Démystifier la stigmatisation du suicide des adoptés

Par Lina Vanegas, MSW et adopté de la Colombie aux États-Unis.

Il est honteux que le suicide soit si fortement stigmatisé par la société. La religion et la loi ont contribué à la stigmatisation du suicide. La loi a perpétué leurs positions en créant des lois qui rendent le suicide illégal. Il y a 26 pays où le suicide est actuellement illégal, dont le Kenya, les Bahamas et la Jordanie. Il est totalement faux de criminaliser, de faire honte et de stigmatiser les personnes qui luttent et souffrent. La religion et la loi ne sont pas les seules institutions ou systèmes à le faire, mais je les utilise comme exemple pour démontrer l'impact qu'elles ont sur la société. Toutes ces pensées sont absorbées par la société qui n'inspire ni ne crée d'empathie, de compassion ou de compréhension pour les personnes qui souffrent.

La honte et la stigmatisation entourant le suicide sont évidentes dans le langage que nous utilisons pour parler du suicide. Lorsque nous disons « s'être suicidé », nous l'assimilons à un crime. Ce n'est vraiment pas un crime. Nous ne disons pas qu'une personne a "commis" un cancer, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou Covid, nous disons que quelqu'un a "commis" un meurtre, un vol, une agression ou un viol. Ce sont des crimes. Le crime autour du suicide est que quelqu'un est mort parce qu'il se débattait tellement intérieurement, mentalement et émotionnellement. Arrêtons aussi de dire qu'ils se sont « suicidés ». Ce qui a tué cette personne, ce sont des problèmes de santé mentale et ils sont morts par suicide. Il est essentiel que nous créions un changement de paradigme où nous menons avec empathie, compassion et compréhension. 

Lorsque les gens utilisent cette terminologie, ils stigmatisent le suicide. Une personne qui s'est suicidée a des amis, de la famille, des voisins, des connaissances et des êtres chers. Quand ils entendent ce choix de mots, cela les blesse – et ils sont déjà aux prises avec la stigmatisation d'un suicide. Vous les connaissez peut-être, mais ils ne vous parleront probablement pas de leur perte après vous avoir entendu utiliser un langage aussi blessant et insensible.  

La société occidentale stigmatise et fait honte à ceux qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et de maladie mentale. Il existe une myriade d'expressions et de choses qui utilisent le suicide dans le nom/titre qui sont offensantes et cruelles pour ceux qui ont (ou sont) aux prises avec des pensées/idées suicidaires, ont tenté de se suicider et pour ceux d'entre nous qui ont perdu un être cher. un au suicide. Les gens utiliseront assez librement l'expression « Je vais me suicider » et « Je vais juste me tuer » et « Allez vous tuer ». Ce sont des poignards pour ceux qui ont été touchés par le suicide. Ces commentaires sont complètement sourds, insensibles et cruels, et reflètent le manque général de compréhension et d'empathie autour du suicide.

Nous devons faire de la discussion sur le suicide des adoptés une conversation continue et régulière. Il ne nous suffit pas d'en parler sporadiquement. Cette conversation doit avoir lieu trois cent soixante cinq jours par an. Les adoptés luttent et souffrent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept et trois cent soixante cinq jours par an. La statistique selon laquelle les adoptés sont 4 fois plus susceptibles de tenter de se suicider provient d'une recherche publiée en 2013 par l'American Academy of Pediatrics. 

Nous avons besoin que des recherches actuelles soient effectuées sur les adoptés partout dans le monde. Je vous écris des États-Unis, donc les organisations idéales pour financer et mener cela sont la fondation américaine pour la prévention du suicide et l'association américaine de suicidologie. Ces études contribueraient à éclairer la prévention, la sensibilisation et l'éducation. Jusqu'à ce que la société réalise la crise de santé mentale à laquelle sont confrontés les adoptés, nous continuerons à lutter en silence. Nous sommes une communauté invisible et opprimée luttant littéralement pour nos vies. Nous avons désespérément besoin de soutien et de prévention du suicide. 

Je voulais rendre hommage et honorer les deux adoptés décédés ce mois-ci. Ils étaient tous deux des adoptés internationaux transraciaux. Il est essentiel de souligner qu'il existe un lien entre cela et les problèmes de santé mentale, le racisme et le suicide. Beaucoup d'entre nous subissent des micro-agressions et du racisme parce que nous ne sommes pas blancs. Ces expériences ont un impact sur notre santé mentale. Les parents adoptifs n'ont aucune idée de ce à quoi cela ressemble car ils ne vivent pas ces incidents et beaucoup préfèrent ne pas voir notre course pour que cela ne nous aide en rien. Certains parents adoptifs perpétuent le racisme et les micro-agressions qui nuisent à notre santé mentale. 

Alejandro Gobright décédé le 2 juin. Il a été adopté du Guatemala aux États-Unis. Il est décrit dans un hommage que j'ai lu comme "un grand chanteur, poète et ami incroyable".

Seid Visin décédé le 4 juin. Il a été adopté d'Éthiopie en Italie. Il a joué dans les académies de la jeunesse de l'AC Milan et de Bénévent. Il a expliqué dans une lettre avant sa mort par suicide comment il souffrait d'abus et de traitements raciaux constants. Il est essentiel de souligner que son père adoptif a fait tout son possible pour souligner après la mort de Seid que le racisme n'a joué aucun rôle dans sa mort. C'est un exemple clair d'un parent adoptif ignorant, n'écoutant pas et ne voulant pas faire face aux difficultés auxquelles Seid était confronté.

Je suis extrêmement triste et en colère chaque fois que j'écris sur les suicides d'adoptés. Ces décès ont un impact sur l'ensemble de la communauté des adoptés. Alejandro et Seid font partie de nous tous. Il y a environ cinq à sept millions d'adoptés dans le monde et il est temps que nous commencions à parler du suicide des adoptés. 

Lisez les autres articles de Lina sur le suicide des adoptés, Partie 1 & Partie 2.

Autres ressources sur le suicide des adoptés

Faire face au suicide d'un adopté
Page commémorative de l'ICAV
Jour du souvenir des adoptés
C'est une semaine noire pour les adoptés en Europe
En mémoire de Seid Visin

3 Réponses à "Demystifying the stigmatization of adoptee suicide"

  1. Mirah Riben - Auteur de "faire la lumière sur... Le côté obscur de l'adoption" (1988) et "Le marché des cigognes: l'industrie américaine de l'adoption non réglementée de plusieurs milliards de dollars" (2007). http://mirahriben.blogspot.com
    Mirah Riben dit :

    Merci d'avoir écrit cet article si nécessaire.

    Il doit y avoir des statistiques plus actuelles et elles sont très difficiles à trouver. De nombreux suicides sont classés comme des accidents et très peu de décès d'adoptés par quelque moyen que ce soit sont enregistrés comme décès d'adopté. Le problème sous-jacent est qu'une fois qu'une adoption est finalisée, les personnes adoptées sont considérées comme « comme si » nées dans leur famille et les parents adoptifs sont considérés comme irréprochables, il n'y a donc pas de suivi à l'exception de certaines études basées sur les récits des parents adoptifs. leur point de vue.

    De plus, il n'y a aucune statistique sur les suicides de mères de naissance.

    Quant au langage blessant, c'est dur à chaque fois qu'on me demande combien d'enfants j'ai. Selon la façon dont je connais la personne qui pose la question, je réponds souvent simplement à 3 à cause d'autres questions telles que où habite-t-elle. C'est une question très délicate et j'estime avoir le droit de choisir de la partager ou non.

    Si je me sens suffisamment en sécurité pour dire que j'ai eu quatre enfants et qu'un est décédé, je suis alors confronté à des questions supplémentaires telles que de quoi est-il mort et je n'ai jamais trouvé de moyen confortable de dire qu'elle a choisi de mettre fin à sa vie tortueuse, ou que elle a succombé à une dépression fatale.

    La culpabilité qui entoure les survivants du suicide d'un être cher est incompréhensible.

    1. Je suis actuellement en deuil de la mort par suicide de mon fils adoptif, il y a deux semaines. Il avait 14 ans. Il est venu d'Éthiopie à l'âge de 6 ans. Il était extérieurement extrêmement joyeux, talentueux, athlétique, populaire et bien ajusté. Il a bien réussi à l'école. Il ne prenait aucune drogue et avait de bons amis. Il n'a montré aucun signe de problème. Il était toujours joyeux. Je suis dévasté parce que j'ai réalisé que rien de ce que j'ai jamais fait ne pouvait compenser la perte de ses parents biologiques et le traumatisme qu'il avait subi avant l'âge de 5 ans à l'orphelinat. Je suis extrêmement triste que cela affecte si profondément les adoptés. Sa vie aurait été un enfer en Éthiopie, mais il a quand même dû souffrir tellement ici. Nous sommes une famille biraciale avec deux autres sœurs d'Éthiopie. Au cours des 8 années, il a consulté plusieurs psychologues et psychiatres pour le « TDAH » que je reconnais maintenant comme un traumatisme et un SSPT, et je suis tellement triste et déçu que personne ne l'ait aidé ni même demandé. Pour tout le monde, sa vie a commencé lorsqu'il a été adopté. J'aimerais soutenir toute initiative qui aiderait d'autres adoptés, et j'ai maintenant une vision complètement différente de l'adoption. Je suis tellement tellement démuni et je me sens si terriblement coupable que je n'ai pas pu l'aider.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%