Anthologie des adoptés éthiopiens

par Aselefech Evans, adopté d'Éthiopie aux États-Unis.

Je suis tellement excitée de partager avec vous la couverture de notre livre, "Lions rugissant loin de chez eux», une anthologie d'adoptés éthiopiens de la diaspora, élevés aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Belgique, en France, en Suède et aux Pays-Bas. La pochette est d'un artiste éthiopien de renom, Nahosenay Négussie.

Ce livre est un travail d'amour qui nous a pris six ans à produire. Ces histoires sont sacrées et remettent en question le récit traditionnel autour de l'adoption.

Avant de me lancer dans le travail antiraciste, mon travail s'est engagé aux intersections de la protection de l'enfance et des adoptions transnationales. J'ai commencé ce travail à 17 ans, en discutant avec des psychologues et des travailleurs sociaux, en poussant les agences à comprendre les complexités du retrait des enfants de leur première famille.

L'Association nationale des travailleurs sociaux noirs a considéré l'adoption transraciale comme une forme de génocide culturel - et nous devons tous comprendre l'importance de la préservation de la famille.

Je me considère comme un défenseur de la famille politisé, qui croit radicalement que l'adoption transraciale est enracinée dans la perte, le traumatisme racial et le chagrin. J'ai travaillé en Éthiopie autour de la préservation de la famille, exigeant la responsabilité du système qui impliquerait l'accès aux actes de naissance et la recherche de la famille. C'était et c'est un travail qui a changé la vie, parce que la justice ne se sent pas tangible. Tant de dégâts ont été causés.

Beaucoup d'entre nous sont des enfants volés, qui ont tant perdu. Même si je m'abstiendrai d'ajouter ici mes opinions politiques sur l'adoption transraciale et internationale (vous pourrez lire mes opinions lorsque vous aurez le livre), comme les peuples autochtones, nous, les adoptés, sommes dépouillés de notre culture, de notre langue et de notre histoire, et forcés de nous assimiler dans la culture dominée par les blancs.

Les Éthiopiens ne sont pas des gens homogènes. Il existe 86 groupes ethniques avec des histoires, des cultures et des lignées ancestrales différentes, bien que le colonialisme vous dise le contraire. "Ils ont essayé de nous enterrer, mais ils ne savaient pas que nous étions des graines." .

Ce livre est puissant pour de nombreuses raisons et il intègre magnifiquement les perspectives des adoptés éthiopiens, âgés de 8 à plus de 50 ans.

Je rends ma plus profonde gratitude aux adoptés coréens, sur les épaules desquels je m'appuie, car ils ont été le premier groupe d'activistes à dénoncer l'adoption internationale pour son impérialisme, sa domination et sa corruption.

"Lions rugissant loin de chez eux” vous mettra au défi de la meilleure façon possible. Restez à l'écoute pour la date de sortie, et en attendant profitez de cette belle couverture.

Je tiens également à remercier mes co-éditeurs Kassaye et Maureen - ce livre n'aurait pas été possible sans vous. Merci de croire en ce livre et de rester attaché à notre vision.

Vous pouvez en savoir plus sur Aselefech sur son site Web Fille éthio-américaine.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%