Leçons de vie d'un adopté - Partie 6

Il s'agit d'une série écrite par Tamieka Petit, adopté de l'Éthiopie à l'Australie.

« Soyez votre propre héros, soyez votre propre sauveur, envoyez toutes vos souffrances dans le feu. Ne laisse aucun pied marquer ton terrain, ne laisse aucune main te retenir.

Patrick Loup

Je ne sais pas pour vous, mais en tant que femme, nous sommes nourris de force à l'idée depuis que nous sommes des petites filles qu'un grand homme fort viendra et 'Sauvez-nous' de nos ennuis et régler tous nos problèmes. Et peut-être que tout le monde n'y croyait pas littéralement, mais je pense que vous constaterez que, surtout pour les femmes, le fantasme peut s'attarder dans notre subconscient plus que nous ne le pensons. Cela peut parfois être un récit dans lequel nous nous plaçons inconsciemment, en particulier dans les relations où toutes nos peurs intérieures et nos croyances malsaines nous sont reflétées. Je sais aussi, surtout pour les jeunes générations, que l'amour est dépeint comme ce bonheur pour toujours où le partenaire viendra et résoudra tous nos problèmes si nous trouvons juste le bon, alors qu'en réalité ce n'est la responsabilité de personne d'autre que la nôtre de réparer notre problèmes.

C'est peut-être juste la nativité qui vient avec la jeunesse et le jeune amour. Et pour moi personnellement, je croyais qu'en tant que petite fille et quand je suis devenue plus âgée, je pensais que dans une certaine mesure, mon partenaire devrait être là pour traverser chaque bataille avec moi, pour me soutenir, être une épaule sur laquelle pleurer, pour m'encourager moi, pour être tout pour moi, et j'ai traversé une relation co-dépendante abusive de 3 ans pour me rendre compte que ce n'est pas de l'amour. Sa co-dépendance. Et la co-dépendance a tendance à se produire avec des personnes qui n'ont pas travaillé sur elles-mêmes et leurs mécanismes d'adaptation malsains aux mécanismes de défense pour avoir une définition malsaine de ce qu'est l'amour.

Ayant été adoptée comme une petite fille d'une manière ou d'une autre, je rêverais de recevoir une lettre de ma famille biologique par la poste et de venir me dire pourquoi ils m'ont abandonné. Pour venir me sauver de mon solitude, de me sentir comme si je n'appartenais pas à ce pays ou à cette communauté. J'avais l'impression d'être un extraterrestre tombé du ciel sans histoire, sans passé, juste une toile vierge. Je me souviens avoir regardé des films comme 'Lilo et Stitch' et se sentir exactement comme Stitch ; qui était exactement un extraterrestre sans vrais parents et essayant si fort de comprendre pourquoi il ne l'avait pas fait. Je me sentais comme tous les héros et héroïnes qui n'avaient pas d'histoire et fantasmaient souvent d'être soudainement emportés dans une aventure, où je découvrirais une histoire épique sur mes racines et ma famille biologique et réaliserais ma place dans le monde.

En gros, j'attendais que quelqu'un vienne me sauver, m'aide à comprendre ma douleur mais personne n'est jamais venu. Et c'était dévastateur.

Ce que j'ai réalisé en grandissant et en ayant vécu des expériences dans différentes relations, c'est moi qui devais me sauver. J'étais la femme qui a dû prendre l'épée et mener mes propres batailles, découvrir ma propre vérité, essuyer mes propres larmes sur mon visage. Je devais être le héros de ma propre histoire. Je devais être le seul à déballer mon traumatisme et mes mécanismes d'adaptation malsains, ma définition malsaine de l'amour, et me guérir parce que personne d'autre n'allait le faire pour moi. Et franchement, ce n'est la responsabilité de personne d'autre que la mienne. Je pense qu'en tant qu'adoptés, nous devons prendre conscience de cela, assumer la responsabilité de notre douleur et de nos traumatismes et prendre les mesures nécessaires pour les résoudre et nous guérir nous-mêmes.

Parce que honnêtement si on nous raconte depuis l'enfance ou traumatisé dans un récit où nous devons compter sur les autres pour notre bonheur et notre sauvetage de notre douleur ou souffrance ; nous nous débarrassons de notre propre pouvoir personnel pour le faire. Nous nous mettons dans un récit où nous devenons encore plus impuissants que nous ne nous imaginions déjà être orphelins, enfants ou adoptés. Mais nous avons le choix quand nous arrivons à l'âge adulte ; nous pouvons choisir quel est notre récit, nous avons le pouvoir, la plume proverbiale de notre histoire entre nos mains.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%