Adoption, abus et exclusion de la Commission royale

Partie 1 d'une série en 3 parties sur les abus sexuels dans le cadre de l'adoption

J'écris ceci en l'honneur des survivants qui se sont exprimés avec beaucoup de courage à la fois dans la Commission royale et dans l'Apocalypse. Ils m'ont inspiré à ne plus avoir peur de parler. Le changement ne se produira que si nous nous débarrassons du manteau de la honte et nommons les coupables et ne leur permettons plus de se cacher !

La plupart des membres de la communauté de l'adoption comprennent et acceptent qu'il y a un traumatisme et une perte pour nous, la personne adoptée. Le traumatisme auquel nous nous référons dans l'adoption est généralement ce que j'appelle plus correctement "traumatisme d'abandon” – le traumatisme qui vient d'avoir connecté in utero avec nos mères puis arrachés pour une raison quelconque, pour ne plus jamais se reconnecter à elle, à moins que nous ayons la chance d'être réunis ou d'avoir une adoption ouverte (ce qui est rare dans les contextes d'adoption internationale). De nombreux professionnels bien connus comme Dr Bessel van der Kolk et Gabor Maté ont longuement parlé des traumatismes de l'enfance liés au renoncement ou à l'abandon.

Dans cette série en 3 parties, je veux parler de l'un des traumatismes qui surviennent à certains d'entre nous après notre adoption - le traumatisme des abus sexuels au sein de nos familles adoptives. Ce sujet est trop souvent étouffé dans la honte et la culpabilité et nous, les adoptés, sommes laissés pour compte des ramifications - seuls et sans soutien.

Pendant COVID-19, j'ai eu plus de temps pour pouvoir regarder des documentaires. L'un des plus marquants a été Révélation sur ABC qui est un documentaire d'investigation de Sarah Ferguson faisant suite à la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels. Je me suis senti obligé de le regarder parce qu'à l'époque, les médias couvraient la libération du cardinal George Pell, qui a atteint l'un des plus hauts niveaux de fonction dans la hiérarchie catholique, et a été libéré sur des subtilités juridiques après avoir porté son affaire devant la Cour suprême en Australie. Il avait été auparavant reconnu coupable d'agression sexuelle sur enfant par deux tribunaux distincts, mais ces décisions ont été annulées. Étant une survivante d'abus sexuels au sein de ma famille adoptive, j'étais horrifiée et en colère à cette nouvelle comme beaucoup d'autres survivants! J'ai été déclenché et rappelé le manque de justice pour les gens comme moi, dont les auteurs s'en tirent avec leurs crimes ! Déclenché aussi parce que j'ai compris intuitivement combien de courage il a fallu à une âme courageuse et à ses alliés pour se dresser contre l'église catholique et oser l'affronter, dire sa vérité et espérer/prier pour que la justice prévale. Malheureusement non ! Comme moi, cette âme courageuse doit vivre en sachant que peu importe à quel point nous nous battons pour notre enfant intérieur qui a été si gravement blessé, il n'y a parfois aucune justice légale pour garantir que l'auteur soit puni pour son crime. L'autre déclencheur a été de voir le pape peu de temps après s'exprimer en faveur du cardinal Pell, comparant sa « souffrance » à celle que Jésus-Christ a subie. Ughh pour ceux d'entre nous qui croient les victimes, c'est comme la torsion ultime et cela ressemblait à mon père adoptif criant lorsque je l'ai confronté plusieurs fois au téléphone pour ses actes du passé. Il a exigé que j'arrête de « le crucifier ». Pourrait-il y avoir une autre tournure pour que nous, les victimes, dépeintes comme l'auteur, causant leur Souffrance?!

Je suis obligé de parler pour les adoptés comme moi, qui souffrent au sein de nos familles adoptives d'abus sexuels. Je crois que c'est l'une des pires formes de traumatisme qui se superpose à notre socle déjà fragile de traumatisme dû à l'abandon. Il m'a fallu des décennies pour me sentir suffisamment ouvert et libéré pour parler librement de l'impact que cela a eu sur moi. Je parle parce que j'ai essayé de participer à la Commission royale mais à la fin, je n'y suis pas parvenu car au moment où mon avocat a confirmé que j'étais en effet techniquement considéré comme "sous la protection de l'État" alors que mes abus avaient eu lieu, il était trop tard. – il restait une semaine à la Commission royale et ne prenait plus de témoignages.

On m'a d'abord refusé la possibilité de partager mon histoire à la Commission royale parce que dès que j'ai dit « je suis adopté », ils m'ont automatiquement dit que les abus commis dans le « domaine privé » n'étaient pas inclus. J'aurais dû dire que mon abus s'est produit techniquement alors que je n'avais pas été adopté. Ce point en lui-même met en évidence l'un des domaines dans lesquels nous, les adoptés, disons ce qui ne va pas avec l'adoption - et c'est le manque de responsabilité de nous à long terme, par l'Etat ou établissement. L'Etat/Institution nous prend, nous place, évalue notre famille adoptive, les filtre théoriquement, les éduque, nous associe à eux, et les juge »éligible" adopter. Donc, si l'institution qui est si étroitement impliquée dans notre placement « se trompe » (avec le recul), et qu'il s'avère que nous sommes maltraités par les personnes qu'elles ont choisies pour être notre »parents" - comment se fait-il qu'ils peuvent échapper à avoir "aucune responsabilité« pour une part quelconque dans nos abus ? N'oubliez pas que nous sommes de jeunes enfants et que nous n'avons jamais eu notre mot à dire. Nous sommes dans la position la plus impuissante. Je soutiens qu'être adopté ne devrait pas nous considérer comme étant à l'extérieur "soins institutionnels dans une perspective à long terme" c'est à dire, l'adoption est une forme à long terme de prise en charge par l'État/l'institution. Les astucieux comprendront que la «vue transactionnelle unique de l'adoption» qui prévaut est l'une des principales raisons pour lesquelles les États/instituts sont heureux d'adopter des enfants et de faire de l'adoption une première solution. Cela leur permet de se laver les mains et de ne pas être tenus responsables de ce qui se passe après. Par rapport à nos pairs qui se retrouvent dans d'autres formes de prise en charge alternative qui ne rompent pas la responsabilité de l'État/de l'institution – par exemple, placement en famille d'accueil, tutelle, gérance ou prise en charge par la parenté ; ils ont été autorisés à participer à la Commission royale et sont suivis à long terme.

Je sais, en discutant avec d'autres adoptés en Australie, à quel point il était frustrant pour nous d'avoir été exclus de la Commission royale. Alors que la Commission royale tient la plupart des institutions responsables du manque de réponses aux abus sexuels, les institutions mêmes qui nous ont placés dans des familles adoptives où des abus se produisent, finissent par ne jamais être responsables de leur rôle.

La Commission royale n'était qu'un moyen par lequel j'aurais aimé aider à créer de la visibilité pour ceux d'entre nous qui subissent des abus sexuels alors qu'ils sont dans des familles adoptives dans lesquelles nous sommes placés, en tant que forme de prise en charge institutionnelle.

Une autre option que j'ai est de demander les services d'un avocat et d'engager mon propre procès contre les auteurs et/ou ceux qui ont jugé mes parents adoptifs aptes à adopter un enfant. Ce chemin en soi est un processus long et éprouvant sur le plan émotionnel. Peu d'entre nous finissent par faire cela parce qu'étant adopté, le mantra d'être reconnaissant pèse lourd. Notre traumatisme d'abandon signifie aussi généralement que nous avons déjà tellement de choses à gérer. Je n'ai rencontré qu'un seul adopté à l'étranger qui a intenté une action en justice contre sa famille adoptive pour abus sexuel. Pour ce faire, a été un lourd tribut d'abandons supplémentaires et de dynamiques familiales non résolues. C'est un mélange toxique de problèmes que les adoptés doivent surmonter s'ils veulent un jour obtenir justice pour ce type de crime.

Au cours des dernières années, j'ai cherché à trouver un avocat qui pourrait m'ouvrir la voie pour réclamer justice pour moi, mais l'expérience a été tout simplement horrible ! C'est terriblement redondant chaque fois que je parle à un avocat qui n'a aucune idée de l'adoption internationale du point de vue de l'adopté et des impacts de la violence dans la famille adoptive. Trop d'adoptés dans le réseau ICAVs ont subi des abus sexuels. Pour la plupart, envisager de demander justice est tout simplement trop difficile. Avoir le courage et la force émotionnelle pour traverser le processus est un objectif presque inaccessible, le coût financier prohibitif, trouver un avocat avec la bonne expertise est difficile ; la plupart d'entre nous veulent juste passer à autre chose et essayer de mettre ça derrière nous. Chaque fois que je parlais à un nouvel avocat, je devais redire mon expérience. Cela a été l'une des expériences les plus invalidantes de ma vie ! Le dernier avocat était le pire, me disant que la consultation initiale serait gratuite, puis me facturant quand même. Les avocats peuvent nous re-déclencher avec leur mentalité de proie qui nous rappelle nos agresseurs ! Sur six avocats, j'en ai connu un seul qui a eu de la compassion, a agi avec humanité et empathie. Les autres étaient tous légalistes sans cœur ni âme. Il y a quelque chose à dire pour une profession qui doit être formée d'un point de vue traumatique et racialement informé pour nous représenter. Tous les avocats en adoption à qui j'ai parlé n'ont jamais entendu parler de nous, les adoptés. Leurs services sont tous pour les familles adoptives! Il m'a fallu plus de 2 ans pour être assez fort pour écrire sur cette expérience ou envisager de réessayer.

À venir : Partie 2 – L'héritage et les impacts de l'abus dans l'adoption.

Ressource

Écoutez Kaomi Goetz Adapté Podcast dans lequel elle partage son histoire d'abus sexuel et de réponse institutionnelle lorsqu'elle les a approchés.

10 Réponses à "Adoption, Abuse & Exclusion from the Royal Commission"

  1. Mirah Riben - Auteur de "faire la lumière sur... Le côté obscur de l'adoption" (1988) et "Le marché des cigognes: l'industrie américaine de l'adoption non réglementée de plusieurs milliards de dollars" (2007). http://mirahriben.blogspot.com
    Mirah Riben dit :

    BRAVO !!! Courageux et bien nécessaire !!

    Le dépistage des parents adoptifs est une blague, surtout en adoption privée. Et, au moins aux États-Unis, il n'y a aucun suivi une fois l'adoption formalisée.

    Les enfants adoptés ont été soumis à toutes les formes d'abus physiques et sexuels : brûlés, mis en cage, torturés, affamés, gavés, violés et tués par ceux qui se sont engagés à prendre soin d'eux.

    Pouvoir poursuivre ses agresseurs est le minimum qui devrait être possible.

    1. Mirah Riben - Auteur de "faire la lumière sur... Le côté obscur de l'adoption" (1988) et "Le marché des cigognes: l'industrie américaine de l'adoption non réglementée de plusieurs milliards de dollars" (2007). http://mirahriben.blogspot.com
      Mirah Riben dit :

      J'ai négligé de dire que je suis vraiment désolé que vous ayez subi de tels abus et que vous ayez ensuite été maltraité à nouveau pour acheter la commission et des avocats indifférents.

      C'est bien écrit et passionné !I Aussi bien qu'il en faut. (Ceci de quelqu'un qui essaie d'exposer les abus dans les foyers adoptifs depuis mon premier livre en 1988).

      1. merci beaucoup Mirah d'avoir éveillé autant de conscience grâce à vos livres et écrits ! Je suis un adepte de la vôtre depuis de nombreuses années ! espérons que plus d'entre nous continueront à en parler ! une commission royale sur les résultats à long terme de l'adoption ou des enfants pris en charge serait absolument incroyable !

  2. .Wow. Bien fait et dit. Je ne sais pas comment l'écrire mais je vais essayer. La seule question que l'on me pose toujours est « Quand avez-vous appris que vous aviez été adopté ? » La réponse est d'aussi loin que je me souvienne, je ne m'en souviens pas autrement. Apparemment, la stipulation derrière mon adoption était qu'elle devait être dans une « bonne famille catholique ». C'est drôle, quand j'étais en première année à l'école, je disais à mon AM que j'avais 3 mères. Elle, la mère qui ne voulait pas de moi et la Mère Marie.

    À ce jour, je ne sais toujours pas si mon adoption a été classée comme internationale ou non, car mes AP vivaient et travaillaient en Papouasie-Nouvelle-Guinée lorsqu'ils ont reçu la lettre d'offre. Oui, la lettre d'offre, comme un morceau de viande dans la boucherie, c'est comme ça que je lis les papiers. Ils avaient déjà adopté une fille 2 ans avant ma naissance donc nous étions 2. Ils se sont rendus au Queensland depuis la PNG pour l'interview et pour la collecte. Je ne suis vraiment pas sûr de ce qu'était tout le processus de sélection en 1974, mais d'après ce que mon AM a dit, un travailleur de leur village a dû donner une déclaration de caractère pour eux. C'était ça pour autant que je sache. Une fois que j'ai été pris en charge et que tous les papiers ont été remplis, nous étions de retour en direction de PNG.

    Après un an en PNG (désolé je ne me souviens pas de grand chose lol), la famille est retournée en Australie pour s'installer à Redcliffe Queensland. Maintenant, le fait est que mes AP ne pensaient pas qu'ils pourraient avoir leurs propres enfants en raison de problèmes de santé, mais 6 mois avant de retourner en Australie, ils sont tombés enceintes. En décembre 75 vint la sœur numéro 2, leur enfant biologique né. Les parents de mon AM vivaient à Brisbane, alors pendant qu'elle était à l'hôpital avec sœur2, sœur1 et moi-même sommes restés avec eux afin que notre AF puisse travailler et ainsi de suite. Donc de ne pas pouvoir concevoir à maintenant avoir 3 enfants au trot.

    De Redcliffe, nous avons déménagé dans une petite ville endormie du Queensland le jour de mon troisième anniversaire ou aux alentours de mon troisième anniversaire. La vie à la campagne a l'air bien, bien sûr, ce n'est pas toujours le cas. Nous avons eu une belle vie en grandissant avec les deux parents travaillant et pas riches mais assez bien pour passer des vacances un peu et ne jamais vouloir ou avoir besoin de quoi que ce soit. AM était enseignante, donc ses heures ont travaillé avec nous, les enfants. Elle n'a pas repris l'enseignement jusqu'à ce que nous soyons tous à l'école, alors elle était à la maison presque tous les jours pour nous. Notre AF, en revanche, était une bouilloire différente. Il travaillait de longues heures et buvait les autres heures de la journée. Oui, il était un alcoolique à part entière et l'a toujours été. La raison de notre retour permanent en Australie était que nos AP travaillaient pour le gouvernement de PNG et en raison de l'état mental de notre AF (oui mental, il avait déjà été admis dans une institution) et de son problème d'alcool, il a été contraint de démissionner et de revenir. vers l'Australie.

    Donc, nous savons maintenant que le processus de dépistage merdique, les problèmes mentaux et un énorme problème d'alcool sont dans le mélange, alors quoi d'autre pourrait mal tourner……..Agressions sexuelles. J'aurais environ 6 ans quand c'est arrivé pour la première fois. Mon AM sortait pour jouer au squash une fois par semaine le soir jusqu'à ce que je ne sache pas vers 21 ou 22 heures. Il me faisait venir dormir dans son lit et me faisait le toucher. Il le faisait aussi avec le garçon d'à côté qui avait le même âge que moi, car sa mère sortait également le même soir, alors AF était laissée à « bébé assis ».

    Cela a duré un moment, je ne sais pas exactement depuis combien de temps j'étais jeune, mais plusieurs fois. Un jour, tôt le matin, on a frappé à la porte d'entrée et j'ai couru pour y répondre. C'était 3 détectives. Le garçon d'à côté avait raconté à sa mère ce qui se passait la nuit chez nous (Dieu merci). Je me souviens avoir été interrogé par la police et avoir dû descendre récupérer mon AF pour son tour lors de l'entretien. Quand je suis arrivé à lui, il m'a demandé de leur mentir car il ne se souvenait pas d'avoir fait quoi que ce soit de mal. PAS DE VOIE SANGLANTE. Attends…..mais on m'a toujours dit de dire la vérité mais maintenant tu veux que je mente ???? Bref, pour faire court, il a été obligé d'aller en cure de désintoxication pour sa consommation d'alcool… c'est tout, rien de plus.

    Coupé à aujourd'hui car ce n'était que le début de l'abus. Jusqu'au jour où il (AF) est mort, il a juré noir et bleu que tout était dans ma tête (et celle du garçon d'à côté) et un mensonge. Oui, il est maintenant décédé et le garçon d'à côté purge maintenant une double peine de prison à vie pour meurtre. Il n'y a pas si longtemps, j'ai demandé à mon AM quel était le résultat de toutes les enquêtes. une cure de désintoxication d'alcool. WOW OK.

    Quoi qu'il en soit, comme je l'ai dit, ce n'était que le début. Nous étions dans une petite ville de campagne et même après tout ce qui s'est passé, avec moi et le garçon d'à côté, ils sont restés en ville et mon AM est resté avec lui. Petites villes = Gros potins. La nouvelle s'est répandue dans la ville sur ce qui s'est passé. Les adultes détestaient mes AP et les enfants me détestaient. Oui, c'est de ma faute si j'ai été abusé ffs. Ainsi, jusqu'à l'âge de 15 ans, lorsque j'ai quitté la maison, tout au long de l'école, j'ai été battu quotidiennement par mes pairs. L'intimidation était brutale. Je serais appelé « fils de pédé » et étiqueté « tel père, tel fils » et ainsi de suite, puis réduit en bouillie. Je rentrais de l'école battue et ensanglantée et la seule réponse à cela serait "qu'est-ce que tu as fait". Vraiment????? Tout ce que j'ai fait, c'est être le fils adoptif d'un pédophile.

    Eh bien, c'est à peu près tout ce que je peux dire pour le moment. Il y a beaucoup trop pour ici. On m'a dit que j'avais besoin d'écrire un livre sur tout ça, mais je ne sais pas par où commencer. Merci d'avoir écouté et que Dieu vous bénisse tous.

    1. Wow, James, quelle histoire d'horreur. Vous avez été échoué à bien des égards par tant de personnes. Merci d'avoir eu le courage de partager votre histoire. Je suis désolé - que cela se soit produit, que vous n'ayez pas été écouté, que cela ait conduit au harcèlement.

    2. Je suis tellement désolé James… c'est juste horrible ! Je suis tellement désolé que tu aies dû vivre cette vie de merde et que tu n'aies jamais été protégé par la police ou ta mère. Et l'intimidation et les coups de la communauté sont tout simplement horribles. Les adoptés sont si vulnérables, c'est si mal que vous ayez dû vivre cela seul sans aucun soutien toute votre vie !

    1. Ne soyez jamais désolé de partager votre expérience. Je suis si heureux que vous puissiez partager votre voix ici! Vous n'avez rien à avoir honte mais le système qui vous a mis dans cette famille doit avoir honte !

  3. Bravo Lynelle. C'est une série de messages tellement importante. Votre travail pour ouvrir la voie à la réforme est essentiel. Mirah, je serai à l'affût de vos livres – merci pour votre travail. James - Je suis tellement désolé que vous ayez dû souffrir cela – bien à vous de partager votre histoire alors que Lynelle a écrit: "Je suis obligée de parler pour les adoptés comme moi, qui souffrent au sein de nos familles adoptives d'abus sexuels." Partager nos histoires leur enlève le pouvoir négatif et nous permet de supprimer toute honte ou culpabilité injustifiée tout en encourageant ceux qui partagent l'expérience et n'ont pas encore trouvé la volonté de parler. Vous êtes tous mes héros !

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%