Leadership dans la communauté des adoptés internationaux

leadership serviteur.png

… Notre capacité à nous détruire les uns les autres correspond à notre capacité à nous guérir les uns les autres. Rétablir les relations et la communauté est essentiel pour restaurer le bien-être… nous pouvons changer les conditions sociales pour créer des environnements dans lesquels les enfants et les adultes peuvent se sentir en sécurité et où ils peuvent s'épanouir.
Van Der Kolk, B. (2014) Le corps garde le score. Viking, New York

"Bien que vous n'ayez peut-être pas de subordonnés directs sous vos ordres, vous êtes TOUS les leaders de vos équipes de projet", nous a-t-on dit récemment lors d'un séminaire de recherche et de renforcement des forces liées au travail. Cela m'a fait réfléchir à ce à quoi ressemble le leadership dans notre communauté d'adoptés internationaux et transraciaux (ICA/TRA). Chaque jour, je vois des collègues ICA/TRA travailler pour apporter des changements dans des domaines tels que l'intersectionnalité de l'adoption, des traumatismes, de la race et de la perte ; préservation de la famille; regroupement familial; et la sensibilisation et même des fonds pour des services post-adoption à vie pour les personnes adoptées (ainsi que d'autres dans la constellation de l'adoption). Si le tout est vraiment plus grand que la somme de ses parties, alors notre communauté sera mieux servie si nous pouvons collaborer les uns avec les autres, en tant que leaders unis. Par conséquent, j'invite tous les ICA/TRA à se poser quelques questions fondamentales sur le leadership : Qu'est-ce qu'un leader ? Qui dirigent-ils ? Dirigent-ils ou servent-ils ? S'ils servent, qui servent-ils ? Comment les dirigeants peuvent-ils influencer en l'absence d'autorité directe ?

En tant que personne adoptée, les leaders de ma vie qui ont le plus résonné avec moi sont ceux qui ont écouté, validé, ressenti toutes les « sensations » et qui ont travaillé avec diligence et douceur pour aider les autres à grandir et à apprendre, les mettant sur la voie devenir eux-mêmes des leaders un jour. Je crois que nous sommes tous - ou avons le potentiel d'être - des leaders attentionnés, influents et serviteurs dans notre cadre familial, professionnel et communautaire.

Le serviteur-leader est d'abord serviteur. Cela commence par le sentiment naturel que l'on veut servir. Ensuite, le choix conscient amène à aspirer à diriger. Le meilleur test est : est-ce que ceux qui sont servis grandissent en tant que personnes : deviennent-ils, tout en étant servis, plus sains, plus sages, plus libres, plus autonomes, plus susceptibles de devenir eux-mêmes des serviteurs ? Et quel est l'effet sur les moins privilégiés de la société ; en bénéficieront-ils ou, du moins, n'en seront-ils pas davantage privés ?
Greenleaf, RK (1977) Servant Leadership: Un voyage dans la nature du pouvoir et de la grandeur légitimes. Presse Pauliste, New York

Le concept de leadership serviteur, dans lequel l'objectif principal du leader est de servir, a été défini pour la première fois par Robert K. Greenleaf. Bien qu'un examen approfondi du leadership serviteur dépasse le cadre de ce blog, j'espère que la courte citation ci-dessus parlera à de nombreux membres de la communauté ICA/TRA. Cela me parle certainement en tant que personne qui sympathise avec ceux qui sont lésés par le différentiel de pouvoir inhérent à l'adoption moderne : les femmes et les enfants vulnérables.

Suivant les traces des générations précédentes d'adoptés vocaux, comme Betty Jean Lifton et Sherrie Eldridge, qui ont plaidé en faveur d'une réforme de l'adoption, certains membres de la communauté ICA/TRA nés et adoptés entre la fin des années 1960 et le début des années 1990 ont publié des livres , deviennent des thérapeutes du deuil et des traumatismes centrés sur les adoptés, ont mis en place des groupes de soutien locaux et lancé des programmes d'ADN pour les adoptés et les premières familles, entre autres projets remarquables. Cependant, contrairement à nos prédécesseurs pionniers, qui étaient presque exclusivement des adoptés nationaux de même race de race blanche, nous ouvrons la voie à une réflexion critique sur les pratiques d'adoption internationale et transraciale.

De plus, notre communauté est dans la position unique d'être la première génération d'adultes adoptés à l'étranger, transraciaux, qui ont eu le temps de réfléchir et de guérir ET qui sont connectés à l'échelle mondiale, grâce à Internet, ET qui ont accès à des tests ADN abordables ET dont les voix commencent à être entendues par les instances dirigeantes locales et internationales. Au cours des dernières années, nous avons commencé à tirer parti de toutes ces ressources et opportunités, et ce faisant, de nombreux membres de la communauté ICA/TRA consacrent maintenant leur temps et leur énergie au service des adoptés et des premiers membres de la famille. Que nous le réalisions ou non, nous sommes déjà des praticiens du leadership serviteur.

Le modèle commercial traditionnel du leadership consiste à augmenter le pouvoir et les marges bénéficiaires en amenant les gens à faire ce que vous voulez en exerçant votre autorité. Ce modèle est non seulement en déclin dans le monde des affaires, mais il est totalement inapproprié dans la communauté ICA/TRA : nous n'avons ni marges bénéficiaires à augmenter ni autorité à exercer. Par conséquent, un leadership efficace dans notre communauté, à savoir un leadership qui éduque, responsabilise, soutient et influence même sans pouvoir ni autorité directs, je crois, trouvera ses forces dans l'empathie, les valeurs de vérité et de justice, et le désir et la capacité de savoir- partager que de nombreuses ICA/TRA ont développé à la suite de leurs expériences vécues uniques.

Nous étions impuissants en tant que bébés et enfants lorsque nous avons été retirés de nos familles et envoyés à travers le monde pour grandir dans des familles adoptives, souvent sans aucun lien avec nous-mêmes ou nos familles d'origine. En conséquence, beaucoup d'entre nous ont lutté avec leur identité et leur estime de soi. Nous avons payé un prix très élevé pour quelque chose à laquelle nous n'avons jamais donné notre consentement en premier lieu. Pourtant, le revers de la douleur que beaucoup d'ICA/TRA ont endurées en grandissant, et continuent souvent à endurer jusqu'à l'âge adulte, est que nous avons souvent des connaissances spécialisées acquises uniquement par l'expérience vécue. Beaucoup d'entre nous ressentent également un désir intense de redonner à notre communauté en partageant ces connaissances (entre nous, avec les parents adoptifs et avec les décideurs) pour aider à faire en sorte que les choses soient mieux faites pour les générations actuelles et futures de familles vulnérables et adoptées. personnes. Pour moi, c'est certainement une grande partie du leadership.

Enfin, il n'est pas exagéré de voir se refléter dans la communauté ICA/TRA la plupart, sinon la totalité, des dix caractéristiques de Larry C. Spears concernant les leaders efficaces et bienveillants (Character and Servant Leadership: Ten Characteristics of Effective, Caring Leaders. Journal of Virtues & Leadership, Vol. 1, Iss. 1, 2010, p. 25-30) :

Écoute
Empathie
Guérison
Sensibilisation
Persuasion
Conceptualisation
Prévoyance
Intendance
Engagement envers la croissance des personnes
Construire une communauté

Être membre d'un groupe d'individus qui présentent de telles caractéristiques est très puissant et très stimulant. Si notre communauté mondiale ICA/TRA peut exploiter les avantages du leadership serviteur en possédant et en exerçant pleinement toutes nos forces innées ainsi que les caractéristiques que nous avons acquises au cours de nos expériences vécues, je crois que non seulement nous nous aidons mutuellement à guérir, mais pouvons également façonner politiques gouvernementales en faveur de la préservation de la famille et de l'accompagnement post-adoption. Au fur et à mesure que nous avançons en tant que communauté et en tant que leaders dans le domaine de l'adoption internationale et transraciale, j'espère que nous continuerons à grandir, à apprendre et à nous tenir mutuellement responsables en tant que leaders qui servent avec gentillesse, et sans aucune attente de gloire en retour .

Déclencheurs de traumatisme

Pourquoi certains adoptés doivent-ils être sur la défensive, trop critiquer, se rabaisser les uns les autres et se présenter comme des agresseurs ?

Je comprends et respecte que nous avons tous des opinions, des pensées et des informations variées sur un sujet très complexe. Nous avons tous des histoires et des idées uniques à partager. Je pense que les gens font cela parce que leur traumatisme est déclenché. Ils ont l'impression qu'ils ont besoin d'avoir une explosion et ils ne comprennent pas pourquoi - ils se déchaînent dans une attaque de mots mal orthographiés, mal écrits et haineux, mais cela ne fait rien pour convaincre les gens de leur argument et cela n'en donne certainement pas un toute crédibilité.

Quand j'étais un petit garçon, on m'a dit que je pleurerais et crierais quand je serais frustré. Je pense que c'était moi qui trouvais un soulagement des frustrations en suspens auxquelles j'étais confronté quand j'étais enfant. Étant adoptée à l'étranger, j'ai dû apprendre une nouvelle langue, j'ai été forcée de manger des aliments que je n'aimais pas, je ne connaissais pas ma culture d'adoption et, pire encore, j'ai été jumelée à des adoptants impatients, stricts et sans empathie avec ma situation. . Mon "père" m'a une fois écrasé le visage dans un tas de purée de pommes de terre alors que je n'arrivais pas à me souvenir du nom de la sauce. On m'a dit que les enfants sont faits pour être vus et non entendus. Leur vie ultra-conservatrice ne me permettrait pas d'agir de quelque façon que ce soit. Je pense que beaucoup d'entre nous sont confrontés à des déclencheurs de traumatismes de notre passé - sans le savoir. Nous crions quand nous pensons que nous sommes marginalisés. Nous maudissons quand nous ne nous sentons pas en sécurité.

Je suis régulièrement attaqué pour mon franc-parler. Aujourd'hui, j'ai été attaqué par deux individus différents. L'un était un homme très perturbé qui a lancé un barrage d'insultes sur moi et sur d'autres personnes. Il a d'abord posé comme un individu calme et aimant, mais a immédiatement exposé ses vraies couleurs - un individu très agressif et humiliant. Il a d'abord attiré les gens avec son apparence et son charme, mais la dépréciation constante a rapidement envenimé la relation. L'individu suivant était une femme, menacée par le monde universitaire ou par quiconque prétendait être semi-intelligent. Cette femme sait toujours mieux, doit montrer qu'elle est bien lue, veut montrer qu'elle a le plus gros appendice (cerveau). Si l'on veut partager des informations avec d'autres, cela peut être fait sans déchirer l'autre. Elle aurait pu poser des questions de clarification ou s'enquérir de mes pensées ou demander plus d'informations pour comprendre ma direction. Rien de tout cela n'a été fait.

Le forum que je souhaite animer s'articule autour de la notion : « partageons et apprenons ».

J'ai eu une merveilleuse conversation avec une amie aujourd'hui sur ce qui s'est passé et j'ai appris une tonne d'elle. Elle m'a dit, "Vous ne pouvez pas réparer un traumatisme, d'après mon expérience, vous devez trouver des moyens sains de faire face. » Mon esprit a été époustouflé! Je sais que c'est vrai mais sur le moment, j'oublie de voir la corrélation. Mon premier réflexe a été d'écrire sur ces deux personnes et de trouver des moyens de les séparer. Je vois souvent cette « réaction » dans les forums d'adoptés. Mon ami a également dit: "Une autre chose à considérer est la façon dont les gens agissent lorsqu'ils sont submergés. C'est une chose à laquelle je pense lorsque je considère la compatibilité.

Je pense que c'est une idée et une exigence merveilleuses. Nous devons trouver des partenaires qui peuvent voir au-delà de nos explosions et nous aider à sortir du rebord. J'ai trouvé ses paroles sages et quelque chose que je n'avais jamais envisagé auparavant. Si nous trouvions des moyens plus sains de gérer nos déclencheurs, bon nombre de ces combats pourraient être évités. Nous les avons tous et certains le portent sur leurs manches et d'autres l'enfouissent profondément à l'intérieur. Il peut s'accumuler et être transmis à des étrangers ou à des collègues qui pourraient ne pas être familiers avec ce qui se passe dans nos vies.

Alors, qu'est-ce qui vous déclenche ? Comment vous débrouillez-vous ? Avez-vous été témoin de déclencheurs de traumatisme récemment ?

 

Français
%%footer%%