Réunion des conseillers DSS

NON.jpg

Le 14 mai 2018, l'ICAV a rencontré la conseillère du ministre Dan Tehan, Wendy Summers.

La réunion faisait suite à la décision du Département des services sociaux (DSS) du gouvernement fédéral australien de ne plus financer le service de recherche d'adoption internationale et de recherche de réunification (ICATRS) d'ISS Australia pour les adoptés internationaux, créé en 2016.

Participants:
Lynelle Long (ICAV)
SueYen Bylund (ICAV)
Wendy Summers (Conseillère principale DSS)
Jo Manning (représentant du département DSS)

L'ICAV a demandé le raisonnement de la décision de mettre fin au financement. Nous avons été renvoyés à la raison indiquée dans la lettre type que nous avons tous reçue en réponse à nos demandes de réexamen de la décision.

"Le ministère des Services sociaux (DSS) a fourni à ISS Australie un financement ponctuel pour établir l'ICATRS en 2016-2017. En reconnaissance d'une demande plus importante que prévu pour le service, DSS a fourni à ISS Australie une prolongation d'un an pour ICATRS en 2017-2018.

Le Département a vu ce financement ponctuel et une opportunité de jeter les bases des services de recherche et de réunification en Australie. Le ministère a indiqué qu'il n'y a pas d'option pour un financement supplémentaire du gouvernement australien pour l'ICATRS.

Je note que les deux années de financement qu'ISS Australia a reçues lui ont permis d'établir un service qui a été bien accueilli par les adoptés internationaux et leurs familles. J'ai encouragé ISS Australia à s'appuyer sur cette base en envisageant des modèles de financement alternatifs" (avril 2018).

L'ICAV a demandé de comprendre s'il y avait déjà eu une demande au ministre pour un financement ministériel spécifique de ce service, depuis nos réunions de 2015 avec les conseillers principaux du Premier ministre au cours desquelles nous avons parlé de l'énorme besoin d'aide à la recherche. En tant qu'adoptés internationaux, nous avons besoin de l'aide de gouvernement à gouvernement pour bon nombre de nos recherches. Pour les adoptions antérieures aux années 1980 où aucun processus d'adoption formel n'existait, nous avons besoin de l'aide du gouvernement pour obtenir des documents et traiter avec les pays dont les agents d'adoption n'existent plus.

Étant donné qu'il y a un budget de AU$33.6m alloué par le précédent gouvernement Abbott pour les services aux parents potentiels dans l'adoption internationale pour 2014-2019, et qu'il y a plus de 10 000 adoptés internationaux enregistrés en Australie, nous soulignons pourquoi il n'aurait pas pu y avoir un spécifique demande pour accueillir notre service raisonnablement petit (en comparaison) et pourquoi cela ne peut pas être pris en compte étant donné que la période de financement n'est pas encore terminée. Notre demande a été notée.

Nous avons parlé de la nécessité pour le ministre de régler l'accord entre le Commonwealth et les États dans lequel il incombe actuellement aux États de fournir un soutien après l'adoption. Nous soulignons l'impraticabilité de cet arrangement étant donné que la recherche nécessite des relations de gouvernement à gouvernement et qu'actuellement, c'est le DSS qui détient la responsabilité de la gestion du programme de pays de maintenir des relations continues avec nos pays d'origine.

Nous avons également parlé du climat actuel du Commonwealth reconnaissant et réparant d'autres groupes similaires - l'apologie de l'adoption forcée, la génération volée, les Australiens oubliés et, plus récemment, les réponses institutionnelles aux abus sexuels. Nous aimerions que le gouvernement australien considère les adoptés qui sont venus dans ce pays par des moyens hautement discutables et parfois carrément illégaux et réfléchisse à la manière dont ils seront traités. Nous soulignons que nous avons soulevé cette question à plusieurs reprises au fil des ans et que ce groupe augmente en nombre chaque année à mesure qu'il vieillit et mûrit. Nous leur rappelons les actions en justice intentées par des adoptés internationaux adultes aux Pays-Bas.

Nous exprimons notre souhait de travailler avec le Commonwealth pour explorer d'autres initiatives de portée plus large dans le cadre du DSS lorsque les services de niche ne sont pas possibles. Leur mission est d'améliorer le bien-être des enfants et des familles et nous aimerions travailler davantage pour explorer comment les adoptés peuvent être inclus. Nous semblons tomber entre les mailles du filet de services financés similaires. Nous mentionnons les excuses pour l'adoption forcée et comment nous ne pouvons pas accéder à ces services. Le champ d'application ne pourrait-il pas être élargi pour inclure les adoptés internationaux ? Nous donnons l'exemple de l'appel à candidatures le plus récent pour les personnes à risque de dépendance à l'aide sociale et de chômage de longue durée et suggérons que les adoptés internationaux soient inclus à l'avenir.

Nous mentionnons les parallèles entre la progéniture de la maternité de substitution et les technologies assistées par donneur. Ces enfants, qui grandissent, et comme les adoptés internationaux, voudront des soutiens similaires à ceux que nous demandons, en cherchant à comprendre ses origines et en quête d'identité. Dans les années à venir, notre gouvernement devra réfléchir et planifier à l'avance pour déterminer comment ces groupes vulnérables seront soutenus, traversant les frontières internationales et nécessitant une coopération de gouvernement à gouvernement. Quel est le rôle et la responsabilité du gouvernement s'il facilite et soutient les familles à créer par ces moyens.

Nous les remercions pour leur temps. Nos 30 minutes sont bel et bien terminées.

Donc, la longue histoire courte est: OUI nous vous entendons, mais la réponse est toujours NON avec une petite once de Peut-être pour un aperçu d'autres moyens d'inclure les adultes adoptés à l'étranger dans d'autres initiatives plus larges.

Affectation....
Français
%%footer%%