Mon parcours d'adopté

par Anna Grundstrom, adopté de l'Indonésie à la Suède.

Il n'y a pas si longtemps, je considérais mon adoption non pas comme un voyage, mais comme une destination. J'ai fini là où j'ai fini, et il était clair dès le début qu'il n'y aurait jamais de réponses à pourquoi. Mes questions sont passées au second plan et y sont restées pendant des années, observant un manège auquel je ne me connectais pas, mes propres débuts.

Il y a environ deux ans, je suis en quelque sorte passé de la banquette arrière au siège du conducteur et j'ai mis les deux mains sur le volant. Alors qu'il n'y avait toujours pas de réponses à mes questions, j'ai réalisé que je pouvais encore les poser.

J'en suis venu à comprendre que demander ne consiste pas toujours à obtenir une mauvaise ou une bonne réponse, ou même une réponse du tout, en retour. Demander consiste davantage à se reconnaître, à reconnaître ses propres pensées et sentiments. Donner la permission de s'interroger à haute voix, d'être bouleversé, en colère et frustré. Reconnaître la perte de choses, de lieux et de personnes. Et parfois, il y a des réponses, si subtiles que je les manque presque : comme remarquer comment je pleure quand le soleil se lève pour la première fois le matin, ou comment un sentiment particulier de nostalgie me descend dans le dos en inhalant une odeur aléatoire.

Il y a quelque chose à reconnaître la perte de notre passé d'adoptés, à le nommer, à l'incarner – même si nous ne savons ni pourquoi ni comment. Quelque part dans notre corps, nous le savons. Quelque part dans le corps, tout est encore là. Célébrer, pleurer et accepter – tout cela fait partie de mon parcours d'adopté.

Anna propose des ateliers de mouvement guidé et créatifs pour les adoptés - découvrez-la site Internet pour voir ce qui s'en vient !

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%