Adoption par des couples de même sexe

Document de perspective de l'ICAV

Adoptions de couples de même sexe

© ICASN, juin 2007

types de famille.png

'Bien que la plupart des adoptions fonctionnent bien, aucune adoption n'est jamais simple', Douglas & Philpot, 2003 est une réflexion/cadre possible pour commencer.

Le sujet de l'ICA et des couples homosexuels fait l'objet d'un énorme débat depuis de nombreuses années aux Pays-Bas. La majeure partie des parents adoptifs (potentiels) semble n'avoir aucun problème avec cette question, imaginant leur propre désir d'adopter. Le débat sur l'égalité a été principalement la question ici au lieu de se concentrer sur les droits des enfants et le bien-être des enfants adoptifs potentiels. La décision était, qu'ils peuvent adopter!

Bientôt, la discussion a atterri sur la question très délicate et sensible de la qualité des constructions familiales et de l'éducation des enfants adoptés. Personne n'a osé aborder le sujet car cela pourrait être un obstacle supplémentaire pour les enfants adoptés de faire face à des parents du même sexe. Même dans un pays soi-disant libéral comme les Pays-Bas, l'idée d'égalité des sexes a été plus importante que de soulever la question de la meilleure façon de créer un environnement qui devrait protéger et prendre soin de la vie future des enfants adoptifs à travers le monde. .

Pour répondre à cette question, vous arrivez dans un "champ de mines" d'intérêts dangereux de "groupes de pouvoir (parents adoptifs, etc.)" et de l'arène politique (sensible) où aucun futur parent adoptif (sauf les homosexuels en tant que pro bien sûr) n'a osé exprimer leur préoccupation concernant le placement des enfants adoptés. Le concept de cette discussion semble s'arrondir avec la remarque des couples homosexuels qu'ils peuvent même être de meilleurs parents que de mauvais couples hétéros. Mon opinion est qu'il s'agit d'un "ad baculum" et qu'il n'y a aucune considération pour le statut d'enfant adopté. Le fait qu'un adopté doive déjà faire face à une différence sociale et psychologique par rapport à un enfant non adopté, suggérerait qu'un placement au sein d'un couple homosexuel crée un obstacle supplémentaire pour faire face, néanmoins, à la façon dont les gens pensent à cette question dans, contexte religieux, psychologique ou social pour être politiquement correct.

Le danger de cette suggestion est que cela pourrait être utilisé dans et pour différentes autres raisons. Par exemple, dans les années 90, des « afro-américains » aux États-Unis voulaient adopter un enfant de race blanche, ce qui a été contesté par les travailleurs sociaux de l'agence. Donc, vous voyez, cette discussion pourrait conduire à, et d'une certaine manière c'est déjà le cas, un réseau d'arguments et d'idées resserrés de pro et anti lobby dans le monde.

  • Ce que je vois est ceci. Que de nombreuses cultures d'où sont issus les enfants adoptés sont contre l'homosexualité et les constructions familiales de ce point de vue. J'aimerais que nous respections leur point de vue et que nous ne forcions pas l'utilisation de l'ACI pour les couples sans enfant dans les pays occidentalisés.
  • Je suppose que, si possible, nous devrions demander explicitement aux mères de naissance qui abandonnent leurs bébés pour adoption dans le monde occidental leur consentement. Si cela n'est pas possible, aucune adoption par des couples homosexuels ne devrait être disponible. Pour conclure, aucun adopté n'a jamais fait partie d'un comité de recherche gouvernemental. Les juges, les législateurs et certains spécialistes des sciences sociales (principalement des pros de l'adoption et des parents adoptifs eux-mêmes) ont décidé de nous sans nous consulter ni nous inviter pour ces décisions majeures et qui changent la vie.

J'espère que de plus en plus d'adoptés comprendront, s'ils ne s'impliquent pas dans ces discussions et d'autres discussions importantes, ils décident (en) directement pour les futurs adoptés et leur vie.

Hilbrand WS Westra Pays-Bas

==============================

Mon point de vue est très simple.

Les couples homosexuels ou les couples infertiles ont LE DROIT d'adopter des enfants.
Je trouve la discussion sur le « droit » d'adopter dégoûtante.
Cela n'a rien à voir avec l'intérêt de l'enfant ou de sa famille naturelle.
Ils ne sont pas unis, ils n'ont pas de voix ni de groupes de pression.

Considérations Arun Belgique

==============================

 

Les adoptions par des couples homosexuels sont assez courantes aux États-Unis. Les couples qui sont prêts à fournir des foyers aimants et stables aux enfants en attente, quelle que soit leur orientation sexuelle, devraient être pris en considération.

Cela étant dit, les enfants n'ont pas la capacité de dire comment ils aimeraient être élevés dans ce monde. C'est pourquoi je préconise des « adoptions ouvertes » où un enfant aura tous les droits et privilèges d'accéder à son dossier et à son histoire familiale de naissance. Je pense que connaître notre passé nous permet de mieux comprendre notre situation actuelle et nous aide à avancer vers l'avenir avec une pleine compréhension de qui nous sommes et de ce que nous voulons être.

Merci pour la question.

InterDoptée
Etats-Unis

==============================

L'adoption gay me rend malade à cause du mensonge selon lequel l'adoption n'est que dans le cas de "l'intérêt supérieur de l'enfant". Pour se développer correctement, les enfants ont besoin d'un parent de chaque sexe. L'adoption serait un fait incontournable au quotidien et une évidence pour tout le monde. Qu'est-ce que cela ferait au sentiment d'appartenance de l'enfant? C'est déjà assez difficile avec des parents adoptifs hétérosexuels. Je pense que c'est incroyablement égoïste et discriminatoire envers les besoins des enfants qui ont besoin de se développer avec une mère et un père et de se sentir aussi normaux que possible après la perte de leurs parents d'origine.

Je suis affligée et dégoûtée que l'adoption consiste à répondre aux besoins des parents et non à donner aux enfants le meilleur scénario. Il en a toujours été ainsi, les cas les plus évidents étant les vols d'enfants et les pressions exercées sur les mères pour qu'elles abandonnent leurs enfants parce que les couples infertiles en avaient « besoin ». L'enfant est supposé se sentir reconnaissant lorsque les parents adoptifs ne faisaient que répondre à leurs propres besoins.

Dans l'adoption homosexuelle, l'enfant est un trophée pour le statut de parents ! Tout le monde a peur de dire quoi que ce soit au cas où ils seraient accusés de discrimination contre les homosexuels, qu'en est-il de l'enfant putain !!!!

RÉVEILLEZ-VOUS L'AUSTRALIE !
poursuivre en justice

==============================

Mon point de vue est que l'adoption est compliquée, que ce soit dans un autre pays (international) ou dans des couples homosexuels ou hétéros. En tant qu'adopté, je crois que ce qui doit être le plus important, c'est ce qu'il y a de mieux pour l'enfant. L'inconvénient pour l'enfant adopté est que nous sommes souvent trop jeunes pour prendre la parole pour nous assurer que nos besoins sont prioritaires. L'adoption est complexe parce que les gens ne s'entendent pas sur ce qui est « le mieux » pour l'enfant et les besoins de l'enfant, des parents adoptifs et des parents biologiques sont tous opposés les uns aux autres.

Mon point de vue particulier est que je n'ai pas de problème avec l'adoption de personnes homosexuelles tant qu'elles sont évaluées de manière adéquate et sont jugées capables d'être des parents et de fournir un soutien émotionnel à l'adopté - eux, ainsi que tout autre parent adoptif, doivent être conscients que lorsqu'ils adoptent à l'étranger, ils prennent en charge un enfant qui a perdu son pays d'origine, sa culture, son héritage, sa famille, son identité, etc. Donc, supposer que cet enfant va avoir une vie meilleure parce qu'il est maintenant matériellement mieux loti, c'est négliger l'émotionnel. et les aspects spirituels de ce qui rend quelqu'un humain.

Là où je vois un problème avec les homosexuels qui adoptent un enfant, c'est que, étant donné que la société dans son ensemble considère toujours que les familles homosexuelles (ou lesbiennes) sont une minorité et ne sont pas toujours perçues de manière positive, cette stigmatisation pourrait alors aggraver les problèmes de l'adopté qu'ils ont avant d'être adoptées, c'est-à-dire les questions d'abandon/perte. Je reconnais également que les problèmes de couples hétérosexuels peuvent avoir un impact similaire en aggravant ces problèmes d'adopté. Par exemple, les parents adoptifs divorcent, tout abus sexuel / physique / émotionnel par la famille adoptive, le décès d'un parent adoptif, etc.

Je me demande également quel sera l'impact sur l'adopté s'il n'a pas de modèle féminin comme parent. Je m'interroge sur l'importance de la femelle étant donné que l'adopté a été abandonné ou abandonné (pour quelque raison que ce soit) par la mère biologique. D'après ma propre expérience, j'ai ressenti le besoin de trouver d'abord la mère biologique plutôt que le père biologique. Est-ce parce que la figure maternelle joue un rôle plus important dans notre esprit en tant qu'adopté, ou est-ce simplement à cause de la logique selon laquelle les pères peuvent ne pas savoir qu'ils ont engendré un enfant alors que la mère ne l'oublierait jamais ? Existe-t-il un lien mystique entre la mère et l'enfant qui devra être réparé via une autre connexion mère-enfant de substitution quelque part dans la vie de l'adopté et comment cela sera-t-il entravé si les deux parents sont des hommes ?

En fin de compte, je remets en question l'ensemble de l'"adoption" comme une solution au dilemme du couple infertile ou aux couples qui, par "moyens naturels", ne peuvent pas concevoir car, ce faisant, cela place finalement les besoins de l'enfant adopté au second plan par rapport aux parents adoptifs. Dans le même temps, comment la société peut-elle remettre en cause le droit d'adoption des couples homosexuels/lesbiens si elle ne remet pas également en cause le droit d'adopter des couples infertiles ?

Lynelle

==============================

Mon opinion est que les couples homosexuels doivent être considérés exactement comme les couples hétérosexuels le sont pour l'adoption. Je crois que les couples homosexuels doivent regarder comment ils sont perçus dans la société et réfléchir beaucoup plus à la façon dont ils vivent leur vie et à la façon dont ils peuvent être perçus. Je crois aussi que dans certains cas, les couples homosexuels pourraient être de meilleurs candidats à l'adoption que certains couples H qui envisagent d'adopter.

Je n'ai aucun problème à ce que mon nom soit proposé. J'ai un frère gay et je vois quelle vie il a menée et lui et son partenaire réussissent dans la vie et dans les affaires et ils feraient des parents formidables s'ils envisageaient d'avoir des enfants et y étaient autorisés.

Saran

==============================

C'est un sujet très compliqué parce que je pense qu'il est déjà assez difficile d'être adopté par une famille avec une figure paternelle et paternelle donc le même sexe serait difficile. L'autre point est que la société pense que l'adopté devrait être reconnaissant d'avoir été adopté et qu'un enfant pourrait grandir en faisant face à cela. Je pense que si la famille gay joue le rôle de parents hétérosexuels, ce serait bien. Malheureusement, nous n'en connaîtrons les répercussions qu'avec le temps (une fois qu'ils auront essayé). La vision du monde sur l'adoption « normale » a déjà tellement changé depuis 40 ans.
Je crois que les parents hétérosexuels devraient toujours avoir la priorité sur toute adoption.
Erika Freire Gitsham

 

==============================

Combattre les préjugés et améliorer les collaborations

La question de savoir ce que les personnes adoptées pensent des adoptions gaies et lesbiennes est des plus opportunes et la question mérite notre profonde considération. Avant de détailler six réflexions particulières que j'ai à ce sujet, je pense qu'il est important de divulguer que je n'ai aucune expérience personnelle d'adoption par des parents gays ou lesbiennes. Mon intérêt pour le sujet découle d'une perspective de justice sociale, ainsi que de mes recherches sur le sujet plus large de la parentalité adoptive et de mon travail professionnel en examinant l'une des publications dans un prochain numéro de la revue Gay and Lesbian Issues and Psychology (GLIP). .

Ma première pensée est que je pense qu'il est important de féliciter des personnes comme Lynelle Beveridge - la fondatrice de l'InterCountry Adoptee Network (ICASN) - qui, entre autres, fait preuve de beaucoup d'ingéniosité, de courage et d'esprit communautaire en recueillant les commentaires de ses cohortes sur les adoptions gays et lesbiennes. . Il est également important de noter comment des groupes d'adoptés comme le réseau ICASN encouragent, soutiennent et recrutent certaines des principales voix de l'adoption aujourd'hui et dont les contributions à notre compréhension de la pratique ont été influentes dans divers organismes professionnels et communautaires, ainsi que dans les arts, le gouvernement et la recherche. Les adoptés, à la fois en tant qu'individus et en tant que membres de réseaux comme l'ICASN, ont à nouveau démontré leur énorme générosité (c'est-à-dire en offrant une expertise sans facturer les frais de consultation communs au travail d'adoption), et dans ce cas particulier, les lecteurs sont très chanceux d'accéder à la propre réponse réfléchie de Beveridge. sur ce sujet important ainsi que les réponses réfléchies de divers autres membres de l'ICASN.

Ma deuxième réflexion est que, personnellement, je suis très désireux de voir les populations hétérosexuelles, gays, lesbiennes, queers et transgenres (GLQT) collaborer avec des personnes adoptées dans le but commun de développer une gamme de stratégies pour améliorer le bien-être des enfants qui sont adoptés à l'étranger.

Troisièmement, et cette pensée ne peut être clarifiée sans quelques détails à l'appui, c'est que je pense qu'il est nécessaire d'identifier et de résister à la façon dont une grande partie des discussions morales, ainsi qu'une grande partie du discours politique qui s'oppose aux adoptions gays et lesbiennes , repose presque toujours sur la reproduction de stéréotypes et de mythes néfastes sur les non-hétérosexuels. Malheureusement, il existe de nombreux arguments contre les adoptions non hétérosexuelles qui ignorent l'ensemble de la littérature sociologique et psychologique qui démontre comment la présomption selon laquelle les enfants dont les parents sont attirés par le même sexe s'en tireront moins bien que ceux élevés par des hétérosexuels n'a aucun fondement scientifique.

L'experte australienne en politique du droit de la famille Jenni Millbank, par exemple, a révélé dans une étude de 1998 qu'à ce jour, il n'y a pas « un seul spécialiste des sciences sociales menant et publiant des recherches dans le domaine du développement des enfants qui prétend avoir découvert que les parents gais et lesbiens nuire aux enfants ». Elle observe cependant comment « les données sont souvent ignorées ou négligées au profit de la vision spéculative ». Damien Riggs, un universitaire australien en psychologie, a également publié des travaux qui aident à dépasser les mythes et à explorer des évaluations plus éclairées. De l'autre côté du Pacifique, la recherche psychologique de Suzanne Johnson et Elizabeth O'Conner sur les adoptions gays et lesbiennes dans une étude américaine de 2002 constitue également l'un des efforts les plus récents pour briser les préjugés et les stéréotypes et se concentrer plutôt sur des données appropriées.

Ma quatrième pensée est qu'il est nécessaire de mieux comprendre ce que sont réellement les lois fédérales et étatiques australiennes sur l'adoption par les populations gays et lesbiennes, et d'apprendre des aperçus plus détaillés que ceux fournis par les journaux et autres médias. Cependant, très peu d'articles peuvent clairement communiquer les subtilités juridiques de la question, bien qu'une publication à venir de Phillip Duffey, un juriste, fasse un travail louable en décrivant le statut des droits des personnes attirées par le même sexe en Australie d'une manière complète mais facile à comprendre. manière. De tels articles sont absolument nécessaires en raison de la complexité et du manque de consensus entre les États, ainsi que d'une vague d'examens de la législation sur l'adoption et d'enquêtes survenant à travers le pays qui entravent davantage la capacité du grand public à comprendre les questions de droits des populations gaies et lesbiennes en matière de parentalité et adoption.

 

Ma cinquième pensée est que je suis entièrement d'accord avec Lynelle lorsqu'elle déclare que l'adoption est un domaine complexe et que nous devrions continuer à être ouverts à l'examen d'un nombre beaucoup plus large et plus riche d'approches en matière d'adoption plutôt que de penser qu'il existe une réponse magique. De plus, parce qu'il existe de multiples façons dont les gens peuvent vivre des adoptions, nous devons toujours rester conscients de la façon dont les nombreuses identités qui peuvent entrer en jeu sont actuellement soumises à une hiérarchie injuste des privilèges dans la société. Ainsi, il reste nécessaire d'identifier et de comprendre comment la politique d'adoption des homosexuels (blancs) et des lesbiennes en Australie, bien que marginalisée, recoupe encore des questions plus larges de privilège de race et de classe (comme avec les hétérosexuels blancs). Le point ici est qu'il y a un écart énorme dans l'accès au pouvoir entre ceux qui sont les plus susceptibles d'adopter et ceux qui sont adoptés ; c'est notamment le cas des adoptions internationales. Les questions de pouvoir et leurs liens avec les adoptions gays et lesbiennes qui sont transraciales et inter-pays peuvent être explorées plus en profondeur dans certaines des publications émergentes par des auteurs tels que Damien Riggs, David Eng, Laura Briggs et (parent adoptif transracial et lesbienne) Arlene Ari Istar Lév.

Enfin, ma sixième réflexion concerne la nécessité de continuer à travailler avec les personnes adoptées elles-mêmes. Alors que l'utilisation de la littérature sociologique et psychologique sur les niveaux d'estime de soi et d'identifications sociales des adoptés fonctionne bien pour révéler à quel point les attitudes négatives envers les adoptions gays et lesbiennes n'ont aucune base «rationnelle», je ne crois pas que l'intérêt supérieur des enfants qui sont adoptées à travers les lignes perçues de différence «raciale» et ethnique peuvent être facilement évaluées par certaines des approches de recherche plus traditionnelles (daltoniennes) utilisées à ce jour. Heureusement, un certain nombre de spécialistes des sciences sociales et en particulier de sociologues et d'anthropologues commencent maintenant à apprendre des conseils, des recherches et des expériences de vie générales des personnes adoptées. Les textes rédigés par des adoptés adultes comprennent un corpus croissant de littérature académique et créative, ainsi que des récits personnels et des mémoires de ceux qui ont été adoptés par des Blancs (principalement des hétérosexuels, mais peuvent inclure des personnes attirées par le même sexe) et ont maintenant atteint la maturité .

Ce qu'il est important de noter, c'est que cet ensemble de travaux révèle clairement que pour de nombreuses personnes adoptées, leur sentiment de bien-être a mal tourné en raison d'une politique d'identité dans leurs familles et leur société basée sur des différences raciales et ethniques/culturelles perçues ; ceci est distinct de tout impact que leurs parents adoptifs ou leurs propres identifications sexuelles pourraient avoir eu sur leur identité. La question de savoir comment travailler au mieux avec les préjugés culturels dans les pays d'origine des personnes adoptées doit également être travaillée (plutôt que d'être affectée au panier « trop difficile » ou « impossible ») avec les personnes adoptées et un éventail d'autres personnes.

En conclusion, je pense qu'une bonne façon d'avancer est de résister à soumettre les populations GLQT qui souhaitent adopter de vieux stéréotypes ou de les mesurer aux notions hétérosexuelles de la parentalité. Au lieu de cela, tout le monde devrait essayer d'améliorer la pratique des soins aux enfants en général en recherchant des approches plus collaboratives et en se référant à la recherche contemporaine plutôt qu'à des spéculations obsolètes et préjudiciables. J'ai hâte de voir un groupe de travail sur ce sujet se créer et je suis ouvert à en savoir plus sur la façon dont les personnes adoptées (qui sont aussi des parents) comme moi peuvent offrir leur soutien.

Indigo Willing, chercheuse, bénévole communautaire et adoptée vietnamienne.

 

==============================

"J'aime ma mère, qu'elle soit d'adoption, biologique ou liée à son pas, qu'elle ait une couleur de peau différente, qu'elle soit lesbienne, bisexuelle, hétéro ou transgenre. Notre amour l'un pour l'autre est principalement ce qui compte pour mon sens de la famille, de l'identité et de l'appartenance.

La famille, l'identité et l'appartenance sont-elles définies par la nature, la tradition, les opinions et pratiques sociales/culturelles ou auto-définies ? Dans quelle mesure la ressemblance biologique et le miroir sont-ils importants pour le développement d'un enfant et l'intégration de son identité ? Les enfants sont-ils confrontés à moins de problèmes d'identité s'ils sont élevés par des parents de la même race et de la même culture ? De même, les enfants sont-ils confrontés à moins de problèmes d'identité si l'un de leurs parents adoptifs est du même sexe qu'eux ?

De même, dans quelle mesure est-il important qu'un enfant ait les deux sexes au sein de sa famille pour développer une saine image de soi ? Étant donné l'importance relativement forte que de nombreux adoptés accordent à la recherche de leur mère biologique, si un enfant grandit avec des parents homosexuels et sans figure maternelle féminine, cela entraînerait-il des problèmes d'identité ?

Dans quelle mesure ses racines biologiques par rapport à l'environnement social sont-elles importantes pour qu'un adopté se développe en tant qu'être émotionnellement et spirituellement sain ? J'ai été élevé dans une famille adoptive très ouverte d'esprit. Mes parents n'ont pas fait de discrimination sociale, raciale, ethnique, de classe ou d'orientation sexuelle. Nous avons des membres de la famille de toutes sortes d'horizons et tous sont acceptés pour ce qu'ils sont. Je suis d'avis que si nous vivions dans une société où les tabous sur l'adoption ont disparu, où les stigmates contre les gais, les lesbiennes, les bisexuels et les transgenres ainsi que les familles interraciales n'existent plus, il serait probablement beaucoup plus facile pour les adoptés et leurs familles adoptives, quelle que soit leur origine raciale ou sexuelle. Cependant, j'ai également été frappé par la force avec laquelle les aspects biologiques jouent au sein de la triade de l'adoption. Par exemple, lorsque j'ai rencontré pour la première fois mes frères et sœurs biologiques, j'ai été stupéfait de voir à quel point cette connexion biologique est forte dans la création d'un sentiment d'« être » et d'appartenir quelque part génétiquement sur cette terre.

Je ne sais pas quelles sont les réponses en ce qui concerne les adoptions gaies et lesbiennes. Cependant, voici mon point de vue :

  • « L'intérêt supérieur de l'enfant », plutôt que les droits des adultes, qu'ils soient gais, lesbiennes ou hétéros, à être parent, devrait être au premier plan de la discussion.
  • Je suis en faveur de la suppression des stigmates sur les familles transraciales et l'homosexualité en général.
  • Je ne suis pas d'avis que les personnes hétérosexuelles sont meilleures en compétences parentales que les personnes homosexuelles.
  • Dans notre monde actuellement généralement homophobe, je suis préoccupé par le fait que les adoptés doivent faire face à la fois aux tabous sur le fait d'être un adopté et à la stigmatisation d'avoir des parents homosexuels.
  • Je crois que dans toutes les familles adoptives, quelle que soit l'orientation sexuelle, il est important que l'adopté ait autant accès aux informations sur ses racines biologiques.
  • Je suis contre le don anonyme de sperme et d'ovules car je pense que tout le monde devrait avoir le droit de connaître ses racines biologiques.
  • Je pense que toutes les familles adoptives devraient reconnaître le traumatisme, la perte et le chagrin auxquels les adoptés sont confrontés du fait d'être séparés de leurs parents biologiques.
  • Je soutiens l'exploration d'autres recherches, à la fois quantitatives et qualitatives, sur l'expérience des adoptés élevés par des parents gais ou lesbiens. Je crois que les politiques et pratiques futures devraient être fondées sur la recherche et les preuves, plutôt que sur des hypothèses ou des stéréotypes infondés.

Cordialement, Ilan

2 Réponses à "Adoption by Same Sex Couples"

    1. Merci Joe ! Ravi de se connecter… Je partagerai votre site Web car je sais que certains de nos groupes nationaux en Australie seront intéressés par votre groupe.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%