Nous avons été amenés dans un lieu de haine

Notes pour devenir moins humain par Vicente Molestad
(Adopté bolivien élevé en Norvège)

Le 10 août 2019 à Bærum, en Norvège, un homme blanc de 22 ans a attaqué une mosquée locale armé de fusils de chasse. Alors qu'il n'a tué personne à la mosquée, l'arrestation et la perquisition de son domicile ont révélé le meurtre de sa demi-soeur, une adoptée internationale de Chine, âgée de seulement 17 ans.

À notre arrivée, on nous a dit une fois les lois du nouveau monde, mais la réalité dans laquelle nous vivons parle de souhaits ignorants et, dans le pire des cas, de mensonges fatals. Ils parlaient de nous comme d'égaux dans cette société, de nous appartenant à ce pays, ni comme étrangers ni comme immigrés. Des mots que nous nous répétions.

Mais l'idée de nous en tant qu'enfants innocents, crédules et réalisant des rêves est devenue plus compliquée à mesure que nous nous transformions en êtres plus hideux et inconnus de la puberté et de l'âge adulte. Les cheveux sont devenus longs, noirs et indisciplinés. La peau, sombre et distinctement différente. Le corps ne ressemblait plus à l'idée d'un enfant mais avait les traits d'un étranger. Un étranger à notre environnement, un étranger à nous-mêmes, et parfois même un étranger à nos proches.

Les garçons finissent par correspondre à un profil médiatique pour la cause de la violence et du danger dans la société. Les filles sont devenues sexuellement désirables et fétichisées. Cette déshumanisation nous rend vulnérables à l'état actuel de l'Occident alors que la menace de l'étranger plane sur l'Europe comme un fantôme, un fantôme conjuré par son implication dans un passé sanglant. Nous sommes devenus des cibles dans la ligne de mire d'une guerre qui n'est pas la nôtre.

En tant qu'adoptés internationaux, nous sommes assimilés de la pire des manières, perdant nos langues, nos familles biologiques et nos racines culturelles. Pendant ce temps, nous portons toujours les côtés négatifs de ne pas être assimilés du tout. Parce que nos traits physiques sont encore ceux d'un étranger, de la menace, du barbare. Et cette description et cette image de nous font de nous des ennemis pour des nationalistes comme Phillip Manshaus.

Même maintenant, alors que notre position se manifeste de la pire des manières, la société et les médias en général ne reconnaissent ou ne soutiennent pas notre position et notre discours. Pour nous il n'y aura pas de marches, aucune mention et aucun grief. Même lorsque nous sommes tellement imbriqués dans l'état actuel des choses, nous ne sommes pas encore entendus, nous ne disposons pas encore de plates-formes. Si ce pays insiste pour nous amener à la place de la haine, je suggère qu'ils nous donnent au moins une chance de parler de notre cause parce que je refuse de mourir aux mains d'un nationaliste blanc.

Repose en paix Johanne Zhangjia Ihle-Hansen.

Les monuments commémoratifs des adoptés internationaux de l'ICAV

Une réponse à "We have been Brought into a Place of Hate"

Laisser une réponse

Affectation....
Français
%%footer%%