Message personnel de Lynelle

Pour clarifier, pour ceux qui lisent la désinformation répandue sur moi personnellement et la position de l'ICAV depuis juin de cette année, en ce qui concerne une position sur la CNUDE et la Convention de La Haye sur l'ICA : -

Comme indiqué à l'entité diffusant la désinformation, en tant que fondateur de l'ICAV, j'ai toujours soutenu la CNUDE et sa position en ce qui concerne l'adoption internationale. J'ai essayé d'éduquer ouvertement les adoptés et la communauté adoptée à ce sujet. J'ai continuellement encouragé les gens à comprendre la Convention de La Haye et ses pièges dans l'adoption internationale. J'ai souligné que pour les adoptés internationaux basés aux États-Unis, il est plus difficile de se battre pour ce que représente la CNUDE parce que leur pays d'adoption n'a même pas été signataire et n'est donc pas légalement lié. I CA. Bien sûr, ce serait formidable si les États-Unis devenaient un jour signataires de l'UNCRC et pourquoi ce n'est pas le cas ? Je suis sûr que c'est un autre essai en soi et je ne suis pas un expert en la matière !

Personnellement, je pense que La Haye et la CNUDE ne nous protègent pas, nous adoptés à l'étranger pour des raisons fondamentales :

1. Nous ne sommes jamais contrôlés (protégés) au-delà du délai minimum (parfois spécifié par notre pays de naissance) une fois la transaction d'adoption effectuée. Le rapport post placement est fourni par les parents adoptifs mais aucun suivi n'est jamais fait par l'adopté lui-même à un âge où il peut rendre un vrai témoignage à un âge mûr. L'adoption internationale ne peut être considérée comme une mesure de protection de l'enfant par rapport au placement en famille d'accueil, à la prise en charge permanente ou à toute autre forme de prise en charge alternative où l'enfant est toujours sous le contrôle et la prise en charge de l'État. Aucun pays d'accueil ne recueille même des statistiques sur le résultat de nos adoptions.

2. Nous n'avons AUCUN droit - légalement ou économiquement - à aucune représentation ou aide si notre adoption s'avère être un échec (soit à cause de familles abusives, d'expulsion, de manque de citoyenneté, de falsification de papiers, et d'être relogé), ou si nous sommes perdus ou volés pour adoption internationale. Nous sommes laissés aux caprices de n'importe quel pays qui nous a accueillis, qu'ils soient miséricordieux ou non. Quel message est donné par le plus grand pays d'accueil du monde qui autorise activement l'expulsion des adoptés et les traite comme des citoyens « moins que ». Sans parler des pays de naissance qui reçoivent l'adopté expulsé ET continuent d'envoyer plus d'enfants après cela. La Haye et la CNUDE restent toutes deux des tigres édentés car il n'existe aucune entité ou processus pour enquêter sur les actions douteuses des signataires.

3. L'argent n'est toujours pas réglementé et est impliqué dans nos adoptions. Personnellement, je pense que la plupart des adoptions internationales telles qu'elles sont menées aujourd'hui ne peuvent pas être considérées comme éthiques tant que l'argent est toujours impliqué et non plafonné. Bien que l'argent soit le moteur de la plupart des arnaqueurs, agences ou avocats impliqués dans les deux pays, on ne peut garantir qu'un marché ne suivra pas. Il existe trop de preuves montrant que les familles de nos pays de naissance sont trompées ou contraintes d'abandonner, ou que le pays de naissance ne fournit pas d'aide sociale pour soutenir les mères célibataires/les familles en difficulté ou qui ont conçu un enfant handicapé.

Je ne pense pas non plus que l'adoption internationale « ayant des besoins spéciaux » soit plus éthique que les enfants ayant des besoins non spéciaux - parce que nous devrions encourager nos pays d'origine à développer les soutiens nécessaires pour aider les enfants moins capables à grandir dans leur propre pays. Ce n'est pas parce qu'on est né avec des « besoins supplémentaires » que c'est un ticket pour être « expédié » et dépouillé de ses droits d'origine et de famille. Le bien-être matériel n'est qu'un facteur dans la vie et les premiers mondes peuvent certainement offrir plus à un enfant ayant des besoins spéciaux que les pays moins développés. Vous ne savez pas pourquoi les premières économies mondiales adoptent toujours leurs enfants via l'adoption internationale alors ?! Mais pourquoi cette aide ne pourrait-elle pas prendre la forme d'un transport aérien de l'enfant et de la fourniture des services médicaux nécessaires sans avoir à « adopter » l'enfant. Garder l'enfant dans sa famille d'origine, l'assister pour ses besoins médicaux et particuliers ; aider leurs sociétés à comprendre que les besoins supplémentaires que les gens peuvent avoir autant à offrir à la société que n'importe quelle personne valide. Personnellement, j'ai moi-même un fils ayant des besoins spéciaux et je détesterais le considérer comme adopté à l'étranger simplement parce qu'il est né avec ce besoin supplémentaire parce que je n'avais pas les moyens ou les services pour le soutenir ou nous soutenir en tant que famille !

Je ne crois pas non plus que l'effacement immédiat de tous les types et formes d'adoption (nationale et internationale) soit la réponse. L'adoption simple telle qu'elle est pratiquée en France reste une forme d'adoption qui permet à un enfant de conserver son identité. De toute évidence, tous les pays du monde ont du mal à savoir quoi faire avec leurs enfants et leurs familles les plus vulnérables ! S'il y avait une réponse simple autre que l'adoption, le placement en famille d'accueil et les modèles de prise en charge alternative, les pays le feraient tous maintenant. On ne peut nier que certains enfants, devenus adultes, ont souhaité et sont heureux d'avoir une famille plus sûre et plus permanente pour les soutenir. Nous ne pouvons pas nier que certaines familles biologiques d'adoptés internationaux peuvent encore choisir l'adoption internationale même si elles sont confrontées à d'autres choix. Nous ne pouvons pas réparer du jour au lendemain les systèmes de croyances sous-jacents dans d'autres cultures qui créent la honte pour laquelle certains parents biologiques choisissent d'abandonner leurs enfants. Peut-être sommes-nous arrivés à cet état d'être à cause de l'éclatement des familles, des villages et des communautés. Notre société reste si fragmentée et isolée en tant qu'individus. Il y a peu de place pour les personnes qui luttent pour exister.

Je vise une discussion respectueuse de la part des parties prenantes dans toutes les arènes sur le sujet. Je vise surtout à nous aider à entendre les impacts réels de l'adoption des familles adoptives, des adoptés et des familles biologiques, en espérant que l'adoption actuelle telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui pourra un jour être supprimée et remplacée par quelque chose de mieux. Peut-être devons-nous également changer le mot afin que les vieilles associations avec les pièges de l'adoption telle qu'elle a été pratiquée au niveau national et international soient supprimées ? Quelle que soit la réponse, elle doit être celle où les enfants ont d'abord et avant tout le droit d'être avec leur famille d'origine ; deuxièmement, si, pour des raisons complexes, un enfant doit être retiré de sa famille, nous donnons aux pays de naissance les moyens de développer autant de systèmes de protection et de soutien social que possible pour garder les enfants dans leur pays d'origine avec des parents ; et dans le pire des cas, si nous devons être adoptés dans un autre pays ou dans notre pays, que toute forme de nous donner à une autre famille qui n'est pas parente, nous permet de conserver notre identité de naissance si nous le souhaitons, et n'annule pas notre identités sans notre consentement.

Alors que les futures générations d'adoptés grandissent et s'expriment et que nous commençons à entendre les expériences de nos familles biologiques, ces contributions pourraient changer à nouveau notre façon de penser l'adoption internationale. En l'état, on ne peut ignorer les énormes pièges de l'adoption internationale. Fermer les yeux ne résoudra pas les problèmes. Proclamer haut et fort que toute adoption doit être éliminée ne résoudra pas non plus les problèmes complexes sous-jacents fondamentaux. Quelque part au milieu se trouve l'endroit où je cherche les réponses parce que je ne prétends pas avoir LA réponse à des problèmes aussi complexes.

Je crois que nous devons examiner de manière critique ce que nous avons fait au cours des 60 dernières années et plus d'adoption internationale moderne et au moins tirer les leçons offertes. C'est pourquoi j'ai choisi de nouer des relations et de travailler avec diverses organisations (gouvernementales et non gouvernementales) à travers le monde.

Donc, au cas où vous auriez des questions sur ma position personnelle ou sur ce qu'est l'ICAV À propos, n'hésitez pas à m'envoyer un message. J'aime être ouvert et transparent et je sais que certains veulent nuire au travail et à la réputation de l'ICAV, qui existe maintenant depuis près de 20 ans. Je reste fidèle à qui je suis et à ce que je fais. J'essaie d'améliorer les choses d'une manière ou d'une autre pour les autres adoptés internationaux déjà adoptés et je m'élève contre la façon dont l'adoption est actuellement pratiquée, afin d'éviter que les mêmes problèmes historiques ne se perpétuent pour les futurs enfants vulnérables qui ont besoin de soins.

Remarque : Je pense également que les adoptés et les groupes d'adoptés ont droit à leurs propres opinions. S'ils diffèrent des miens, je n'ai aucun problème avec cela. L'adoption est une expérience tellement personnelle et chacun a son propre parcours unique.

5 Réponses à "Personal Message from Lynelle"

  1. Mirah Riben - Auteur de "faire la lumière sur... Le côté obscur de l'adoption" (1988) et "Le marché des cigognes: l'industrie américaine de l'adoption non réglementée de plusieurs milliards de dollars" (2007). http://mirahriben.blogspot.com
    familyadvocate dit :

    Tout d'abord, je dois dire que je n'ai pas été au courant d'une discussion antérieure à laquelle cet article/poste fait référence et auquel il répond.

    Deuxièmement, je dois admettre que je ne suis pas un expert des avantages et des inconvénients de La Haye. Je dirai que les États-Unis ont signé mais n'ont pas ratifié la CNUDE et à ce stade, cela ne semble certainement pas probable et je suis d'accord que c'est un problème majeur et plusieurs raisons sont spéculées.

    Mais dans l'état actuel des choses, lorsque des enfants sont adoptés aux États-Unis - ou à l'intérieur - des États-Unis, il n'y a pas de suivi. C'était un point de discorde pour la Russie pour de bonnes raisons et ils avaient longtemps menacé de mettre fin aux adoptions aux États-Unis à moins que nous n'acceptions de suivis. J'ai abordé cette question lors d'une interview de RT, à la suite de l'un des principaux "incidents" faisant la une des journaux impliquant un enfant adopté russo-américain. Le fait est que la loi américaine actuelle crée un statut « comme si né pour » pour les enfants une fois l'adoption finalisée. Il ne peut donc y avoir aucune ingérence gouvernementale dans le suivi. Cela est vrai à la fois pour le marché intérieur et pour l'AI aux États-Unis. Les enfants adoptés sont totalement oubliés une fois la transaction conclue.

    Je suis d'accord avec tout ce que dit Lynelle à une exception assez importante :

    "Je ne pense pas non plus que l'effacement de tous les types et formes d'adoption (nationale et internationale) soit la solution."

    L'adoption est actuellement une transaction commerciale régie par l'argent. Les enfants sont des marchandises recherchées qui font l'objet d'un trafic pour répondre à une demande. Leurs familles d'origine sont considérées et traitées comme un excédent de bagages ou l'emballage dans lequel le cadeau doit être jeté. Ils sont un jeu équitable pour toutes les formes de tromperie et d'exploitation, y compris l'enlèvement pour obtenir l'anneau en laiton.

    L'argent et le profit sont des marchandises. Exploits d'argent et de profit. L'argent et le profit corrompent. L'argent et le profit ne se soucient pas d'un iota de l'intérêt supérieur des enfants envoyés ici et là. Oui, les États-Unis importent et exportent des enfants comme preuve de ce manque de souci pour leur bien-être !

    Pouvons-nous changer/inverser/réformer/contrôler cet empire financier maléfique qu'est l'adoption ?

    Les États-Unis ont une philosophie du capitalisme et se dirigent de plus en plus vers une corporatocratie sans limites avec de moins en moins de contrôle gouvernemental sur toutes les entreprises. Et nous savons tous que les États-Unis suivent l'Europe occidentale et d'autres alliés. Nous nous dirigeons dans une direction très dangereuse en termes d'environnement, d'éducation, d'action militaire, de vente d'armes et de munitions et leur adoption n'est qu'un tout petit élément de ce mouvement dans un monde contrôlé très riche.

    Le seul moyen de sortir de ce bourbier, à mon avis, est de mettre fin à toutes les adoptions payantes et de fournir une protection alternative aux enfants dans le besoin avec PLG - tutelle légale permanente. PLG fournit aux gardiens tout ce dont ils ont besoin pour prendre des décisions de santé et d'éducation pour les enfants dont ils ont la charge sans traiter les enfants comme des objets, des biens qui sont achetés et leurs droits à leur propre identité abandonnés.

    Cela arrivera-t-il jamais? Peut-il? Pas dans la direction dans laquelle nous nous dirigeons ici aux États-Unis. Nous n'avons même pas de surveillance fédérale unifiée sur les adoptions interétatiques, encore moins internationales. Nous avons un patchwork de lois étatiques que les avocats et les praticiens de l'adoption savent comment manipuler pour leurs objectifs cupides. Nous n'avons même pas de LIGNES DIRECTRICES éthiques, encore moins un ensemble de règles de base pour savoir qui peut organiser des adoptions et comment. Nous permettons aux avocats rémunérés par les adoptants de « représenter » les parents renonçants - un conflit d'intérêts direct dans toute autre transaction, sans parler du transfert des droits parentaux permanents d'un être humain tiers !

    L'adoption telle qu'elle existe actuellement commence par l'éradication de la vérité fondamentale d'un être humain – son droit à sa propre identité tel qu'il est protégé par la CNUDE. Donc, non, l'atrocité et la déshumanisation qu'est l'adoption ne peuvent pas continuer. Il existe des moyens plus sûrs et plus humains de s'occuper des enfants dans le besoin qui ne détruisent pas leurs droits.

    De plus, nous devons travailler plus dur pour rediriger ceux qui croient qu'ils font "l'œuvre de Dieu" et "sauvent" ou "sauvent" les soi-disant "orphelins". Nous devons amener ces bienfaiteurs bien intentionnés à consacrer leur temps, leur argent et leur énergie à aider les familles à ne pas prendre le…Voir plus

    Il faut faire circuler des articles comme celui-ci et faire comprendre aux paps que l'adoption favorise trop souvent la corruption et le trafic d'enfants : http://www.cnn.com/…/opinion-adoption-ouganda…/index.html

    Mirah Riben
    mirahriben.blogspot.com

    1. Merci Mirah! J'ai édité des choses pour clarifier un peu mieux ce que je voulais dire .. Je pense que nos perspectives ne sont pas si différentes? Je trouve toujours intéressant d'avoir des retours car cela m'aide à clarifier et à communiquer plus efficacement. Un domaine si complexe et beaucoup ne veulent tout simplement pas s'impliquer autant. Je sais qu'il y a 20 ans, j'évitais vraiment de m'exprimer politiquement sur ce sujet. L'adoption est un voyage et c'est pourquoi je sais que mes croyances et mes opinions continueront de changer, plus je parle à des personnes touchées et plus j'arrive à comprendre les structures qui non seulement soutiennent, mais créent en premier lieu le besoin d'aborder la question « que faisons-nous pour les enfants et les familles vulnérables » ? Quelle est la meilleure solution ? Y en a-t-il UN SEUL ? J'en doute - et c'est pourquoi l'adoption est tant critiquée par les adoptés car elle prétend être LA solution à tous les problèmes complexes auxquels le monde est confronté en ce qui concerne les enfants et les familles vulnérables.

  2. Ce sont les orphelinats en Chine qui séparent les jumeaux, pas les agences d'adoption américaines. J'ai travaillé dans le domaine de l'adoption pendant 18 ans et je peux en témoigner. Votre point est bien pris mais il devrait être dirigé vers les orphelinats en Chine ou le CCCWA. Les agences n'ont pas leur mot à dire sur la manière dont les enfants sont enregistrés en Chine pour adoption.

Laisser une réponse Annuler la réponse

Français
%%footer%%