Transformer la négativité en positivité avec le bouddhisme

La salle de méditation de l'institut Garchen dans la vallée de Chino était de couleurs vives avec des rouges royaux, des jaunes canaris, des verts luxuriants et des bleus profonds. Des remerciements bouddhistes ornaient les murs. Un magnifique mandala était au centre du sol qui contenait des objets sacrés et des offrandes. Des bougies brillantes et des statues de Bouddha bordaient le devant. Des lamas révérencieux étaient assis à l'avant à droite, récitant des mantras tibétains traditionnels. Je me suis assis dans le coin opposé, derrière le mandala, près de l'île, à l'abri des regards des lamas. Dans cet espace de méditation, j'ai reçu mon initiation Vajrakalaya. Dans cet espace, j'ai donné mes vœux de Bodhisattva.

Pourquoi je faisais ça, demandez-vous ?

À la lumière de la tempête du mois de sensibilisation à l'adoption et des luttes en moi en tant qu'adopté, j'étais ici pour purifier mon cœur et mon esprit.

Le bouddhisme Vajrakilaya et Vajrayana

Dans ce Retraite Vajrakilaya Drupchen, j'ai généralement compris que l'autonomisation était conçue de manière à vaincre les obscurcissements dans mon cœur et mon esprit, pour effacer le "poisons” qui tendent à s'agréger en moi dans le monde matériel, qui obscurcit la nature pure originelle de chacun d'entre nous, c'est-à-dire l'amour et la compassion. Selon le site Web de Garchen, Vajrakilaya est une manifestation courroucée de Vajrasattva, le Bouddha de la purification. Ainsi, la pratique de cette retraite Vajrakilaya se concentre sur l'élimination des obstacles intérieurs et extérieurs intenses à la paix, au bonheur et à l'illumination.

Le Vajrakilaya fait partie du Bouddhisme Vajrayana, et ces enseignements expriment que la source de la souffrance est la saisie de soi du « Je » qui n'existe pas. Le but altruiste de ces pratiques est de cultiver la Bodhicitta ou la compassion illuminée en nous-mêmes, ce qui est aussi la nature du Bouddha. Cette cultivation de la compassion est l'antidote qui peut dissiper toute souffrance de nous-mêmes et des autres. Ainsi, le Vajrakilaya est comme un véhicule qui cultive la compassion en nous, et à un rythme accéléré.

Mon autonomisation

Voici une vidéo de moi recevant l'autonomisation. J'entre dans la scène vidéo à gauche vers 7:12:16. Et pour être honnête, je n'avais aucune idée de ce que je faisais.

Garchen Rinpoché a d'abord appliqué un sceptre au sommet de ma tête et a chanté. J'ai marché jusqu'au prochain lama. En une seconde, on m'a demandé de sortir ma main gauche. Ce lama a soudainement versé du vin dans ma paume. À ce moment-là, je me suis senti vraiment surpris, parce que je ne m'y attendais tout simplement pas.

Je me dirigeai vers le lama suivant, ma main toujours tendue. Ensuite, ce lama a déposé une graine ronde de taille moyenne dans le liquide dans ma paume, et maintenant, la perplexité totale s'est abattue sur moi. Je m'arrêtai, me demandant durement ce que j'étais censé faire. J'ai fait quelques pas de plus. « Bois », a ordonné ce lama, alors sans hésitation, j'ai en fait mis le contenu dans ma bouche. Avec le vin et la graine dans ma bouche, ma langue a tournoyé autour des objets, et j'ai avalé le liquide. Je m'arrêtai devant le lama avec la corbeille à raisins.

Oh non. Que suis-je censé faire maintenant ? Je pensais.

Ce lama m'a poussé à prendre un raisin, alors j'ai pris un raisin. Ne sachant pas non plus ce que j'étais censé faire avec ce raisin, je l'ai immédiatement jeté dans ma bouche, ce qui, je crois, était la graine de la longévité. Le dernier lama avait un petit sourire en coin en me regardant. Il sembla qu'il se souvint alors de me donner un bracelet, puis je retournai à ma place aussi gracieusement que possible.

J'avalai la graine d'autonomisation en trouvant mon siège, essayant de ne pas m'étouffer ou de faire la grimace. Après cela, j'ai commencé à réciter des prières.

Faire des pauses

Le drubchen est l'une des pratiques de yidam ou de diété les plus puissantes qui incluent la récitation continue de mantras pour aider à arroser la graine puissante plantée à l'intérieur. C'est généralement pour environ 7 à 10 jours de pratique ininterrompue, et pour cette retraite c'était 8 jours. Plusieurs jours de drubchen équivalent à des années de retraite solitaire. Il est pratiqué pour créer un environnement transcendant pour que la divinité apparaisse et pour détruire les forces en nous qui contrecarrent notre compassion. Dans la salle de méditation, il y avait un mélange de rituels sacrés comprenant des trompettes, des danses, ainsi que de l'encens brûlé pour stimuler les sens.

Pour cette retraite, je n'étais pas là en permanence. Les quartiers des invités du centre étaient tous réservés pour ce drubchen, donc rester hors du site a fait place aux déplacements et aux pauses. Cela s'est avéré très bon pour moi.

Me connaissant, j'ai tendance à me pousser trop fort parfois. La plupart des nouvelles pratiques pour moi doivent être à mon rythme, afin que je puisse m'immerger en douceur.

Pendant mes pauses, je logeais dans un hôtel à proximité. J'ai écouté le flux Youtube en direct que l'institut a montré pendant les séances de drubchen, en méditant à l'hôtel. Là, j'ai pratiqué Vipassana méditation aussi.

J'étais au centre pour m'entraîner presque tous les jours. J'ai sauté dans ma voiture tôt le matin et je suis rentré au coucher du soleil. Pourtant, j'ai ressenti le besoin d'être progressif pour cela. Je savais que la prochaine fois, je serais mieux préparé et plus discipliné.

Travailler efficacement avec les énergies négatives

Je me regarde dans cette vidéo et j'admets que je ris tout seul. En tant qu'adopté adulte avec des luttes internes, j'ai pris une grande partie de ma vie et de mes pensées au sérieux. Mais dernièrement, j'ai pratiqué le bouddhisme pour me débarrasser de mon sérieux mortel et expulser mes énergies négatives et mes obscurcissements, qui m'ont gardé enfermé dans des habitudes et des afflictions pendant si longtemps.

J'espère être plus léger et plus contrôlé avec ce que j'ai en moi, ce qui inclut la colère de l'adopté, sur lequel Lynelle écrit dans un article de blog.

En faisant ces pratiques, je fais un effort personnel pour contrôler et ensuite, transformer mes émotions les plus négatives en pensées, sentiments et actions positifs.

Le but de ces pratiques est de gérer concrètement ma vie et mes énergies plus efficacement, afin que je puisse être utile dans la société d'aujourd'hui.

Stéphanie prononçant ses vœux de bodhisattva au Garchen Institute de Chino Valley, en Arizona

Ce qui s'en vient ensuite

J'irai voir Amma, une sainte câline bien connue, la semaine prochaine en Californie du Nord ! j'y assisterai Retraite de la région de la baie avec mon ami, avec plus de photos et d'expériences à partager bientôt.

Merci d'avoir lu tout le monde !

 

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%