Abandon

par Marijane Buck Huang, adopté de Taïwan aux États-Unis.

Mateo et Marijane

Une expérience de psychothérapie assistée par des chevaux centrée sur les traumatismes

Hier, j'ai rencontré Linda pour une autre séance de psychothérapie assistée par le cheval (PAE). Je n'avais pas prévu de demander une session, mais Alice, qui m'a "aidé" à apprendre et à m'entraîner avec Mateo, est absente cette semaine, et j'ai ressenti le besoin de traiter ma dernière session d'entraînement avec Mateo, qu'Alice a enregistrée sur vidéo pour ma mission vidéo de formation intensive Natural Lifemanship (NL). Mateo est un Mustang de 20 ans qui a été arrêté par le Bureau of Land Management (BLM), et pendant les 10 premières années de sa vie, a eu diverses expériences de formation. Il a ensuite été adopté mais n'a pas eu beaucoup d'interaction humaine. En conséquence, il est revenu à un état quelque peu sauvage et est devenu très méfiant envers les humains. Il a ensuite été adopté par une autre personne qui lui a fourni des conseils, de la patience et beaucoup de renforcement positif, et il profite davantage de la vie en relation avec son troupeau de chevaux et d'humains. Alice est une spécialiste des chevaux de formation et Linda est une psychothérapeute facilitée par les chevaux. Linda est également formée à T.-N.-L. Les thérapeutes assistés par le cheval et les spécialistes du cheval, ou professionnels du cheval comme on les appelle à T.-N.-L., s'associent pour faciliter la thérapie, et tous deux ont des compétences uniques. On apporte un clinique perspective et l'autre, un cheval perspective sur le processus thérapeutique. La formation intensive dans laquelle je suis actuellement est de niveau deux de la certification NL. C'est assez différent de la formation de niveau 1 Fondamentaux que je viens de terminer, que j'ai très apprécié et beaucoup appris de. 

C'est si bon d'assister à la séance de thérapie de ce matin avec Linda en sachant qu'il y a non attente, à l'exception de celui de simplement lâcher prise et d'avoir Tout à fait pas d'agenda avec le cheval. Je n'ai pas besoin de faire autre chose que d'être. C'est une journée chaude, mais pas aussi chaude que ma précédente séance d'entraînement avec Mateo et Alice quand il faisait 91 degrés, inhabituellement chaud pour le sud de la Californie et encore plus chaud sous le soleil direct. Mon téléphone a surchauffé pour l'amour de Pete pendant que nous enregistrions. Avant que ma séance de thérapie ne commence, je me mets à l'écoute du chant des oiseaux, la hauteur de leur chant fluctue très légèrement. Je fais de mon mieux pour m'adapter à mon corps et à mon environnement. Je me sens enraciné et présent dans ce moment. Je sens de la chaleur dans mes tripes et ma poitrine, et cette chaleur s'étend jusqu'à mes extrémités. Comme suggéré par l'un de mes entraîneurs NL, j'étends volontairement ma circonférence visuelle comme un moyen de rester connecté à mon corps… d'être présent et d'engager mon cerveau entier. J'observe les arbres autour de moi, tous les chevaux différents en passant devant leurs stalles, leur couleur et leurs marques, le son des doux nickers et hennissements, la douce odeur du foin mélangée à des odeurs de cheval, que je peux presque goûter. J'apprécie la brise calme et douce qui caresse mon visage et mes bras. Je rappelle que je suis le client aujourd'hui, pas le thérapeute en ce moment. Ce qui se passe en thérapie est important pour moi de le capturer et de le rappeler non seulement dans mon esprit, mais aussi dans mon corps.

C'est bon de voir Linda. Notre dernière session remonte à environ un mois. Nous avons construit un excellent rapport thérapeutique, et aujourd'hui, je me sens plus à l'aise et à l'aise en sa présence. Je pense fugitivement à ma propre histoire de traumatisme, comment j'ai vécu principalement dans les régions inférieures de mon cerveau, la partie survie, pendant un certain temps, hyper-vigilante, craintive. Les voies neuronales ici ont été "musclées" au fil des ans, provoquant une déconnexion entre les régions supérieure et inférieure de mon cerveau. Le résultat : peur, inquiétude, insécurité, honte, difficulté à réguler mon corps par moments. J'en ai pris de plus en plus conscience au cours de ma formation en NL. Je reconnais que je peux être facilement déclenchée à la pointe de stress ou d'anxiété, peu importe la situation, comme le cerveau et le corps s'en souviennent, mais en particulier lors de situations de conflit interpersonnel. 

Je partage avec Linda la profonde déception que j'ai ressentie après l'enregistrement vidéo de ma mission avec Mateo. Je lui rappelle comment j'étais arrivé à la séance en me sentant anxieux, inquiet et sous pression à propos du tournage de la vidéo, car je n'avais qu'une heure pour «obtenir ce dont j'avais besoin» pour ma mission. Vraiment, ce n'était pas assez de temps. La chaleur était suffocante cet après-midi-là, et Mateo a été effrayé par une très grande remorque argentée garée à droite de l'enclos rond, un objet inconnu qui a amplifié son système d'éveil. Cela a également fait augmenter mon système d'excitation. Je n'ai pas particulièrement aimé travailler dans le plus grand stylo. Je préfère le stylo rond plus petit, qui offre un peu d'intimité et se sent plus intime, mais il était en construction. Bref, en interne, j'étais partout, et Mateo, assez sensible à la pression et à l'attente, l'a tout de suite compris. Les chevaux, parce que ce sont des animaux de proie, sont extrêmement sensibles à leur environnement, hyper-vigilants. Ils sont câblés de cette façon pour plus de sécurité. Ils comptent sur leurs compagnons de troupeau pour la sécurité et la connexion. Ce sont des animaux sociaux et peuvent établir des relations profondes et connectées avec leurs compagnons de troupeau, un peu comme les relations humaines. Ils sont extrêmement sensibles à ce qui se passe chez les humains en interne, l'une des raisons pour lesquelles ils sont de si merveilleux partenaires de thérapie.

Alice a continué à m'instruire pendant qu'elle enregistrait ma vidéo. « Faites demi-tour et voyez s'il vous suit… », etc. Je me sentais raide et mal à l'aise. Lorsqu'une personne est dérégulée, il y a une déconnexion entre son cerveau et son corps. Donner des instructions ou des indices verbaux peut amener la personne à tentative rester dans leur néocortex (pensée/partie supérieure du cerveau) ; Cependant, cela ne fait que provoquer une déconnexion et un dérèglement supplémentaires. Le cerveau a du mal à traiter tous les stimuli. Nous devons communiquer avec la partie du cerveau qui aidera cette personne à se calmer. J'ai eu besoin régulation ascendante, ou mouvement et entrée sensorielle qui adresseraient les régions inférieures de mon cerveau (cerveau primitif). Peu importe ce que j'essayais, je ne pouvais pas me réguler, et même si elle essayait seulement d'aider, Alice a inconsciemment augmenté la déconnexion entre mon cerveau et mon corps avec ses indices verbaux. Lorsque j'ai revu ma vidéo plus tard, j'ai été étonné de voir à quel point arythmique mes mouvements sont apparus au fur et à mesure que je travaillais avec Mateo. J'avais du mal à suivre des cours tout en essayant de réguler mon corps et de me connecter avec Mateo.

J'explique à Linda que Mateo a passé la majeure partie de la séance d'entraînement à résister à mes demandes de connexion. Il n'était pas à lui en vouloir. Je n'aurais pas voulu être près de moi non plus. Alice m'informe plus tard que lorsqu'un cheval détecte tout ce désordre interne, les humains peuvent en fait leur sembler flous, ce qui pour un cheval est dangereux et imprévisible. Certains chevaux nous évitent lorsque cela se produit. Il s'agit d'informations vitales dont un thérapeute doit être conscient pendant une séance de thérapie, car le cheval comprend ce qui se passe dans le corps du client. Parfois, le client est tellement déconnecté de son corps que les sensations corporelles sont en dehors de sa conscience, en particulier lorsqu'il est dans un état dissociatif. Chaque cheval réagit différemment en fonction de sa propre histoire, de sa personnalité, de sa fenêtre de tolérance, etc. Avec le recul, le tournage de cette première mission vidéo a été une expérience d'apprentissage si riche que les sentiments de frustration, d'impuissance, de dérèglement et d'anxiété que je ressentais seront certainement vécues par les clients avec qui je travaille à l'avenir. Cela fait partie du rôle du thérapeute d'aider le client à comprendre comment le cheval lui répond et à commencer à s'adapter à ses sensations corporelles. Je suis tellement content que Mateo ait eu l'opportunité de résister… il a eu un choix. Dans cette approche, nous ne voulons pas forcer un cheval à faire quelque chose qu'il ne veut pas. Au contraire, nous travaillons à établir la confiance et la connexion par le travail d'attachement et de détachement. Nous voulons le consentement du cheval, pas l'obéissance ou la soumission. Bien que cela ait été assez frustrant sur le moment, je suis reconnaissant d'en avoir appris plus sur moi-même et sur Mateo et d'avoir reconnu à quel point je porte en moi une anxiété.

À la fin de la séance, alors que je parlais à Alice, Mateo s'est approché de moi et a touché mon épaule avec son nez jusqu'à ce que je le reconnaisse. J'ai frotté sous sa lèvre inférieure pendant plusieurs minutes, cette zone douce et veloutée que j'aime, qu'il n'aime généralement pas vraiment. Ces moments étaient si tendres, mais plutôt que de me concentrer là-dessus, j'étais tellement préoccupé par mon propre sentiment d'"échec". Alice a dit, Il voit votre « moi authentique » maintenant, pas celui avec attente. je amour celui des chevaux. Pourtant, c'était beaucoup à traiter.

Aujourd'hui, ma séance de thérapie commence dans l'étal de Mateo. Je me vérifie avant d'entrer, plaçant une main sur mon cœur. "Inspire, expire. Écoutez les oiseaux chanter. Observer d'autres chevaux dans les stalles d'à côté dans ma vision périphérique. J'entre dans le stand de Mateo et je me renseigne auprès de lui. Je reste là quelques minutes à le regarder manger du foin dans son sac de foin. Je me demande combien de réparations je pourrais avoir à faire avec lui à cause du stress qu'il a subi lors de notre dernière séance d'essais. Linda s'approche alors. Elle se tient juste devant son étal. Je me rapproche de Mateo et commence à lui caresser doucement le cou, m'accordant à mes sensations corporelles. « Restez calme, Mj. Inspire, expire." J'observe Mateo mâcher, en rythme. Il aime sa nourriture. Ça fait du bien de caresser le cou de Mateo. Je me déplace pour le mettre au licou, lui montrant d'abord le licou, puis drape doucement la corde de plomb sur son très grand cou. Il baisse le nez pour laisser passer le licou. Oh super! J'avais peur qu'il essaie de m'éviter. Après avoir attaché Mateo et marché à l'extérieur de son étal, il trébuche presque sur ses pieds. Linda et moi remarquons qu'il boite, et au fur et à mesure que je le sors et que je fais le tour des étals, cela devient plus visible. Pauvre homme!!! Je le ramène à son étal, car nous ne voulons pas aggraver ce qui se passe. J'espère que ce n'est rien de grave. Linda me demande si j'aimerais travailler avec un autre cheval et je choisis Journey. Je suis tellement content d'avoir eu l'opportunité de travailler avec Journey! Linda demande quelles différences je remarque entre Mateo et Journey alors que je me présente dans son étal, caressant son nez et son visage. Je remarque tout de suite que Journey a un tempérament plus doux, peut-être même plus tolérant. Nous passons quelques minutes ensemble pendant que je continue de lui caresser le cou et le museau. Il me permet de l'arrêter, baissant la tête alors que je ramène le licou vers son nez. Alors que nous descendons au milieu des stalles jusqu'à l'enclos rond, il n'essaie pas de manger le foin étendu sur le sol comme le fait toujours Mateo. Il s'arrête au grand enclos rond, celui dans lequel je n'aime pas travailler, car c'est là qu'il se trouve habituellement. Mais alors, quand je lui demande de venir avec moi, il finit par suivre. Le claquement de ses sabots sur le trottoir est apaisant. Nous entrons dans l'enclos rond récemment rénové. L'enclos semble plus petit qu'avant et la terre au sol est différente, plus sablonneuse. Je me sens un peu gêné par cela, mais essayez d'être plus curieux.

Nous donnons à Journey plusieurs minutes pour s'installer. Il prend finalement une roulade, ses pattes avant repliées alors qu'il s'abaisse au sol. Pour que les chevaux fassent cela, ils doivent se sentir en sécurité, c'est donc bon signe ! J'aime le bruit que font les chevaux quand ils roulent et comment ils se secouent après. Linda et moi commençons par un peu d'EMDR au début de la session. Je sens des vibrations dans mes mains lorsque je tiens les buzzers. Le bourdonnement alterne d'une main à l'autre. Honnêtement, je ne me souviens pas exactement de l'objectif initial… Je pense que c'était sur l'anxiété que je ressentais avec Mateo, puis sur ce que je ressentais dans le présent avec Journey, mais cela change généralement en fonction de ce qui se passe. Journey se tient à une légère distance de nous pendant que je traite, mais mon regard est doucement sur lui. Parfois, je détourne le regard, pour lui enlever la pression – c'est une chose pour moi, ne pas vouloir mettre une pression excessive sur le cheval. Linda me demande plusieurs fois ce qui se passe pour moi dans mon corps. La plupart du temps, je me sens calme, peut-être légèrement dans et hors d'une certaine anxiété liée à ce que Journey ressent d'être avec moi. Le voilà…penser trop… Journey est un vétéran à être avec les clients pendant qu'ils font de l'EMDR, me dit Linda. Ce que je remarque le plus, c'est que je me sens plus calme et plus en sécurité avec Journey. Il semble juste plus amical et ouvert que Mateo, et cela m'attire. Il se sent comme un ami et mon co-régulateur. Je note ceci à Linda. C'est comme, "Je suis là pour toi." En comparaison, Mateo m'évite lorsque je ressens une anxiété accrue. 

Alors que la session touche à sa fin, Linda demande s'il y a autre chose que j'aimerais de Journey, comme me rapprocher de lui. J'hésite parce que je me demande comment il pourrait réagir. Je prends de grandes inspirations et me rapproche un peu plus. Puis je tends lentement la main et il la touche avec son nez. Je commence à caresser le côté de la tête de Journey et je me rapproche encore plus jusqu'à ce que je sois si proche que je puisse lui faire un câlin. Contrairement à Mateo, Journey semble d'accord avec le toucher et ne détourne pas la tête. 

Ensuite, je deviens courageux et je demande si je peux travailler sur l'attachement avec une connexion avec Journey. Linda sort de l'enclos. Au début, je ressens des "papillons", car je me souviens à quel point c'était difficile avec Mateo lors de ma dernière séance d'entraînement. Je prends quelques respirations plus profondes. Je déplace mon corps pour exercer une pression sur sa hanche arrière, concentrant mon énergie corporelle là-bas, et commence à émettre des cliquetis. Journey ne coopère pas tout de suite. Il est debout, regarde au loin ou broute le sol. J'augmente la pression parce qu'il m'ignore en claquant des doigts, en appelant le nom de Journey, en tapant dans mes mains, en déplaçant mes bras de haut en bas, en faisant plus de cliquetis tout en maintenant la pression sur sa hanche arrière. "Je pense que je me sens gêné de demander à Journey une connexion", dis-je. Après quelques minutes de plus, Linda demande : « Que pensez-vous qui pourrait vous empêcher de vraiment faire la demande ? » Il me vient soudain à l'esprit que je ne suis pas engagé à la demande. Je suis curieux, pourquoi ? Je ne croire Je peux demander! je rassemble plus intention, et puis Journey coopère ! Il se transforme en moi, et tandis que je bouge, il me suit, et nous marchons ensemble, côte à côte, autour de l'enclos, calmement, en rythme. Quand Journey soupire, je soupire. Quand il laisse échapper un petit son de framboise, moi aussi. Il est un peu distrait, alors je demande à me reconnecter, et il se transforme à nouveau en moi pour le suivre. Notre session se termine bientôt. En traitant avec Linda, je me rends compte qu'il m'est très difficile de demander ce dont j'ai besoin aux autres. j'ai peur d'être rejeté. Je fais des choses moi-même pour éviter demander. Nous discutons de la façon dont il faut vulnérabilité demander que nos besoins soient satisfaits. Je peux facilement aider les autres, me soumettre aux autres ou m'y conformer, mais je demande rarement ce que j'ai besoin de.

Linda me dit qu'elle a vu le moment exact où quelque chose en moi décalé alors que j'ai demandé une connexion à Journey, et c'est à ce moment-là qu'il s'est retourné et m'a remarqué, puis a coopéré. Un changement subtil, mais intentionnel dans mon énergie corporelle - je engagé à la demande, en interne. j'ai demandé quoi J'ai eu besoin. J'avais besoin de connexion. Linda a également remarqué que lorsque Journey a été distrait et que j'ai demandé une reconnexion, Journey a coopéré beaucoup plus rapidement. Donc, quelque chose que j'observe dans mon travail avec Mateo et Journey, c'est que les deux chevaux sont distraits et se déconnectent. Je suis curieux de savoir si c'est quelque chose en moi qui cause ça… suis je se déconnecter, peut-être se déplacer dans mon néocortex et se déconnecter de mon corps ? Penser trop? Très probable. Je pense que je m'inquiète que le cheval se déconnecte au lieu de croire que mon cheval restera avec moi. La déconnexion du cheval s'apparente au rejet (pour moi). J'ai peur que le cheval me rejette, comme dans les relations humaines. Et le rejet fait mal… l'abandon fait mal. Quelque chose à explorer alors que je poursuis mon travail personnel et ma pratique.

Ce moment de connexion avec Journey était si doux et mémorable, tout comme avec Mateo. Parce que j'ai déjà expérimenté cette connexion avec Mateo, c'était difficile quand il m'a évité lors de ma dernière séance d'essais. Et que ma mission vidéo semblait si erratique aux autres quand je sais que j'ai en moi la force de me connecter avec un cheval était difficile. Je dois me rappeler qu'il s'agit de la traiter, pas la perfection. J'ai commencé à travailler avec les chevaux pour la première fois en mars lors de la formation Fondamentaux, qui a duré 10 semaines. Je n'avais littéralement aucune expérience du cheval auparavant. Je vais apprendre de ces moments.

J'ai vraiment envie de posséder ou de louer mon propre cheval afin d'avoir accès à la pratique plus librement et sans frais. Je paie Alice chaque semaine pour son temps avec l'un des chevaux. J'ai dû faire preuve de créativité pour trouver des moyens d'y parvenir. C'est assez cher de posséder et de prendre soin d'un cheval correctement, et des choses peuvent arriver à tout moment concernant leur santé. Les factures de vétérinaire importantes sont préoccupantes. Malgré ces obstacles, mon espoir et mon rêve est d'avoir un cabinet privé facilitant la psychothérapie assistée par les chevaux (TF-EAP) centrée sur les traumatismes et de travailler spécifiquement avec les adoptés. Comment cela pourrait apporter une telle guérison, connexion et croissance. Mon travail personnel en thérapie facilitée par les équidés a été une guérison très différente de la thérapie traditionnelle. Cela m'a permis de mieux prendre conscience de moi-même et d'avoir un aperçu de mes propres sensations corporelles, d'une connexion accrue à moi-même, d'une compréhension de la façon dont travailler avec des équidés aide à établir de meilleures relations humaines, et cela a apporté une joie profonde, un sentiment de sécurité et une connexion avec les chevaux. J'apprends des moyens de mieux m'autoréguler, et ce travail aide à construire de nouvelles voies neuronales dans mon cerveau. Tout cela prend du temps. Mon voyage de guérison continue.

Bien que l'accès au travail et à la pratique avec un cheval soit un défi, je continue. Ce n'est pas facile. Quand je commence à douter de moi, mon ancien superviseur clinique, qui est également formé à NL et pratique le TF-EAP, m'encourage à ne pas abandonner. Elle me rappelle que j'ai été attiré par ce travail pour une raison. C'est peut-être une vocation. Ce n'est pas la fin de l'histoire.

*Les noms des personnes ont été modifiés pour protéger la vie privée.

ICAV (c) 2021. Cet article ne peut pas être copié ou partagé sans l'autorisation directe de Marijane.

Une réponse à "Surrender"

  1. Lara/Trace – foothills of the Berkshires – author, mosaic artist, publisher, wildly curious Twitter: @wildlyTLH
    Lara/Trace dit :

    Je n'ai jamais trouvé les mots pour mon trouble en tant qu'adopté : Parfois, le client est tellement déconnecté de son corps que les sensations corporelles sont en dehors de sa conscience, en particulier lorsqu'il est dans un état dissociatif.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%