Adoptés à la Commission spéciale de La Haye

La semaine prochaine, du 4 au 8 juillet, les 104 pays signataires de la Convention du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale se réuniront en ligne au Réunion de la Commission spéciale discuter Après l'adoption et Adoption illicite / illégale questions. C'est un événement important qui se produit généralement tous les 5 ans et c'est la première fois qu'il y aura vaste représentation des adoptés internationaux présents en tant que Observateurs. Historiquement depuis 2005, Association internationale des adoptés coréens (IKAA), le réseau représentant les intérêts des adoptés coréens a été le seulement organisation d'adoptés à y assister. En 2015, Brésil Baby Affair (BBA) était la deuxième organisation dirigée par des adoptés à participer avec IKAA. En raison de COVID, cette réunion actuelle de la Commission spéciale a été reportée et au cours des dernières années, je peux dire avec fierté que j'ai aidé à diffuser les connaissances parmi les organisations dirigées par des adoptés sur COMMENT postuler et encouragé les organisations d'expérience vécue comme KUMFA (l'organisation coréenne des mères) pour se représenter. Cette année, nous avons fièrement 6 des organisations dirigées par des adoptés qui les représentent eux-mêmes et leurs communautés. Nous avons progressé !

En 2015, j'ai écrit le blog intitulé Pourquoi est-il important d'avoir des voix d'adoptés internationaux sur ce site. À maintes reprises au fil des ans, j'ai plaidé en faveur de l'importance que nos voix soient incluses aux plus hauts niveaux des discussions gouvernementales. Alors je le répète, nos voix sont extrêmement importantes à ces plus hauts niveaux de discussions sur les politiques, les pratiques et la législation en matière d'adoption.

Certains critiques pourraient dire que nous ne changeons rien à l'adoption internationale en assistant à ces réunions, cependant, je voudrais suggérer que le simple fait de nous voir représenter nos adultes en nombre aide les gouvernements et les autorités à réaliser quelques points clés :

  • Nous grandissons ! Nous ne restons pas des enfants perpétuels.
  • Nous voulons avoir notre mot à dire sur ce qui arrive aux futurs enfants comme nous.
  • Nous les aidons à rester concentrés sur « qui » nous sommes vraiment ! Nous ne sommes pas des chiffres et des statistiques sans nom. Nous sommes des personnes vivantes avec de vrais sentiments, des pensées et une myriade d'expériences. Leurs décisions COMPTENT et nous impactent pour la vie et nos générations futures !
  • Nous les aidons à tirer les leçons du passé pour améliorer les choses pour l'avenir et réparer les torts historiques.
  • Nous sommes les experts de notre expérience vécue et ils peuvent tirer parti de notre contribution pour mieux comprendre leur rôle et améliorer la façon dont les enfants vulnérables sont pris en charge.

L'un des avantages du cadre de la Convention de La Haye est qu'il crée des opportunités comme la prochaine Commission spéciale où les adoptés peuvent avoir une visibilité et un accès aux structures de pouvoir et aux autorités qui définissent et créent l'adoption internationale. Les adoptés nationaux manquent de ce cadre à l'échelle mondiale et sont désavantagés en ayant des opportunités qui les réunissent pour accéder à l'information et aux personnes qui sont importantes dans le travail de plaidoyer.

Je suis vraiment fier de notre équipe de 8 personnes qui représentent l'ICAV à la réunion de cette année. J'ai veillé à ce que nous couvrons une gamme de pays d'adoption et de naissance parce qu'il est si important d'avoir cette diversité d'expériences. Oui, il y a encore place à l'amélioration, mais j'ai été limité par la disponibilité des gens et d'autres engagements étant donné que nous faisons tous ce travail en tant que bénévoles. Nous ne sommes pas payés comme le gouvernement ou la plupart des participants des ONG à cette prochaine réunion. Nous nous impliquons parce que nous sommes passionnés d'essayer d'améliorer les choses pour nos communautés! Se doter de connaissances sur les structures de pouvoir qui définissent notre expérience est essentiel.

Un grand merci à ces adoptés qui offrent bénévolement 5 jours/nuits de leur temps et de leurs efforts pour représenter notre communauté mondiale !

  • Abby Forero-Hilty (adopté aux États-Unis, actuellement au Canada, né en Colombie ; auteur de l'anthologie des adoptés colombiens Décrypter nos origines, Co-fondateur de Colombian Raíces; Représentant international de l'ICAV)
  • Chérir Asha Bolton (adopté aux USA, né en Inde, Président de Les gens pour la réforme de l'adoption éthique PEAR; Représentant ICAV États-Unis)
  • Colin Cadier (adopté en France, né au Brésil, Président de La Voix Des Adoptes LVDA)
  • Jeannie Glienna (adopté aux USA, né aux Philippines, Co-fondateur de Adopté Kwento Kwento)
  • Judith Alexis Augustine Craig (adopté au Canada, né en Haïti; Co-fondateur de Réseau des adoptés adultes de l'Ontario)
  • Kayla Zheng (adopté aux États-Unis, né en Chine ; représentant ICAV USA)
  • Luda Mérinos (adopté en Espagne, né en Russie)
  • Moi-même, Lynelle Longue (adopté en Australie, né au Vietnam; Fondateur de ICAV)

Nous nous représentons avec nos collègues adoptés qui représentent leurs propres organisations dirigées par des adoptés en tant qu'observateurs :

Je ne m'attends pas à de grands changements ou à des événements monumentaux lors de cette prochaine réunion, mais ce sont les liens que nous établissons qui importent, que ce soit entre nous en tant qu'adoptés et/ou avec les diverses organisations gouvernementales et ONG représentées. Le changement dans cet espace prend des décennies, mais j'espère que les petites connexions qui se développent au fil du temps s'accumulent et deviennent une influence positive.

Les prochains messages partageront certains des messages clés que certains membres de notre équipe ont rédigés en préparation de cette réunion de la Commission spéciale de La Haye sur le soutien post-adoption et ce que la communauté, via ces dirigeants, souhaite partager. Restez à l'écoute!

Tant de pertes dans l'adoption

par Maars, emmené des Philippines au Canada. Vous pouvez suivre Maars @BlackSheepMaars

Je fais des recherches sur mes racines depuis 3,5 ans. Quand j'ai commencé ce voyage, je n'avais que des souvenirs griffonnés de moments qui fournissaient des lieux et des noms. Principalement par des choses que j'ai entendues en grandissant quand ma famille parlait de moi et de mon adhésion à leur famille. Il y avait beaucoup d'informations non confirmées, et la plupart sont des hypothèses et même inventées.

Je me suis assis sur le canapé et j'ai écrit chaque morceau de mémoire dans mon cerveau de ce qui a été dit, de ce qui a été mentionné, de ce qui a été bavardé, de ce qui m'a été crié dessus.

Je n'avais aucune information réelle pour commencer ce voyage, et même lorsque j'ai plaidé pour obtenir des informations et appelé pour poser des questions. Personne n'avait particulièrement envie de dire quoi que ce soit. C'était comme un secret que je n'étais pas censé découvrir. Mais je suis quand même allé de l'avant, et la première année m'a beaucoup demandé, prenant même une femme en Amérique pour ma mère biologique.

Je n'avais aucune attente concrète, aucune direction, ni aucune idée de l'endroit où ce voyage se terminerait. Cependant, après avoir trouvé ma mère biologique, je n'avais qu'un seul objectif. Pour reconstituer notre petite famille, pour guérir le cœur brisé de ma mère biologique d'avoir dû abandonner ses deux premiers enfants.

Je voulais retrouver mon propre frère biologique, pour qu'au moins elle puisse guérir sa culpabilité et sa honte avant de quitter cette vie. Mais je ne pouvais pas le faire. J'étais trop tard, je ne l'ai retrouvé que 5 mois après son décès.

Grandir en tant qu'enfant unique, grandir en me sentant seul au monde, étranger à mon espèce, à mes racines, à mon héritage, à ma tradition ancestrale - de tout ce dont je suis fait, il ne me resterait qu'une seule personne sur cette planète, celle partage les mêmes blessures que moi à cause de l'adoption. Et pourtant, le traumatisme de l'adoption dans nos vies finirait par nous amener à nous séparer à nouveau, pour la deuxième fois.

IL Y A TELLEMENT DE PERTES DANS L'ADOPTION !

J'essaie toujours de travailler sur mon côté paternel, en espérant n'importe quoi, des indices, mais l'inévitable est de chercher quelqu'un/quelque chose dont on ne soupçonnait même pas l'existence, c'est un exploit à explorer.

#adoptee #adopted #adoption #reunion #searching #family research #biologyresearch #ancestry #mystory #myvoyney #mysearch #biologymatters #findingmyroots #brokenbranch

La justice ou la responsabilité se produisent-elles dans les adoptions illicites ?

par Jessica Davis, maman adoptive américaine qui a rendu son enfant ougandais à sa mère biologique en Ouganda. Jessica a écrit ce message en réponse au récent plaidoyer de « culpabilité » du personnel travaillant à l'agence d'adoption European Adoption Consultants (Ohio) qui a facilité l'adoption illicite d'un adopté ougandais par la famille Davis. Article de presse ici.

Cela fait de nombreuses années que nous avons découvert l'horrible vérité selon laquelle la petite fille que nous avons adoptée en Ouganda avait été illégalement séparée de sa famille. Depuis que j'ai réuni Namata avec sa mère, j'attends un semblant de justice et de responsabilité, surtout en ce qui concerne cet individu en particulier.

Aujourd'hui, Debra Parris, l'un des criminels impliqués dans le trafic de Namata, a changé son plaidoyer de culpabilité pour chaque acte d'accusation fédéral dont elle était accusée. Debra a participé volontairement au trafic d'enfants ougandais par le biais de l'adoption internationale. Elle a causé un préjudice irréparable à Namata, sa mère ougandaise et a rendu nos vies misérables pendant des années alors que nous cherchions à la dénoncer, elle et ses co-conspirateurs. Elle a infligé d'énormes dégâts à BEAUCOUP d'enfants ougandais vulnérables et à leurs familles (et dans de nombreux autres pays, j'en suis sûr).

Le simple fait d'entendre sa voix aujourd'hui était accablant, sans parler de l'entendre enfin admettre sa culpabilité. Étant donné que j'ai réalisé que ce qui s'était passé au sein de notre adoption n'était pas unique, je me suis engagé à ne jamais perdre une occasion de travailler à changer le récit en ce qui concerne l'adoption internationale. Ce moment ne sera pas différent.

À ceux qui choisissent de croire que ce qui est arrivé à Namata et à sa mère est le résultat d'une seule « pomme pourrie », je vous prie d'arrêter. Je travaille avec des familles ougandaises depuis plus de 5 ans maintenant et je peux vous dire que ce qui est arrivé à Namata et sa famille n'est pas l'exception, c'est plutôt la règle en matière d'adoption internationale. Chaque famille ougandaise que j'ai rencontrée, même les familles qui ont utilisé d'autres agences d'adoption, ont eu des expériences similaires à partager. Aucune des familles d'origine n'a vraiment compris l'adoption, toutes traversaient une période difficile et n'avaient besoin que d'un accompagnement. Presque tous pensaient avoir accès à une éducation ou à des soins médicaux pour leur proche. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'exceptions, mais je n'ai pas encore rencontré de famille ougandaise qui a vraiment compris l'adoption.

En tant que parent adoptif, choisir de détourner le regard ou de garder le silence face à ces injustices fait de VOUS une partie du problème. Lorsque j'ai réalisé ce qui se passait avec notre agence d'adoption, j'ai immédiatement commencé à parler à d'autres parents adoptifs qui les avaient également utilisés. On m'a répété à maintes reprises que je réagissais de manière excessive, que cela ne pouvait pas être vrai, ou qu'au moins cela ne pouvait pas être aussi « mauvais » que je le prétendais. J'ai le sentiment que même avec cet aveu de culpabilité, de nombreuses familles adoptives diront toujours que ce n'est pas vrai dans leur situation (ce qui pourrait très bien être vrai) et continueront leur vie, comme si de rien n'était.

Cette agence d'adoption a facilité l'adoption de plus de 30 enfants ougandais. Aujourd'hui, Debra Parris a admis avoir soudoyé des agents de probation, des greffiers et des juges en Ouganda. Elle a admis avoir sciemment soumis des informations frauduleuses au département d'État américain dans le but de faciliter les adoptions illicites. Supposer que cela ne se produisait pas dans d'autres adoptions est non seulement naïf, mais une grave erreur judiciaire.

Combien de familles biologiques et d'adoptés adultes ont partagé des expériences similaires ? Quand commencerons-nous à écouter ? Quand suffisamment de familles auront-elles été inutilement déchirées jusqu'à ce que nous soyons disposés à faire quelque chose ? Quand la vie et le bien-être de ces « orphelins » nous importent-ils au-delà de leur adoption ?

Alors que je me suis réjoui aujourd'hui de ce petit pas vers la responsabilité pour les torts perpétrés contre de nombreux enfants et familles les plus vulnérables de notre monde, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à toutes les familles ougandaises (et familles à travers le monde) que cela a arrivé à. Des familles qui ne verront probablement jamais justice ou réparations, sans parler de l'être cher dont elles ont été séparées. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à tous les adoptés qui ont été transférés entre les familles comme des cartes à collectionner. Des adoptés qui sont réduits au silence et ignorés lorsqu'ils parlent de leurs expériences avec l'adoption. Je ne peux m'empêcher de penser à tout le mal qui a été inutilement infligé aux adoptés et aux familles biologiques car ce système semble beaucoup trop facile à exploiter et à corrompre.

Quand est assez, assez?

Pour en savoir plus sur Jessica et son mari Adam, regardez leur interview avec 1MillionHome Amour audacieux

Pour en savoir plus sur Jessica, lisez ses blogs :
Adoption : soignée et bien rangée ? Pas tellement!
Le mensonge que nous aimons
Pas une attraction touristique
Il n'y a pas de crise des orphelins, c'est une crise de séparation familiale

Expérience vécue d'adoption illégale et illicite

L'adoption internationale est réglementée par la loi de 1993 Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale. Cette convention a été conçue pour protéger l'intérêt supérieur de l'enfant en cas d'adoption internationale et empêcher l'enlèvement, la traite ou la vente d'enfants à des fins d'adoption internationale.

Bien qu'il soit impossible de calculer exactement combien d'adoptions illégales et illicites ont eu lieu en Australie, nous savons que nous avons ici des cohortes spécifiques d'adoptés de divers pays. L'Éthiopie et l'Inde sont les pays les plus récents où nos programmes ont été fermés en raison d'irrégularités. Notre histoire au début des années 1980 comprend des adoptés victimes de la traite en provenance de Taïwan, où Julie Chu a été reconnue coupable de falsification de documents et condamnée à la prison pour son rôle de chef du réseau de trafic de Taïwan.

À l'échelle mondiale, en février de cette année, les Pays-Bas ont suspendu leur programme d'adoption internationale en raison de leurs adoptions illégales et illicites historiques. D'autres pays européens tels que la Suisse, la Suède et la Belgique ont tous pris des mesures pour examiner attentivement leurs adoptions historiques.

Quelle sera la réponse de l'Australie à notre propre histoire d'adoptions internationales illicites et illégales ? Les décideurs politiques australiens sont actuellement aux prises avec cette question et ses implications. À cette fin, ISS Australia et InterCountry Adoptee Voices (ICAV) ont le plaisir de présenter notre webinaire gratuit sur ce sujet sensible et complexe en mettant l'accent sur les voix de ceux qui ont une expérience vécue. Nous espérons aider à informer sur l'expérience du point de vue vécu, son impact et ce que les personnes impactées souhaitent voir les décideurs politiques et les professionnels prendre en considération.

Ce webinaire a eu lieu le 10 novembre 2021 intitulé Expérience vécue d'adoption illégale et illicite. Nous vous apportons une expérience vécue spécifique à l'Australie, cependant, cela peut être extrapolé à l'arène mondiale.

Un grand merci à nos panélistes : Professeur David Smolin, Kimbra Butterworth-Smith, Annita Pring, Clement Lam (tel que lu par sa fille, Marie Gardom).

  • Professeur David Smolin est professeur de droit à Faculté de droit de Cumberlanddans Birmingham, Alabama. Il est également titulaire de la chaire Harwell G. Davis en droit constitutionnel et directeur de le Centre pour les enfants, le droit et l'éthique. Le professeur Smolin est un expert mondial de premier plan en matière illégale et illicite adoption internationale et a écrit et parlé abondamment sur ce sujet. Il a également été personnellement touché par l'adoption internationale illégale et illicite.
  • Kimbra Butterworth Smith a une expérience de travail dans des ONG humanitaires en Australie et à l'étranger. Elle est également une adulte adoptée à l'étranger de Taïwan dont l'adoption a été facilitée illégalement par Julie Chu.
  • Annita Pring est une mère adoptive australienne d'un fils thaïlandais.
  • Clément Lam Swee Seng est une conseillère à la retraite dans le ministère du mariage, de la jeunesse et de la toxicomanie en Malaisie. Il est également le père chinois de la perte d'une fille qui a été envoyée à l'étranger et adoptée dans une famille adoptive britannique. Clément n'a retrouvé sa fille que récemment.

Un grand merci à mes co-présentateurs d'ISS Australia, le PDG Peter van Vliet et le PDG adjoint Damon Martin.

Ressources

La référence à l'enquête que d'autres pays ont déjà menée peut être trouvée dans la liste des ressources de ce blog précédent : Les gouvernements reconnaissent enfin les pratiques d'adoption illicites et illégales.

Réflexions d'une personne adoptée sur la déclaration conjointe de l'ONU sur les adoptions internationales illégales

Les adoptions finlandaises sont similaires aux néerlandaises.

par Sabina Söderlund-Myllyharju, adopté de Taïwan en Finlande.
Traduction par Fiona Chow. Message d'origine ici en suédois.

Récemment, mon fil d'actualité Facebook a été inondé d'informations importantes provenant d'endroits tels que les Pays-Bas, la Suisse et la Suède. Les Pays-Bas ont suspendu toutes les adoptions depuis l'étranger après qu'une enquête a révélé des abus systématiques ainsi que des adoptions illégales. Une enquête similaire a été ouverte en Suisse. En Suède, les adoptés adultes du Chili ainsi que ceux d'autres pays se battent pour qu'une enquête à l'échelle nationale soit mise en œuvre dès que possible. 

Cette accumulation de vapeur dans le monde de l'adoption a commencé à susciter des sentiments en moi. Depuis longtemps, j'observe une forte opposition à l'adoption de la part d'adultes adoptés dans les cercles internationaux dans lesquels je suis impliqué sur les réseaux sociaux. Mais arrêter complètement toutes les adoptions ? Cela me parait étranger. Il y a de nombreuses années, j'ai pensé de même, mais depuis lors, je me suis rendu compte qu'une telle pensée est un peu trop radicale. Du moins, pas tant qu'il y a des enfants sans parents.

L'autre soir, j'ai écouté une discussion dans laquelle un parent adoptif suédois se tenait ouvertement à la place des enfants adoptés illégalement qui demandent maintenant à la Suède d'assumer ses responsabilités. Elle les a soutenus de tout cœur, même si ses fiançailles sont susceptibles d'avoir des conséquences négatives dans sa propre vie. Cela m'a fait chaud au cœur qu'elle, en tant que parent adoptif, soit prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que ses propres enfants à l'avenir n'aient pas à remettre en question le système d'adoption de la même manière que les enfants volés d'aujourd'hui.

Ma propre adoption ne s'est pas déroulé comme il aurait dû, et cela a été la source d'une myriade d'émotions différentes en moi. Celles-ci vont de la tristesse de ne pas avoir grandi avec ma famille biologique à la vraie colère face à un système plein d'insuffisances. Comment est-il possible que j'aie été transporté d'un continent à l'autre à l'aide de faux papiers ? Que les délinquants aient maintenant été jugés et punis est bien sûr juste et juste, mais pourquoi n'y a-t-il jamais eu de tentative pour me réunir, moi et des dizaines d'autres enfants, avec leurs familles d'origine ?

En même temps, j'ai ressenti un énorme sentiment de culpabilité pour avoir pensé de cette façon, car j'ai eu une bonne vie ici en Finlande. Qui suis-je vraiment pour me plaindre ? En fait, il ne s'agit pas de ne pas être reconnaissant. Je suis vraiment reconnaissant pour beaucoup de choses, notamment mes trois enfants qui grandissent dans un pays fantastique comme la Finlande. Cependant, suis-je reconnaissant d'avoir été séparé de ma mère biologique ? Est-il même possible pour moi de cesser de me demander pourquoi mes documents d'identification ont été falsifiés au moment de l'adoption ? ai-je été vendu ? Est-ce vraiment ce que ma mère biologique voulait ?

Cela fait de nombreuses années depuis ma propre adoption et à ce moment-là, les dispositions ont été prises en privé, sans l'aide d'une agence d'adoption, ni la protection qu'une telle agence aurait fournie. Je suis heureux que les adoptions finlandaises d'aujourd'hui soient réglementées d'une manière totalement différente, afin que nous puissions être certains que les choses sont faites légalement et correctement lorsque nous plaçons des enfants dans le cadre de l'adoption internationale. C'est comme ça, n'est-ce pas ? Nous nous concentrons sûrement sur ce qui est le mieux pour l'enfant, tout comme l'exige la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (UNCRC) ? Nous choisissons sûrement d'agir sans délai lorsqu'une activité suspecte survient sur le terrain de l'adoption ?

Mon espoir est que les adoptés, les parents adoptifs et les adoptants puissent être assurés que tous ceux qui travaillent avec l'adoption en Finlande sont, avec une bonne conscience, capables de dire que tout fonctionne comme il se doit. J'espère sincèrement que les agences d'adoption telles qu'Interpedia, Save the Children et la ville d'Helsinki sont restées silencieuses pendant si longtemps car elles n'ont absolument rien à cacher. 

En même temps, je peux difficilement être la seule personne à penser qu'une enquête étatique indépendante se fait attendre depuis longtemps, même dans un pays comme la Finlande.  

Cher papa, tu es toujours raciste

par Auteur Mae Claire, né en Haïti a grandi aux USA.

Une lettre à mon père décédé qui m'a fait sortir illégalement d'un orphelinat en Haïti. 
Mes travaux: https://www.amazon.com/-/e/B00IZG9Q56
Insta : @liftingtaboos
Blog: https://solifegoeson.com/

Maé à 15 ans

Cher papa,

L'IRS demande des informations sur mes parents biologiques afin que le transfert des héritiers soit réussi. Votre mort a laissé beaucoup de trous dans une situation déjà très complexe. Tu vois, tu te souviens quand je t'ai appelé il y a 3 ans pour t'expliquer à quel point tes actions étaient horribles, dangereuses et douloureuses il y a 40 ans ?

Oui. Cette conversation. Vous avez raison. Celui où je t'expliquais comment obtenir ma carte verte était quasiment impossible car tu as choisi de me trafiquer. Sur le moment, vous pensiez faire la « bonne » chose… parce que… le sauveurisme… la fragilité des blancs et le besoin de sauver une pauvre fille noire d'un destin indescriptible. Je veux dire, je suis presque certain qu'il y avait de l'amour quelque part au milieu de tout ça. Mais l'amour est une chose à long terme. L'amour signifie que vous pensez à l'avenir.

Tu n'as pas fait ça papa. En fait, tu as continué à mentir sur mon existence, m'empêchant de vraiment connaître mes origines.

Pour ta défense, tu m'as dit en vieillissant que mes papiers étaient faux. Faux… j'avais 13 ans. Qu'est-ce qu'un adolescent de 13 ans comprend à propos d'avoir de faux papiers ? Tout ce que je pouvais faire était de vivre dans l'instant présent, d'aller à l'école et de faire ce que fait un enfant ordinaire de 13 ans. Puis j'ai eu 17 ans, voyager à l'extérieur du pays est devenu plus difficile parce que j'étais… eh bien, victime de la traite.

« Souviens-toi de ton anniversaire », me murmurais-tu alors que nous nous approchions d'une personne en uniforme. J'ai toujours pensé qu'il était étrange que je doive mémoriser une date qui n'était pas du tout mon anniversaire. Je pensais aussi qu'il était inhabituel que l'âge de mon passeport soit 3 ans plus jeune que mon âge biologique.

Au nom du sauveurisme et de l'urgence, vous étiez… en train de conclure un pacte avec le diable. Trouvez une femme qui veut vendre sa signature, trouvez un enfant mort qui n'a pas encore reçu d'acte de décès, trouvez un avocat qui serait louche au maximum et BAM… vous vous êtes procuré une jolie petite fille noire à sauver.

Mais voici la chose. Je n'avais pas besoin d'économiser. Je n'étais pas orphelin malgré le fait d'être dans un orphelinat. Alors pourquoi n'as-tu pas simplement attendu l'approbation de ma vraie mère ? Pourquoi passer par des canaux illégaux ?

Urgence.

Saviorisme.

J'avais une mère, j'avais un père, j'avais 5 autres frères et sœurs. J'avais une tante, un oncle, un grand-père. J'avais une famille.

Mais tu m'as enlevé tout ça. Rien ne correspond et rien ne correspondra jamais à cause de la décision que tu as prise quand j'étais à genoux. Ma mère de papier n'est pas ma mère bio. Tout est mensonge. Ce n'est pas mon acte de naissance, ce n'est pas mon nom, ce n'est pas mon âge. Et en même temps, tu étais la famille avec laquelle j'ai grandi, une famille très toxique, mais tu étais tout ce que je connaissais.

J'ai donc grandi en détestant ma couleur de peau, mes cheveux, mon visage, ma race, ma culture. J'ai grandi en cherchant ce que tu avais et ce que tu étais même si tu m'empêchais d'être un égal. Vous m'avez fait me sentir responsable de ce qui m'avait été fait. Tu m'as fait culpabiliser si je ne te montrais pas de l'amour comme le faisait le bios. Vous m'avez poussé à réfléchir et à tenter de me suicider. Selon Child Welfare Information Gateway, « un contact continu avec les membres de la famille biologique peut minimiser ou résoudre les sentiments de chagrin et de perte de l'enfant, réduire le traumatisme de la séparation et aider l'enfant à développer et à maintenir un sentiment d'identité plus fort. » Vous n'avez rien tenté de tout cela parce que vous saviez que ce que vous aviez fait était contraire à la loi.

Selon l'UNICEF, il soutient l'adoption internationale, lorsqu'elle est poursuivie conformément aux normes et principes de la Convention de La Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale. Il s'agit notamment de s'assurer que les adoptions ne sont autorisées que par les autorités compétentes, guidées par le consentement éclairé de toutes les personnes concernées, que l'adoption internationale bénéficie des mêmes garanties et normes que celles qui s'appliquent aux adoptions nationales, et que l'adoption internationale n'entraîne pas de gain financier indu pour les personnes impliquées dans ce. Ces dispositions visent avant tout à protéger les enfants, mais ont également pour effet positif de sauvegarder les droits de leurs parents biologiques et d'assurer aux futurs parents adoptifs que leur enfant n'a pas fait l'objet de pratiques illégales.

Dans votre maison, j'étais un imposteur et je n'ai jamais été assez bien. Mais heureusement papa, tu n'es pas le seul. Il y a tellement de parents adoptifs blancs qui feront tout pour avoir un bébé noir. Bien sûr, pour le moment, ils peuvent vraiment emprunter ce chemin vers le ciel avec de bonnes intentions. Mais les intentions meurent rapidement et le chemin devient inégal, rocailleux, effrayant, blessant, abusif. Ce chemin continue pour nous. L'impact est éternel.

Lorsque les parents adoptifs blancs adoptent, ils ne sont pas conscients de l'impact à long terme que cela laisse sur l'adopté… surtout si l'adopté est de couleur.

Un adopté typique est arraché à son environnement et contraint de survivre avec de nouvelles attentes, de nouvelles règles, de nouvelles lois qui régissent son immédiateté. Ils sont obligés de s'adapter… et non l'inverse.

Un adopté typique de couleur vient d'un pays qui est considéré comme « plus pauvre » et a besoin d'épargner. La pauvreté ne devrait JAMAIS être une raison suffisante pour prendre l'enfant de quelqu'un d'autre… et elle ne devrait jamais être une raison pour faire un effort supplémentaire pour falsifier des documents.

En ce qui concerne les adoptions illégales et illicites, Haïti devrait obtenir une étoile d'or. Bien qu'Haïti n'ait jamais été un pays qui « vend » ses enfants, la pauvreté et la promesse d'une vie « meilleure » sont très tentantes. Cela arrive donc plus souvent que prévu. Kathrine Joyce le décrit parfaitement dans son livre intitulé The Child Catchers. Elle dit "L'adoption a longtemps été empêtrée dans la politique des droits reproductifs, présentée comme un compromis « gagnant-gagnant » dans le débat sans fin sur l'avortement. L'adoption est récemment devenue encore plus empêtrée dans l'agenda chrétien conservateur.​ » Dans son livre, elle décrit comment les ​Child Catchers trouvent un moyen de convaincre les familles pauvres de mettre leurs enfants dans un orphelinat. Une fois que les enfants sont dans un orphelinat, ils deviennent la pupille de l'État et sont désormais des produits à vendre.

Nous devenons des accessoires.

Dans leur article de 40 pages intitulé Orphanage Entrepreneurs :La traite des enfants invisibles d'Haïti​, déclarent Georgette Mulheir avec Mara Cavanagh et ses collègues​: Le gouvernement d'Haïti devrait renforcer le système de protection de l'enfance et les approches judiciaires de la traite des enfants, notamment : développer un système d'inspection indépendant ; développer un système de suivi des enfants pris en charge ; augmenter le nombre de travailleurs sociaux et améliorer leur formation; donner la priorité aux enfants victimes de la traite dans les orphelinats dans le cadre de la stratégie de lutte contre la traite.

J'étais ton père accessoire. J'étais la personne que vous montriez aux autres pour prouver que vous n'étiez pas raciste ou n'avait pas de préjugés. J'étais cette petite fille qui souffrait à l'intérieur mais portait un grand sourire à l'extérieur ; parce que c'est comme ça que papa l'aimait. C'est ainsi que la plupart des parents adoptifs l'aiment. Ils attendent de nous que nous soyons silencieux, heureux, reconnaissants, reconnaissants et reconnaissants. Ils s'attendent à ce que nous nous souvenions de la date à laquelle ils ont été « obtenus ».

Mais tu vois clair maintenant papa, n'est-ce pas ? Vous réalisez maintenant que maman ne pourra jamais expliquer ce que vous avez fait tous les deux. Par cupidité, vous avez pris une vie et, entre-temps, avez détruit une famille pour toujours.

Je ne pourrai jamais vraiment faire partie de ma famille biologique. "Dis-leur que c'était une adoption fermée" Je dis à ma sœur de le dire à ma mère pendant qu'elle est au téléphone avec les RI. Je continue de protéger ceux qui m'ont trafiquée. Je m'assure que ma mère n'est pas bombardée d'enquêtes et d'éventuelles peines de prison.

Quand ils lui demandent "pour quoi êtes-vous?, je ne pouvais qu'espérer qu'elle dise la vérité.

"Trafic. Nous pensions que nous allions bien mais nous avons bu le Koolaid ». Mais elle n'est pas capable d'admettre sa faute. Cette réponse est un rêve à rêver seulement la nuit, pas le jour.

Il y aura ces papas qui diront "c'est une histoire triste mais ce n'est pas NOTRE histoire". Et vraiment les histoires sont uniques. Malheureusement, lorsqu'il s'agit de donner de l'argent pour des enfants, ou de bénéficier d'une déduction fiscale pour adoption, vous avez décidé de participer à un système qui crée trop souvent des traumatismes à long terme. Vous avez bu le Koolaid.

Papa, saviez-vous que plus de 80% d'enfants considérés comme « orphelins » ne sont pas vraiment des orphelins ? Selon l'Unicef, les enfants sont placés dans des orphelinats à titre temporaire parce que les orphelinats fournissent de la nourriture, un abri, une scolarisation et des activités. Donc, supposer que nous sommes libres d'être pris est une énorme erreur judiciaire.

Selon le Département d'État américain, le gouvernement d'Haïti ne respecte pas pleinement les normes minimales pour l'élimination de la traite, mais fait des efforts importants pour y parvenir. Ils restent au niveau 2 car le gouvernement n'a pas condamné les trafiquants au cours de l'année considérée. Le gouvernement n'a pas alloué de fonds suffisants à ses efforts de lutte contre la traite ou aux services aux victimes et n'a pas mis en œuvre ses procédures opérationnelles standard pour l'identification des victimes.

Ce que vous dites? Maintenant que vous nous observez du ciel ? (Je crois que vous êtes là parce que je ne peux pas croire en un Dieu qui créerait un endroit pour que les gens souffrent plus qu'ils n'ont déjà souffert sur terre). Tu peux voir la douleur et la souffrance, n'est-ce pas papa ? Vous pouvez voir la confusion. Est-ce que tu le vois?

J'espère que vous pouvez le voir maintenant. Mais je sais qu'il y a tellement de parents adoptifs qui ne peuvent pas le voir. Ils pensent que leurs pas ont été guidés par Dieu… Dieu ne demanderait jamais à quelqu'un d'enlever un enfant qui a toute une famille qui les aime et prend soin d'eux. On nous demande de nous occuper de la veuve et de l'orphelin… mais vous venez de prendre la soi-disant orpheline.

Imaginez dans quel genre de monde nous vivrions aujourd'hui si les gens avec plus donnaient à ceux qui avaient moins. À quoi ressemblerait ce monde si à qui beaucoup est donné, beaucoup est vraiment requis ? Quelle forme cela prendrait-il et pourrait-il prendre ? Quelle forme cela doit-il prendre ?

Et si, au lieu de prendre l'enfant de quelqu'un d'autre, nous demandions « Comment puis-je vous garder ensemble ? » Cette question monumentale, avec des tas de solutions adaptables, changerait le cours des enfants qui grandissent dans la pauvreté.

En tant qu'adopté, je sais que je ne suis pas le seul à croire qu'une grande partie de notre douleur et de nos souffrances aurait pu être évitée si quelqu'un avait tendu la main pour soutenir notre famille qui était pauvre physiquement mais riche en esprit.

En tant qu'adopté, changer de nom, donner de faux papiers, être traité comme un citoyen de 2e et 3e classe n'aurait jamais dû être autorisé et surtout pas au nom de "être appelé". Dieu n'appelle pas les gens à causer des dommages éternels aux autres. L'adoption est un traumatisme et presque 100% du temps, cause des dommages à long terme que même la thérapie ne guérit pas.

Les adoptés ne sont pas des accessoires pour prouver une déclaration comme "Je ne suis pas raciste". Nous sommes des humains qui ont été, pour la plupart, achetés pour combler un désir, une incapacité, un désir, un appel, un vide, et la liste s'allonge encore et encore.

Mais je suis là pour dire papa, m'adopter et les autres ne t'ont pas rendu moins raciste. Vous êtes resté raciste à votre manière. Quand nous avons pleuré et vous avons parlé du racisme qui nous arrivait et que vous n'avez rien fait… vous avez montré votre racisme. Quand je t'ai vu traiter d'autres personnes de ma race et de ma nationalité… tu as montré tes préjugés et ton classisme.

Votre cœur était pur à bien des égards, mais malheureusement, l'adoption ne l'a pas rendu plus ou moins pur. L'appel ne vous a pas rapproché ou éloigné de Dieu. En fait, me séparer a créé un trou caverneux dans notre relation et détruit ce qui aurait pu être un pont vers ma famille biologique, ma culture, ma race et ma vie.

L'adoption est dangereuse. Souvent, nous le faisons et nous ne savons même pas ou ne comprenons pas vraiment pourquoi nous le faisons. Nous le faisons parce que dans l'instant, ilse sentcomme la bonne chose. Nous le faisons parce que nous pensons que cela va arranger quelque chose en nous. Peut-être que cela répare quelque chose en nous… mais cela laisse l'adopté avec des cicatrices, des bleus et une nostalgie de ce qui aurait pu être.

Cher papa, maintenant tu es mort et tu peux probablement voir et comprendre la douleur que tu as causée. S'il existe un moyen de vous infiltrer dans la vie d'autres personnes qui ont adopté ou espèrent adopter et de les avertir des dangers ; nous, les adoptés, vous en serons éternellement reconnaissants.

Puissiez-vous ne pas reposer en paix tant que vous n'aurez pas sauvé d'autres adoptés de la même douleur.

Le droit à l'identité

par Maria Diemar, née au Chili élevée en Suède. Vous pouvez accéder à son blog sur Je possède mon histoire Maria Diemar où elle a publié ceci le 23 août.

Le droit à son identité,
est-ce un droit humain ?
Est-ce un droit humain pour tout le monde ?

Où vous appartenez,
les circonstances d'où vous venez,
est-ce important à savoir ?

Est-il possible de supprimer l'historique d'une personne ?
Envisageriez-vous de supprimer l'historique d'une autre personne ?

Qu'est-ce qui est illégal ?
Qu'est-ce qui est contraire à l'éthique ?
Quelles sont les irrégularités ?

Ces dernières années, j'ai découvert de plus en plus mon histoire.
De découvrir que je suis Ingegerd Maria Olsson dans les registres au Chili,
réaliser que je peux voter,
et renouveler mon passeport de 1975,
comprendre qu'il semble que je n'aie jamais quitté le Chili, le pays où je suis né.

D'après mon passeport chilien,
J'habite dans une rue d'un quartier d'affaires de Rancagua.
Selon d'autres documents,
Je vis avec une assistante sociale à Santiago.
Nous sommes probablement plus de 400 enfants vivant à cette adresse :
Monseigneur Müller 38.

Je « vis » au Chili, et je vis aux États-Unis.
Je suis inscrit sur les listes électorales au Chili,
et en Suède, j'ai un passeport suédois et je peux récupérer un passeport chilien quand je le souhaite.

Ma naissance n'a jamais été enregistrée à l'hôpital où je suis né.
Je suis un enfant de personne.
Au lieu d'un acte de naissance,
un protocole a été écrit dans lequel des étrangers ont témoigné que je suis né le jour de mon anniversaire.

Au Chili, je suis inscrit comme orphelin
parce qu'une Suédoise, Anna Maria Elmgren, m'a arrangée et inscrite au registre au Chili.
J'ai un nom suédois dans le registre chilien.
je suis Ingegerd Maria Olsson au Chili.

je suis orphelin
mais j'ai une mère dans les documents du tribunal de Temuco.
Dans les documents du tribunal, j'ai une mère.
Une mère qui me donne.

J'avais 44 ans quand j'ai fait un test ADN,
puis j'ai réalisé que je suis Mapuche.
Je viens d'un peuple autochtone.

Être un enfant d'Autochtones,
ce détail est quelque chose que quelqu'un a oublié de mentionner.
Un détail qui n'a pas trop d'importance.
Ou est-ce?

Le droit à son identité est-il un droit pour tous ?
Qui décide cela ?

#adopté #adopté #volé #Ilégal #adoption #Chile #victime #trafic #Sverige #Adoptionscentrum #Sverige #adopterad #chileadoption #3T3T3T3ThumainmapT #nomassilendroite #

La vérité sur l'adoption internationale

La première partie de cet article est écrite par Jessica Davis, mère adoptive aux USA qui a adopté en Ouganda. Elle a écrit récemment et je voulais partager mes réflexions en réponse aux siennes.

Namata

par Jessica Davis

Une mère qui n'a pas d'options disponibles n'a en fait pas le choix quand il s'agit de laisser sa fille partir en "programme d'éducation”.

Son enfant devient "adopté” tandis que sur le programme d'éducation était le résultat du désespoir, de la cupidité, de l'ignorance et de la corruption.

Une agence d'adoption cupide qui a choisi de fermer les yeux sur la façon dont les enfants entraient dans le système d'adoption.

Des parents adoptifs ignorants qui n'ont pas bien compris le problème avant d'essayer de "aider”.

Un intermédiaire désespéré qui a choisi de "pliez” la vérité et exploitent les familles ougandaises vulnérables afin de mettre de la nourriture sur la table.

Des juges corrompus et d'autres représentants du gouvernement qui se souciaient plus de se remplir les poches que du bien-être d'un enfant.

La notion erronée de «une vie meilleure» a conduit toutes les personnes impliquées sur un chemin qui a presque contribué à effacer l'identité, la culture et les liens d'une enfant avec sa famille.

L'amour des parents adoptifs qui ne reposait pas uniquement sur le fait qu'un enfant faisait partie de leur famille les a aidés à voir au-delà des mensonges et à l'aider à rentrer chez elle.

La bravoure d'un enfant à s'exprimer a permis de comprendre la vérité.

Continuer à permettre aux enfants avec des familles d'être inutilement adoptés et soumis à une vie de traumatismes et de pertes du fait d'être séparés de tout et de tous ceux qu'ils ont connus et aimés - de leur identité au sein de cette unité familiale est inhumain.

Chaque fois que je rends visite à Namata et à sa famille, ce sont les choses qui me traversent l'esprit.

Tout cela était PRESQUE perdu et effacé.

4 enfants sur 5 vivant dans des institutions dans le monde ont des familles dans lesquelles ils pourraient rentrer chez eux.

Ignorer cette crise de séparation familiale ne fera que continuer à garantir que 4 fois sur 5 des enfants comme Namata seront inutilement adoptés et séparés de leurs familles.

Soumis à une vie de traumatisme et de perte INUTILE.

Si l'adoption concerne le bien-être de l'enfant, pourquoi ne nous soucions-nous de son bien-être que dans la mesure où il se retrouve dans une nouvelle famille ?

Les adoptés sont 4 fois plus susceptibles de tenter de se suicider, alors à qui le bien-être est-il prioritaire lorsque nous ignorons sciemment la vérité et poursuivons l'adoption internationale telle qu'elle est aujourd'hui ?

Mieux connaître. Faire mieux.

Jessica Davis

Réponse de Lynelle à Jessica :

En tant qu'adopté international séparé à jamais de ma famille, ces photos me mettent les larmes aux yeux. La nuit dernière, j'ai rêvé de mon père biologique – c'était la première fois qu'il était présent dans mes rêves. D'habitude c'est ma mère. Voir votre fille entourée de personnes qui la reflètent, sont son clan et avoir son lieu d'appartenance est tellement beau ! Je sais combien de chagrin, de perte et de chagrin inexprimés, d'égarement et de nostalgie vous avez empêché pour elle !

Votre chagrin de tous les jours est le chagrin avec lequel elle aurait vécu toute sa vie si elle était restée adoptée.

Lynelle Longue

Merci d'être une maman qui a fait ce qui est dans son meilleur intérêt ! Quel cadeau tu lui as fait pour arrêter cette douleur inutile ! Je suis juste désolé que vous vous sentiez comme le vôtre et c'est la première fois que je comprends vraiment à quel point cela doit être douloureux pour vous et le reste de votre famille.

J'aimerais que d'autres parents adoptifs puissent comprendre cela. jec'est soit ta douleur soit la nôtre qui existe avec l'adoption internationale mais beaucoup choisissent de se sauver de la douleur, au lieu de l'enfant. Vous êtes l'un des rares que je connais à avoir choisi de l'accepter pour vous-même et de faire ce qui est juste et éthique !

Elle est juste magnifique et mérite d'être à sa place !

Partagé avec la permission de Serena & Namata.

Expériences vécues Suggestions de réponses aux adoptions illicites

Du 8 au 10 juillet, l'ICAV a été invité en tant qu'observateur au Groupe de travail de la HCCH sur la prévention et la lutte contre les pratiques illicites en matière d'adoption internationale.

Vous trouverez ci-joint notre dernier document de perspective qui fournit notre contribution d'expérience vécue sur des suggestions pour Comment les autorités et les organismes pourraient répondre aux adoptions illicites dans Anglais et français.

Un grand merci à toutes nos 60+ personnes adoptées et organisations d'adoptés participantes, 10 parents adoptifs et organisations de parents adoptifs, et la première représentation familiale !

Remerciements spéciaux et mention à deux personnes extraordinaires :
Nicolas Beaufour qui a donné énormément de temps pour traduire l'intégralité du document anglais en français !
Coline Fanon qui a aidé notre seul et unique premier membre de la famille à contribuer ! Nous avons tellement besoin d'entendre plus souvent la voix de nos premières familles !

Adoption : soignée et bien rangée ? Pas tellement!

Bonjour à tous. Mon nom est Jessica Davis. Mon mari et moi avons adopté l'Ouganda en 2015. J'aimerais partager mes réflexions concernant un souvenir qui est apparu sur ma chronologie facebook.

Si vous êtes familier avec timehop sur facebook, vous savez que presque tous les jours une photo, une vidéo ou une publication de votre passé apparaîtra sur votre chronologie, vous donnant l'opportunité de réfléchir et de partager. Eh bien, aujourd'hui, c'est la photo qui m'est apparue.

Il y a quatre ans aujourd'hui, nous avons découvert que le visa de Namata avait été approuvé pour venir en Amérique avec nous. En tant qu'occidentaux, nous avons tendance à aimer les images comme celle-ci lorsqu'il s'agit d'adoption et à certains égards, c'est compréhensible. Si Namata avait réellement eu besoin d'être adoptée, cela aurait certainement été une photo qui valait la peine d'être excitée !

Le problème est que trop souvent, nous voulons que les choses soient comme cette image. Tout le monde souriait et les choses étaient bien rangées. Mais dans la vraie vie, même en ce moment illustré ici, les choses ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être. Adam et moi étions vraiment heureux en ce moment et prêts à être à la maison et à commencer notre vie ensemble, et à l'extérieur Namata l'était aussi. Mais à l'intérieur, elle était sur le point de tout quitter et de tout le monde qui lui était familier, pour des raisons qui la submergeaient trop pour même remettre en question. Heureusement, au cours de l'année suivante, elle a pu exprimer à Adam et moi ses questions sur la façon dont elle a fini par être adoptée. Heureusement, Adam et moi ne sommes pas allés chercher les réponses que nous voulait entendre. Nous avons choisi une route qui était certainement remplie d'incertitudes, mais nous espérions qu'elle nous conduirait à la vérité. Namata l'a bien mérité !

L'adoption internationale ne devrait jamais consister à faire une bonne action dans le monde ou à devenir maman ou papa. Oui, ces raisons sont normales et sont généralement la base pour commencer le processus, mais au moment où l'on commence le processus d'adoption, nous devons reconnaître que ces sentiments concernent tous les parents adoptifs et non l'enfant ou les enfants que nous espérons adopter. L'adoption pour eux découle d'une perte complète de tout et de tous ceux qui leur sont familiers. Reconnaître cela est vital pour un processus d'adoption sain. Je suis convaincu que nous, en tant que société, avons fait de l'adoption une famille. Lorsque nous faisons cela, nous avons tendance à voir l'adoption sous un jour heureux qui ne laisse pas à l'adopté la liberté d'exprimer ce qu'est réellement l'adoption pour lui — perte. Il ne faut absolument pas se concentrer sur le fait de devenir « maman » ou « papa ». Bien que je pense que cela peut devenir un résultat naturel grâce à un scénario d'adoption sain, je pense que cela doit arriver quand, et seulement si, l'enfant ressent ce lien.

On me demande souvent comment Adam et moi avons fait ce que nous avons fait lorsque nous avons choisi de réunir Namata avec sa famille en Ouganda. Bien qu'il y ait plusieurs facteurs qui ont contribué à pouvoir le faire, la raison principale était qu'Adam et moi nous étions tous deux engagés à répondre aux besoins de Namata. Découvrir qu'elle avait une mère et une famille aimantes dont elle avait été illégalement enlevée, a pris la décision pour nous. En tant que parent, je n'aurais jamais pu vivre avec moi-même en sachant que je contribuais au trou de la taille de l'Ouganda dans le cœur de Namata. Sa famille et sa culture n'auraient jamais dû lui être retirées en premier lieu. Je suis éternellement reconnaissant maintenant en regardant en arrière que même au milieu de notre chagrin d'amour en perdant l'une des petites filles les plus incroyables que j'ai jamais rencontrées, nous avons eu l'opportunité de faire les choses correctement !

Actuellement, il n'existe aucun précédent juridique pour des situations comme la nôtre. Il y a des enfants ici en Amérique qui ont été kidnappés, leurs familles ont menti et leurs adoptions ont été produites à partir de pots-de-vin et de manipulations. Il y a des familles en Ouganda et partout dans le monde qui espèrent quotidiennement voir leurs enfants, frères et sœurs, petits-enfants, nièces et neveux. Une façon de lutter contre cette folie est de lutter pour que les lois sur l'adoption internationale soient réformées. Une autre façon est d'aider à changer le discours derrière l'adoption internationale. Au sein de nos églises, cercles sociaux et lieux d'affaires, nous devons reconnaître que l'adoption internationale est devenue infiltrée par l'argent et la cupidité. Quand on lit le statistiques qui disent que 80-90% des enfants dans les orphelinats à l'étranger ont des familles, nous devons faire plus pour nous assurer que nous ne contribuons pas à un système qui déchire réellement les familles. Il existe de nombreux groupes Facebook et sites Web qui explorent les subtilités de l'adoption internationale. Rejoignez ces groupes et visitez ces pages pour apprendre. Appelez les législateurs au changement et devenez une personne qui se dresse contre ces horribles erreurs judiciaires.

Sur Jessica

Français
%%footer%%