents peuvent aller d'une falsification pure et simple à certains éléments de vérité, mais dans de trop nombreux cas, ils sont modifiés pour nous faire paraître plus commercialisables pour les familles potentielles, cachant nos vérités, y compris des informations et des antécédents médicaux fondamentalement importants. Pour les adoptés qui se sont retrouvés en adoption internationale par des moyens illégaux ou illicites, il y a une vie d'injustice avec laquelle nous sommes censés vivre, avec peu ou pas de soutien. Pour ceux qui se retrouvent dans une famille adoptive qui ne convient pas, nous finissons par subir d'autres couches de traumatisme. Trop souvent, les gens et les gouvernements oublient que notre fondement est l'abandon / le traumatisme in utero d'être séparés de notre mère biologique.

Au sein de l'ICAV, nous encourageons nos membres et nos dirigeants à rechercher des moyens par lesquels les adoptés peuvent être entendus au niveau gouvernemental où est créée une politique qui construit l'avenir de nos vies. Nous croyons qu'il est important que le gouvernement comprenne comment les politiques influent sur nos vies. Sans cette compréhension, comment la politique peut-elle être dans notre « meilleur intérêt » ? Comment des adultes qui n'ont jamais vécu notre expérience peuvent-ils savoir ce qui est le mieux pour nous ? Avoir les voix des adoptés impliqués dans la politique signifie nous inviter à la table, vraiment écouter nos points de vue, intégrer ce que nous disons dans la politique et reconnaître que nous sommes les experts de notre propre expérience.

Le principe fondamental de l'adoption internationale est de donner à un enfant vulnérable une « famille » et un « pays » auxquels appartenir. Pourquoi essayer de faire du bien aux personnes vulnérables si vous n'écoutez pas à quel point la politique et la pratique sont efficaces ou non ? Les gouvernements ne peuvent vraiment comprendre les impacts réels (positifs et négatifs) de leurs politiques qu'en écoutant ceux qu'elles impliquent. Dans l'adoption internationale, il s'agit de l'adopté, des premières familles et des familles adoptives, pas des agences d'adoption, des avocats, ni de tout autre intermédiaire. Sans écouter nos voix, les gouvernements courent le risque de continuer à commettre les mêmes erreurs qu'ils ont commises depuis le début.

L'une des pires erreurs commises dans l'adoption internationale moderne depuis ses débuts dans les années 50 et 60 (à commencer par les adoptés grecs, allemands et sud-coréens), est de ne pas en faire assez pour réduire les incitations monétaires dans l'adoption internationale qui permettent aux intermédiaires de profiter de l'absence ou de contourner des politiques et des lois leur permettant de faciliter et de participer à des pratiques illégales et illicites. Nous avons des générations d'adoptés impactés dont les adoptions étaient illicites ou carrément illégales. Ils n'ont nulle part où se tourner et ont certainement très peu de justice. Aujourd'hui, les gouvernements du monde entier devraient s'inquiéter de l'élan croissant des groupes de premières familles et d'adultes adoptés à l'étranger qui ont déjà cherché des voies légales pour prendre des mesures pour les échecs du passé.

Par exemple, des mères de famille chiliennes travaillent avec Adoptés chiliens dans le monde (CAW) et ont exigé une enquête sur leurs adoptions dans les années 70 et 80. L'enquête au Chili a révélé qu'un grand nombre d'enfants qui ont quitté le Chili à cette époque n'ont pas été volontairement abandonnés pour adoption et qu'ils demandent justice.

De même, les adoptés guatémaltèques se sont regroupés dans le monde entier et demandent une enquête des gouvernements guatémaltèque et belge. Une affaire judiciaire bien connue la plus récente est celle d'un père biologique qui a gagné à la Cour interaméricaine des droits de l'homme et a condamné l'État du Guatemala pour adoption irrégulière et utilisation de procédures illégales. Voir la vidéo ici .

Un autre exemple est celui de l'adopté brésilien Patrick Noordoven, qui est devenu le premier aux Pays-Bas à remporter une action en justice pour son droit à l'identité d'origine. Avec cette victoire, le ministère néerlandais de la Justice enquête désormais sur le rôle du gouvernement néerlandais dans les adoptions illégales au Brésil, en Colombie, au Sri Lanka, au Bangladesh et en Indonésie ! Voir l'article ici.

Oeuvre de Lisa Wool-Rim Sjöblom

Lorsque les gouvernements ne répondent pas de manière responsable pour leurs rôles ou pour les rôles joués par des facilitateurs individuels, dans les adoptions historiques, cela ne laisse aux personnes touchées d'autre choix que de trouver des voies légales pour demander justice. Nous avons maintenant plus de 70 ans d'adoption internationale moderne dans le monde entier avec des centaines de milliers d'adoptés provenant de nombreux pays de naissance différents. L'Asie est de loin le plus grand continent d'envoi d'enfants (Peter Selman, HCCH Statistics). Les adoptés en masse ont atteint la maturité où ils remettent en question leur identité, comment ils ont été élevés dans un autre pays, souvent avec des parents de race différente, et réfléchissent de manière critique aux raisons pour lesquelles ils ont été renvoyés de leur pays de naissance. Notre mouvement d'adoptés grandit et prend de l'ampleur. L'ICAV parle souvent de l'absence d'un organisme international pour tenir les gouvernements responsables de leurs rôles en facilitant ou en fermant les yeux sur les pratiques illégales et illicites historiques.

Pourrait-il y avoir une autre voie? Si les gouvernements étaient prêts à écouter ceux qui sont touchés – à tirer les leçons du passé et à s'assurer que nous ne continuons pas à répéter les mêmes erreurs ?

Une partie de la vision de l'ICAV est : Un monde où les adoptés internationaux existants ne sont pas isolés ou ignorés, mais soutenus par la communauté, le gouvernement, les organisations et la famille tout au long de leur parcours d'adoption.

Cela ne peut être réalisé que si ceux qui sont au pouvoir dans le gouvernement nous apprécient et nous engagent. Lorsque nos voix sont ignorées, le gouvernement agit à l'encontre de son objectif d'agir dans notre « meilleur intérêt », au lieu de cela, il met en place des familles adoptives, des premières familles et des adoptés pour un échec au pire, ou un traumatisme plus évitable au minimum.

Un autre des plus grands échecs politiques en matière d'adoption internationale dans le monde pour tout gouvernement est le manque de soutien post-adoption complet, librement financé, équitable et tout au long de la vie, tenant compte des traumatismes et de la résilience, avec l'inclusion dans la prestation de services de ceux qui connaissent le parcours. meilleur – adoptés, familles adoptives et premières familles. 

Quiconque a vécu l'adoption internationale sait intimement que notre voyage est l'une des pertes multiples qui se manifestent comme un traumatisme et doivent être soutenus tout au long de notre vie. En invitant les adoptés, les premières familles et les familles adoptives à partager les leçons tirées de l'expérience vécue, le gouvernement s'assurera mieux qu'ils diminuent les risques de conséquences imprévues et deviennent plus réactifs dans l'élaboration de leurs politiques.

Nous inviter à participer, nous écouter avec une ouverture et un respect authentiques, écouter nos expériences et tenir compte de nos leçons apprises, voilà comment les gouvernements peuvent renforcer leurs résultats et devenir plus innovants et équilibrés. Ce ne sont pas les agences ou les intermédiaires que le gouvernement devrait impliquer et écouter le plus, ce sont les adoptés, les premières et les familles adoptives ! J'espère voir le jour où nous serons également représentés et invités à participer aux forums politiques et législatifs du gouvernement pour l'adoption internationale ! 

Cet article a été initialement écrit en réponse à une demande de publication coréenne mais n'a pas été publié par la suite. La demande m'a demandé d'écrire sur l'importance d'inclure les voix des adoptés dans les forums politiques.

Montre de l'amour

C'est un débat intérieur de longue date depuis ma naissance. L'abandon fera cela à un enfant. C'est mon soupçon écœurant que ma vie a été un gâchis. Ce soupçon s'est probablement implanté en moi dès que mes parents biologiques se sont éloignés de ma présence. Le fait que j'ai été laissé aux soins d'étrangers qui ne pouvaient pas tout à fait se débarrasser de l'impression que j'étais un étranger au milieu d'eux ne m'a jamais échappé. Mon identité d'adopté n'étant pas encore pleinement réalisée ou solidifiée si tôt dans la vie, il y a eu des jours où je me sentais désamarré. Ne sachant pas ce que c'était vraiment d'être aimé par mon propre sang, je souhaiterais seulement être expulsé de l'amour et des soins qui m'avaient été transmis par ceux qui ont essayé de me convaincre qu'ils n'avaient à cœur que mes meilleurs intérêts. Le ressentiment résiduel de ne pas savoir si mon père et ma mère m'aimaient et me voulaient avec eux a coloré la manière dont je me méfie du sentiment et de l'acte d'aimer quelqu'un. Je reste convaincu qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans ma façon d'aimer et dans la façon dont j'ai recherché l'amour des autres. Même permettre l'amour pour moi-même n'a jamais été une attente. L'amour est une chose que les gens ont toujours dit qu'ils avaient pour moi mais qu'ils ne pouvaient ni me montrer ni m'expliquer parce que comment décrire quelque chose qui semble n'être sorti de nulle part à sa propre convenance. En tant que jeune, j'ai grandi avec le sentiment tenace d'avoir été jeté avec beaucoup de gens pour vivre dans un endroit au hasard avec lequel je n'ai pas partagé d'histoire, mais j'ai été persuadé chaque jour de respecter et d'apprécier en disant " Je t'aime » chaque fois que c'était mon tour de parler. L'affection et la compagnie ont été jetées à mes pieds avec l'exhortation de les prendre ou de les laisser. J'ai reflété les coutumes, les attentes et les incitations à aimer, mais ce qui manquait, c'était une compréhension authentique et lucide de ce que signifie aimer et de ce qui se passe dans votre esprit lorsque vous décidez de montrer de l'amour et de recevoir de l'amour. En l'absence de discussions et d'explications clés, mon jeune esprit ne pouvait que jouer le jeu et suivre les règles non écrites en matière de liens familiaux, de premiers béguins et d'âmes sœurs. En raison de ma prétendue existence et de l'ignorance de mes vérités innées, je me comportais comme un technicien de laboratoire chaque fois que l'atmosphère s'adoucissait autour de moi et je commençais à avoir des picotements partout lorsque mes yeux se posaient sur une fille à l'école ou en passant. Dans ma tête, j'avais tous les flacons, tubes et produits chimiques disponibles pour concocter un philtre d'amour que je pourrais saupoudrer sur le front de celui qui avait attiré mon attention à l'époque. La chose triste et autodestructrice était, cependant, que mes sentiments, mes pensées, mes mots et une grande partie de ma personnalité résidaient uniquement dans ma tête. Ce silence auto-imposé, déguisé en humilité et en réserve, avait pour effet d'extraire la sympathie d'un amant potentiel. J'ai ensuite utilisé cette sympathie pour me positionner comme l'homme qui pouvait les sauver de la douleur que d'autres avaient infligée, des antécédents de violence conjugale/partenaire et de leurs propres habitudes autodestructrices. Mon ego s'est toujours amusé à jouer au sauveur, exalté comme il l'a toujours été par toute affection réciproque. Égoïstes étaient ces gambits, non, ces habitudes de m'impliquer dans la vie d'une personne afin de les utiliser ostensiblement pour m'aider à me rappeler que je suis une bonne personne, même si je me sens dériver hors du giron de l'humanité au fil des années.

Sur Kev Minh

Français
%%footer%%