Retour au pays natal

Lynelle

Je viens de rentrer d'un voyage aller-retour de plus de 3 semaines dans mon pays de naissance, le Vietnam. Ce voyage atteste du mantra «l'adoption est un voyage de toute une vie« ! Mon retour à la patrie a été un autre déballage des nombreuses couches dans l'exploration de qui je suis et d'où j'appartiens.

Ce voyage était un tel contraste avec le premier que j'ai fait il y a 18 ans. En l'an 2000, je suis retourné au Vietnam pour la première fois. J'étais à la fin de la vingtaine. Je venais juste de commencer à m'éveiller pour comprendre que j'avais "adoption" et "abandon" problèmes. Je n'avais certainement aucune idée que j'avais une masse de chagrin et de perte sous la surface de ma vie quotidienne.

Quand je suis arrivé au Vietnam pour la première fois en l'an 2000, j'ai été touché par des sentiments bouleversants dont je ne connaissais pas l'existence. Je me souviens du deuil profond et intense qui a surgi en moi alors que nous atterrissions à l'aéroport. Des émotions accablantes m'ont inondé et j'ai passé la première semaine à pleurer et à essayer de comprendre pourquoi je pleurais et ce que tout cela signifiait.

Ce voyage a fini par être assez libérateur, une visite merveilleuse et très curative. Le moment le plus mémorable a été la femme locale du delta du Mékong qui m'a demandé dans un anglais chancelant d'où je venais. Dans mon anglais approximatif, j'ai expliqué très simplement que j'avais quitté le pays étant bébé et que j'avais été élevé par des Australiens blancs parce que je ne connaissais ni ma mère ni mon père. Ayant vécu près de 3 décennies à entendre la réponse des gens, "Oh, quelle chance tu as” à l'apprentissage de mon statut d'adoption, cette femme du delta du Mékong avait été la première à comprendre immédiatement mes pertes. Elle a dit ma vérité qui a résonné à l'intérieur quand elle a répondu : "Oh, tu as raté tellement de choses!"

18 ans plus tard, je suis une Lynelle différente, plus fragmentée et confuse. Je suis maintenant très consciente des impacts de l'abandon et de l'adoption. C'est maintenant 20 ans plus tard que nous nous prononçons et encourageons les autres adoptés à devenir proactifs et à partager les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Cette fois, je suis revenu et je me sentais tellement ancré dans mon pays natal et connaissant mon lieu, mon heure et ma date de naissance. Je me réjouissais d'être de retour dans mon district et mon hôpital de naissance. J'ai aimé me fondre parmi les gens qui me ressemblent. J'ai ressenti une affinité naturelle avec le lieu et les gens. J'adore le dynamisme de Ho Chi Minh-Ville! je pouvez maintenant appelle-le domicile parce que mon acte de naissance a été retrouvé et que je connais quelques vérités fondamentales sur moi-même !

De toute évidence, il n'y avait pas que moi qui sentais que je me sentais chez moi. Mon mari est un Chinois australien de 3e génération et il m'a dit : "Wow, je viens de réaliser que je suis marié à une vietnamienne !” C'était un de ces moments humoristiques mais sous la surface, la vérité dans ce qu'il a dit était profonde. je un m en fait vietnamien et je sens que j'ai enfin récupéré cette partie de moi qui manquait. Je ne sens plus que je suis juste une fille australienne, je suis Vietnamien – Australien. Cette deuxième visite m'a fait ressortir les nombreux aspects de qui je suis, fondamentalement, très vietnamien !

Le lien avec la terre mère, le respect de la nature et l'éducation des choses ont toujours été en moi, mais il est devenu évident lors de mes voyages au Vietnam que c'est une façon d'être très vietnamienne. J'ai voyagé du sud au nord et partout où j'allais, que ce soit en ville ou à la campagne, il y avait tellement de parcelles de terrain avec des champs de légumes, de fleurs, de riz ou autre. Les chemins de la ville au Vietnam n'ont pas encore oublié le lien entre mère nature et nos besoins humains.

Le désir inné en moi de construire et de faire partie d'une communauté, je l'ai aussi vu se refléter dans le mode de vie vietnamien. Au Vietnam, le seul exemple de la façon dont ils se déplacent les uns autour des autres sur les routes est incroyable. Les gens et le trafic circulent simplement les uns autour des autres, se permettant de suivre leur chemin sans agressivité, insistance ou compétition. Il existe un moyen naturel de "travailler ensemble” en harmonie qui résonne en moi.

Je suis par nature une personne très sympathique, toujours intéressée à découvrir les autres à un niveau plus profond. J'ai trouvé cela reflété dans de nombreux habitants vietnamiens que j'ai rencontrés et avec lesquels j'ai passé beaucoup de temps. Mon chauffeur de taxi Hr Hien m'a emmené pour un voyage de 12 heures aux marchés flottants. Il m'a embrassé, un étranger vraiment, comme son petit "sœur". Il s'avère que nous sommes en fait nés dans le même hôpital, lui n'ayant que 7 ans de plus. Il m'a abrité et protégé toute la journée. Il aurait facilement pu abuser de sa position de pouvoir, étant donné que je ne parle pas vietnamien et qu'il aurait pu me voler et me jeter au milieu du delta du Mékong. Au lieu de cela, il m'a pris toute la journée et m'a traité avec respect, m'accueillant dans sa vie en partageant ses pensées et ses points de vue sur la vie, la culture, la famille, les lois et les manières vietnamiennes. Quand nous achetions des choses, il disait : "Ne dis pas un mot, je leur dirai que tu es ma soeur revenue d'Australie qui est partie bébé pour expliquer pourquoi tu ne peux pas parler vietnamien". Ensuite, il négocierait pour nous et obtiendrait le "tarif local". Ce sont des expériences comme celle-ci qui m'ont montré l'âme du peuple vietnamien avec lequel je me rapporte – le sens de faire attention aux autres, d'être gentil et généreux dans l'esprit.

De retour pour visiter le musée des vestiges de la guerre, je me suis une fois de plus rappelé l'esprit vietnamien de résilience, de pardon et de capacité à aller de l'avant malgré une histoire terriblement et laide de guerres et d'atrocités. Attributs que j'ai vus dans mon être et maintenant je comprends d'où ils découlent. C'est mon esprit vietnamien, mon ADN vietnamien ! Je suis câblé pour avoir survécu et prospérer, malgré les adversités.

Pour moi, le retour à la terre natale a été si important pour embrasser tous les aspects de qui je suis. Je suis un produit d'abandon et d'adoption, entre deux cultures, terres et personnes. En grandissant dans mon pays d'adoption, j'avais été pleinement australien sans comprendre ni embrasser mon caractère vietnamien. Maintenant, au milieu de la quarantaine, je sens que je suis revenu à moi-même. Je suis fière de mes deux cultures et de mes deux terres. J'aime les aspects vietnamiens que je vois en moi et j'aime aussi ma culture et mon identité australiennes. Je ne me sens plus divisé mais je suis à l'aise d'être les deux à la fois.

Il m'a fallu des années de prise de conscience active pour embrasser mon identité, ma culture et mes origines perdues, mais c'est un voyage que je voulais faire. J'avais réalisé à la fin de la vingtaine que le fait d'être adopté avait entraîné le déni d'une grande partie de qui je suis, au plus profond de moi-même.

J'attends avec impatience les futurs retours au Vietnam. J'espère qu'un jour ce sera pour retrouver ma famille biologique vietnamienne. Ce sera un formidable chemin de découverte qui ouvrira encore plus de facettes pour découvrir qui je suis !

Je peux tellement m'identifier au Lotus, la fleur nationale du Vietnam !

Aux Vietnamiens, lotus est connu comme un exquis fleur, symbolisant la pureté, la sérénité, l'engagement et l'optimisme de l'avenir car c'est la fleur qui pousse dans l'eau boueuse et s'élève au-dessus de la surface pour s'épanouir avec une beauté remarquable.

Cliquez sur ici pour ma collection de photos de ce voyage et ici pour les photos de l'an 2000 visite de retour.

6 Réponses à "Return to Birthland"

  1. Juste magnifique. Je vois les mêmes caractéristiques chez mon fils vietnamien de 12 ans. Merci d'avoir partagé. Il n'est pas tout à fait prêt émotionnellement à retourner visiter, mais espère qu'il le sera bientôt.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Affectation....
Français
%%footer%%