Réflexions d'une personne adoptée sur la déclaration commune des Nations Unies sur les adoptions internationales illégales

Resilience by CLAIR

On 29 September 2022, the Nations Unies (ONU) published a press release titled: Illegal intercountry adoptions must be prevented and eliminated: UN experts which provides a Joint Statement from the UN Committees. While the majority around the world could not have pre-empted this statement, it was not news to me because our coalition Voix contre l'adoption illégale (VAIA) had been talking with the UN to ensure our input was included. I know other experts in illegal intercountry adoption around the world gave input too.

The UN Joint Statement created for me a day of mixed feelings. For many of us, myself included, who are the victims of the past and current practices that constitute illegal and illicit practices in intercountry adoption, we have been speaking up, shouting from the rooftops, demanding attention, help, and support. But usually to no avail. Most Governments around the world have continued to turn a blind eye to the reality that some of our adoptions have been questionable and some, outright illegal with prosecutions of perpetrators. As one adoptive mother and fierce advocate, Desiree Smolin essentially said on her Facebook post, why has it taken the UN so long given the decades of trafficking and illicit practices? Why have so many families and adoptees been left to suffer the same impacts when it has been known to happen for so many decades?

So on 29 September, I felt our voices have been finally heard and validated – that someone in power was listening to us. Thank you to those at the UN who worked tirelessly to make this happen. It felt a little vindicating but at the same time, the reality of this world crushes hope because I know the statement from the UN is not going to put any true pressure on governments around the world to act in our best interest, let alone help us in any practical sense.

I felt personally so empowered by the UN Joint Statement that I wrote another letter to our leader here in Australia, the Prime Minister. In my letter, I ask the Australian government once again, to please do something to help those who are impacted instead of the deathly silence we’ve experienced in the 25 years I’ve spent advocating for our rights and needs.

Have a read of my lengthy letter which highlights the many times I’ve attempted to raise this issue to our Australian government, asking for supports for the victims. I’m as yet to have any response from the Australian Prime Minister. I imagine that the post-COVID economic recovery of the country, the current floods that have hit Australia all year long, and the other more higher priority issues like domestic family violence will receive his attention first compared to my long letter about a topic that impacts only some of the 20,000 of us intercountry adoptees. We just don’t rank up there in importance and unless it was their son or daughter being impacted, there’s just no reason why our Australian government would care enough to act.

I’ve been asked by a few about what I thought the impact would be of this UN Joint Statement. I truly think the best outcome might be that States (governments) will realise the risks they bear in continuing to conduct and facilitate intercountry adoption with all its pitfalls in safeguarding the human rights of intercountry adoptees. When we consider the legal cases being fought around the world by various intercountry adoptees and the revolution in awakening that we can fight for our rights, I would caution any government against participating in intercountry adoption. Legal pathways are slowly but surely being found by adoptees around the world. Governments must realise that if they continue on as they have in the past, there will be a time of reckoning where the abuses to our human rights will finally be recognised and the injustices need to be compensated.

In the Netherlands, the fight for adoptee rights is led by Brazilian adoptee Patrick Noordoven who won his right to compensation due to his illegal adoption to the Netherlands. Dilani Butink also won her court hearing for her case of an unlawful adoption from Sri Lanka. Bibi Hasenaar is also mentioned as having liability claims in this joint report. Sadly, both Noordoven and Butink’s cases are still being appealed by the Dutch State who have unlimited funds and time which highlights the power imbalance and ongoing victimisation that adoptees face. Sam van den Haak has also sent a letter to the Dutch State about her own and 20 other Sri Lankan adoptees whose adoption files have errors that caused emotional damage.

In Sweden, Carlos Andrés Queupán Huenchumil filed an appeal to change his name back to his original, having been illegally adopted from Chile. In France, a group of Malian adoptees are taking legal action against the adoption agency for its role in their illegal adoptions. In New Zealand, Maori adoptee Bev Reweti has mounted a class action against the State for being displaced and adopted out of their Maori whānau. In South Korea, Korean-Denmark intercountry adoptee and lawyer Peter Regal Möller and his organisation Groupe danois des droits coréens have submitted just under 300 cases to the Korean Truth and Reconciliation Commission seeking to know the truth about their identities that were falsified in order to be intercountry adopted. Peter openly talks about the legal cases against agencies Holt and KSS that are coming in the future. I also know of other intercountry adoptees who haven’t had published media articles yet but who are progressing in the early stages of their legal cases against States and agencies for their illegal adoptions.

The momentum is growing around the world as adoptees become more aware of the human rights abuses they’ve lived that have been facilitated via intercountry adoption.

It’s not just adoptees who are taking legal action. Some incredibly courageous parents are, and have, also taken action. Recently in France, adoptive parents Véronique and Jean-Noël Piaser who adopted a baby from Sri Lanka have filed a complaint in 2021 for the fraud that involved the stealing of their baby from her mother in Sri Lanka. In the USA, adoptive parents Adam and Jessica Davis have been successful in assisting the US government to press charges against the adoption agency European Adoption Consultants (EAC) for its role in fraud and corruption of theirs and many other adoptions.

In a landmark first, both adoptive parents and biological parents of Guatemalan-Belgium adoptee Mariela SR Coline Fanon are taking civil action in Belgium as victims of human trafficking. The case is currently under judicial investigation. This is not the first time biological parents fight for their rights in intercountry adoption. In 2020, biological father from Guatemala, Gustavo Tobar Farjardo won at the Inter-American Court of Human Rights for his sons to be returned to him who had been adopted to separate families in America.

So ultimately, I believe the UN Joint Statement acts two-fold: firstly, it goes some way towards validating the traumas some live in our adoptions and encourages intercountry adoptees and families around the world to stand up and demand action and legal vindication of our truths; and secondly, it makes it clear to States the risks they undertake if they continue on in their current practices of intercountry adoption.

I would personally be glad and celebrate if adopting countries assess the risk of participating in intercountry adoption as too high to continue it into the future. We are long past the time of being blind to the colonial practices and harms of intercountry adoption. We must do more to help all countries become more aware of the responsibility they hold to their own born-to-children. Remember that some of our biggest sending countries in intercountry adoption are our richest – China, South Korea and the USA. It is time we moved past the easy solution intercountry adoption provides to countries who don’t wish to take care of their own and challenge countries to understand there is an inherent cost if they ignore their children by casting them aside, when it suits. Intercountry adoptees do grow up, we become well educated, we are empowered by Western mentality to demand our rights be respected and injustices no longer be ignored.

The UN Statement is long overdue given the decades of generations of us who are impacted by illegal and illicit adoptions. I celebrate that we have been heard at the highest level internationally, but I’m fairly certain that States will not step up to deal with this issue in any practical way. I know they will remain silent for as long as possible, hoping it blows over and meanwhile, as in the Netherlands, they will continue on in their trade of children but in a slightly different way, despite conducting a full investigation; because that’s what countries do. I’m a pragmatist and I will continue to raise awareness and push for much needed change, because I know despite the UN Joint Statement, we are still at the beginning. It will take a huge en-masse movement from impacted people to get governments to act in support of us because for too long, they’ve been able to get away with doing little to nothing. At some point, the cost for governments and participating entities of doing little, will outweigh the cost to stopping the practice.

I believe in its current form and as practiced under the 1993 Hague Convention, governments are unable to prevent and stop the illegal and illicit practices aka trafficking that include human rights abuses in intercountry adoption. Therefore it needs to be stopped. The UN Joint Statement is simply a reflection of where we are at today. Victims no longer need to plead to be heard, we HAVE been heard at the highest level internationally. What we are waiting on now, is for appropriate responses from governments and facilitating organisations — which might be a long time coming.

Ressources

Governments finally recognising illicit and illegal adoption practices

Lived experience suggestions for responses to illicit adoptions

Lived experience of illegal and illicit adoption (webinar)

Stop intercountry adoption completely because abuses can never be ruled out

Unbearable how the minister deals with adoption victims

The case for moratoria on intercountry adoption

Child Laundering: How the intercountry adoption system legitimises and incentivises the practice of buying, kidnapping, and stealing children

False Narratives: illicit practices in Colombian transnational adoption

Irregularities in transnational adoptions and child appropriations: challenges for reparation practices

From Orphan Trains to Babylifts: colonial trafficking, empire building and social engineering

Principe de double subsidiarité et droit à l'identité

Intercountry adoption and the Right to Identity

Exploitation of in intercountry adoption: Toward common understanding and action

Artistes adoptés

Chez ICAV, nous nous efforçons d'élever les artistes adoptés car leurs œuvres peuvent souvent dépeindre ce que les mots ont du mal à transmettre. Conformément à cela, lors de la récente réunion du 9 septembre Soirée de reprise de K-Box Adoptee, Ra Chapman et moi-même voulions que la soirée soit une célébration des artistes australiens adoptés à l'étranger. Nous avons pu présenter une partie de leur travail dans une impression sous forme de ZINE que vous pouvez consulter ici :

Autres artistes adoptés

Nous avons eu d'autres incroyables artistes adoptés internationaux qui ont présenté leurs œuvres à l'ICAV au fil des ans. Voici une compilation de ce qui a été partagé. Cliquez sur l'image et cela vous mènera à leur blog avec des œuvres d'art.

Meg à la soirée de prise de contrôle des adoptés K-Box

Meg est une adoptée internationale coréenne, élevée en Australie et dessinatrice de bandes dessinées. Elle réalise des œuvres en grande partie autobiographiques et non romanesques qui sont apparues dans The Nib, The Lily, Liminal Magazine, The Comics Journal et des anthologies, notamment Comic Sans, Régime régulier, fils qui nous relient et lauréat du prix Eisner Dessiner le pouvoir : Histoires de femmes de violence sexuelle, de harcèlement et de survie. Elle a exposé des œuvres de bandes dessinées, d'animation et de films à l'échelle internationale, enseigné la création de bandes dessinées à des étudiants universitaires, développé et dispensé des programmes de bandes dessinées à des élèves du secondaire issus de l'immigration et des réfugiés avec STARTTS, et des programmes d'art à des élèves du primaire en Corée. Meg travaille actuellement sur un travail de longue durée basé sur ses expériences en tant qu'enfant asiatique de parents blancs en Australie, une période récente de vie en Corée et une recherche infructueuse de sa mère coréenne.

Elle a créé l'œuvre d'art pour notre Soirée de reprise de K-Box Adoptee matériel promotionnel et ZINE :

Meg s'est également présentée comme l'une de nos artistes adoptées et vous pouvez regarder la vidéo de sa présentation ici :

Vous pouvez également le consulter dans le format de la version Web pour ceux qui préfèrent lire et voir.

Ressources

En savoir plus sur Meg
site Internet: http://www.megoshea.com
IG : @even.little.meg

Découvrez notre Album photo, chez Ryan et Ébène présentations de la soirée

Prochainement est notre artiste adopté ZINE et d'autres artistes adoptés

Ebony à K-Box Adoptee Takeover Night

Ebony est une adoptée internationale née en Haïti et élevée en Australie. C'est une artiste talentueuse dont l'ensemble de l'œuvre parle des problèmes complexes que nous vivons en tant qu'adoptés internationaux et explore notre identité. 

En tant qu'artiste contemporain australien qui s'intéresse à l'interrogation des concepts d'individualité, d'adoption, de sexualité, de queerness et d'identité noire. Ebony puise dans son expérience de vie pour éclairer la création de ses dessins et de ses formes sculpturales expressives, en utilisant un assortiment diversifié de matériaux pour composer son travail. La performance est également un élément important de sa pratique créative. En 2000, Ebony a créé la personnalité drag Messe de Koko. Koko aime interpréter des chansons avec âme et est un peu dur à cuire qui parle toujours et est honnête sur les problèmes auxquels ils sont confrontés dans la société. Koko défie les perceptions tout en s'amusant avec son public. La pratique d'Ebony est audacieuse et politiquement engagée, répondant aux problèmes qui affectent ses communautés avec un langage visuel fort qu'elle continue d'explorer. Ebony a terminé sa maîtrise en art contemporain au Victorian College of the Arts de Melbourne en 2020. 

Ebony a contribué cette œuvre d'art pour notre ZINE qui était un magazine imprimé célébrant les artistes adoptés inter-pays et transraciaux d'Australie, pour que les gens puissent les ramener à la maison.

Si vous vivez à Melbourne, vous pouvez voir plus de ses œuvres à Chin Chin & Go Go au 125 Flinders Lane. La barre est décorée de ses oeuvres et sa vidéo montrée ci-dessous, est projetée sur l'allée. 

Elle participe également avec un groupe d'adoptés des Premières Nations australiennes le 7 octobre à Université de Melbourne dans une exposition intitulée – Adopté.

Déclaration d'artiste d'Ebony à propos de cette vidéo :

Maquillage divin, 2019

Le maquillage divin est un exemple de mes dessins qui prennent vie, me mettant dans le cadre, montrant comment je dessine puis associant cela à ma performance de création parlée. Le dessin est une partie importante de ma pratique; Je respecte la forme simple du papier et des textes.

J'aime l'immédiateté du dessin ; Je sens que mes dessins peuvent être spontanés et j'aime dessiner librement. Quand je dessine, je ne prévois pas le résultat, je commence et vois où ça me mène, je laisse les repères guider ma direction. Mon travail, en tant qu'Ebony, est personnel et honnête. Mes dessins sont un mélange de sentiments, d'expériences et de moments spécifiques de ma vie. Cette vidéo montre les idées que j'ai explorées récemment, se réunissant pour remplir l'espace avec mon moi noir.

Regarder Ebony Hickey Maquillage divin:

Ressources

Autres œuvres d'art d'Ebony à l'ICAV :
Je suis moi
Né dans les deux sens

Vous pouvez en savoir plus sur Ebony sur :
IG : @ébène.hickey.7

Prochainement est la présentation de Meg de la soirée.

Examen de l'adopté du jeu K-Box de Ra Chapman

par Kayla Curtis, adopté coréen élevé en Australie, assistante sociale et conseillère spécialisée en adoption.

Je veux partager quelques réflexions après avoir accompagné le Boîte K Soirée de prise de contrôle des adoptés à la malterie et voir le K-Box de Ra Chapman jouer à Melbourne, en Australie, le 9 septembre.

Personnellement, je ressens une excitation de voir Boîte K parce qu'il a capturé une grande partie de mon expérience personnelle d'adoption avec une clarté émotionnelle et de confrontation. Mes commentaires à Ra par la suite ont été : « Ils auraient pu être mes parents sur cette scène, le plateau était ma maison familiale et le scénario était très proche des conversations que j'ai eues avec ma famille au fil des ans. Merci d'avoir mis en lumière certains des problèmes auxquels nous devons faire face et d'avoir inclus certains des problèmes inconfortables et confrontants qui sont si cachés et invisibles pour les autres, en particulier nos familles ».  

Boîte K est écrit et réalisé par Ra Chapman, un adopté sud-australien coréen, actuellement basé à Melbourne. Cette pièce est unique en son genre et est la première à mettre en lumière les complexités et les nuances de l'expérience des adoptés internationaux en Australie et à avoir un adopté international comme protagoniste principal. Ra a écrit la pièce basée sur la sienne et d'autres adoptés ont vécu des expériences d'adoption. Les commentaires des adoptés qui ont vu la pièce vendredi soir étaient que la représentation de l'expérience de l'adopté était non seulement relatable, mais une représentation provocante et véridique de leurs propres expériences d'adoption.

La pièce parlait d'une adoptée coréenne de plus de 30 ans naviguant dans les relations avec sa mère et son père adoptifs et parlait également de son parcours pour comprendre l'impact que l'adoption a eu sur sa vie : comment elle a influencé son identité, son modèle de travail interne et sentiment d'identité et de connexion avec ses parents adoptifs. Il a abordé de nombreux thèmes centraux de l'adoption, notamment l'identité, l'appartenance, la perte et le chagrin, la race, les impacts de l'adoption tout au long de la vie, le racisme, les stéréotypes, l'attachement, l'appartenance, le privilège blanc/blanchiment, les « dangers des histoires uniques », famille ainsi que la façon dont nous parlons des questions d'adoption et naviguons dans ces discussions difficiles avec nos familles. Ce que la pièce a bien fait, c'est d'explorer les impacts sur l'adopté et les relations familiales lorsque ces problèmes fondamentaux ne sont pas compris, validés, explorés ou soutenus. Comme c'est normal pour de nombreux adoptés qui commencent à explorer et à prêter attention à ces problèmes, il peut y avoir un effet déstabilisateur sur les relations familiales lorsque le récit de l'adoption «conte de fées» ou «adoption heureuse» commence à se désagréger. 

De gauche à droite : Jeffrey Liu, Ra Chapman, Susanna Qian

Pour tous les professionnels travaillant dans le domaine de l'adoption, cette pièce est une excellente ressource, fournissant un aperçu approfondi et précieux de la dynamique, des relations, des expériences interraciales et des défis auxquels les adoptés internationaux doivent naviguer dans leur expérience d'adoption et leurs familles adoptives. Bien sûr, cela a été livré extrêmement intelligemment avec la pièce utilisant la comédie / satire ainsi que des monologues et un symbolisme émotionnellement intenses et beaux complétés par un jeu exceptionnel d'un casting intime de quatre interprètes. 

Il a été puissamment livré et reçu, laissant de nombreux adoptés qui y ont participé se sentir émotifs et instables, mais aussi connectés, vus et soutenus. De même, cela peut également laisser les parents adoptifs incertains, confrontés et curieux de leur rôle dans l'adoption de leur enfant. En fin de compte, je pense que cela rassemble tout le monde : les adoptés et les parents, ouvrant des possibilités sur la façon dont nous pouvons nous associer autour de l'expérience d'adoption et faire mieux pour le parcours de l'adopté.

Après la pièce, j'ai apprécié les discours émotifs et autres performances des adoptés partageant leur travail créatif et leurs projets. En outre, la soirée a mentionné d'autres projets passionnants dirigés par des adoptés et des travaux créatifs en développement que je suivrai de près avec impatience.  

Le principal point à retenir pour moi de la soirée a été la façon incroyable dont les adoptés ont pu se rassembler grâce à cet événement, qui, je pense, met en évidence le pouvoir de guérison collectif des adoptés lorsqu'ils sont entourés par la communauté, élevant la voix des adoptés de manière sûre et soutenue et se sentant un fort sentiment d'appartenance en étant vu et entendu. C'est formidable de savoir que la communauté des adoptés australiens se renforce !

J'espère que nous pourrons continuer à avoir des discussions ouvertes et bienvenues ensemble en tant que communauté afin que nous puissions tous bénéficier de l'apprentissage de ceux qui ont vécu des expériences, en particulier des adoptés.

Cher Ra, veuillez connaître l'impact puissant que vous avez eu et comment votre travail créatif contribue à façonner tout notre apprentissage et à mieux renforcer la communauté d'adoption en Australie.

J'encourage tout le monde à voir La K-Box de Ra Chapman montrant seulement jusqu'au 18 septembre; les parents adoptifs, les adoptés, les professionnels de l'adoption et la communauté au sens large.

Découvrez notre Album photo dès le soir.

Le 9 septembre Soirée de prise de contrôle des adoptés K-Box à la malterie événement nous a été fièrement présenté par Théâtre de la malterie, supporté par Petites subventions des services d'adoption internationale et de soutien à la famille (ICAFSS) d'Australie, InterCountry Adoptee Voices (ICAV), Services sociaux internationaux (ISS) Australie, et hébergé par nos merveilleuses organisations dirigées par des adoptés et nos groupes communautaires - ICAV dirigé par Lynelle Long et Ra Chapman de Réseau des adoptés coréens en Australie (KAIAN).

Prochainement sur le blog ICAVs est quelques-unes des performances d'artistes adoptés de notre Prise en main de la Nuit de la Malterie et des œuvres d'art de la ZINE magazine qui a été distribué lors de l'événement.

Ra Chapman et quelques-uns des adoptés coréens qui ont assisté à la soirée
Photos de Lynelle Long

Ressources

Profond regret ou grand amour ? Le jeu des adoptés montre le désir de connexion

K-Box : Interroger la classe moyenne australienne avec un flair comique éclair

Une vie a été vécue avant l'adoption

J'aime vraiment le message partagé par Meseret en tant qu'autre adopté international plus âgé dans notre série de vidéos. Il fournit un message aux futurs parents pour qu'ils respectent les expériences et la vie avant qu'un enfant ne rentre à la maison dans sa nouvelle famille adoptive et son nouveau pays. Cela nous rappelle à quel point il est difficile d'attendre d'un adopté qu'il « fasse confiance » à sa nouvelle famille, surtout lorsque la langue est une barrière. Cela nous aide à être réalistes quant au soutien dont une famille a besoin lorsqu'elle entreprend des adoptions à un âge avancé.

Cliquez sur l'image de Meseret pour écouter son partage.

Meseret

Ressources

Traumatisme de la transition pour les adoptés plus âgés

The Walk : Une histoire vraie de Meseret Cohen

Adopter la thérapie en tant qu'adopté

par Oleg Loughed, adopté de la Russie aux USA. Fondateur de Surmonter les chances.

Je me souviens de la première fois où je suis allée en thérapie.

J'en avais honte.

Je n'ai pas aimé chaque aspect de celui-ci.

J'y ai vu un signe de faiblesse.

De toutes les choses que j'attendais avec impatience, c'était tout en bas de ma liste.

Je me souviens du trajet en voiture.

« Pourquoi dois-je venir ici ? »

"Je n'ai pas besoin de ça."

"C'est stupide."

A chaque remarque, je devenais de plus en plus en colère.

Je me souviens d'être sorti de la voiture.

Pas un seul mot, les bras croisés, courant devant mes parents de frustration.

"Accueillir!" dit la réceptionniste.

Je n'ai pas répondu.

"Par la double porte à droite, s'il vous plaît."

Lorsque j'ai ouvert les doubles portes, mes yeux les ont immédiatement rencontrées.

Une salle pleine d'enfants beaucoup plus jeunes que moi.

J'ai scanné toute la pièce.

Tout le monde faisait quelque chose.

Certains assemblaient des puzzles.

D'autres dessinaient.

"Ce n'est pas pour moi," murmurai-je.

Je me suis dirigé vers l'endroit.

L'endroit avec lequel je suis devenu beaucoup trop familier tout au long de ma vie.

Le coin de la pièce.

Je me suis assis là en silence, attendant que l'horloge sonne 20 heures.

"Comment allez vous?" demanda le thérapeute de service.

Pas de réponse.

Il a fallu des semaines avant que je prononce mes premiers mots.

Je me souviens d'être assis dans un coin de la pièce lorsque le thérapeute s'est approché de moi.

Je ne pouvais plus le tenir. J'ai craqué.

Retenant mes larmes, je lui ai tout dit.

Je lui ai dit à quel point ma famille biologique me manquait.

Je lui ai dit que j'étais victime d'intimidation à l'école.

Je lui ai parlé des luttes à la maison.

Je ressentais un immense soulagement à chaque mot prononcé.

Malheureusement, ce fut l'une des dernières séances.

Je suis revenu à ce que je connaissais le mieux, le silence.

Ce n'est qu'il y a 10 ans que j'ai prononcé le mot « thérapie » à haute voix.

J'étais un étudiant de première année à l'université.

J'avais besoin de parler à quelqu'un.

Le passé était au fond de ma tête.

Je suis allé directement au département de conseil/santé mentale.

Je n'en avais plus honte.

Je me souviens de la promenade.

Le sentiment d'autonomisation à chaque pas que j'ai fait.

J'ai accepté la thérapie dans ma vie, à mes propres conditions.

Aller aux séances m'a énormément aidée.

Ils m'ont aidé à traiter et à recadrer bon nombre de mes expériences traumatisantes passées.

Ils m'ont aidé à m'intéresser au sujet et aux histoires auxquelles j'ai choisi de croire.

Les histoires de celui-ci étant considéré comme un signe de faiblesse, pas une force.

Les histoires de thérapie comme quelque chose dont je devrais avoir honte.

La curiosité m'a aidé à changer beaucoup de ces récits.

La curiosité m'a aidée à accepter la thérapie comme faisant partie de mon identité, de ma vie.

Pour en savoir plus sur Oleg, lisez son dernier blog Peur et vulnérabilité des adoptés
Suivez-le sur Facebook, Instagram et LinkedIn @overcomingodds

L'argent ne compense jamais ce que j'ai perdu en tant que Canadien des Premières Nations

par Jen Etherington, né en tant que Canadien des Premières Nations et adopté dans une famille australienne.

Il ressemble au paiements finaux pour le scoop des années soixante a commencé à sortir. J'ai des sentiments mitigés à ce sujet et le processus.

Je ressens un sentiment de perte de culture, de famille et de pays. Je ne dis pas que je ne suis pas reconnaissant envers mes parents adoptifs et tout ce que la vie m'a donné ici en Australie, mais cela ne signifie pas non plus que je ne ressens pas le sentiment de perte pour tout le reste.

Mes parents bio sont morts quand j'avais 9 ans et cet espoir de les rencontrer a disparu pour toujours. Mon partenaire et moi écoutons actuellement Harry Potter et je pleure parce que je peux comprendre la perte de ses parents et ce qu'il ressent, ainsi que le désir de les connaître. Les gens de chez moi au Canada me racontent des histoires à leur sujet et je deviens si heureux et si triste en même temps.

Je vois des messages de cousins bio sur différents événements culturels et traditions et je me sens triste de ne pas connaître ma culture. Les gens ici en Australie sont excités quand je leur dis que je suis un Canadien des Premières Nations et que je leur pose des questions sur ma culture et que je n'ai rien pour eux.

Mes parents bio n'avaient plus d'enfants parce qu'ils ne voulaient pas qu'on les enlève (du moins je crois). J'ai toujours espéré avoir un frère perdu depuis longtemps.

Je ressens un grand sentiment de perte à propos de ma dernière fausse couche parce que c'était ma dernière chance de vivre une connexion biologique.

Quoi qu'il en soit, le paiement était de $25 000 et je sais qu'il y a des gens pour qui cette somme d'argent aidera et fera une différence, mais j'ai aussi l'impression que c'est une sorte d'argent silencieux. Je ne pense pas que ce soit beaucoup pour ce qui est arrivé à tant d'entre nous.

Lectures complémentaires

$25,000 règlement pour les survivants de la rafle des années 60, une "gifle au visage"

Où est-ce que j'appartiens ?

par Charisse Maria Diaz, born as Mary Pike Law, cross cultural adoptee born in Puerto Rico

Pote de leche are Spanish words for “milk bottle”. Where I was born, this is how someone is described when they are too white. Yes, too white. That is what I was called at school when bullied. In my teens, I spent many Sundays sunbathing in the backyard of our home. This was one of the many ways I tried to fit in.

My tendency has been to consider myself a transcultural adoptee and not a transracial adoptee, because my adoptive parents were Caucasian like me. Recently, I realized their looks do not make my experience too different from the experience of any transracial adoptee. I was born in Puerto Rico from an American mother and English father and adopted by a Puerto Rican couple. Puerto Ricans have a mix of Native Taino, European and African genes, our skin colors are as varied as the colors of a rainbow. The most common skin tones go from golden honey to cinnamon. For some, I looked like a little milk-colored ghost.

My adoptive mother told me that an effort was made by the Social Services Department, which oversaw my adoption process, to make the closest match possible. She said the only things that did not “match” with her and my adoptive father were my red hair and my parents’ (actually, my natural father’s) religion. I was supposed to be an Anglican but was going to be raised as a Catholic. This was part of the brief information she gave me about my parents, when she confessed that they were not dead as I had been told at 7 years old. She also admitted that I was not born in Quebec, which they also made me believe. I was born in Ponce, the biggest city on the southern shore of the island. She gave me this information when I was 21 years old.

So, at 21 years of age, I discovered that I was a legitimate Puerto Rican born in the island, and also that my natural father was an English engineer and my natural mother was Canadian. I was happy about the first fact and astonished about the rest. Suddenly, I was half English and half Canadian. At 48 years old I found my original family on my mother’s side. Then I discovered this was a misleading fact about my mother. She was an American who happened to be born in Ontario because my grandfather was working there by that time. I grew up believing I was a Québéquois, after that I spent more than two decades believing that I was half Canadian. All my life I had believed things about myself that were not true.

I learned another extremely important fact about my mother. She was an abstract-expressionist painter, a detail that was hidden by my adoptive family in spite of my obvious artistic talent. I started drawing on walls at 2 years old. My adoptive parents believed that art was to be nothing more than a hobby, it was not a worthy field for an intelligent girl who respected herself and that happened to be their daughter. This did not stop me, anyway. After a bachelor’s degree in Mass Communication and a short career as a copywriter, I became a full-time painter at the age of 30. To discover that my mother was a painter, years later, was mind-blowing.

Identity construction or identity formation is the process in which humans develop a clear and unique view of themselves, of who they are. According to Erik Erikson’s psychosocial stages of development, this process takes place during our teen years, where we explore many aspects of our identities. It concludes at 18 years old, or, as more recent research suggests, in the early twenties. By that age we should have developed a clear vision of the person we are. How was I supposed to reach a conclusion about who I was, when I lacked important information about myself?

My search for my original family started when there was no internet, and it took me more than 20 years to find them. I did not arrive in time to meet my mother. A lifelong smoker, she had died of lung cancer. I connected with my half-siblings, all of them older than me. They were born during her marriage previous to her relationship with my father. Two of them were old enough to remember her pregnancy. They had been enthusiastically waiting for the new baby, just to be told that I was stillborn, news that hurt them so much. Before she passed away, my mother confessed to my siblings that I was relinquished for adoption. Through them, I learned what a difficult choice it was for my mother to let me go.

During my search, well-known discrimination against Latinos in sectors of the American culture gave me an additional motive to fear rejection. I didn’t know I had nothing to worry about. My siblings welcomed me with open arms. Reconnecting with them has been such a heartwarming, comforting, life-changing experience. We are united not only by blood, but also by art, music, literature, and by ideas in common about so many things, including our rejection of racism. It was baffling to learn that my opinions about society and politics are so similar to my natural parents’ points of view, which were different, and sometimes even opposite to my adoptive parents’ beliefs.

My siblings remember my father, their stepfather, fondly. With their help I was able to confirm on the Internet that he had passed away too. His life was a mystery not only to me, but to them too. A few years later, I finally discovered his whereabouts. He lived many years in Australia and was a community broadcasting pioneer. A classical music lover, he helped to establish Sydney-based radio station 2MBS-FM and worked to promote the growth of the public broadcasting sector. His contributions granted him the distinction of being appointed OBE by the British government. My mind was blown away for a second time when I learned that he had dedicated his life to a field related to mass communication, which was my career of choice before painting. My eldest half-brother on his side was the first relative I was able to contact. “Quite a surprise!”, he wrote the day he found out that he had a new sister. Huge surprise, indeed. My father never told anyone about my existence. Now I got to know my half-siblings and other family members on his side too. They are a big family, and I am delighted to keep in touch with them.

My early childhood photo

With each new piece of information about my parents and my heritage, adjustments had to be made to the concept of who I am. To be an international, transcultural, transracial adoptee can be terribly disorienting. We grow up wondering not only about our original families, but also about our cultural roots. We grow up feeling we are different from everyone around us, in so many subtle and not so subtle ways… In my case, feeling I am Puerto Rican, but not completely Puerto Rican. Because I may consider myself a true Boricua (the Taino demonym after the original name of the island, Borikén), but in tourist areas people address me in English, and some are astonished to hear me answer in Spanish. More recently, I have pondered if my reserved nature, my formal demeanor, my cool reactions may be inherited English traits. And getting to know about my parents, even some of my tastes, like what I like to eat and the music I love, has made more sense. But in cultural terms I am not American or British enough to be able to wholly consider myself any of these. Where do I belong, then? And how can I achieve completion of my identity under these conditions? It is a natural human need to belong. Many times I have felt rootless. In limbo.

A great number of international adoptees have been adopted into Anglo-Saxon countries, mostly United States and Australia, and many of them come from places considered developing countries. The international adoptee community, which has found in social media a great tool to communicate, receive and give support, and get organized, encourages transracial and transcultural adoptees to connect with their roots. My case is a rare one, because it is the opposite of the majority. I was adopted from the Anglo-Saxon culture to a Latin American culture. I never imagined that this would put me in a delicate position.

Puerto Rico has a 500-year-old Hispanic culture. I am in love with the Spanish language, with its richness and infinite subtleties. I feel so honored and grateful to have this as my first language. We study the English language starting at first grade of elementary school, because we are a United States’ territory since 1898, as a result of the Spanish-American war. We are United States citizens since 1914. We have an independentist sector and an autonomist sector which are very protective of our culture. Historically, there has been a generalized resistance to learning English. In my case, I seem to have some ability with languages and made a conscious effort to achieve fluency, for practical reasons but also because it is the language of my parents and my ancestors.

In 2019 I traveled to Connecticut to meet my eldest half-brother on my mother’s side. That year, a close friend who knew about my reunion with natural family told me that someone in our circle had criticized the frequency of my social media posts in the English language. Now that I am in touch with my family, I have been posting more content in English, and it seems this makes some people uncomfortable. But the most surprising part is that even a member of my natural family has told me that I am a real Boricua and should be proud of it. I was astonished. Who says I am not proud? I have no doubt that this person had good intentions, but no one can do this for me. Who or what I am is for me to decide. But the point is some people seem to believe that connecting with my Anglo-Saxon roots implies a rejection of Puerto Rican culture or that I consider being Puerto Rican an inferior condition, something not far from racism. Nothing could be farther from the truth! I was born in Puerto Rico and love my culture.

Puerto Rico’s situation is complicated, in consequence my identity issues became complicated. I am aware of our island’s subordinated position to a Caucasian English-speaking country; that this circumstance has caused injustices against our people; that our uniqueness needs to be protected and celebrated. Being aware sometimes makes our lives more difficult, because we understand the deep implications of situations. There was a time when I felt torn by the awareness of my reality: being Puerto Rican and also being linked by my ancestry to two cultures which for centuries dedicated their efforts to Imperialism. I am even related through my father to Admiral Horatio Nelson, a historical character that embodies British imperialism. How to reconcile that to my island’s colonial history and situation? Where I was going to put my loyalty? To feel that I was being judged for reconnecting to my original cultures – something every international adoptee is encouraged to do – did not help me in the task of answering these difficult questions.

Even when they were not perfect and made mistakes, my natural parents were good people with qualities I admire. The more I get to know them, the more I love them. The more I know them, the more I see them in me. If I love them, I cannot reject where they came from, which is also a basic part of who I am. Therefore, I have concluded that I cannot exclude their cultures from my identity construction process.

To connect to these cultures until I feel they are also mine is a process. I am not sure if I will ever achieve this, but I am determined to go through this process without any feelings of guilt. To do so is a duty to myself, to be able to become whole and have a real, or at least a better sense of who I am. And it is not only a duty, it is also my right.

Recherche et Retrouvailles en Adoption Internationale

Recherche et réunion : impacts et résultats

En 2016, l'ICAV a compilé la première ressource au monde de nos voix d'expérience vécue partageant les hauts et les bas de la recherche et des retrouvailles, spécifiques à l'adoption internationale. Aucune ressource de ce type n'existait auparavant et pourtant, en tant qu'adoptés, l'un de nos plus grands défis tout au long de notre vie consiste à déterminer si nous voulons chercher, ce que cela implique et comment s'y prendre. Je voulais fournir un moyen de répondre à ces questions, j'ai donc demandé aux adoptés de l'ICAV de partager leurs expériences, en me concentrant sur les leçons apprises après avoir regardé en arrière. Je leur ai également demandé de partager ce qui pourrait être fait par les autorités et les organisations pour mieux nous soutenir dans notre démarche de recherche et de retrouvailles. J'ai publié notre article de perspective en anglais et en français et il a fini par être un article de 101 pages (livre) couvrant les expériences d'adoptés de 14 pays d'origine, adoptés dans 10 pays d'adoption.

Étant donné que l'un des principaux sujets de discussion lors de la récente Commission spéciale de La Haye est le soutien post-adoption, j'ai estimé qu'il était temps de partager à nouveau notre document et de fournir un résumé de ce qu'il contient pour ceux qui n'ont pas le temps de lire le 101 pages et au profit des Autorités centrales et des organisations post-adoption pour apprendre de nos expériences.

Résumé des principaux thèmes de "Recherche et réunion : impacts et résultats" par InterCountry Adoptee Voices (ICAV) 2016

Problèmes et défis rencontrés lors de l'utilisation des services de traçage :

  • Le besoin de conseils spécialisés est un thème récurrent dans la plupart des histoires, en particulier pour préparer les adoptés à la première rencontre, donnée par quelqu'un qui comprend et se spécialise dans l'adoption internationale.
  • Les recherches sont souvent effectuées via des sites de réseaux sociaux qui peuvent rendre les adoptés vulnérables et ne pas être correctement soutenus pour dialoguer avec les familles biologiques
  • Problèmes de confidentialité et obstacles
  • La nécessité d'accéder aux actes de naissance pour faciliter la reconnexion à la naissance
  • Plusieurs cas ont mentionné des problèmes de passeport et de visa
  • L'agence d'adoption ne divulguerait pas d'informations d'identification sur sa famille biologique pour des raisons de confidentialité
  • Transparence des services et où y accéder
  • Hypothèse selon laquelle les actes de naissance sont exacts, malgré la corruption
  • Le sens de "reconstruire votre histoire"
  • Difficile de maintenir une relation avec la famille biologique en raison des barrières linguistiques et culturelles
  • Besoin de lois et de processus plus normalisés que les agences d'adoption doivent suivre lorsque les adoptés recherchent leurs informations
  • Des lois votées pour permettre aux adoptés d'accéder à leurs dossiers
  • Plus de soutien est nécessaire pour les adoptés dans le conseil et la traduction lors de la recherche
  • Service de conseil facilité qui a aidé le processus de recherche et de réunion du début à la fin
  • Liste des adoptés en tant que mentors qui ont suivi le processus
  • Les histoires de recherches d'adoptés et leur réconciliation de ces recherches fourniraient un soutien émotionnel aux autres adoptés qui envisagent de commencer leur propre recherche

Suggestions pour un meilleur soutien aux adoptés adultes lors de la recherche de familles biologiques :

  • La documentation est la clé et l'adoption ouverte est le meilleur moyen d'apporter son soutien
  • Le besoin d'interactivité groupes de soutien et savoir où les trouver
  • Une éducation complète pour les parents adoptifs pour les aider à gérer les problèmes tout au long de la vie des adoptés, et des conseils abordables pour toutes les parties dans le processus d'adoption, et en particulier pour avoir accès à ce soutien quelle que soit l'étape du processus d'adoption
  • Faire en sorte qu'un travailleur social « surveille » les personnes adoptées tout au long de leur vie
  • Maintenance d'une base de données pour permettre la recherche avec accès à d'autres bases de données telles que les naissances, les adoptions, les décès et les mariages dans chaque pays
  • Certains adoptés souhaitent que les familles adoptives aient une formation obligatoire qui les aide à gérer les problèmes des adoptés jusqu'à l'âge de 18 ans - éducation à la langue, à l'histoire de la culture, l'importance d'avoir tous les documents, l'intérêt de faire des visites régulières ensemble dans le pays d'origine
  • Inclure les tests ADN de l'adopté effectués, O ou N sur le dossier d'adoption

Citations clés d'adoptés sur leur expérience de réunification :

"L'adoption est un voyage de toute une vie et même à ce jour, j'ai de nouvelles révélations sur mon adoption. L'impact "général" a été celui d'une profonde autonomisation qui est née d'une grande angoisse.

"Bien que j'aie eu une séance avec un très bon psychologue avant ma réunion, j'ai toujours l'impression qu'il y avait tellement plus que j'aurais dû être mis au courant. J'aurais aimé être dirigé vers d'autres adoptés désireux de partager leur expérience de leur réunion avec des astuces, des conseils et du soutien.

"C'était dévastateur pour moi de réaliser que ma famille biologique était essentiellement des étrangers et si je voulais une relation avec eux, je devrais sacrifier la vie que j'ai construite après qu'ils m'aient rejeté et re-modifier l'identité que j'ai eu du mal à développer, juste pour correspondent à leurs attentes. »

"Les plus grands obstacles à la recherche et à la réunion d'après mon expérience ont inclus :

Être 'touriste' dans mon pays de naissance. J'ai trouvé étonnamment difficile et difficile de faire supposer à des personnes de la même nationalité que j'étais l'un d'eux et d'avoir ensuite à expliquer ma situation d'adoption.

Après les retrouvailles, c'est-à-dire travailler sur les conséquences de l'ouverture de la porte sur le passé, c'est irréversible ! J'aurais dû être mieux préparée et mieux accompagnée pour les aspects et conséquences post-réunion.

«Il a fallu de nombreuses années pour bien se réconcilier et pour me faire une idée de mon adoption après les retrouvailles. Cela a sans aucun doute affecté mon identité et le cours de ma vie pour le mieux. Mon adoption est devenue quelque chose que j'ai appris à apprécier et avec lequel j'ai évolué. Apprendre que ma vie aurait dû se terminer avant même ma naissance m'a rendu incroyablement reconnaissant et motivé à faire quelque chose de ma vie.

"La blessure primitive lorsqu'elle est séparée de sa mère est exacerbée par le mystère des questions sans réponse."

Pour lire le document de perspective complet de l'ICAV : Recherche & Réunion – Impacts & Résultats en anglais ou en français, consultez notre collection de Documents de perspective.

Français
%%footer%%