Le racisme en tant qu'adopté asiatique

par Josh Woerthwein adopté du Vietnam aux USA.

J'ai décidé de partager mes propres expériences avec le racisme, parce que les événements actuels me rappellent le passé. Ne soyons pas tordus : bien pire est arrivé à des gens bien meilleurs que moi. Mais je pense qu'il est important que les gens sachent que le racisme existe depuis des décennies ; c'est en fait le passe-temps préféré de l'Amérique. Je pense juste qu'une certaine personne a exacerbé la situation dans la façon dont il a choisi de faire référence à Covid-19. Et pour une raison quelconque, cela a permis à des racistes lâches d'attaquer des hommes et des femmes asiatiques âgés (principalement par derrière, car ils n'ont pas le courage testiculaire de montrer leur visage) et de commettre des actes de meurtre de masse.

Ma mère adoptive et moi, avril 1975

LA PLUPART des personnes avec qui je suis ami sur les réseaux sociaux sont des personnes que j'ai rencontrées. Il y en a une poignée que je n'ai pas. Alors pour ceux d'entre vous que je n'ai pas rencontrés face à face, un petit rappel : je suis né au Viet Nam en 1974, adopté par une famille blanche en 1975 (j'ai trois frères et sœurs, l'un étant leur fille biologique, et ils ont adopté deux autres enfants – à la fois mi-noirs/mi-blancs), élevés dans le centre-sud de l'AP, et n'ont pas quitté la région jusqu'à ce que je sois allé à l'université. De manière détournée, je me suis retrouvé dans le quartier du métro de New York et je suis ici depuis 2001.

Je suis presque sûr d'avoir réprimé une grande partie de ce qui s'est passé tout au long de mon enfance, mais la couverture médiatique accrue de la violence raciste et des crimes haineux envers les Asiatiques m'a fait me remémorer «le bon vieux temps». Je pensais à la première fois où je me souviens de quelque chose de raciste qui a été dit ou fait à mon égard, ce qui a ouvert les vannes. Cela va être long, alors prenez un café et profitez de la balade dans ma mémoire !

  • Je ne m'en souviens pas parce que j'étais trop jeune mais ma mère m'en a parlé : un ami de ma mère m'a vu dans la poussette et m'a dit que je ressemblais presque à ma mère, et a demandé à ma mère si elle allait se faire opérer fait sur mes yeux pour que je puisse lui ressembler encore plus. Ma mère, choquée, est revenue avec : « Et si je me faisais opérer les yeux pour que je ressemble davantage à LUI ? ». Son amie a été encore plus choquée et a dit: "Pourquoi feriez-vous quelque chose comme CA?!" Je suis presque sûr qu'ils n'étaient plus amis après cela. Ma mère a également été remerciée à plusieurs reprises par un certain nombre de personnes lorsqu'elle était avec moi pour « l'avoir sauvé des sales Commies ».
  • À l'âge de 5 ou 6 ans, à la maternelle, je me souviens d'autres enfants se moquant de moi avec « Chinois, japonais, genoux sales, regardez CES », et en disant « ÇA », ils tiraient le coin extérieur de leurs yeux vers le haut et vers l'extérieur. imiter (soi-disant) mes yeux.
  • Dans mon quartier, l'un des frères aînés de mon ami m'a surnommé « Hadji ». Je pense qu'il a dit que c'était parce que je lui rappelais Hadji dans les dessins animés de Jonny Quest. Ça a collé. Dans mon quartier, on m'appelait toujours « Hadji » jusqu'à mon départ, vers l'âge de 19 ans.
  • Quand j'avais 8 ans, je rentrais à pied de la maison d'un ami et un enfant plus âgé (il avait probablement 16 ans) a essayé de me tirer une balle dans la tête depuis la fenêtre de sa chambre de l'autre côté de la rue avec un pistolet à plomb. Il était un mauvais tireur et m'a plutôt touché à la hanche droite. Interrogé par la police, il a dit qu'il voulait juste « tirer en biais ».
  • La même maison d'amis d'où je rentrais à pied, je venais de partir parce que son père m'a dit: "J'avais l'habitude de tirer sur des petits gooks comme toi de mon Huey à 'Nam".
  • On m'appelait "slant" ou "chink" quelques fois par semaine à l'école primaire.
  • Cela a changé en « gook » et « zipperhead » ou « zip » au collège.
    The More You Know : saviez-vous que « gook » dérive du mot coréen pour l'Amérique/les Américains, qui est « miguk » ? Cela ressemble à « me gook », alors pendant la guerre de Corée, les Américains pensaient probablement que les Coréens disaient « moi, gook », l'ont transformé en une épithète et ont appelé les Coréens « gooks ». Cela bien sûr, transféré à tous les Asiatiques, puisque vous savez que nous nous ressemblons tous aux Blancs. De plus, « zipperhead » vient du fait que lorsque des soldats américains frappaient un soldat coréen ou vietnamien à la tête avec la crosse de leurs fusils d'assaut, cela leur ouvrait la tête comme une fermeture éclair. "Zip" n'en est qu'une forme abrégée.
  • Au moment où j'ai atteint le lycée, il s'était transformé en « Charlie », « VC » et « Riceboy ». "VC" dérive bien sûr de "Viet Cong" alias "Victor Charlie" alias "Charlie". "Riceboy" est celui qui a été le plus utilisé cependant.
  • On m'a également dit de retourner dans mon propre pays une multitude de fois aussi loin que je me souvienne jusqu'à la 11e année.
  • J'ai gardé un pinceau et un pot de peinture dans mon casier au lycée qui correspondait à mon casier, car je pouvais peindre les croix gammées qui restaient sur mon casier plus rapidement qu'il ne m'en fallait pour que l'entretien vienne le faire.
  • Au début de la 9e année, un gamin Mike m'a dit de retourner dans mon pays et j'ai décidé de lui dire de retourner dans le sien. Je n'étais pas un très grand enfant. Il m'a essentiellement ramassé et m'a jeté dans un escalier qui m'a cassé les deux poignets. Il a été suspendu pendant trois jours.
  • Tout au long du collège et du lycée, des camarades de classe blancs m'ont demandé à plusieurs reprises : « Vos femmes asiatiques ont-elles des chattes inclinées, parce que vos yeux sont inclinés ? »
  • Je serais riche si j'avais un centime pour le nombre de fois qu'on m'a demandé si je connaissais le kung-fu ou le karaté, suivi d'une côtelette de karaté faible et « salut-yaaaaaaaaaa ». À ce stade de ma vie, je ne connaissais pas du tout les arts martiaux. Il en va de même lorsqu'on me demande si j'ai mangé des chats et des chiens.
  • Le KKK et le WAR (White Aryan Resistance) étaient tous les deux essentiellement des clubs de mon lycée (non sanctionnés par l'école mais l'école n'a rien fait à propos de leur présence).
  • Au lycée (environ 1 200 élèves, et moins d'une demi-douzaine d'entre nous n'étaient pas blancs), un enfant s'est fait prendre avec quelque chose comme quatre fusils et 2 000 cartouches dans la cabine de sa camionnette. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi, il a répondu que c'était "pour nettoyer l'école de tous les gens de boue". J'ai supposé qu'il était juste un tireur terrible. Il ne se serait pas fait prendre si quelqu'un d'autre ne l'avait pas vu et n'en avait pas parlé au directeur, car c'était étrange de le voir en dehors de la saison de chasse.
    J'ai rencontré une gentille fille catholique au lycée à la patinoire locale. C'est arrivé au point où je lui ai demandé un rendez-vous et elle a accepté. Je suis allé la chercher chez elle le soir de notre rendez-vous et son père a ouvert la porte. La conversation s'est déroulée comme suit :
    SON PÈRE : Putain qui es-tu ?
    MOI : Josh, je suis ici pour récupérer Colleen pour notre rendez-vous.
    SON PÈRE : Cela n'arrivera pas, et voici pourquoi : vous n'êtes pas irlandais. Vous n'êtes probablement pas catholique. Et tu n'es vraiment pas blanc, alors tu ferais mieux de foutre le camp de ma propriété avant que j'aille chercher mon fusil de chasse.
    Inutile de dire que je n'ai jamais essayé de sortir avec une femme catholique depuis lors.
  • En 11e année, j'ai jeté un joueur de football Jamie à travers une fenêtre au milieu de ma classe d'anglais. Pendant une grande partie de la classe, il n'arrêtait pas de chuchoter « Hey riceboy » de l'autre côté de la pièce. Je suppose que c'était juste une décennie + de colère refoulée qui a finalement atteint son paroxysme. J'ai été élevé Quaker… pacifiste. WWJD et toutes ces conneries. Je me suis levé de ma chaise, j'ai traversé la pièce en courant, je l'ai arraché de son siège et je l'ai jeté à travers une fenêtre de sécurité grillagée (nous étions au premier étage, il n'est pas tombé très loin). J'ai été suspendu pendant trois jours. Après cela, cependant, pendant le reste de ma première année ou de ma dernière année au lycée, personne ne m'a dit quoi que ce soit de raciste, plus jamais, à l'école.
  • J'étais allé chez Denny's avec deux amis, Leah (une adoptée coréenne) et son petit ami Jeffrey (un enfant blanc italien). Jeffrey aimait s'habiller dans un style punk et portait des Doc Martens noires avec des lacets rouges. Nous étions assis là et un groupe de skinheads s'est approché de notre table et a demandé à Jeffrey pourquoi il était assis avec « deux des gens de la boue ». Jeffrey était confus. Ils ont dit que seuls les skinheads gagnés peuvent porter des Docs noirs avec des lacets rouges (comme je l'ai découvert plus tard, des Doc Martens noires avec des lacets rouges ou blancs, lacés d'une certaine manière, signifie que vous êtes un skinhead ou que vous avez assisté à une soirée de démarrage où vous piétinez et donnez un coup de pied à quelqu'un). Ils ont fini par nous chasser de Denny's jusqu'à notre voiture. Alors que je montais sur le siège du conducteur, l'un d'eux m'a attrapé par le cou par la porte. J'ai claqué la porte sur son bras plusieurs fois jusqu'à ce qu'il lâche prise et recule dans l'un d'eux qui se trouvait derrière la voiture (il a roulé sur le toit/le capot). Je ne sais pas ce qui est arrivé au troisième. On s'est juste embrouillé et on n'est plus jamais allé chez Denny's.
  • Je suis finalement sorti de Bumblefuck, PA et suis allé à l'université. Ils avaient au moins plus de gens noirs et bruns autour, donc c'était un bon changement. Curieusement, j'ai essayé de rejoindre l'Asian American Student Coalition/Association et j'ai été fondamentalement refusé parce que je n'étais pas « assez asiatique ». Je ne pouvais gagner nulle part.
  • J'ai noué ce que je pensais être une belle relation avec cette Italienne quand j'étais en première année. Nous sommes sortis ensemble pendant quelques mois, puis elle m'a fantôme. J'ai finalement pu entrer en contact avec elle et elle m'a dit: "J'utilisais juste ton cul oblique pour me venger de mon petit ami".
  • Cela étant dit, je n'ai pas du tout été confronté à beaucoup de racisme pendant que j'étais là-bas.
  • J'allais à Philly et ma voiture a eu une crevaison. C'était le soir (il faisait noir) et j'étais du côté de l'autoroute Schuylkill. Si vous connaissez la région, il y a genre zéro épaule. Quoi qu'il en soit, j'étais en train de fouiller dans mon coffre pour sortir le cric quand une voiture s'est arrêtée derrière moi. C'était bien parce que leurs phares m'ont donné plus de lumière. J'ai entendu une personne demander : « Avez-vous besoin d'aide ? » Je me suis retourné et j'ai dit : « Non » et les deux gars qui s'approchaient de moi, leurs expressions ont immédiatement changé. Ils portaient des vêtements néo-nazis typiques : bottes de combat, pantalons et vestes militaires. Des remarques racistes sont sorties, me disant de retourner dans mon pays, etc. L'un a tiré une chaîne et a commencé à la fouetter, l'autre a sorti un couteau. Ils ont commencé à m'approcher et je suis passé en mode attaque. J'avais commencé à fréquenter une école de karaté pendant ma première année d'université et j'étais ceinture brune à ce moment-là. J'ai eu trois ans d'entraînement 5 jours par semaine et de nombreux tournois à mon actif. Garçon de chaîne : J'ai plié sa jambe vers l'arrière au niveau du genou. Garçon au couteau : j'ai pu agripper son bras couteau, sa jambe l'a balayé et j'ai tapé du pied sur son plexus solaire. J'ai fini de changer mes pneus et les ai laissés sur le bord de la route.
  • Avance rapide de quelques années jusqu'à l'entreprise avec laquelle je travaille depuis 20 ans. Il y a eu trois incidents là-bas au cours de mes cinq ou six premières années. Tout d'abord, un chauffeur-livreur marchait à côté de moi dans l'entrepôt et m'a demandé où se trouvait l'école de karaté, l'a suivi d'une fausse côtelette de karaté et de « salut-yaaaaaa ». Cela faisait si longtemps que je n'avais pas entendu quoi que ce soit de raciste à mon égard, ma première pensée a été : « Attendez, nous avons une école de karaté ici maintenant ? »
  • Un collègue avec qui j'avais eu affaire au téléphone pendant des mois, que j'ai finalement rencontré en personne lors d'une conférence m'a dit : « Votre anglais est si bon, je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un comme vous le parle si bien. ”.
    Je mangeais de la nourriture chinoise avec trois autres collègues dans notre petit fourbicule et un collègue plus âgé passait, a passé la tête à l'intérieur, a regardé l'un d'eux et a dit : « Hé Billy ! Vous mangez tous cette bonne bouffe maintenant, hein ?!" et gauche. J'ai perdu ma merde. Il est revenu plus tard pour s'excuser, et la conversation s'est déroulée ainsi :
    JOE : Salut Josh, je ne voulais pas t'offenser avec ce que j'ai dit plus tôt. C'est juste que, vous savez, j'ai combattu pendant la guerre de Corée et ils m'ont vraiment mal foutu une hanche. Mais je peux comprendre votre anglais, donc vous êtes OK dans mon livre. (Gardez à l'esprit que NOUS TRAVAILLONS POUR UNE ENTREPRISE ASIATIQUE !!!)
    MOI : Hé Joe, si jamais tu m'ouvres la bouche une fois de plus, je vais te casser l'autre putain de hanche et danser sur ta tombe.
    Après que je l'ai signalé aux RH, son emploi a été résilié.
  • J'ai remarqué que « Tu parles bien anglais » est quelque chose qu'on me dit plus en tant qu'adulte (ce n'était pas quelque chose que j'avais beaucoup entendu à l'école primaire/au collège/au lycée).
  • Il y a quelques années, j'étais au point d'eau régulier avec quelques amis, la plupart pas blancs. Une femme blanche au hasard de l'extérieur de la ville (je pense du Texas) nous a dit qu'elle faisait un film sur les aviateurs de Tuskegee et nous a dit qu'elle l'appelait "The Flying N*ggers". Inutile de dire que nous avons essayé de ne pas lui parler pour le reste de la soirée. Plus tard, nous étions dehors en train de fumer et elle essayait d'attirer notre attention. Elle a appelé mon bon ami « Maleek » (ce n'est pas son nom) et m'appelait « Pol Pot ». "Maleek" s'est finalement retourné et était comme, "QUOI?!" et elle a fait de petits mouvements de battement avec ses mains et a dit, "FLYING N*GGERS!" Mon ami est rentré en colère parce qu'il ne voulait probablement pas provoquer la situation, mais je me suis tourné vers elle et lui ai dit : « Viens ici ». Lorsqu'elle s'est suffisamment rapprochée de moi, je lui ai murmuré à l'oreille : « Si vous ouvrez la bouche une fois de plus, je vais placer vos dents sur ces marches et marcher lentement sur l'arrière de votre tête jusqu'à ce que vous finissiez par avaler votre langue », recula et sourit. Elle rassembla ses affaires et partit.
  • Quand je vivais dans l'Ohio, je suis allé dans un métro pour prendre un sandwich et la femme qui y travaillait a commencé à me parler comme si elle me connaissait. Elle m'a même demandé comment allait mon frère Vinh. J'ai alors dit que je n'avais aucune idée de qui elle parlait et elle m'a demandé si j'étais untel. J'ai dit non, je ne travaille pas dans ce salon de manucure. Elle a dit : « Oh mon erreur. Vous tous, les Japonais, vous vous ressemblez.
  • Vivant également dans l'Ohio, je m'occupais de l'enfant de ma copine (ils sont tous les deux noirs). Elle avait faim, j'étais paresseux, alors nous avons traversé la rue jusqu'à Denny's, de tous les endroits. Nous étions assis dans la section arrière. Deux autres tables étaient assises, apportaient des menus, de l'eau et étaient servies avant que quiconque ne vienne nous donner des menus. J'ai fini par l'emmener ailleurs pour un sandwich et en sortant, j'ai demandé au directeur s'il était normal que Denny's soit ouvertement raciste envers ses clients non blancs. J'ai expliqué ce qui s'était passé, elle s'est excusée et a offert un repas gratuit. FOH.
  • On vous demande : « D'où venez-vous ? répondre par « Pennsylvanie » parce que c'est de là que je me suis identifié, puis j'ai demandé : « Non, d'où venez-vous VRAIMENT ? Genre, qu'est-ce que tu es ?”

J'ai fantasmé sur toutes les façons dont je pourrais me suicider de l'école primaire jusqu'à ma première année de lycée. Il y a eu une tentative ratée qui m'a pris un peu de temps pour récupérer. Tout cela s'est passé avant Trump. Et la chose la plus merdique à ce sujet, c'est que je suppose généralement que les gens sont racistes jusqu'à ce qu'ils prouvent le contraire.

#StopBlancTerrorisme

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%