Participer à La couleur de la différence : résultats à long terme

Cet article a été écrit pour la newsletter de la Benevolent Society: Post Adoption Resource Center. Leur centre fournit un soutien post-adoption aux adoptés de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), en Australie.

À la fin des années 1990, j'étais dans la mi-vingtaine et je cherchais du soutien en tant qu'adopté né à l'étranger, en dehors de l'Australie. À ce moment-là, je n'avais même pas la langue pour comprendre comment l'adoption m'avait affectée, je savais seulement que j'avais lutté et cherchais à trouver du soutien quelque part. je suis tombé sur le Centre de ressources post-adoption (PARC) dans ma recherche, mais j'avais d'abord essayé les programmes de type AA, pensant qu'il devait y avoir un "Adoptés Anonymes" quelque part auquel se joindre. Il n'y en avait pas, alors quand j'ai trouvé le PARC dirigé par Sarah Armstrong, je suis allé participer à l'une de leurs journées d'adoption où vous vous rencontrez face à face et discutez. PARC nous a guidés à travers des sessions guidées. Je l'ai trouvé vraiment utile, mais la chose la plus importante que j'ai remarquée, c'est qu'il n'y avait rien sur le fait d'avoir l'air différent de sa famille/communauté, rien sur la recherche et le retour dans un pays étranger, et certainement rien sur le racisme ou les problèmes que j'ai vécus en tant que personne de couleur adoptée dans une société blanche. J'ai donc parlé à l'équipe PARC par la suite et demandé s'il y avait quelque chose de plus spécifique à mon expérience. Je ne connaissais même pas le terme « adoption internationale » à l'époque. Tout ce que je savais, c'est que j'aimais rencontrer les adoptés, mais ils étaient tous nés en Australie, sauf moi. Donc je me sentais toujours différent et assez seul. J'ai demandé s'il y avait d'autres adoptés comme moi qui contactaient le PARC. Ils m'ont dit oui, de temps en temps. J'ai dit: "Eh bien, si jamais vous dirigez quelque chose pour nous, j'aimerais le savoir et si vous avez des adoptés qui souhaitent se connecter à quelqu'un comme eux, partagez-leur mon nom et mes contacts."

Et donc quelque temps plus tard, PARC a fait un suivi et m'a contacté. Ils m'ont demandé si je voulais être impliqué dans leur nouveau projet de livre où nous, en tant qu'adoptés transraciaux, pourrions partager nos histoires pour aider les gens à mieux comprendre notre expérience vécue. J'ai dit bien sûr et j'ai sauté sur l'occasion. Je me souviens avoir essayé de comprendre ce que j'allais écrire, mais une fois que j'ai commencé, tout a coulé.

Ce fut un processus assez long pour que notre projet de livre soit publié, terminé et lancé. Je pense que c'était environ 3 ans du début à la fin? Mais au cours de ce processus, j'ai fini par être honoré de rencontrer les autres adoptés qui ont également partagé notre livre, La couleur de la différence. Participer au livre a changé ma vie et PARC avait partagé mon nom/mes contacts avec des adoptés comme moi, donc au fil du temps, une fois le projet terminé, j'ai décidé de faire du bénévolat et de continuer à partir des liens que nous avions établis, former un réseau pour se soutenir mutuellement.

Ainsi, à partir des presque 30 adoptés du projet et de ces premiers jours, j'ai construit ce qui était alors connu sous le nom de Réseau de soutien aux adoptés interpays (ICASN). Nous nous sommes concentrés sur le partage de nos histoires, la connexion les uns aux autres et les rencontres face à face dans les capitales. Nous avions des représentants de l'État pour faciliter les contacts sociaux et des représentants du pays d'origine pour aider les adoptés avec les ressources et les besoins spécifiques à leur pays d'origine. Dès ces premiers jours, nous avons établi des liens étroits avec les diverses organisations post-adoption en Australie et participé à des événements éducatifs, en utilisant notre expérience vécue pour aider à informer les futures adoptions.

Le livre avait également fait partie du financement de la Département des services communautaires de Nouvelle-Galles du Sud (DoCS) dirigé par March Griffin à l'époque. J'ai contacté Mary Griffin et son équipe de travailleurs sociaux et on m'a demandé de parler et de partager mon histoire avec leur équipe pour la formation. C'était le jour le plus vulnérable de ma vie, mais la charmante assistante sociale du PARC, Petrina Slaytor, est venue avec moi pour me soutenir et j'ai raconté mon histoire pour la première fois à des personnes qui n'étaient pas des adoptés, mais des professionnels. Wow, ce fut une expérience tellement stimulante de recevoir leur validation et leur encouragement à continuer à faire ce que je faisais - partager mon histoire, me connecter avec d'autres adoptés, fournir un espace de soutien par les pairs. J'ai toujours la charmante Petrina et Mary dans ma vie aujourd'hui et elles ont été parmi mes soutiens les plus incroyables tout au long de ma vie.

En 2014, après avoir eu quelques années de pause en raison de ma propre jeune famille, j'ai décidé de continuer de l'ICASN et de me recentrer et de le renommer InterCountry Adoptee Voices (ICAV). Il s'agissait de refléter la nouvelle orientation non seulement du soutien par les pairs, mais aussi de commencer à plaider activement au niveau gouvernemental pour nos besoins et nos droits et de demander que nos voix soient incluses dans toutes les discussions politiques et législatives. Je ne pouvais plus ignorer les problèmes mondiaux très visibles dont j'entendais parler quotidiennement, après que des centaines d'adoptés internationaux adultes se sont joints à l'ICASN du monde entier. J'ai réalisé que je n'étais certainement pas seule dans mon parcours, mais que nos expériences étaient reproduites partout dans le monde pour les adoptés internationaux.

En 2016, lors de consultation gouvernementale au niveau fédéral, mon idée d'avoir un livre à suivre a été reprise par notre gouvernement australien. Ils ont financé une suite à notre livre La couleur de la différence, passant par Services sociaux internationaux (ISS) Australie qui avaient été financés pour fournir notre service de recherche et de réunion dont nous avions tant besoin. En 2017, nous avons lancé le livre de suivi, La couleur du temps pour montrer comment nos histoires ont changé au cours des 15 années écoulées depuis la publication La couleur de la différence.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui en 2022, l'ICAV représente désormais au nom des adoptés internationaux du monde entier au niveau international - La Haye et le Nations Unies (ONU). Nous défendons nos droits et nos besoins et nous veillons à ce que nos voix soient incluses dans les discussions politiques et législatives qui déterminent l'avenir des autres adoptés internationaux. Récemment, je m'adresse aux comités de l'ONU sur le thème des adoptions illégales et illicites à partir d'expériences vécues. C'est un tel honneur de travailler en collaboration avec tant d'adoptés internationaux du monde entier.

Ainsi, à partir d'un projet de livre lancé par PARC il y a 24 ans, l'ICAV est devenu l'un des principaux réseaux internationaux de défense des adoptés dans le monde.

Qui aurait pensé que se connecter au PARC, partager mon histoire dans le livre La couleur de la différence, aurait eu un tel impact sur moi, puis se répercuterait sur tous les adoptés qui ont rejoint l'ICAV aujourd'hui. Quel effet d'entraînement ! 

Un grand merci à PARC pour avoir rendu tout cela possible ! Et je suis tellement excitée de voir notre livre réimprimé et rendu disponible en version papier ! C'est incroyable d'entendre des parents adoptifs des nouvelles générations qui partagent avec moi à quel point cela a fait une différence pour eux et leur adopté de lire nos livres, La couleur de la différence, La couleur du temps, ce qui aide à normaliser notre parcours et à éduquer ceux qui veulent mieux comprendre notre expérience vécue.

Pour obtenir une copie papier de ces livres, vous pouvez contacter :
PARC pour La couleur de la différence;
ou ICAV pour La couleur de la différence et/ou La couleur du temps.


Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%