Anniversaires des adoptés

par Maars, emmené des Philippines au Canada. Vous pouvez suivre Maars @BlackSheepMaars

Les anniversaires sont difficiles pour un adopté.

C'est un rappel du jour où j'ai reçu la vie. C'est un rappel de ce qu'une mère et un père ne pouvaient qu'imaginer pour moi.

Cependant en adoption, ces rêves sont de courte durée et quelqu'un d'autre en rêve un nouveau pour moi, mais ce n'est jamais garanti. Tous les rêves ne portent pas la même intention et le même amour et c'est vrai à bien des égards pour moi ayant perdu mes parents biologiques.

Mais maintenant je rêve pour moi-même, et c'est moi qui me réapproprie.

Alors que je réfléchis à aujourd'hui, ce que 34 ans ont été, je pleure encore ce bébé avec ce sourire, combien elle ne savait pas qu'elle serait devant elle. Combien de perte et de chagrin elle aurait dû surmonter au fil des années et la perte de tout ce avec quoi elle était née.

J'aurais aimé pouvoir la sauver. J'aurais aimé pouvoir la sauver de tous les moments douloureux auxquels elle serait confrontée, et j'aurais pu la tenir à chaque fois qu'elle pleurait pour ses parents biologiques. J'aimerais pouvoir lui garantir qu'un jour, elle retrouverait toutes ses pièces et que cela viendrait avec un autre type de deuil. J'aimerais savoir comment être là pour elle.

Aujourd'hui, je souhaite pour elle et moi-même que bébé Maars et moi-même puissions continuer à panser les blessures auxquelles elle n'a plus besoin de s'accrocher. Je souhaite qu'elle puisse trouver la paix et le bonheur dans le présent.

Certaines choses dont je ne me remets jamais, certaines choses feront toujours surface. Certaines choses guériront avec le temps.

Joyeux anniversaire bébé Maars, on va bien !

Découvrez un blog récent de Maars : Tant de pertes dans l'adoption

L'adoption peut être une prison psychologique

How do I start over?

The question echoes in my brain every day here in Hawaii, now totally away from the relations of my former adopted life.

How do I live anew as one person in this world?

I left my adoptee ties that were technically governmentally bonded relations that I had no control over as a Filipino orphaned child circa 1980’s. For me, they had been total strangers and I didn’t have any oversight or support in post-adoption.

As time went on for me, I wasn’t able to have the fortune to get to know my biological family as after my reunion in 2012 in the Philippines, I decided to go my own way once I discovered our language barriers and my inability to confirm any facts on them.

So yes, fast-forward to current times and it is Sunday, and I have relinquished my bond of my adoptive ties for various reasons, and it hasn’t been easy but for me, it was necessary.

This break action has been mental, emotional and physical. Slamming this lever down included making physically strategic distance by moving far, far away on my own to the Pacific islands in 2019, re-establishing dual citizenship to my birth country in the Philippines in 2021, and civilly sending a kindly written email to my adoptive parents this year after my adoptive brother’s jarring and untimely death.

Additionally, the extended adoptive ties I’ve noticed can also naturally deteriorate with time itself after years of peaceful but gently intentional non-communication.

What happens after you’re on this path of annexation, you wonder?

For me, I’ve arrived at an interesting intersection in my adulthood when I’ve sort of returned to a former state of orphanhood with no real station in life, no bonds, all biological history, heritage and economic status obsolete all over again.

Doesn’t sound that appealing, I know! Tell me about it.

The perk is that instead of being a vulnerable child, I am a 36-year-old woman living in Hawaii. I have rights. I am in control of my wellbeing and fate. I have responsibilities. I drive my own car, I pay bills, I have funds; I have a job and I am not helpless.

I can take care of myself. So to me, the biggest perks are in being healthy and reclaiming my life, identity and sovereignty needed over my own needs and wellbeing.

So quickly the adoptee bond can turn into toxic relations if the parents are narcissistic or emotionally or physically abusive.

After the death of my adopted brother, who was also a Filipino American adoptee and died of severe mental issues and alcohol poisoning, I had a stark wake-up call of how these adoptee relations were silently impacting me too.

And I had to make better choices for myself, I would be risking too much if I ignored this.

It is like leaving a psychological prison, I told Lynelle on a weekend in May.

After some reflection, I realized that as a child and having to make structured attachments from being displaced, this legal bond fastens.

And as a displaced, vulnerable child, I think one falls privy to co-dependency, the need for a family structure overrides even the need for safety for his or her own wellbeing, like if abuses arise in this domestic home.

Or other aspects might not nurture the adoptee, like when the child isn’t being culturally nurtured according to their birth country.

Or when the parents or family members are financially and socially acceptable as to meeting criteria of adoption, but possess narcissistic personalities which is also detrimental to the child’s personal, emotional, psychological and cultural development.

A child stays glued and psychologically devoted to their family ties through development stages and on past adulthood because the need for foundational attachments is paramount to one’s psychological upbringing and success.

And if these ties are in any way bad for the adoptee early on, I think these relations that were once saving can quickly turn into a psychological prison because you are truly bound to these social ties until you’re strong enough to realize that you have a choice.

And you pouvez break out of this bond, this governmentally established bond, although possibly later on as an adult. And, with some finesse.

As an adult adoptee, from my experience adoptive ties that develop healthily or dysfunctionally, after a certain amount of time both types transitions into permanence to that adoptee. Adoptive ties mesh and fuse just the same as biological ties, once you’ve gone so long in the developmental process.

This adoptive relation is totally amazing when it’s good, like any good relationship.

The spin is that when there are issues plaguing the adoptive unit, which can be subtle, interplaying with the personality and culture of the adoptive relations, these issues can go totally disguised, unreported, and it can be toxic and the affects can last a lifetime.

From experience, I see that it is because the adoptee child is vulnerable and doesn’t know how to report issues in the relations, because the option isn’t even granted to them.

No one is really there to give or tell the adoptee child that they have these rights or options. When it comes to post-adoption, there isn’t much infrastructure.

Sadly, if dynamics are not supportive to the adoptee, in time, it can cost an adoptee the cultural bonds to their own birth country or the loss of their native language.

It can cost an adoptee their sanity and mental health.

It can cost an adoptee their self-esteem, which all bleeds and returns into the social sea of their placement or back out into other countries.

And, it can cost an adoptee their life.

On the upside, if the placement is good, it can save a person’s life as well! And it can allow this adoptee happiness and joy forevermore.

Each side of the coin both instills an adoptee’s human value and the toll the placement takes on every child who becomes an adult in society is also expensive, leading to exponential advantage and success in society, or potential burnouts.

For me, my adoptive placement was costly in the end. However, I was still able to survive, work and live. I was materialistically taken care of, thankfully.

I honestly think much was due to my own faith, offbeat imagination and whatever blind luck I was born with that all carried me through this.

Overall, this has been a total trip and my journey has been very far from embodying the traditional fairy tale adoption story.

So now, it’s time to do the hard work, an adoptee mentor messaged me today. But I can do it, we all can do it! It just takes good choices and regular upkeep.

Nearing the end of this post, I will share to my adoptee community that we have a choice especially once we’re of legal age. I’m sort of a wildflower in general, and a late bloomer, so I’m coming out of the fog and becoming aware now in my mid-thirties.

Yes, we have a lot to rear ourselves depending on the economic status we find ourselves in without our adoptee ties. But like other adoptee peer support has shared, you should not do this kind of thing by yourself. You can have support structures the whole time in this.

And yes, it is terrifying, because you will have to rebuild your sense of identity when leaving toxic family relations. As yes, it can be like rebuilding your identity all over again from when you leave them and start anew, as a now a self-made, sovereign person.

From a Hawaiian private school I work at now, j'en suis venu à découvrir que la construction de l'identité culturelle commence dans le présent et repose sur les valeurs, l'histoire, l'éducation et la sagesse du passé. Maintenant que j'ai trouvé une maison à Hawaï, je peux peut-être en apprendre plus à ce sujet.

Je travaillerai également sur des objectifs hebdomadaires que j'espère partager avec la communauté au fur et à mesure que je poursuivrai ce voyage sans fin.

En conclusion, si vous êtes dans une bonne famille adoptive, que Dieu bénisse votre fortune et j'ai tant d'amour et de bonheur pour vous ! Cependant, si vous avez besoin de vous séparer des liens, comme si votre adoption n'était pas si saine, sachez que ce n'est pas impossible.

Un soutien professionnel et par les pairs est là pour vous, chaque jour sur votre chemin vers la liberté. Vous pouvez créer votre propre souveraineté, cela ne demandera que du travail.

Lisez le post précédent de Desiree à l'ICAV : Ce que j'ai perdu quand j'ai été adopté et la suivre sur Weebly ou Instagram @starwoodletters.

La poésie reflète mon monde intérieur

par Kevin Minh Allen, adopté du Vietnam aux USA.

Je suis venu à la poésie tardivement, mais elle est apparue dans ma vie à un moment où j'en avais le plus besoin. La poésie a toujours été pour moi un moyen de recueillir, d'enquêter et de refléter mon monde intérieur, qui a sans aucun doute été empreint de la marque indélébile de l'adoption. Les poèmes suivants ne cherchent pas des réponses mais soulèvent des questions à l'intérieur de quiconque peut écouter :

Vous pouvez suivre plus du travail de Kevin sur le site Web : Le sommeil n'est pas un confort

Les complexités de l'adoption

par 백현숙 (Baek Hyun Sook) adopté de la Corée du Sud à la Belgique.

Mes frères et moi

11 janvier 1984

Nous y étions, il y a 38 ans ! 3 petits Coréens avec un sac à dos – là où la première pierre a été jetée, ne réalisant pas encore que le sac à dos serait rempli de beaucoup de questions, d'insécurités et d'un gâchis de sentiments !

Chaque année encore, aux alentours du 11 janvier, je suis submergé par beaucoup d'émotions.

J'essaie de ressentir ce que mes sœurs ont ressenti alors, ce que les autres personnes en deuil ont ressenti. À 1 an, je ne me souviens de rien de tout cela. Mais je peux imaginer à quel point cela a dû être terrifiant et traumatisant pour les autres adoptés plus âgés.

Mais trop souvent l'adoption est considérée comme une belle chose, un bonheur, de nouvelles opportunités. Et on oublie trop souvent ce que cela signifie pour les adoptés eux-mêmes. Pour moi, c'est devenu une longue et difficile quête du pourquoi ? Qui suis je? Et cela a gravement endommagé mon estime de soi et ma confiance. Je peux dire que cela a eu un impact sur toute ma vie.

Retrouver mes parents coréens il y a 5 ans n'a rien changé. Apprendre que mes parents ne savaient rien de notre adoption et de l'impact qu'elle a sur eux pour le reste de leur vie, me donne un sentiment encore plus agité. Non seulement en termes de mon histoire d'adoption, mais aussi en termes de nombre de mes pairs qui cherchent encore. La prise de conscience que beaucoup de mes compagnons adoptés avaient une histoire similaire. Réalisant que nous avons souvent un début d'adoption pas si casher. Cependant, je suis aussi heureuse et reconnaissante d'avoir eu l'opportunité de grandir avec mes 2 sœurs qui sont mon soutien !

Le pape incite les gens à adopter des enfants

par Cameron Lee, adopté de Corée du Sud aux USA, thérapeute et fondateur de Thérapie utilisée.

Sommes nous se faire honte pour adopter des enfants? Considérons l'impact de ce genre de message.

Tout d'abord, veuillez visiter @patrickintheworld pour un dialogue organisé sur l'humanité - et comment Les mots de François échouent à reconnaître notre expérience intrinsèque de celui-ci. Vous n'avez pas besoin d'adopter un enfant pour réaliser votre humanité. Et tous ceux qui adoptent un enfant ne sont pas altruistes.

Deuxièmement, pouvez-vous imaginer adopter un enfant parce que vous vous sentez coupable ou égoïste de ne pas en adopter un ? S'il vous plaît voir mon précédent Office Hour With Your Therapist épisode, "Votre mariage est-il prêt pour l'adoption?"

Troisièmement, un animal de compagnie est très différent d'un enfant. Je vous conseille vivement de les comparer comme s'ils pouvaient être remplacés comme des pièces de voiture. Découvrez le hashtag #notathing et examiner les fruits d'un tel récit de marchandisation. Les adoptés, de la petite enfance à tout âge, ont besoin d'une sorte de soins réfléchis et informés qui existent au-delà de la façon dont nous décrivons les chats et les chiens.

Quatrièmement, comme ce message provient d'une autorité spirituelle qui lutte pour répondre de manière significative à l'importance des services post-adoption, je nous exhorte à continuer à soutenir les familles de l'église qui ont déjà adopté.

Malgré les différences de vision du monde, les adoptés (et leurs familles) doivent savoir qu'ils ne sont pas seuls et ils ont besoin d'aide pour naviguer dans toutes les complexités qui accompagnent l'abandon, le transfert de garde et au-delà.

Je ne dis en aucun cas que nous devrions négliger les familles en dehors de l'église. Mais je crains qu'il y ait des adoptants dans les communautés spirituelles qui se sont lancés dans ce voyage à cause de motifs mal informés (pas de jugement de ma part, je sais que vous n'en avez pas besoin de plus !), et qui se sont retrouvés dans un besoin désespéré de ressources et espoir.

Enfin, il va sans dire, continuons à nous interroger sur les conditions qui minimisent ou symbolisent les efforts de préservation de la famille. J'aimerais voir plus d'initiatives alimentées par le Christ pour garder les enfants avec leurs parents et leurs proches.

Oui, la conversation dépasse le cadre de ce message unique. N'hésitez pas à parcourir mon compte pour plus de réflexions liées à la foi sur #adoption - ainsi que la myriade de voix #adoptee sur et hors des réseaux sociaux qui se sont exprimées sur ces questions de réforme et de restauration.

25 ans aux Pays-Bas

par Jowan Kooijman, adopté de la Corée du Sud aux Pays-Bas. Jowan's site Internet fournit d'autres poèmes et écrits sur l'adoption.

Jowan

Une journée avec un double sentiment de perte et de solitude

25 ans aux Pays-Bas

Corée vs Pays-Bas
Il y a vingt-cinq ans, je suis venu au monde avec neuf semaines d'avance.
J'ai mis beaucoup de temps à grandir.
Je devais survivre pour pouvoir vivre et respirer.
C'était le cocon qui était sympa, mais il s'est cassé tôt.
C'est ma base qui a été perturbée au début et ce qui ne pouvait pas l'être.
Il y a vingt-cinq ans, j'ai eu une nouvelle maison, mais je ne me suis jamais sentie chez moi.
C'était mon identité que je ne connaissais plus.
Soudain, j'étais hollandais et je ne m'appelais plus Joon-Hwan, mais Jowan.
C'est l'éducation qui a remplacé la nature et tout ce que je ne savais pas, je devais l'apprendre.

Le changement (ajustement)
La délocalisation qui s'est produite dans le passé a systématiquement beaucoup changé.
Même maintenant, des années plus tard, c'est encore tangible mais surtout visible.
C'est mon jeune moi qui a eu du mal à s'assimiler car j'ai dû quitter ma place tôt et lutter pour prendre ma place.
Parce que si vous vous adaptez, vous perdez des choses.
Perdre quelque chose en dit long sur la distance et l'adaptation, que ce n'est pas toujours sûr. La perte consiste à abandonner ce que vous aimez et qui vous aimez.

Vingt cinq
Il y a vingt-cinq ans, juste avant Noël, je suis venu aux Pays-Bas.
Embrassé avec amour et reçu comme un cadeau précieux.
Aujourd'hui, vingt-cinq ans plus tard, je peux m'octroyer la vie car je connais aussi l'autre côté et cela n'a pas toujours été facile.
Le travail acharné et la discipline étaient les principes fondamentaux pour aller de l'avant.
J'ai aussi appris à valoriser les petites choses, car les petites choses peuvent faire une grande différence.

Adoptés et suicide à Noël et au Nouvel An

Noël et le Nouvel An sont des moments où nous nous réunissons généralement en famille, pour célébrer et nous reconnecter. Pour certains adoptés, c'est une période de l'année particulièrement difficile car nous ne sommes pas tous étroitement liés à notre famille (natale ou adoptive). C'est souvent cette période de l'année qui peut être la plus difficile car elle suscite des sentiments douloureux de n'être étroitement lié à personne. Cela peut nous rappeler à quel point nous ne nous «intégrons pas», à quel point nous sommes pour toujours entre les espaces, ou à quel point nous sommes peu compris par les personnes mêmes qui nous ont élevés ou nous ont fait naître.

Deuil de l'enfant du passé par Dan R Moen (adopté philippin)

L'adoption est fortement basée sur la perte – la perte de nos origines, la perte de savoir d'où nous venons et pourquoi, la perte de notre culture et des traditions dans lesquelles nous sommes nés, la perte de nos familles élargies. Et l'adoption ne remplace pas toujours tout ce que nous avons perdu. L'adoption est également fortement basée sur le traumatisme - c'est le traumatisme que nos générations ont traversé qui entraîne souvent notre abandon pour une raison quelconque. Ou ce peut être le traumatisme que notre pays a subi, à la suite d'une guerre, d'une famine, de catastrophes naturelles, etc. Nous, les adoptés, portons ces pertes et ces traumatismes en nous, souvent nous ignorons que nous les portons, jusqu'à ce que nous plongeons profondément dans nos origines. et reconnecter à certains de nos sentiments les plus primaires d'abandon et de chagrin.

En cette période de Noël et du Nouvel An, j'espère que nous pourrons être attentifs à nos compagnons adoptés pour qui cette période de l'année peut être particulièrement déclenchante. L'année dernière en Europe, l'équipe d'adoptés qui sont thérapeutes à AFC savait au moins 6 adoptés de leurs cercles immédiats qui se sont suicidés entre Noël et le Nouvel An. Cette année, à l'échelle mondiale, qui sait quels seront nos chiffres - car nous avons également vécu une autre année difficile avec COVID-19 et cela a encore accru le sentiment d'isolement pour beaucoup, adoptés ou non.

Je viens de terminer de participer à deux événements majeurs cette année pour sensibiliser au lien entre être adopté et ressentir des sentiments ou des actions suicidaires. Le premier était un webinaire avec une expérience vécue où nous avons partagé ouvertement. Vous pouvez voir ça ici:

Le second, qui faisait suite au premier, était un événement Twitter au cours duquel nous étions plus nombreux à partager notre expérience vécue et nos réflexions que vous pouvez lire ici en résumé sillage.

Un grand merci à l'association sponsor Survivants unis et la mère adoptive internationale Maureen McCauley à Histoires à la lumière du jour, qui a organisé ces 2 événements incroyablement puissants et indispensables.

Je voulais partager mes réponses à la question 4 qui nous demandait, pour les compagnons adoptés en difficulté, que dirais-je ? Ma réponse est :

Tu n'es pas seul! Beaucoup d'entre nous ont été dans cet espace, je sais à quel point il est difficile de trouver un chemin, mais c'est possible. Veuillez contacter vos espaces de soutien par les pairs – il y en a tellement. Si vous avez besoin d'aide pour les trouver, l'ICAV a une liste de organisations dirigées par des adoptés internationaux autour du monde.

N'hésitez pas non plus à essayer de trouver un professionnel de la santé mentale. Être soutenu par une personne formée pour comprendre notre expérience vécue peut faire toute la différence. Si vous avez besoin d'aide pour les trouver, l'ICAV a une liste globale de soutiens post-adoption comme un excellent point de départ.

L'adoption commence par des traumatismes et la majeure partie de notre vie, nous passons à déballer cela et à donner un sens à notre vie, qui nous sommes, comment nous sommes arrivés ici. Mais une fois que nous nous sommes entourés de soutien et que nous nous engageons à surmonter ces moments douloureux, notre vie peut changer et nous POUVONS trouver la guérison et la connexion.

Cela commence avec nous-mêmes, en retrouvant une connexion avec nous-mêmes – pour qui nous sommes nés, pas nécessairement pour qui nous avons été adoptés.

Notre vie d'adopté ne doit pas être contrôlée pour toujours par nos débuts, mais il est si important de ne pas nier et ignorer la douleur, mais d'offrir à votre enfant blessé intérieurement un espace où sa douleur peut être entendue et où la guérison peut commencer.

Mon message pour les familles adoptives et les professionnels qui ont du mal à comprendre comment/pourquoi les adoptés peuvent se sentir suicidaires, je vous recommande fortement de regarder notre série de vidéos qui couvre les thèmes universels que j'ai observés, reflétés à travers les histoires que de nombreux adoptés ont partagées avec moi au cours des 20 dernières années. Il est TELLEMENT important que les adoptés se sentent entendus, validés et qu'on leur donne l'espace de partager de notre cœur, sans jugement ni attente.

Une partie de la vision que j'ai créée et que j'ai toujours pour l'ICAV reste très vraie à cette période de l'année :

Un monde où les adoptés internationaux existants ne sont pas isolés ou ignorés, mais soutenus par la communauté, le gouvernement, les organisations et la famille tout au long de leur parcours d'adoption.

Faire le deuil de l'enfant du passé

En novembre 2021, j'ai été sollicité par le Département australien des services sociaux, pour rechercher des œuvres d'art d'adoptés à l'étranger qui correspondent à leur dossier d'art pour une revue de la littérature qu'ils ont financée en examinant les recherches disponibles sur l'adoption et le suicide.

L'ICAV a approché divers artistes adoptés connus pour leur travail par l'ICAV et leur a demandé s'ils souhaitaient soumettre des œuvres. Dan, un Philippin adopté aux États-Unis, venait de rejoindre le réseau ICAV quelques semaines auparavant et j'avais vu ses œuvres dans le cadre de sa connaissance. Son œuvre m'a époustouflé par sa profondeur et son intensité. Je lui ai donc demandé de le partager avec vous tous ici. L'œuvre d'art est un moyen si puissant pour représenter l'expérience vécue par l'adopté ! J'espère que vous apprécierez les 3 prochains blogs dans lesquels nous vous partagerons l'incroyable talent de Dan, ses œuvres et la signification de chaque pièce. Il vous présente sa série en 3 volets, tous liés à l'adoption internationale philippine.

par Dan R Moen, adopté des Philippines aux USA.

Faire le deuil de l'enfant du passé

Cela représente à la fois mon présent et mon passé traversant simultanément des troubles émotionnels. L'enfant est suggéré d'être nu en représentation d'être complètement vulnérable. Avec ses deux bras entourant sa forme adulte, l'enfant ne désire rien de plus qu'être aimé, protégé et ne pas se sentir orphelin-un vrai sentiment d'appartenance.

L'adulte, cependant, représente mon moi adulte actuel. Les vêtements de l'ancien monde / victoriens / édouardiens représentent un lien avec l'histoire ; l'amour pour l'étude et l'apprentissage de nos ancêtres et une passion pour ceux qui les ont précédés, et pourtant, en ignorant complètement l'enfant dans le présent. Le gilet rouge représente l'amour mais est recouvert et non révélé par la redingote partiellement fermée. Il détourne le regard de l'enfant, suggérant qu'il y a une déconnexion. Il regarde vers les ténèbres sachant que le monde n'est pas tout brillant et glorieux. Lui aussi est en deuil mais ne se connecte pas complètement à l'enfant. Un bras est enroulé autour de l'enfant, ce qui suggère qu'il existe un petit lien avec son passé, mais l'autre main est complètement dans la poche, ce qui suggère qu'il y a un sentiment d'éloignement, y compris une dissonance cognitive – avoir besoin de grandir et d'aller de l'avant. Il affiche la tourmente intérieure d'accepter l'idée de « ce n'est que la vie » – tout en ne s'autorisant pas à faire le deuil avec l'ancien enfant.

Autour d'eux, il y a différentes couleurs suggérant le feu des significations. Les verts foncés représentent les forêts que j'ai visitées tout au long de 2020 et tous les endroits secrets où j'aime aller pour me soigner. Beaucoup de ces endroits étaient en dehors des sentiers naturels, et pour les visiter, ils devraient s'enfoncer profondément dans les bois pour trouver ces endroits.

Le rouge représente le sang de ceux qui sont morts aux mains de mauvaises politiques, de la politique, du racisme, de l'ignorance et de Covid-19. Tout comme le blanc, qui représente les innombrables esprits et âmes qui sont passés dans l'autre monde.

Le jaune représente le feu avec le chaos et le changement. Il y a des notes de peinture métallique dorée suggérant l'idée qu'il y a une guérison dans le chaos, mais cela dépend des perspectives des individus. Ceci est représenté physiquement par le spectateur car l'angle sous lequel vous regardez la peinture détermine la visibilité de la peinture métallique. Ainsi, lorsque plusieurs personnes regardent la peinture en même temps, certaines verront la peinture métallique tandis que d'autres ne la verront pas, c'est le but.

Beaucoup d'entre nous, en tant qu'adultes, oublient parfois que les émotions brutes que nous ressentons sont humaines, juste humaines. Aucune logique n'est nécessaire au moment du deuil. Beaucoup de nos peurs, de nos malheurs et de nos profonds troubles intérieurs viennent de notre passé, et parfois, nous pleurons notre enfance – car nous ne nous sommes pas donné la permission de pleurer et de ressentir pleinement ces émotions brutes. Nous devons nous donner cette permission; tout conseil d'autrui ou opinion d'autrui ne sera pas respecté si nous ne nous permettons pas de sentir d'abord et valider comment se sentir intérieurement.

Vous comptez aussi. Vous êtes #1 dans la vie ; de la naissance à l'autre monde - apprendre à vivre avec vous-même, pas par vous-même.

À venir, la deuxième œuvre d'art de Dan Ma perspective est-elle importante ? dans sa série en 3 parties.

Pour en savoir plus sur Dan et son travail, consultez son site Internet.

Sur le chemin du rétablissement

Je suis une adoptée américaine d'origine philippine de 36 ans et mon chemin pour me remettre d'être devenu orphelin n'a jamais été facile. Je n'avais pas les moyens de retourner aux Philippines pour restaurer mon héritage. Je n'ai jamais eu les ressources nécessaires pour régler les problèmes que j'avais avec mon placement en adoption internationale. J'ai donc dû trouver des solutions créatives pour me remettre de tout ça.

Je ne peux promettre aucun conseil pour sauver qui que ce soit des complications liées à l'adoption ou à l'adoption. Ce que je peux faire, c'est donner quelques solutions personnelles que j'ai trouvées dans ma propre vie d'adopté et qui m'ont aidé à me remettre de mon parcours d'adoption internationale.

5 choses que j'ai faites pour récupérer ma vie d'adopté

  1. Création. J'ai d'abord étudié l'écriture puis la bibliothéconomie et les sciences de l'information. Mes intérêts m'ont conduit à créer des produits d'art et d'information mixtes qui m'ont aidé à exprimer les pertes de ma vie transraciale et à restructurer un nouveau sentiment d'identité de manière innovante. Je pourrais transformer mon chagrin avec l'art et l'éducation. Par exemple, j'ai créé une archive numérique montrant mon processus d'adoption et l'identité biologique que j'ai perdue lorsque je suis né orphelin aux Philippines en 1985. Vous pouvez consulter mes archives ici et mon instagram ici.
  2. Se retirer paisiblement. Entre le marteau et l'enclume, j'ai dû choisir ce qui était le mieux pour moi psychologiquement et émotionnellement. J'ai commencé à m'éloigner de la norme au début de la vingtaine. Je me suis séparé de ma famille adoptive par distanciation géographique et sociale. Je me suis retiré de toutes les relations passées qui m'ont échoué dans le passé et des mauvaises relations que j'ai eues. J'ai déménagé à Hawaï dans la trentaine, un endroit où j'avais été mystérieusement appelé pendant des années. Là, je lâche prise. Mais malgré le lâcher prise, je n'ai jamais abandonné moi-même, ni l'amour que j'ai pour la vie, mes idéaux ou le monde qui m'entoure. Et pour me maintenir en forme à Hawaï, j'ai continué mes pratiques de méditation et mes thérapies holistiques.
  3. Se concentrer sur le travail. Il existe des voies dans le bouddhisme où l'on peut pratiquer la méditation de manière optimale et atteindre la libération grâce à un travail et un labeur intensifs. Le travail a été la meilleure pratique pour moi. Le travail correspond à ma personnalité studieuse. C'est le meilleur exutoire physique, émotionnel et psychologique. Je peux aussi reconstruire un sentiment d'identité au travail.
  4. Être impliqué dans les communautés. Je me suis impliqué dans des communautés de soutien et des groupes de soutien. Je gravite autour des personnes qui pratiquent la méditation, des personnes qui se consacrent à l'art ou à l'apprentissage, ou des entreprises à but non lucratif. J'aime faire partie de réseaux de soutien avec les gens. Je pose des questions. Je me porte volontaire. J'aime croire que je restructure les liens brisés de mon histoire en m'impliquant aujourd'hui. Faire partie de communautés m'aide à cultiver un sentiment d'appartenance. Je construis une fondation positive autour de moi et des structures de soutien.
  5. Prendre soin de mes relations aujourd'hui. Les relations me maintiennent régulé dans ma vie quotidienne. Mes relations incluent des relations non conventionnelles comme prendre soin de mes plantes, de mon chat, des relations de travail et avec moi-même. J'ai commencé à conseiller régulièrement les adoptés pour cultiver une meilleure relation que j'ai avec moi-même et mon monde d'adoptés. Je retourne également dans ma famille adoptive ce Noël pour leur rendre visite et aider à guérir mes relations avec eux. Mes relations m'aident à rester bien dans la vie aujourd'hui.

Oui, je sens toujours que les échos de mes liens brisés affectent ma vie aujourd'hui. J'ai encore mal d'être né dans la misère aux Philippines il y a si longtemps. Je rêve encore du grand frère philippin américain que j'ai perdu dans cette expérience d'adoption internationale. Je porte toujours le vide où les voix de ma famille biologique ont disparu à jamais. Il n'y a pas de réponse facile pour sortir de ces paradoxes.

Malgré tout, je sais que je trouve mon chemin au jour le jour. Je sors du brouillard et c'est une bonne chose.

Lire la suite de Stéphanie:
Reconstruire Identité & Patrimoine
Le plaidoyer d'un adopté philippin pour ne pas être effacé

L'anniversaire de la mort de mon père

par Mon Huong Le adopté du Viet Nam en Australie (vivant au Viet Nam); Co-fondateur de Recherche de famille au Vietnam; Directeur de Nhà Xã Hôi Long Hài.

Le père de mon Huong, Elbert

J'ai commencé la quête de la vérité sur ma vie quand j'étais adolescent. Bien qu'on m'ait dit que ma mère était décédée, j'ai envoyé une lettre à une adresse au Vietnam quand j'avais 16 ans et étonnamment, j'ai reçu une réponse. Elle m'a raconté mon enfance et m'a donné des informations sur qui était mon père.

En 1989, j'ai recherché cet homme qui avait été soldat australien au Vietnam, mais malheureusement il était déjà mort. J'ai fait un test ADN avec des frères et sœurs potentiels, mais ce n'était pas concluant car les tests ADN il y a 30 ans n'avaient pas la précision qu'ils ont aujourd'hui. Néanmoins, je les ai acceptés comme faisant partie de la famille et au fil des ans, j'ai appris à bien les connaître et à les aimer tendrement.

En 2004, je suis retourné au Vietnam. Ayant perdu tout contact écrit depuis longtemps, j'ai cherché ma mère et je l'ai retrouvée. 14 ans plus tard, j'ai reçu un SMS donnant des détails sur une autre femme qui serait ma mère biologique. C'était pour démêler tout ce que j'avais cru et m'envoyer dans des montagnes russes émotionnelles.

Le lendemain, c'était la première fois en 47 ans que j'embrassais ma vraie mère. Elle m'a caressé les cheveux et à travers les larmes aux yeux, elle m'a dit que tout ce qu'elle voulait, c'était me voir avant de mourir.

La mère de mon Huong honore Elbert

Le même jour, quand j'ai montré à ma mère une photo de qui je pensais être mon père, elle a dit que ce n'était pas le cas. Il s'avère que comme ma mère gisait inconsciente après avoir eu une grave hémorragie après m'avoir donné naissance, deux amis de la ville sont venus me rendre visite. L'un d'eux a dit à ma grand-mère qu'elle m'emmènerait à Can Tho et s'occuperait de moi pendant que ma mère serait malade. Ma grand-mère avait mes deux demi-frères et sœurs à la maison, deux de ses propres enfants et ma mère étant gravement malade, elle a accepté. Six semaines après que ma mère se soit rétablie, elle est allée à Can Tho voir son amie pour me ramener à la maison, mais cette dame avait disparu. Ma mère a ensuite passé des années en vain à me chercher.

La fausse femme m'a volé, disant à son petit ami qu'il était le père, pour le convaincre de rester avec elle. Elle m'a fait emmener dans sa ville natale pour être soignée par ses parents, tout le monde croyait qu'elle m'avait donné naissance en ville. Personne n'était plus sage. Comment quelqu'un peut-il être aussi cruel et trompeur, comploter un plan aussi diabolique est incompréhensible.

My Huong et sa mère célébrant l'anniversaire de la mort de son père

Ayant de nouvelles informations de ma mère, je me suis mis à la recherche de mon père biologique. En octobre 2019, en faisant un test ADN d'ascendance, j'ai eu plusieurs correspondances étroites avec des proches et j'ai appris que mon père était déjà décédé. Étant donné qu'il avait 20 ans de plus que ma mère, je n'étais pas surpris. Ce qui est tragique, c'est que 6 frères et sœurs étaient également décédés. Ma sœur aînée est décédée quatre mois avant que je retrouve la famille et les autres sont mortes trop jeunes. J'ai la chance qu'une sœur, Joy, soit encore en vie.

Je suis très chanceux d'être maintenant en contact avec des cousins, nièces, neveux et leurs enfants. Il y a une semaine, j'ai pu parler à ma tante Gloria. Ce qu'elle a dit m'a profondément touché et après j'ai été rempli de beaucoup d'émotion et j'ai pleuré des larmes de joie et de chagrin.

Je pourrais me demander pourquoi, pourquoi, pourquoi pour toujours, mais à quoi cela servirait-il. Le faux réseau de mensonges des femmes a causé de profondes blessures. Tout ce qu'elle voulait, c'était un gain financier. Je l'ai toujours pardonnée et soutenue, croyant qu'elle était ma mère, mais elle n'est rien d'autre qu'une maître menteuse, trompeuse et manipulatrice et n'a de remords ni de respect pour qui que ce soit. À la suite de ses actions, j'ai été privé de tant de temps qui aurait pu être passé avec ma vraie mère et j'aurais pu trouver le côté paternel de la famille plus tôt.

Je sais que je dois maintenant me concentrer sur le présent et je suis quotidiennement reconnaissant à Dieu. Il a déplacé des montagnes dans ma vie, révélé la vérité, et surtout ma douce mère vit avec moi. Je suis entouré d'une grande famille aimante au Vietnam et je suis en train de nouer des relations avec une famille aux États-Unis qui m'a tous tellement accepté. J'espère que l'année prochaine il sera possible de s'y rendre pour les rencontrer en personne.

Quoi qu'il en soit, ma tante Gloria a 89 ans et est le seul frère de mon père. Grâce à tous mes nouveaux parents, j'apprends à connaître ceux que je n'ai jamais rencontrés, mon père, mes frères et sœurs, mes grands-parents, mes tantes et mes oncles. On m'a donné de nombreuses photos et articles qui sont des cadeaux inestimables.

Elbert, en bas à droite avec son frère jumeau Albert à côté de lui et deux frères derrière eux.

Mon père est issu d'une famille exceptionnelle de 11 enfants. 9 garçons et 2 filles. Ma grand-mère en 1947 a été élue « Mère de l'année » par la base aéronavale, car ses 9 fils ont tous servi dans l'armée à un moment donné. Mon père a rejoint la marine en 1941 et était à Pearl Harbor quand il a été bombardé. Il a servi 5 ans dans la marine puis s'est enrôlé dans l'armée de terre. Mon père a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, au Japon, en Corée et au Vietnam.

Selon ma mère, mon père était un homme très gentil et beau. Plus que tout, il lui a fait le plus beau des cadeaux, celui d'une fille. Aujourd'hui sur l'insistance de ma mère et selon la culture vietnamienne nous avons fêté son anniversaire de mort. En vietnamien, cela s'appelle đám giỗ.

J'ai toujours essayé de vivre une vie qui soit agréable à Dieu et qui honorerait mes parents.

Aujourd'hui, j'honore mon père à l'occasion de son 30e anniversaire de décès. J'ai aussi dit une prière spéciale pour mes frères et sœurs.

Lisez les autres blogs de My Huong à l'ICAV :
Ma mère
Évacuation du Vietnam le 20 avril

Affectation....
Français
%%footer%%