Les pensées de Lynelle après Insight

Capture d'écran 2016-07-09 à 15.18.09

Depuis sa participation à la télévision Aperçu SBS programme Bébés sans frontières le 28 mars 2006, j'ai eu beaucoup de dialogue stimulant avec des adoptés, des parents adoptifs et d'autres personnes impliquées et nous avons partagé quelques réflexions intéressantes que j'ai pensé écrire.

Une question qui est ressortie avec force après le programme était de savoir comment je suis tombé dessus et de quel côté de la clôture je suis assis. Beaucoup m'ont qualifié à tort de partisan «anti-adoption». Au début, je me suis senti en colère contre la façon dont les gens osaient me juger sur la base de quelques commentaires faits sur un programme qui ne faisait qu'effleurer la surface de problèmes aussi complexes. Ensuite, j'ai pensé à la raison pour laquelle les gens auraient cette impression de moi. Je suppose qu'à moins que je ne crie à quel point je suis incroyablement reconnaissant d'avoir été adopté et à quel point j'aime ma famille, les gens supposent que ce que je n'ai pas dit signifie que je ne suis pas content d'être adopté ou que je pas d'accord avec l'adoption. Ce n'est pas le cas. Je suppose que ceux qui ne me connaissent pas ne savent pas que j'ai une relation étroite avec mes parents adoptifs et ma famille et au cours des 2 dernières années, cette relation a évolué au point où ils ont partagé avec moi leurs points de vue sur le sujet. J'ai également investi dans un travail important sur moi-même au cours des 6 dernières années pour traverser les domaines de l'adoption et de la perte qui étaient essentiels pour pouvoir trouver ma paix intérieure. Je me suis également demandé pourquoi je devrais justifier ma position auprès de personnes que je ne connais pas.

J'ai toujours eu pour objectif d'aider à éduquer les gens sur le parcours des adoptés en me basant sur ma propre expérience et sur les histoires que d'autres adoptés partagent et qui ont des thèmes récurrents. Je ne suis pas ici pour dire aux parents adoptifs qu'ils n'ont pas fait du bon travail ou qu'ils ont mal agi en adoptant. De même, je ne suis pas ici pour porter un jugement sur le parcours d'un adopté ou sur sa vision de l'adoption. Je prends simplement la parole parce que je vois un manque de compréhension dans notre société des problèmes auxquels les adoptés sont confrontés à divers moments de leur vie et j'essaie de fournir une lueur de perspicacité et de compréhension afin que d'autres puissent être mieux équipés pour soutenir les adoptés.

J'ai aussi l'impression que les gens qui ressentent le besoin de me juger comme étant « anti » ou « pro » adoption le font sans comprendre à quel point les problèmes sont complexes. Pour être « anti » adoption, il faudrait que j'invalide toute mon expérience de vie. J'aime ma vie, j'ai aimé les opportunités que j'ai eues, j'aime ma famille. Comment pourrait-on jamais s'attendre à ce que je considère ma vie comme étant autre chose qu'une expérience globale étonnante et créatrice de profondeur ? Même si j'ai vécu des expériences difficiles dans la vie que j'ai partagées à plusieurs reprises, j'ai choisi de transformer ces expériences en résultats positifs. Je n'ai également partagé ces informations qu'avec les meilleures intentions pour veiller à ce que nous sensibilisions afin d'éviter des scénarios qui pourraient être évités avec un peu de connaissances.

Pour être "pro" de l'adoption, je devrais ignorer les cas comme Galliano aux États-Unis où des enfants cambodgiens ont vu leur vie déchirée par des gens qui n'ont rien d'autre que leur propre intérêt en jeu. Ce sont les cas évidents de traite d'enfants et de négligence ou de préjudice qui m'obligent à me lever et à dire que c'est mal et que nous devons être prudents dans la façon dont cela est fait. Je devrais également ignorer les histoires que certains adoptés me racontent où il y a eu un manque évident de soins de la part de leurs familles qui aurait pu être évité s'il y avait eu des méthodes plus efficaces pour sélectionner les parents adoptifs potentiels. Je crois que le système en Australie, bien qu'il doive être cohérent dans tous les États et territoires, semble être l'un des meilleurs au monde. Nos services gouvernementaux semblent vraiment représenter et garantir l'intérêt supérieur de l'enfant - ce qui est si vital étant donné que l'enfant ne peut pas parler pour lui-même à ce stade, et il existe une telle demande d'enfants qui pourrait si facilement conduire à la corruption et à la traite des enfants. Il y a une place pour des politiques et un filtrage rigoureux, mais en même temps, ils doivent être justes et équitables dans toute l'Australie.

Je dois admettre que la question la plus difficile qui m'a été posée (sans avertissement préventif pour l'ensemble du programme) était de savoir si, dans l'ensemble, c'était une bonne ou une mauvaise chose pour moi d'être adopté. Comment expliquer en 2 minutes à la télévision nationale la complexité de l'impact de l'adoption sur ma vie et qu'on ne peut pas vraiment répondre à une question comme celle-ci avec une réponse franche ou blanche ? Bien sûr, je suis reconnaissant. J'ai eu une belle vie avec de merveilleuses opportunités. J'ai une famille incroyable qui m'a fourni d'excellentes valeurs. Ils ont montré par l'exemple que la vie consiste à se lancer et à apprendre à nager même si vous craignez de vous noyer, à dépasser ses erreurs et à en tirer des leçons, à embrasser les gens autour de nous et à donner là où nous pouvons, à comprendre que nous voir la vie à partir de nos expériences et de notre culture limitées, mais rester ouvert à l'apprentissage des autres. Et d'un autre côté, je n'ai toujours pas ce que la plupart des gens tiennent pour acquis - une date de naissance, un lieu de naissance, le nom d'une mère, l'histoire d'une famille, quelqu'un à qui je ressemble, comprendre la langue ou la culture dans laquelle je suis né dans. Aussi, l'image de moi que j'avais en grandissant - de me sentir moche, de ne pas m'intégrer, de ne pas pouvoir me connecter aux gens ou de croire qu'ils seraient là pour toujours, etc. qu'il y avait du bon et du mauvais à être adopté, tout comme il y en a pour la plupart des choses dans la vie et ce que j'ai essayé de dire, c'est que ce n'est pas aussi facile que de mettre l'une ou l'autre étiquette dessus.

Je veux partager quelque chose que j'ai écrit en réponse à un adopté qui a regardé l'émission et m'a demandé ce que j'avais fait pour traverser mon "trou noir" et comment ai-je su quand j'y suis parvenu ?

J'ai inventé le terme de "trou noir" dans mon histoire en La couleur de la différence pour décrire ce que j'ai ressenti en grandissant avec des lacunes dans mes débuts que je ne connaîtrais jamais, ce qui m'a fait me sentir vide et creux à l'intérieur et incapable d'intégrer mes débuts à ma vie d'alors. Key n'était pas en mesure de commencer à trouver des informations, étant donné que je n'avais pas de papiers d'adoption jusqu'à ce que le gouvernement australien traite ma naturalisation et mon adoption à l'âge de 17 ans, car je n'avais qu'un passeport vietnamien comme seule preuve suggérant que j'étais né en Quelque part au Vietnam.

Comment ai-je commencé à intégrer les parties fragmentées de ce qui constituait mon concept de qui j'étais ? La clé était de lancer l'ICASN, c'est-à-dire de transformer mon énergie émotionnelle en une activité positive et d'utiliser mon expérience pour aider les autres dans une situation similaire. J'ai trouvé que donner aux autres était très utile pour me guérir. Une leçon importante que j'ai dû apprendre en cours de route était de ne donner que ce dont j'étais capable, de connaître la différence et de ne pas me sentir mal pour ce que je ne pouvais pas donner. De plus, la validation de l'expérience et des sentiments en rencontrant d'autres adoptés qui se sont identifiés à mon expérience de vie et en racontant mon histoire aux travailleurs sociaux du DoCS (pour s'assurer qu'il serait utile d'apprendre à ne pas répéter les erreurs commises dans les processus d'adoption il y a plus de 20 ans) a été vital pour faire face à mon "trou noir".

Deuxièmement, le travail personnel que j'ai effectué il y a environ deux ans en tant que conseiller auprès d'un psychologue et d'un maître Reiki incroyablement doué. J'ai fait un travail qui me semble crucial pour panser cette « blessure primitive » que Nancy Verrier décrit si bien. C'est un travail basé sur le lien émotionnel-sentiment avec le corps plutôt que sur une thérapie cognitive ou verbale qui maintient une personne dans sa tête plutôt que d'être avec le véritable sentiment émotionnel et de l'identifier avec une place dans le corps. Avant de faire ce type de thérapie, j'ai vu comment mon esprit me faisait si facilement croire que les problèmes étaient causés par les autres et non par moi. Quand j'ai pris conscience de cela, j'ai appris que les souvenirs du corps ne mentent pas et que rester immobile avec le sentiment, identifié par une sensation dans mon corps, m'a montré ce qu'il y avait de l'autre côté de la peur, de la douleur et du chagrin. La connexion à mon corps et à mes sentiments était importante pour m'aider à intégrer les parties fragmentées de moi-même qui avaient été la conséquence de l'abandon/de la perte et que l'on appelait la « blessure primitive ». C'était également essentiel pour m'aider enfin à faire mon deuil et à guérir la douleur que je fuyais depuis tant d'années.

Fuir la douleur avait conduit à s'éloigner des relations intimes, des relations familiales et des amitiés. J'avais vu les mêmes cycles se reproduire encore et encore jusqu'à ce que je ne puisse plus nier que j'avais de vrais problèmes à gérer si je voulais une vie heureuse et connectée avec d'autres personnes importantes. Je sais que de nombreux autres adoptés se rapportent à cela et le décrivent comme un comportement de « sabotage ». J'ai traversé ces cycles jusqu'à ce que je réalise que je devais m'engager à être fidèle à moi-même et à ne plus fuir.

L'une des grandes idées que j'ai acquises a été de comprendre et de savoir que ma mère biologique ne m'a pas quitté parce que je la porte en moi. Elle est le tissu qui fait qui je suis. Je ne l'ai pas perdue. Elle vit en moi et je fais partie d'elle. Je n'avais jamais tout à fait saisi ce concept auparavant, mais c'était le résultat final de mon chagrin et de ma perte pour voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Avant cette thérapie, je sentais que les sentiments étaient si accablants que je me noyais, alors j'avais trop peur d'y aller.

D'après mon expérience, je crois que traverser le trou noir est un voyage que de nombreux adoptés doivent faire et que mon chemin n'est peut-être pas celui des autres. Mais en fin de compte, je crois qu'intégrer notre passé fragmenté à nos vies d'aujourd'hui et faire face aux sentiments de perte et de douleur (résultant d'avoir perdu nos débuts et les autres significatifs de cette époque), nécessite un énorme engagement à être honnête à l'intérieur, à se consacrer à faire face à la douleur, aussi effrayante et difficile soit-elle. Nous devons emprunter le chemin que nous craignons le plus.

Certaines des mesures pour moi du moment où ce trou noir n'existait plus étaient :

  • quand je pouvais m'engager pleinement dans une relation intime sans rejeter ni me retirer plusieurs fois, ce qui semblait hors de mon contrôle.
  • quand je pourrais sortir et envisager d'épouser quelqu'un de ma race et être fier de ressembler et d'appartenir à cette race.
  • quand je pouvais parler de l'adoption avec toute sa complexité et ne pas me sentir honteux ou coupable d'avoir blessé mes parents adoptifs ou ma famille si je parlais de la vérité sur ce que c'était pour moi.
  • quand je pouvais honnêtement parler et partager mes vulnérabilités avec ma mère adoptive et avoir la capacité de me connecter avec elle sans transférer la colère et la douleur que j'avais inconsciemment vers une "figure maternelle", jusqu'à ce que j'apprenne à gérer ma blessure et ma perte primitives de la mère-connexion.
  • quand je pourrais être vraiment fier de mon apparence et savoir sans aucun doute que je suis aimé pour qui je suis.
  • quand je pouvais ressentir « l'amour » sans craindre qu'il s'éclipse facilement ou qu'il ne soit pas réel.
  • quand je pouvais pleurer parce qu'un être cher était décédé mais que j'étais capable de reconnaître la profondeur de mon chagrin, c'était parce que je revivais ma perte initiale de mère biologique et que je n'avais pas la chance de la connaître ou de ressentir son amour, c'est-à-dire comprendre la perte déclenchée et amplifié ma perte initiale.
  • quand je pourrais pleurer ou être submergé par l'émotion quand un nouvel enfant est né car je comprends la douleur d'avoir été abandonné alors que nous étions comme ce nouvel enfant
  • quand je pourrais être totalement honnête à propos de mes sentiments et ne pas les juger, mais simplement accepter que c'est un vrai moi et que personne ne peut m'enlever mes sentiments ou me faire sentir mal de les avoir.

Je crois que l'intégration de nous-mêmes en tant qu'adoptés, c'est-à-dire combler le trou noir, se produit lorsque nous pouvons accepter toute notre gamme d'émotions et les embrasser, les apaiser comme un enfant et valider leur existence. Plongez-vous en eux et permettez-leur d'aller bien et voyez ce qui se passera si nous arrêtons de fuir les sentiments, mais faites confiance qu'ils nous disent quelque chose d'honnête sur notre vulnérabilité et notre perte. C'est, je crois, pourquoi tant d'entre nous souhaitent tant que «d'autres» (notre parent adoptif, notre autre significatif) puissent le faire pour nous ou être là pour aider à le faire «disparaître», alors qu'en réalité, c'est ce que nous pouvons ne faire que pour nous-mêmes. C'est pourquoi je crois vraiment que l'amour ne suffit pas de nos familles adoptives parce qu'en fin de compte, c'est ce que nous, les adoptés, devons faire pour nous-mêmes. Le voyage hors du trou noir est possible mais ne peut être fait que par l'adopté lui-même. C'est notre don à nous-mêmes et nous permet alors de « vivre la vie que nous avons choisie » au lieu de « vivre la vie choisie pour nous ».

C'est vraiment une question intéressante à poser « comment savons-nous quand nous, les adoptés, sommes vraiment « guéris » ? Comme pour un alcoolique, ce serait peut-être quand il est allé chez les AA et qu'il peut être entouré d'alcool ou dans des situations difficiles de la vie sans avoir à boire à nouveau. Mais pour les adoptés, je pense que tout dépend de la façon dont nous pouvons apprendre à nous connecter aux autres et à « rester » connectés. D'après mon expérience, notre abandon/perte initial semble endommager le plus cette capacité. La partie la plus importante est que nous perdons la "connexion" même avec nous-mêmes et c'est là que ce trou noir entre en jeu. Ce sont les parties de nous-mêmes dont nous ne savons même pas qu'elles nous manquent mais qui ressentent un vide et nous nous demandons de quoi il s'agit. Nous errons dans les ténèbres en essayant de trouver ces parties manquantes pour nous reconstituer, c'est-à-dire l'éternelle recherche de la plénitude. Peut-être que nous ne sommes pas seuls dans cette recherche car je soupçonne que de nombreuses personnes de tous horizons recherchent la même chose, cependant, je pense qu'en tant qu'adoptés, nous avons ajouté des complexités à notre vie et nous nous demandons inévitablement davantage pourquoi nous avons été sauvés, ce qui est le sens de nos vies, et comment en donnons-nous un sens.

Ce n'est qu'après les idées que j'ai acquises en explorant l'intérieur depuis mes débuts que j'ai trouvé des réponses qui me donnent la paix.

avril 2006

Une réponse à "Lynelle’s Thoughts after Insight"

  1. J'aimerais savoir comment, mais à mon âge, j'essaie juste d'accepter que c'est ce que c'est et de m'avoir façonné et de continuer. Oui, de nombreux jours, j'ai la pire bataille à mener sans m'effondrer, mais je sais que j'en ai fait autant, donc je dois continuer pour ne pas causer de douleur à ceux que j'aime si je choisis de ne pas le faire.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%