Changement de forme

par Marie, une fille perdue par adoption de son père chinois qui a partagé son histoire la semaine dernière : Le péché d'amour

Je mets la vérité sur un piédestal, mais je vois aussi à quel point elle est une métamorphe, dont la forme change en fonction de qui la tient et de son état d'esprit. Depuis quelques mois que j'ai retrouvé mon père, je crois qu'il a compris mon besoin de vérité et a essayé de me l'offrir. Mais cette vérité ne cesse de changer car mon arrivée dans sa vie a été à la fois joyeuse et traumatisante.

Face à moi, la fille perdue qu'il a tant désirée, il revit aussi le passé. Un passé qu'il a refoulé parce qu'il était trop douloureux, seul avec des souvenirs dans une société qui efface les parents biologiques et leur chagrin, comme si c'était quelque chose qu'ils avaient le pouvoir d'empêcher. Il n'avait aucun mentor sage et aucune sécurité à travers laquelle traiter sa douleur et sa perte, non seulement de moi mais de son premier amour. Je crois que la femme qu'il aimait est morte quand elle a signé les papiers d'adoption. Tout en reconnaissant qu'elle n'avait probablement pas le choix, il ne pouvait pas réconcilier cette femme avec celle qu'il aimait éternellement. Ainsi, même s'il avait des indices sur l'endroit où elle se trouvait, il ne l'a jamais cherchée parce que son amour devait sûrement être parti – l'Agnès qu'il aimait n'aurait pas pu donner leur enfant ; ce faisant, elle l'obligea à signer également les papiers d'adoption. Il a caché ce chagrin et est entré dans une vie dans laquelle la perte a inconsciemment conduit ses décisions.

Des années plus tard, il somnambule dans un mariage. Une autre grossesse lui permettrait de s'engager envers sa femme et envers un autre enfant qu'il ne pouvait pas perdre cette fois. Mais Agnès était une invitée silencieuse dans son mariage et sa famille - elle ne partirait jamais, et moi non plus.

Depuis mon retour, la vérité évolue et se déplace. Agnès a été inconsciemment un agresseur, une femme qui a donné sa chair et son sang et en même temps une victime d'une mère fanatique et contrôlante qui a changé notre destin tous les trois. Au fil des mois qui se sont écoulés depuis nos retrouvailles, mon père a été tourmenté par le passé : la culpabilité, la colère, la confusion et la perte l'ont assailli par ce qu'il appelle des « déchets flottants soudains ». Aucun de nous ne peut demander à Agnès ce qui s'est passé de son point de vue car elle est décédée en octobre 2016. 4 ans avant de trouver sa nécrologie et 5 ans avant de trouver mon père et de confirmer que c'était elle. En son absence, nous nous débattons tous les deux avec ce que nous savons, essayant de reconstituer le puzzle qui pour moi a encore plus de pièces manquantes qui s'échappent progressivement des souvenirs auxquels mon père accède dans des flashbacks et une empathie croissante pour ma mère. Il regarde, comme moi, la seule photo que nous avons d'elle, publiée sur sa nécrologie. Elle est jeune et souriante et bien que ses traits individuellement ne soient pas les miens, son visage fait écho au mien. Je me suis vu en elle, sachant qui elle était dès que j'ai vu la photo.

Alors qu'il se déplace maintenant dans les souvenirs avec une lentille de compassion modifiée, et peut-être conscient de la façon dont je verrais ma mère et de ce qu'il veut que je ressente pour elle, mon père a révélé des souvenirs qui modifient à nouveau la réalité et la vérité. Alors que mon anniversaire approche, les révélations semblent se multiplier. Dans ses souvenirs, elle est maintenant heureuse et souriante le jour de ma naissance. Ils m'ont nommé ensemble et tout semble aller bien quand il la quitte ce jour-là. Mais une semaine plus tard, il est appelé à signer des papiers d'adoption et contraint par un juge à le faire lorsqu'il refuse. Il ne donnerait jamais de sens à sa décision et ne parlerait plus jamais à Agnès pour déballer ce qui s'était passé. Sa colère et sa confusion la maintiendraient à distance avec plus de succès que son absence, jusqu'à ce que j'arrive en envoyant des photos de moi dans lesquelles elle est toujours présente. Au cours de la dernière semaine, il a semblé avoir besoin de partager de nouvelles pièces de puzzle, alors qu'il le remontait lui-même. Il croit maintenant qu'il lui a fait du tort.

Dans son propre chagrin, il ne pouvait pas comprendre quelle perte traumatisante elle avait endurée. Hier, il a révélé une autre pièce du puzzle. Lorsqu'il a finalement recherché Agnès, il a lui aussi trouvé sa nécrologie, alors il a cherché son frère, son ami, pour savoir comment elle est morte. Ce qu'on lui a dit l'a amené à croire qu'elle s'est suicidée. Cette nouvelle a encore changé la réalité pour moi. Bien que ne sachant rien de sa vie, je ne peux que supposer que ma perte a été un événement dévastateur qui a eu un impact à jamais sur son état d'esprit et sa vie de famille.

Je ne peux m'empêcher de corréler le mois de sa mort avec l'anniversaire de mon adoption. Je soupçonne que chaque année mon anniversaire en août provoquerait un chagrin silencieux et s'attarderait peut-être jusqu'à l'automne lorsque deux mois plus tard, je rentrais chez moi avec une autre famille et quelques mois à l'insu de mes parents, dans un autre pays. Je ne sais pas si elle savait quand j'ai laissé la mère et le bébé à la maison. Ce n'est pas clair pour moi si j'étais avec elle pendant ces deux premiers mois de vie ou si je vivais dans son orphelinat adjacent sous la garde de religieuses. Implacables dans leur vision de ce qui était le mieux, les religieuses ont menti à mon père lorsqu'il a parcouru les sept heures de Taiping pour me ramener à la maison, où sa mère m'attendait, voulant m'accueillir dans leur famille.

Ce que l'Église a dit à quiconque est remis en question et avec le départ d'Agnès, seuls ses frères et sœurs pourraient peut-être le savoir. Il est possible qu'elle ait partagé quelque chose avec sa deuxième fille ou son mari. En pensant à ma sœur maternelle, je me demande maintenant si mon existence ouvrirait un mystère pour elle aussi. Si elle n'a jamais su pour moi, peut-être que sa perte impliquait également un secret traumatisant perdu dans la mort et ajouté à son chagrin. Je reste coincé avec la suite de ma recherche - pour l'instant simplement heureux de faire partie de ma famille paternelle et de toutes les réalités absorbantes de connaître la famille et la culture sans lesquelles j'ai vécu pendant près de 49 ans.

Le péché d'amour

par un père chinois qui a perdu sa fille Marie par adoption internationale.

Assis seul, jetant haut et bas Désir de comprendre Vivre avec un faible espoir

Il y avait une notification sur mon Facebook que Marie me suit. Normalement, je n'accepte pas les demandes d'abonnés ou d'amis, mais le nom était Marie, alors j'ai accepté et l'ai laissé, sans trop y prêter attention. Le lendemain, alors que je marchais avec ma fille pour aller à Tesco faire l'épicerie pour cuisiner ce jour-là, j'ai reçu un message de Marie. « Bonjour, j'essaie de retrouver un Clément qui a connu Agnès en 1972, s'il vous plaît faites savoir si c'est vous ? » J'ai été totalement choqué. J'ai immédiatement répondu « Oui » et j'ai demandé qui elle était. Elle a répondu : « Je suis sa fille. Dans mon cœur, je savais que c'était elle, celle qui m'avait manqué pendant toutes ces années. J'ai vécu avec un très faible espoir de la retrouver toutes ces années. J'ai répondu: "J'espère que je ne rêve pas!" Elle a répondu : « Je pense que tu es mon père ».

La prochaine chose que je lui ai demandé concernait le jour que je ne pourrai jamais oublier. « Votre date de naissance est-elle le 9 août ? » Elle a répondu par un OUI. Jamais je n'aurais imaginé que ce jour viendrait. Ma fille Denise a vu mon expression et elle m'a demandé ce qui n'allait pas. Je lui ai dit que ma fille qui avait été donnée par adoption m'avait trouvé. "Ayoi, tu me donnes la chair de poule", a déclaré Denise. Je ne cache pas mon passé à mes enfants, seulement ma vie privée. Le temps ne nous a pas permis de parler davantage sur Facebook car je devais terminer nos courses puis retourner rapidement cuisiner et livrer la nourriture, mais j'ai promis de rester en contact.

Tout l'épisode de retrouver ma fille Marie était censé être un moment heureux et il l'est toujours. Mais c'était plus que du bonheur. Après avoir partagé ma part de signature de ses papiers d'adoption et découvert sa vie avec quelques photos, elle a partagé deux photos qui ont rappelé tous les souvenirs de mon temps avec Agnès, sa mère. Quand j'ai vu la photo de Marie et de son mari, c'était comme regarder Agnès. Elle lui ressemble tellement. Une autre photo d'Agnès seule m'a rappelé la seule photo que nous avions prise tous les deux en couple, dans un studio photo. Elle portait également un sari lors de cette séance photo.

Ma fille Denise veut que j'appelle Marie en vidéo. Je lui ai dit qu'avec mon problème d'audition et l'argot anglais de Marie, il pourrait être difficile de communiquer. Mais la vérité c'est que regarder Marie, c'est comme regarder Agnès. Je ne suis pas encore prêt. Avec tous ces souvenirs qui reviennent, je me rends compte que je n'ai pas oublié ou jamais cessé de l'aimer. Elle me manque encore pendant toutes ces années. Sans le savoir, mon amour pour Agnès a fait échouer mon mariage. Il y avait toujours une troisième personne dans notre lit. Mon injustice envers mes enfants. J'ai déjà été impliqué dans le ministère du mariage et je me rends compte que j'ai créé tellement de déchets dans ma vie.

J'ai vécu une vie de déni.

J'ai connu Agnès en 1970 par son frère Bernard. Nous étions des amis proches car nous travaillions dans la même école. Il était enseignant temporaire et j'étais le garçon de bureau dans le bureau de l'école. J'ai passé la plupart de la nuit chez lui car ma maison était à proximité. Bernard avait trois autres frères et trois sœurs. Agnès était l'aînée des trois sœurs. Agnès avait toujours le sourire aux lèvres et était une personne très douce et authentique. Elle avait de longs cheveux en queue de cheval. Je m'entendais bien avec la famille et j'ai passé Noël avec eux. J'ai commencé à avoir des sentiments pour elle et j'ai demandé à aller danser le soir du nouvel an. Elle a dit oui mais j'ai dû demander la permission à Bernard car il était plus ou moins le chef de famille. Je lui ai demandé et il n'avait aucune objection, alors nous sommes allés pour notre premier rendez-vous.

Nous nous sommes bien amusés ce soir-là et je savais que j'étais amoureux d'elle. Même si j'avais été avec quelques autres filles auparavant, je n'avais jamais ressenti ce sentiment auparavant. J'ai réalisé qu'elle était mon premier amour. Au moment où nous sommes arrivés chez elle, il était déjà 1 heure du matin et le jour de l'An. Après avoir passé du temps avec la famille et souhaité à tout le monde une bonne année, il était temps pour moi de rentrer à la maison. Agnès m'a fait sortir de la maison. J'étais seul avec elle et je lui ai fait part de mes sentiments et lui ai demandé d'être ma petite amie. Elle a dit oui mais nous aurions du mal à le dire à Bernard. Je lui ai dit que je lui parlerais et nous avons terminé avec notre premier baiser.

Quelques jours plus tard, j'ai parlé à Bernard de ma relation avec sa sœur mais à ma grande surprise, il ne s'est pas opposé alors j'ai commencé à passer plus de temps chez elle. Bernard était doué avec sa guitare et Agnès aimait chanter. Je ne sais pas chanter mais j'ai souvent jammé avec eux. J'ai beaucoup de souvenirs heureux de cette époque. Agnès et Bernard ont souvent été invités en tant que chanteurs invités au spectacle du concours Singing Talent time. Lors d'un des spectacles où ils avaient invité Agnès à chanter, alors qu'elle s'apprêtait à monter sur scène, elle m'a dit : « Cette chanson est pour toi ». En me regardant, elle a commencé à chanter. Elle a chanté "Let it be me". Puis-je oublier cette nuit avec cette chanson ? NON, jamais de ma vie je n'oublierai cette nuit-là.

Nous avons été ensemble pendant deux ans. Au fil du temps, nous sommes devenus plus intimes et un jour, elle a découvert qu'elle était enceinte. Nous voulions nous marier mais nous avons eu du mal à obtenir l'approbation de sa mère. Nous avons donc décidé d'aller voir le prêtre pour obtenir des conseils et demander l'approbation de ses parents. Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est que sa mère non seulement n'approuvait pas notre mariage, mais qu'elle s'arrangeait également avec le prêtre pour qu'Agnès aille au Centre pour les mères célibataires. Je suis allé chez elle pour implorer sa mère mais ils m'ont chassé de la maison. La famille était au courant de notre relation depuis le début, mais elle s'est opposée à moi. Je suis allé voir le prêtre mais il m'a dit qu'Agnès quitterait Taiping dans deux jours. Ma mère est même allée chez elle pour implorer leur famille mais ils ont dit non. Ils ne m'ont même pas permis de voir Agnès avant qu'elle ne parte.

Au bout de deux mois je n'en pouvais plus, Agnès me manquait et je m'inquiétais pour elle. Je suis allé voir le prêtre pour savoir où elle se trouvait, mais il n'a pas voulu me donner d'informations à son sujet. Je l'ai supplié de pleurer dans son bureau pendant longtemps. Finalement, il me l'a dit et m'a même arrangé pour rencontrer Agnès avec la religieuse. Elle a été emmenée chez les Sœurs du Bon Pasteur à Batu Arang, près de Kuala Lumpur. Le soir même, j'ai pris un train pour Kuala Lumpur et je suis allé en bus à Batu Arang, assez éloigné de Kuala Lumpur. J'ai réussi à voir Agnès au bout de deux mois. La religieuse était assez bonne pour nous donner du temps ensemble seuls. Avant de quitter cet endroit, la religieuse m'a dit que je ne pouvais lui rendre visite qu'une fois par mois. Pendant son séjour là-bas, je lui ai rendu visite quatre fois. La dernière fois que je lui ai rendu visite, c'était quelques semaines avant son accouchement. Lors de la dernière visite, nous avons parlé de nommer le bébé. Pendant son séjour là-bas, elle était proche d'une religieuse du nom de sœur Marie. Alors, nous avons décidé de l'appeler Marie si nous avions une fille, ou si nous avions un fils, Mario. Nous avons même parlé de travailler à Kuala Lumpur après son accouchement. Elle n'avait pas envie de retourner à Taiping. Quant au bébé, nous laissions ma mère s'occuper d'elle.

Quelques semaines plus tard, j'étais à l'église pour le service matinal et le prêtre m'a informé qu'Agnès avait été admise pour l'accouchement la veille. Je me suis précipité à Kuala Lumpur en taxi. Le temps que je l'atteigne, elle avait déjà accouché. Quand je l'ai vue, elle sortait juste de la salle d'accouchement mais je n'ai pas vu le bébé. Elle m'a dit que l'infirmière la lavait. Quand l'infirmière est sortie avec le bébé, elle m'a demandé si j'étais le père, j'ai hoché la tête et elle m'a tendu le bébé. Je l'ai portée pendant un certain temps jusqu'à ce qu'Agnès me demande quel deuxième nom lui donner. J'ai suggéré Géraldine et elle a accepté. Elle m'a donné sa carte d'identité pour enregistrer l'acte de naissance. Je lui ai remis le bébé et elle a souri en disant au bébé "Tu es Marie Geraldine L__." J'étais avec elle jusqu'après les heures de visite. Avant de partir, j'ai dit à Agnès que je la verrais dans trois semaines parce que je ne pouvais prendre l'acte de naissance que dans trois semaines. Je ne savais pas que ce serait la dernière fois que je les verrais tous les deux.

Deux semaines plus tard, le prêtre m'a informé que j'étais convoqué au tribunal pour faire adopter Marie. J'ai paniqué et j'en ai parlé à ma mère et elle m'a demandé de ramener Marie. J'y suis allé le cœur gros. Quand je suis arrivé là-bas, ils m'ont donné des documents à signer. J'ai refusé de signer et leur ai dit que je voulais garder le bébé. La personne responsable m'a dit que que je signe ou non, l'adoption serait traitée parce que la mère avait tous les droits. J'ai dit que je voulais adopter Marie sous le nom de ma mère. Ce qu'il a répondu m'a surpris. Un père ne peut pas adopter une fille mais si cela avait été un garçon, il y aurait eu une possibilité. En une journée, j'ai tout perdu. Je n'avais pas d'autre choix que de signer le document et de me précipiter à Batu Arang. Mais la religieuse a refusé de me voir et ne m'a pas permis de franchir le portail. Deux mois plus tard, j'y suis retourné. Cette fois, une des sœurs est sortie pour me rencontrer mais ne m'a pas permis d'entrer. Elle m'a dit qu'Agnès avait quitté les lieux et que le bébé avait été envoyé au foyer d'aide sociale du gouvernement. Je ne pouvais plus rien faire d'autre que de partir le cœur lourd et en colère.

Pendant quarante-huit ans, je souhaitais chaque année un joyeux anniversaire à la fille que je n'avais jamais vue mais qui n'était qu'une ombre dans mon cœur. Je savais seulement qu'elle était quelque part sur la planète. Je lui ai souhaité un joyeux anniversaire et j'ai fait une prière pour elle. C'est là que j'ai fait de l'injustice à mes autres enfants. Je n'ai souhaité un joyeux anniversaire à aucun de mes propres enfants qui sont avec moi. Mes enfants n'ont pas fêté leurs anniversaires en grandissant. Au fil du temps, au moment où j'ai réalisé que Marie devrait atteindre l'âge d'un jeune adulte, j'ai saisi l'occasion de venir au centre commercial de Kuala Lumpur. Je m'asseyais dans un coin à regarder passer les filles, me demandant si l'une d'entre elles pouvait être Marie. Ce n'était qu'une faible lueur d'espoir. Je l'ai peut-être vue sans même le savoir. Cela m'a apporté un petit réconfort.

Heureusement, cette année pour son 49e anniversaire, je peux personnellement lui souhaiter un joyeux anniversaire ! Toutes ces années, c'est un moment que j'ai attendu avec une faible lueur d'espoir. Merci Marie de m'avoir trouvé !

Agnès il y a toujours une place pour toi dans mon cœur. Puissiez-vous reposer en paix car notre fille nous a trouvés.

La semaine prochaine : les réflexions de Marie sur les retrouvailles avec son père chinois.

La douleur supportable d'être adopté

par Kara Bos, né en Corée du Sud et adopté aux USA. Kara est devenue la première personne adoptée à l'étranger par la Corée à se battre légalement et à obtenir les droits de paternité de son père coréen.

Il y a près d'un an, il a été confirmé que ?? était mon père. C'est la première fois que je partage publiquement le nom de mon père.

Alors que je marche sous ces belles fleurs de cerisier et que j'apprécie leur beauté, mon cœur continue d'essayer de se réparer après avoir été brisé en un million de morceaux au cours d'une année. La confirmation par l'ADN de savoir qui était mon père m'a apporté un sentiment de victoire alors que j'étais constamment confronté à l'incertitude et qu'on me disait que j'avais tort. Le manque persistant de communication, le traitement inhumain et le fait de ne pas me permettre de rencontrer mon père par sa famille m'ont poussé à me battre et à revendiquer mon identité.

Le 12 juin 2020 a marqué la date à laquelle j'ai été reconnu par la loi coréenne qui ?? était mon père, et j'ai été ajouté à son registre de famille en tant que ??, ce qui aurait dû être fait en 1981 quand je suis né. Ce fut encore une victoire de récupérer ce qui était perdu, la justice rectifiée. Je n'étais plus orpheline, avec des parents inconnus et sans identité. Cependant, ma seule et unique rencontre restera à jamais gravée dans ma mémoire et dans mon cœur comme un film d'horreur. L'un rempli de regrets et si… comme je l'ai découvert plus tard, à partir du mois d'août, il a été emmené à l'hôpital et y est resté jusqu'à sa mort le 3 décembre 2020 (86 ans).

Si je n'avais pas porté plainte en novembre 2019, je n'aurais pas su en avril 2020 qu'il était mon père, je ne l'aurais jamais rencontré et je ne saurais pas maintenant qu'il est décédé.

Même si ce déchirement a été immense, au moins je sais… c'est ce que cela signifie d'être adopté.

#adoptée #Coréenneadoptée 1TP3Identité récupérée #origine

Lire l'autre post de Kara : L'agonie brutale du calme après la tempête.

Français
%%footer%%