Réflexions d'un adopté sur Haaland vs Brackeen

par Patrick Amstrong adopté de Corée du Sud aux États-Unis, conférencier adopté, podcasteur et animateur communautaire, co-animateur du Spectacle Janchi, co-fondateur de Adoptés asiatiques de l'Indiana

Aujourd'hui, la Cour suprême entendra l'affaire de Haaland c.Brackeen.

Ce qui est en jeu?

Les Loi indienne sur la protection de l'enfance (ICWA) et potentiellement, d'autres protections fédérales pour les tribus autochtones.

Selon le New York Times :

« La loi a été rédigée pour répondre à plus d'un siècle d'enfants autochtones retirés de force des foyers tribaux par des travailleurs sociaux, envoyés dans des pensionnats gouvernementaux et missionnaires, puis placés dans des foyers chrétiens blancs.

L'objectif de réunification de la loi - placer les enfants autochtones dans des familles tribales - a longtemps été un étalon-or, selon des mémoires signés par plus de deux douzaines d'organisations de protection de l'enfance.

Construire le lien d'un enfant autochtone avec la famille élargie, le patrimoine culturel et la communauté par le placement tribal, ont-ils dit, est inhérent à la définition de "l'intérêt supérieur de l'enfant" et un facteur de stabilisation essentiel lorsque l'enfant quitte ou vieillit hors du foyer d'accueil. ”

👇🏼

Les Brackeens combattent cette loi parce qu'en 2015, ils ont accueilli, puis adopté, un enfant Navajo et eux, ainsi que d'autres familles, pensent qu'il devrait être plus facile d'adopter des enfants autochtones.

La défense affirme que "La loi est discriminatoire à l'égard des enfants amérindiens ainsi que des familles non autochtones qui souhaitent les adopter car elle détermine les placements en fonction de la race." 🫠🫠🫠

☝🏼 Ce n'est pas perdu pour moi que cette affaire soit entendue en novembre, qui est à la fois le Mois national de sensibilisation aux adoptés ET le Mois du patrimoine amérindien.

✌🏼 Cette affaire est principalement révélatrice des problèmes systémiques qui oppriment les communautés autochtones et invalident les expériences des adoptés.

Les Blancs qui veulent adopter doivent comprendre ce simple fait :

VOUS N'AVEZ PAS DROIT À L'ENFANT DE QUELQU'UN D'AUTRE.

Surtout un enfant de la majorité mondiale.

⭐️ Nous accueillir ou nous adopter ne fait pas automatiquement de vous une bonne personne.

⭐️ Nous accueillir ou nous adopter ne nous "sauve" de rien.

⭐️ Croire que vous avez le droit d'adopter ou d'accueillir l'enfant de n'importe qui est la définition du privilège.

Si les Brackeen et leurs co-demandeurs ont consacré autant de temps, d'énergie et d'efforts à soutenir les familles et les communautés autochtones alors qu'ils tentent de renverser la loi constitutionnelle, qui sait combien de familles auraient pu être préservées ?

Sur cette note, pourquoi ne travaillons-nous pas activement pour préserver les familles ?

🧐 C'est la question de ce mois-ci : Pourquoi pas la préservation familiale ?

Vous pouvez suivre Patrick sur Insta : @patrickintheworld ou sur LinkedIn @Patrick Armstrong

Ressources

La Cour suprême entend une affaire contestant qui peut adopter des enfants autochtones

Écouter en direct: La Cour suprême entend des affaires sur la loi sur l'adoption visant à protéger les familles amérindiennes

Contestation de la loi indienne sur la protection de l'enfance

Comment le cas SCOTUS d'un couple évangélique pourrait affecter les enfants amérindiens

La Cour suprême décidera de l'avenir de l'Indian Child Welfare Act

Jena Martin article qui examine les différences et les similitudes entre l'ICWA et la Convention de La Haye sur l'adoption internationale

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%