J'ai tué mes parents vietnamiens

par Mark Erickson, adopté du Vietnam aux USA.

Partager cela pour traiter les sentiments au sujet de ma famille biologique, essayer d'écrire certaines choses difficiles.

J'ai une confession à faire: J'ai tué mes parents vietnamiens. Je ne sais pas quand je l'ai fait ni comment je l'ai fait, mais je l'ai fait. En fait, ce que j'ai fait était pire. Pour les tuer, j'aurais dû les connaître, reconnaître leur existence et les oublier. Au lieu de cela, je les ai complètement effacés : pas de noms, pas de souvenirs, pas de sentiments.

Personne ne m'a spécifiquement dit de le faire, mais le message était fort et clair. Jouons à faire semblant. Vos parents vietnamiens ne doivent jamais être reconnus ou mentionnés. Nous sommes vos vrais parents. Tu es né dans nos cœurs.

S'il y avait une partie de mon jeune moi qui a jamais cru que mes parents vietnamiens étaient encore en vie, alors le fardeau de porter cet espoir était trop pour moi. Alors j'ai arrêté. Je n'étais pas Oliver Twist. Je n'étais pas la petite orpheline Annie. Au lieu de cela, je suis devenu un épouvantail-étain homme-lion à trois têtes tordu: incapable de remettre en question mon expérience, déconnecté de mes sentiments et non conflictuel à une faute.

Ce sur quoi je n'avais pas compté, c'est que ce matricide-patricide était en fait un double homicide-suicide. Pour les effacer, je devais aussi effacer une partie de moi-même. Je me suis auto-médicamenté. Mais au lieu de m'auto-médicamenter avec des substances comme d'autres dans mon entourage immédiat, je suis devenu un sur-performant compulsif.

Cela a fonctionné pendant de nombreuses années. Mais mes parents vietnamiens ne voulaient pas jouer le jeu et rester effacés. Au lieu de cela, ils ont hanté mes cauchemars et plus tard mes rêves diurnes. Quand je me regardais dans le miroir, regardais-je l'image de mes créateurs ?

Découvrez Marc photographie et livre du Vietnam ou le suivre sur Instagram.

Français
%%footer%%