Sur le chemin du rétablissement

Je suis une adoptée américaine d'origine philippine de 36 ans et mon chemin pour me remettre d'être devenu orphelin n'a jamais été facile. Je n'avais pas les moyens de retourner aux Philippines pour restaurer mon héritage. Je n'ai jamais eu les ressources nécessaires pour régler les problèmes que j'avais avec mon placement en adoption internationale. J'ai donc dû trouver des solutions créatives pour me remettre de tout ça.

Je ne peux promettre aucun conseil pour sauver qui que ce soit des complications liées à l'adoption ou à l'adoption. Ce que je peux faire, c'est donner quelques solutions personnelles que j'ai trouvées dans ma propre vie d'adopté et qui m'ont aidé à me remettre de mon parcours d'adoption internationale.

5 choses que j'ai faites pour récupérer ma vie d'adopté

  1. Création. J'ai d'abord étudié l'écriture puis la bibliothéconomie et les sciences de l'information. Mes intérêts m'ont conduit à créer des produits d'art et d'information mixtes qui m'ont aidé à exprimer les pertes de ma vie transraciale et à restructurer un nouveau sentiment d'identité de manière innovante. Je pourrais transformer mon chagrin avec l'art et l'éducation. Par exemple, j'ai créé une archive numérique montrant mon processus d'adoption et l'identité biologique que j'ai perdue lorsque je suis né orphelin aux Philippines en 1985. Vous pouvez consulter mes archives ici et mon instagram ici.
  2. Se retirer paisiblement. Entre le marteau et l'enclume, j'ai dû choisir ce qui était le mieux pour moi psychologiquement et émotionnellement. J'ai commencé à m'éloigner de la norme au début de la vingtaine. Je me suis séparé de ma famille adoptive par distanciation géographique et sociale. Je me suis retiré de toutes les relations passées qui m'ont échoué dans le passé et des mauvaises relations que j'ai eues. J'ai déménagé à Hawaï dans la trentaine, un endroit où j'avais été mystérieusement appelé pendant des années. Là, je lâche prise. Mais malgré le lâcher prise, je n'ai jamais abandonné moi-même, ni l'amour que j'ai pour la vie, mes idéaux ou le monde qui m'entoure. Et pour me maintenir en forme à Hawaï, j'ai continué mes pratiques de méditation et mes thérapies holistiques.
  3. Se concentrer sur le travail. Il existe des voies dans le bouddhisme où l'on peut pratiquer la méditation de manière optimale et atteindre la libération grâce à un travail et un labeur intensifs. Le travail a été la meilleure pratique pour moi. Le travail correspond à ma personnalité studieuse. C'est le meilleur exutoire physique, émotionnel et psychologique. Je peux aussi reconstruire un sentiment d'identité au travail.
  4. Être impliqué dans les communautés. Je me suis impliqué dans des communautés de soutien et des groupes de soutien. Je gravite autour des personnes qui pratiquent la méditation, des personnes qui se consacrent à l'art ou à l'apprentissage, ou des entreprises à but non lucratif. J'aime faire partie de réseaux de soutien avec les gens. Je pose des questions. Je me porte volontaire. J'aime croire que je restructure les liens brisés de mon histoire en m'impliquant aujourd'hui. Faire partie de communautés m'aide à cultiver un sentiment d'appartenance. Je construis une fondation positive autour de moi et des structures de soutien.
  5. Prendre soin de mes relations aujourd'hui. Les relations me maintiennent régulé dans ma vie quotidienne. Mes relations incluent des relations non conventionnelles comme prendre soin de mes plantes, de mon chat, des relations de travail et avec moi-même. J'ai commencé à conseiller régulièrement les adoptés pour cultiver une meilleure relation que j'ai avec moi-même et mon monde d'adoptés. Je retourne également dans ma famille adoptive ce Noël pour leur rendre visite et aider à guérir mes relations avec eux. Mes relations m'aident à rester bien dans la vie aujourd'hui.

Oui, je sens toujours que les échos de mes liens brisés affectent ma vie aujourd'hui. J'ai encore mal d'être né dans la misère aux Philippines il y a si longtemps. Je rêve encore du grand frère philippin américain que j'ai perdu dans cette expérience d'adoption internationale. Je porte toujours le vide où les voix de ma famille biologique ont disparu à jamais. Il n'y a pas de réponse facile pour sortir de ces paradoxes.

Malgré tout, je sais que je trouve mon chemin au jour le jour. Je sors du brouillard et c'est une bonne chose.

Lire la suite de Stéphanie:
Reconstruire Identité & Patrimoine
Le plaidoyer d'un adopté philippin pour ne pas être effacé

Laisser une réponse

Affectation....
Français
%%footer%%