Rétablir la connexion des adoptés haïtiens avec leurs parents biologiques

par Sabine Isabelle adopté d'Haïti à Canada.

Rétablir les liens entre les adoptés d'Haïti nés de parents inconnus et leurs parents biologiques.

Le côté obscur

Avant le 1er avril 2014 : date de signature de la Convention de La Haye en Haïti. Des milliers d'adoptés sans identité ont été adoptés à l'international avec une mention nés de père et de mère inconnus ou parfois le prénom d'un « seul parent ». Parmi ses enfants, plusieurs ont malheureusement été confiés à l'adoption non plénière à travers la traite des êtres humains en tous genres. Certains enfants veulent simplement retrouver leur famille biologique parce qu'ils sentent qu'ils n'ont pas accès à leurs antécédents médicaux, à leur identité légitime.

Des études ont montré que de nombreux enfants issus d'adoptions vivent avec des traumatismes avec des impacts psychologiques allant du suicide aux effets neurodéveloppementaux dus à leur adoption. Plusieurs ont été confiées à des familles adoptives bienveillantes mais mal préparées à accueillir un enfant fragilisé par la blessure de l'abandon, de plus beaucoup d'entre elles ont connu un double abandon de leurs parents adoptifs en étant placées dans un centre d'accueil ou une seconde famille adoptive.

Une infime fraction des parents biologiques commencent lentement à retrouver leurs enfants biologiques. Certains témoignent qu'ils n'ont pas sciemment donné leurs enfants à l'adoption, mais qu'ils ont plutôt confié temporairement les biens et qu'à leur retour à l'orphelinat l'enfant avait été confié à l'adoption sans leur consentement et sans aucune possibilité d'information pour trouver un contact avec ces enfants dans d'autres cas de parents biologiques se sont fait dire que le parent biologique était mort alors que c'est faux et tant d'autres situations ne sont pas toutes nommées. Il s'agit d'un enfant qui a été adopté dit sans identités réelles et/ou sans identités de leurs 2 parents biologiques n'était pas hors de tout doute raisonnable, adoptable. Des enquêtes, des thèses et de nombreux témoignages montrent également que seuls 10% de ces enfants étaient en fait de véritables orphelins. Puisque certains d'entre nous sont maintenant en âge de faire des démarches pour retrouver nos familles biologiques, nous sommes stupéfaits d'assister à tous ces défauts cachés.

Un autre problème se profile à l'horizon : les manquements à se faire aider par les différents établissements tels que : orphelinat, hôpital qui nous demande de donner des sommes d'argent pour obtenir nos informations légitimes… Nous voilà donc nouvellement confrontés à des soi-disant bons samaritains qui nous proposent mener nos recherches pour eux aussi une somme d'argent, un cercle déstructuré et corrompu qui perdure. C'est un appel à la méchanceté. Comment distinguez-vous le bon du mauvais Samaritain étranger ? Nous avons et laisserons un héritage identitaire vide que nous laisserons à nos enfants et à nos générations futures. En tant que pionniers de cette génération expérimentale sur l'adoption internationale en Haïti nous sollicitons votre soutien sous toutes ses formes afin de rétablir l'équilibre.

Soumission originale en français

Rétablissons les liens entre les adoptés d'Haïti nés sous l'appellation de parents inconnus et leurs parents biologiques.

Le côté sombre 

Avant le 1euh avril 2014 : date de la signature de la convention de La Haye en Haïti .Des adoptés sans identité ont été adoptés à l'international avec une mention nées d'une mère et d'un père inconnu ou parfois le prénom d'un seul parent . Parmi ses enfants, plusieurs ont été malheureusement attribués à l'adoption non plénière à travers un trafic d'humains de tout genre. Certains enfants veulent tout simplement retrouver leur famille biologique puisqu'ils n'ont pas accès à leurs antécédents médicaux, leur identité légitime. 

Les études ont démontrées que plusieurs enfants problèmes de c'est adoptions vivent avec des traumatismes ayant des impacts psychologiques allant du suicide aux effets neuro développementaux qui sont dus à leur adoption. Plusieurs ont été confiés à des familles adoptives bienveillantes mais mal préparés à accueillir un enfant fragilisé par la blessure d'abandon, d'ailleurs nombreux de ceux-ci ont vécu un double abandon de leurs parents adoptifs en étant placé dans un centre accueille ou une deuxième famille adoptive. 

Une infime partie de parents biologiques commence tranquillement à retrouver leurs enfants biologiques. Certain ne pas avoir de données leurs enfants à l'adoption en tout connaissance de cause mai plutôt les avoirs autorisés à témoigner temporairement et qu'à leur retour à l'orphelinat l'enfant avait été donné en adoption sans leur consentement et sans aucune possibilité d' information pour retrouver le contact avec ces enfants dans d'autres cas des parents biologiques se sont faits dire que le parent biologique était mort alors que c'est faux et tant d'autres situations pour ne pas tous les nommés. C'est enfant qui ont été adoptés sans identités réelles et/ou sans identités de leurs 2 parents biologiques n'était pas hors de doute raisonnable, adoptable. Des enquêtes, thèses, et nombreux témoignages présentent également que seulement 10 % de ces enfants étaient en fait réellement orphelins. Puisque certains de nous sommes maintenant assez âgés pour entreprendre des démarches de recherche pour retrouver leur famille biologique, nous assistons avec stupéfaction à tous ces vices cachés. 

Un autre problème est à horizon ; fautes de se faire aider par les divers établissement tel que ; orphelinat, hôpital qui nous demande de donné des sommes d'argent pour obtenir nos renseignements légitimes… cercle sans structure et corrompus qui se perpétue. C'est un appel à la villigence .Comment distinguer le bon du mauvais samaritain étrangé ? Nous avons et nous laisseront un héritage identitaire vide que nous laisserons à nos enfants et à nos futures générations. En tant que pionniers de cette génération expérimentale sur l'adoption internationale sur Haïti, nous sollicitons votre soutien à toutes sous ses formes afin de rétablir l'équilibre.

Adopté d'Haïti

par Christla Petitberghien adoptée d'Haïti en France.
version anglaise ici.

Drapeaux de la France et d'Haïti

Si la réforme de 2013 a certes permis une avancée, je ne pense que cela suffise. Je crois qu'il faut abolir l'adoption plénière qui non seulement prive les personnes adoptées du contact pourtant crucial avec leurs familles naturelles mais aussi efface même leur existence juridiquement. Notre certificat de naissance est déclaré nul et non avenue et est remplacé par un autre document fictif qui déclare que nous sommes nés de nos adoptants. C'est de la falsification. Autrement dit, c'est une forme de détournement cognitif qui nie et écrase notre identité biologique première et notre réalité au profit d'une « Fiction » dite légale et pourtant qui est à l'origine de la plupart des discriminations systémiques auxquelles nous devons faire face nous , personnes adoptées, groupe social marginalisé et invisibilisé. Je me demande toujours comment les gens peuvent trouver ça normal de couper et de détruire les liens entre l'enfant et sa famille ? Comment est-ce que nous pouvons trouver cela acceptable ? Pourquoi nous passerons normalement que des individus sont à vie à chercher leur famille ? À vivre dans l'incertitude et la non-information ? À se demander qui si sa famille est toujours en vie ? Ou si nous retrouverons nos pères et mères décédés ? Pourquoi avons-nous tant banaliser la séparation et cherchons même à l'encourager. Nous désirons cesser de croire que retirer les enfants des familles aux situations socio-économiques précaires aide'enfant. Ça ne l'aide pas. Ça ne résout rien si ce n'est créer plus de traumatismes à cet enfant.

Dans le système de l'adoption, la pauvreté est perçue comme une raison pouvant justifier l'adoption des enfants. On suppose donc que retirer les enfants de leur famille est une solution à la pauvreté. Alors même que les conditions de vie de la famille d'origine ne doivent pas être la raison de toute séparation d'un enfant à ses parents. N'avons-nous pas vu les réactions véhémentes de la population américaine et mondiale lorsque Donald Trump avait mis en place une politique de séparation entre les immigrés et leurs enfants ? Combien de personnes étaient scandalisées ? Combien de personnes alertaient sur le fait que séparer un enfant de sa famille en raison de leur situation économique est inhumaine ? Pourtant, dans le cadre de l'adoption, le même a choisi se produit. Les mères sont séparées de leurs enfants pour des raisons économiques et sociales au lieu de recevoir le soutien approprié et la personne ne s'en offusque. Grâce à l'adoption, cela est rendu acceptable. Riitta Högbacka, chercheuse à l'université de Helsinki a bien rappelé dans son étude sur « l'adoption internationale et la production sociale de l'abandon » que « l'Assemblée générale des Nations unies (2010) a, par exemple, clairement déclaré que la pauvreté ne devrait jamais être la seule justification pour retirer un enfant à ses parents, pour le placer dans une structure de protection de remplacement ou pour empêcher sa réinsertion, mais qu'elle devrait être considérée comme un signal de la nécessité d'apporter un soutien adapté à la famille. Dans la pratique, le manque de matériel est un facteur majeur de motivation des adoptions, et les mères naturelles appauvries n'ont pas reçu d'aide ou de soutien pour garder leur enfant. Le système d'adoption laisse les mères à elles-mêmes et ne les aident pas. C'est bien vrai, combien d'entre nous, avons retrouvé nos familles dans la même situation qu'au moment de notre adoption ? Toujours dans la même pauvreté , toujours sans ressources et n'ayant reçu aucune aide ? Les parents sont toujours laissés pour compte dans le système d'adoption. Comme l'a dit Debora L. Spar,la doyenne associée principale de la Harvard Business School Harvard School of Business, «Ce sont les États pauvres qui produisent les enfants et les riches qui les consomment. Dans ce processus, les parents pauvres sont laissés pour compte, n'étant que les fabricants initiaux des autres personnes. ».

Arrêtons de penser que les enfants dans les crèches et orphelins n'ont pas de familles, qu'ils ont été délaissés ou abandonnés parce que ce n'est pas vrai pour la très grande majorité. Beaucoup de personnes prétendent que les familles ont le choix de laisser leurs enfants. Ce n'est pas vrai. Aucunes n'avaient la capacité de faire un choix authentique réel et authentique. En effet on leur propose pas d'autres possibilités que l'adoption. Il n'existe pas d'alternatives de prise en charge temporaire, d'aide financière, de structures d'accueil des mères en situation difficiles, de soutien face aux manques de ressources. Donc qu'est- qu'un choix fait en l'absence d'autres ?Ce que nous ce choix ne choix pas dans la rhétorique supposée libre des familles naturelles, c'est le cadre bien précis et contraignant dans lequel la décision de la séparation s'inscrit. De fait, ce que nous écartons de la table, c'est la manière dont le renoncement de l'enfant par une mère et sa famille a été déterminée par des facteurs sociaux, économiques et politiques.les actions de la plupart des mères naturelles, loin d'être un choix éclairé et fait en toute liberté sont plus des séparations forcées qu'autre choisi. Leur "choix" s'est fait en l'absence de toutes les autres alternatives, donc contrainte par l'inégalité des conditions dans lesquelles elles vivent. De plus,lorsqu'on parle de « consentement éclairé » en matière d'adoption, il doit rappeler que toujours ce consentement n'est jamais parfaitement éclairé et qu'il y'a toujours une énorme asymétrie d'informations qui participent à favoriser les consentement des mères naturelles. En effet, si quelques fois les mères ont été correctement informées de leur perte de tous les droits parentaux sur l'enfant et la rupture permanente avec leur progéniture que cause l'adoption, certaines informations qui pourraient avoir des conséquences déterminantes pour la prise de décisions des mères ne leur sont jamais dit. De quoi je parle ? Du traumatisme dévastateur qu'engendre la séparation d'une mère et son enfant tant pour elles-mêmes que pour l'enfant. Les mères ne sont jamais mises au courant des recherches établies sur la séparation, des risques pour l'adoption, des chances d'infertilité secondaire et de développer des troubles psychiques et un stress post-traumatique, de l'importance du lien mère-enfant . Comment expliquer que les adoptants sont aujourd'hui informés des effets des traumatismes (séparation, déraciment et adoption) sur l'enfant adopté alors même que les mères naturelles qui sont poussées à prendre une décision aux conséquences irréversibles ne le sont pas ? On voit donc que le consentement ne peut dès lors que jamais être fait de façon éclairée quand on omet la vérité sur le devenir de l'enfant et sa mère.

Ainsi, nous devons penser les enfants des crèches non comme délaissés mais comme ayant une famille. Ces enfants ont des parents et sinon toute une famille élargie qui tient à eux. Nous devons penser pas à cette famille. Parce que nous n'aiderons véritablement les enfants, nous ne pourrons prévenir les abandon qu'en prenant en compte leur famille. Aidons les plutôt à garder leurs enfants. Soutenons les financièrement pour qu'ils puissent les élever dignement. Investissons dans les associations de conservation familiale et de réunification familiale. Investissons dans les programmes d'autonomisation des familles. Travaillons pour toujours réduire plus le nombre d'adoptions.

L'adoption est-elle vraiment la meilleure option ?

Un adopté transracial d'Haïti s'exprime

par Judith Alexis Augustine Craig adopté d'Haïti au Canada.

Photo de l'orphelinat de Judith – Haïti, 1979

Depuis l'annonce de la nomination de la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême, sa politique, ses opinions religieuses et sa famille ont fait l'objet d'un examen minutieux. En tant qu'adopté haïtien moi-même, je me suis beaucoup intéressé aux discussions autour de ses enfants adoptés d'Haïti. Il y avait beaucoup de questions sur la légitimité de ses adoptions, en particulier son fils qui a été adopté à la suite du tremblement de terre en Haïti. Cela m'a particulièrement touché, car à la suite du tremblement de terre, il y a eu beaucoup d'enlèvements douteux d'enfants haïtiens.

J'ai été interviewé par plusieurs médias après le tremblement de terre et cette question a été soulevée en permanence. A l'époque, ma réponse était directe. Je savais que de nombreux enfants avaient été adoptés légalement mais attendaient que le gouvernement approuve le processus afin qu'ils puissent rejoindre leurs familles adoptives à l'étranger. J'ai pensé qu'à la lumière de la situation, il était approprié que ces enfants soient autorisés à rejoindre leur famille immédiatement. Le défi est devenu pour ces enfants qui étaient « présumés » orphelins à la suite du tremblement de terre et qui ont été « secourus » par de nombreuses agences internationales qui les ont récupérés et retirés d'Haïti sans vérifier s'ils étaient vraiment orphelins ou s'il y avait d'autres membres de la famille pour les enfants avec qui vivre. Nous avons vu avec horreur des enfants quitter Haïti par avion dans la semaine qui a suivi le tremblement de terre, puis nous avons appris qu'ils n'étaient pas orphelins, qu'ils ne faisaient pas partie d'un processus d'adoption et, pire encore, qu'ils avaient des familles. De plus, nous avons vu des membres d'un groupe religieux tenter de traverser illégalement la frontière vers la République dominicaine avec des enfants haïtiens dont aucun n'était orphelin. Ce ne sont là que quelques exemples d'enlèvements illégaux d'enfants qui ont eu lieu juste après le tremblement de terre.  

Beaucoup de gens pensaient que ces organisations religieuses internationales ou ces ONG avaient bien fait de retirer ces enfants de cette horrible catastrophe naturelle, au lieu de cela, c'était le contraire qui était vrai. Ces enfants venaient de subir un traumatisme extrême et faisaient maintenant face à un autre traumatisme retiré sans avertissement, consentement ou préparation. L'International Social Services (ISS, 2010) a déclaré que l'adoption internationale ne devrait pas avoir lieu dans une situation de guerre ou de catastrophe naturelle lorsqu'il est impossible de vérifier la situation personnelle et familiale des enfants.1

La triste réalité est que les adoptions illégales internationales sur le marché noir continuent de prospérer dans le monde entier, les enfants étant soit kidnappés par leurs parents, soit contraints de renoncer à leurs enfants. Ils sont persuadés de le faire au milieu de fausses promesses qu'ils seront scolarisés à l'étranger puis renvoyés dans leur famille ou que leurs familles pourront les rejoindre à l'avenir. Cela a conduit de nombreux pays à fermer leurs frontières à l'adoption internationale ou à mettre en œuvre des réglementations plus strictes.  

Haïti a emboîté le pas et a introduit des mesures plus strictes interdisant les adoptions privées, limitant le nombre d'adoptions internationales par an, fermant les orphelinats de qualité inférieure et réécrivant le code de l'adoption. Des mesures supplémentaires comprenaient un soutien accru aux familles en Haïti avant qu'elles n'acceptent que leur enfant soit adopté et une période obligatoire pour que les familles changent d'avis.2

Alors que certains craignent que ces nouvelles restrictions signifient que les 50 000 enfants des orphelinats croupissent dans les soins, une réforme est absolument nécessaire pour protéger les enfants et leurs familles. Au cours de mon voyage en Haïti alors que je cherchais ma famille biologique, j'ai rencontré des dizaines de familles qui avaient abandonné leurs enfants des années plus tôt sous de faux prétextes et qui ne les ont plus jamais entendus ni revus. C'était déchirant de voir ces familles dans une telle douleur et angoisse pour leurs enfants perdus. De nombreux « orphelins » en Haïti sont placés dans des orphelinats en raison des difficultés économiques que connaissent leurs familles. Laisser leurs enfants dans un orphelinat est prévu pour une courte période le temps qu'ils stabilisent leur vie. De nombreux parents ont la ferme intention de revenir pour reprendre la garde de leurs enfants. Imaginez l'horreur quand ils ont découvert que leur enfant avait été adopté à l'étranger. Alors, quelle est la solution?

En tant que travailleur social au cours des 15 dernières années, j'ai travaillé dans des pays développés dotés de systèmes de protection de l'enfance complexes qui soutiennent les enfants et leurs familles confrontés à un large éventail de défis. Les systèmes de placement en famille d'accueil n'existent pas de la même manière en Haïti et c'est un domaine qui pourrait fournir un soutien temporaire bien nécessaire aux familles. Bien que cette approche nécessite une éducation plus poussée pour la communauté haïtienne et un engagement financier et pratique du gouvernement, elle gardera les familles ensemble et empêchera les adoptions inutiles et illégales.

Bien que je ne puisse pas parler des circonstances spécifiques entourant les adoptions du juge Barnett, j'espère qu'elles étaient légales et irréprochables. Mon plus grand espoir est que d'autres transformations au sein du système d'adoption internationale se poursuivront afin que les familles puissent rester ensemble dans la mesure du possible en toute sécurité et que les réformes se poursuivront pour protéger les droits des enfants et de leurs familles. L'adoption devrait être un dernier recours, lorsque toutes les autres voies pour garder les enfants au sein de leur famille sont pleinement épuisées et soutenues.

Les références

  1. Adoption internationale après le séisme en Haïti : sauvetage ou vol ?
  2. Haïti corrige le système d'adoption, mais certains craignent que trop peu d'adoptés

Né dans les deux sens

par Suçon ébène, né en Haïti, élevé en Australie ; étudie actuellement une maîtrise en art contemporain au Victorian College of the Arts, Melbourne, Australie.
Instagram ébène.hickey.7

Né dans les deux sens (2019)

Sable, mousse de remplissage, colle chaude, calfeutrage, fil.

L'oeuvre d'art Né dans les deux sens reflète la vie d'Ebony adoptée dans une famille biraciale d'Haïti à l'Australie et l'expérience de se sentir entre les deux mondes.

Ébène est une artiste contemporaine australienne d'origine haïtienne qui s'intéresse aux concepts d'individualité, d'adoption, de sexualité, de queerness et d'identité noire. Ebony s'appuie sur son expérience de vie pour éclairer la création de ses formes sculpturales expressives, utilisant un assortiment diversifié de matériaux pour composer son travail. La performance est également un élément important de sa pratique créative. En 2000, Ebony a créé la personnalité drag Messe de Koko. Koko aime interpréter des chansons avec de l'âme et est un peu un dur à cuire qui parle toujours et est honnête sur les problèmes auxquels ils sont confrontés dans la société. Koko défie les perceptions de front tout en s'amusant avec son public. La pratique d'Ebony est audacieuse et engagée politiquement, répondant aux problèmes qui affectent ses communautés avec un langage visuel fort qu'elle continue d'explorer.

Français
%%footer%%