Pourquoi je ne reviens pas : le point de vue d'un adopté international

Par Anonyme.

Ayant grandi dans une blancheur presque totale dans le Midwest américain dans les années 1960 et 1970, en tant que membre de la première grande vague d'adoptés internationaux transraciaux, j'ai subi une marginalisation et un ostracisme constants en raison de ma race et, pour le dire plus franchement, à cause de la race, je n'étais pas — blanc. Je me demandais constamment d'où je venais - non, VRAIMENT, d'où étais-je REEEEAAAAALLY ????? - Je peux dire que la société autour de moi a clairement indiqué que j'étais un étranger, un étranger, un étranger, un étranger. On me demandait souvent d'où je venais et parfois demandé quand je retournais à d'où je venais. Et très occasionnellement, oui, j'étais dit de retourner à d'où je venais. Tout cela était profondément blessant et blessant, bien sûr, mais je me suis largement intériorisé une énorme quantité de racisme et de xénophobie, et je me suis retrouvé avec un gigantesque complexe sur mon apparence physique, qu'il m'a fallu plus de quatre décennies pour m'auto-guérir. de—et j'y travaille toujours.

En effet, un élément important dans ma participation à des groupes sur Facebook autour de l'adoption transraciale, ainsi que ma participation en personne à des conférences sur l'adoption transraciale, a été un sens profond de la mission non seulement de soutenir mes camarades adultes adoptés transraciaux et internationaux pour naviguer dans la société. , y compris le racisme et la xénophobie, mais aussi en essayant d'aider les parents adoptifs transraciaux blancs à préparer leurs enfants adoptifs de couleur à naviguer dans le monde qui nous entoure. Je ressens une identification intense avec les plus petits adoptés, qui dans certains cas, même maintenant en 2019, vivent ce que j'ai vécu en tant que petit enfant à Milwaukee, Wisconsin, dans les années 1960 ; et honnêtement, avec toutes les ressources disponibles pour les parents adoptifs transraciaux blancs maintenant, dans la deuxième décennie du 21stsiècle, y a-t-il une quelconque raison pour que le plus petit des adoptés transraciaux doive faire l'expérience de ce que moi et d'autres adoptés transraciaux avons vécu il y a plusieurs décennies ???

Pendant ce temps, beaucoup de choses se sont passées en Amérique, et ailleurs, au cours des deux dernières décennies. D'une part, suffisamment d'Américains blancs étaient prêts à donner une chance à un homme noir/biracial, que nous ayons élu notre premier président de couleur, en novembre 2008. Je me souviens encore du frisson de la soirée électorale du 4 novembre 2008, lorsque le sénateur de l'époque Barack Obama est apparu sur la scène de Grant Park à Chicago (la ville que je suis fier de dire est ma maison) avec sa belle épouse accomplie Michelle Obama et leurs adorables enfants d'alors, Malia et Sasha Obama, et ont été accueillis par le les applaudissements les plus tonitruants que je pense avoir jamais entendus, de la part de centaines de milliers de personnes rassemblées là, acclamant, criant de joie, pleurant, beaucoup incrédules que notre pays puisse avoir l'esprit et le cœur pour briser cette barrière. Et moi, comme des millions d'Américains, j'espérais à ce moment-là qu'au moins certaines personnes qui n'avaient pas voté pour Barack Obama lui souhaitaient vraiment bonne chance et seraient prêtes à lui donner une chance de nous diriger tous, tous les Américains, et d'utiliser sa position en tant que président de notre pays pour aider également à diriger dans le monde.

En même temps, moi et tant d'Américains de couleur savions qu'il y en avait beaucoup qui détestaient le président élu Obama simplement pour sa race (même s'il en avait deux, une autre complexité de son identité), et que certaines de ces personnes feraient tout ils pourraient le miner simplement pour sa race, même en dehors de tout problème idéologique impliqué. Nous, les gens de couleur, savions qu'il y aurait un contrecoup ; mais la taille et l'endurance de ce contrecoup ont choqué même beaucoup d'entre nous. Et, étonnamment, 62,9 millions d'électeurs américains, soit 46% de l'électorat, ont voté pour Donald Trump, un homme avec absolument aucune expérience politique ou politique publique, et dont toute la campagne avait été basée sur le racisme et la xénophobie ; et en raison de notre système de collège électoral bizarre (et, pour les non-Américains, essentiellement inexplicable), Trump a remporté la présidence, même si 65,8 millions d'électeurs, sur 48%, avaient voté pour l'ancien secrétaire d'État, ancien sénateur et ancienne première dame. Hillary Clinton. En tout cas, sur la base du fonctionnement de notre étrange système de collège électoral, Trump a assumé la présidence en janvier 2017, et dès les premiers instants de sa présidence, il a tout décrit en termes apocalyptiques, parlant de «carnage américain» que lui seul pouvait arrêter. , et intensifiant sa rhétorique raciste mois après mois.

Et puis, ce mois-ci, Trump a intensifié sa rhétorique haineuse contre quatre représentants américains de premier mandat – Ilhan Omar du Minnesota, Rashida Tlaib du Michigan, Ayanna Pressley du Massachusetts et Alexandria Ocasio-Cortez de New York, lançant des insultes et des accusations. contre eux, les qualifiant d'"anti-américains" et empilant mensonges sur mensonges, dans le but de solidifier sa popularité parmi ses principaux partisans, alors que la campagne présidentielle américaine (qui, surréaliste, dure deux années complètes ici) commençait . Et puis, le 14 juillet, Trump a tweeté que ces quatre membres du Congrès devraient « retourner dans… les endroits où elles sont venues », même si trois des quatre sont nées en Amérique.

Puis, après une condamnation massive de ses propos, Trump a déclaré le 17 juillet lors d'un rassemblement électoral en Caroline du Nord, à propos des quatre femmes du Congrès : « Elles n'ont jamais rien de bon à dire. C'est pourquoi je dis : 'Hé, si tu n'aimes pas ça, laisse-les partir, laisse-les partir.' … Je pense que dans certains cas, ils détestent notre pays. Il a ensuite appelé spécifiquement la représentante Omar, affirmant une fois de plus à tort qu'elle avait fait l'éloge du groupe terroriste al-Qaïda (une accusation soigneusement démystifiée à plusieurs reprises dans le passé), et déclarant que la députée Omar « méprise » les Américains ; et la foule a réagi en scandant : « Renvoyer, renvoyer. » Trump n'a rien fait pour arrêter les chants et, après s'être faiblement éloigné d'eux dans les jours qui ont suivi, semble maintenant les approuver.

Pour ceux d'entre nous qui sont des immigrants de couleur – et même pour de nombreuses personnes de couleur qui ne sont pas des immigrants – nous avons grandi en entendant les railleries « Retournez d'où vous venez ». Ils sont blessants et dévastateurs. Padma Lakshmi, artiste ambassadrice de l'ACLU pour les droits des immigrants et des femmes, écrit dans Le Washington Postle 19 juillet, a parlé au nom de beaucoup d'entre nous lorsqu'elle a écrit : « Ces mots, ces mots blessants, xénophobes et intitulés que j'ai entendus tout au long de mon enfance, m'ont poignardé en plein cœur. Ils ont fait écho au sentiment inébranlable que ressentent la plupart des immigrants bruns. Peu importe ce que nous faisons, peu importe combien nous assimilons et contribuons, nous ne sommes jamais vraiment assez américains parce que nos noms sonnent drôles, notre peau n'est pas blanche ou nos grands-mères vivent dans un autre pays.

Et pour ceux d'entre nous qui sont transraciaux, adoptés à l'étranger, qui grandissent dans la blancheur et souvent entourés de racistes et de racisme, la douleur peut être très profonde. Kurt Bardella, qui comme moi est un adulte adopté coréen, le 17 juillet, a écrit, dans nbcnews.com, le site d'information en ligne du réseau de diffusion américain NBC News, à propos de sa réaction aux railleries de « retour en arrière » de Trump, dans un éditorial intitulé « « Retourner » est la façon dont les racistes essaient de nier mon américanité. Mais je ne pars jamais. Entre autres choses, Bardella a écrit avec éloquence que « Comme tant de personnes marginalisées en Amérique, lorsque nous exprimons notre opinion dans la sphère politique, lorsque nous contestons la normalité du statu quo blanc, nous sommes attaqués comme moins que totalement américains. Je vous garantis que chaque personne de couleur qui écrit une chronique ou apparaît sur le câble pour débattre des problèmes nationaux du jour (en particulier d'un point de vue critique à l'égard du président actuel) reçoit une avalanche de tweets, de messages Facebook directs et d'e-mails de blanc. Les Américains leur disent de « rentrer chez eux ». Ces rappels dans lesquels d'autres perçoivent la couleur de notre peau comme une raison de rejeter notre américanité, sont une réalité constante qui fait partie de nos vies depuis aussi longtemps que nous nous souvenons.

De plus, Bardella a écrit : « Bien sûr, la militarisation par Donald Trump du racisme existant n'est pas nouvelle ; c'est son outil de prédilection depuis qu'il a étendu sa présence sur la scène politique en remettant en cause la légitimité du premier président noir. En tant que président, il a fait l'éloge des nationalistes blancs à Charlottesville, gracié un shérif raciste en Arizona, qualifié Haïti et les nations africaines de « pays de merde », a attaqué des joueurs de la NFL pour avoir protesté contre l'hymne national et a présidé une administration qui a enfermé et torturé des enfants d'Amérique centrale et leurs familles à la frontière sud tout en les ridiculisant en tant que membres potentiels d'un gang. Essentiellement, Trump a jusqu'à présent rempli tout son temps au bureau ovale – deux ans et demi – d'attaques racistes, xénophobes et de dénigrement, littéralement presque chaque semaine.

Ce que Bardella et Lakshmi ont écrit dit plus clairement que je ne le pourrais, comment je vois aussi les choses. De manière effrayante, il semble certain que Trump va fonder tout son discours de campagne de réélection de 2020 sur le racisme ouvert, la suprématie blanche et la xénophobie, dans l'espoir de capturer plus de voix blanches qu'en 2016, même dans un contexte de changements démographiques qui feront des États-Unis un pays « majoritaire-minoritaire » d'ici 2045, selon le recensement des États-Unis. Et en fait, c'est de cela qu'il s'agit. La peur et l'appréhension de certains Blancs aux États-Unis sont désormais palpables : dans les grandes villes et les petites villes du pays, la présence de personnes de couleur, y compris d'immigrants de couleur très identifiables, est indéniable. Et les principaux partisans de la base de Trump sont terrifiés et enragés.

Malheureusement, un grand nombre de parents adoptifs transraciaux blancs en Amérique refusent d'accepter que l'explosion de l'agression raciale ouverte des personnes de couleur ait quelque chose à voir avec leurs enfants adoptifs de couleur. Installés dans des bulles de blancheur (souvent de droite), et avec peu ou pas d'amis adultes de couleur, de nombreux parents adoptifs transraciaux blancs aux États-Unis sont convaincus que leurs enfants seront traités comme « spéciaux » et, en outre, que Trump et ses fidèles ne souhaitent que le meilleur pour leurs enfants.

J'ai été impliqué très récemment dans ce problème cette semaine même, lorsqu'un fil dans un groupe axé sur l'adoption transraciale que je ne modère pas mais dont je faisais partie, a explosé parce qu'un de mes amis, une mère adoptive transraciale que j'aime beaucoup beaucoup, a posté l'éditorial de Kurt Bardella dans le groupe. Facebook m'en a informé et j'ai remercié mon amie de l'avoir publiée, déclarant que j'ai tellement apprécié qu'elle élève la voix des adoptés transraciaux et internationaux en ce moment difficile. Mais une mère blanche raciste qui soutient pleinement Trump nous a assuré que Trump ne pourrait jamais être raciste, et que rien de ce qu'il disait ou faisait ne pouvait être raciste, et les choses ont explosé à partir de là. Avec un grand nombre de membres partageant les mêmes idées, moi-même (l'un des deux seuls adultes adoptés transraciaux participant à ce fil de discussion) et les autres protestant contre le racisme et la suprématie blanche, avons été rapidement retirés du groupe par le modérateur, tandis que la mère adoptive raciste a été retenu. On m'a également dit que j'avais été retiré non seulement pour avoir discuté de politique, mais aussi pour, une seule fois, avoir utilisé le mot f dans une phrase dans l'un de mes commentaires dans le fil de discussion.

En d'autres termes, utiliser un langage grossier, même une fois, et dans le cadre d'une manifestation, est bien plus offensant que le racisme et la suprématie blanche. Non seulement cela, en retenant le membre raciste/suprémaciste blanc du groupe et en nous expulsant tous ceux d'entre nous qui protestaient contre le racisme et la suprématie blanche, le modérateur de ce groupe - ce que beaucoup d'entre nous dans le monde de l'adoption transraciale appellent un " Le groupe des arcs-en-ciel et des licornes – un groupe axé uniquement sur les aspects doux et agréables de l'adoption transraciale et interdisant toute discussion sur la race ou tout autre élément complexe ou difficile – a prouvé notre point de vue. Si la politesse imposée autour des normes socioculturelles des Américaines blanches de la classe moyenne est bien plus importante que la contestation du racisme, alors il est clair qu'aucune discussion authentique et significative sur le racisme n'est possible dans un tel groupe.

Ce que Donald Trump est en train de faire en ce moment – en militarisant absolument les principes de la suprématie blanche et en misant sur les profonds ressentiments raciaux et socioculturels des racistes blancs – n'est pas seulement profondément moralement odieux, il est effrayant pour les Américains de couleur, à la fois immigrés et non-immigrés. de couleur. Nous sommes maintenant désignés comme des cibles évidentes pour l'agression raciale, et peut-être même la violence.

L'essentiel est le suivant : l'Amérique est arrivée à un moment de crise profonde et d'urgence morale. Il n'est plus possible de rester silencieux. C'est ce qui s'est passé dans l'Allemagne nazie en 1934-1937, lorsque les « bons Allemands » ont soit exprimé leur soutien ouvert à Adolf Hitler et à ses troupes d'assaut, soit sont restés docilement silencieux. Nous savons tous ce qui s'est passé après.

Voilà donc où j'en suis : il ne s'agit plus de politique ; il s'agit de la sécurité et du bien-être de nous tous, Américains de couleur. Et je ne me tairai pas. Mais je m'engagerai avec ceux qui veulent comprendre, et qui sont prêts à être d'authentiques alliés. Et je vais travailler. Et j'espère.

Et non, je n'y retournerai pas.

Français
%%footer%%